Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 09:14

 Par Bruce Thornton

 http://frontpagemag.com/2012/

23 novembre 2012

Adapté par Mordeh'aï pour le blog malaassot.com©2012

 

 Le duel des missiles est actuellement suspendu entre Israël et le Hamas et démontre encore une fois l'absurdité surréaliste de la façon dont la communauté internationale gère ce conflit entre un Etat démocratique et un groupe terroriste. L'accord de Cessez-le-feu d'hier  entre Israël et le Hamas est un autre exemple de la folie du traitement d'une bande d'assassins comme un gouvernement légitime.

 

 Considérons, par exemple, la façon dont une organisation terroriste comme le Hamas, auto-défini dans sa charte par ses objectifs génocidaires, est traitée comme s'il s'agissait d'un État légitime. Mais le Hamas n'est pas un gouvernement qui règne sur un territoire souverain défini par des frontières internationales. Si vous voulez une illustration graphique récente du Hamas sa vraie nature, (lire attentivement cette vidéo de la suite de l'exécution sommaire de 6 accusés «collaborateurs»). Ou considèrer le Hamas comme «la couverture officielle»  de l'attentat terroriste de cette semaine d'un bus en Israël. Ou contempler la barbarie d'utiliser ses propres «citoyens» comme des boucliers humains pour ses dépôts de munitions et de lance-roquettes. Appeler  Ismail Haniyeh, patron du Hamas, «Premier ministre», comme pratiquement tous les gouvernements du monde et les agences de Presse le font, ne signifie pas qu'il est en fait un premier ministre, peu importe combien d'élections se sont tenues . Ces titres et ces procédures de vote ne contribuent  pas à leur donner un semblant de gouvernement légitime qui doit être reconnu comme tel par la communauté internationale comme si il respectait les lois et traités internationaux telles que Conventions de Genève. Sans parler de cette façade de légitimité politique qui rationalise les millions de dollars donnés par des gouvernements occidentaux au Hamas sous le couvert d'aide des Nations Unies pour les services sociaux, ce qui libère des fonds pour acheter des armes et des munitions.

 

 Le même prétexte de légitimité de l'État est tout aussi absurde dans le cas des Palestiniens du "président" Mahmoud Abbas, le chef négationniste de l'Autorité palestinienne, qui est reconnu comme le seul représentant des Palestiniens au lieu de l'Organisation de libération de terroristes palestiniens depuis le cosmétique relooking provoqué par les Accords d'Oslo de 1993. L'Autorité palestinienne est juste encore  un autre groupe terroriste, comme en témoigne son constant  respect des assassins terroristes en nommant des rues et des parcs à leur nom,  et de son attachement à l'objectif de détruire Israël par le biais des demandes incessantes de concessions territoriales et de "droit au retour" pour un   nombre croissant sans fin  de «réfugiés». A ce titre, les principales fonctions de l'Autorité palestinienne comprennent le colportage du " canard "  de «deux Etats» et «aspirations nationalistes»  à la communauté internationale dans le but de délégitimer Israël et obtenir de l'argent, de le distribuer à son personnel quelle que soient les aides financières internationales  qui restent après que les gros matous de l'AP les ont écrémé. Pourtant, aujourd'hui comme par le passé, les États-Unis interviennent dans le conflit actuel afin de s'assurer qu' Abbas plutôt que le Hamas soit le «principal interlocuteur de la communauté internationale», comme le Wall Street Journal l'a rapporté, car il est censé être plus "légitime" et " modéré "- le seul signe de sa modération étant qu'il estime qu'Israël doit être détruit le plus tard possible.

 

 Bien sûr, les régimes totalitaires depuis des décennies se sont appropriés les titres gouvernementaux et les bureaux des gouvernements légitimes, mais au moins un Etat comme la République populaire ridiculement nommé démocratique de Corée du Nord contrôle en fait un territoire reconnu défini par des frontières internationales (à l'exception de la ligne d'armistice dans la sud). Cette hypocrisie est assez mauvaise, mais en l'étendant à des terroristes dont le seul fondement de leurs existenes, c'est la destruction d'une nation voisine composée d' hypocrisie légitime et d'illusion.

 

 Cette absurdité mène à une autre - les «négociations» et «la diplomatie», dans quel cas les États légitimes et légitimés techniquement  participent pour traiter avec un gang terroriste. Cette absurdité est aggravée lorsque l'un de ces états est l'Egypte et que ses dirigeants font parti des Frères musulmans. Demander à Mohammed Morsi président égyptien d'intercéder auprès du  Hamas son rejeton c'est comme demander à Hitler d'avant 1938 d'intercéder auprès de son comparse le parti nazi des Sudètesd'arrêter sa violence contre le gouvernement de la Tchécoslovaquie. Morsi ne s'oppose pas sur le principe du déluge de missiles du Hamas . En effet, les missiles iraniens Fajr-5 capables de frapper Tel-Aviv  ont  atteint la bande de Gaza en transitant par le territoire égyptien par le Soudan. Non, les Egyptiens tentent de freiner le Hamas pour des raisons tactiques. Étant donné que les Frères musulmans n'ont pas encore consolidé leur pouvoir ou le contrôle sur l'armée, et que l'Egypte est proche de la faillite et dépend des 9 milliards de dollars d'aide promise  de l'UE, du FMI et des Etats-Unis, Morsi n'a pas besoin que le Hamas et le Jihad islamique lui causent des problèmes en ce moment. Et son rôle dans la médiation de l'accord de cessez-le-feu a troqué son titre de soldat  du "grand djihad " contre l'immense  prestige de l'éloge international de l'Ouest .

 

 Et avec quelle abjection doit-on regarder un état comme la Turquie, membre de l'OTAN et donc un allié des Etats-Unis, envoyer son ministre des Affaires étrangères à Gaza pour montrer sa "solidarité avec la nation palestinienne [sic] en souffrance»? Ou d'entendre son Premier ministre Recep Tayyip Erdogan - le Best Friend Forever international d'Obama  il doit s'y rendre prochainement - pour dire: «Israël est un Etat terroriste et ses actes sont des actes terroristes»? Nul n'est dégoûté par ce spectacle de «solidarité» avec un parti terroriste dont la charte fondatriceest d'appeler indistinctement au génocide, ou les pluies de  missiles sur son voisin? Il ne fait aucun doute que le Hamas est encouragé dans son intransigeance par ce soutien diplomatique des Etats légitimes, ou des visites par chef de l'ONU Ban Ki-Moon, ou des agences de presse comme CNN interviewe Osama Hamdan le porte-parole de la

politique  étrangère du Hamas,  sont tout aussi dangereux que le roquettes et autres armes fournies par l'Iran.

 

 Pourtant, malgré cette absurdité manifeste de traitement d'une bande d'assassins comme s'il s'agissait d'un État légitime, la Secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton s'est envolée pour la région, en mettant toute la force du prestige américain afin de parvenir à un accord de cessez-le-feu avec une telle bande, celui pour qui ces accords ne sont que simples  tactiques qui permettent une guerre en cours pour l'extermination d'Israël de continuer. Tout aussi inquiétant est le prix que l'Amérique paiera pour son aide à l'Egypte et à la Turquie dans la réalisation de ce vague  cessez-le-feu fragile pour l'instant, qui est censé être appliqué par ce même gouvernement égyptien qui avait permis en premier lieu  les plus dangereuses roquettes dans la bande de Gaza, . Comme Jonathan Tobin le spécule , le coût de la coopération est susceptible d'être plus de pression sur Israël pour faire des concessions encore plus dans la poursuite d'une mythique «terre contre paix» la bonne affaire qui à plusieurs reprises dans le passé a conduit à plus de violence terroriste. En effet, le barrage incessant de roquettes et autres attaques terroristes de la bande de Gaza au cours des sept dernières années ont eu lieu parce que le retrait israélien de la bande de Gaza comme un geste pour un grand marchandage. Imaginez les dégâts des roquettes Fajr-5 pourrait infliger à Tel Aviv si tirés depuis la Cisjordanie remise à l'Autorité palestinienne.

 

 Un cessez-le-feu ne pourra plus désormais résoudre le conflit, pas plus que ne l'a fait l'Opération Plomb Durci plus violent et coûteux  en 2008-2009. Tant que la communauté internationale et les alliés d'Israël continuent de traiter un nid d'assassins comme un état digne de l'aide internationale et de la légitimité, et non comme des hors la loi terroristes devant  être pourchassés et détruits, Israël devra payer un prix très élevé pour finir avec le terrorisme du Hamas .

Repost 0
mordeh'ai - dans Sécurité
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 09:44

Par Vic Rosental

en anglais http://fresnozionism.org/2012/09/israel-should-preempt-hizballah-now/

25/09/2012

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

              

  

               Lances-roquettes du Hezbollah. Ceux-ci sont creusées dans tout le sud du Liban

 

Lance-roquettes du Hezbollah. Ceux-ci sont creusées dans tout le sud du Liban 

 

 

Alors qu'Israël se rapproche d'une confrontation avec l'Iran, il faut noter que la principale stratégie de l'Iran peu probable est un conflit direct avec Israël. L'armée de l'air de l'Iran et la puissance de ses missiles, en dépit de leur vantardise, ne sont pas suffisamment développés pour soutenir un tel conflit.

 

Au lieu de cela, je m'attends à ce qu'ils dépendent de leur auxilliaire principal — le Hezbollah.

Onpeut s'attendre que le Hezbollah s'attaque avec ses forces considérables de missiles  et même de tenter des incursions terrestres en territoire israélien. Dans le même temps, l'Iran va essayer de tirer parti des craintes occidentales de terrorisme et de perturber l'approvisionnement du Pétrole afin de mettre la pression sur Israël;
et nous pouvons nous attendre également à voir des attaques terroristes contre des cibles occidentales.

 

La difficulté de détruire ou d'endommager gravement la capacité nucléaire de l'Iran est très discuté, mais je pense que la neutralisation du Hezbollah serait également une tâche importante, et d'une importance plus immédiate. À court terme, le nombre de victimes israéliennes et le volume des dommages à l'intérieur du pays dans un conflit avec l'Iran sera proportionnel au temps qu'il faudra à Tsahal pour mettre fin à la capacité du Hezbollah de se battre.



Le Hezbollah est aussi une composante essentielle de la   stratégie de l'Iran à long terme, si oui ou non il réussit à construire une bombe. Un Iran nucléaire est plus susceptible de poursuivre ses intérêts dans la région par des menaces et des conflits de faible intensité conventionnelle sous un parapluie nucléaire que par l'utilisation effective de l'arme atomique, ce qui l'exposerait à des représailles dévastatrices.

 

En 2006, l'administration Bush a donné à Israël un mois pour terminer le Hezbollah. Israël n'a pas fait usage de la possibilité en raison de l'incompétence du gouvernement et du haut commandement militaire, la complaisance, le manque de planification, un renseignement médiocre, etc... Je crois que ces problèmes ont été corrigés dans une large mesure.

 

Bien que l'on puisse s'attendre à ce qu'Obama soit moins coopératif, il est possible que les relations de l'Administration avec les intérêts des conservateurs Sunnites — essentiellement l'Arabie Saoudite, la Turquie, ou même les Frères musulmans d'Egypte — qui sont des ennemis naturels de Hezballah, puisse le mener à attendre avant de condamner l'opération..



D'autre part, si les terroristes du Hezbollah font des auto-attentat immeubles à New York, Los Angeles et Washington, il y aura une énorme pression sur Israël pour mettre fin au conflit (oui, c'est irrationnel, mais nous avons vu cette réponse auparavant). Je ne pense pas qu'Israël peut compter sur l'obtention d'un mois cette fois.

Si j'étais un planificateur d'Israël, je pense à une attaque préventive contre le Hezbollah - séparément et avant d'attaquer les installations nucléaires iraniennes, pour les raisons suivantes:



D'autre part, si les terroristes de Hezbollah sont des constructions(bâtiments) de voiture piégée à New York, Los Angeles ou Washington, il y aura l'énorme pression sur Israël pour finir le conflit (oui, c'est irrationnel, mais nous avons vu cette réponse auparavant). Je ne pense pas qu'Israël peut compter en obtention d'un mois cette fois.

Si j'étais un planificateur israélien je penserais à une attaque de préemption sur le Hezbollah - séparément d'et avant l'attaque des installations nucléaires de l'Iran, pour les raisons suivantes :

  

  • Le Hezbollah est la menace la plus immédiate pour Israël
  • Le Hezbollah sera l'arme majeure de l'Iran pour des représailles si Israël frappe l'Iran
  • En n'attaquant pas l'Iran, Israël ne donne pas au régime un prétexte pour perturber l'approvisionnement en pétrole
  • L'armée israélienne peut se concentrer sur la défaite du Hezbollah
  • Il est toujours préférable de lancer que de répondre
  • Le chaos en Syrie, facilite d'isoler le Hezbollah à partir de sa source d'alimentation et de garde de l'armée syrienne trop occupée à intervenir dans son pays. 

Je tiens à souligner l'importance d'une campagne courte, ce qui se traduira vraisemblablement par l'utilisation d'une  force massive. Le Hezbollah est très bien retranché dans le sud du Liban, et une opération interrompue par la pression internationale pourrait être désastreuse.

Si Israël peut réussir à éliminer le Hezbollah à partir de l'équation, l'Iran sera grandement affaibli, la sécurité d'Israël et de sa posture de dissuasion seront renforcées, et les chances pour une action militaire future (ou même diplomatique) pour empêcher l'Iran d'avoir la bombe  s'améliorera.

Repost 0
mordeh'ai - dans Sécurité
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 09:05

FresnoZionism.org - ציונות פרסנו 

26 août 2012

Par Vic Rosenthal

 Adaptation Mordeh'aï ©2012 pour malaassot.com

 

Pourquoi l'Iran profère-t-il des menaces abominables contre Israel, presque quotidiennement, en disant qu'Israël sera anéanti, qu'il s'agit d'une tumeur cancéreuse qui doit être éradiquée, et ainsi de suite? Après tout, s'ils veulent éviter une attaque israélienne, ne devraient-ils pas être un peu moins francs sur leurs intentions?

Peut-être que ce point Nouvelles nous aidera à comprendre:

Un rapport d'investigation du Der Spiegel a déclaré que, quelques mois après le massacre de Munich, Walter Scheel, alors ministre des Affaires étrangères a tenu une réunion secrète avec des représentants de l'organisation terroriste dans le but de créer ce qu'on a appelé une «nouvelle base de consensus.» 

 

Selon des documents classifiés obtenus par Der Spiegel, Le gouvernement allemand, n'a pas exigé que les a également arrêtent complètement leurs activités terroristes, mais il leur a été demandé seulement qu'ils évitent d'attaquer sur le sol  Allemand.

 

Les Autorités allemandes ont évité de poursuivre les personnes impliquées dans l'attaque terroriste des athlètes israéliens, les trois terroristes qui ont été capturé  vivants ont été libéré au bout de deux mois,  après que des hommes de l'organisation terroriste «Septembre noir» aient détourné un avion de la Lufthansa.

  

C'est typique pour des terroristes de tenter de diviser les nations qui leur sont opposées, par une immunité promise à leur disposition en allant commettre d'autres atrocités dans d'autres pays. Le régime iranien utilise le terrorisme comme un élément majeur de sa politique étrangère, alors pourquoi ne devrait-il pas adopter comme Septembre Noirla la même approche de la diplomatie ?

 

En rendant effectivement l'anéantissement d'Israel comme une priorité de leur programme nucléaire, l'Iran envoie un message aux Européens et aux États-Unis qu'ils sont en sécurité. Nous allons nous contenter de tuer des Juifs, disent-ils, et vous ne voulez pas aller à la guerre pour les Juifs, n'est-ce pas ?

  

Je suis sûr que le message est transmis explicitement en privé et, en même temps que les menaces des mauvaises choses qui peuvent leur arriver à eux aussi si, les Etats-Unis et l'Europe ne le suivent pas. Et il y a beaucoup de mauvaises choses que l'Iran peut faire à moindre coût.

Les Iraniens savent qu'ils ne peuvent pas convaincre Israël que l'arme nucléaire entre leurs mains n'est pas une menace existentielle. Mais ils peuvent être en mesure de convaincre les Etats-Unis et l'Europe que le vrai problème n'est pas la bombe iranienne, mais la réaction israélienne à celle-ci. Et c'est ce qu'ils essaient de faire.

Leurs objectifs sont:

  • a) d'empêcher une attaque américaine

  • b) d' obtenir des États-Unis d'empêcher une frappe israélienne, jusqu'à ce que leur programme soit terminé.

C'est exactement pourquoi la doctrine israélienne — sa défense ne doit pas être placée entre les mains d'une autre nation ou organisation  — c'est si important, et ce ne doit pas être abandonné sous aucun prétexte.

Repost 0
mordeh'ai - dans Sécurité
19 août 2012 7 19 /08 /août /2012 17:15

Dan Margalit

Pour Israel Hayom

En anglais: http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=2432

Adapté par Mordehaï ©2012 pour le blog malaassot.com

 

  Quelques mots en faveur d'une attaque israélienne immédiate contre l'Iran: le président iranien Mahmoud Ahmadenijad et le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah pensent vraiment ce qu'ils disent quand ils affirment qu'ils vont détruire Israël. Les puristes ont tendance à être en désaccord avec cette comparaison, mais cela ne la rend pas stupide: Adolf Hitler avait annoncé à l'avance ce qu'il avait l'intention de faire, et personne ne l'a pris au sérieux. Certes, l'Amérique déclare qu'elle ne permettra pas aux ayatollahs d'accèder à la capacité nucléaire, mais aussi les américains avaient de bonnes intentions quand il sont venus en Corée du Nord et au Pakistan, en vain.

 

Ceci est particulièrement vrai à une époque où les sanctions économiques ne parviennent pas à atteindre les résultats escomptés, et le monde est en grande partie ignorant du fait que les négociations entre l'Occident et la sournoise Téhéran ont complètement échoué. En Israël, de son côté, il y a une opposition sans précédent: des hommes secouent les fondements de leurs semblables, sans raison valable, répétant mensonges sur mensonges, et tout un débat public sur la question est tout à fait légitime, il y a ceux qui essaient de dénier au gouvernement son autorité à décider, et de semer la panique. Le président Shimon Peres, outrepasse les limites de son autorité, en déclarant que non seulement il est opposé à une frappe à l'heure actuelle, il est contre sous toute forme d'action militaire. Il ne faut pas croire ceux qui prétendent qu'ils attendent que le plutonium soit enrichi pour soutenir une attaque. Ils trouveront toujours une raison de s'y opposer.

 

Quelques mots contre une attaque immédiate israélienne sur l'Iran: les actions d'Israël ont incité la communauté internationale à imposer des sanctions sévères à l'Iran et à se confronter avec Téhéran sur son programme nucléaire. Nous devons donner au président américain Barack Obama, qui a publiquement juré d'empêcher l'Iran d'acquérir la capacité nucléaire, la possibilité de mettre en valeur sa parole. Israël ne dispose que de moyens limités - de retarder la production d'une bombe nucléaire iranienne de quelques années - mais une attaque sur l'Iran maintenant ne ferait qu'enflammer le Moyen-Orient. Lorsque les échelons supérieurs de la défense et que le gouvernement prendra la décision finale il sera temps pour l'opposition de donner son avis et de faire entendre sa voix.

 

En outre, une attaque pourrait lancer une guerre totale Israël-Iran, qui pourrait durer longtemps. Au mieux, elle fera tombé un continuel déluge de missiles dirigés contre Israël depuis l'Iran et  ses satellites. Ajoutez à cela le coût financier d'une telle démarche, qui, en réalité, nous avons déjà commencé à payer. Une attaque israélienne serait considérée comme une insulte irréparable à Obama, qui a toutes les chances d'être réélu président des USA. Il se hate lentement.

 

Le débat est légitime, même si il a pris des dimensions qui indiquent beaucoup de haine sans fondement. Mais comme il se développe, il serait sage d'ajouter quelques arguments supplémentaires, tels que le fait que, depuis la guerre d'Indépendance, chaque attaque préventive lancée par Israël (Sinaï, Guerre des Six Jours) a été un succès. Son seul échec fut - lorsque dans des efforts pour apaiser les Etats-Unis, le gouvernement a interdit à l'armée de mener une attaque préventive avant la guerre du Yom Kippour en 1973. L'histoire se répète-t-elle aujourd'hui?

 

D'autre part, un gouvernement démocratique ne peut pas lancer une guerre préventive alors que la plupart des institutions de défense s'opposent à une telle démarche. Comment ce problème peut être résolu si l'attaque devient une réalité?

C'est très clair: La liste des pour et des contre devient sans objet dès que la question d'une frappe est tout simplement une tentative faite par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Ehud Barak pour faire pression sur le monde en bloquant laccès au nucléaire à l'Iran et en armant Israël avec les armes nécessaires pour mener à bien une frappe. Si tel est le cas, et il n'y a aucune preuve dans un sens ou dans l'autre, il est clair que le débat au sein d'Israël est préjudiciable aux intérêts de l'Etat d'Israël. Dans ce cas, les boniments de la part de l'opposition à une frappe militaire seront contenus par l'intérêt national.

Repost 0
mordeh'ai - dans Sécurité
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 16:23

Par Mati Tuchfeld

en anglais http://www.israelhayom.com/site/newsletter_article.php?id=5427

Adapté par Mordeh'aï ©2012 pour malaassot.com 

 

134507889454739074a t eng[1]Comme le montre cette couverture: H'ameini appelle à l'effacement de la carte — d'Israël — (ndtr)

Alors que plus de 400 citoyens israeliens  signent une pétition appelant les pilotes israéliens de refuser des ordres de bombarder l'Iran

 

Des Sympathisants de Droite cherchent à mettre en accusation pour sédition les signataires de la pétition s'opposant à la frappe de l'Iran

 • Les sympathisants de droite: Refuser le financement des universités qui emploient des professeurs qui ont signé la pétition

 • «Refuser les ordres qui mettent en péril tous les citoyens», dit une militante.

 

Des Militants de droite exigent des poursuites judiciaires contre un groupe de professeurs d'université et des membres de la communauté juridique qui ont récemment lancé une pétition très médiatisée s'opposant à une attaque israélienne sur l'Iran.

 

Ces derniers jours, plus de 400 personnes ont signé la pétition appelant les pilotes de la Force aérienne d'Israël de refuser des ordres de survoler des cibles en Iran et de les bombarder. Selon la pétition, la décision éventuelle d'attaquer les installations nucléaires de l'Iran serait "imprudente et aventureuse" et ne serait pas en mesure d'atteindre son objectif absolu - d'empêcher l'Iran de développer des armes nucléaires.

 

La droite israélienne, principalement l'Union nationale, a été scandalisé par la pétition, elle demande au gouvernement de suspendre les financements des universités qui emploient des professeurs qui ont signé la pétition.

 

«Quand des étudiants de la yeshiva du Hesder [un programme qui combine le service militaire avec l'étude talmudique],ont brandi des pancartes appelant les soldats à refuser les ordres d'évacuer les Juifs de leurs maisons[des implantations] les gauchistes ont crié que c'était un coup porté à la démocratie, et le Ministre de la Défense a immédiatement coupé les vivres à la yeshiva "Har Bracha", a déclaré un militant de l'Union nationale.

"Si le Premier ministre et le ministre de la Défense ont un iota de décence et d'intégrité ils devraient agir exactement de la même manière contre l'Université de Tel Aviv, dont les professeurs ont maintenant appelé les soldats à refuser l'ordre de bombarder l'Iran."

 

Le syndicat des Etudiants Sionistes de droite "Im Tirtzu" (Si vous le voulez) a aussi répondu à la pétition, en publiant une lettre qu'il a adressé au Procureur Général Yehuda Weinstein l'appelant à diligenter une enquête de 'sédition criminelle' contre les auteurs de la pétition. Ronen Shoval le Président d'Im Tirtzu a fulminé qu'"il est impensable que des universitaires, aussi imminents soient-ils, dictent la politique de sécurité d'Israël."

 

"L'appel au dialogue public et répondre aux chefs de l'establishment de la Défense est une chose," a déclaré Shoval, se référant à une récente lettre d'artistes israéliens de renommée avertissant le gouvernement de ne pas prendre des mesures contre l'Iran sans approbation du peuple."

 

"Mais l'appel à la désobéissance aux ordres est une violation grave de la démocratie israélienne et de l'État de droit. Exhortez les pilotes israéliens à refuser des ordres met en péril tous les citoyens de ce pays. C'est du populisme et, tout simplement insolent. Cette pétition ne revient pas moins à de l'incitation à la sédition."

Repost 0
mordeh'ai - dans Sécurité
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 08:24

Fresnozionism.orgציונות פרסנו
 en anglais  http://fresnozionism.org/2012/08/the-greatest-misconception/

Par Vic Rosental

12 août 2012

Fresnozionism.org..

Adapté par Mordeh'aï ©2012 pour malaassot.com

 


L'idée fausse la plus simple sur le conflit entre Israël et ses voisins, elle n'est  basée que  sur les Palestiniens.

 

Un corollaire à ceci c'est l'idée que la création d'un Etat palestinien serait une étape vers la paix.

Mettre l'accent sur les relations entre Israël et les Palestiniens c'est posé le problème du conflit à l'envers. En fait, il est porté par le rejet absolu d'un Etat juif au Moyen-Orient par tous les pays musulmans de la région, qui remonte au début du Sionisme, avant la fondation de l'Etat d'Israël, avant le développement spécifique du nationalisme palestinien, et bien longtemps avant  la guerre de 1967.

 

Ce rejet a été motivé par des principes religieux et par la haine ethnique, et a été agressivement nourri au fil des ans par les différentes parties - les dirigeants musulmans, les nazis, les colonialistes britanniques et les Soviétiques - et a développé une histoire mythique dont la conséquence est que l'honneur des nations musulmanes  et la pureté de la terre ne peuvent être retrouvés qu'en déracinant la souveraineté juive.

 

Une abondante propagande anti-israélienne et la guerre psychologique, dont une grande partie a été téléguidé par le KGB soviétique, ont amplifié le conflit. Dans le monde arabe, des choses telles que les Protocoles des Sages de Sion, l'idée qu'Israël ou la Communauté juive internationale a perpétré le 11/9 (en vue de rejeter l'anathème sur les Arabes), et de nombreuses  accusations que les Occidentaux appelleraient «folles», sont acceptées comme des vérités absolues.

 

Depuis 1967, la Gauche internationale - incluant notamment des gauchistes juifs et israéliens - a adopté la cause palestinienne et accepté le mythe historique de la création d'Israël comme un nettoyage ethnique d'une nation palestinienne. Bien que n'étant pas aussi crédule que les Arabes, la gauche est prête à croire presque n'importe quelle accusation de mauvais traitements des Palestiniens par les Israéliens, y compris des histoires de massacres, de meurtres d'enfants palestiniens, etc...

 

Ensemble les Musulmans et la Gauche ont été suffisamment marqués par l'anti-sémitisme et le lavage de cerveau de l'anti-Israël au point qu'ils ne sont  plus en mesure d'évaluer des entrées d'informations sur le sujet d'une manière rationnelle. Israël, pour eux, est le Diable.

 

Il est évident, pour ceux d'entre nous, qui avons encore l'esprit ouvert, le pouvoir d'expliquer l'idée que la base du conflit est l'existence d'un Etat juif et non pas l'absence d'un autre (palestinien).  

 

Les Etats arabes ont été historiquement hostile aux Arabes palestiniens. Pendant la guerre d'Indépendance, ils ont encouragé le vol de terres Juives (par des Arabes palestiniens). Après la guerre, ils ont réprimé le nationalisme palestinien dans les territoires, sauf dans la mesure où les guérilleros pouvaient être utilisés contre Israël. La domination égyptienne sur la bande de Gaza a été particulièrement brutale et répressive. Les Pays arabes exception de la Jordanie n'ont jamais octroyé la citoyenneté à des Palestiniens, et dans certains cas (par exemple, le Liban et l'Arabie Saoudite), ont imposé des restrictions relatives à leur résidence, l'emploi et l'éducation on ne peut appeler cela qu'apartheid (ndtr). La Jordanie et le Liban ont combattu l'OLP lors de mini-conflits, le Koweït et l'Arabie Saoudite ont expulsé les Palestiniens après la guerre du Golfe.

     

Si les pays arabes avaient voulu un Etat palestinien dans les territoires, ils auraient pu  en établir un entre 1948-1967. Mais c'était la dernière chose qu'ils voulaient !  Au lieu de cela, ils ont combattu toute initiative visant à intégrer les réfugiés palestiniens, pour qu'ils puissent les utiliser comme une arme contre Israël.

 

Même la direction palestinienne elle-même a refusé la fameuse possibilité de souveraineté en 1938, 1947, 2000-1 et 2008. Elle nous dit que les offres n'étaient pas assez bonnes - Elle a menti sur le contenu de l'offre de Camp David,

- selon le négociateur américain en fonction Dennis Ross -  mais on pourrait pu penser qu'un peuple avide d'un Etat prendrait une offre, même si elle était initialement inférieure à ce qu'il espérait (les Juifs eux l' ont fait).

Ces faits vous bernent si vous pensez que le conflit est basé sur l' «exigence» d'un Etat palestinien. Mais le mystère s'évanouit lorsque l'on comprend qu'il y va aussi de l'existence de l'Etat juif.

Aucun compromis technocratique ne peut créer un Etat palestinien tout en sauvegardant un Etat juif n'a jamais été envisageable pour les Palestiniens. Actuellement, ils continuent d'inventer des conditions préalables qui empêchent les négociations d'avoir lieu. Pourquoi? Parce qu'ils savent qu'Israël ne sera pas d'accord pour se suicider. Mieux vaut prendre ce qu'ils peuvent unilatéralement par l'intermédiaire de l'ONU.

Aujourd'hui, les forces militaires qui se préparent contre Israël sont principalement celles de l'Iran et celles de son Hezbollah par délégation, ainsi que celles du régime syrien qui est de plus en plus soutenu par l'Iran. La propagande iranienne, bien sûr, du bout des lèvres apporte son soutien aux Palestiniens, mais se concentre principalement sur l'idée que le Sionisme doit être éradiqué, et non pas que l'Etat de Palestine devrait être tangible. Cela va sans dire que si l'Iran qui menace  Israël de lancer sa guerre de missiles, les Arabes palestiniens des deux côtés de la Ligne verte seront aussi en danger.

Si un État palestinien vient à être créé dans les territoires,  aucun des Pays arabes et l'Iran ou mêmes les Palestiniens ne seraient satisfaits. Mahmoud Abbas de l'Autorité palestinienne a déclaré que, dans ce cas, il poserait d'autres revendications à Israël - pour le droit de retour, etc.. - devant les tribunaux internationaux ou l'ONU. Les partisans de Boycott-Divestment-Sanctions (BDS) ont également précisé que seul le droit de retour et de la dé-sionisation d'Israël seraient des raisons d'annuler leurs actions. Et le Hezbollah affirme de son côté qu'Israël est toujours «l'occupant» du territoire libanais, même après que l'ONU ait soigneusement délimité la frontière.

Alors, Il ne s'agit pas de «Palestine», mais de l'Existence même d'Israël.

Repost 0
mordeh'ai - dans Sécurité
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 19:55

 

Dans l'opération " Time Bomb "(bombe à retardement), la police et l'Agence israélienne de sécurité ont arrêté

14 arabes-israéliens  membres d'une cellule terroriste et ont récupéré des armes et des explosifs en contrebande en provenance du Liban

• perturber la cellule avant que les bombes ne soient  rendu à leur manipulateur, déjouer les plans pour mener à bien énorme vague de terrorisme attaques contre des cibles israéliennes.

Repost 0
mordeh'ai - dans Sécurité
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 09:40

Était-ce l'Iran qui est derrière les attentats islamistes du Sinaï en Egypte et en Israël ?

DEBKA fichier d'analyse exclusif 

http://www.debka.com/article/22246/Was-Iran-behind-coordinated-Islamist-attacks-on-Egypt-and-Israel-from-Sinai-

6,Août 2012 

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com ©2012

 

Les compte-rendus initiaux égyptiens et israéliens des attaques dans lesquelles 16 soldats égyptiens ont été tués et de la frontière israélienne se sont effondrés dimanche soir, 5 août, et ne correspondent pas: Alors que l'Egypte pointe du doigt ​​le Hamas qui gouverne la bande de Gaza, pour Israël, ce sont les  Salafistes du Sinaï .  Debka propose une troisième option: Téhéran a mis les islamistes de la bande de Gaza et / ou ses intermédiaires palestiniens en collaboration avec une cellule d'Al-Qaïda-Sinaï pour une attaque coordonnée sur des cibles militaires égyptiennes et israéliennes pour venger la participation d'Al-Qaïda en Syrie dans la révolte anti-Assad sous l'égide Arabo-occidentale. Ce serait le signe d'une réaction en chaîne de la crise syrienne à deux autres pays du Moyen-Orient.

 

Les hommes armés ont d'abord pris d'assaut un poste  de commandos, égyptien dans le Sinaï avec des bombes, des grenades et des armes de poing, tuant au moins 16 soldats égyptiens, blessant beaucoup d'autres et  pris en otages plusieurs autres. Une quantité d'armes et deux véhicules blindés ont été saisis lors de cet assaut.

 


Selon des sources égyptiennes, tous les dix hommes armés se sont infiltrés dans le Sinaï par les tunnels de contrebande de la bande de Gaza.  Ils étaient déguisés en Bédouins du Sinaï.
Au contraire, le porte-parole militaire israélien a qualifié ces hommes armés comme des  salafistes bédouins du Sinaï  liés à Al-Qaïda. Il a nié qu'il y avait un lien avec l'élimination par l'Armée plus tôt dimanche, des deux terroristes des Comités de résistance populaire après qu'ils aient été identifié comme les auteurs  du tir sur un ouvrier travaillant à la clôture de la frontière israélienne le 18 Juin dernier .

 


L'armée israélienne a également affirmé qu'elle avait été prévenu du complot visant à attaquer le terminal de Kerem Shalom en face du poste égyptien et ont donc s'était préparée en vue d'incursions d'hommes armés à bord des deux véhicules pris aux égyptiens dans le but de prendre des soldats israéliens en otages. Israël a bombardé le véhicule  par air et par l'artillerie. Sept terroristes ont été abattus alors qu'ils fuyaient. Il n'y a pas eu de victimes israéliennes.
Le porte-parole militaire n'a pas indiqué si les Egyptiens avaient également été prévenu.

 
La version de Tsahal, si elle est correcte, expose cette opération comme la plus ambitieuse qu'Al-Qaïda n'ait jamais monté à partir du Sinaï. Les djihadistes, même dans leurs sauvageries les plus grandes en Irak et en Afghanistan - ou en Syrie aujourd'hui - ont rarement  effectué une opération de cette complexité contre une base militaire puis une autre dans deux pays différents.



Ses caractéristiques, rappellent vraiment cependant des attaques terroristes palestiniennes sur des positions militaires israéliens dans la Bande de Gaza lors de leur  guerre contre  Israël en 2000-2003. Dans ce sens, la version égyptienne  pointant Gaza comme la source sonne juste. Et en effet, les dirigeants du Hamas de l'enclave se sont empressés de condamner l'attaque et la première chose qu'ils ont fait — bloquer les tunnels de contrebande entre Gaza et le Sinaï.  Le lundi 6 août, un leader du Hamas, Mahmoud A-Zahar, a admis que des Palestiniens ont pu avoir été complices.


Ni Israël ni l'Égypte n'ont mentionné une troisième option, qui de l'avis des analystes du contre-terrorisme de debkafile's est la plus sinistre de toutes, à savoir que l'Iran par ses commissionnaires dans l'enclave de Gaza, le Jihad  Islamiste palestinien, qui opère sous le commandement d'Al Qods, le centre opérationnel des Brigades  se trouvant à Beyrouth, leur a demandé de rassembler des djihadistes Al Qaeda dans le Sinaï pour les attaques coordonnées. Des officiers iraniens postés à Beyrouth auraient alors orchestré l'opération combinée, apportant leur longue expérience à la mise en place des campagnes terroristes
contre des cibles occidentales et arabes - Arabie Saoudite en 2003 et 2004, l'Irak à l'heure actuelle et en Afghanistan, contre les forces des États-Unis et de l'OTAN .

Si c'est ce qui s'est passé, ce serait la première fois que Téhéran met à contribution Al-Qaïda-Sinaï pour se déchaîner contre des cibles militaires égyptiennes et israéliennes comme riposte à la présence de combattants d'Al-Qaïda dans la révolte contre Bachar al-Assad.


Juste quelques heures plus tôt, Ali Larijani, le président du Parlement Iranien, a déclaré: " Le feu qui a été allumé en Syrie les rendra craintifs (les Israéliens)."

C'est aussi la première fois que Téhéran explicitement menace de répercussions du conflit syrien sur Israël .   
 

Repost 0
mordeh'ai - dans Sécurité
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 08:58

FresnoZionism.org — ציונות פרסנו

http://fresnozionism.org/2012/05/the-schoolyard-scenario/

29 Mai 2012

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com©2012

 

 

Des outils nucléaires

                                                            Des outils nucléaires

 

Hier, j'ai décrit comment l'Iran se moquait de l'Occident, et pourqoi Israel ne devait pas dépendre des Etats Unis pour sa sécurité.

 

Aujourd'hui, Brett Stephens nous rappelle que l'Iran agit de la même manière depuis 1979, et de notre côté on continue de s'y laisser prendre.

 

 Il dit dans une comparaison mémorable

 

  Le régime traite tout  l'Occident de la manière dont un requin le ferait d'un calmar: avec la combinaison de    l'appétit  et du mépris habituellement réservé aux invertébrés de naissance.

 

Il fait également une même analyse que moi sur un autre point:

Les Iraniens peuvent également parier que toute frappe israélienne coûtera cher,  sera impopulaire et inefficace, et qu'Israël sera assimilé comme l'agresseur, tout en paralysant son pouvoir de dissuasion sur le long terme. C'est plus qu'un pari, mais du point de vue iranien, "celà peut valoir la peine".

En effet c'est un gros enjeu, que de miser sur la Force Aérienne Israélienne et les forces spéciales. Mais en y repensant davantage, cela peut paraitre moins fou que ce qu'il n'y paraît.

 

Les analystes reconnaissent qu'une frappe aérienne  contre les installations iraniennes retardera , mais n'empêchera pas la réalisation d'armes nucléaires. Ils conviennent également que les capacités d'Israël sont plus limitées que celles des États-Unis. Il ya aussi le fait que les dirigeants israéliens se retiendront pour éviter les victimes civiles.

 

Il est possible que les Iraniens pensent qu'ils peuvent mettre en sécurité suffisamment d'uranium hautement enrichi et d'autres équipements et que tout retard de leur programme à partir d'une attaque israélienne ne se compterait qu'en mois plutôt qu'en années. Gardez à l'esprit que nous n'avons pas la parfaite notion de la quantité d'uranium et de son degré d'enrichissement qu'ils ont accumulé.

 

Une fois qu'Israël attaquera l'Iran, ce dernier pourrait réagir avec toute la force de son propre arsenal  et des missiles du Hezbollah. Des attaques coordonnées, qui pourraient inclure un soulèvement palestinien, causant de sérieux dommages à l'économie d'Israël et à son moral. Sur le front diplomatique, Israël serait stigmatisé comme l'agresseur, les États-Unis seraient furieux, et probablement qu'il ne serait pas donné l'occasion à Israël de frapper un grand coup en réponse aux pilonnages du Hezbollah et de l'Iran.

 

C'est un vieux truc d'école: obtenir de son adversaire qu'il vous frappe, puis le frapper aussi fort que vous pouvez et de tomber en pleurs à l'approche de l'intervention des adultes.

 

Est-ce un scénario probable? Qui sait?

 

Une façon de contrer cette stratégie consisterait  à arracher l'agressivité iranienne à l'avance par une attaque à grande échelle sur les centres militaires des gardiens de la révolution et des IRGC (International Risk Governance Council) actifs iraniens, plutôt qu'une simple frappe chirurgicale sur les installations nucléaires. Il serait nécessaire de frapper l'Iran et le Hezbollah. La question est de savoir si Israël a la capacité de le faire avec ses forces conventionnelles.

Je suis heureux de ne pas être membre du cabinet de sécurité israélien, qui doit prendre de telles décisions.

Repost 0
mordeh'ai - dans Sécurité
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 09:06
Par le personnel d'Arouts Sheva
29/05/2012
Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Un avocat New Yorkais crée un outil qui montre le point de vue d'Israël, la façon dont Israël est crucial pour la sécurité mondiale et montre le mensonge du vol de l'eau.
 
Mark Langfan, un avocat New Yorkais  et ardent défenseur d'Israël, en est venu à la conclusion qu'un jour la vérité sur Israël devienne accessible et facile à comprendre.

 

Le talentueux avocat a investi alors du  temps et de l'argent et a créé un système de relevé topographique en 3 dimensions de la cartographie révélant les reliefs d'Israël, méthode visuelle originale et facile à saisir, qui peut - en quelques minutes - expliquer les problèmes d'Israël quand il parle "de frontières défendables", expose la vérité au sujet des ressources en eau de l'Autorité palestinienne et prouve la façon dont la la sécurité d'Israël affecte le monde.

 

 

Il a publié des dépliants, des kits, des jeux de cartes et des brochures expliquant ses méthodes et la façon d'utiliser le graphisme dans les kits pour le meilleur profit. 

 

Au cours des 20 dernières années, M. Langfan a informé de nombreux bureaux du Congrès et du Sénat, des Chefs d'état-major des Etats Unis des Chefs de cabinet d'Israël, et même le comité de la rédaction  du New York Times d' utiliser sa carte topographique d'Israël.

 

L'enthousiaste Langfan est actuellement en visite en Israël, où il a informé les ambassadeurs, les Membres de la Knesset, les représentants du gouvernement et les porte-parole, utilisant ses cartes uniques et des mines extraordinaires de connaissance pour montrer comment on peut facilement comprendre les problèmes, mettant particulièrement en évidence les menaces stratégiques de l'abandon de la Cisjordanie(de la Rive ouest).

La semaine dernière Langfan, a été invité par le Député  Yaakov Katz (Union nationale),à donner une séance d'information spéciale à la Knesset,  en présence de militants des partis clés, de personnalités publiques et de dirigeants de la Judée-Samarie, y compris Dani Dayan, président du Conseil du Yesha ainsi que de l'ambassadeur du Costa Rica, S.E Rodrigo Carreras . Arouts Sheva y était.

 

Langfan a utilisé sa carte pour mettre sur un pied d'égalité le jargon politique et les slogans. Une grande partie de sa présentation s'est concentrée sur la question de l'eau, ce qui est essentiel pour comprendre le conflit, comme il l'explique.

«Les gens ne se rendent pas compte que la moitié de la proximité de l'eau en Israël provient d'aquifères souterrains en Judée et  en Samarie. Beaucoup touchent les  "implantations" d'Ariel et de Kedumim qui ont été construites le long de la ligne à partir de laquelle l'eau coule vers l'ouest, vers la côte, afin de protéger cette source vitale. Israël donne aux Arabes palestiniens de l'eau beaucoup plus que voulue par les accords de paix d'Oslo.

 

«Le Transfert de contrôle de ces zones aux Palestiniens pourrait nuire gravement à l'équilibre naturel d'Israël et de façon drastique, et cela ne tient pas compte des menaces directes de la sécurité »

 

 Langfan et son  système de carte d'Israël fournit aux décideurs - un échiquier topographique scientifiquement exact  sur lequel on peut apprécier diverses options pour la paix et de mieux comprendre le «code» avec lequel les dirigeants du Moyen-Orient  peuvent réellement les appréhender.  

 

Des termes tels que «blocs d'implantations», «la vallée du Jourdain», «contiguïté» et les «montagnes du plateau du Golan»  deviennent aussi clairs que du cristal  et facilement compréhensible. Arouts Sheva a publié plusieurs articles au sujet de sa méthode, mais les outils sont nécessaires pour expliquer totalement les points vitaux qu'il soulève.

 

Le Système Langfan s'est avéré un outil extrêmement bénéfique pour expliquer les menaces vitales pour la sécurité d'Israël en termes clairs et visuels. Quand il s'agit de défendre Israël, Langfan a prouvé que des photos valent vraiment mieux que mille mots.

Repost 0
mordeh'ai - dans Sécurité