Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 17:13

par Shraga Blum

http://www.israel7.com/

23/01/2012

 

Le président Pérès avait fait preuve d’une étonnante hargne lorsqu’il s’est agi de condamner les actes de quelques jeunes excités de Judée-Samarie contre Tsahal, les dérives de groupes orthodoxes marginaux ou tout simplement l’activisme législatif des députés de la majorité. Mais quand il s’agit de réagir aux appels au meurtre lancés par ceux-là même avec lesquels il a entraîné Israël dans une spirale suicidaire, le président se fait soudain plus modéré et prend de la « hauteur ».

Après les propos insoutenables du mufti de Jérusalem, Muhmad Hussein, Shimon Pérès n’a même pas daigné faire une déclaration publique de condamnation mais s’en est entretenu avec la ministre de la Justice, Prof. Yaakov Neeman.

Il lui a a notamment dit: « Ces propos pourraient être dangereux et amener à une détérioration des relations entre juifs et arabes, et même inciter au meurtre »!!  Sans blague!!  Il a demandé au ministre de la Justice « de voir comment l’on pourrait éviter ce genre de déclarations à l’avenir ».

Très pâle condamnation, et surtout, pas un mot d’étonnement ou de révolte présidentiels après ces propos de la bouche d’un représentant du Fatah, co-récipiendaire avec lui du Prix Nobel de la « Paix » il y à 18 ans.

 

Mais il est vrai que le Mufti se défend en disant que ce n'est pas lui qui appelle au meurtre des juifs c'est....... Mahomet et ses hadith http://www.bivouac-id.com/billets/israel-le-mufti-de-lautorite-palestinienne-se-defend-cest-pas-moi-qui-incite-a-tuer-les-juifs-cest-mahomet/

 

 

Mufti Muhammad Hussein at Fatah celebration

Mufti Muhammad Hussein at Fatah celebration
Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 08:49

par Meir Ben-Hayoun

22/01/2012

 http://www.israel7.com/

 

Suite aux propos du Premier ministre prônant le transfert de la localité de Migron (voir ici), le député Michael Ben Ari (Ihoud Léoumi) a déclaré : « Binyamin Netanyahou s’est imposé comme le Premier ministre du gel (de la construction), du déracinement et de la trahison envers Eretz-Israël. Le déracinement de Migron sera l’antichambre du déracinement de toute l’implantation en Israël. S’il veut faire démolir des constructions illégales, qu’il joue le héros à Rahat ou à Oum el Fahm. »

 

Plutôt que de prôner l'abstention ou le vôte blanc, (voir ici ) les cadres du Likud pour la prochaine Primaire ont l'alternative de voter  Moshe Feiglin  comme leader, et cela fera le même effet si ce n'est plus sur le comportement "gauchisant" de Nethanyahu. (Note de Mordeh'aï)

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 08:38

Par Rony Akrich

23/01/2012

http://www.israel7.com/

 

L’Éternel nous a nantis d’un présent considérable: depuis plus d’un demi-siècle Le voici engagé au sein du mouvement de renaissance de Son peuple. C’est alors qu’Il jugea bon de chasser l’obscurité enveloppant la Terre d‘Israël depuis le départ de Ses enfants, et de dévoiler une éblouissante lumière éclairant à nouveau les collines et les ruelles de Jérusalem. Des quatre coins du globe le peuple continue de répondre à l’appel Divin, il s’avance inéluctablement vers la Terre de ses ancêtres voulant ainsi participer à la ressusciter.

L’Histoire d’Israël est similaire à celle de l’être humain, l’apparition d’un peuple comme sa résurrection présentent un certain nombre d’analogies avec  l’enfant. Dès la naissance, les parents s’assurent du bien être organique et émotionnel du nouveau-né, d’une alimentation décente, d’une hygiène de vie et lui fournissent toute l’assistance médicale nécessaire. Plus tard, alors qu’il sera devenu une personne saine de corps et une personnalité forte et équilibrée d’esprit, ses parents entameront son développement spirituel et lui feront franchir un cap complémentaire par l’investigation de la Torah et l’usage de ses lois.

Le prophète Ezéchiel nous propose un tableau retraçant le futur retour des Juifs en Israël, ceux-ci s’emploieront tout d’abord au renouveau de la Terre et à sa réédification. Au siècle dernier, le poète Lamartine consignait ceci: «Dans les alentours de Jérusalem, nous n’avons vu aucun être vivant, nous n’avons entendu aucune voix. Nous n’avons trouvé à Jérusalem que le vide … le silence … Un silence éternel règne sur la ville, dans les chemins, dans les villages … le tombeau d’un peuple entier.»

Impossible d’effacer de notre mémoire collective que pendant près de deux mille ans la Terre d’Israël n’engendra que des ronces, qu’elle n’eu jamais l’occasion d’émerger. Sa pitoyable désolation fut la conséquence douloureuse du châtiment divin imposé au peuple juif.

Lorsque l’anathème de la dispersion commença à se dissiper, la Terre, de nouveau, nous tendit ses bras, produisant à nouveau sa frondaison avec abondance et décorant les montagnes et les collines de ses fleurs, conformément à la parole du prophète Ezéchiel (36, 8): «Et vous, montagnes d’Israël, donnez vos branches et portez vos fruits à mon peuple Israël, car ils sont proches de revenir.».......... lire la suite

 

Repost 0
mordeh'ai - dans Monde juif (halakha-min'hag)
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 20:18

Par CAROLINE B. GLICK

http://www.jpost.com/Opinion/Columnists/Article.aspx?id=254400

Jerusalem Post

19/01/2012

Adaptation française de Sentinelle 5772©

 

 L’antisémitisme est aujourd’hui justifié sur la préférence donnée au nationalisme panarabe et palestinien sur le nationalisme juif.

 

 L’antisémitisme peut ne pas encore être mis à l’épreuve de son l’acceptabilité sociale aux USA, mais il est certainement devenu acceptable.

 La preuve de cet état de fait lamentable a été apportée cette semaine par la publication d’un portrait élogieux du Pr. John Mearsheimer de l’université de Chicago, dans la revue ‘Atlantic Monthly’, rédigé par le gourou maison de la politique étrangère, Robert Kaplan.

 Mearsheimer est l’auteur, avec le Pr. Stephen Walt, de l’Ecole de gouvernement Kennedy à Harvard, du livre tristement célèbre paru en 2007 « The Israel Lobby and US Foreign Policy » [le lobby d’Israël et la politique étrangère des USA]. Depuis la publication du livre, Mearsheimer est devenu l’un des antisémites les plus en vue en Amérique.

 L’article de Kaplan était une tentative évidente de réhabilitation de Mearsheimer pour faire valoir sa théorie ‘réaliste’ du lobby pro-Israël dans les affaires internationales.

 La théorie ‘réaliste’ de Mearsheimer proclame que la sphère internationale existe dans un état d’anarchie perpétuelle. En conséquence, le facteur motivant les actions des Etats dans les affaires internationales, ce sont leurs intérêts nationaux. La moralité proclame-t-il, n’a aucune place dans ces affaires.

 Le fondement intellectuel important de cette théorie a fait de Mearsheimer l’un des plus éminents spécialistes de sciences politiques en Amérique dans les années 1990. Etant lui-même ‘réaliste’, en particulier en lien avec l’ascension de la Chine en superpuissance, Kaplan pensait peut-être qu’en réhabilitant Mearsheimer, il contribuerait à convaincre les décideurs politiques d’adopter une approche réaliste de la Chine.

 Mais quelles que soient les motivations de la rédaction de ce portrait, et quel que soit son éventuel impact sur la politique des USA à l’égard de la Chine, le portrait de Mearsheimer par Kaplan a servi à banaliser un antisémite et ce faisant, à valider à son intolérance.

 Il est devenu nécessaire de réhabiliter Mearsheimer parce que depuis les années où lui et Walt ont publié leur théorie de la conspiration contre Israël et ses partisans américains, Mearsheimer a activement adopté des éléments marginaux aux USA et dans le monde pour valoriser sa campagne de discrédit contre Israël et ses partisans.

 Comme Alan Dershowitz l’a mis en exergue en novembre dernier, Mearsheimer a rédigé une apologie enthousiaste d’un livre hystériquement antisémite rédigé par le musicien de jazz britannique antisémite, le prolifique Gilad Atzmon. Ce livre, intitulé ‘The Wandering Who ?’ [Quel est l’Errant ?] est bourré de dénégations de l’Holocauste, de déclarations sur les Juifs qui contrôleraient le monde et l’Amérique, de portraits d’un D.ieu juif malin et corrompu, et il prétend qu’Israël est pire que l’Allemagne nazie.

 Dans son apologie, Mearsheimer a qualifié le livre de « fascinant », et dit qu’il « devrait être lu aussi bien par les Juifs que les non juifs ». Pour Kaplan, le soutien de Mearsheimer à Atzmon n’était qu’une simple faute. Mais bien au contraire. C’était une décision transparente de la part de Mearsheimer d’user de sa notoriété pour légitimer ses propres opinions antisémites.

 Dans un discours au ‘Palestine Center’ en avril 2010 par exemple, Mearsheimer a fait le distinguo entre les « bons » Juifs et les Juifs « néo – Afrikaners ». Les premiers sont les Juifs qui s’opposent à Israël et l’attaquent et les seconds sont les Juifs qui soutiennent et défendent Israël. En aseptisant l’intolérance de Mearsheimer par son portrait sympathique, Kaplan a banalisé sa haine. Et Kaplan n’est pas le seul.

 Le portrait de Mearsheimer par Kaplan fait partie d’un courant plus large aux USA, dans les lettres, la politique et la culture selon lequel l’antisémitisme devient de plus en plus acceptable. Comme Adam Kirsch l’a remarqué cette semaine dans un article sur le magazine ‘Tablet online’, la dispute centrale sur le ‘Lobby Israel’, à savoir qu’une cabbale de Juifs déloyaux et de leurs partisans a obligé les USA à adopter une politique pro Israël à l’encontre de ses intérêts nationaux, a trouvé une expression récente dans les écrits de journalistes du courant majoritaire, y compris le rédacteur du ‘New York Times’ Tom Friedman et celui du ‘Times’ Joe Klein.

 La semaine dernière, le magazine ‘Foreign Policy’ online, détenu par le ‘Washington Post’ – qui publie un blog régulier de Stephen Walt, a publié un article de Mark Perry déclarant qu’en 2007 et 2008, des agents du Mossad se sont fait passer pour des agents de la CIA dans une opération tortueuse dont le but était de bâtir une relation de coopération avec le groupe pakistano-iranien terroriste Jundallah opposé au régime baloutche.

 L’article de Perry se fondait uniquement sur des sources anonymes. Son but évident était de discréditer la notion même de coopération du renseignement israélo-américain sur l’Iran.

 Après la publication de l’article de Perry, Israël a délaissé son comportement habituel de ne jamais commenter les questions de renseignement. Le ministre des affaires étrangères a dénoncé cet article comme une « totale absurdité ».

 Ce que la revue ‘Foreign Policy’ n’a pas dit aux lecteurs, c’est que Perry n’est pas un journaliste objectif. C’est un ancien conseiller de Yasser Arafat et l’avocat de la prise de contact des USA avec le Hamas et le Hezbollah. En omettant de mentionner ces biais, ‘Foreign Policy’ est devenue un accessoire de la banalisation de l’antisémitisme. Comme le ‘Lobby Israel’, l’article de Perry dans ‘Foreign Policy’ ajoute à la légitimité de l’attitude qui prête une erreur fondamentale aux relations étroites avec l’Etat juif.

 Peut-être que si Mearsheimer et Walt avaient publié leur version de la mise à jour des ‘Protocoles des Sages de Sion’ en 1997 au lieu de 2007, ils auraient été reçus de la même manière : ils se seraient tenus dans la meute dominante pendant plusieurs années, mais alors l’acceptation et le soutien graduels à leur intolérance aurait évolué depuis les marges vers le courant dominant.

