Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 16:57
Par Jeff Dunetz
http://lidblog.com/obama-knew-syria-still-had-chemical-weapons/
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif 

Obama Administration Knew Syria Still Had Chemical Weapons (But Lied)

Le Président Obama a menti à l'Amérique à plusieurs reprises à cause de sa réélection et / ou son héritage. Il y avait eu le mensonge de la vidéo sur la responsabilité d'une attaque spontanée à Benghazi à cause d'une bande-annonce vidéo YouTube pour un film moche, le mensonge sur l'accord Iran qui comprenait des inspections, enclencher une défense rapide et qui retardait l'éventualité de l'arme nucléaire iranienne pour beaucoup plus que les dix ans réels, et il y a eu le mensonge qu'il n'a pas payé une rançon à l'Iran pour les otages, mais la plus pertinente pour les nouvelles récentes a été le mensonge que la Syrie a renoncé à toutes ses armes chimiques en 2013, il le savait qu'ils ne l'avaient pas fait, mais il se vantait du succès de son règlement négocié de toute façon.

 

Comment puis - je être aussi bien sûr ...que James Clapper dit cela lors de son témoignage au Congrès en 2016. Que Sean Keely dans The American Interest sur les points de l'ancien directeur Clapper de son Témoignage devant le Congrès National Intelligence.de février 2016
 

D'abord Keely souligne le fait que le directeur national de Trump mentionne que quand ils ont choisi des cibles pour l'attaque de la semaine dernière sur la base aérienne de la Syrie , ils ont pris soin d'éviter les zones où ils pensaient que le gaz sarin a été stocké. Ce qui soulève la question comment pouvions-nous soupçonner que sarin était stocké dans certaines zones de l'aéroport?

 

 Est-ce que l'administration Obama savait que ces dépôts existaient encore après son accord « historique » qui était censé éliminer toutes les armes chimiques de la Syrie?

 

Les signes indiquent que-OUI. Dans le témoignage de Février dernier  au Congrès, le directeur du renseignement national d'Obama - James Clapper a reconnu « les lacunes et les incohérences dans la déclaration de la Syrie,» la validation des rapports que la Syrie cachait encore des produits chimiques interdits dans des lieux inconnus.

En 2016 Business Insider a couvert le témoignage de Clapper au Sénat .

« Nous éstimons que la Syrie n'a pas déclaré tous les éléments de son programme d'armes chimiques à la Convention sur les armes chimiques (CWC) ... Malgré la création d'une équipe spécialisée et des mois de travail de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) à combler les lacunes et les incohérences de la déclaration de la Syrie, de nombreuses questions restent en suspens.» 
Il a dit: la Syrie a mené des attaques d'armes chimiques, même après la mise en œuvre de l'accord de Septembre 2013.
« Nous continuons à juger que le régime syrien a utilisé des produits chimiques comme moyen de guerre depuis l'adhésion à la CIAC en 2013 », a déclaré Clapper.
Il a noté la conclusion des enquêteurs de l'OIAC que « le chlore a été utilisé sur les forces de l'opposition syrienne dans plusieurs incidents en 2014 et 2015. » Le régime lançait encore des bombes de chlore.
« Les hélicoptères - dont seul le régime syrien - possède ont été utilisés dans plusieurs de ces attaques », a déclaré Clapper.
 
Les attaques de chlore ont été documentées en Syrie tout au long de 2014 et 2015 , tandis qu'un groupe de médecins syriens a découvert au moins 31 attaques de chlore dans le pays au cours d' une seule période de 10 semaines en 2015 .
Et il est clair depuis longtemps qu'au moins une partie des infrastructures-armes chimiques de la Syrie sont restées en place après la mi-2014. Selon un rapport de Juillet 2015 au Wall Street Journal, les agences de renseignements des États - Unis «ont conclu que le régime n'a pas renoncé à toutes les armes chimiques qu'il était censé détruire»  tandis que Assad « continu d'exploiter des installations armes recherche».   
Par conséquent , alors que le président Obama, le secrétaire d'Etat Kerry, et bien sûr la menteuse Susan Rice désignée par l' administration Obama ont dit à l'Amérique que leurs négociations merveilleuses ont fonctionné et toutes les armes chimiques de la Syrie étaient détruites- James Clapper sur les attaques au chlore documentées ont prouvé qu'il mentait. Mais six mois après le témoignage de Clapper, en Août 2016 question de l'Atlantic, porteur d'eau de la politique étrangère d'Obama Jeffrey Goldberg, a fait son devoir et a écrit un article faisant l' éloge de la décision d'Obama d'ignorer sa « ligne rouge » pour punir le régime Assad si jamais armes chimiques étaient utilisées.
 
Même le Politifact libéral a renoncé à sa demande plus tôt sur cette déclaration de Kerry en 2014 ancien secrétaire d'État.  John Kerry a déclaré dans une interview télévisée «nous avons obtenu la destruction de 100 pour cent des armes chimiques de la Syrie. »

 

. Mercredi dernier Politifact a publié un article qui disait en partie ceci:

Lorsque Kerry a parlé en Juillet 2014, le processus semblait bien long. D'après les rapports de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques - qui plus tard a remporté le Prix Nobel de la Paix pour ses efforts - nous avons noté que la revendication 'la plupart du temps vraie'. Il y avait des mises en garde au sujet des informations incomplètes, mais à l'époque, les experts internationaux ont dit que la demande avait été largement tenue.
Compte tenu de ces événements récents, nous avons tiré ces faits-parce que nous avons maintenant beaucoup de questions sans réponse.
Nous ne connaissons pas les détails clés sur l'attaque chimique rapportée en Syrie le 4 Avril, 2017, mais elle en soulève deux possibilités: soit il est clair que la Syrie n'a jamais pleinement respecté sa promesse de 2013 et révélé toutes ses armes chimiques; ou elle l'a fait, mais a ensuite converti par ailleurs des produits chimiques non létaux à des fins militaires.
D'une façon ou d'une autre, les événements qui ont suivi ont donné tort à Kerry.
D'après les preuves mentionnées ci-dessus sur Kerry elles n'étaient pas fausses, il avait menti.
 
Sean Keely de The American Interest a également signalé:

Et sur son chemin vers la sortie en Janvier de cette année, tranquillement le Trésor Public d'Obama a introduit de nouvelles sanctions  contre des responsables syriens impliqués dans la guerre chimique. Confiné dans la langue sanctionnant un fonctionnaire particulier c'était un aveu révélateur:  « En 2016, le général de brigade Ghassan Abbas a continué d'agir en Syrie à des lieux associés à des missions liées à la guerre chimique. »

Comme pour Benghazi, l'Iran Deal, et la rançon payée à l'Iran, l'affaire pour se débarrasser des armes chimiques de la Syrie était une escroquerie. La Syrie ne s'est jamais débarrassée de toutes ses armes chimiques et l'administration Obama le savait tout au long de ces derniers mois. Sauf la plupart d'entre eux ont menti à ce sujet.

Ci - dessous un fichier audio d'une interview NPR avec la menteuse Susan Rice désignée par l'administration Obama. L'entrevue a eu lieu en Janvier 2017 et Rice se vantait de l'accord qui a retiré les armes chimiques de la Syrie. Cette interview a eu lieu presque un an après que James Clapper a dit au Congrès, que les syriens avaient encore (et elles ont été utilisé) des armes chimiques, et quatre jours seulement après que le Département du Trésor a sanctionné des responsables syriens pour l'utilisation du chlore gazeux.

Mais rien de tout cela n'a empêché la menteuse désignée de l'administration Obama de dire:
 
« Nous avons pu trouver une solution qui ne nécessite pas l'utilisation de la force et qui fait disparaître les armes chimiques que détenait la Syrie, d'une manière que l'utilisation de la force aurait jamais accompli.Notre objectif à contempler l'utilisation de la force suite à l'utilisation des armes chimiques en Août 2013 c'était de ne pas intervenir dans la guerre civile, de ne pas participer au combat entre Assad et l'opposition, mais pour faire face à la menace d'armes chimiques par de la diplomatie nous l'avons fait avec la Russie et le Conseil de sécurité. Nous avons pu obtenir du gouvernement syrien de donner volontairement et son stock vérifiable d'armes chimiques.»      
Repost 0
mordeh'ai
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 13:11
http://www.breitbart.com/jerusalem/2017/04/08/nasrallahs-threats-against-israel-are-a-risk-to-lebanon-writes-lebanese-columnist/
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif 
 

Résultat de recherche d'images pour "fotos hezbollah"

Dans une chronique publiée dans Arab News en Arabie Saoudite, la chroniqueuse Diana Moukalled a noté la récente escalade de la rhétorique  du Secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah.

Le chef du Hezbollah, que l'on a à peine vu en public depuis la guerre de 2006 avec Israël, a ces derniers mois menacé de lancer des roquettes contre l'installation ultra secrète d'Israël à la périphérie de la ville méridionale de Dimona, qui comprendrait un réacteur nucléaire, ainsi que contre un énorme réservoir d'ammoniac dans la métropole du nord de Haïfa, troisième ville la plus peuplée d'Israël.

Une traduction récente de l'édito de Moukalled a été publiée le 3 Avril par l' Institut de recherche des médias du Moyen - Orient . Le même édito en arabe a été publié le 26 Février.

Dans la pièce, intitulée « Est-ce que le Hezbollah menace Israël ou nous? » Moukalled était d'avis que les menaces de Nasrallah sont destinées à masquer les énormes pertes que le groupe terroriste a souffert dans la guerre civile syrienne.

Les estimations de renseignement israélien disent que la milice chiite, qui s'est rallié au président syrien Bachar al-Assad, a subi au moins 1.000 morts sur le champ de bataille.

« Israël a réagi aux récentes déclarations du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah avec un mélange de moquerie et de cynisme, comme il dit le Hezbollah était prêt à bombarder le réacteur nucléaire de Dimona ou les réservoirs d'ammoniac », écrit Moukalled. « Sites israéliens ont rapporté des discussions militaires indiquant que Israël estime que le Hezbollah est confronté à un dilemme sur l'aide et des fonds en raison des combats en Syrie. »

Dans sa chronique, Moukalled a également noté que les deux objectifs - l'installation de Dimona et le réservoir d'ammoniac - sont à proximité de civils israéliens juifs et arabes.

« Dans le passé, Israël a traité plus sérieusement et soigneusement les menaces du Hezbollah et ses mouvements, mais cela a apparemment changé. Je ne loue en aucun cas Israël, un Etat occupant raciste, ou je ne minimise pas le danger comme un agresseur. Au contraire, cela est une tentative de comprendre le tourbillon de la rhétorique récemment lancée par Nasrallah, qui affecte Libanais, Palestiniens et d'autres vivant à quelques kilomètres du réacteur Dimona » , écrit-elle.

Moukalled a averti que si les patrons iraniens du Hezbollah décident de se lancer dans des « aventures », y compris contre Israël, au détriment du peuple libanais, le résultat peut être catastrophique pour le Liban.

« Tout le monde, principalement le Hezbollah, sait que les résultats de toute guerre ou de toute action militaire contre Israël seraient catastrophiques. Nasrallah peut avoir appris cette leçon, puisque le front sud avec Israël a été calme depuis la fin de la dernière guerre il y a 11 ans » , écrit-elle.

« Mais la situation est telle qu'elle était pendant la guerre de 2006, lorsqu'Israël affirme que sa réponse sera massive contre le Hezbollah et le Liban si le Hezbollah entreprend une action militaire contre elle », a-t-elle ajouté.

Moukalled a écrit que « cette menace inclut la préparation d'Israël à cibler tout le territoire libanais. Les commentaires du président libanais Michel Aoun disant que les armes du Hezbollah complètent le rôle de l'armée servent de prétexte à Israël pour cibler aussi l'armée. »

Ces derniers mois, les responsables militaires israéliens ont indiqué que si le Hezbollah devait tester la détermination de l'Etat juif, l'armée israélienne réagirait en faisant plus de ravages qu'en 2006.

Dans la guerre de 2006, Israël a détruit presque toute l'infrastructure des routes et des ponts dans les premiers jours de la guerre.

Depuis le début de la guerre civile syrienne, l'Etat juif a bombardé des convois d'armes dirigés vers le Liban tant qu'il les a pris sur le territoire syrien, niant ainsi un casus belli au Hezbollah afin qu'il évite de renouveler les attaques.

Les Renseignements israéliens surveillent étroitement le réarmement du groupe chiite depuis la fin de la deuxième guerre du Liban.

Repost 0
mordeh'ai
9 avril 2017 7 09 /04 /avril /2017 20:19
Une nouvelle ligne rouge : Trump, à la différence d'Obama, ne sera pas resté silencieux pendant que l'Etat syrien assassinait ses civils.
 
Professeur Eitan Gilboa
http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/227921
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif 


Dans un article publié sur le site Internet hébraïque d'Israel Hayom, le professeur Eitan Gilboa a dit que le président américain Donald Turmp change la politique étrangère de l'Amérique et la politique de sécurité, surtout quand on en vient aux armes de destruction massive:

Trump a dit qu'il ne tolérerait pas l'utilisation d'armes chimiques - et il ne s'est pas assis paresseusement quand elles ont été utilisé.

À la différence de son prédécesseur, Barack Obama - qui a fait des promesses et qui a manqué ensuite à les réaliser.

Trump a effacé l'échec d'Obama et a mis une nouvelle ligne rouge limitant l'utilisation des WMD (Armes de Destruction Massive)partout dans le monde.

Quelques années tard, Trump a répondu à la décision du président syrien Bashar al-Assad de traverser plusieurs lignes rouges. Là il y avait des signes précurseurs. L'Ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, a dit au Conseil de sécurité de l'ONU que si elle ne l'avait pas fait ainsi, il y aurait eu plusieurs autres nations qui auraient pris responsabilité plutôt. Le Secrétaire d'État américain Rex Tillerson a dit que la Russie a manqué d'empêcher la Syrie d'utiliser des armes chimiques et il y avait des allusions de la Maison Blanche que Trump planifiait l'action militaire.

L'attaque américaine était intelligente, rapide, logique et concentrée. Elle a puni le site d'où les armes chimiques ont été lancées. Apparemment, c'était le résultat de prise de décision efficace et la décision a inclus plusieurs généraux de haut rang  et expérimentés . En dépit des plaintes de foule d'anti-Trump qu'il agit (Trump) à la hâte, cette frappe militaire a été très bien planifiée et prudente.

Trump a envoyé un message clair à la communauté internationale en général et au Moyen-Orient en particulier. À la différence d'Obama, qui n'a pas agi en chef du monde libre, Trump a fait joué le droit et a mis de l'ordre dans la communauté internationale. Obama a laissé la Syrie aux chiens et le Moyen-Orient à la Russie et ç l'Iran. Trump change cette politique.

Il n'est pas encore clair comment l'attaque affectera le rapport de Trump avec président russe Vladimir Putin. Il est clair que Trump n'est pas "l'agent" de Poutine mais il est aussi clair que Trump veut parvenir à un accord avec Poutine. Il se pourrait qu'ils commenceront à négocier maintenant. À la différence d'Obama, qui a troublé des amis et des ennemis, Trump reconstruit les liens traditionnels des Etats-Unis et prévient ses ennemis. Il reconstruit le rapport de l'Amérique avec Israël, l'Egypte et l'Arabie Saoudite et prévient l'Iran et ses alliés, aussi bien que l'EIIS.

L'attaque de Trump sur la Syrie est aussi un avertissement à d'autres pays qui développent des Armes de Destruction Massive et les moyens de les transférer. L'Iran et la Corée du Nord collaborent pour créer des armes nucléaires et des missiles ballisitic à long terme. Trump veut annuler "l'affaire de l'Iran", qu'il voit comme très nuisible et dangereuse. Il a placé de nouvelles sanctions sur les gens et les organisations impliquées dans le terrorisme. Sans doute qu'il examinera "l'affaire de l'Iran" et tous ses paragraphes, dans le plus grand détail et travaillera pour empêcher l'armée de l'Iran d'entrer dans les pays tels que le Yémen.

 

Traduit d'un article du site Web en hébreu d'Israël d'Hayom

Repost 0
mordeh'ai
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 19:02
Par Freddy Eytan
http://jcpa-lecape.org/le-defile-des-dirigeants-arabes-a-la-Maison-Blanche/
 
 
Après avoir rencontré chaleureusement le Premier ministre Nétanyahou, le Président Trump reçoit successivement le président Egyptien, Abdel Fatah al-Sissi, le roi Abdallah de Jordanie et le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.
 
C’était la première fois qu’un président égyptien était reçu officiellement à la Maison Blanche depuis huit ans. Barack Obama refusait de recevoir Moubarak et Sissi parce qu’ils n’avaient pas respecté, selon lui, les droits de l’Homme.
 
Pourtant, Obama avait prononcé justement au Caire son fameux discours sur la réconciliation avec le monde musulman. Pis encore, il avait souligné qu’il était favorable à la confrérie des Frères musulmans et l’élection à la présidence de l’islamiste Mohammad Morsi.
 

Obama avait refusé d’aider l’Egypte à sortir de ses graves problèmes économiques. Il refusa également toute aide militaire pour assurer la stabilité de ce pays face au terrorisme qui se déchaîne dans le Sinaï, aujourd’hui encore.

 

Soulignons que l’abandon de l’Egypte par Obama a dirigé Sissi vers le Kremlin de Poutine, et a considérablement renforcé ses relations stratégiques et tactiques avec Israël.

 

La rencontre de Sissi avec le Président Trump est donc un grand tournant pour notre voisin du Sud. La question des droits de l’Homme ne sera plus, comme l’exigeait Obama, une condition sine qua non pour renforcer les liens militaires et économiques. L’aide allouée chaque année à l’Egypte dépassera probablement deux milliards de dollars.

Résultat d’image pour maréchal Sissi

Trump a loué le « travail fantastique » du maréchal Sissi

De même avec le roi Abdallah, submergé de difficultés avec l’afflux de réfugiés syriens et risquant l’instabilité constante de son fragile régime. La nouvelle administration américaine n’abandonnera pas non plus le roi hachémite.

 

Le troisième leader arabe qui souhaite demander une aide est le Palestinien Mahmoud Abbas. Ce dernier qui avait critiqué Trump se trouve dans l’obligation de faire avec. Il exigera de faire pression sur Nétanyahou pour geler toutes les implantations et relancer le processus de paix sous le patronage des Américains. Il s’opposera aussi au transfert de l’Ambassade des Etats-Unis à Jérusalem.

 

Pour l’heure, personne ne sait ce que va décider le président Trump. On parle sérieusement d’une conférence régionale qui permettrait non seulement de régler le problème palestinien mais aussi les crises en Irak, au Liban et surtout en Syrie. Un nouveau Deal régional que l’Etat d’Israël devrait bien étudier préalablement avec les Américains.

 

Certes, Obama n’est plus aux commandes et les relations avec Washington se sont nettement améliorées dans tous les domaines, toutefois nous devrions être à la fois prudents et vigilants. Nous constatons, chaque jour, que le nouveau président est imprévisible et pourrait bien nous réserver certaines surprises

Repost 0
mordeh'ai
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 11:52
Netanyahou: la nouvelle arme secrète d'Israël présente une «menace existentielle» pour nos ennemis
 
Par Israel Today Staff           
http://www.Bing.com/Translator/?to=&from=&Ref=IE8Activity
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif 

 

Israël cette semaine a dévoilé officiellement une arme secrète-un secret qui n'en est pas un-, qu'il a travaillé en collaboration avec l’industrie de défense américaine depuis quelques années.
 

L’entrée en service du système anti-missiles Fronde de David complète le bouclier antimissiles multi-niveaux d’Israël.

 

Déjà depuis le Dôme de fer qui protège le sud d’Israël des roquettes à courte portée et des obus de mortier.

 

Le système Arrow est récemment entré en service pour défendre Israël contre les missiles balistiques à longue portée. Il a été utilisé il y a une semaine pour défendre l’aviation israélienne sur une mission au-dessus de la Syrie contre les défenses antiaériennes ennemies.

 

La Fronde de David vise à combler l’écart entre le Dôme de fer et l'Arrow en abattant le type de missiles à moyenne portée du Hezbollah au Liban, qui est soupçonné d’avoir des dizaines de milliers.

 

Avec ce bouclier de missile multi-niveaux en place, les ennemis d’Israël sont peu susceptibles de lui faire beaucoup de dégâts, mais ne survivraient pas à une importante contre-attaque israélienne.

 

Et c’est pourquoi lors de la cérémonie de présentation de la Fronde de David  le premier ministre Benjamin Netanyahu a lancé cette mise en garde : « Quiconque tentera de nous chercher sera frappé, et ceux qui menacent notre existence se mettront en danger existentiel.»

Repost 0
mordeh'ai
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 04:54

Par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/2017/04/vladimir-putins-evil-stroke-of-genius/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif 

Vladimir Poutine au Kremlin à Moscou, le 21 mars 2017.

Enfant, une de mes grandes craintes était d'être victime d'une attaque chimique. Je lis et relis l'article sur la guerre chimique dans l'Encyclopédie Britannica à la bibliothèque de l'école avec une fascination horrifiée. Lorsque nous avons pratiqué d'être sous nos bureaux « en cas d'une attaque atomique » J'ai été soulagé que ce n'était qu'une attaque atomique qui était attendue. Le gaz serait 100 fois pire, je pensais. Peut-être cela parce que je suis Juif et que j'ai entendu que les nazis avaient gazé des Juifs, même si  je savais que mes propres parents en Ukraine avaient été abattus et non gazés.

L' attaque au gaz sarin effectuée ce mardi à Idlib par les forces contrôlées par Bachar al-Assad (le mot « présumé » n'est pas nécessaire ) était un crime de guerre, un assassinat horrible en masse de civils. Pour le rendre encore pire, les hôpitaux où les victimes étaient traitées ont également été bombardé. Ce n'est pas la première fois que le même criminel a commis le même crime. Mais Assad n'aurait pas pu le faire seul. Il a un complice puissant pour ses crimes.

Les avions russes ne balancent pas du sarin (ou du chlore ou des barils transformés en bombes), mais ils soutiennent les forces d'Assad avec des armes plus conventionnelles, qui tuent néanmoins de nombreux civils dans le processus. L'administration Obama, qui a fourni initialement un soutien minimal aux rebelles qui étaient opposés à Assad, avait renoncé plus ou moins à l'idée de le déposer quand la Russie est intervenue et récemment l'administration Trump a reconnu qu'elle était aussi “concentrée” sur la défaite de Da’esh plutôt que sur le fait de destituer Assad.

Fait intéressant, bien que Poutine a affirmé d'abord qu'il intervenait en Syrie afin de vaincre Da'esh, il a effectivement fait très peu contre cette organisation terroriste. Le Conseil de l' Atlantique, qui est financé principalement par les gouvernements européens , a déclaré ceci au sujet de l'intervention russe en Syrie :

Les résultats ont été cruels. La Russie a réalisé ses attaques aériennes avec peu d'égards aux règles de la guerre : la séquence libre et ouverte montre l'utilisation répétée de munitions interdites et la frappe de cibles incluant mosquées, hôpitaux et usines de traitement de l'eau. Imaginez le tollé si les États-Unis ou ses alliés avaient conduit des opérations militaires similaires. La campagne militaire de la Russie a permis aux forces d'Assad de reprendre le terrain perdu, une tâche qu'ils ont fait avec une grande cruauté et une grande souffrance humaine. Ces opérations ont à peine écorné le groupe terroriste de l'EIIS, dont les pertes territoriales récentes ont été en grande partie réalisées par les  milices kurdes soutenues par la coalition menée par les Etats-Unis. Loin de raccourcir la guerre, l'intervention russe l'a exacerbé — et ce faisant, elle a de plus envoyée des vagues de réfugiés inondant la Turquie et l'Europe.

Jusqu'à récemment, je n'avais pas compris les motivations de Poutine. Il a été clair qu'il veut protéger et étendre ses installations navales et aériennes en Syrie, mais en mettant ses œufs dans le panier Assad il permet au projet iranien de créer un couloir vers la frontière ouest de la Méditerranée, ce qui pourrait se révéler dangereux pour la Russie à long terme.

Mais si son but est de déstabiliser ses ennemis traditionnels en Europe en les inondant de réfugiés, donc à la fois son intervention et sa façon brutale - aussi bien que sa tolérance du comportement encore pire d'Assad - devient compréhensible. Les guerres en cours en Syrie et en Irak servent son objectif et fait que l'existence de Da'esh continue .

Cela explique aussi pourquoi la Russie n'a pas perturbé les activités israéliennes en Syrie. Bien que Assad et son patron iranien sont intéressés à construire un Hezbollah comme une menace pour Israël, Poutine ne partage pas nécessairement leurs objectifs, et peut même vouloir limiter l'avance de l'hégémonie iranienne dans la région. La Russie a ses problèmes avec le djihadisme islamique radical, et l' Iran a ou va bientôt avoir des missiles qui peuvent atteindre Moscou. Ce qui sert l'objectif de Poutine qui est le chaos - qu'il favorise en aidant Assad à rester au pouvoir et tuer toute personne associée à (ou coincée dans la même ville avec) l'opposition. Le bombardement d'armes d'Israël à destination du Hezbollah ne porte pas atteinte à son but.

C'est aussi une incitation pour Israël de ne pas interférer. Il y a eu des suggestions qu'Israël devrait intervenir contre Assad pour des raisons humanitaires. Il est très peu probable qu'Israël prenne une telle mesure. Non seulement elle serait de placer Israël en conflit direct avec la Russie, mais Israël est dépendant de la Russie pour lui permettre d'agir contre le Hezbollah en Syrie. La plus grande menace directe contre Israël aujourd'hui c'est le Hezbollah comme mandataire de l'Iran, et il serait désastreux si Poutine devait décider de le protéger.

 

Je pense que Poutine est le grand gagnant ici. Dans un coup de génie malfaisant, il a réussi à transformer la guerre civile syrienne, la montée de Da'esh, la lutte entre les mondes sunnites et chiites, l'avancée de l'Iran vers la Méditerranée, et la souffrance concomitante des peuples de la région , à son avantage. Il contrôle désormais l'espace aérien de la région de Méditerranée orientale et la mise en place de bases aériennes et navales importantes ici, un coup d'Etat stratégique contre l'Europe et les États-Unis. Pendant ce temps, l'Europe est déstabilisée par les vagues de réfugiés des conflits dans notre région. Tout cela sur le dos de quelques millions de morts et d'Arabes déplacés!

 

Si oui ou non les activités russes ont eu un effet sur l'élection américaine, il ne fait aucun doute que la Russie mène la guerre psychologique contre les Etats - Unis avec l'intention de créer autant que possible la dissension et le chaos là - bas. Les médias sociaux ont rendu plus aisé l'effet de levier d'un petit nombre d'agents secrets russes.

Poutine est une figure remarquable. Je dirais que ses actions - d'attiser et de jeter de l'huile sur le feu de la guerre en Syrie - sont celles d'un psychopathe, bien que peut-être tout despote doive être psychopathe. Il semble avoir supprimé l'opposition interne à son régime tout à fait efficacement (et brutalement, en partie en assassinant toute personne qui le menace). Il a considérablement amélioré la position stratégique de la Russie relativement à bon marché et est en route pour reconstituer l'empire soviétique.

Divers experts ont dit que Poutine joue aux échecs tandis que les dirigeants occidentaux jouent aux dames (ou des jeux encore plus simples, comme jouer aux billes). Je suis d'accord - sauf que les pions qu'il sacrifie sans émotion sont des êtres humains.

Repost 0
mordeh'ai
7 avril 2017 5 07 /04 /avril /2017 14:25

Par Michael Curtis

http://www.americanthinker.com/articles/2017/04/hizballah_danger_ahead.html#ixzz4dXpqBaes

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif 

 

Résultat de recherche d'images pour "fotos de nasrallah"

Le président Donald Trump a été accusé de nombreux actes terribles et d' intentions sournoises. Le dernier, et l'un des plus absurde, il vient de Hassan Nasrallah, le chef de l'organisation terroriste Hezbollah, dans une interview télévisée depuis son bunker à Beyrouth le 16 Février 2017. Comme pour donner foi à la remarque du célèbre Jonathan Swift que si un mensonge est considéré seulement pendant une heure, il a fait son travail et il n'y a plus lieu à de nouvelles occasions pour lui, Nasrallah a affirmé que Trump était chargé de donner au premier ministre israélien Benjamin Netanyahu « le feu vert pour mener une guerre sur le Liban » .

Trump bien sûr ne porte aucune responsabilité pour ce point de vue farfelu, mais c'est une indication de l'impudence et assurance croissantes  de Nasrallah et de son organisation Hezbollah. Il est révélateur que symboliquement, le discours à la télévision a marqué l'anniversaire de la mort du maître terroriste du Hezbollah et chef de la sécurité, Imad Mughniyeh, assassiné, probablement par son propre groupe, à Damas le 12 Février 2008. À un moment donné, Mughniyeh détient le record d'avoir tué plus d'Américains que tout autre terroriste. Son record a été éclipsé par Mustafa Badreddine, également assassiné par des rivaux internes Hezbollah le 13 mai 2016 à Damas, et qui était derrière l'attentat à la bombe du Corps des US Marine Barracks au Liban en 1983, qui a tué 241 marines.


Nasrallah n'est pas l'un des principaux experts du monde sur la nature des Juifs ou sur la nature d'Israël. Au contraire, il est le messager de l'antisémitisme. Il a informé le monde que « à travers l'histoire, les Juifs ont été des créatures les plus lâches et les plus avares d'Allah .... vous ne trouverez pas un plus lâche, plus faible dans la psyché, l'esprit et la religion, avares ou avides qu'ils sont « Il n'est pas étonnant qu'il est un négationniste: il croit que les« Juifs ont inventé la légende des atrocités nazies ».

Sans surprise, il voit Israël comme l'état des les Juifs sionistes « des petits-fils des singes et des porcs ... . Israël est et sera un état illégal ... Israël est un cancer qui doit être éradiqué ».

 

Le Hezbollah (Parti d'Allah) a émergé dans les années 1980. Les terroristes palestiniens qui utilisent le territoire libanais ont attaqué Israël, qui a répondu en envahissant leurs bases au Liban en 1982. L'une des conséquences a été la création de ce groupe chiite radical, dirigé par des religieux, et une partie du Corps des gardiens de la révolution de l'Iran, visant à une gouvernement islamique dans le monde arabe, la libération de Jérusalem, et l'élimination d'Israël. Le terrorisme serait utilisé pour atteindre des objectifs politiques.

Bien que le Hezbollah est considéré comme une organisation terroriste par un certain nombre de pays, dont les Etats-Unis, la France, la Ligue arabe et les pays du Golfe; autres, y compris le Royaume-Uni, la Russie et l'UE hésitent et ne considèrent que l'aile militaire du Hezbollah, Résistance islamique, comme terroriste.
 
 

La guerre du Liban a commencé en 2006 après l'attaque du Hezbollah d'une patrouille frontalière israélienne qui a tué trois soldats et enlevé deux soldats de Tsahal. Cela a provoqué la deuxième guerre comme Israël a immédiatement réagi à l'enlèvement. Pendant la guerre le Hezbollah a tiré plus de 4.000 roquettes sur Israël. Bien qu'Israël espérait écraser Hezbollah il n'a pas livré le coup décisif qu'il aurait voulu.

 

Cela a été aplani dans le rapport de la Commission Winograd très critique soumis le 30 Janvier 2008 au Premier ministre d'alors Ehud Olmert et au ministre de la Défense, Ehud Barak. Le rapport a remis en question la supériorité militaire d'Israël et a conclu que la campagne du Liban de 2006 a pris fin sans une victoire militaire claire d'Israël. Le rapport a sévèrement critiqué des défauts et des lacunes dans la prise de décision israélienne, à la fois politique et militaire. Le Hezbollah avait résisté à la force israélienne beaucoup plus importante et qui avait la supériorité aérienne.

 

La guerre a pris fin avec la résolution 1701 du 11 Août 2006 du Conseil de sécurité des Nations unies. La résolution a appelé à la cessation totale des hostilités, pour Israël de retirer ses forces du Liban en parallèle avec le retrait des soldats du Hezbollah et au Sud-Liban la FINUL, et avec une certaine disposition pour une solution à long terme. Le Conseil a souligné l'importance du plein contrôle du Liban par le gouvernement du Liban, et non par d'autres forces, et l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'indépendance politique du Liban dans ses frontières internationalement reconnues. Il a également appelé à traiter la libération inconditionnelle des soldats israéliens enlevés.

 

Le 10 Mars 2017 sur un rapport périodique sur la mise en œuvre de la résolution des Nations Unies,  le Secrétaire général Antonio Guterres, est opposé aux déclarations belliqueuses de Nasrallah contre Israël qui « augmente le risque de tension et pourrait conduire à une nouvelle guerre. » António Guterres a rejeté l'argument que les menaces Hezbollah sont justifiées comme un besoin de dissuasion. Cette menace rhétorique de l'utilisation de la force déstabilise le calme et la stabilité relative dans la région.

 

Une partie du rapport Guterres était un appel au président libanais Michel Aoun d'obtenir un accord entre les partis politiques libanais pour éliminer les armes de Hezbollah et d'autres groupes armés. Il a précisé que le maintien des armes par le Hezbollah et d'autres groupes porte atteinte à l'autorité de l'État. Déjà, le Conseil de sécurité des Nations unies Résolution 1559 du 2 Septembre 2004 a invité les « forces étrangères », Israël et la Syrie, à se retirer du Liban, et pour toutes les milices,  et de dissoudre le Hezbollah .

 

Le plaidoyer de Guterres concernant la résolution 1701 est peu susceptible d'être mis en œuvre depuis qu'Aoun, un chrétien maronite et ancien général, est le président élu en Octobre 2016, et qu'il a signé un « protocole d'entente » en 2006 entre son Mouvement patriotique libre et Hezbollah, qui l'a soutenu à la présidence . Selon la constitution du Liban le président doit être un maronite.

 

Plus important encore, le rapport Guterres a condamné les menaces lancées par le chef du Hezbollah contre Israël le 16 Février, 2017 de frapper réacteur nucléaire de Dimona d'Israël qui est pour le Hezbollah une cible militaire. Dans tous les cas, Nasrallah a appelé à démanteler Israël.

 

Nasrallah a également appelé Israël à retirer le grand réservoir d'ammoniac de la baie de Haïfa et se vantait de son succès dans les événements en ce qui concerne quand le 30 Mars 2017, un tribunal de district de Haïfa a ordonné à l'entreprise Ltd Chemicals Haïfa pour le fermer. les groupes environnementaux israéliens ont depuis un certain temps souligné le danger du grand réservoir d'ammoniac, une « arme » de gaz hautement toxique lorsqu'il est exposé à l'air libre et donc avec un potentiel destructeur énorme. Néanmoins. Nasrallah a revendiqué la décision du tribunal en disant qu'il a montré la force du Hezbollah.

 

En effet, cette force augmente. Le Hezbollah a augmenté son arsenal militaire. Il a maintenant plus de 150.000 missiles, une plus grande portée et des missiles guidés, capables de frapper Israël. La plupart de ses armes proviennent d'Iran qui a formé ses militants et leur a donné une instruction religieuse.

 

Le Hezbollah est resté essentiellement une force de guérilla jusqu'à la guerre civile syrienne, mais est devenu plus actif dans son soutien à Assad, et la collaboration avec l'Iran pour la défense des Chiites. Le Hezbollah, pourrait avoir mis au point le plan de bataille pour Alep, les combats en Syrie et a changé la guerre civile en faveur du président Assad.

 

Le Hezbollah menace d'envahir la Galilée, de « libérer » la Palestine, ainsi que les hauteurs du Golan, pour harceler des civils israéliens vivant près de la frontière avec le Liban, et obliger l'armée israélienne à construire des tunnels défensifs à la frontière nord.

 

Il ne faut pas oublier que le Hezbollah dirige également une entreprise commerciale prospère fondée sur les médicaments. En 2011, le gouvernement américain a saisi les bénéfices liés à la drogue Ayman Jouma, trafiquant de drogue lié au Hezbollah. En Avril 2013, les Etats-Unis ont pris des mesures contre le Hezbollah comme un cartel de la drogue et en 2016 un certain nombre de ses membres ont été arrêté pour travailler avec un cartel de la drogue sud-américain. La DEA (Drug Enforcement Administration) des États-Unis en 2017 a annoncé avoir découvert les activités criminelles internationales du Hezbollah à l'aide des fonds provenant des activités de trafic de drogues, en particulier des cartels en Amérique du Sud pour acheter des armes et financer ses autres activités.

 

En tant que candidat à la présidence, Donald Trump a confessé qu'il ne connaissait pas les noms de certains chefs terroristes, comme Nasrallah. En tant que président, il doit les connaître et on attend qu'il prenne des mesures appropriées pour traiter avec le chef du Hezbollah qui, une fois l'a appelé « idiot ».

 

Repost 0
mordeh'ai
7 avril 2017 5 07 /04 /avril /2017 05:16

 

 

L'armée américaine a lancé jeudi 50 missiles de croisière dans un aérodrome militaire syrien, lors de la première attaque américaine directe contre le gouvernement du président Bashar al-Assad
7 avril 2017, 5:45 AM (IDT)
 
 

DEBKAfile Rapport spécial 7 avril 2017, 5:45 AM (IDT)
http://debka.com/article/26003/U-S-strikes-Syrian-military-airfield-
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif
 
 
L'armée américaine a lancé jeudi près de 50 missiles de croisière sur un aérodrome militaire syrien lors de la première attaque américaine directe contre le gouvernement du président Bashar al-Assad depuis la guerre civile de ce pays il y a six ans. L'opération, que l'administration Trump a autorisé en représailles à une attaque chimique qui a tué des civils cette semaine, élargit considérablement l'implication militaire des États-Unis en Syrie.
 
   Les missiles ont été lancés à partir de deux destroyers de la Marine - l'USS Ross et USS Porter -en Méditerranée orientale. Ils ont frappé une base aérienne appelée Shayrat dans la province de Homs, qui est le site à partir duquel les avions qui ont mené l'attaque chimique dans Idlib sont censés être originaires
 
 
 
 
 
 
 
 
Repost 0
mordeh'ai
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 16:42

Par le Staff Israel Today
Http://www.israeltoday.co.il/NewsItem/tabid/178/nid/31415/Default.aspx

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif 
 


Un Israélien aurait trouvé la mort et un deuxième blessé légèrement dans un suspect attentat terroriste au Nord de Jérusalem jeudi matin.

L'attaque s'est produite en dehors de la communauté juive d'Ofra en Samarie .

Les victimes se trouvaient à un arrêt de bus / auto-stop lorsqu'un automobiliste arabe palestinien leur a foncé dessus .

Les forces de sécurité israéliennes dans la région ont "neutralisé" le suspect terroriste.

L'une des victimes, toutes deux âgées de 20 ans, la première fois a été classée en état critique, mais aurait succombé à ses blessures peu de temps après.

Repost 0
mordeh'ai
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 16:10
Par le Staff d'Israël Today
http://www.israeltoday.co.il/NewsItem/tabid/178/nid/31402/Default.aspx
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif 
 

Résultat d’image pour foto Trump Al-sissi

 
Après sa rencontre avec le président égyptien Abdel Fattah Al-Sisi lundi, les médias arabes signalent que le président américain Donald Trump cherche à accueillir un sommet de la paix au Moyen-Orient dès cet été.

Et cela en Israël a plus que concerné quelques personnes .

Alors qu'Israël et l'Egypte ont bénéficié d'une coopération étroite sous Al-Sisi, le chef égyptien aurait déclaré à Trump que la paix entre Israël et les Arabes devrait être basée sur l'Initiative de paix arabe de 2002.

Israël à l'époque s'est félicité de la notion de paix globale (par opposition aux processus de paix séparés avec les Palestiniens et le reste du monde arabe) mais n'a pas pu accepter beaucoup de termes, comme ouvrir les portes de l'État juif à des millions De soi-disant "réfugiés palestiniens".

Si l'Egypte et d'autres nations arabes convainquent Trump d'adopter l'Initiative de 2002 comme base pour les futurs pourparlers de paix, Israël pourrait de nouveau se retrouver dans une position dangereuse.

Selon le quotidien arabe Al-Hayat, c'est précisément ce qui se passe.

Les sources américaines citées par le journal ont déclaré que Trump regardait un sommet de la paix hébergé aux États-Unis cet été, l'Egypte rejoignant les États-Unis comme l'un des principaux arbitres entre Israël et le reste du monde arabe.

L'Egypte est déjà officiellement en paix avec Israël
 
Repost 0
mordeh'ai