Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Poutine et Netanyahou ont-ils conclu un grand marché?

18 Juillet 2018 , Rédigé par mordeh'ai

Par Hillel Frisch
 
https://www.algemeiner.com/2018/07/17/have-putin-and-netanyahu-struck-a-grand-bargain/
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien
 

Israël aurait frappé la base T4 près de Homs, en Syrie, le 8 juillet, mais n'a pas mené de frappes aériennes pour arrêter l'avancée des forces syriennes et du Hezbollah vers le sud de Daraa jusqu'à la frontière jordanienne - à seulement 20 milles à l'est du Golan israélien. .

Comment Israël pouvait-il être si énergique contre une cible située à plus de 100 milles de sa frontière septentrionale, et pourtant si passive que les forces syriennes, le Hezbollah et peut-être iraniennes ont écrasé les rebelles et reconquis le territoire?
 
Jérusalem n'a-t-elle pas souligné à maintes reprises qu'elle ne permettrait pas à la frontière nord avec la Syrie de reproduire sa frontière septentrionale avec le Liban, pour laquelle elle a payé chèrement pendant plus de deux décennies?
 
La réunion qui a eu lieu entre le président Vladimir Poutine et le Premier ministre Benjamin Netanyahu une semaine après l'avance syrienne pourrait expliquer la passivité d'Israël. La Russie pourrait offrir à Israël un grand marché qui selon Poutine répondra aux intérêts des deux parties. Sa pierre angulaire est de garder l'Iran à distance en Syrie jusqu'à ce qu'un règlement total de la guerre syrienne soit atteint, ce qui comprend:
 
  • Le retrait de la Turquie de la bande nord-ouest le long de la frontière turco-syrienne dans sa guerre contre les Kurdes.
  • La suppression de la présence et de l'implication américaines dans la zone sud-est d'al-Tanf. Cette présence fait partie d'une campagne contre la présence continue de l'Etat islamique, mais elle a également conduit à des frappes aériennes américaines contre les forces syriennes et du Hezbollah et au soutien des forces kurdes le long du versant oriental de l'Euphrate jusqu'à la région de Deir az-Zur. .
Poutine a probablement assuré à Netanyahou qu'une fois ces forces étrangères retirées, y compris la ligne de vie logistique turque fournie aux rebelles sunnites dans la région d'Idlib (dernier bastion territorial des rebelles), Moscou s'assurera que les Iraniens et le Hezbollah quittent également la Syrie.
 
Poutine a probablement souligné à Netanyahou qu'il s'était déjà engagé dans cette affaire en fermant les yeux sur les coups douloureux qu'Israël a fait pleuvoir sur l'Iran et le Hezbollah en Syrie. Poutine a peut-être dit à Netanyahu que l'implication de la Russie en Syrie, en contradiction totale avec ses prédécesseurs communistes (qu'il a bien sûr servi de responsable de sécurité mineur), contribuera à la stabilité régionale basée sur l'intégrité territoriale, chaque Etat acteur dans chaque état - "persuadé" d'honorer l'intégrité territoriale des autres États.
 
Selon une telle vision, le Hezbollah finira par s'imposer comme un parti libanais «national», dépouillé de son manteau théocratique et «de résistance» avec ses milices. L'Iran se tournera vers ses nombreuses préoccupations nationales. La Syrie travaillera dur pour trouver une solution fédérale pour répondre aux besoins de sa population hétérogène - à condition, bien sûr, que le canton alaouite soit assuré de sa stabilité, ne serait-ce que parce que la Russie veut sa présence navale à Tartous et sa base aérienne. Khmeimim.
 
Si ce scénario se réalisait, Israël serait le principal bénéficiaire d'un nouvel ordre basé sur les États et les acteurs étatiques soucieux de leur propre entreprise, à l'exception du commerce transfrontalier qui renforcerait la stabilité régionale.
 
Mais pourquoi la Syrie, l'Iran et le Hezbollah devraient-ils jouer les rôles que leur attribue le grand marché? Après tout, les trois idéologies ne sont-elles pas toutes engagées dans la destruction de l'État juif?
 
Poutine estime que Damas n'a d'autre choix que d'accepter de couper les liens avec Téhéran. L'alternative est de risquer d'être découpé par des forces extérieures telles que la Turquie, les Etats-Unis, et peut-être le plus menaçant, l'Iran, son allié présumé  Chacun aura l'aide de ses mandataires respectifs - les rebelles syriens restants sous l'influence turque; les Kurdes, soutenus par les États-Unis; et le Hezbollah et les milices irakiennes au service de l'Iran.
 
L'Iran pourrait accepter de se retirer s'il a intériorisé la leçon qui lui a été enseignée au cours des deux dernières années - l'utilisation stratégique de la puissance aérienne. L'utilisation réussie de la puissance aérienne par la Russie a renversé la tendance en faveur de l'État syrien contre les rebelles, et la puissance aérienne a été utilisée par Israël et les États-Unis pour punir les forces et alliés iraniens. Leurs frappes aériennes pourraient devenir plus coordonnées et plus meurtrières, et même cibler le territoire iranien lui-même, si Téhéran continuait à nourrir des ambitions impérialistes qui s'opposeraient à l'empressement de Moscou à négocier la stabilité dans la région.
 

Bien sûr, la mesure dans laquelle la Russie peut mettre en œuvre ce grand marché dépend de ce qui se passe entre la Russie de Poutine et l'Amérique de Donald Trump. Une acceptation américaine claire de la primauté de Moscou dans les anciennes républiques soviétiques et la suppression de toutes les sanctions contre la Russie.

 

Pourtant, même si ces accords - d'abord entre Poutine et Netanyahou, puis entre Poutine et Trump - se réalisent, il n'est guère assuré que la Russie soit disposée ou capable de voir les Iraniens sortir de Syrie. Selon Michael Sharnoff, un expert des relations de superpuissance avec leurs clients du Moyen-Orient, l'Union Soviétique a à peine prévalu dans les décisions syriennes clés en dépit du soutien économique et militaire massif qu'elle a donné au régime d'Assad. Cela comprenait la décision d'engager des pourparlers de désengagement avec Israël en 1974 sans en informer les Soviétiques.
 
Poutine semble avoir convaincu Netanyahou, en tout cas. Ce dernier a fait une déclaration après la réunion dans laquelle il a dit (contrairement aux faits): "Nous n'avons pas eu de problème avec le régime d'Assad. Pendant 40 ans, pas une seule balle n'a été tirée sur les hauteurs du Golan. "
 
Peut-être que sur le plateau du Golan il y avait peu de problèmes, mais l'aide syrienne au Hezbollah, au Hamas et à d'autres organisations terroristes était non seulement problématique pour Israël depuis plus de trois décennies, mais en réalité mortelle.
 
La passivité israélienne à l'avancée syrienne vers le sud pourrait, à posteriori, se révéler, au mieux, avoir été une occasion manquée et, au pire, une erreur stratégique majeure.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :