Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Pourquoi les dirigeants palestiniens s'opposent-ils à aider leur peuple?

13 Juillet 2018 , Rédigé par mordeh'ai

https://www.gatestoneinstitute.org/12663/palestinian-leaders-gaza-crisis
 
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien
 
Pendant des années, les dirigeants palestiniens se sont plaints que la bande de Gaza était "au bord d'une catastrophe humanitaire". Maintes et maintes fois, ils ont averti que si le monde n'aide pas les Palestiniens qui vivent là-bas, la bande de Gaza "explosera comme un volcan".
 
Israël et les Etats-Unis offrent maintenant d'aider à améliorer les conditions de vie des Palestiniens vivant sous la domination du Hamas dans la bande de Gaza.  Mais devinez qui est farouchement opposé à toute tentative de résoudre la "crise humanitaire et économique" dans l'enclave côtière, qui abrite quelque deux millions de Palestiniens? Réponse: Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et sa faction dirigeante du Fatah.

Au cours des dernières semaines, Israël et l'administration américaine ont proposé différentes idées pour aider les Palestiniens de la bande de Gaza.

Les ambassadeurs américains Jared Kushner et Jason Greenblatt, qui ont récemment visité le Moyen-Orient, ont présenté des initiatives telles que l'approvisionnement en électricité, la désalinisation de l'eau potable, l'emploi et la relance de la zone industrielle de la bande de Gaza.
 
Israël, pour sa part, a demandé à Chypre d'envisager la possibilité d'établir un port maritime sur l'île pour expédier des marchandises dans la bande de Gaza. Selon des informations, le ministre israélien de la Défense, Avigdor Liberman, est parvenu à un accord avec le président chypriote Nicos Anastasiades pour poursuivre le plan portuaire. Le bureau de Liberman a déclaré qu'Israël travaillait sur le plan international de plusieurs manières pour essayer de "changer la réalité" dans la bande de Gaza.
 
On pourrait penser que les dirigeants palestiniens seraient extrêmement heureux de ces initiatives visant à soulager les souffrances de leur peuple dans la bande de Gaza. Les plans visant à améliorer les conditions de vie des résidents de la bande de Gaza devraient être de la musique aux oreilles des dirigeants de l'Autorité palestinienne, n'est-ce pas? Faux .
 
Qu'est-ce qui se cache derrière ce désir mystificateur de la part des dirigeants palestiniens de priver leur peuple d'une vie décente? Pourquoi la direction de l'Autorité palestinienne, qui prétend qu'elle se soucie du bien-être de tous les Palestiniens, s'oppose-t-elle avec véhémence à tout projet visant à créer des emplois et d'autres formes d'aide pour son peuple?
 
Reprenons-le  étape par étape.
 
Premièrement, Abbas et son gouvernement basé en Cisjordanie cherchent à prolonger les souffrances des Palestiniens dans la bande de Gaza afin qu'ils puissent continuer à condamner Israël pour la crise. Ils veulent que la communauté internationale continue de croire qu'Israël est responsable des souffrances persistantes et intenses des Palestiniens. Bien que cela semble difficile à concevoir pour la communauté internationale, le blocus maritime d'Israël de la bande de Gaza vise uniquement à empêcher la contrebande d'armes dans l'enclave côtière. La frontière entre la bande de Gaza et Israël reste ouverte pour livrer de la nourriture et de l'aide humanitaire et médicale à Gaza.
 
Deuxièmement, l'Autorité palestinienne et ses dirigeants s'opposent à toute aide humanitaire à la bande de Gaza parce qu'ils craignent que cela ne renforce le Hamas en l'encourageant à maintenir son emprise sur la bande de Gaza et en l'exonérant de ses responsabilités envers les résidents. Une fois que d'autres commenceront à fournir de l'aide aux habitants de la bande de Gaza, le Hamas pourra continuer à investir des millions de dollars dans la construction de tunnels pour attaquer Israël et faire entrer plus d'armes dans la bande de Gaza. Le Hamas n'aurait plus à s'inquiéter de payer des salaires aux Palestiniens ou d'acheter des médicaments et de la nourriture.
 
L'Autorité palestinienne espère que la situation dans la bande de Gaza deviendra si mauvaise que les Palestiniens se lèveront contre le Hamas. Il convient de noter que la direction palestinienne à Ramallah elle-même a imposé des sanctions sévères à la bande de Gaza l'année dernière.
 
Ces mesures punitives comprennent l'arrêt des paiements à des milliers de fonctionnaires et la suspension de l'assistance sociale à des centaines de familles. Les sanctions ont déclenché une vague de manifestations dans toute la Cisjordanie et la bande de Gaza ces dernières semaines, incitant les forces de sécurité d'Abbas à utiliser la force pour disperser les manifestants.
 
Troisièmement, les dirigeants de l'Autorité palestinienne nous assurent que les plans israéliens et américains visant à aider les Palestiniens de la bande de Gaza s'inscrivent dans une «conspiration» plus large visant à forcer les Palestiniens à accepter le plan du président américain Donald Trump qui n'est pas encore dévoilé. la paix au Moyen-Orient.
 
Abbas et ses hauts fonctionnaires utilisent cette question pour attiser les sentiments anti-américains et anti-israéliens parmi la population palestinienne. Ils disent aux Palestiniens que l'aide économique et humanitaire à la bande de Gaza est principalement destinée à extraire des "concessions politiques" des Palestiniens. 
 
Leur argument: les Palestiniens seraient obligés d'abandonner leurs «droits nationaux», y compris le «droit de retour» pour les réfugiés et leurs descendants dans leurs anciennes maisons en Israël proprement dit, en échange de l'amélioration de leurs conditions de vie.
 
Les dirigeants de l'Autorité Palestinienne incitent leur peuple en leur disant que les Etats-Unis et Israël cherchent à "faire chanter" les Palestiniens. Considérons, par exemple, ce que le Premier ministre d'Abbas, Rami Hamdallah, a déclaré le 5 juillet: "Nous n'accepterons aucun plan pour faire de nos droits nationaux des droits humanitaires ou financiers, nous avons des droits politiques, historiques et juridiques non négociable."
 
Un autre loyaliste d'Abbas, Mahmoud Al-Aloul, a déclaré le 2 juillet: "Nous ne voulons pas de farine et de blé, nous ne voulons pas de votre aide humanitaire".
 
Et notez une autre déclaration récente , faite par Al-Aloul, qui est l'adjoint d'Abbas au Fatah et qui est présentée comme le prochain président de l'Autorité palestinienne: "Nous sommes prêts à mourir de faim, mais nous ne pouvons pas, pour résoudre nos problèmes humanitaires, abandonner Jérusalem et nos droits fondamentaux. "
 
Le message devrait être évident - après tout, il est diffusé haut et fort: les dirigeants palestiniens préféreraient voir leur peuple mourir de faim que de faire toute forme de concessions pour la paix avec Israël.
 
Pourtant Al-Aloul et Abbas ne sont pas ceux qui font face à la famine. La vie à Ramallah et dans le reste de la Cisjordanie est plutôt bonne pour Abbas et son entourage senior. Contrairement aux Palestiniens de la bande de Gaza, les dirigeants de l'Autorité palestinienne jouissent de la liberté de mouvement et vivent dans des appartements et des villas de luxe. Il n'y a rien de plus confortable que de s'asseoir dans votre maison à la mode à Ramallah ou à Naplouse et de parler de la famine et de l'aide humanitaire.
 
Lorsque Al-Aloul et d'autres hauts responsables palestiniens parlent des conditions difficiles dans la bande de Gaza, ils oublient de mentionner que ce sont, en partie, leurs propres sanctions qui ont aggravé la crise dans la bande de Gaza. Mais les Palestiniens de la bande de Gaza, qui ont désespérément besoin d'emplois et d'une vie meilleure, ne se soucient pas vraiment du prochain plan de paix de Trump.
 
Ils ne se soucient pas vraiment d'un règlement ou d'un point de contrôle en Cisjordanie. Abbas et ses fonctionnaires semblent prêts à poursuivre leur djihad contre Israël et les États-Unis au détriment du dernier Palestinien survivant. Ils continuent à vendre à leur peuple de vieux slogans sur «les droits et les principes nationaux et Jérusalem» tout en les regardant mourir dans la rue.
 
La dernière leçon à tirer des déclarations des dirigeants de l'Autorité palestinienne contre les plans visant à améliorer les conditions de vie des Palestiniens dans la bande de Gaza est que le conflit israélo-palestinien ne concerne pas les questions économiques ou humanitaires.
 
En insistant sur tous les «droits nationaux» palestiniens, y compris le «droit au retour» et en refusant de reconnaître Israël comme la patrie du peuple juif, les Palestiniens indiquent en fait que leur véritable objectif est de voir Israël retiré du Moyen-Orient. Est. Comment savons-nous qu'ils veulent détruire Israël? Abbas ditqu'il voit Israël comme un "projet colonialiste qui n'a rien à voir avec le judaïsme".
Cette déclaration signifie qu'il ne considère pas Israël comme un état légitime.  Abbas et ses fonctionnaires ne se soucient pas des souffrances de leur peuple dans la bande de Gaza parce qu'ils espèrent utiliser la crise pour poursuivre leur campagne de délégitimation d'Israël. 
 
Le Hamas, pour sa part,  déclare clairement  qu'il n'abandonnera pas son rêve de «libérer la Palestine, du fleuve à la mer», même si cela signifie la famine et la mort de son peuple. Tant l'Autorité palestinienne que le Hamas auraient pu assurer une vie meilleure à leur peuple il y a longtemps, mais ce n'est pas ce qu'ils pensent. Ils se soucient moins de leur peuple et plus de trouver des moyens de miner et de délégitimer et de diaboliser Israël et les Juifs.
 
Abbas et ses loyalistes disent dans un langage facile à comprendre: "Vous pouvez nous donner autant d'argent que vous voulez, nous ne changerons pas notre position envers Israël et nous n'abandonnerons aucune de nos revendications." À cet égard, au moins, ils disent la vérité.
 
Ce conflit ne concerne pas l'argent ou l'aide économique. Il s'agit de l'existence d'Israël, dont les Palestiniens refusent de tolérer la présence au Moyen-Orient.
 
C'est l'essence même du conflit israélo-palestinien: la priorité numéro un des Palestiniens - les dirigeants palestiniens et les Palestiniens en général - est de détruire Israël. Ils préféreraient mourir que d'abandonner leur rêve de détruire Israël.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :