Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 19:09

Par Thérèse Zrihen-Dvir

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

Ce n'est ni le gel de la construction sur lesdits territoires occupés, ou non, ni la mauvaise volonté des israéliens qui mènerait à l'effondrement des négociations israélo-palestiniennes, mais plutôt leur futilité. Futilité reconnue bien au préalable à leur initiation ! Futilité qui a fait l'objet d'une avalanche d'études et d'articles, écrits par les journalistes et les auteurs les plus versés de notre époque.

Et, pourtant, vous persévérez tout en sachant qu'au fait, vous suivez les vaines et ridicules traces de vos prédécesseurs. Car, si vos prédécesseurs, qui négociaient avec un chef palestinien pourvu de la majorité des voix palestiniennes, sont, malgré leurs efforts et leurs concessions audacieuses, voire dramatiques, rentrés bredouilles, qu'espérez-vous enfin, vous en tirer, face un disciple non digne de confiance d'Arafat, nommé Mahmoud Abbas, qui lui ne représente qu'une infime section de la population palestinienne?

Aucun de nous n'ignore les pressions continuelles d'Obama et de son administration, qui à mon avis et conseil, feraient mieux de s'occuper des problèmes américains indoor, sérieux et inquiétants, plutôt que de dépenser inutilement toute leur énergie et leur temps sur un conflit pas encore assez mûr pour être traité.

Je reste toutefois convaincue que la politique d'Obama a pour objectif d'arracher des concessions territoriales aux israéliens pour les affaiblir, et non pour leur procurer une paix qui ressemblerait en tout, à celle de Pyrrhus. Car, imaginez un peu ce que deviendrait Israël s'il obtempère ?

Il perdrait l'atout le plus important à sa sécurité : les territoires – que ce soit en cisjordanie qu'au Golan. Une fois revenu aux frontières d'avant la guerre des six jours, aucun état ne pourrait lui garantir sa survie, même pas les GRANDS USA qui aujourd'hui, grâce aux erreurs intentionnelles ou non d'Obama, ont atteint un degré de vulnérabilité, mettant le monde libre entier en danger.

Entre autre, pourquoi initier ces négociations lorsque les palestiniens ne veulent en aucun cas, reconnaître l'existence d'Israël comme " état juif "? Toute négociation ne devrait être entamée qu'après l'aval de tous les palestiniens et de tous les pays arabes (physiquement et moralement) de reconnaître Israël comme un état juif… une fois cette issue confirmée, la voie aux négociations pourrait être rouverte.

Obama et son administration n'ignorent guère la signification de cette issue élémentaire, mais jouent à l'autruche dans l'espoir de culbuter Israël dans le piège largement ouvert sous ses pieds.

 Assez ! Il est temps d'activer les cellules grises et la logique au lieu de dispenser de vains espoirs, tant aux israéliens qu'aux palestiniens qui rêvent de conquérir Israël à travers les négociations, et au contraire, opposer une attitude ferme et résolue, en guise de celle qui se veut si soumise qu'elle frôle la pusillanimité.

En fin de compte, le coup de feu du départ d'une Intifada renouvelée, répercutera dès l'annonce de collapse des négociations. Chose qui ne nous surprend plus.

En vous souhaitant et au peuple juif du monde entier, une fête de Souccoth régénératrice.

Votre très dévouée,

Therese-dvir.

Repost 0
mordeh'ai - dans Tribune libre
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 08:05

Albert Soued et www.nuitdorient.com – N°21  - le 27/09/2010

 

Etats-Unis

Un sondage mené par Princeton Survey Research Associates fin juin 2010 portant sur 964 adultes montre que 43% des Américains pensent que leur pays est en train de perdre la guerre contre le terrorisme contre 29% qui pensent le contraire. Pour la guerre en Afghanistan, les valeurs sont de 46%-26%.

Un sondage de l'Université Quinnipiac portant sur 2181 électeurs montre que 48% des Américains contre 44% désapprouvent B Obama comme président. Un an auparavant, les valeurs étaient 57% en sa faveur contre 33%.

Si les élections avaient lieu ce jour, B Obama perdrait contre n'importe quel candidat Républicain par 39% contre 36%. De même 48% d'Américains contre 40% pensent qu'Obama ne mérite pas d'être réélu en 2012.

--

A propos des attentats du 11/9, B Obama a déclaré le 22/09/10 au journaliste Bob Woodward "Nous pouvons absorber une future attaque terroriste. Mais nous ferons tout pour la prévenir, même une autre attaque du type 9/11, et même si elle est plus importante… nous pouvons la contenir et nous en sortirons renforcés…"- Propos étranges quand même.

--

En marge de l'Assemblée Générale des Nations Unies, Barack Obama a dit: "L'année prochaine, il pourrait y avoir un accord qui nous mènera à accueillir un nouveau membre des Nations unies : un Etat de Palestine indépendant, vivant en paix avec Israël".

Autorité Palestinienne (AP)

Dany Ayalon explique à YnetNews.com l'esclandre avec le 1er ministre de l'Autorité Palestinienne : "Je voulais qu’au minimum, soit écrite en toutes lettres la formule de "deux Etats pour deux Peuples", parce que lorsque les Palestiniens parlent de 2 Etats, je voulais savoir ce que cela voulait dire pour eux. Est-ce un Etat palestinien et un Etat binational, ou bien un autre Etat palestinien. Je leur ai clairement dit que si on ne parlait pas de 2 Etats pour 2 Peuples, on n’était plus dans le coup". Cela n’a pas plu à Salam Fayyad -- sur lequel tout le monde fonde des espoirs et loue sa "modération" -- car je lui ai demandé de préciser par écrit l’identité des 2 Etats. Il est devenu furieux et il a écumé de rage.

--

Nabil Shaath, principal négociateur de l'AP a annoncé que l'AP n'accepterait jamais qu'Israël soit un état Juif. De plus il a menacé d'une guerre, si les négociations échouaient et si les demandes de l'AP n'étaient pas acceptées. "Un Etat Palestinien naîtra, que ce soit à travers des négociations, ou par la résistance armée".

Selon lui, un Etat Juif s'oppose au "droit au retour" et menacerait directement les droits des non-juifs en Israël. Il faut savoir aussi que les Juifs seraient interdits de résidence dans tout futur état palestinien.

--

Lors d'une interview de l'Agence Palestinienne Maa'n, sur le sujet de reconnaître un état Juif en Israël, Mahmoud Abbas a dit avec sarcasme que cela lui était égal qu'Israël se fasse appeler "l'Empire juif sioniste d'Israël" ou n'importe quoi d'autre.

La Ligue arabe a soutenu la décision de M Abbas de ne pas reconnaître un Etat Juif.

--

Suite aux pourparlers d'Oslo, le jour de la signature de la "déclaration de principes" de paix, le 13/09/93 à Washington, Yasser Arafat a parlé devant la télévision jordanienne: "Comme nous ne pouvons pas vaincre Israël dans une guerre, nous le faisons par étapes successives, en prenant un territoire après l'autre, à chaque fois que nous pouvons le faire, pour y établir notre souveraineté et l'utiliser comme tremplin pour en libérer d'autres portions de la Palestine. En temps opportun, les pays arabes se joindront à nous pour donner le dernier coup. Israël est à nous et la Judée/Samarie en est le cœur".

Lors de sa réunion pour ratifier le traité d'Oslo, le 6/10/93, l'OLP n'a pas eu le quorum nécessaire et le traité n'a jamais été ratifié depuis; alors que la Knesset l'avait ratifié le 20/9/93 par 61 voix contre 50 et 9 abstentions.

--

Le Procureur Général palestinien a annoncé que la Cour de Justice avait décrété que la vente de terre à des Israéliens était "punie de mort" et que cette loi avait pour but de protéger le projet national d'installer un état palestinien indépendant.

--

Ahmad Bahr, porte parole du Conseil Législatif de l'AP a précisé que le Palais des Vierges attendant les "martyrs" à leur arrivée au Paradis contenait non plus 72 vierges, mais 2,5 millions, et que seuls les prophètes, les Justes et "les martyrs" pouvaient y pénétrer. En effet, comme il y a 500 portes en Eden et qu'à chaque porte se tiennent 5000 vierges aux yeux noirs, on arrive à 2,5 millions.

Il précise "Tout homme doit prier pour qu'un fils parte faire le "jihad", pour l'amour d'Allah… Et si nous continuons dans cette voie, personne au monde ne sera capable d'affronter nos résistants, nos "moujahidine", ceux qui adorent Allah et recherchent le martyr"

Israël

Lors d'une visite de l'implantation Har Brakha, Ouzi Landau (Israel Beiteinu), ministre de l'infrastructure nationale, a dit: "Dimanche (26/9), nous reprendrons la construction en Judée/Samarie. Nous remplirons nos obligations de poursuivre la construction, car notre crédibilité est en jeu, notamment au moment où des négociations sont en cours. Nous nous en tiendrons à notre décision"

--

Selon un sondage de l'Institut de recherche Shilouv, 53% des Israéliens sont pour la poursuite du moratoire sur la construction en Judée-Samarie, dont 20% pour un gel total et 33% pour un gel partiel.

--

Benjamin Netanyahou aurait proposé à la Syrie de se retirer du Golan par étapes jusqu'à la "RidgeLine", c'est-à-dire jusqu'aux hauteurs se situant à 2,5km à l'est du Jourdain, contre une déclaration de paix d'Assad à la Knesset et le renoncement aux relations avec l'axe du Mal (Iran, Hezbollah, Hamas, Jihad islamique…).

Turquie

Ayant pour but de supprimer de nombreuses prérogatives de l'armée et de faire dépendre le système judiciaire du gouvernement, le récent référendum a été accepté par 58% des Turcs, avec un taux d'abstention de 23% seulement, ce qui dépassait toutes les prévisions des partis laïcs. L'AKP (Parti de la Justice et du Développement), parti islamique de Mr Erdogan, en sort renforcé pour les élections législatives de 2011.

--
Le Renseignement Turc aurait signé un accord avec les Gardiens de la Révolution d'Iran pour fournir en armes le Hezbollah, ce qui confirme l'étroitesse des relations entre l'Iran et le régime turc. Malgré cela, B Obama a approuvé la vente de 100 F-35, avions de combat de technologie avancée à la Turquie.

