Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

/ / /

.../.... Remués, par l'agitation politique du Bahreïn et du Yémen, les adversaires du régime saoudien incluant la minorité chiite Saoudienne ont intensifié leurs actes d'opposition politique. La famille royale saoudienne a cherché littéralement à suborner ses adversaires en versant à ses sujets des milliards de dollars en nouvelles subventions et en récompenses. Mais cela n’empêche pas le flux des désaccords de monter fortement.

Les adversaires de régime saoudiens ont prévu des manifestations politiques pour le 11 mars et le 20 mars. Dans une tentative d’atténuer la violence des manifestations, les forces de sécurité saoudiennes ont arrêté Tawfiq Al-Amir, un dignitaire religieux chiite en vue, de la Province Orientale. Le 25 février Al-Amir a prononcé un sermon appelant à la transformation du royaume en une monarchie constitutionnelle.

L'Iran a utilisé sa partialité pour faire pression sur le régime saoudien. Dans un entretien avec l'agence de presse Fars d'Iran cette semaine, un parlementaire iranien  poids lourd du régime Mohammed Dehqan a conseillé aux Saoudiens de ne pas essayer de réprimer l'agitation qui grandissait. Comme il s'est exprimé, les leaders saoudiens "devraient savoir que le peuple saoudien est devenu vigilant et ne permet pas aux dirigeants du pays de commettre n'importe quel crime possible contre lui."

Dehqan a poursuivi: "considérant que les événements à Bahreïn et au Yémen affectent la situation en Arabie Saoudite, le régime sent le grave danger et s'immisce dans les affaires internes de ces états"

La déclaration de Dehqan est indicative de la confiance des mollahs et de lan direction que prend la région. Dans son témoignage devant la commission des finances du Sénat le mardi, la  secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a reconnu que l'Iran est profondément impliqué dans toutes les manifestations anti-régimes et les mouvements d'Egypte au Yémen à Bahreïn et au-delà .

"Soit directement, soit par des procurations, il essaye constamment d'influencer les événements. Il a un rôle très actif  social et de proximité , de sensibilisation diplomatique de la  politique étrangère, a dit Mme Clinton..

Les responsables iraniens, les terroristes du Hezbollah et du Hamas ainsi que d'autres agents iraniens ont joué un rôle central dans les mouvements de révolte au Yémen et à Bahreïn. Leurs opérations sont le produit de la longue politique de l'Iran en matière de politique d'exécution de développement de liens étroits avec l'opposition dans ces pays ainsi qu’en Egypte, au Koweït, à Oman ou au Maroc. Ces liens de longtemps développés récoltent  aujourd'hui de grandes récompenses pour l'Iran. Non seulement ces connexions donnent aux Iraniens la capacité d'influencer les politiques postrévolutionnaires de régimes alliés. Ils donnent aux mollahs et à leurs alliés la capacité d'intimider les congénères de la famille royale saoudienne et du Bahreïn et les forcent à rassurer les alliés de l'Iran.

Cela signifie peu importe la façon dont les révoltes sont ‘cuisinées’ les mollahs d’Iran gagnent. Si les régimes affaiblis se maintiennent au pouvoir en calmant l’opposition alliée de l'Iran  - comme ils essayent de le faire en Jordanie, au Koweït, au Maroc, en Algérie, à Bahreïn, à Oman et au Yémen  - Alors l'influence iranienne sur les régimes affaiblis grandira considérablement.

Et si les alliés de l'Iran renversent les régimes, l'influence de l'Iran augmentera donc encore plus rapidement.

En outre, la préférence de l'Iran est bien servie par l'instabilité actuelle pour des guerres par procuration et des batailles asymétriques. Les commissionnaires de l'Iran - du Hezbollah à Al-Qaida au Hamas - opèrent le mieux dans des états faibles. Des opérations du Hezbollah dans le Sud Liban dans les années 1980 et les années 1990, aux insurgés irakiens chaperonnés par l'Iran ces dernières années et au-delà , l'Iran a exploité la faiblesse des autorités centrales pour ébranler les gouvernements pro-occidentaux, affaiblit Israël et diminuer l'influence régionale américaine.

Au milieu de la violence révolutionnaire de l'Egypte, l'Iran a déployé rapidement ses fidèles du Hamas dans le Sinaï. Depuis la chute de Moubarak, l'Iran a travaillé de façon intensive pour accroître la capacité de ses forces « mandataires » à opérer librement dans le Sinaï.

La reconnaissance du pouvoir élargi de l'Iran est en passe de modifier la perception de la communauté internationale de l'équilibre régional des forces.

L’annonce de la Russie, samedi dernier, qu'elle vendra à la Syrie le missile supersonique de croisière anti navires « Yakhont » a été un témoignage de la puissance régionale de l'Iran en hausse et la perte du pouvoir des Etats-Unis .

La Russie a signé un accord pour fournir les missiles à la Syrie en 2007. Mais Moscou s’était abstenu de leur fournir jusqu'à maintenant - juste après que l'Iran a fait naviguer  ses navires de guerre vers la Syrie sans être inquiété au passage du canal de Suez et a signé un traité naval avec la Syrie fusionnant les marines iranienne et syrienne. De même, l'annonce de la Russie qu'elle était aux côtés de la Turquie alliée de l'Iran dans son soutien à la réduction des sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies contre l'Iran indique que les États-Unis n'a plus la posture régionale nécessaire pour contrer l'Iran sur la scène internationale. L’Iran est une puissance accrue régionale et son influence concomitante élargie sur les marchés internationaux du pétrole, il sera impossible aux États-Unis de gagner le soutien du Conseil de sécurité de l'ONU pour des sanctions plus sévères contre Téhéran. Évidemment  le Conseil de sécurité a sanctionné que l'action militaire contre les installations nucléaires de l'Iran est hors de question.

