Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 12:48

Par Khaled Abu Toameh

http://www.gatestoneinstitute.org/5785/Fatah-militias

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif 

 

Beaucoup dans la communauté internationale se réfèrent souvent à la faction palestinienne du Fatah, qui est dirigée par le Président de l'autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas, comme un groupe « modéré » qui croit dans le droit d'Israël à exister et à la solution de deux États.

 

Ce que ces gens ne savent pas est que Fatah, la plus grande faction de l'organisation de libération de la Palestine (OLP), se compose de plusieurs groupes qui ont des opinions différentes que celles exprimées par Abbas et d'autres responsables du Fatah parlant anglais.

 

Certains de ces groupes du Fatah ne croient pas au droit d'Israël à exister et continuent à parler de la « lutte armée » comme le seul moyen de « libérer la Palestine et de restaurer les droits nationaux palestiniens. »

 

Un de ces groupes est appelé la Brigade des Martyrs d'Aqsa - El Amoudi Brigade.

 

Les Brigades des Martyrs d'Aqsa est la branche armée du Fatah, créé peu après le début de la seconde intifada en septembre 2000. Bien que les dirigeants de l'autorité palestinienne maintiennent que le groupe a été dissous et ses membres enrôlés dans ses forces de sécurité, des dizaines d'hommes armés continuent d'opérer librement dans les villages palestiniens et les camps de réfugiés en Cisjordanie.

 

Basée dans la bande de Gaza, la Brigade El Amoudi, qui comprend des dizaines d'hommes armés du Fatah, est baptisée Nidal El Amoudi, un top du dispositif du Fatah tué par les Forces de défense israéliennes le 13 janvier 2008, après qu'il ait effectué une série d'attaques armées contre des civils et des soldats israéliens au cours de la deuxième intifada.

 

Au cours de la dernière guerre dans la bande de Gaza entre Israël et le Hamas ("opération bordure de protection"), la Brigade de El Amoudi a revendiqué et tiré des dizaines de roquettes sur les villes israéliennes et sur les soldats de Tsahal.

 

Dans la bande de Gaza on affirme que beaucoup de membres du groupe sont des anciens  agents desécurité, toujours inscrits sur la masse salariale de l'autorité palestinienne. Autres sources affirment que le groupe est financé par l'évincé officiel du Fatah--Mohamed Dahlan, qui est basé actuellement dans les Émirats Arabes Unis comme le groupe terroriste chiite libanais --le Hezbollah.

 

Il est à noter que la direction de l'autorité palestinienne n'a jamais pris ses distances de la rhétorique et des actions de la Brigade El Amoudi.

 

En plus un site officiel, du Fatah de la Brigade El Amoudi émet régulièrement des menaces de poursuivre la lutte armée et de détruire, Israël. La semaine dernière, le groupe a posté une vidéo avec un message à « l'ennemi israélien » pour le 67e anniversaire de la création d'Israël--que les Palestiniens appellent "Nakba Day" (jour de la Catastrophe).

 

Intitulé, « Un Message au peuple israélien » et accompagné de sous-titres hébraïques, la vidéo déclare que la « bataille pour la libération (de la Palestine) était plus proche que jamais, » et met en garde les Israéliens: « notre Nakba (catastrophe) est inoubliable; bientôt vous devrez quitter parce que vous n'aurez pas d'autre choix. »

 

La vidéo du Fatah  montre les membres du groupe au cours de l'entraînement militaire dans la bande de Gaza en prévision de la prochaine bataille contre Israël. « Nous avons préparé les meilleurs soldats, » dit la chanson en arrière-plan.

 

Dans une déclaration distincte pour la même occasion, le groupe du Fatah souligne que la "lutte armée" contre Israël "est le seul moyen pour libérer la Palestine". Il souligne également que le « droit au retour » des réfugiés palestiniens dans leurs anciens foyers à l'intérieur d'Israël ne peut pas être compromis et qu'il n'est pas négociable. « Notre peuple rejette toutes les alternatives pour le droit au retour, » l'instruction se référant à plusieurs reprises à Israël comme « l'ennemi sioniste ».

 

Par ailleurs, le groupe du Fatah se vante que ses hommes ont été en mesure de fabriquer une nouvelle fusée d'une portée de 12 kilomètres appelée 107 qui a été utilisé contre des soldats et des chars de l'armée israélienne lors de la dernière guerre dans la bande de Gaza.

 

La Brigade de El Amoudi n'est pas la seule milice armée du Fatah opérant en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Un autre groupe important dans la bande de Gaza, qui a également participé à la dernière guerre contre Israël, s'appelle Brigade du Martyr Abdel Qader Hossaini . Comme sa sœur de groupe, la Brigade El Amoudi, la milice du Martyr Abdel Qader Hossaini prend également en charge la lutte armée contre « l'ennemi sioniste ».

 

Un troisième grand  groupe terroriste du Fatah est appelé Brigades Abou al-Rish, a été responsable de nombreux attentats terroristes contre Israël et l'enlèvement d'étrangers dans la bande de Gaza. Le gang, qui se décrit comme "l'aile militaire du Fatah", a également fait référence à Israël comme « l'ennemi sioniste » et affirme avoir participé aux côtés du Hamas durant la dernière guerre dans la bande de Gaza.


 

Des tireurs du Fatah des Brigades Abu al-Rish, qui se décrivent comme "l'aile militaire du Fatah", apparaissent dans une vidéo de propagande de septembre 2014.


La communauté internationale et les médias ignorent souvent le fait que le Fatah a un certain nombre de groupes armés qui sont toujours ouvertement dédiés à la « lutte armée » et « au terrorisme » comme un moyen de « libérer la Palestine ». Ils ignorent aussi que les dirigeants du Fatah dits « modérés » qui parlent en faveur de la paix et de la solution à deux États ne se sont pas distanciés de ces groupes. En fait, ces dirigeants du Fatah, souvent parlent en anglais sur la nécessité de relancer le processus de paix, alors qu'en arabe ils louent et approuvent les hommes armés du Fatah.

 

La présence de bandes armées de Fatah en Cisjordanie et dans la bande de Gaza est un signe, des défis énormes, auquel ferait face n'importe quel dirigeant palestinien lorsque les Palestiniens et Israël conclueraient un accord de paix. Évidemment, ces groupes du Fatah seront les premiers à rejeter tout accord de paix qui comprendra la moindre concession à Israël. Certains de ces groupes sont opposés en principe à la paix avec Israël, parce que tout simplement, ils ne reconnaissent pas à Israël le droit d'exister.

 

C'est quelque chose que la communauté internationale -- principalement les Etats-Unis -- doit prendre en considération lorsqu'il s'agit du conflit israélo-palestinien. Les décideurs ont besoin de savoir que l'opposition à la paix avec Israël viendra non seulement du Hamas, mais aussi de nombreux groupes au sein du Fatah. Comme l'indiquent les groupes armés eux-mêmes, leur combat est d'éliminer « l'ennemi sioniste » et atteindre le « droit au retour » des millions de descendants de réfugiés dans leurs anciens foyers à l'intérieur d'Israël.

 

Pendant ce temps, Abbas et les autres dirigeants du Fatah, qui sont pleinement conscients des actions et des menaces de leurs loyalistes, font tout leur possible pour empêcher le monde d'entendre ce que les hommes armés du Fatah ont à dire sur la paix et la solution de deux États. La question demeure: jusqu'à quand la communauté internationale continuera d'enfouir sa tête dans le sable et de prétendre que le Fatah est un groupe unifié, modéré et pragmatique qui cherche la paix et la coexistence avec Israël au nom de tous les Palestiniens?
Repost 0
mordeh'ai
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 12:32

Par Joseph Puder

http://www.frontpagemag.com/2015/Joseph-Puder/eu-Funds-Palestinian-radicalism/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif 

 

Le quotidien The Guardian a rapporté (le13 mai 2015), " qu'un groupe de diplomates et d'anciens dirigeants européens a appelé à la réévaluation urgente de la politique de l'UE sur la question de l'État palestinien et a insisté sur le fait qu'Israël doit être tenu responsable pour ses actions dans les territoires"occupés"."

 

L'hypocrisie est définie par le dictionnaire du Webster comme du charlatanisme, de la mauvaise foi, de la bigoterie, de l'imposture, des supercheries, parmi d'autres. Chacun de ces mots décrit très bien la conduite de l'Union européenne (UE) dans ses rapports avec Israël. Un autre mot pourrait être ajouté à la liste: tromperie.

 

Le soutien incontestable de l'UE au radicalisme palestinien, à des organisations non-gouvernementales (ONG) et de l'autorité palestinienne (AP) encourage le refus palestinien de parvenir à un règlement raisonnable et pacifique avec Israël. Alors que l'Union européenne a fait pression sur les gouvernements israéliens successifs concernant les négociations de paix avec les Palestiniens, l'UE a constamment financé des ONG qui travaillent à délégitimer Israël par le biais de campagnes de boycott, désinvestissement et Sanctions (BDS). Une « industrie de mensonges », fabriquée par les Palestiniens, elles ont été accepté par les médias de l'Union européenne et des universitaires, qui ont en fait des « vérités » acceptées et largement diffusées dans la « rue » européenne. BDS est tout simplement une forme de guerre politique qui exploite la langue des droits de l'homme et du droit international pour promouvoir la destruction d'Israël comme l'Etat-nation du peuple juif.

 

Il serait risible, si ce n'était pas vrai, que les européens, qui se considèrent comme la principale force du progressisme dans le monde, soutiennent les organisations musulmanes Arabes palestiniennes qui ne le tolèrent pas. Les régimes palestiniens (Hamas ou l'autorité palestinienne) violent l'esprit même du progressisme par leur oppression des minorités, de la discrimination à l'égard des non-musulmans et non-arabes, la persécution des homosexuels et des lesbiennes, la  répression des femmes, du déni de la liberté d'expression et des abus cohérents des droits de l'homme et de la liberté religieuse dans la bande de Gaza et en Cisjordanie. En outre, l'autorité palestinienne et le Hamas, financés par les européens et les ONG américaines et les gouvernements, soutiennent un système éducatif qui apprend à ses jeunes la haine de leurs voisins Juifs et enseigne que, dans le temps, les Juifs seront éradiqués de "Palestine" (Israël). L'UE a ignoré cette incitation et cette intolérance envers Israël, les Juifs, les chrétiens, les américains et les européens qui arrosent si largement le système éducatif de l'AP, les médias et les mosquées.

 

Alors que les européens rejettent ouvertement toute expression de discrimination, y compris l'antisémitisme et la politique officielle de l'UE serait de s'opposer à des BDS, Des États membres de l'UE ont abreuvé ce mouvement notoirement antisémite. Selon le site BDS (20 octobre 2014): " L'aviation israélienne a été supprimé de la liste des forces armées participant maintenant à des exercices d'entraînements militaires multinationaux sur l'île italienne de Sardaigne, suite à une campagne par des activistes anti-guerre ".

 

Selon le projet d'enquête sur le terrorisme (18 juillet 2014), " depuis sept ans maintenant, l'UE verse des salaires réguliers au terroristes emprisonnés dans les prisons israéliennes pour avoir commis des assassinats sur des israeliens. Son fonctionnement est simple: plus de Juifs sont assassinés par chacun des terroristes, plus la peine la plus sévère, plus importante est la rémunération. C'est un système répulsif, des tueurs de juifs s'enrichissant pour la vie qu'ils prennent et par le paiement d'une récompense financière au terrorisme offerte par l'UE". 

 

Le Professeur Gerald Steinberg, à la tête de l'ONG Monitor  basée à Jérusalem, a dit, « de l'UE que le très disproportionné financement des ONG par le biais de l'Instrument européen pour la démocratie et des droits de l'homme (IEDDH), qui a alloué plus de 11 millions d'Euros à Israël et à l'autorité palestinienne, ce qui représente 57% du financement de l'IEDDH réalise au Moyen-Orient, tandis que des projets en Syrie, en Irak, en Iran, à Oman, en Arabie saoudite et aux Emirats Arabes Unis sont largement ignorés par ces cadres de l'UE. »

 

Le gouvernement néerlandais finance l'Electronic Intifada dont le leader vocal Ali Abunimah est un fort adversaire de la solution de deux Etats et qui fait progresser l'idée d'une « solution d'État unique, » une idée qui est rejetée par la plupart des états de l'UE, sans oublier de mentionner par tous les Israéliens. La solution d'un-État est tout simplement une formule pour la destruction de l'Etat juif.

 

Les gouvernements de la Suède et des Pays-Bas soutiennent également Ramallah (capital de l'AP) selon des ONG, Al-Haq. Al-Haq, qui est censé être une organisation internationale des droits de l'homme, est une partisane active de la campagne BDS contre Israël et les défenseurs des Palestiniens "droit de retour," un autre mot de code pour la destruction de l'Etat juif. Le CDE (Centre de développement des ONG), également une Fondation basée à Ramallah, est engagée dans une action politique qui comprend le financement des campagnes BDS et le mouvement " droit de retour " et fait don de millions de dollars à des ONG palestiniennes et israéliennes anti-Israël. Le NDC  (NGO Development Center) reçoit son financement de la Banque mondiale, de la France et d'un certain nombre d'États de l'UE.

 

La Suède est un principal bailleur de fonds des ONG anti-Israël, y compris Sabeel, une ONG basée à Jérusalem du Groupe arabe-chrétien, qui travaille en étroite collaboration avec les groupes protestants branche principale en Europe et aux Etats-Unis et qui aime à assimiler " la souffrance de Jésus à celle des Palestiniens". En 2008, la Suède a largement contribué au « programme de mémoire “Sabeel’s Nakba Memory program.” La Suède est également le principal soutien du Centre palestinien pour les droits de l'homme (PCHR), qui de même reçoit le financement de l'instrument de l'UE (IEDDH) à hauteur de 293 225 Euros en 2005. PCHR est un chef de file dans la stratégie de « guerre assymétrique », qui exploite la compétence universelle de la Cour internationale de Justice en apportant des poursuites contre les responsables israéliens pour « crimes de guerre » et « crimes contre l'humanité, » – qui alimentent le conflit.

 

L'Instrument européen supplémentaire pour la distribution des fonds aux ONG est le partenariat pour la paix (PPP), qui opère dans le cadre du partenariat euro-méditerranéen. Elle contracte avec les ONG en Israël, Jordanie et l'autorité palestinienne, avec un budget de 5 millions d'Euros, selon les ONG-Monitor. La mission ostensible de la PPP est de « Fournir une base solide au niveau de la société civile pour une paix juste et durable au Moyen-Orient, en renforçant et en augmentant la relation directe de la société civile et la coopération fondée sur l'égalité et la réciprocité entre Palestiniens/arabes et israéliens, y compris la minorité arabe-palestinienne en Israël. » Le financement des ONG de la « minorité palestinienne d'Israël » par l'UE comprend des groupes tels que Adalah et Mossawa, qui soutiennent l'agenda politique palestinien, y compris une « solution d'un Etat » qui est hostile à la paix et incompatible avec l'Union européenne qui demande de soutenir la paix.

 

Que ce soit par omission ou rétribution, le manque de transparence et de responsabilisation du financement par l'UE des ONG impliquées dans le conflit israélo-arabe est inquiétant. Pour remédier au problème, l'Union devrait combler les préoccupations concernant le rôle des préjugés individuels, politiques et idéologiques dans les décisions du financement des ONG impliquées dans le conflit israélo-arabe par l'Union européenne.

 

Mieux encore, si l'UE était sincère d'atteindre la paix et hébergement entre Israël et les Palestiniens, elle devrait exiger du gouvernement de l'AP, comme condition pour la réception de ses fonds, la fin immédiate de la vicieuse incitation à la violence contre Israël et les Juifs qui imprègne la société palestinienne. Au lieu d'allouer des fonds aux ONG radicales qui cherchent à saper la solution de deux Etats et l'Etat juif, l'UE devrait financer une ONG non partisane et non idéologique qui surveillerait et aiderait des ONG à promouvoir les droits de l'homme, la liberté religieuse et le développement démocratique dans les domaines contrôlés par l'AP, où il fait si cruellement défaut.

Repost 0
mordeh'ai
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 11:22

 

Par Isi Leibler

http://wordfromjerusalem.com/curbing-the-self-loathing-jewish-defamers-of-israel/
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif 

hebrew_button

 

La plupart d'entre nous est complètement exaspéré par les déviants, les Juifs odieux qui diabolisent Israël avec leurs campagnes mondiales, faussement "diffamatoires" décrivant l'armée israélienne comme une armée de monstres et de criminels de guerre. Ces éléments répréhensibles ont toujours été la bête noire du peuple juif. Mais aujourd'hui l'internet et les médias mondiaux leur fournissent la possibilité d'infliger des dégâts infiniment plus grands que dans le passé par leur impact .

 

Au moyen âge, certaines propagandes antisémites plus venimeuses émanaient de Juifs qui avaient le dégoût de soi, principalement convertit au christianisme, qui ont représenté un élément important de l'atmosphère qui prévalait lors de la persécution, des pogroms et de l'exclusion du mélange.

 

Au XIXe siècle, Karl Marx qui est né juif, a fait jaillir des diatribes antisémites obscènes que ses disciples Juifs ont tout simplement refusé de reconnaître. En Russie dans les années 1880, c'étaient des juifs révolutionnaires sociaux qui justifiaient les pogroms comme des pépinières qui transformeraient les masses en révolutionnaires.

 

Après la révolution bolchevique, le soviétique-nommé Yevsetskia (cadres juifs), étaient plus vicieux que leurs homologues les gentils à diaboliser et à interdire le judaïsme. Plus récemment, au cours de la guerre froide, les communistes Juifs de Diaspora ont défendu Staline qu'il avait assassiné leurs parents et ont applaudi le régime soviétique qui a contribué à l'antisémitisme d'état .

 

Aujourd'hui, il y a un petit groupe de Juifs et d'israéliens qui maintient cette tradition démente du dégoût de soi en cherchant à diffamer l'Etat juif en dépeignant les Forces de défense israéliennes – sans aucun doute l'armée la plus morale du monde – comme de lâches criminels de guerre.

 

Le principal groupe de juif en train de promouvoir ce rituel est une petite ONG israélienne, «Briser le Silence», qui a été créé en 2004 avec l'objectif de saper Israël. Sa stratégie est de diffamer TSAHAL, dramatisant les « preuves » de crimes de guerre. Toutefois leurs « témoignages » sont anonymes, non vérifiables et dénués de contexte. Bon nombre de « crimes » reprochés se sont révélés par la suite comme de l'anécdote anti-israelienne sans aucun fondement réél.

 

En effet, les allégations accusant l'armée israélienne de se livrer à des virées d'assassinat à la cosaque ont été mis en évidence dans les histoires de couverture par Haaretz à la mi-2009 et par la suite portées en première page histoires dans les journaux du monde entier. Il a été très vite prouver qu'elles étaient sans substance. Mais le mal était fait et le climat avait été créé, ouvrant la voie au tristement célèbre rapport Goldstone qui accusait Israël de crimes de guerre.

 

Nous assistons aujourd'hui à une rediffusion. « Briser le Silence » a publié un rapport de 237 pages de « témoignages » par des combattants israéliens anonymes décrivant des crimes de guerre pendant la récente guerre à Gaza. Encore une fois, citant des sources mystérieuses et sans contexte, ces accusations non fondées qui décrivent effectivement l'armée israélienne et le Hamas se ressemblant a fait les manchettes dans le monde entier. Ils représentent sans aucun doute un lever de Rideau pour le prochain rapport de la Commission des droits de l'homme des Nations Unies qui promet d'être aussi partial et aussi déformé que le discrédité rapport Goldstone. La campagne vise également à encourager la Cour Pénale Internationale à poursuivre Israël pour crimes de guerre.

 

Bien sûr la guerre est horrible, des erreurs sont commises et des civils innocents deviennent des victimes. Ceci s'applique en particulier à Gaza avec le Hamas, qui, mis à part le lancement des fusées et creuser des tunnels aux fins d'assassiner et de kidnapper des Israéliens, a également et délibérément utilisé des civils comme boucliers humains et trouvé des tremplins de roquettes et d'artillerie et des dépôts d'armes au milieu de sites densément peuplés, y compris dans des écoles, des hôpitaux, des mosquées et des abris des Nations Unies.

 

Si Israël avait voulu arbitrairement tuer des civils, il n'aurait pas distribué des millions de tracts et des coups de téléphone à des centaines de milliers de civils, leur demandant d'évacuer les zones quatre heures à l'avance des attaques aéroportées.

 

Cependant, ce qui ne veut pas dire que l'armée israélienne, même avec son code moral unique de combat, est parfaite. Mais il y a des procédures en Israël pour faire face aux plaintes légitimes ou aux infractions à la Loi et le juge-avocat général systématiquement étudie chaque accusation et si il y a des cas exceptionnels il conduit à la poursuite des contrevenants. Mais il n'y a aucune dissimulation, et il y n'a pas eu un seul cas de comportement qui pourrait être décrit comme une intention malveillante de tuer un civil sans motif.

 

« Briser le Silence » fournit la preuve qui a été confirmée par le juge-avocat général, qui n'a pas donné suite, ils auraient été justifiés par la condamnation et la désaprobation de l'État. Mais l'ONG acatégoriquement refusait d'identifier ces soldats principalement de faible rang en chargeant l'armée israélienne de crimes de guerre ou de fournir des détails sur ces allégations pour permettre à leurs réclamations de faire l'objet d'une enquête par l'autorité compétente. Pourtant, elle a eu le culot de justifier la circulation de telles allégations invérifiables, diffamatoires, pour les motifs scandaleux que les dénonciateurs seraient « punis », quelque chose d'inconcevable dans un pays qui a une liberté d'expression et une presse libre, et il y aurait eu sur le terrain, un tollé s'il y avait eu une tentative de dissimuler un tel incident.

 

Dans des circonstances normales, aucun journaliste responsable ou journal ne risquerait de faire connaître ces charges ou empêché de vérifier leur véracité. Pourtant ces diffamations monstrueuses contre Israël sont reproduites comme si « Briser le Silence » était un instrument de gouvernement responsable ou d'une organisation de droits de l'homme respectable et transparente.

 

Le problème est aggravé par le fait que l'essentiel du financement pour « Briser le Silence » vient de l'ONG anti-Israël, les associations de droits de l'homme, les fondations étrangères et les gouvernements européens, dont beaucoup participent au Boycott Désinvestissement et Sanctions (BDS). Certains faits réellement leurs subventions sont conditionnées par l'obtention d'un nombre minimum de « témoignages » négatifs .

 

Des dizaines de millions d'euros proviennent de gouvernements européens, dont le Royaume-Uni, qui peut imaginer tolérer une telle ingérence étrangère dans sa propre aréne intérieure par des organisations externes? – notamment des organismes gouvernementaux – qui cherchent à renverser un gouvernement démocratique sous le couvert de la promotion des droits de l'homme. C'est documenté en détail dans une publication récente de NGO Monitor intitulée les ONG, l'antisémitisme et le financement du gouvernement.

 

La diabolisation et la délégitimation d'Israël par des Juifs, financée par des groupes anti- Israël à l'étranger n'est ni un exercice académique, ni un échange de vues. C'est un acte de sabotage, mettant en danger l'État et aussi pernicieux que de saboter les dépôts d'armes de l'IDF. Ce ne serait pas toléré dans aucun autre pays démocratique, en particulier entouré de voisins fanatiquement occupés à sa destruction.

 

Il est incontestable que l'objectif de « Briser le Silence » n'est pas simplement de critiquer la politique israélienne. Après tout, l'autocritique, parfois méne jusqu'au masochisme, c'est un élément central de l'ethos démocratique robuste d'Israël. Cependant, "rompre le Silence", un petit groupe de mécontents de gauchistes -radicaux israéliens soutenus massivement par le financement de l'outre-mer, veut sans vergogne diaboliser Israël dans le monde et saper son gouvernement. Il envoie des émissaires diffamer Israël parmi les groupes de juifs et de non-Juifs, en particulier dans les universités. Il est honteux que, prétendant défendre la liberté d'expression et de maintenir le dialogue, certains organes de Hillel même fournissent des plates-formes pour leurs représentants pour diffamer l'armée israélienne.

 

Salir une nation en dépeignant faussement ses soldats comme de lâches meurtriers cela sape le moral national. C'est dans ce contexte que la proposition évoquée par Ayelet Shaked, maintenant Ministre de la Justice, d'exiger l'approbation du gouvernement pour le parrainage d'ONGainsi que des organes politiques israéliennes par l'outre-mer ce qui a un mérite considérable, malgré les cris de l'opposition que la démocratie serait ébranlée.

 

Tout comme les individus peuvent recourir à des moyens juridiques pour remédier à la diffamation, l'État doit se défendre également des citoyens déments engagés dans la diffamation de leur pays. Cela vaut en particulier pour Israël, l'oasis démocratique unique dans une région dont la barbarie est endémique et dont le droit à l'existence continue d'être contestée par ses voisins.

Repost 0
mordeh'ai
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 09:31

Par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/2015/05/jerusalem-day-exercise-sovereignty-or-lose-it/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif 

 

 

Mars la Journée de Jérusalem à la Porte de Damas de la vieille ville

Marche de la Journée de Jérusalem à la porte de Damas de la vieille ville

 

Hier, c'était jour de Jérusalem. L'un des événements était une marche à travers la ville au mur occidental, y compris le quartier musulman de la vieille ville. La plupart des participants étaient des adolescents des écoles nationalistes-religieuses. Il y a eu des plaintes de résidents arabes que quelques-uns des manifestants criaient des slogans anti-arabes, et qu'ils devaient fermer leurs magasins et rester à l'intérieur; et bien sûr certains des arabes ont jeté des pierres et autres objets sur la procession. Il y avai aussi (comment n'y aurait-il pas) des israéliens de gauche qui manifestaient contre la marche.

Cette année il y avait plusieurs incidents violents. Plusieurs policiers ont été légèrement blessés. Les organisations de gauche avaient déposé une pétition devant la Haute Cour de Justice pour faire annuler la marche, mais la Cour a décidé qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves qu'il y avait une « incitation raciste » pour justifier l'annulation de la marche.

Clairement, c'est un inconvénient pour les résidents arabes et cela nécessite la présence de plusieurs milliers de policiers pour prévenir la violence (pour être honnête, pour empêcher les arabes de tuer des participants). Et il y aura toujours au moins un idiot qui hurlera « mort aux arabes, » ce qui est gênant. Alors pourquoi faire cette marche?

Parce que nous ne pouvons pas ne pas la faire.

Quand Israël a conquis la vieille ville en 1967, les arabes avaient prévu qu'ils seraient expulsés. Après tout, c'est ce qu'ils avaient fait aux Juifs de Jérusalem-est, en 1948. C'est ce qu'un peuple victorieux dans un conflit national au cours de la possession de terres a toujours fait, s'ils n'ont pas tué ou asservi la population otoctone. Mais ce n'est pas ce qu'a fait Israël. Lorsque la loi israélienne a été étendu à la partie Est de Jérusalem en 1967, les résidents arabes se sont vus offrir la citoyenneté israélienne. La plupart l'ont refusé et sont devenus des résidents permanents, avec droit de vote aux élections municipales, les prestations de santé et la sécurité sociale, etc..

La pièce la plus importante de biens immobiliers à Jérusalem-est est, bien sûr, le Mont du Temple, le lieu le plus sacré du judaïsme et le site de la mosquée al Aqsa. Lorsque l'armée israélienne a pris le contrôle du Mont du Temple, IDF le grand rabbin Shlomo Goren voulait construire une synagogue (il ne l'a pas fait, comme il a été souvent accusé, qu'il voulait détruire les mosquées et de reconstruire le Temple). Mais le ministre de la défense Moshe Dayan avait d'autres idées: il a interdit aux Juifs de prier sur le Mont et remis son administration entre les mains du waqf. Jordanien

Dayan a pensé que son action réduirait les tensions avec les arabes et éviterait que le conflit ne devienne religieux. Malheureusement, il ne comprenait rien à la mentalité des arabes

Les Arabes étaient sans doute embarrassés, mais ils ont tiré les conclusions qui s'imposaient. Si les Juifs leur avaient permis de rester à Jérusalem-est, leur avaient donné tous les privilèges des Israéliens et étaient même prêts à compromettre le contrôle de leur propre site le plus sacré, il ne pouvait y avoir qu'une seule raison: ils sont trop faibles pour faire respecter leur volonté. Ainsi les graines ont été semé pour la situation actuelle, qui inclut des absurdités comme des policiers israéliens juifs qui arrêtent des visiteurs parce qu'ils les ont vu remuer les lèvres lors de la visite sur le Mont du Temple et des femmes arabes qui hurlent à la face des Juifs qui veulent juste rester là.

Dans la plus grande arène, l'octroi de plein droit aux résidents arabes de Jérusalem-est (et aux milliers d'arabes de Judée/Samarie qui ont émigré là) il y a eu un effet similaire, en leur donnant les mêmes droits qu'aux israéliens on a renforcé leur identité « Palestinienne » .

Aujourd'hui le conflit est très religieux, en lançant ce cri « al Aqsa est en danger » qui permet de mobiliser les musulmans dans le monde entier et en particulier de Jérusalem. Et la faiblesse de l'attachement d'Israël à une Jérusalem unifiée (en dépit des déclarations officielles) cette détection par l'OLP a fait de sa division une priorité parmi leurs revendications. Sur le terrain, des lanceurs de pierres, arabes, ont rendu à Jérusalem des zones interdites aux chauffeurs Juifs et des vandales et voyous arabes profanent des tombes dans le cimetière historique de Mont des oliviers et refusent l'accès aux Juifs.

La possession est à 90% tolérée. Les faits sur le terrain ignorent les promesses sur le papier. Utilisez-les ou perdez-les. Les arabes comprennent ces choses, mais pas beaucoup de Juifs occidentalisés, libéraux. Si les Juifs ne vivent pas dans la partie Est de Jérusalem, si ils ne marchent pas à travers la vieille ville, s'ils ne prient pas sur le Mont du Temple, ou même le visite, et surtout si ils ne font pas ces choses à cause de la peur de la violence des arabes — alors en quoi la situation est-elle différente de celle qui prévalait avant 1967?

La souveraineté est comme la liberté d'expression. Si vous ne l'exercez pas régulièrement, après un certain temps, vous trouvez que vous n'en avez plus. Il s'agit d'une leçon importante non seulement pour les Israéliens, mais pour les européens et même pour les américains. Votre souveraineté est attaquée. Ne la laissez pas fuir de suite ou un peu à la fois.

Les Soldats juifs, c'est-à-dire, des Juifs israéliens ordinaires avec des familles qui les attendaient à la maison, se sont battus et sont morts en 1967 pour la souveraineté sur Jérusalem. Les étudiants qui défilaient hier à travers la vieille ville ont fait leur part, aussi.

Repost 0
mordeh'ai
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 19:58

Par Michael Freund

http://www.michaelfreund.org/16590/Western-Wall

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

Il est là debout en silence, mystiquement, comme une sentinelle à son poste, projection d'une force et d'un sens dramatique de l'histoire même ou il invoque nos plus profonds désirs quant au destin juif.

 

 

Comme le site le plus connu dans l'ensemble de Jérusalem, c'est un symbole qui résonne profondément et parfois indéfinissablement dans le cœur de tous ceux qui ressentent la douceur de son contact.

 

 

 

 

En effet, pour ceux d'entre nous nés après les événements miraculeux de la guerre des Six jours, il est difficile d'imaginer un temps où le Mur des Lamentations a été profané et inaccessible, languissant de sa libération de la domination étrangère.

 

Nous le visitons chaque fois que nous le souhaitons, libre à nous de réciter une prière, d'offrir aussi beaucoup de célébrations ou de verser des larmes autant que nos cœurs peuvent le désirer.

 

Néanmoins, il y a seulement 48 ans aujourd'hui, au 28e jour du mois hébreu de Iyar, que cette ancienne relique de la période du Temple est retournée à notre peuple, un événement que nous commémorons aujourd'hui chaque année - la journée de Jérusalem.

 

Mais combien apprécions-nous vraiment et chérissons le mur? J'hésite à le demander, mais, peut-être prenons-nous le Mur des Lamentations pour acquis? Bien sûr, le Mont du Temple, qui se trouve au-dessus du mur, est notre plus sacré des lieux saints, surpassant le mur en importance. Et nous devons nous atteler au jour où nous serons libres d'y monter en paix, délivré des restrictions politiques.

 

Mais notre liberté d’accéder sans entrave au Mur nous a-t-elle conduit à perdre le sens de l'émerveillement de cet endroit très spécial? Étudions ce qui suit. Il y a un Midrash dans Bamidbar Rabba (11:2) où les sages, ont écrit un verset dans le Cantique des Cantiques, affirmant que « le Mur Occidental du Temple ne sera jamais détruit. »

 

L'audace de ces mots est à couper le souffle. À la hauteur de la souffrance de notre peuple en exil il y a plusieurs siècles, quand nous avons été massacré, persécuté et chassé comme aucune autre nation avant ou depuis, comment quelqu'un pouvait-il suggérer que jamais parmi les nombreux conquérants de Jérusalem aurait laissé le Mur debout? Et pourtant, voilà, droit dans toute sa splendeur, défiant l'histoire, l'humiliation et les aléas, un testament physique aux promesses divines faites à nos pères il y a si longtemps.

 

Mais combien de fois le visitons-nous? Quand pour la dernière fois avez-vous caressé ses pierres, ou ployé votre tête et vous penchant sur lui silencieusement à la recherche d'un

secours spirituel? Bien sûr, il y a ceux qui régulièrement effectuent un pèlerinage sur le site, tandis que d'autres le recherchent qu'en cas de besoin.

 

Mais trop nombreux d'entre nous – beaucoup, beaucoup trop nombreux – sont ceux qui n'ont pas posé les yeux sur le Mur dans toute sa splendeur depuis des années voire des décennies.

 

Ça doit changer. Surtout maintenant, que la pression va être sur l'Etat juif pour le forcer à diviser Jérusalem.

 

Je pense qu'il est temps pour chaque juif, tous ceux d'entre nous qui aiment Jérusalem et chérissent son unité et sa plénitude, de faire une promesse simple mais importante: visiter le Mur Occidental, au moins une fois par an. Ne laissez pas aller, ne permettent pas le temps de passer, sans en direction de la vieille ville de Jérusalem et se tenait à la paroi des 12 derniers mois.

 

Imaginez ce que nos ancêtres génération après génération auraient donné pour pouvoir l'apercevoir ne serait-ce que quelques instants. Comment ne pouvons-nous pas saisir l'occasion d'y aller, d'être là, montrer au Mur à D.ieu et à toute l'humanité que cet endroit est le nôtre et que nous ne le donnerons jamais? Une question: vous-êtes-vous déjà demandé ce qui cimente le mur, ce qui maintient ces pierres majestueuses unies? Il n'y a aucun ciment ou adhésif, rien de ce qui semblerait les maintenir en place. Quel est le secret accord qu'il a conclu? Le dernier rabbin du Mur Occidental, le rabbin Dov Perla, a réfléchi à cette question, et une fois a dit à un visiteur, c'est la pression. La pression de lourdes pierres unes sur les autres – qui est le secret de sa position verticale, tout comme le peuple juif ! » et il a continué « Plus les nations font pression sur nous,» « et plus les pressions extérieures auxquelles nous faisons face, nous rassemblent dans l'unité. C'est ce qui a gardé la position du Mur, et c'est aussi le secret de notre peuple .»

 

Le jour de Jérusalem de 1967, Jérusalem elle-même était unie et nous étions réunis avec elle, le cœur de notre nation, la source de notre âme collective.


Nous devons de nouveau nous engager nous-mêmes aujourd'hui à ce sentiment d'unité en visitant le mur au moins une fois par an et ne jamais l'abandonner à nouveau. Maintenant, il faut prendre l'engagement et tenir sa promesse. Le Mur et en particulier celui (Hachem) qui veille sur lui, vous attend.

Repost 0
mordeh'ai
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 08:32

Pousser les deux parties dans un règlement forcé ne mènera qu'au désastre et à une prise de contrôle de la Cisjordanie par le Hamas.

 

Par Ben-Dror Yemeni

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4657738,00.html

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

La formule est familière: plus un gouvernement israélien est classé à droite dans le monde, plus il est facile pour les militants anti-Israël de faire leur travail. Une augmentation en Israël dans les déclarations et les incidents de nature anti-arabe mènent à une chute dans le soutien à Israël parmi les étudiants juifs sur les campus américains, et les organisations comme briser le Silence et b'Tselem créent une impression déformée qu'Israël a commis des crimes de façon continue, et il est facile pour les militants de BDS de vendre leur affaire.

 

Les positions de départ sont problématiques – non seulement en raison de la composition du nouveau gouvernement israélien, mais surtout à la lumière de la situation géopolitique. Chose absurde, c'est dans les circonstances actuelles, que le contrôle d'Israël sur les territoires est un moindre mal.

 

Un règlement politique hâtif – que mènent l'administration américaine et l'Union européenne, avec l'encouragement d'un groupe d'Israéliens qui soutiennent la demande palestinienne pour la reconnaissance unilatérale d'un Etat – serait une catastrophe pour les Palestiniens. Une prise de contrôle du Hamas ne serait qu'une question de temps

 

Cela n'a rien à voir avec la composition du gouvernement. Isaac Herzog connaîtrait la même situation géopolitique ; et Tzipi Livni, se heurterait à l'opposition palestinienne à tout accord de paix. Après tout, les gouvernements d'Ehud Barak et Ehud Olmert avaient fait des offres très généreuses respectivement à Yasser Arafat et à Mahmoud Abbas – en vain.


Néanmoins, tout n'est pas perdu. En supposant que le contrôle israélien sur la Cisjordanie ne va pas mettre fin à quoique ce soit bientôt, un gouvernement de droite peut favoriser encore une série de mesures qui permettrait de mieux vivre aux Palestiniens – dans le domaine des infrastructures de l'eau par exemple, mais ne compromettrait pas le moins du monde la sécurité israélienne. Des fonds ont été versés pour des projets de réhabilitation; un début est possible.


Et il en va de même pour les projets dans les domaines de la santé, de la construction et des infrastructures. Israël n'a pas été le seul à retarder le développement. Au contraire, depuis le début du contrôle d'Israël sur la Cisjordanie et Gaza, il a apporté une amélioration énorme dans la plupart des régions.

 

En 1967, par exemple, seulement quatre localités palestiniennes étaient raccordées à l'eau pour l'usage domestique; cependant en 2004, 643 des 708 communautés palestiniennes l'étaient. Mais il reste encore beaucoup à améliorer. C'est non seulement une participation israélienne mais un intérêt pour les palestiniens.


Il y a quelque chose de stupide sur le fait que la communauté internationale pousse les deux côtés à un règlement politique qui va seulement faire empirer les choses pour les Palestiniens. Mais il y a certaines choses qui peuvent être faites même sans un accord de paix. On ne sait pas si oui ou non une amélioration de la situation est dans l'intérêt des Palestiniens. Mais une amélioration est clairement dans les intérêts d'Israël.........

Repost 0
mordeh'ai
17 mai 2015 7 17 /05 /mai /2015 20:42

Par Dror Eydar

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?ID=12605

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

Votre Sainteté, vous êtes sur le point de signer la reconnaissance d'un État palestinien-arabe. Nous ne sommes pas assez naïfs pour penser que vous croyez que cela encouragera la paix. Il est plus probable que vous pensiez qu'en le faisant, vous ferez des économies de ce qui reste des anciennes communautés chrétiennes dans notre région et de la destruction de l'Islam.

Nous les Juifs avons longtemps été lésés par l'église. Que fait l'Islam au christianisme aujourd'hui, ce qu'a fait le christianisme aux Juifs pendant des siècles. Une ironie historique brutale, en effet--le travail d'une main divine. Génération après génération, vous nous avez accusé pour la crucifixion et la mort de votre Sauveur et vous nous avez forcé à ressentir sa douleur. Qu'était l'antisémitisme si ce n'était pas un retour forcé à la Croix? Un juif a été crucifié à Jérusalem au début du premier millénaire et pour les 2 000 années suivantes, un peuple tout entier a été crucifié dans le monde entier.

 

Votre Sainteté, la création d'un État palestinien sur les collines de Samarie au cœur de la terre historique d'Israël est la dernière tentative de clouer l'ensemble du peuple juif sur la Croix.

 

Regardons autour de nous. Le Moyen-Orient s'effondre. Les structures de gouvernement que l'Occident Chrétien a imposé aux peuples de la région dans le cadre du colonialisme européen implosent et le nationalisme arabe artificiel cède la place au tribalisme ethnique, en fait des structures sociales primaires qui ont toujours caractérisé la région. Ajouter la vague meurtrière de l'islamisme qui déferle par millions dans son sillage et cherche à revenir au monde à l'époque des conquêtes de Mahomet, et vous obtenez une recette pour les années de chaos. Un Etat palestinien va renforcer cette tendance, il ne l'atténuera pas.

 

Les Palestiniens jouissent d'un calme relatif. Ils mènent leur vie de manière autonome dans leurs propres domaines, parce qu'Israël s'occupe de leur sécurité. Dès le moment où nous nous retirerons des collines de Judée et de Samarie; les forces de l'Islam radical prendront le relais et installeront un Califat islamique directement au cœur d'Israël. Un processus semblable a eu lieu dans la bande de Gaza, après que nous soyons sortis. La guerre qui ferait rage si cela se produisait serait plus brutale que toutes celles que nous avons connu, car ce sera pour notre propre existence. Vos croyants qui vivent en Israël, seuls les chrétiens qui aujourd'hui, en plein essor au Moyen-Orient seront ceux qui en souffriront. Un Etat juif est la seule garantie de la liberté pour toutes les religions ici. Une autre ironie historique.

 

La sécurité est la voix de la raison. Il faut aussi parler de la foi et le droit des Juifs à leur pays. Si nous devions revenir en arrière 2 000 ans à l'époque de l'Empire romain et demandions à Jésus, à qui appartient ce pays, il pourrait nous informer simplement des versets de la promesse dans la Bible, comme la promesse de Dieu à Abraham, le plus grand croyant: « pour tout le pays que vous voyez que je donnerai à toi et à ta postérité pour toujours » (Genèse 13:16). Depuis que nous avons été exilé et perdu notre indépendance, cette terre dévastée n'a jamais été à un autre État autodéterminé. Le pays attendait ses vrais enfants, et notre retour à la terre accomplit la prophétie biblique.

 

Un représentant du Vatican a déclaré que la sécurité d'Israël viendrait « non pas en s'isolant de ses voisins, mais en devenant une partie d'entre eux. » Une terrible erreur. Nous n'avons aucune envie de partager le sort qui est advenu à nos voisins. La longue histoire de notre peuple nous a appris que quand il s'agit de notre destin, nous ne devons pas dépendre d'autres. Votre Sainteté, vous êtes les otages de l'Islam, et comme beaucoup d'autres Occident vous pensez que si vous sacrifiez les Juifs, l'Islam vous laissera tranquille.

 

Mais au fond de votre cœur, vous savez que la paix ne sera pas du tout plus près à la suite de cette décision pathétique, et les chrétiens vont continuer d'être assassinés, violés et convertis de force à l'Islam. Votre décision ouvrira la voie à la disgrâce.

Repost 0
mordeh'ai
17 mai 2015 7 17 /05 /mai /2015 08:58

L'extrême gauche clame que célébrer la souveraineté israélienne est une « tache laide, » qui propage « des mensonges » -- c'est la dernière attaque contre la tradition nationale.

 

Par Shimon Cohen

http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/195490#.VVg4sdIw_Dc

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

Après que la Haute Cour de Justice ait rejeté la demande d'annuler le traditionnel Rikudegalim ou danse des drapeaux de la journée de Jérusalem, que les extrêmistes de gauches de Ir Amin et Tag Meir réclamaient, maintenant ils voudraient aller plus loin: faire annuler la Journée de Jérusalem elle- même.

 

Jerusalem Day

Jerusalem Day

 

Le Gush Shalom  (Mouvement du bloc de la paix) a publié une déclaration de dernière minute contre la journée de samedi soir, revendiquant la célébration de la souveraineté d'Israël sur la capitale et de Judée-Samarie est un jour "uniquement pour les colons et les racistes, qui reçoivent une licence gratuite pour harceler les résidents palestiniens."

 

Son porte-parole Adam Keller a dit à Arutz Sheva dimanche que la seule « vraie » journée de Jérusalem sera « Lorsque Jérusalem deviendra la capitale de deux Etats vivant en paix. »

 

« Un mensonge devient-il une vérité si il est répété depuis quarante-huitième années, » a-t-il ajouté. « Jérusalem n'est pas une ville unie et n'a jamais été une ville unie depuis quarante-huit ans depuis 1967 ».

 

« Jérusalem-est est un territoire palestinien sous occupation militaire, » il a également avancé.  « C'est exactement le comportement du gouvernement et des autorités municipales de l'état d'Israël et des colons qui contrôlent les Palestiniens résidant dans le financement et le soutien de ces autorités. »

 

« La Journée de Jérusalem n'est pas un jour férié pour les citoyens d'Israël ou des résidents de Jérusalem », le groupe a officiellement déclaré samedi soir. Il s'agit d'un seul jour pour de jeunes colons, qui ont reçu l'autorisation de la police de Jérusalem, et ont les mains libres. »

 

« Il est temps d'éliminer les mensonges et d'effacer cette tache laide du calendrier de l'état d'Israël, » a conclu Keller.

 

 La Gauche a mené une bataille acharnée contre la journée de Jérusalem cette année, après que plusieurs ONG ont envoyé des pétitions à la Haute Cour en affirmant que les Juifs participant à la danse du drapeau harcelaient les arabes.

 

Repost 0
mordeh'ai
17 mai 2015 7 17 /05 /mai /2015 01:02
Réimprimé depuis Palestinian Media Watch

Réimprimé depuis Palestinian Media Watch

Par Itamar Marcus

http://www.frontpagemag.com/2015/Itamar-Marcus/PA-Honors-Terrorists-who-lynched-Israeli-reservists/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

 

La semaine dernière,  Issa Karake membre du Parlement de l'autorité palestinienne et directeur des affaires de la Commission des détenus de l'OLP  a visité les familles de trois des terroristes qui ont pris part dans au lynchage et au meurtre de deux réservistes israéliens en 2000. Karake a honoré ces meurtriers en donnant à leurs familles « des plaques d'honneur. » [Al-Hayat Al-Jadida, 9 mai 2015]

 

Karake a déclaré que les Palestiniens avaient un droit sans équivoque à la « résistance » et à la « lutte » – euphémismes pour l'AP pour la violence contre Israël. Il appelle les meurtriers d'Israéliens -- des « héros ».

 

Le 12 octobre 2000, une foule palestinienne a brutalement a assassiné et mutilé les corps de deux réservistes israéliens qui avaient pénétré accidentellement dans Ramallah. Une photo bien connue depuis le meurtre ont montré un palestinien, levant ses mains ensanglantées héroïquement, montrant à la foule ses mains couvertes du sang de ses victimes. Les corps des deux Israéliens ont été jetés par la fenêtre, et la foule les a traîné dans les rues de Ramallah. (Crédit photo : Agence France Presse)

 

ramallah_lynching

Palestinian Media Watch a documenté la politique de glorification des terroristes, par l'autorité palestinienne et le Fatah et de récompenser les assassins emprisonnés par les traitements en prison, mais aussi par les nombreuses déclarations de Karake par lesquelles il a honoré et glorifié les meurtriers d'Israéliens.

 

Ce qui suit est un extrait du rapport sur le député Karake et de ce que le quotidien officiel de l'OLP  et de l'autorité palestinienne organe de l'"ange de la Paix" sur la glorification  des terroristes impliqués dans le lynchage et l'assassinat de Ramallah:

 

" Le Directeur de la Commission des affaires des prisonniers [et membre du Parlement de l'AP] Issa Karake... a visité les familles de prisonniers condamnés à perpétuité, accompagné d'une délégation de la commission... La visite a débuté à la maison du prisonnier Muhammad Hashem Nawarah, 31 ans, qui est emprisonnée depuis 2001... Karake a également visité la famille du prisonnier Jawad Abu Qara, 42 ans, qui est emprisonné depuis 2001 et est maintenant dans la prison de Rimon. Abu Kara est marié et a deux fils, qui ont grandi et sont arrivés à la maturité sans lui incapable de les élever et de leur montrer les sentiments paternels à cause de l'occupation. La visite s'est terminée à la maison de la famille du prisonnier Habes Bayyoud, 42 ans, qui est emprisonné depuis 2002... Karake a remis des plaques d'honneur aux familles des prisonniers."

[Al-Hayat Al-Jadida, 9 mai 2015]

Repost 0
mordeh'ai
16 mai 2015 6 16 /05 /mai /2015 10:11

Par Rick Moran

http://www.americanthinker.com/blog/2015/05/iran_fires_on_cargo_ship_while_obama_assures_gulf_allies_he_has_their_backs.html

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

 

Je dirais que l'Iran a un 'timing' impeccable.

 

A peine le président Obama avait-il eu le temps d'assurer nos alliés du golfe de l'engagement de « implacable » des Etats-Unis à la sécurité des Etats du Golfe, qu'une vedette de patrouille iranienne tirait sur un cargo battant pavillon de Singapour.

 

Associated Press :

Un bateau de patrouille de la marine iranienne a tiré sur un navire commercial battant pavillon de Singapour dans le golfe Persique, jeudi, dans une apparente tentative de l'arraisonner pour un différend financier sur les dommages causés à une plate-forme pétrolière iranienne, a déclaré un responsable américain.

 

Les iraniens au départ ont tiré des coups de semonce jeudi après que le MT Alpine Eternity refusa de sortir des eaux territoriales iraniennes. L'incident a eu lieu un peu au sud de l'île d'Abu Mussa juste à l'intérieur du Golfe, selon le responsable américain, qui n'était pas autorisé à discuter des détails. L'armée américaine n'étant pas impliquée dans l'incident, a dit l'officiel.

 

Après les coups de semonce le navire a commencé en dévier vers les eaux territoriales des Émirats Arabes Unis, et les iraniens ouvrirent alors le feu avec des tirs de mitrailleuses, selon le responsable américain. Les rapports officiels indiquent que personne à bord du cargo n'a été blessé.

 

En réponse à un appel à l'aide du MT Alpine Eternity , la garde côtière d'Émirats Arabes Unis a répondu et les navires de patrouille iranienne ont quitté la zone.

 

Les Responsables chez Transpetrol, gestionnaire du navire battant pavillon de Singapour, qui ont été joint par téléphone par l'Associated Press, ont déclaré qu'ils n'avaient aucune information immédiate. La société a des bureaux en Belgique, en Norvège, en Suisse et dans les Bermudes.

 

« Nous sommes certainement préoccupés par tout ce qui interfère dans la liberté de navigation dans les eaux internationales et la fluidité du commerce, » a affirmé le porte-parole du département d'Etat, Jeff Rathke, notant qu'aucun navire américain n'a été impliqué.

 

L'Arabie saoudite a été beaucoup plus sèche dans sa condamnation. « Les Iraniens ne s'en tireront pas comme ça, » a dit le ministre des affaires étrangères Adel al-Jubeir aux journalistes à Camp David (Maryland), où il a assisté à un sommet sur la sécurité entre les pays américains et arabes. « Pour quelque raison que se soit, Cela cessera. »

 

Le responsable américain a déclaré que le MT Alpine Eternity est impliqué dans un différend financier avec Téhéran. Le MT Alpine Eternity le 22 mars a accidentellement heurté une plate-forme pétrolière iranienne, et l'a abîmée. Le navire, qui également a été endommagé dans l'accident, entra dans le port pour des réparations, et pendant cette période, les iraniens ont informé la compagnie maritime qu'elle devait payer pour les dommages à la plate-forme pétrolière.

 

Comme n'importe quel syndicat efficace du crime organisé, les Iraniens ont choisi de régler leurs différends financiers par les armes. « Quel beau navire vous avez là. Ce serait une honte de le couler.»

 

Rappelons que l'Iran a aussi tiré sur un navire battant pavillon de l'île Maréchal le mois dernier et l'a forcé à accoster dans un port iranien. Le MT Alpine Eternity apparemment se dirigeait vers le même sort, jusqu'à ce que la garde côtière des Émirats Arabes Unis n'intervienne pour les arrêter.

 

Pendant ce temps, Obama exhorte les pays du Golfe à rester calme. Tout va bien:

Le Président Barack Obama s'est engagé jeudi à soutenir les alliés du Golfe contre toute « attaque exterieure », cherchant à rassurer l'engagement implacable de Washington pour leur sécurité en concomitance à leur angoisse sur la menée des Etats-Unis pour leurs efforts à parvenir à un accord sur le nucléaire avec l'Iran.

 

Obama a promis que les États-Unis envisagent d'utiliser la force militaire pour les défendre et ne pas permettre « des activités de l'Iran déstabilisatrices dans la région. » ; lors du sommet de la Gulf Cooperation Council à Camp David,

 

« Je réaffirme notre engagement implacable envers la sécurité de nos partenaires du Golfe, » a dit Obama à la conférence de presse de clôture présidentielle en dehors de Washington.

 

Obama s'arrêta d'offrir un traité de défense formelle que certains pays du Golfe avaient recherché. Au lieu de cela, il a annoncé des mesures plus modestes, y compris en intégrant des systèmes de défense antimissile balistique, de cyber et de la sécurité maritime, rationalisation des ventes d'armes et en augmentant les manoeuvres militaires conjointes.

 

Les Etats-Unis et les cinq autres puissances mondiales cherchent à parvenir à un accord final avec l'Iran pour freiner son programme nucléaire avec une date limite du 30 juin. Dans un communiqué conjoint, le CCG a accepté qu'un accord « complet et vérifiable » avec Téhéran serait dans l'intérêt de leur sécurité.

 

Mais Obama ne va pas aussi loin pour dire que les États arabes sunnites s'étaient engagés à soutenir les résultats des pourparlers avec l'Iran, leur grand rival Shi'ite. Le ministre saoudien des affaires étrangères dit clairement, en fait, que son gouvernement a retenu son jugement pour l'instant.

 

Obama a également cherché à apaiser les inquiétudes du Golfe arabe que la levée éventuelle des sanctions internationales sur Téhéran enhardirait les luttes de factions dans la région.

 

La levée des sanctions libérera des dizaines de milliards de dollars pour l'Iran pour faire du mal dans toute la région, ce n'est pas étonnant que les pays du Golfe sont extrêmement nerveux au sujet des transactions d'Obama avec Téhéran.

 

Ils ne croient pas que l'Iran est dans une boîte. Ils ne croient pas affirmé de Washington soutien. Cela conduira inévitablement à une course aux armements nucléaires dans la région, avec les Saoudiens ayant suffisamment d'argent pour acheter quelques armes, s'ils le souhaitent.

 

Avec seulement quelques chefs d'État participant au sommet du Conseil de coopération du Golfe, les pays du Golfe montrent ce qu'ils pensent de la sensibilisation de Obama pour l'Iran ; ils s'éloignent de Washington car ils cherchent d'autres partenaires pour les aider à se défendre contre les fanatiques de Téhéran.

Repost 0
mordeh'ai