Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

/ / /

......./.......

 

Mais au-delà de l’aberration de la déclaration de Mme Rice, sa condamnation de son propre veto au vote de la résolution, et des déclarations similaires de Clinton, servent à envoyer une série de messages aux états de la région qui sont dévastateurs pour la position régionale de l'Amérique.

Pour faire progresser cet objectif, les Palestiniens cherchent à isoler Israël au niveau international en le criminalisant dans les arènes internationales. Les Palestiniens ont fait un usage intensif de tous les organes de l'ONU pour atteindre leur objectif. Avec des majorités automatiques dans presque tous les corps de l'ONU, l'obstacle le plus évident à la  proposition des Palestiniens de criminaliser Israël et de provoquer ainsi son isolement international c’est le veto des Etats Unis au Conseil de sécurité.

Depuis que les Palestiniens ont commencé à utiliser l'ONU pour criminaliser Israël dans les années 1970, d'utiliser leur veto au Conseil de sécurité a été la politique constante de toutes les administrations des États-Unis pour menacer des initiatives anti-Israël ou de les supprimer de l'ordre du jour.

Mais arriva le président américain Barack Obama qui a exprimé son intérêt de concilier les États-Unis avec les majorités anti-américains et anti-Israëliennes dans tous les organes de l'ONU. À cette fin, M. Obama a refusé de s'engager à utiliser le droit de veto pour empêcher la criminalisation d'Israël.

Thésaurisant la position d'Obama, les Palestiniens ont essayé de la rendre aussi forte et politiquement coûteuse que possible pour Obama de soutenir Israël. Le vote de vendredi a été le fruit d’un mois de travail et il a été clairement été inspiré par les politiques propres et intérieures de l'administration Obama.

Depuis son entrée en fonction, le président a été très franc dans son avis que les Juifs doivent être privé de leurs droits de propriété dans les quartiers de Jérusalem en dehors des lignes d'armistice de 1949,  en Judée et en Samarie. Obama a maintes fois plongé les relations israélo-américaines dans la crise avec sa demande sans précédent que le gouvernement Netanyahu adopte ses politiques discriminatoires et à nier aux Juifs le droit à leurs biens dans ces terres.

L'obsession d'Obama de l’interdiction des droits juifs à la propriété, a fourni aux Palestiniens l'ouverture de saper le soutien américain à Israël au Conseil de sécurité. En avançant une résolution condamnant Israël de soutenir ses droits de propriété juif, les Palestiniens ont forcé Obama de choisir entre ses principes et l'alliance des Etats Unis avec Israël.

Comme les Palestiniens ont correctement vu les choses, la résolution qui les mettait dans une situation ‘gagnant-gagnant’. S'il avait permis à la résolution de passer, Obama aurait donné une victoire stratégique aux Palestiniens. S'il mettait son veto à la résolution, on le décrierait comme un hypocrite et fournirait ainsi aux Palestiniens une nouvelle justification pour refuser de participer aux négociations avec Israël sous l’égide des États-Unis.

Puisque leur but est de délégitimer Israël, les Palestiniens n'ont aucun intérêt dans la négociation d'un accord de paix avec le gouvernement d’Israël.

Dans les semaines qui ont précédé le vote de vendredi, les deux chambres du Congrès américain ont fait qu'il soit absolument clair pour Obama que l'abandon d'Israël serait inacceptable.

Obama et Clinton ont reçu la lettre signée par des centaines de membres du Congrès et de nombreux sénateurs lui demandant de soutenir Israël. Reconnaissant que les législateurs sont le simple reflet de l'immense soutien dont jouit Israël auprès du public américain, Obama a été contraint de mettre son veto à la résolution.

S'il avait été intéressé par la défiance du vote de vendredi, il avait suffisamment de moyen de le faire. Il aurait pu dire au Président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas que l'administration américaine mettrait son veto à n'importe quelle résolution anti-israélienne apportée devant le Conseil de sécurité. Même si Abbas a insisté de porter en avant la résolution, un message fort et  cohérent de l'administration aurait pu minimiser l'importance de l'événement.

Obama  aurait pu  aussi utiliser les délibérations du Conseil de sécurité sur la résolution comme un moyen de faire avancer l’influence régionale des Etats-Unis. La résolution qui avait été parrainée par le Liban, aujourd'hui contrôlé par le Hezbollah - une organisation terroriste illégale.

Obama pouvait  capitaliser sur ce fait non seulement pour justifier son veto, mais pour forcer le dessein du  contrôle du Liban par le Hezbollah à l'ordre du jour des Nations Unies. Une telle mesure aurait fait avancer les intérêts des États-Unis pour deux raisons. Il aurait écarté Obama des reproches palestiniens et il aurait démontré aussi que les États-Unis n'ont pas accepté la colonisation iranienne du Liban par son représentant le Hezbollah.

Mais au contraire, l'administration a adopté une politique ouvertement abhorrée, puis condamnée son propre comportement. Ce faisant, il a envoyé quatre messages très problématiques dans la région.

Premièrement, il a signalé qu’il n’est profondément pas sérieux.

Deuxièmement, il a signalé aux Palestiniens, alors que bloqué par le soutien populaire des États-Unis à Israël de se joindre à eux, l'administration prend en charge la guerre politique de l'Autorité palestinienne contre Israël. C'est, Obama qui dit aux Palestiniens de poursuivre cette guerre contre Israël.

Troisièmement, l'administration a dit à Israël – et à tous ses autres alliés - que, sous l'ère Obama, les États-Unis ne sont pas des alliés crédibles. Non seulement ce message affaiblit les alliés de l'Amérique, mais il encourage les penchants de l'Iran de la Syrie et des Frères musulmans qui sont de plus en plus convaincu que les États-Unis ne se tiennent plus aux côtés de leurs alliés avec rectitude.

Enfin, malgré la position d’Abbas qui a  poussé de l'avant la résolution, malgré l'opposition maintes fois répétée d’Obama, le président a montré à tous les acteurs de la région qu'il n'y a pas de prix à payer pour avoir défié les Etats-Unis. Obama n'a pas annoncé qu'il met fin à  l'aide financière américaine pour le Fatah. Il n'a pas précisé que les États-Unis ne terminent pas  la formation des forces du Fatah. Au lieu de cela, il a envoyé du riz devant les caméras pour dire au monde qu'il est d'accord avec les Palestiniens, qui viennent de le « souffleter ».

La question est de savoir pourquoi l'administration se comporte de cette façon !

La réponse évidente est qu’elle est aux cotés des Arabes contre Israël. Le renforcement de ce point de vue est le fait que, depuis son entrée en fonction, Obama a toujours été hostile à Israël et à ses intérêts stratégiques.

Il ya une autre explication possible, cependant: que l'administration est tout simplement trop incompétente pour comprendre la signification de ses actions. Cette explication semble de plus en plus crédible à la lumière de la manipulation maladroite des Etats-Unis aux révolutions qui font rage partout dans le monde arabe.

En Egypte, l'administration n'a pas simplement montré la porte au plus proche allié de l'Amérique dans le monde arabe, mais il a  légitimé les Frères musulmans, Obama a ouvert la voie à la prochaine crise égyptienne.

Au plus tard, cette crise aura lieu en Septembre avec les élections prévues. À ce stade, trois scénarios se présentent.

1. La junte militaire au pouvoir peut annuler les élections et fomenter une autre rébellion.

2. Si l'armée permet des élections libres et équitables, les Frères musulmans deviendront la force la plus puissante en Egypte en raison de sa capacité organisationnelle inégalée.

Après les élections, les Frères musulmans, peuvent adopter le modèle de la Turquie islamiste du parti AKP et faire passer l'Egypte dans le camp iranien tout en prétendant qu'elle est encore un allié des États-Unis.

3. Après les élections, les Frères musulmans peuvent adopter le modèle khomeyniste et de fomenter une révolution islamique en Egypte.

Dans tous ces scénarios, les intérêts stratégiques américains seront mis en péril. Mais actuellement, il est loin d'être évident que l'administration Obama reconnaisse que ce sont les conséquences de sa politique.

Ensuite, il y a l'Arabie saoudite.

En soutenant les forces anti-Moubarak en Egypte et les manifestants soutenus par l'Iran à Bahreïn et au Yémen, l'administration a détruit l'alliance des États-Unis avec les Saoudiens.

Cela peut ou ne peut pas être un développement positif. L'Arabie saoudite a été l'une des forces la plus radicalisé du Moyen-Orient au moment même où elle a été le moteur stationnaire derrière l’économie pétrolière du monde.

Que de démolition ;  l'alliance américano-saoudienne est une bonne chose ou une mauvaise chose, il est peu probable que le gouvernement actuel des États-Unis reconnaisse que ce soit elle qui l’a détruite, ou dans une large mesure que ce qui s'est passé est une conséquence du comportement de l'administration américaine.

D'un point de vue israélien, qu'il soit motivé par une animosité à l'égard d'Israël ou d'incompétence extraordinaire, Les moyens politiques -moyen-orientaux de l'administration Obama offrent un message- Nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes et que nous ferions mieux de nous renforcer autant que possible aussi rapidement que possible de toutes les manières possibles.

Publié à l'origine dans The Jerusalem Post.

Partager cette page

Repost 0