Malheureusement, l'administration Obama a complètement échoué à comprendre ce qui se passe. Clinton a déclaré au Congrès et au Sénat que le pouvoir accru de l'Iran signifie que les États-Unis devraient continuer à armer et à financer les alliés de l'Iran et de soutenir les forces soi-disant démocratiques qui sont alliés à l'Iran.

C'est ainsi que Clinton a déclaré au Sénat que l'administration Obama pense qu'il est essentiel de continuer à fournir des armes à l'armée libanaise contrôlée par le Hezbollah, Clinton a affirmé qu'elle ne pouvait pas dire ce que le contrôle du Hezbollah sur le gouvernement libanais voulait dire concernant l'avenir des États-Unis et ses liens avec le Liban.

De même, alors que dirigeants de l'Autorité palestinienne brûlent une effigie du président Barack Obama et cherchent à former un gouvernement d'unité avec le Hamas protégé de l'Iran,

Mme Clinton a défendu avec passion, au Comité des relations étrangères cette semaine, le financement des États-Unis à l'Autorité palestinienne.

Le comportement de Clinton dénote un échec stupéfiant de comprendre les réalités de base elle et le Département d'État qu'elle conduit sont censés prendre forme.. Son manque de compréhension n'est égalé que par l'absence de son collègue le Ministre de la Défense Nationale Robert Gates  le nerf de la honte. Dans la conférence de Presse cette semaine, Gates a prétendu que l'Iran est affaibli par les vagues populistes dans le monde arabe parce que les leaders de l'Iran oppriment violemment leurs adversaires politiques

Compte tenu du refus de l'administration Obama d'utiliser la force militaire américaine même la plupart des missions mineures - comme l'évacuation de citoyens américains de la Libye - sans approbation de L'ONU, il est apparent que les États-Unis n'utiliseront pas la force armée contre l'Iran tant qu'Obama sera au pouvoir.

Et compte tenu du refus de l'administration de dépenser faire le moindre effort pour protéger les intérêts américains et de leurs alliés dans la région de peur que les Etats-Unis soient accusés d'agir comme une superpuissance, il est clair que des alliés américains comme les Saoudiens ne pourront pas compter sur  l'Amérique pour défendre le régime. C'est le cas et malgré le fait que sa chute menacerait les intérêts régionaux principaux des Etats-Unis.

Dans ce contexte, il est clair que la seule façon de contenir l'influence de l'Iran dans la région et ainsi de frapper un grand coup contre l’alliance djihadiste naissante des chiites et des sunnites c’est de soutenir activement les opposants au régime pro-démocratie du mouvement Vert d'Iran. La seule chance d'empêcher l'Iran de plonger la région dans la guerre et le carnage est que le régime soit renversé.

Tant que le régime iranien reste au pouvoir, il sera beaucoup plus difficile pour les Egyptiens de construire une démocratie ouverte ou pour les Saoudiens à ouvrir le royaume aux voix des influences libérales et. C’est vrai pour presque tous les pays de la région.

L'Iran est le principal moteur de guerre régional, de terreur, de prolifération nucléaire et d'instabilité. Tant que ce régime survit, il sera difficile pour les forces libérales de la région de gagner en force et en influence.

Le 24 Février, les mollahs auraient été arrêtés leaders de l'opposition Mir Hossain Moussavi et Mehdi Karroubi, ainsi que leurs épouses. Il a fallu à l'administration Obama plusieurs jours afin de reconnaître les arrestations, sans les dénoncer.

Face à la violence de régime massive, les manifestants anti-régime de l'Iran sont en vigueur dans les villes du pays exigeant dans tout le pays de leur liberté et un nouveau régime. Et pourtant, mis à part un intérêt de pure forme à leur courage, ni les États-Unis ni un autre gouvernement n’ont offert de les aider.

Personne n'a fourni les révolutionnaires engagés dans des combats de l'Iran de serveurs proxy  après que le régime a fait tomber leurs réseaux de communication Internet. Personne ne leur a donné des armes. Personne n'a exigé que l'Iran soit expulsé de tous les organes de l'ONU en ayyendant dépendant la libération  de Moussavis et Karroubis et de milliers de prisonniers politiques du régime torturés dans les prisons des mollahs. Personne n'a renchéri pour financer des émissions de vingt-quatre heures anti-régime en Iran pour aider les opposants au régime d’organiser et de coordonner leurs opérations.

Certes, personne n'a proposé d’instituer une zone d'exclusion aérienne sur l'Iran pour protéger les manifestants.

Avec des prix de pétrole en hausse fulgurante et la perspective réelle de prise en charge par

 Al-Qaïda du Yémen, les procurations iranienne prise en charge de Bahreïn, du contrôle de l’Egypte par les Frères musulmans, certains Américains reconnaissent que toutes les révolutions ne sont pas Washingtoniennes.

Mais il y aurait une forte probabilité que la révolution iranienne le serait.

 Au minimum, un Iran démocratique serait beaucoup moins dangereux pour la région et le monde que le régime actuel.

Les Iraniens ont raison. Nous entrons dans un nouveau Moyen-Orient. Et si les mollahs ne sont pas renversés, le nouveau Moyen-Orient sera un endroit très sombre et dangereux.

Partager cette page

Repost 0