Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

/ / /

........

En ce qui concerne le monde extérieur, l'Iran est à la fois sur la corde raide du nucléaire et ses préparatifs pour une nouvelle série de guerres régionales. Dans une annonce faite dimanche, Ali Akbar Salehi chef de l'Iran nucléaire a dit à l'Agence des Nouvelles Iraniennes (ISNA) que l'Iran a produit 20 kilogrammes d'uranium enrichi à 20 pour cent. Salehi a également déclaré que l'Iran produit également du carburant en plaques aux fins d’ exploitation d’un réacteur nucléaire.

Les progrès nucléaires de l'Iran ont effrayé le monde arabe qui pour la première fois, ses dirigeants, donnent de la voix pour exprimer leurs préoccupations en public alors qu’elles étaient dites plutôt en huis clos. Dans une allocution publique la semaine dernière, l'ambassadeur des Emirats Arabes Unis aux États-Unis,Youssef al- Otaiba,dont le franc-parler a été sans précédent a fait une série de déclarations.

Otaiba a déclaré que les E.A.Unis du Golfe Persique ne peuventt pas vivre avec un Iran nucléaire, qu'ils soutiennent des frappes militaires contre les installations nucléaires de l'Iran. Mais que si les États-Unis ne parviennent pas à empêcher l'Iran de devenir une puissance nucléaire, alors les Emirats Arabes du Golfe abandonneront leur alliance avec les États-Unis afin d'apaiser l'Iran. Otaiba a rejeté la notion selon laquelle un Iran nucléaire peut être contenu; avec cette déclartion: " Parlez de confinement et de dissuasion me préoccupe vraiment et me rend très nerveux. "

Les préoccupations d’Otaiba ont été répercutées vendredi dernier par Kahlili dans une conférence publique à l' Institut pour la politique du Proche-Orient de Washington . Il a affirmé que si l'Iran développe un arsenal nucléaire, il va s'en servir pour attaquer Israël , les Etats du Golfe et l'Europe.

L'Iran cherche à détourner l'attention internationale loin de ses problèmes internes et à limiter la possibilité d’un arrêt de ses installations nucléaires par l'incitation à la guerre avec Israël. Dimanche, le régime a annoncé que

M. Ahmadinejad se rendra prochainement à Beyrouth. Les activités récentes de l'Iran au Liban par Hezbollah interposé indiquent celà - si sa visite intervient et même si cela ne se fait pas - les signaux sont que l'Iran a l'intention de faire une autre guerre contre Israël par délégation au Hezbollah.

Comme l'armée israélienne l’a annoncé dans une conférence de presse mercredi dernier, l'Iran a renforcé son contrôle sur les forces du Hezbollah. Elle a envoyé récemment Hossein Mahadavi, un commandant de la Force CGR Jérusalem, à Beyrouth pour reprendre en mains les opérations du Hezbollah.

En ce qui concerne le Hezbollah, il est sur le point de lancer une chasse aux sorcières contre ses opposants internes. Le Hezbollah a déclaré le député Mohammed Raad plus tôt ce mois ci que l'armée doit " traquer " de proches collaborateurs. Comme le député Sami Gemayel l'a noté dans un entretien avec LBC traduite par MEMRI, ce qui signifie que le Hezbollah est prêt à mener des arrestations de masse et des exécutions extrajudiciaires, en gros terroriser des civils libanais. De même, l'ancien ministre libanais Wiam Wahhab allié du Hezbollah a effectivement appelé à des attaques armées contre les forces de la FINUL au Sud-Liban dans une interview télévisée récente traduite par MEMRI. Ses remarques ont été suivies par le Hezbollah qui a ordonné quelques 20 agressions contre les forces de la FINUL dans les villages chiites, ces derniers jours. Les forces françaises ont été victimes de deux de ces agressions et le Premier ministre libanais Saad Hariri s'est rendu à Paris la semaine dernière dans l'espoir de convaincre le gouvernement français de ne pas retirer les forces françaises du pays.

Et bien sûr, toutes ces provocations sont menées pendant que le Hezbollah déploie ses forces au sud du fleuve Litani.

Selon l'exposé des FDI (armée israélienne) la semaine dernière, ces forces ont quelques 40.000 missiles à courte et moyenne portées à leur disposition. Ces missiles ont été complétés par des centaines d'autres de  longue portée guidées, au nord du Litani avec des ogives capables d’abattre les gratte-ciel de Tel-Aviv.

En outre, s’ajoutent des missiles Scud des arsenaux d'artillerie de la Syrie et l'aide potentielle de la cinquième colonne d’Arabes israéliens de Galilée. L’agression de dimanche sur les forces de police par les alliés syro-druzes dans le village de Majdal Shams, sur les hauteurs du Golan est un léger indicateur de ce qui est susceptible de se manifester dans les villages arabes israéliens dans le Nord lors de la prochaine guerre.

Pour sa part, l'armée israélienne cherche à décourager une telle attaque. Le briefing de mercredi, où l'armée israélienne a indiqué clairement qu'elle sait où le Hezbollah a caché ses missiles , visait à dissuader la guerre.

Malheureusement, les avertissements de l'armée israélienne n'auront vraisemblablement aucun effet sur le Hezbollah. Si le Hezbollah veut la guerre, il ne la fera pas pour faire avancer ses propres intérêts, mais pour protéger l’Iran. Ici, bien sûr, il n'y a rien de nouveau.

Il ya quatre ans cette semaine le Hezbollah avait lancé sa guerre contre Israël non pas parce qu’elle servait ses intérêts propres,  mais parce que l'Iran le lui avait ordonné de le faire. Hier comme aujourd'hui, l'Iran cherche une guerre avec Israël au Liban pour détourner l'attention internationale de son programme  nucléaire militaire.

Et maintenant, avec le régime iranien assiégé par son propre peuple comme jamais il ne l'a été auparavant, et avec juste une courte étape nécessaire à lui permettre de franchir le seuil nucléaire, l'Iran a plus que jamais des raisons de chercher un exutoire au Liban pour gagner du temps.

Il y a quatre ans, Israël a soutenu la guerre de l’Iran par l’intermédiaire libanais. Plutôt que de conserver un œil sur Téhéran, il a avalé l'appât du Hezbollah et a mené une guerre contre le malheureux Liban, tout en laissant l'Iran et ses patelineurs syriens à l’ abri d'une attaque.

Les résultats ont été prévisibles, piteux et stratégiquement désastreux.

Le Ministre de la Défense Ehud Barak a donné à l'Iran toutes les raisons de croire qu’Israël réagira de manière identique si le Hezbollah frappe encore aujourd'hui. Dans des déclarations répétées au cours des derniers mois, il a soutenu que blâmer Israël - et non l'Iran ou la Syrie - pour toute action contre lui à partir Liban de la part du Hezbollah.

Il ya quatre ans, Israël a été freiné par l'administration Bush, et la Secrétaire d'Etat Condoleezza Rice avait ordonné à Israël de ne pas attaquer la Syrie en dépit du fait que sans le soutien syrien au Hezbollah, il n'y aurait pas eu de guerre. Israël se contraigna aux vœux de ces deux leaders politiques, parce que ses dirigeants n'avaient pas le sens stratégique de reconnaître la folie de la demande de Mme Rice et parce que l'administration Bush a été un fidèle allié d'Israël.

Le Premier ministre Binyamin Netanyahu revient tout juste d’une autre visite au président américain Barack Obama. Bien qu’en fond la musique était agréable, ainsi que les déclarations faites par les deux hommes. Il est clair qu’Obama n'est pas un allié crédible.

Il ne comprend pas ou accepte la logique stratégique derrière l'alliance des EU avec Israël et il ne soutiendra pas Israël dans l'avenir pour des conflits armés.

En effet, face à la menace iranienne croissante, Obama r^pond et insiste à limiter ses intérêts qu'au processus de paix avec le Fatah, sans rapport avec un acquiescement à l'Iran et à ses mandataires pourtant déchaînés.

Ce que cela signifie, c'est que pour le meilleur ou pour le pire, sous Obama, les États-Unis sont beaucoup moins pertinents qu'ils ne l'étaient il y a quatre ans. Et cela libère Netanyahu pour lutter par une guerre à venir aux conditions d’Israël.

Les troubles internes de l'Iran et la peur réelle du monde arabe d'un Iran nucléaire, fournissent pour le mieux,à Israël une occasion rare de changer radicalement l'équilibre des forces dans la région. Aussi il est temps que Netanyahu mène cette initiative.

Partager cette page

Repost 0