Nations Unies

Comment votent-ils ? Le Koweit vote contre  les Etats-Unis 67% du temps. De même que le Qatar. Pour le Maroc et les Emirats Arabes Unis: 70% du temps. La Jordanie (qui reçoit une aide de 0,2 MM$/an) et la Tunisie: 71% du temps. L'Arabie: 73%. Le Yémen, Oman et l'Algérie: 74%. Le Soudan et le Pakistan: 75% - La Libye: 76% - L'Egypte: 79% (qui reçoit une aide de 2MM$/an)- Le Liban: 80% - La Syrie 84% -  La Mauritanie: 87% du temps.
Italie

Invité d’honneur de Gidéon et Meira Meir, l’ambassadeur d'Israël et sa femme, le 1er   ministre Silvio Berlusconi a assisté au repas de Rosh Hashana à la résidence de l’ambassadeur d’Israël à Rome. Parmi ses bénédictions et vœux pour la nouvelle année, le leader italien a mentionné l'affaire de la flottille: "Israël a été forcé d’agir comme il l’a fait, car il s’agissait là d’une provocation".

Pendant le repas, le Premier ministre italien a profité pour appeler d'une façon impromptue Benjamin Netanyahu. "Je te souhaite, pour toi, ta famille et tous les citoyens d’Israël, d’excellentes fêtes" lui a-t-il dit. Puis il expliqua aux journalistes: "c’est un grand honneur que vous (Israël) me considériez comme faisant partie de votre famille. Je me considère comme un ami d’honneur d’Israël, surtout après avoir visité le camp d’extermination d’Auschwitz et le Musée de l’Holocauste de Yad Vashem. Je pense souvent aux traitements cruels qu’a subi le peuple. Israël peut toujours compter sur mon amitié et mon aide"

Repost 0
mordeh'ai - dans Revue de presse
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 23:12

September 25, 2010

Posted by Yaron Gamburg http://yarongamburg.blogspot.com/

L'ONU condamne, le Hamas débouche le champagne.

Je ne fais que reprendre les titres de nombreux journaux, avec une petite touche "cosmétique". Le 31 mai dernier, une douzaine de soldats israéliens, équipés de fusils à peinture, tentent d'embarquer à bord du fameux "Mavi Marmara"- embarcation à but humanitaire sous l'égide du groupe sympathisant terroriste IHH- de quelques centaines d' hommes et femmes de bonnes intentions, pris en otage par un petit groupe, quelques dizaines, de sympathisants islamistes fanatiques (je n'inventent rien, ils s'en sont suffisamment ventés eux même devant les caméras), bien décidés à en découdre avec l'armée israélienne, et si possible, ca aurait été un must, mourir en martyrs.

L'idée était simple: forcer le blocus sur les armes et les matériaux permettant d'en fabriquer, mis en place, je le rappelle, de façon conjointe par Israël et par l'Egypte. Ce blocus a été installé d'un commun accord pour faire cesser le trafic incessant d'armes ayant pour destination le gouvernement Hamas a Gaza.

Même si ces même hommes et femmes de bonnes intentions préfèrent continuer a penser ainsi, il n'y a pas et n' a jamais eut de crise humanitaire a Gaza. Le Marmara lui-même a été à plusieurs reprises prié de débarquer sa cargaison au port d'Ashdod afin que celle-ci puisse être vérifiée et transférée à la population de Gaza, comme c'est le cas de dizaines de tonnes de vivres chaque semaine.

Alors, n'y a-t-il pas un truc qui cloche? Si les destinataires de cette cargaison "humanitaire" étaient le peuple palestinien, pourquoi avoir refusé de débarquer à Ashdod? Pourquoi défier un blocus israélo- égyptien légal et légitime, dont le seul but est de faire cesser la cause même de la précarité dans laquelle les palestiniens de Gaza se trouvent, et conserver une petite chance de créer un jour un climat propice à la paix? Qui avaient en tête le malheureux peuple palestinien à l'heure où la barbarie se déchainait sur les soldats de Tsahal, aucunement préparés à ce scenario auquel pourtant il aurait fallu s'attendre?

Qui a encore la naïveté de croire que si la situation avait été inverse, si les quelques barbares embarqués dans le ventre du Marmara avaient assassiné neuf de nos soldats, il y aurait eut, comme il y a eut à la suite de cet épisode malheureux, ce formidable élan de protestation indignée, cette haine passionnée qui n'attendait qu'un "bon prétexte" pour déferler? Je voudrais bien y croire…

Que vaut donc dire ce nouveau rapport de la Conseil des droits de l'homme de l'ONU présidé par un juge dont on connaît les prises de positions, ou plutôt ses non prises de position… et que vaut donc cet organisme, animé par ces grands amis de la démocratie que sont l'Iran, la Syrie, la Libye… pour ne citer que les plus notables.

Pas grand-chose, je vous le concède. Je n'ai d'ailleurs jamais très bien compris l'intitulé de cet organe respectable, "Conseil des droits de l'Hommes". J'aurais plutôt vu "Comité d'Acharnement contre Israël" ou quelque chose de ce genre. "Conseil des Droits de l'Homme"… quel intitulé incongru et insensé pour un organe qui depuis sa création a eu, sous l'égide de l'ONU, pour agenda principal la délégitimation de l'Etat d'Israël?

Repost 0
mordeh'ai - dans Point de vue
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 14:22

Par Caroline B.GLICK Jerusalem Post

 http://www.jpost.com/Opinion/Columnists/Article.aspx?id=189065

Adaptation Sentinelle 5771

Le glissement de la Gauche de l’espoir à la peur pour contribuer à son plan de destruction de son rival idéologique démontre que contrairement à son image soigneusement façonnée, la Gauche est fondamentalement coupée du public.

 

 

Suivant l’exemple de ses homologues en Occident, depuis des décennies la Gauche israélienne a soigneusement cultivé son image comme le versant sympa du spectre politique.

 

De mille manières, on a dit au public que la Gauche est l’option de demain. C’est le foyer de l’optimisme. Si vous voulez un avenir joyeux, si vous voulez faire la fête toute la nuit sans jamais avoir la gueule de bois, les fabricants d’image nous ont dit que la Gauche est le lieu à fréquenter.


Selon la perspective de la Gauche, le processus de paix entre Israël et l’OLP a été l’accomplissement de sa promesse. Il a aussi été la clé du monopole culturel permanent et du contrôle du gouvernement.

 

Des Israéliens qui s’opposèrent à la cession du contrôle sur le cœur et la capitale du pays à l’OLP n’étaient rien de plus que des prêcheurs d’obscurité et de catastrophes, des extrémistes messianiques. La Droite était en furie. La Gauche était heureuse. La Droite était le parti de la guerre. La Gauche le parti de la paix. La Droite était suspicieuse et tribale. La Gauche était optimiste et internationale.


Les premiers coups aux narrations parfaites de la Gauche sont partis seulement sept mois après la survenue de son plus grand triomphe. Sept mois après la poignée de mains épique entre Yitzhak Rabin et Yasser Arafat sur la pelouse de la Maison Blanche le 13 septembre 1993, le premier islamikaze à la bombe palestinien fit son apparition. Le 6 avril 1994, l’islamikaze assassina six Israéliens dans un bus à Afula.

 

Alors que le processus de paix n’avait qu’un an, l’image de l’islamikaze à la bombe avait commencé d’éclipser celle d’une paix garnie de ballons que la Gauche cherchait à incarner. [....]

Repost 0
mordeh'ai - dans Tribune libre
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 10:26

(Source Le CRIF)

Echange de bons voeux À l’occasion de Roch Hachana, Hael Al Fahoum, le nouvel ambassadeur de Palestine a écrit à plusieurs responsables de la communauté juive pour leur souhaiter ses meilleurs vœux.

Le grand rabbin du Consistoire central, René-Samuel Sirat lui a répondu :

« Monsieur l’Ambassadeur, Je reçois aujourd’hui votre lettre du 8 septembre et vous en remercie vivement.

Je suis très sensible aux souhaits que vous voulez bien adresser à la Communauté juive de France, à ma famille et à moi-même à l’occasion de la fête de Roch Hachana.

Je suis ému de lire les vœux que vous formulez - et auxquels je m’associe pleinement - que « cette nouvelle année voie les peuples israélien et palestinien retrouver la paix dans l’indépendance de chacun, la prospérité et la sécurité pour tous, prélude idéal à une réconciliation historique que nous appelons, tous, de nos vœux ».

Voici quarante ans que j’espérais qu’enfin, une voix officielle palestinienne saisisse la main tendue par le Premier ministre de l’époque Lévi Eshkol et son ministre des Affaires étrangères Abba Eban, répétant à l’envi que « tout est négociable ».

J’attendais aussi que l’on accepte de se référer à la décision sage de l’ONU du 29 novembre 1947, affirmant la nécessité de créer un Etat juif de Palestine -qui prit pour nom Israël le 15 mai 1948- et un Etat arabe de Palestine, étant bien entendu qu’il faudra tenir compte des frontières de 1967 avec des rectifications mineures acceptées de part et d’autre. Qu’il me soit cependant permis une remarque : dans votre logo, au-dessous du drapeau palestinien, se trouve une carte miniature de la Palestine*, mais aucune place n’est réservée à l’Etat d’Israël.

Je formule à mon tour l’espoir que ce logo soit rapidement modifié afin de montrer clairement que les deux peuples sont appelés à vivre côte à côte, fraternellement et pacifiquement sur la terre que D.ieu a bénie.

Au lendemain de l’Aïd el-Fitr, je voudrais exprimer également tous mes souhaits de paix, de bonheur et de joie pour vous-même, votre famille et le peuple palestinien. 

Je vous prie d’agréer, Monsieur l’Ambassadeur, l’expression de ma parfaite considération. »

 

René-Samuel Sirat

 

 

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 08:51

Le blog du porte-parole de l'ambassade d'Israel en France

23,September 2010

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3958403,00.html

Les journaux israéliens ont mentionné un fait qui pourrait paraitre "divers" mais qui revêt toute son importance quant à la compréhension des réalités proche-orientales, notamment en cette période de pourparlers de paix entre israéliens et palestiniens.

Un événement crée l'événement, ce 21 septembre, lors de la clôture de la Conférence de l'AHLC, le Comite des Bailleurs de Fonds impliqué dans la coordination de l'aide humanitaire à l'Autorité Palestinienne.

Lors de la rédaction de la déclaration finale, le Ministre adjoint des Affaires Etrangères israélien, M. Danny Ayalon, demande à ce que la mention " deux Etats pour deux Peuples ",  à la place de la mention existante " deux Etats " 

(pour qui??), soit insérée.

Comble de l'audace aux yeux du représentant palestinien, M. Fayyad, pourtant considéré comme modéré, qui décide, indigné, de quitter la séance, engendrant l'annulation de la conférence de presse qui devait suivre.

Les dirigeants palestiniens en sont t-ils restés au point ou ils étaient en 1947 lors du vote du plan de partage de la Palestine britannique en deux états, l'un juif l'autre arabe: ne rien céder, ne rien accepter, surtout pas la présence d'un état juif sur l'ancien mandat de la couronne? J'ose souhaiter qu'on n'en soit pas à ce point. Je croyais pourtant que la notion de " deux pays pour deux peuples " avait été internationalement reconnue, légitimée et encouragée.

Ca donne a réfléchir…

Repost 0
mordeh'ai - dans Revue de presse
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 08:47

Par Michel Garroté depuis Jérusalem

http://drzz.info/

 

Jérusalem – 22 septembre 2010 – 14 Tishri 5771

Une fois de plus, les dirigeants palestiniens font semblant de négocier. Et une fois de plus, les médias tentent de nous faire avaler que se seraient, soi-disant, les dirigeants israéliens qui feindraient de négocier. Même en Israël, la gauche caviar et ses médias pratiquent l’autisme, l’anachronisme et la haine de soi. Les Israéliens dans leur grande majorité, en revanche, ne sont pas dupes ; et ils commencent à redouter que le gouvernement qu’ils ont élu ne les déçoive.

Ainsi, le travailliste Ehud Barak, membre (minoritaire) de la coalition gouvernementale israélienne, fait-il des déclarations, multiples et tonitruantes, qui trahissent son gouvernement ; et qui trahissent l’électorat. Ehud Barack a été jusqu’à alléguer : « les décisions qui sont face à nous sont dramatiques, cruciales et historiques, et sont largement prioritaires sur la reprise de la construction en Judée-Samarie ».

En déclarant cela, Ehud Barak ne défend pas le point de vue de la majorité des israéliens et du gouvernement israélien démocratiquement élu. En déclarant cela, Ehud Barak, en solo, défend le point de vue de Barak Hussein Obama et de Mahmoud Abbas. Ehud Barak défend le point de vue selon lequel il faut purifier la Judée et la Samarie de toute présence civile juive israélienne. Afin que le futur Etat palestinien soit un Etat Judenrein interdisant à tout Juif de résider sur son sol, un Etat palestinien ethniquement purifié.

Du reste, le chef du « gouvernement » palestinien, Salam Fayyad, lors de sa toute récente rencontre, à New-York, avec le Vice-ministre israélien des Affaires étrangères, Dany Ayalon, a piqué la mouche du seul fait que Dany Ayalon a légitimement demandé que soit précisé de quels Etats il s’agit lorsqu’on utilise la formule « deux Etats ». Dany Ayalon a simplement demandé que soit précisé de façon explicite « deux Etats pour deux peuples », ce qui constitue tout de même un minimum.

Quand les dirigeants palestiniens disent « deux Etats », Dany Ayalon voulait juste savoir s’ils veulent dire « un Etat palestinien et un Etat binational », ou bien « un Etat palestinien et un autre Etat palestinien ». Dany Ayalon a simplement souligné que si les négociateurs ne parlent pas de « deux Etats pour deux peuples », alors, Israël n’est évidemment plus dans le coup. Et sur ce, le dirigeant palestinien Salam Fayyad a piqué la mouche…

-

 

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 08:24

23,septembre 2010

http://victor-perez.blogspot.com/

Depuis quelques décennies, on entend que le conflit Proche-oriental est un conflit impérialiste . A croire les tenants de cette version, il suffirait que l’état d’Israël ‘’décolonise’’ la Judée et la Samarie pour que la paix intervienne en cette région, voire sur la planète entière. Cette interprétation nous assure ainsi que l’état d’Israël vivra en toute sécurité sur la terre ancestrale et que les Juifs du monde auront, en cas de besoin, un refuge ad vitam æternam. / Qu’en est-il réellement ?

Par la voix des porte-paroles de l’Autorité palestinienne chacun sait que la ‘’Palestine’’ en devenir se devra être Judenrein. Pas un seul Israélien ne devra s’y trouver car selon les explications données les « colonies » étant ‘’hors la loi internationale’’ elles n’ont aucune raison de demeurer en place. Le fait que des Juifs vivaient à Hébron, Gaza ou encore Jérusalem bien avant l’arrivée de l’Islam en cette contrée n’a aucune valeur à leurs yeux.

Par ces mêmes porte-voix on sait également que la veille ville de Jérusalem, principalement « l’Esplanade des Mosquées » et son sous-sol, devra retournée aux mains de l’Islam car « troisième lieu saint » de cette religion. Le Mont du Temple étant le premier lieu saint du Judaïsme n’a aucune importance là encore. Faudra t-il, en cas de paix, une autorisation pour que les Juifs accèdent à leur lieu saint ?

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou par la mise en place des négociations actuelles a affirmé publiquement que l’état de ‘’Palestine’’ devra reconnaître manifestement que l’état d’Israël est l’état nation du peule juif. A ce jour, toutes les instances officielles de l’AP, la ligue arabe ainsi que l’OCI se refusent à cette reconnaissance sous prétexte que cela causera du tort à la minorité importante de musulmans vivant en ce pays. En sous-main, chacun comprendra que le « droit au retour » de centaines de milliers de ‘’Palestiniens’’ au sein de l’état juif serait ainsi compromis.

Le dernier détail qui a son importance ici est celui qui refuse que les soldats israéliens surveillent eux-mêmes pendant plusieurs décennies les frontières de ce nouvel état aux fins de vérifier qu’il ne s’arme pas pour une reprise du conflit. Selon le Président de l’AP, Mahmoud Abbas, même un soldat juif d’un pays tiers ne pourra remplir ce rôle.

« Je suis disposé à accepter un tiers parti comme l'OTAN par exemple, pour contrôler l'exécution de l'accord, mais je n'accepterais pas des juifs parmi les forces de l'OTAN, ou que l'un d'entre eux vive parmi nous. Je ne veux d'aucun israélien sur le territoire palestinien » Citation de Wafa, l'agence de presse officielle palestinienne.

A lire précisément ces attitudes chacun comprendra que tout est mis en œuvre afin que l’état d’Israël, comme première étape, réduise son territoire à une peau de chagrin, puis se coupe de ses racines religieuses et historiques, se peuple de nombreux « réfugiés palestiniens » à des fins démographiques et devienne vulnérable à l’assaut final de son nouveau voisin grâce à son réarmement non contrôlé.

Deux états donc, mais pour un seul et unique peuple. Le ‘’Palestinien’’.

Devant l’évidence, la question n’est donc plus de savoir si le conflit est un conflit existentiel pour la nation du peuple juif mais de connaître la raison qui a poussé, et pousse encore tant et tant de politiques, de médias, d’experts ou de quidams occidentaux à attester, malgré tout, le caractère colonisateur du conflit !

Si les hommes politiques et les partis au pouvoir peuvent se targuer, comme excuses, de défendre les intérêts du pays tels le pétrole et les pétrodollars, quitte pour cela oublier quelque peu les valeurs universelles qui ont fait cette civilisation, on ne peut douter un instant que cette vision faussée est aussi motivée par l’antisémitisme. Une hostilité qui résulte du choix des Israéliens de défendre leur religion, leurs frontières, leur état-nation, leur culture, et les valeurs qui ont fondé la civilisation judéo-chrétienne.

Une attitude qui met très à mal l’association antisémite brune-verte-rouge, l’union entre l’extrême droite, l’Islam et l’extrême gauche voire une certaine gauche nauséeuse complice.

Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 17:33

Source : Arabs Harass Female ‘Peace’ Activists; Left Silences Victims,

par Ronen Gil

pour Arutz 7

Deux militants ont mis en évidence un phénomène inquiétant,un secret de polichinelle dans le camp de la paix  : les femmes militantes de la «paix» sont systématiquement harcelées et violées par les Arabes de Judée - Samarie avec lesquels elles ont voulu s’identifier. Elles disent que le phénomène a empiré ces derniers temps et que de nombreuses femmes étrangères se retrouvent comme épouses des Arabes locaux contre leur volonté, mais ne peuvent s’échapper de leur nouveau foyer.

Roni Aloni Sedovnik, une militante féministe, a écrit un article dans News1 - un site indépendant dirigé par le journaliste d'investigation respecté Yoav Yitzchak - sous la rubrique " trahison de la gauche " des militantes pacifistes ont été agressées sexuellement. " une atrocité nauséabonde qui se passe depuis longtemps dans les coulisses des manifestations de la gauche " à Bil'in , Naalin et Sheikh Jarrah [ Shimon HaTzaddik ], écrit-elle ; " un sombre secret qui menace de briser l’assise des valeurs idéologiques, sur laquelle repose la demande de mettre fin à l'occupation des territoires . "

Aloni-Sedovnik explique que lorsque des militantes pour la paix venant d’Israël ou de l’étranger se rendent en Judée et Samarie et manifestent contre « l'occupation » israélienne, elles sont agressées sexuellement par des hommes arabes qu’elles sont venues aider. Ce ne sont pas des incidents isolés, souligne-t-elle. Il s’agit plutôt d’un phénomène « courant et généralisé » impliquant la violence verbale et physique. Elle accuse le « camp de la paix» de dissimuler ces faits pour éviter d'offenser «les Palestiniens et leur culture, qui voient les femmes comme des objets sexuels.»

Aloni - Sedovnik cite deux cas spécifiques dont elle a eu connaissance - l'une est une affaire de viol et l'autre un grave harcèlement sexuel. " Les agresseurs dans les deux cas, elle le souligne , étaient familiers avec les victimes et ils savaient qu'elles étaient des « militantes pour la paix ».

" Pourquoi n’entendons-nous pas les voix des féministes radicales qui répètent jour et nuit que l’occupation c’est l’occupation, peu importe qui est l’oppresseur une nation ou un homme, elle opprime la femme , " Il semble qu'il y ait un fossé entre la théorie radicale de la gauche féministe quant à la résistance active à l'occupation des Territoires et leur déni à la conquête violente des femmes. "

■ Le viol a été commis il ya plusieurs mois dans le village de Umm Salmona , près de Bethléem . La victime , une militante américaine , qui a voulu porter plainte mais les militants de gauche ont fait pression sur elle pour ne pas le faire, afin de ne pas détériorer l’image de la lutte contre l '« occupation ».

L'affaire d’Oum Salmona a été signalé dans Haaretz comme une tentative de viol , mais ne semble pas l'avoir été au-delà des pages du blog .

■ Le deuxième cas est une activiste israélienne qui a pris part aux manifestations à Shimon HaTzaddik quartier à Jérusalem-Est , où la Cour suprême a statué que les familles juives peuvent entrer dans les maisons qui leur appartenaient depuis des générations. Cette femme a déposé une plainte auprès de la police, mais elle s'est rétractée après une " pression sévère et injuste " des organisateurs des manifestations, selon

Aloni-Sedovnik.En outre, les organisateurs ont lancé un appel aux manifestantes de s'habiller modestement quand elles viennent dans les quartiers arabes et ont suggéré de porter « le foulard ».

Aloni-Sedovnik accuse les médias israéliens d’être complices de cette dissimulation

Plus tôt cette année, un blogueur et mordu de littérature nommé Yeouda Bello, qui écrit à divers endroits sur l'histoire et la théorie de l'évolution, a publié sur son blog un billet au titre percutant : « Les activistes féministes de gauche sont violées jour après jour, nuit après nuit.» Bello n’est pas un ultra-nationaliste; il soutient la création d'un état palestinien, ce qui le rend d'autant plus crédible.

La plupart des femmes européennes militantes de gauche  , écrit Bello , ont eu un lavage de cerveau dans leur jeunesse et appris à haïr Israël, puis elles sont envoyées directement en Judée - Samarie , en évitant de passer une seule nuit à Tel-Aviv , de peur qu'elles ne voient ce qu’est la société civile israélienne et que cela leur plaise .

Elles sont emmenées à Sichem, Djénine et d'autres villes de l’AP , logées dans des établissements d’enseignement, des centres culturels arabes, ou des maisons privées., des jeunes filles arabes locales sont envoyées pour les aider et elles n'ont pas d'autre choix que de leur faire confiance. Il est aisé, explique Bello,

« de procéder à un crime sexuel contre une jeune fille étrangère, dans ses premiers jours loin de sa famille, dans un endroit où aucune police n’a le droit de visite. » Et c'est ce qui se passe.

Il dit qu'il a rencontré ces femmes quand il a effectué ses « milouïm » (périodes de réserviste) pour Tsahal, et les a rencontrés. "Elles m'ont dit ce qui se passe là-bas, dans les villages palestiniens, loin de toute indiscrétion"

« On m'a rapporté des cas de viol de femmes qui ne sont pas juives : une militante européenne de gauche, une femme volontaire de la Croix-Rouge et une jeune femme arabe de Jaffa. Ces viols ne visent pas seulement à satisfaire l’appétit sexuel. Ils sont habituellement commis d’une manière systématique afin de mettre la jeune femme enceinte pour ensuite la prendre comme épouse, après qu’elle se soit converti à l’islam, bien entendu. Nous ne savons que ce système existe que par les témoignages des femmes qui ont subi un traitement similaire en Israël et ont fui vers Europe. Mais il est difficile de fuir les territoires palestiniens. Parfois, ces femmes, - dont certaines ne sont plus jeunes - ne sont jamais autorisées à quitter leur foyer sans être accompagnées afin de prévenir leur fuite . "

Si l’on comparait la liste des militantes étrangères qui entrent en Judée - Samarie avec la liste de celles qui en resortent, affirme Bello, l'ampleur du phénomène serait démontré. « Tout le monde le connaît, mais personne n'ose en parler. Les Palestiniens ont été transformé en martyrs. Sur les chaînes de télévision du Moyen-Orient, les soldats de l’armée israélienne sont dépeints comme des brutes qui violent les femmes palestiniennes.»

Participation du Fonds du Nouvel Israël

Les rapports Aloni-Sedovnik et Bello sont d'un intérêt particulier parce que les groupes féministes ont été le fer de lance l'activisme de gauche en Israël depuis de nombreuses années. Selon Svirsky Gila, l’ancien directeur du Fonds pour le Nouvel Israël et fondateur de la Coalition parrainée par des femmes pour la paix », les organisations des femmes de paix, connues collectivement sous le mouvement des femmes israéliennes de la paix, est devenue la plus dynamique et la partie assidue du camp de la paix en Israël. «Ces groupes défendent une idéologie qui assimile le militarisme des Israéliens, avec la domination masculine de la femme. Loin d'être un élément marginal, la gauche - féministe de cet acabit est une force dominante dans le monde universitaire israélien, la presse, la Knesset et du système judiciaire.

Repost 0
mordeh'ai - dans Point de vue
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 20:01
Par Guy Bechor, chroniqueur
YnetNews.com du 19/09/10, émanation de Yédiot Ah'oronot
Traduit par Albert Soued, http://soued.chez.com  pourwww.nuitdorient.com 

Alors que l'administration Obama continue à montrer sa faiblesse au Moyen Orient, la région glisse vers un état d'instabilité. Le récent départ d'Irak -- tout en sachant que ce pauvre état va se retrouver au milieu d'un chaos de violence ethnique – a affaibli tout simplement cette administration vis-à-vis des états de la région, alors qu'il a stimulé l'axe Iran-Hezbollah-Hamas-Syrie et maintenant Erdogan.

Malgré le spectacle monté par Washington, la négociation israélo-palestinienne va se trouver rapidement dans l'impasse et on ne voit pas le moyen de faire une percée spectaculaire. Alors que nous avons un désir réel d'Israël pour avancer vers la paix – du fait que les Israéliens souhaitent régler le problème palestinien qui les empêche d'évoluer – cependant M Abbas et son peuple n'ont pas de mandat pour prendre une quelconque décision.

Plus le programme nucléaire iranien progresse, plus Téhéran craint d'être attaqué, et ceci explique l'étalage quotidien de missiles ou les discours continus de Nasrallah – et dans les 2 cas, ceci est le signe d'une faiblesse plutôt que d'une force et, curieusement, ils n'ont pas encore compris que ces démonstrations ne servaient qu'à saper leur image.

Mais l'Iran inquiète plutôt les états du Golfe, qui continuent d'ignorer Israël, alors qu'il est leur plus important allié, mais les vieilles haines inhibent les intérêts vitaux.

D'autres raisons expliquent l'instabilité croissante de la région. La Cour Internationale de Justice sait déjà qui a tué l'ex 1erministre du Liban, Rafik al Hariri – ce sont des dirigeants du Hezbollah – et Nasrallah est sous pression pour écarter cette grave accusation, mais personne au Moyen Orient ne croit les "preuves" qu'il apporte (pour se disculper) sur la culpabilité d'Israël. En attendant, il a recours à des déclarations contre Israël et les Etats-Unis, cherchant à entraîner le 1er ministre libanais Saad al Hariri dans son sillage – et il s'est révélé ainsi comme un homme sans étoffe.

 

Le monde à l'envers

La Turquie était un état qui avait stabilisé la région dans le passé, mais aujourd'hui elle entraîne le Moyen Orient dans des voies radicales, avec tous les ingrédients pour y mettre le feu. Les réformes d'Erdogan contre l'Armée et la Justice menacent de déstabiliser son pays—et ceci expliquerait pourquoi les Juifs de Turquie font leur bagages et certains sont déjà venus se réfugier ici.

Deux autres facteurs déstabilisants sont le Hamas, coincé dans sa bande de Gaza et qui cherche à échapper à l'étouffement diplomatique où il s'est mis, et le syrien Basharal Assad qui ne cesse de faire des déclarations hostiles à Israël.

Pourtant aucune partie n'est prête à s'aventurer dans une guerre. L'Iran sait qu'elle a une faible armée obsolète qui ne fait pas le poids face aux Etats-Unis, l'Occident et Israël. Le Hezbollah et le Hamas ont déjà reçu des coups de Tsahal qu'ils n'oublieront pas de sitôt. Et pendant ce temps, le jeuneAssad sait pertinemment que son régime minoritaire ne se relèverait pas d'une guerre contre Israël. De même les Palestiniens ne sont pas prêts à refaire une autre intifada, petit jeu qui les a ruinés, leur économie et leur espoir d'avoir un état, et ils ont compris que cet exercice anti-israélien se retournait contre leurs propres intérêts.

Mais on n'a pas vu la puissance américaine dans la région depuis l'administration Bush, car si elle était présente, la plupart des facteurs de déstabilisation n'auraient pas vu le jour ou auraient été neutralisés. Mais il faut savoir aussi que la guerre sera évitée parce que c'est dans l'intérêt existentiel des différents états de la région.

Mais surtout Tsahal reste le plus important facteur de stabilité. Aujourd'hui, après s'être réformées et renforcées, les forces armées d'Israël restent les forces de dissuasion les plus puissantes de la région. Et ceci est d'autant plus visible que la faiblesse américaine est partout ressentie au Moyen Orient.

 

Ainsi le monde est à l'envers. 

Dans le temps, la puissance américaine apportait la stabilité à Israël, mais aujourd'hui la force d'Israël permet la stabilité des intérêts américains au Moyen Orient.

Repost 0
mordeh'ai - dans Point de vue