Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 21:37

Dernier épisode du feuilleton MARZEL(Président du Bureau de Vote du Village Oum El Fahem)

Lundi 02/09/2009

La présidence de la commission centrale des élections a demandé au conseiller juridique du gouvernement Menny Mazouz d’ordonner à la police d’assurer demain (mardi) la sécurité du militant de droite Barouch Marzel à Oum El-Fahem. La commission estime qu’il n’y aucune raison valable d’empêcher Marzel de remplir les fonctions de délégué du Ihoud Léoumi dans un bureau de vote de cette localité arabe israélienne.

Repost 0
mordeh'ai - dans Dépêche
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 21:27
lundi 9 février 2009

 

Aujourd’hui lundi 9 février,  soit un jour avant les élections législatives israéliennes,  élections qui seront suivies de la composition d’un nouveau gouvernement à la tête de l’Etat hébreu,  le parti de droite Likoud,  mené par Binyamin Netanyahu,  demeure en première position dans les derniers sondages,  qui du reste sont suspendus depuis aujourd’hui,  veille de l’élection.  Cependant,  la longueur d’avance - dans les sondages - du Likoud mené par Binyamin Netanyahu,  sur le parti centriste Kadima mené par Tsipi Livni,  cette longueur d’avance s’est réduite.

-

En outre,  le Likoud doit prendre en compte la percée du parti de la droite patriotique Yisrael Beiteinu,  mené par Avigdor Lieberman.  Le parti travailliste Avoda (gauche),  mené par Ehud Barak,  arrive de ce fait en quatrième position,  derrière le Likoud,  Kadima  et  Yisrael Beiteinu.  Depuis quelques temps,  Binyamin Netanyahu intensifie ses critiques envers le parti centriste Kadima de Tzipi Livni.  Car en effet,  le parti Kadima,  actuellement au pouvoir,  n’a pas laissé tsahal traiter jusqu’au bout les cibles de la bande de Gaza.  Et tsahal risque par conséquent de devoir reprendre et cette fois terminer le travail sous le prochain gouvernement israélien.

-

En outre,  Binyamin Netanyahu ne croit pas que les Palestiniens,  divisés entre d’une part,  le Fatah,  que l’on va ici qualifier d’extrémiste modéré,  et d’autre part,  le Hamas,  que l’on va par conséquent qualifier ici d’extrémiste immodéré,  soient aptes et désireux de créer un Etat palestinien qui respecte et garantisse la sécurité d'Israël.  De fait,  ni le Fatah ni le Hamas daignent reconnaître le droit à l’existence d’Israël,  ce qui - forcément - rend toute négociation pour le moins suspecte.

-

Par ailleurs,  Binyamin Netanyahu compte se consacrer d’abord au développement économique de la Judée Samarie,  dite ‘Cisjordanie’,  et ensuite seulement,  à de vraies négociations avec les Palestiniens.  Binyamin Netanyahu estime que les tirs incessants de missiles,  de roquettes  et  d’obus par les terroristes du Hamas sur la moitié sud d'Israël,  et par les terroristes du Hezbollah sur la moitié nord d’Israël,  sont le résultat inévitable du naïf postulat « paix contre territoires »,  naïf postulat qui échoue en permanence depuis les accords d'Oslo de 1993.

-

Il faut tout de même ici reconnaître que les faits donnent raison à Binyamin Netanyahu :  depuis le retrait d’Israël du Sinaï,  le retrait d’Israël du Sud-Liban  et  le retrait d’Israël de la bande de Gaza,  Israël non seulement n’a obtenu aucune paix en échange,  mais au contraire,  jamais Israël n’a été autant menacé.  On peut toujours raconter qu’Israël et l’Egypte ont conclu la paix.

-

Mais cela ne change rien au fait que les tunnels de contrebande d’armements,  au profit du Hamas,  sont des tunnels qui proviennent d’Egypte.  Le traité de paix israélo-égyptien oscille au fil des décennies entre paix froide et guerre froide.  C’est depuis seulement quelques semaines que l’Egypte craint vraiment le Hamas,  notamment parce que le Hamas est devenu avant tout un bras armé de l’Iran,  pays gouverné par des mollahs intégristes qui commencent à inquiéter sérieusement cette même Egypte.

-

De son côté,  Tzipi Livni,  qui mène le parti centriste Kadima,  et qui est aussi la candidate préférée de nos médias européens,  médias auxquels pourtant Israël n’a rien demandé en la matière,  Tzipi Livni,  écrivais-je,  allègue qu’elle poursuivrait les discussions avec l'Autorité palestinienne et elle va même jusqu’à préciser :  « Je continuerai sur la voie que j'ai tracée avec mes partenaires de la partie palestinienne  (…)  Je ne suis pas prête à être un Premier ministre aux mains liées par un gouvernement sans processus de paix. Ce serait un prix intolérable ».

-

Une langue de bois à la sauce Tsipi Livni qui enthousiasme nos malveillants journaleux scrutateurs,  mais qui rendrait quasiment impossible la  constitution d’une coalition issue de la Knesset nouvellement élue (Parlement israélien),  Knesset où aucun parti,  sauf peut-être le Likoud,  ne devrait remporter plus de vingt-cinq sièges sur un total de 120 sièges.

-

Le quotidien israélien Maariv - dans une récente estimation - pronostique une nouvelle Knesset composée en premier du Likoud de Binyamin Netanyahou avec 26 sièges ;  en second de la Kadima de Tzipi Livni avec 23 sièges ;  en troisième du Yisrael Beiteinu de Avigdor Lieberman avec 19 sièges ;  et en quatrième du Avoda de Ehud Barak avec 17 sièges.  Ces quatre partis,  dans l’ordre d’importance décroissant,  Likoud (droite), Kadima (centre), Yisrael Beiteinu (droite patriotique) et Avoda (gauche),   réuniraient donc selon Maariv,  85 sièges sur les 120 que totalise la Knesset.  Resteraient 35 sièges à pourvoir dont l’issue dépendrait apparemment des électeurs indécis.

-

Le vote de demain aura lieu à la proportionnelle intégrale sur une seule circonscription nationale.  De ce point de vue,  Israël est « la démocratie la plus démocratique du monde ».  Au plan pratique cependant,  tout cela rend compliquée la composition d’un gouvernement de coalition,  forcément issu de l’addition de deux,  trois ou même quatre minorités parlementaires,  étant donné qu’il n’y a pas de majorité parlementaire en vue.

-

J’ai cru comprendre que nos chers médias,  de l’AFP à Euronews,  qui aiment tant se mêler de la démocratie israélienne,  redoutent une coalition Likoud - Yisrael Beiteinu.  C’est la raison pour laquelle ils s’efforcent de dépeindre Avigdor Lieberman et ses électeurs comme de vulgaires moujiks « ultranationalistes »,  sous entendu comme des ploucs slaves antidémocratiques.  J’ai cru aussi comprendre qu’Avigdor Lieberman et ses électeurs n’en ont rien à cirer.

-

© 2009 Miguel Garroté http://monde-info.blogspot.com

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 12:18
09 02 2009
Selon certaines informations qui ont filtré, la police chercherait à empêcher Barouch Marzel de venir superviser la tenue des élections, mardi, dans les bureaux de vote d'Oum el Fahem. Ce dernier a réagi en déclarant qu'une fois de plus, "la police avait l'intention de céder aux menaces de provocateurs du secteur arabe". Il a rappelé que sa présence avait été autorisée par le tribunal et que la police n'avait pas le droit d'intervenir. Il a ajouté qu'il se rendrait dans la ville, "malgré l'opposition des ennemis d'Israël".
Repost 0
mordeh'ai
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 14:36
 dimanche 08 février 2009
Cette nuit, l’Egypte qui sert d’intermédiaire entre Palestiniens et Israéliens, a proposé un accord établi sur les conditions suivantes :

Les deux partis s’engageraient, dans un premier temps, à respecter un cessez le feu d’un an et demi. Dans un deuxième temps, le soldat israélien Guilad Shalit serait libéré en échange de 1000 prisonniers palestiniens (au lieu des 1400 qu’exigeait le Hamas). Selon le quotidien arabe Al-Hayat publié à Londres, l’Etat hébreu aurait accepté la libération de l’ancien chef des Tanzim Marouane Barghouti (en photo), mais s’opposerait à celle d’Ahmed Saadat, le numéro un du Front populaire de libération de la Palestine (Une troisième étape consisterait à ouvrir les points de passage entre Israël et la bande de Gaza, et à faire progresser la création d’un Etat palestinien. Selon les responsables égyptiens, les efforts en vue d’un cessez le feu et de la libération du soldat israélien ont redoublé d’intensité en raison des élections législatives israéliennes qui auront lieu dans deux jours . Source :  http://www.israelmagazine.co.il

(Photo Reuters : Barghouti,
 responsable d’attentats
meurtriers en Israël et
déjà considéré comme un héros).


Repost 0
mordeh'ai - dans Scoop
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 09:17

Samedi 02/07/2009 par Shraga Blum d'A7

A trois jours des élections, et alors que l’issue du scrutin n’est plus aussi évidente qu’avant, les candidats redoublent d’efforts pour convaincre les hésitants de voter pour eux, ou plutôt, « de ne pas voter pour l’autre ».

 

Consciente des « dégâts » causés dans la population arabe israélienne par l’Opération « Plomb Durci » et par la popularité des idées d’Avigdor Lieberman, Tsipi Livni a choisi de tenir un meeting à Tamra, ville arabe de Galilée. S’adressant à un public sceptique, la candidate de Kadima a déclaré : « Vous avez conclu un pacte avec nous sur la base de l’acceptation d’un Etat juif et démocratique. Nous ne vous demandons pas de choisir entre les deux. Nous sommes un Etat juif, mais nous ne vous demandons pas de faire quelque chose qui contredise votre foi ou votre conscience. S’il  y en a ici qui sont venus avec de la haine, qu’ils sachent que je ne suis pas dans ce jeu-là. La victoire est à portée de main. Dans trois jours, le rêve de toute la population d’Israël peut se réaliser !»

 

En dehors de la salle, des dizaines de militants des partis Hadash et Balad manifestaient et conspuaient Livni : « Vous êtes responsable du massacre de centaines de nos frères palestiniens à Gaza, et vous osez maintenant venir ici demander nos voix ??!! »

 

Au même moment, Avigdor Lieberman tenait un meeting à Arad. Il a attribué toutes les attaques conjuguées à son égard comme la « preuve d’une incapacité à se mesurer à ses idées, et une volonté d’instiller la peur dans la population ». Répondant à une question d’un participant à propos de Shass, Lieberman a répondu « que les dernières déclarations du Rav Ovadia Yossef sont le meilleur service qu’il ait pu rendre à Israël Beiteinou ». Et sur une éventuelle cohabitation avec Shass dans un gouvernement, il déclarait : « L’une des conditions de notre participation à un gouvernement sera la liberté de vote sur les sujets qui concernent l’Etat et la Religion. Nous sommes favorables à la Halakh’a, mais pas à la surenchère et à aux aberrations qui existent actuellement. La Halakh’a n’est pas le monopole de l’orthodoxie. »

 

Binyamin Netanyahou, toujours favori des sondages quoique en perte de vitesse, participait à un rassemblement à Jérusalem. Au vu de la remontée des partis Habayit Hayehoudi et Ihoud Leoumi, il est revenu sur son message du « vote utile » à l’adresse du public sioniste religieux : « Si les petits partis satellites du Likoud obtiennent un siège de plus ou de moins, cela n’aura aucune incidence. Par contre, plus le Likoud est fort, plus ses chances sont élevées de former un gouvernement fort et stable.»

 

Ehoud Barak était à Raanana, où il a tenté de dissiper les craintes des militants de voir le parti travailliste devenir le quatrième parti, derrière Israël Beiteinou. « Il faut cesser d’avaler tout ce qu’on essaie de nous faire croire. Chaque citoyen de ce pays sait s’il est à droite, au centre ou à gauche. Et je demande à tous ceux qui se sentent appartenir au centre et au centre gauche de voter pour nous. Seul un parti Avoda fort sera capable de faire barrage à la droite »…


Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 22:58
La députée Meretz Zehava Gal-On, membre de la Commission Centrale des Elections, s'est adressée au Conseiller juridique du gouvernement Meny Mazouz pour lui demander "s'il n'y a pas de risque de troubles de l'ordre public avec la présence de Baroukh' Marzel à Oum El-Fahm le jour des élections". Le juge Eliézer Rivline, Président de la Commission a déjà repoussé une première fois une demande en ce sens de la part de Mazouz. Comment aurait réagi Gal-On si des Juifs avaient menacé de mort un homme politique arabe devant être présent dans un bureau de vote juif?

par Shraga Blum d'A7
Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 21:48
Photo: Dudi VakninPhoto: Gil YohananPhoto: Haim Zach

Marzel                                                 Mazuz                                                           Rivlin

Rivlin rejette le pourvoi d’interdire à  Marzel  de faire partie du comité de surveillance des bulletins à Umm Al-Fahm

                                                                                                             

Le Procureur Général demande que le Comité d'Élections de disqualifier l'activiste d’extrême  droite du pouvoir de surveillance du bureau de votes local en raison des tracas que cette initiative peut susciter une émeute; la direction du Comité des élections rejette la pétition et ajoute qu’il appartient à l’Etat d’être  responsable du maintient de la sécurité publique


Aviad Glickman
http://www.ynetnews.com

Adaptation française par Mordeh'aï 



Les craintes d'émeutes le Jour des élections à Umm Al-Fahm grandissent : le Procureur Général Menachem Mazuz a envoyé d'urgence un appel au Comité Central d'Élections vendredi 06 02 2009, lui demandant d'exercer son autorité et de démettre l'activiste d’extrême droite Baruch Marzel ,de sa nomination pour être à la tête du comité de scrutin dans la ville arabe- israélienne d'Umm Al-Fahm.

 

 L'appel de Mazuz au Comité était censé répondre aux questions de sécurité exprimées tant par le Chef du Shin Bet  Yuval Diskin que par le Commissaire de Police Dudi Cohen.

 

Mazuz a cité les risques, disant que le mouvement causerait "une certaine tension pour l'ordre  public et pourrait toucher tant la sécurité publique que l’intégrité des élections de la ville." 

 

Le juge Eliezer Rivlin, chef du Comité Central d'Élections a informé Mazuz que sa pétition était prématurée, comme "l'autorité du comité d'élection est limitée de la veille des élections au Jour des élections," et qu'en tout cas le comité n'avait pas l'autorité pour "intervenir dans l’identité des occupants des divers places de comité de scrutin".

 

Il a ajouté que selon des prédictions de la police, la présence de Marzel dans le village arabe serait suffisante pour provoquer une émeute,  alors que dans ce cas il n’y avait aucune portée aux fonctions qu’on lui avait assignées.

 

Rivlin dans sa lettre à Mazuz écrit " Chaque parti peut envoyer un observateur……..sans annoncer son identité à l’avance, aussi ceux qui demandent de rayer le nom d’un président de bureau de vote alors qu’ils peuvent le retrouver présent ailleurs dans un autre bureau  sans avertissement préalable. "

 

 Il a dit que c'était le travail des autorités pour garder la paix indépendamment de cette présence au bureau de votes. Donc, il a dit au Procureur Général, s'il avait la preuve d'une émeute qui couvait l'État devrait prendre toutes les mesures nécessaires pour l'en empêcher.

 

"Je attends à ce que vous accomplissiez votre fonction et fassiez appel à ces autorités - la police et le Shin Bet - pour exiger qu'ils prennent leurs responsabilités. Quelque soit le pourvoi il  ne retire pas la responsabilité ou le devoir des autorités," a écrit Rivlin.

 

Loi  abusée ?

 

La semaine dernière, le Comité Central d'Élections a annoncé que Marzel présiderait le scrutin  du District de  la ville de Haifa, représentant du Parti de droite Moledet; mais le Shin Bet et  le Bureau des renseignements de la police ont indiqué qu' il y avait un risque d’ émeute sur la ville si cela était maintenu.