 En cinq ans, ils auraient été réhabilités par ‘l’establishment’. Mais selon toute probabilité, cela n’aurait pas été le cas./ C’est un fait qu’au tournant du siècle, et en particulier à la suite de l’effondrement du processus de paix israélo-palestinien en 2000 – effondrement précipité par le rejet par Arafat d’un Etat palestinien, et à la suite des attaques du 11 septembre 2001 contre les USA, l’antisémitisme est devenu bien plus acceptable aux USA et à travers le monde. Le nombre des attaques contre les Juifs s’est envolé et la guerre intellectuelle contre Israël et ses partisans juifs a crû de façon toujours plus virulente.

 L’ascension de l’antisémitisme aux USA a de nombreuses causes, mais trois développements parallèles ressortent. D’abord, le développement de stations satellitaires arabes comme Al Jazeera a porté la haine antijuive du monde arabe dans le discours occidental.

 Il est vrai, la plupart des occidentaux rejettent la forme éradicatrice de la propagande antisémite comme brutale et erronée. Mais la haine antijuive véhiculée par ces émissions a eu un impact corrosif sur le discours occidental. Elle a accoutumé les observateurs aux mensonges mis au cœur de la propagande.

 Ainsi, alors que qu’ils peuvent rejeter les appels quotidiens à détruire les Juifs, les Occidentaux ont de plus en plus internalisé la proclamation basique que les Juifs méritent d’être haïs. Prenez par exemple un article du ‘Washington Post’ la semaine dernière sur la décision de l’Egypte d’interdire aux fidèles juifs de faire leur pèlerinage annuel sur le tombeau du sage de la Torah Rabbi Yaakov Abuhatzeira.

 Le narratif prétend que les Egyptiens se sont opposés à Israël du fait de leur comportement à l’égard des Palestiniens et parce que l’attaque terroriste à travers la frontière égyptienne en août dernier « a conduit au meurtre d’au moins cinq garde-frontière égyptiens pendant que des soldats israéliens poursuivaient les ‘militants’ présumés ». C’est à dire, selon le ‘Washington Post’ exactement comme le déclarent les media panarabes, qu’Israël est entièrement responsable de la haine arabe contre les Juifs.

 Et puis il y a bien sûr les media européens.

 Cette semaine, le journal chrétien hollandais ‘Trouw’ a publié un article sur les soins prénataux en Israël, rédigé par Ilse van Heusden. Celle-ci a écrit sur les soins médicaux de très haute qualité qu’elle a reçus en Israël où elle a vécu temporairement et où elle a donné naissance à un fils en bonne santé. Plutôt que de vanter les soins attentifs qu’elle a reçus, Van Heusden les a attaqués. Elle a déclaré que la médecine prénatale de classe mondiale en Israël est un produit de son adhésion à l’eugénisme et de sa similitude avec l’Allemagne nazie. Comme elle l’a formulé : « Etre enceinte en Israël est comparable à une opération militaire. D’innombrables échographies et tests biologiques sanguins doivent produire un bébé parfait, rien ne doit être laissé au hasard. L’Etat exige des bébés sains et en grand nombre ».

La décision du journal ‘Trouw’ de publier l’attaque antisémite de Heusden n’est qu’un élément parmi les articles innombrables publiés dans les media européens décrivant les Israéliens comme de méchants Juifs enclins à user de la science et de tous les autres moyens à leur disposition pour faire progresser les objectifs pleins de malignité des Juifs de dominer le monde, de génocide, d’apartheid, et de mal en général. Quand Israël ose se plaindre de ces attaques, les politiciens européens et les célébrités des media sont prompts à se dresser et à défendre leur droit à la liberté d’expression.

C’est ainsi que le ministre des affaires étrangères de Suède Carl Bildt – qui empêcha la publication de toutes les caricatures de Mohammed dans les media suédois – se dressa avec le tabloïd suédois ‘Aftonbladet’ quand celui-ci publia en 2009 un article accusant des soldats de Tsahal de tuer des Palestiniens pour prélever leurs organes. Dans l’esprit des antisémites, en tentant de s’opposer à cette accusation de crime rituel, Israël prouvait qu’il cherche à contrôler les media.

 Les mensonges des media européens sur Israël se sont traduits dans les politiques gouvernementales officielles de mensonges sur Israël. C’est ainsi que l’Assemblée Nationale française a publié le mois dernier un rapport sur la géopolitique de l’eau incluant une diatribe de 20 pages prétendant qu’Israël utilise l’eau comme une arme d’apartheid contre les Palestiniens.

 Pour rédiger ce rapport, les législateurs français ont dû ignorer non seulement le contenu de l’accord israélo-palestinien sur l’eau dans leur Accord Intérimaire de 1995. Ils ont dû ignorer le fait basique qu’Israël donne à l’AP bien plus d’eau que l’accord ne le demande, et ils ont prêté des intentions malignes au gouvernement israélien. C'est dire qu’ils ont dû adhérer à l’irrationalité de l’antisémitisme.

 Parallèlement à la pénétration de l’antisémitisme arabe dans le discours occidental via les media panarabes, et l’adhésion à un antisémitisme manifeste dans les media et la classe politique européens au cours de la décennie passée, nous avons été les témoins du développement d’une alliance entre la Gauche occidentale et les mouvements islamistes.

 L’adoption par la Gauche internationale des émules du Hamas, des Taliban, de l’Iran et des ‘Frères Musulmans’ a augmenté le niveau d’aisance des décideurs politiques américains de Gauche et isolationnistes dans l’adhésion à des positions hostiles à d’Israël. Ainsi, au moment même où le gouvernement Obama fait une cour assidue aux Taliban, aux ‘Frères Musulmans’ et au régime iranien, selon ‘Chanel 2’, la secrétaire d’Etat Hillary Clinton a refusé de rencontrer le ministre des affaires étrangères Avigdor Lieberman lors de son prochain voyage à Washington. ‘Channel 2’ rapporte que des officiels américains de haut rang ont dit : « Lieberman est un obstacle à la paix. Nous ne voulons pas figurer sur une photo avec lui ni ce qu’il représente ».

 L’antisémitisme est un préjugé basé sur le rejet de la raison. Pour le combattre, il ne suffit pas de réfuter les affirmations des semblables de Mearsheimer. Lui et ses collègues doivent être discrédités et leur potentialisateurs être couverts de honte.

 Mais avant que cela n’arrive, la communauté juive mondiale et les Israéliens doivent identifier ce qui survient. L’antisémitisme est de nouveau à la mode. Sa nouvelle justification n’est pas la race ou la religion. C’est le nationalisme. L’antisémitisme d’aujourd’hui est justifié par la préférence donnée au nationalisme palestinien et panarabe sur le nationalisme juif.

 Et comme ses prédécesseurs raciste et religieux, son but est de nier aux Juifs le droit d’être libres. Face à cette agression, le Peuple juif en Israël et dans la Diaspora a deux alternatives. Nous pouvons soit succomber face à nos ennemis, ou bien nous pouvons résister.

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 19:47

Publié: 22 Janvier, 2012

par Lee Kaplan

http://www.israelnationalnews.com/Articles/Article.aspx/11156

Adaptation française Mordeh'aï ©2012 pour malaassot.com

 

Le Nouveau Fond d’Israël(New Israël Fund-NIF) promeut et finance le groupe ISM (International Solidarity Movement) qui travaille pour reconduire des Juifs hors de Jérusalem-Est. Les Juifs américains et d'Israël doivent faire l'attention à ce qui se passe.

Notez ce qui doit se produire aujourd'hui, dimanche, 22 janvier 2012.

Une fois encore, le Nouveau Fond d'Israël sollicite des dons et pour les Juifs d'assister à un événement en Californie qui serviront à délégitimer et finalement détruire l'Etat juif tout en prétendant qu'ils font la promotion de la démocratie. Le problème avec cette organisation est qu'elle sert juste de faire-valoir au Mouvement de Solidarité Internationale antisioniste, que le gouvernement israélien ne peut pas avoir le temps juste pour faire redémarrer le pays en dépit de toutes les flottilles, des désordres constants, des boycottages, des attaques sur la police des frontières et d'autres activités contre Israël par ce procommuniste nocif, ce groupe en faveur des terroristes.

 

Dans le passé, NIF a financé un groupe qui a sollicité des soldats dans les gares d'Israël leur offrant des bourses s'ils acceptaient d’aller en prison plutôt que de faire leur devoir dans Tsahal. Le NIF a rassemblé de l'argent pour la campagne de BDS (Boycott,Desinvestissement,Sanctions)  promue par la Coalition des Femmes pour la Paix et Dalit Baum ici aux Etats-Unis (tandis qu'elles l'ont nié alors même que la preuve en a été démontré).

Maintenant un nouvel exemple est l’émission d’un courrier électronique de NIF à la communauté juive en Amérique, particulièrement les Juifs de Californie du Nord. Le courrier électronique est un format d'annonce d'affichage publicitaire qui invite les Juifs à venir à une présentation promouvant.

On y lit:

 "En pointe dans la lutte pour un Israël démocratique" :  Le Mouvement  ‘le Projet de Solidarité-Scheik Jarrah’ et l’Eglise Méthodiste Unie de Davis Sanctuary

Le public est invité à rejoindre le New Israel Fund, alternative à une paix juive, et l'Eglise Méthodiste Unie de Davis pour entendre Shira Wilkof, co-fondatrice et membre actif du Mouvement de Solidarité Sheikh Jarrah, conférencière -Dimanche, 22 Janvier 2012 à 19:00

   qui parlera du Mouvement de Solidarité Sheikh Jarrah (SJSM), une organisation bénéficiaire du NIF qui travaille pour l'égalité civile en Israël et pour la fin de l'occupation.

 

Le mouvement a émergé après l'expulsion forcée de quatre familles palestiniennes de leurs maisons dans le quartier du Sheikh Jarrah de Jérusalem-Est.

Dirigée par de jeunes Israéliens et Palestiniens qui veulent vivre dans une société qui respecte les droits humains, la SJSM a depuis augmenté ses manifestations hebdomadaires dans le quartier de Sheikh Jarrah - où les participants étaient au coude à coude avec les autorités locales des résidents arabes - à un mouvement de centaines de militants et un dossier d'informations cohérentes, la résistance de principe à des attaques de plus en plus sur la fragile démocratie d'Israël. Shira Wilkof est l'une des fondatrices de SJSM et était un membre de relations avec les médias du groupe de l'équipe en Israël avant de commencer des études de doctorat à l'université de Berkeley. "

Mme Wilkof est en fait une militante anti-Israël s'attaquant à son propre pays de naissance afin de permettre aux Arabes de prendre l'Est de Jérusalem et détourner ce quartier d'Israël.

 

Les tribunaux israéliens jusqu'à la Cour suprême ont jugé le différend sur les maisons en question et ont trouvé que les Arabes n’en étaient pas les propriétaires et refusaient de payer le loyer, ils ont accepté de payer aux propriétaires véritables des juifs qui ont prouvé leur titre de propriété datant de l'Empire ottoman. L'affaire a pris plus de 25 ans avant que les Arabes n’accèdent à rendre la terre et les maisons qui ne leur appartenaient pas. Arutz Sheva avait largement couvert cette affaire.

 

Nachalat Shimon, le propriétaire du terrain, est un organisme de bienfaisance qui fait les maisons pour les Juifs qui étaient réfugiés dans les pays arabes et musulmans. Les Palestiniens veulent éviter que les quartiers juifs ne s’étendent afin de transformer lentement Jérusalem en une ville musulmane dans le cadre d'un Etat palestinien.

 

Si quelqu'un en doute, il peut visiter la page Facebook du Mouvement de Solidarité Sheikh Jarrah, où il y a des histoires sans fin des émeutes de la PSP(Palestine Solidarity Project) (toujours appelées «non-violentes", malgré la violence dirigée contre les soldats d’Israël) en Cisjordanie et qui appelle à aider les Arabes arrêtés pour des activités violentes. On peut également trouver des perles telles que «Savez-vous où les aliments que vous achetez proviennent?

Savez-vous quoi répondre quand les gens vous demandent pourquoi vous boycotter les produits israéliens?

Regardez les brèves de la PSP (Palestine Solidarity Project)

 

Le front commun  George Soros iranien et saoudien ainsi que J-Street utilise le Projet Sheikh Jarrah de solidarité comme une tournée de propagande pour contrer l'événement ‘Droit imprescriptible d'Israel’ de la hasbara (Birthright Israël hasbara) parmi les jeunes juifs laïcs. Si ces jeunes Juifs américains peuvent être convaincus qu'Israël est un Etat voyou qui abuse les Arabes, alors l'Etat juif perdra le soutien américain parmi la communauté juive pour des générations .

 

Ils parviennent même à obtenir de quelques jeunes Juifs naïfs à réfléchir au boycott "non-violent" d'Israël et qu’affamer des Juifs est une activité de droits de l’ homme en affirmant qu'ils représentent les principes démocratiques juifs à l'instar de leur soutien à la «révolution» des palestiniens radicaux. La PSP (Palestine Solidarity Project) a même accusé Israël d'un massacre quand il s’est agi de l’arraisonnement des flottilles ISM (International Solidarity Movement) , qui apportaient leur soutien au Hamas.

 

En attendant, ils ne disent rien sur la loi de l'Autorité palestinienne qui inflige la mort à quiconque vend un terrain à un Juif, même rétroactivement.

Mme Wilkof a fait une tournée aux USA pour parler dans les collèges de l'ISM (International Solidarity Movement) pour la Justice en Palestine -liée aux chapitres de la mission qui préconisent la fin d'Israël et qui ont pour habitude le soutien au Hamas. L'Eglise Méthodiste est active dans la promotion du boycott d'Israël et fournit même des lieux pour les organisateurs de Flottille pour Gaza; aussi bien que celui de 'Eglisel Davis, en Californie. UMC (United Methodist Church) est affiliée à l'église du révérend d’Obama qui a appelé à damner l'Amérique et Israël.

 

En 2003, j'ai suivi en secret une conférence ISM (International Solidarity Movement) dans l'État d'Ohio où il a été discuté en comité comment déconstruire le soutien juif américain pour Israël en persuadant des jeunes Juifs américains qu'Israël était un violeur de droits de l'homme. J'ai ri ‘sous cape’ alors, mais je ne ris plus maintenant. Ces événements arrivent de plus en plus fréquemment partout à travers les Etats-Unis dans nos universités, dans certains syndicats, partout où une foule peut se rassembler.

 

Ils parlent de droits de l’Homme et de «paix», mais c’est pour promouvoir le fascisme arabe et la guerre sans fin contre les Juifs.

La Communauté juive américaine doit reconnaître que New Israel Fund ne fait pas la promotion de la démocratie en Israël, mais plutôt il travaille à saper l'Etat juif dans le but d'y mettre fin comme foyer national juif. Le gouvernement d'Israël doit trouver des moyens d'alerter les Juifs américains, particulièrement ceux d'âge universitaire, que ce soit le véritable ordre du jour de J-Street comme front pour les forces anti-Israël à l'étranger et que l'ONG devrait être fermée à l'intérieur d'Israël en perdant son but non lucratif.

 

► Plus de cet écrivain L'auteur est un journaliste d'investigation et collaborateur de Front Page Magazine, analyste du renseignement senior et directeur des communications pour le Réseau de veille du Nord, et les chefs de défendre l'Amérique pour la Connaissance et Action (DAFKA) et Stop the ISM. Facteur. Il est un invité tous les mardis sur le Salon de Jim Kirkwood à Utah K-Talk Radio AM630

Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 22:49

 L’élection d’Israël est souvent vue comme un privilège immérité !  Les lignes ci-dessous vont tenter de démontrer que le courage, la vertu, le caractère et l’envergure de deux hommes sont à l’origine de la désignation  du Peuple Juif,  comme « porteur » de la promesse messianique. 

 

Longue et périlleuse histoire que celle qui conduisit à l’élection ou désignation d’Israël comme peuple phare de l’humanité. Le choix n’est pas arbitraire. Il va même dans le sens des grandes consultations démocratiques des temps modernes et tout comme l’individu fonde son choix sur des critères, la désignation d’Israël reste fonction d’une singularité objective et rare: la morale ne peut se vivre que dans, et jamais hors, l’histoire.

Cette promotion d’un peuple devenu messianique  n’est pas un caprice de l’absolutisme divin. Elle correspond à une difficile gestation où le Juif en exprimant son refus, sa rébellion contre les dieux,  définira son exceptionnelle destinée. D’abord, comme pour bien montrer que l’humanité prise en chacun de ses peuples avait de sérieuses chances d’être appelée à la magistrature universelle, surgira un personnage atypique, Abraham qui ne sait pas encore où aller mais qui sait d’une certitude absolue, fruit de son cheminement personnel, là où il ne faut pas, où il ne faut plus aller.

 

 On ne dira jamais assez, que la condamnation de l’idolâtrie est d’abord une   décision personnelle d’Abraham que le C.iel confirmera en …seconde main. L’élimination de cette conception polythéiste  procède d’un parcours intérieur, d’un voyage initiatique de type humaniste où l’homme Abraham avant de savoir où le mènera son voyage, comprend la nécessité de la rupture. « Détruire les idoles de son père » c’est prendre le risque d’une solitude absolue si le « vide » n’est pas comblé.  Et, la lutte en vue d’éloigner le risque polythéiste fut un combat  où l’objet était moins de définir un nouvel idéal que de détruire l’ordre ancien établi sur la superstition . Lorsqu’il « renversa » le monde de son père, Abraham était seul,  le C.iel silencieux ! Il y a « quelque chose » de nietzschéen dans le combat d’Abraham !  Le premier humanisme est donc d’abord celui de la solitude de l’homme face à son refus de l’absurde. Le vide est préférable au trop plein hérétique.

 

Les ténèbres dissipées, il fallait savoir utiliser la découverte d’Abraham. Car la liberté, si elle devient une fin en soi, aboutit à l’impasse de la solitude qui conduit à la tragédie. C’est là toute l’ambigüité de la Grèce,  que seule la lumière peut combattre. Le miracle de Hanouca, c’est l’affirmation que la lumière permettant de tout appréhender est plus forte que la vérité ou même l’amour. La différence entre la Grèce et la Judée, c’est qu’Hermione dira : « Je ne suis pas venue sur terre partager la haine » alors que la voix des prophètes s’élèvera pour proclamer : Nous sommes venus vous offrir la Vérité ! »

 

Il fallut qu’Abraham détruisît l’illusion du polythéisme pour qu’apparut, l’homme qui put donner un sens à cette révolte. Deux issues se présentèrent à celui, qui restera pour une raison précise le plus grand des prophètes : Moïse notre Maître : soit affirmer que l’homme est trop petit,  qu’il n’a pas la stature pour arracher la vérité du ciel et  la faire germer sur la terre des hommes.

 Ce sera le triomphe des grandes spiritualités d’Orient et d’Occident. Soit, au contraire, en dépit de son bégaiement, c’est-à-dire de son hésitation, à arracher au divin la part qui revient à l’homme, opter malgré pour la lutte de l’homme contre les forces du destin. C’est ainsi que tout comme Abraham comprit seul par où la vérité ne pouvait passer, Moïse comprit sans l’aide du divin que l’injustice était le frein à toute option morale et, de lui-même,  il mit un terme à la vie de l’Egyptien qui martyrisait ses frères, inaugurant ainsi une nouvelle humanité où l’homme ne priera pas pour un monde meilleur mais le façonnera de ses « mains frêles et périssables. »

Ainsi s’imposa le peuple Juif en Peuple Elu !

Repost 0
mordeh'ai - dans Monde juif (halakha-min'hag)
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 17:35

Dr. Tuvia Brodie

Publié, 17 Janvier, 2012

http://www.israelnationalnews.com/

Adaptation française par Mordeh'aï  © 2012 pour le blog malaassot.com

 

L'auteur tire une démarcation distincte, qu'il constate en détaillant les profils des candidats.

 

 La Primaire du Likoud du 31 janvier 2012 n’est pas faite pour savoir qui sera le prochain chef du Likud. Cette "Primaire" ne concerne pas le politicien. Il ne s'agit pas de politique. Il s’agit de nous. Comment nous nous voyons - et comment nous définissons notre avenir: Est-ce que nous sommes une nation qui a tellement peur des autres que nous devrions faire machine arrière et nous prosterner silencieusement devant ceux qui nous haïssent? Ou, sommes-nous une nation au seuil de notre destin, confiants dans notre foi, notre D.ieu et notre droit à notre terre?

 

 La Primaire de cette année est cruciale pour notre avenir car nous sommes une nation en guerre. Cela pourrait être un avis minoritaire, mais 2012-2014 amèneront une guerre (diplomatique ou réelle, ou les deux) qui cherchera à nous délégitimer, nous détruire ou nous traîner devant les Nations Unies qui semblent croire que nous n'avons pas le droit d'exister.

C'est une guerre contre ceux qui voudraient s'allier pour nous détruire avec ceux qui faciliteraient cette destruction - un scénario construit par nos ennemis qui a été réellement écrit dans la Bible il y a plus de 2,200 ans.

Il n'existe aucun moyen d'éviter cette guerre. Il est raisonnable de croire que, compte tenu de la stature du Likoud en Israël, le gagnant de la primaire de ce mois pourrait bien être le prochain leader d'Israël. Mais parce que nous sommes en guerre, peu importe qui est choisi, nous allons nous battre pour un genre de guerre.

Même si nous élisons un gauchiste sur une plateforme d'apaisement et de reddition, - nous seront toujours en guerre: l'ennemi est implacable. En effet, notre histoire au Moyen-Orient démontre clairement que plus Israël offre de se rendre, plus agressif devient notre ennemi.

 

La question qui se posera aux électeurs lors des prochaines élections nationales ne sera pas qui nous aidera à éviter la guerre. Mais plutôt qui saura être le plus ferme pour mieux nous défendre dans cette guerre?

Le 31 Janvier 2012, le Likoud fera le choix de cet homme: Benjamin Netanyahu ou de Moshe Feiglin.

 

Tandis que le Likoud, de Benjamin Netanyahou, a choisi de s'allier à la gauche, ce n’est pas la voie naturelle du Likoud. Son administration harcèle les Juifs de Judée et de Samarie, permet aux laïcs antireligieux dans l'armée israélienne de faire pression sur les soldats religieux, défend une Cour Suprême gauchiste, et plus encore.

La gauche Israélienne, comme les Hellénistes de jadis, rejette la religion juive et se consacre à un désir de «devenir non-juif». Sa passion pour déjudaïser, c'est la passion du zélote (fanatique).

La gauche donnerait les lieux saints à ceux qui nous haïssent. Les valeurs juives et la survie des Juifs ne sont pas admissibles. Elle refuse de se préparer aux conséquences de son propre plan de paix: elle n’offre aucun plan de relogement aux centaines de milliers de Juifs déplacés lorsque la nouvelle «Palestine» qu'elle promeut exigera d'être Judenrein (sans Juifs), elle n’a pas de plan à offrir pour la sécurisation des nouvelles frontières qu'elle propose, et elle ne nous offre aucune explication, comment pouvons-nous espérer la paix quand des médias arabes, les politiciens et l'éducation abreuvent un public arabe d’un flux régulier de haine des Juifs. Elle ne s’en soucie pas. Elle semble si fatiguée de sa Judéité, avec laquelle elle veut juste en finir: autrement avec de tels gens pourquoi y aurait-il un intérêt quelconque dans la planification des conséquences de sa ‘paix’ ? Elle est trop épuisée pour s’en soucier.

 

 Alors que M. Netanyahu n'est ni un pur ni un simple gauchiste, néanmoins il semble avoir embrassé leur message. Il a rejeté le Likoud. Devant les nations du monde, il fait du rétropédalage, il diffère ses réponses et dit oui -après-non- oui-après encore non à leurs revendications. Pouce par pouce, il  capitule. Il se prosterne, il recule et s’aplatit à nouveau.

 

 Moshe Feiglin lui, donne à Israël une alternative. Il ne se précipitera pour acquiescer. Il ne satisfera pas. Il ne craint pas le destin d'Israël. Il ne pliera pas ou ne reculera pas. Mais il ne sera  ni d'airain ni impétueux, car il comprend la Bible, le Tanach. Il comprend la plate-forme du Likoud et il comprend la haine arabe.

 

Une enquête de juillet 2011, a révélé que 58 pour cent des Israéliens se disent modérément à fortement religieux. C'est pourquoi autant d’Israéliens s'identifient à Moshe Feiglin. Il comprend la conscience juive. Il comprend les valeurs juives.

La religion juive ne parle pas de reddition ou de prosternation face aux nations; Moshe Feiglin lui n’en plus n’en parle pas. Au lieu de cela, la religion juive parle du D-ieu d'Israël. Il en va de même pour Moshe Feiglin. Les Israéliens le comprennent. Ils veulent un leader qui reflète leurs valeurs. Ils veulent voir un leader qui croit en D.ieu. Ils veulent voir le courage juif, pas les Juifs qui fléchissent et qui pratiquent le rétropédalage.

 

Les électeurs du Likud ont un choix: fierté du Judaïsme ou laïcité universelle, courage ou peur, fermeté ou capitulation.

Comme je ne vois que cela, le choix entre Moshe Feiglin et Benjamin Netanyahu ne peut pas être plus clair.

 

► Plus sur cet éditorialiste L'auteur a un doctorat de l'Université de Pittsburgh et écrit pour tuviainil.blogspot et jewishleadership.blogspot

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 13:34

par Shraga Blum

http://www.israel7.com

20/01/2012

 

Situation ubuesque que celle qui se passe à Migron. Au mois d’octobre 2008, les plaignants arabes encouragés et soutenus par « Shalom Akhshav » avaient saisi un tribunal civil pour réclamer aux habitants de Migron une somme d’un million de shekels pour « indemnisation de la période durant laquelle Migron était établi sur leurs terres ».

Mais à la veille du verdict du tribunal, ils avaient soudainement retiré leur plainte. Motif: contrairement à la Cour Suprême, le tribunal civil exigeait des preuves concrètes et irréfutables de leur propriété ce dont ils sont parfaitement incapables. Leur avocat, Michael Sferd, président de l’ONG pro-palestinienne «Yesh Din» a alors retiré in extremis la demande d’indemnisation. Cette attitude n’a pas plu aux juges, et le tribunal de paix a décidé cette semaine de les sanctionner pour cette volte-face. Ils devront payer des dommages et intérêts à l’Etat ainsi qu’aux habitants de Migron !!

La juge Myriam Lifshchitz est même allée plus loin en décidant «que les requérants n’auraient désormais plus le droit de saisir un tribunal contre les habitants de Migron à des fins financières».
Le Comité des Habitants ainsi que le mouvement «Komemiyout» ont réagi en faisant savoir «que le Tribunal venait de révéler un autre aspect de l’injustice faite aux habitants de Migron, après que les faux propriétaires aient saisi la justice sous les conseils de "halom Akhshavé et "Yesh Din" sans être capables de présenter la moindre preuve de leur propriété».

Les habitants de Migron regrettent cependant «que le Tribunal, dans sa décision, ne soit pas allé jusqu’au bout en continuant à exiger que les plaignants présentent leurs preuves».
Et pour le moment, Migron est toujours menacé de destruction sur décision de la Cour Suprême. 

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 09:09

Guy Millière pour www.Dreuz.info

20,janvier 2012

 

 Les mauvaises nouvelles venant de la Maison Blanche se  succèdent à un tel rythme que parfois il m’arrive d’être las  de les énumérer.

 

 Mais comme je dois constater que nul en France ne les évoque,Quotes_Fun-copie-1 sinon pour les présenter sous un jour si biaisé et si imprégné de stupidité aseptisée, que j’ai l’impression que les journaux français parlent d’une administration Obama que je ne connais pas, et dont je n’ai jamais entendu parler, car elle n’existe que dans les colonnes du Monde, du Figaro, de l’Express et de quelques autres publications, qui sont à l’information ce que l’insulte est à la politesse, je dois me faire violence et en parler quand même.

En quelques jours donc, le merveilleux Président que le peuple américain a élu en 2008 s’est employé un peu davantage à sinistrer son propre pays, à dévoyer ses institutions et à mettre le monde un peu davantage en danger. Comment ?

D’abord en décidant de coupes dans le budget de la défense américaine. Ensuite en procédant à des nominations en violant la constitution des Etats-Unis. Enfin en décidant de suspendre la construction de l’oléoduc XL Keystone. Commençons par le budget de la défense. Le 6 janvier dernier, Barack Obama a décidé d’amputer celui-ci de cinq cents milliards de dollars, ce qui débouchera sur une réduction du nombre de membres des forces armées de quinze pour cent, et conduira à l’interruption de plusieurs programmes d’équipement et d’innovation technologique. Obama a parlé de la nécessité de « tourner la page sur une décennie de guerre », comme si le monde était soudain devenu plus paisible. Il a évoqué aussi une « nouvelle stratégie militaire ».

L’ancienne stratégie consistait pour les Etats-Unis à disposer des capacités, si nécessaire, de mener deux guerres à la fois. La nouvelle stratégie ? Les Etats-Unis ne pourront plus mener qu’une guerre à la fois. Si une agression survient ailleurs ? Les Etats-Unis pourront faire de la « gesticulation ».

Nul doute que la Chine, la Russie et l’Iran sont très impressionnés. C’est sans doute pour cela qu’Ahmadinejad a fini par envisager d’accéder à la demande d’Obama, qui souhaitait récupérer le drone dont s’est emparé la République islamique : l’Iran va rendre le drone, mais à l’échelle de 1/80, sous la forme d’un jouet, un drone miniature que l’Iran a commencé à fabriquer pour les collectionneurs du pays qui veulent se moquer des Etats-Unis. Obama ayant deux enfants, il pourrait, très poliment, demander à Ahmadinejad un deuxième jouet, comme cela Sasha et Malia ne seront pas jalouses l’une de l’autre, et leur papa pourra leur faire un cadeau à chacune.

N’ayant aucune confiance en la « gesticulation » éventuelle, les pays du Golfe et l’Arabie Saoudite ont commencé à se rapprocher de la Chine.

Obama tourne la page effectivement. La présence militaire américaine au Proche-Orient appartiendra bientôt au passé. L’armée américaine est en train de perdre ses potentialités opérationnelles et sa capacité de dissuasion. Obama met, en supplément, la vie des militaires américains en danger, car un soldat moins bien équipé, dans une armée réduite, est plus vulnérable.

Passons aux nominations. Le Président des Etats-Unis peut procéder à des « recess appointments », nominations en période de vacances parlementaires, lorsque l’urgence l’exige et que le Congrès n’est pas en session : il doit sans cela faire ratifier toute nomination par le Congrès. Obama a procédé voici quelques jours, alors que le Congrès n’était pas en vacances parlementaires, à plusieurs nominations dont il savait à l’avance qu’elles seraient refusées par la Chambre des représentants républicaines......lire la suite

Repost 0
mordeh'ai
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 09:16
 

Par Lenny Pomerantz

pour Guysen International News 

http://www.guysen.com/article_Israel-oblige-d-attaquer-l-Iran-_17200.html

19 janvier 2012

 
 

 
 Gel des avoirs de la Banque Centrale d’Iran, embargo sur le pétrole de la République Islamique à partir du 1er juillet, les pays européens ont durci le ton hier à Bruxelles et semblent décidés à sanctionner le pays d’Ahmadinejad qui continue à ses essais nucléaires. Des sanctions qui pourraient s’avérer insuffisantes pour
Israël, lequel pourrait envisager d’appliquer la « doctrine Begin ».
« Sous aucun prétexte, Israël ne permettra à un ennemi de développer des armes de destruction massive qu'il pourrait utiliser contre notre peuple ».

Ainsi se définit la « doctrine Begin » qui porte le nom du Premier ministre israélien qui l’a énoncé.

 

Une idée simple et vitale pour l’existence de l’Etat d’Israël qui naît au début des années 1980.

A l’époque, le dictateur Irakien Saddam Hussein est au pouvoir et le gouvernement de Begin s’inquiète un peu plus à chaque saillie antisioniste du « boucher de Bagdad ».

Alors, le septième Premier ministre d’Israël décide de lancer le 7 juin 1981 l’opération Opéra qui vise à détruire la centrale nucléaire d’Osirak, construite en Irak avec la collaboration française.

L’aviation israélienne se charge de bombarder la centrale et l’opération – bien que critiquée par la communauté internationale –est un franc succès et empêche un gouvernement antisémite et antisioniste de se doter d’une arme de destruction massive.

En septembre 2007 la doctrine est de nouveau appliquée à la lettre, cette fois-ci contre la Syrie.

L’aviation de Tsahal attaque un site près d’Al-Kibar qui abriterait une centrale nucléaire livrée par la Corée du Nord.

Nouveau succès et l’échéance est une nouvelle fois repoussée.

Mais pour combien de temps encore ?

 

La menace iranienne

 Après avoir anéanti les espoirs nucléaires de l’Irak et de la Syrie, Israël doit faire face désormais à un ennemi beaucoup plus puissant, beaucoup mieux protégé, et surtout beaucoup plus proche de l’arme nucléaire.

L’Iran a commencé son programme nucléaire dans les années 1950, alors que le Shah était encore au pouvoir et bénéficiait notamment de l’aide des scientifiques américains.

Aujourd’hui le pays est gouverné par Mahmoud Ahmadinejad, un homme dont la haine du juif est d’Israël dépasse l’entendement.

Pourtant, une attaque des installations nucléaires de la République Islamique est difficilement envisageable.

Car en Iran, les sites qui abritent les installations nucléaires sont trop dispersées et surtout profondément enterrées, rendant une éventuelle attaque compliquée et périlleuse.

Car en plus du mal qu’ils auront à viser les installations, les aviateurs de l’armée israélienne seraient également mis en difficulté par le système anti-aérien mis en place autour des sites.

Mais bien que la « doctrine Begin » ne soit pas inscrite dans le marbre, le gouvernement israélien ne peut se contenter de rester passif en attendant que l’Iran se dote de l’arme nucléaire.

Pour assurer la protection de leur population, les dirigeants de l’Etat hébreu doivent préparer une intervention.

Une intervention qui aurait peut-être déjà commencé.

 

Guerre cybernétique, Begin en 2.0 

En juin 2010, 30.000 ordinateurs iraniens dont de nombreux appartenant à des employés de la centrale nucléaire de Bouchehr, sont infectés par le virus Stuxnet.

Un virus décrit comme capable de reprogrammer des systèmes et de prendre le contrôle d’installations industrielles.

Surtout, un virus si complexe qu’il n’aurait pu être programmé que par un Etat.

Israël n’en revendiquera jamais la paternité, mais une vidéo montre l’ancien chef d’état major israélien Gabi Ashkenazi déclarer qu’il est le penseur du virus.

A l’heure où la guerre informatique fait rage entre hackers pro-israéliens et pro-palestiniens, le piratage apparaît plus que jamais comme l’arme la plus efficace.

Si la guerre cybernétique peut être une solution valable, elle ne suffira jamais à détruire totalement le programme nucléaire iranien.

A l’aube de nouvelles sanctions à l’égard du pays des Mollah, Israël attend donc avec impatience les conséquences du gel des avoirs de la Banque Centrale d’Iran et surtout l’embargo sur son pétrole.

 

Et se prépare peut-être déjà à une nouvelle opération dictée par Menahem Begin.

 
Repost 0
mordeh'ai - dans Revue de presse