 

Le commissaire de Police Cohen a alerté Mazuz de la possibilité d’un affrontement physique brutal pouvant éclater entre les partisans de Marzel et les citadins, disant que ses renseignements l’avaient averti "d'une manifestation musclée , une menace pour des vies humaines et peut même dépasser Umm Al-Fahm et s'étendre dans l'Oued Ara et à tout lle secteur arabe."

Le Procureur Général a demandé à Moledet de nommer un autre représentant  pour le comité de scrutin, disant que le parti a abusé de son droit d'élire un délégué pour observer l'intégrité du processus de vote. "Il y a un sens …en choisissant M. Marzel  cela a été signifié comme une provocation contre l’axiome de la Loi Électorale, contre les principes de la démocratie en général et contre le principe de participation dans le processus de vote en particulier.

 

"Il est bien connu que M. Marzel était un membre actif du Parti Kach, que le gouvernement avait considéré comme un groupe de terreur, " en conclusion  Mazuz, a ajouté que c'ést son opinion que dans ce  cas le Comité d'Élection Central doit utiliser son autorité pour annuler cette une nomination. le Parti Kach radical de droite a été fondé dans les années 1970 par le Rabbin Orthodoxe américano-israélien Meir Kahane. Bienqu'il ait gagné un siège à la Knesset de 1984, identifié sous le labell d’ extrémiste et de raciste, il a préconisé l'expulsion des Arabes d'Israël et des territoires palestiniens; en 1994 son parti  a été proscrit complètement.

 

En réponse à la demande de Mazuz, Baruch Marzel dit : "la preuve a été faite à nouveau que le Procureur Général était le représentant de  la Gauche radicale. "

"Au lieu de traiter les parodies d’élections dans le secteur arabe et de mettre en application la loi, Mazuz essaye de la contourner. Mazuz ne se soucie guère de la règle du droit, " a-t-il dit .

 

Sharon Roffe-Ofir and Efrat Weiss contributed to this report

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 12:53

Par GIL HOFFMAN
06.02.09

Le Likoud remporterait une course particulièrement serrée mais le bloc de droite mettrait facilement en échec la Gauche, selon ce qu'annonçaient de façon unanime différents sondages diffusés vendredi -dernière date à laquelle des sondages peuvent être publiés avant l'élection de mardi.


Un sondage mené en partenariat entre le Jérusalem Post et le centre de recherche Smith annonce que la Droite pourrait remporter 65 sièges, avec en tête, le Likoud, 26 sièges, et Israël Beiteinou, 17 ou 18 sièges.
La Gauche remporterait elle 55 sièges; Kadima, 23 et les Travaillistes, 14.

Photo: DR , JPost
Alors que Kadima reste constant dans les sondages, le Likoud a perdu trois sièges au profit du parti d'Avigdor Lieberman qui connaît un nouvel essor.
Lieberman continue son ascension selon la plupart des sondages, atteignant les 21 sièges selon une étude réalisée par l'Institut Geocartographic pour le journal Globes.

Le dirigeant du Likoud, Benyamin Netanyahou, a exprimé son inquiétude jeudi. Si trop de votants de droite mettent un bulletin pour les partis satellites du Likoud, son parti pourrait finir par perdre les élections, après avoir mené la campagne en tête.

"La plupart des gens veulent me voir élu Premier ministre et souhaitent voir s'appliquer les politiques du Likoud", a affirmé Netanyahou devant un public anglophone, supporter du Likoud, lors d'un rassemblement à Jérusalem. "Mais ils pensent tous que je serai de toutes façons élu, et qu'ils peuvent donc voter pour d'autres partis. S'ils agissent ainsi, le fossé entre le Likoud et Kadima se rapprochera, et le résultat pourrait s'avérer malheureux".

Tzipi Livni, dirigeante de Kadima, a exprimé sa satisfaction quant au rétrécissement des écarts dans les sondages. Une enquête interne au parti -conduite par Kalman Geyer- a révélé mercredi soir que le parti menait en réalité d'un siège.
lire l'article complet

Repost 0
mordeh'ai
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 12:39
Le Conseiller juridique du gouvernement, Meny Mazouz, s'est adressé de manière urgente à la Commission Centrale Electorale. Il lui demande de ne pas permettre à Baroukh' Marzel (Ihoud Leoumi) d'être scrutateur dans l'un des bureaux de vote d'Oum El-Fahm au jour des élections. "Il y a là un risque élevé de troubles à l'ordre public et d'entrave au bon déroulement du scrutin" affirme le Conseiller juridique. En fait, ce sont des Arabes de la ville qui ont menacé d'atteindre à la vie de Marzel s'il mettait les pieds à Oum El-Fahm!!

Remarque de Mordeh'aï : Qu'en pensez-vous sommes nous toujours en Israel ? ou dans un pays ARABE ?
Il ferait mieux de s'occuper du cas Olmer qui tous les vendredis a rendez-vous avec la police (AD MATAÏ ?) et de l'inculper !!! ou de classer !
Repost 0
mordeh'ai - dans Point de vue
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 12:22

par Shraga Blum
Vendredi 02/06/2009

Il n’est un secret pour personne que le quotidien « Haaretz », qui est la référence journalistique d’Israël à l’étranger, ne cache pas sa sympathie pour les idées défendues par l’extrême-gauche et l’intelligentsia « éclairée » du pays. Or un article éditorial de jeudi titrait « Il n’y a aucun sens à voter Meretz » ! Dans ce court article, l’auteur expliquait en substance que « le Nouveau Mouvement de Gauche-Meretz avait été créé récemment pour combler un vide à gauche et constituer une alternative aux partis existants, a échoué dans sa mission. Pourquoi ? Parce qu’il a soutenu l’entrée en guerre d’Israël contre le Hamas, tout comme Meretz avait soutenu l’entrée en guerre en 2006 contre le Hezbollah. Avec ces deux erreurs, et même si Meretz a ensuite critiqué timidement le gouvernement, il ne mérite pas les suffrages des électeurs et le soutien du journal ».

 

Les effets de cet article n’ont pas tardé à apparaître, et dans l’édition de ce vendredi, Amos Shoken, éditeur du journal, s’est senti obligé de monter en première ligne et titrer « J’irai voter Meretz !» et développe son argumentaire : « Le soutien de Meretz à la guerre est un problème du passé, mais l’arrivée probable de Lieberman au gouvernement est le problème de demain. Meretz étant le seul parti à s’être solennellement engagé à ne jamais siéger dans un gouvernement avec Israël Beiteinou, il faut renforcer ce parti pour étendre son influence. J’irai donc voter Meretz !»

 

En réaction à l’article de jeudi, Ilan Gilon, n° sur la liste de Meretz, a tenu à répondre au journal : « Oui ! Nous avons soutenu l’entrée d’Israël en guerre, car il y des moments où un pays souverain doit défendre ses citoyens par l’usage de la force. Nous ne sommes pays des pacifistes, nous ne sommes que des gens de gauche. Ceci dit, nous sommes heureux que Tsahal n’ait pas entamé la phase 3 de son programme ». Et exprimant son caractère frondeur qu’on lui connaît : « Et si cela ne plaît pas à ‘Haaretz’, ils n’ont qu’à créer un autre parti à eux!! »

 

En analysant ce genre de prises de position extrêmes de « Haaretz », on comprend mieux encore pourquoi les services israéliens d’information ont tant de mal à expliquer le point de vue israélien à l’étranger lors de conflits tels que l’Opération « Plomb Durci ». 

Remarque de Mordeh'aï : Tant mieux que Meretz n'est pas la faveur de ce journal elitiste et loin des conditions  de vie de la population ouvrière israelienne ....... Celà ne l'interresse pas du moment qu'il flatte l'intelligentsia et le monde diplomatique. Alors montrons que nous n'avons besoin ni de lui (Haaretz) ni des mouvements et encore moins des partis politiques d'extrême gauche... c'est du passé !!!
L'avenir c'est la sauvegarde d'un pays avec des valeurs Sionistes et  pour des juifs .

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique