Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 11:03

Par Khaled Abu Toameh

Janvier 2013

Lien: http://www.gatestoneinstitute.org/3526/palestinian-authority-inconvenient-truths

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot©2013

 

 La vérité blesse parfois, c'est pourquoi l'Autorité palestinienne qui a travaillé dur pour empêcher que le monde extérieur n'entende pas parler de nombreuses occurrences qui se reflètent négativement sur ​​ses dirigeants ou des personnes de leur entourage.

 

Ces dernières années, la direction de l'Autorité palestinienne, a usé de tous ses efforts pour détourner toute l'attention seulement  vers Israël avec l'aide des mass-médias aux États-Unis et dans l'UE.

 

Voici des exemples de quelques-unes des vérités qui dérangent  la direction palestinienne en Cisjordanie et  que d'autres ne le sachent :

 

- Plus de 100 hauts responsables du Fatah de l'OLP détiennent des cartes VIP-israéliennes qui leur accordent des privilèges refusés à la plupart des Palestiniens. Parmi ces privilèges, la liberté d'entrer en Israël et  de voyager à l'étranger à tout moment. Ce privilège existe depuis la signature des Accords d'Oslo entre Israël et l'OLP en 1993.

 

- Sur les 600 chrétiens de la bande de Gaza qui sont arrivés en Cisjordanie ces deux dernières semaines pour célébrer Noël, des dizaines ont demandé de rester  en Israël parce qu'ils ne se sentent plus à l'aise pour vivre sous l'Autorité palestinienne et le Hamas.

 

- Des dizaines de familles chrétiennes de Jérusalem-Est ont déménagé dans des quartiers juifs de la ville  car elles aussi ne se sentent plus à l'aise de vivre parmi les musulmans.

 

- Des forces de sécurité palestiniennes de l'Autorité de Cisjordanie continuent de convoquer et d'arrêter les opposants politiques, des journalistes et des blogueurs qui osent critiquer la direction palestinienne.

 

- Le gouvernement de l'Autorité palestinienne, qui s'est plaint d'une grave crise financière ces derniers mois, vient d'annuler les dettes d'électricité pour des Palestiniens en Cisjordanie. Les Palestiniens paient leurs factures à la société arabe "Jérusalem Electric", qui achète de l'électricité à la Société israélienne électrique. Les Palestiniens n'ont pas payé leurs factures d'électricité et beaucoup ont  volé de l'électricité à leur société arabe

 

- Des dizaines de milliers de fonctionnaires de l'Autorité civile palestinienne de la bande de Gaza reçoivent des salaires pour  rester à la maison sans travailler. La pratique est en vigueur depuis que le Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza en 2007. Selon le porte-parole du  Fatah Ahmed Assaf, l'Autorité palestinienne, qui est financée en grande partie par l'argent des contribuables américains et européens, dépense environ 120 $ millions de dollars par mois pour la bande contrôlée par le Hamas à Gaza.

 

- La faction de Mahmoud Abbas, le Fatah a alloué plus d'un million de dollars pour des célébrations marquant le 48ème anniversaire du "lancement de la révolution" —  référence à la première attaque armée menée par le Fatah contre Israël.

 

- Malgré les appels à un boycott économique d'Israël, plus de 40.000 Palestiniens continuent  de travailler en Israël. Par ailleurs, 15.000 Palestiniens ont obtenu un permis de travail pour oeuvrer dans les implantations  juives en dépit d'une interdiction officielle.

 

- De hauts responsables de l'OLP et du Fatah continuent de faire leurs courses dans des entreprises appartenant à des israeliens se trouvant tant en Cisjordanie qu'en Israël. La semaine dernière, par exemple, un membre du Comité exécutif de l'OLP et sa famille ont été aperçu dans un centre commercial de Malha à Jérusalem. Bien sûr, le responsable de l'OLP n'a pas oublié d'emmener avec lui son chauffeur privé et  son employée de maison.

 

- La femme d'un haut responsable de l'OLP a récemment dépensé 20.000 dollars pour des traitements dentaires à Tel-Aviv alors qu'il n'y a pas de pénurie de dentistes palestiniens de renom à Ramallah, Bethléem ou Naplouse. Ce ne sont que quelques-unes des vérités dérangeantes que l'Autorité palestinienne ne veut pas que le monde extérieur apprenne. Les journalistes palestiniens évitent souvent des articles sur ces questions par souci de  leur sécurité ou pour des raisons "idéologiques". Ces journalistes ont appris qu'il est interdit de laver le linge sale en public.

 

Les journalistes occidentaux, les bailleurs de fonds et  décideurs qui traitent du conflit israélo-palestinien ont besoin de savoir qu'il y a beaucoup de vérités qui sont totalement ignorées ou cachées à leurs yeux et ne sont pas ébruitées à leurs oreilles .

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 10:01

  

S’il n’est pas assuré que les maladies de l’homme sont, pour la tradition juive, la conséquence de la faute, il est, par contre, établi que la nécessité d’abandonner tout ou partie de la terre d’Israël est directement lié au mérite de n’avoir su la préserver par un comportement conforme à la Révélation. C’est tranché, c’est sans réserves mais c’est Vrai.

 

La Loi juive traditionnelle a inspiré la législation israélienne qui ignore le droit de propriété au sens où le Code Civil français l’entend. Du point de vue juridique, l’homme reste « locataire » de la terre dont D.ieu est le seul propriétaire. La jouissance de ce « prêt » n’est licite que, tant que le bénéficiaire prend en considération la loi morale. S’il y a rupture du contrat dont les conditions sont explicitement décrites dans la Thora, l’occupant encourt le risque d’être chassé.

 

L’unité du peuple juif, qualité première exigée pour assurer la légitimité de la jouissance de la terre était patente en Juin 67. Les résultats s’imposèrent et frappèrent le monde de stupeur : Jérusalem fut libérée, la Judée Samarie également. Etc…


Orgueil et vanité mêlèrent leur voix aux hymnes de reconnaissance. Les luttes fratricides revinrent habiter le devant de la scène et fut engagé un processus redoutable de restitution qui commence à réduire en peau de chagrin les acquisitions chèrement payées.

 

Si, pour ce qui concerne, une majorité d’entre nous, Descartes a l’importance dont nos maîtres Français ont su nous persuader, l’enseignement de ceux qui surent nous réconcilier avec la Loi de Moïse en nous convaincant qu’au-delà de l’idéal cartésien, il faut savoir gérer une part d’irrationnel, s’impose aujourd’hui avec toute la force de l’exclusif !

 

 

Si chacun, aujourd’hui, n’est plus capable de voir dans le militant de droite, de gauche, dans le religieux ou l’athée, dans le riche ou le pauvre, d’abord le FRERE, c’est-à-dire, le rempart, la digue qui empêcheront la rupture du Contrat qui nous lie au « Rocher d’Israël, alors préparons nous au pire !

 


 

Si, par contre, on est encore capable, de répondre à la haine par la maîtrise de nos réactions et par l’aptitude à trouver les mots qui, sans être des renoncements, ne sont pas, pour autant des répliques agressives, nous pourrions repousser la fatalité.

  

N’oubliez pas l’enseignement de Hillel, « l’amour du prochain », seul garant de toutes les victoires. Commencez sur vous-même, cesser de vous haïr, portez vous de l’intérêt et vous regarderez votre interlocuteur avec les mêmes yeux que vous avez pour vous. Si votre partenaire sent que vous avez estime et considération pour lui, vous serez payé dans la même monnaie. Il ne commencera pas, dîtes vous alors « démarrez en premier » ! Pensez à ce et à ceux dont vous avez la charge. Et les questions de préséance seront balayées.

 

Chaque jour Israël reçoit  un nouveau coup ! Qu’attendons-nous ?Rangez Descartes et sortez les Psaumes, les Pirké Avot. Lisez et comprenez !

 


 

Iné ma tov ou manaïm chevet ahim, gam yahad. « Qu’il est bon et agréable de voir des frères assis » Mais le texte rajoute gam yahad, dans l’union !!!

 

 

Il n’y pas, il n’y a plus d’autre alternative que de confirmer que nous méritons toujours cette terre. Le reste suivra comme une fatalité !

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 10:35

Par Nadav Shragai

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=3092

21 Décembre,2012

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot©2012

 

 Le Haut commissariat à la Palestine est-il de retour en terre d'Israël? Alors que les Britanniques ont quitté le pays depuis longtemps, le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Catherine Ashton, qui est britannique, n'a pas cessé de s'inquiéter, de surveiller, et de nous condamner - à cause de la décision de renouveler la construction à Jérusalem.

 

Pendant des années, Ashton et ses collaborateurs nous ont incité à accepter la réalité, pour regarder les choses en face et reconnaître le droit des Palestiniens à un Etat. En fin de compte, et au grand dam de beaucoup d'Israéliens, même le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu en est venu à accepter l'idée.

 

Maintenant, miss Ashton, c'est à votre tour. Il est grand temps que vous et vos collègues fassiez face à la réalité.

 

Jérusalem dont vous parlez aujourd'hui est très différente de celle d'il y a 45 ans, qui semble toujours être figée dans vos têtes. Cette ville, fait partie du génome juif, elle ne fait pas l'objet de débat, d'abord et avant tout à cause de la connexion juive discontinue à travers les âges et nos droits d'aînesse sur la ville (qui n'a jamais été une capitale arabe politique ou culturelle).

 

Au-delà de ces facteurs, cependant, vous devriez prendre quelques autres faits en compte: La zone que vous avez pour habitude d'appeler «Jérusalem-Est», en d'autres termes, la région au nord , au sud et à l'est de la Ligne verte qui séparait la ville en deux pendant l'occupation jordanienne, abrite aujourd'hui quelque 200.000 Juifs comprenant 41% de tous les habitants vivant dans cette région. 85% des Arabes (295.000) à Jérusalem-Est sont nés après 1967 dans la réalité d'une Jérusalem unie sous la gouvernance d'Israël, et n'ont jamais été exposé à la réalité d'une ville divisée.

 

Ils ont très peur de la domination Autorité palestinienne et de la division de la ville. Des dizaines de milliers d'entre eux ont voté avec leurs pieds en traversant la barrière de sécurité dans le nord de Jérusalem, du côté israélien, pour rester à l'intérieur de la ville unifiée. Des dizaines de milliers d'autres l'ont dit lors de sondages qu'ils feront la même chose si la ville est à nouveau divisée.

 

Israël a commis des erreurs à Jérusalem, mais il a aussi fait beaucoup de bonnes choses: Le système de soins de santé à Jérusalem sert à la fois les deux populations, de même que l'Université hébraïque, l'Office des routes, les transports publics, les centres commerciaux, les réseaux électriques, les lignes téléphoniques et le système d'égout. Les quartiers eux-mêmes sont également liés. Même les barrières entre les différents quartiers de la vieille ville sont de plus en plus floues. Les Juifs vivent dans le quartier musulman, les musulmans vivent dans le quartier chrétien. Contrairement à la période sous contrôle jordanien, les lieux saints sont ouverts à tout le monde. La seule restriction est celle faite aux Juifs - sur le Mont du Temple.

 

Quand vous parlez de quartiers de Jérusalem, vous devez être précis: A Beit Tzafafa, un village divisé par des clôtures et des murs qui séparaient la Jordanie et Israël, les habitants disent aujourd'hui merci tous les jours que les murs soient tombés, en dépit de la discrimination dont ils souffrent. Isawiya, que votre porte-parole de temps en temps qualifie de «Jérusalem-Est», faisait partie de l'enclave israélienne du Mont Scopus jusqu'en 1967.

 

Mais à part de "petits" détails comme ceux-ci, vous devriez noter ceci pour vous-mêmes: Diviser Jérusalem est non seulement impossible, mais cela contredit aussi la volonté de la majorité des habitants de la ville, aussi bien juifs qu' arabes.

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 13:49

De nombreux militaires israéliens sont en colère contre le Premier ministre israélien après l’accord de cessez-le-feu avec le Hamas

 

looser-054ea

 

            On y voit les soldats former des lettres en hébreu signifiant "Bibi loser"

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 07:28

par Michael Freund

18 Octobre, 2012

http://www.michaelfreund.org/12431/temple-mount

Adapté par Mordeh'aï pour le blog malaassot.com©2012

 

Il y a un peu plus d'une semaine, je suis monté sur le Mont du Temple avec un groupe de plus de 50 Juifs de la synagogue de Raanana "Ohel Ari" .

 

Inutile de dire que nous nous sommes tous plongés dans un mikve (bain rituel) avant le voyage, nous nous sommes abstenu de porter des chaussures en cuir, et nous nous sommes dirigés uniquement dans des zones qui sont autorisées par la Halakha.

 

Guidé par l'infatigable 'Haïm Richman Rabbi de l'Institut du Temple, et dirigés par le rabbin Ronen Neuwirth de notre congrégation , nous avons eu un premier aperçu de la situation qui prévaut sur site le plus sacré du judaïsme.

 

En d'autres termes, il est absolument phénoménal.

 

La discrimination pratiquée à l'encontre des juifs religieux, qui sont distingués par un traitement spécial de la part de la police israélienne - traitement qui n'est accordé à aucune autre personne professant une foi différente.

 

Après être passé par un poste de contrôle de sécurité, un policier bourru dit à notre groupe,  " vous devez rester ensemble tout le temps, vous devez vous déplacer rapidement à travers le site et ne pas prier . Vous n'êtes pas autorisé à prier."

 

Pas exactement l'accueil que je m'attendais à recevoir dans un lieu de portée si profonde de l'histoire juive et de sa destinée.

 

Tout au long de notre visite, nous avons été accompagné de cinq à six policiers israéliens arabes et deux ou trois fonctionnaires du Wakf musulman qui gère le site. En plus de nous presser tout le long et brusquement interrompre notre guide, leur tâche principale était de garder un oeil sur nos lèvres, afin que personne n'ose bouger et prononcer une prière silencieuse à son Créateur.

 

Il y avait d'autres groupes sur le Mont en même temps que le nôtre, compris des pèlerins chrétiens de 

Roumanie, diverses organisations de touristes non-religieux, et des Arabes israéliens. Aucun d'entre eux n'était  soumis au même examen attentif.

 

Dans la semaine précédant notre visite, la police avait arrêté 15 juifs pour prière ou soupçonnés de prier sur le Mont. Plus tard, quand j'ai demandé à un policier des frontières pourquoi les juifs étaient empêchés de prier, il haussa les épaules et dit: " pour ne pas blesser les Arabes."

 

La situation sur le Mont du Temple est intolérable et insoutenable. Les libertés fondamentales, comme la liberté de culte et la liberté d'expression, sont bafouées, et les Juifs sont victimes de discrimination du jamais vu nulle part ailleurs dans le monde occidental.

 

Un moyen doit être trouvé pour permettre aux Juifs d'exercer leur droit de communier avec leur Créateur, sans  attiser la haine et l'intolérance. En fait, il existe une solution simple et très pratique à cette situation difficile: construire une synagogue sur le Mont du Temple où les Juifs seraient libres de prier comme ils le souhaitent.

 

Maintenant, avant de commencer à rouler des yeux à cette idée, considérez ce qui suit: pendant plus de quatre siècles après que le calife Omar ait conquis la terre d'Israël (633-4), il y avaient une synagogue et une maison d'étude juive  ouvertes sur le Mont du Temple et les juifs pouvaient y prier librement.

 

Entre autres, cela est attesté par le rabbin Abraham bar Chiya HaNassi, un chef de file de l'autorité rabbinique espagnole du 12ème siècle, qui a écrit dans son livre Megaleh Megilat, " au début, après que les Romains aient détruit le Temple, Israël n'a pas été empêché de venir et de prier là-bas, de même que les rois d'Ismaël avaient adopté une mesure bénéfique et qui a permis à Israël de venir sur le Mont du Temple et de construire une maison de prière et d'étude. "

 

En outre, il note que " tous les exilés d'Israël qui habitaient près du Mont du Temple montaient pour les fêtes religieuses y prier."

 

En d'autres termes, il existe un précédent historique clair que, même pendant les périodes où le Mont était sous contrôle musulman, les droits des Juifs ont été respecté. Alors que maintenant qu'il est sous souveraineté israélienne, devrions-nous accepter rien de moins? Même après que la synagogue soit fermée en 1080, les Juifs ont continué à prier sur le Mont, même aux temps médiévaux tels que Maïmonide et des grands de l'autorité juive. Au 13ème siècle, le Meiri, l'un des plus grands commentateurs du Talmud, a noté dans ses commentaires sur Tractate Shavouot (16a) qu'il y avait une coutume chez les Juifs de monter sur le Mont du Temple.

 

Plus récemment, les autorités rabbiniques de premier plan tels que l'ancien chef des rabbins Shlomo Goren et Mordechai Eliyahu ont soutenu l'idée que des Juifs remontent sur le Mont du Temple et construisent une synagogue.

 

En effet, après qu'Israël ait libéré le Mont du Temple en 1967, les Juifs ont prié et étudié là-haut régulièrement.

Le rabbin Goren, qui a servi comme rabbin en chef de l'armée israélienne en 1967 lors de la Guerre des Six Jours, a écrit dans son ouvrage monumental Har Habayit (p.14), après la libération du site, "dans le cadre du rabbinat en chef de Tsahal , nous avons organisé des colloques et mené des prières publiques organisées sur le Mont du Temple - matin, midi et soir - et nous avons lu dans la Torah le jour du shabbat et les lundis et jeudis ".

Plus tard, craignant de provoquer la colère des Arabes,  le gouvernement israélien a dû mettre un terme à l'initiative du rabbin Goren.

 

Mais l'idée de construire une synagogue sur le Mont du Temple n'est pas morte, et il y a six ans, en Octobre 2006, le député Uri Ariel de l'Union nationale a proposé une mesure similaire, en disant à l'époque, "une synagogue ne nuira pas au statu quo et ne viendra pas à la place d'une mosquée. Les Arabes peuvent faire ce qu'ils veulent dans la mosquée, et nous nous ferons ce que nous avons à faire dans une synagogue "sur le Mont.

Ariel a tout à fait raison.

 

Construire une synagogue sur le Mont du Temple n'exarcerbera pas les tensions avec les Arabes, au contraire cela va les soulager.

 

En empêchant les juifs de prier sur le Mont, et maltraiter ceux qui le font, les policiers effectivement attisent les flammes de la colère, plutôt que de les éteindre.

 

La meilleure façon d'éviter les frictions sur le Mont du Temple c'est de répondre aux besoins et aux souhaits de tous, Juifs et Arabes, plutôt que l'empêtrement de l'un au détriment de l'autre.

 

Le Mont du Temple est notre site le plus sacré, celui qui a été au cœur de nos rêves et des aspirations des gens durant les 2000 dernières années. La visite a été une expérience spirituelle puissante, celle qui m'a touché au plus profond de mon être.

 

Mais il était pénible de voir dans quelle mesure le gouvernement israélien s'en remet à des menaces de troubles arabes au détriment de ses propres citoyens et de leurs droits fondamentaux.

 

Construire une synagogue sur le Mont du Temple mettra l'accent sur la souveraineté d'Israël, tout en garantissant la liberté d'accès à toutes les religions, qui est au cœur de la politique gouvernementale. Il donnerait aux musulmans une occasion de démontrer à quel point ils sont vraiment tolérants. Nous ne bouderons pas devant eux le droit de prier, alors pourquoi devraient-ils nous le reprocher? Juste avant de quitter le Mont, je me suis penché et fait semblant de murmurer à l'oreille de mon fils âgé de 12 ans, lui récitant la section de la prière de la Amida quotidienne, «Que Vous revenez dans la compassion à Jérusalem Ta ville, et vous habiterez en elle comme Tu l'as promis . Puissiez-vous la reconstruire rapidement de nos jours, une structure éternelle .... "

Juste à ce moment, mon fils m'a interrompu en disant: " Papa, il y a un policier en cours d'exécution sur nous." J'ai regardé et j'ai vu l'officier, son visage déformé par la colère, comme si je venais de voler son beignet.

 

Le flic a aboyé après nous, en criant que nous devions quitter les lieux immédiatement, ce que mon fils et moi allions faire, mais pas avant qu' obstinément je ne termine le reste de la prière: « Que vous installiez en son sein le trône de David, Béni sois-tu,. O Seigneur, reconstruit Jérusalem ».

  

Puisse bientôt venir le jour pour que cette prière et d'autres puissent être récitées librement par les Juifs en cette place où se trouvait autrefois le Temple, et ou il se tiendra à nouveau.

 

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 10:00
«  Une idéologie répugnante du mal  »
 
Par Vic Rosental pour Fesnozionism.org
Adapté par Mordeh'aï ©2012 pour malaassot.com
Une colonne, peut-être du Second Temple, se trouve dans un tas de gravats sur le Mont du Temple

Une colonne, peut-être du Second Temple, parmi les décombres sur le Mont du Temple

C'est l'une de ces questions qui devraient être choquantes, mais pour lesquelles rien n'est fait ! Pendant des années - j'ai écrit à ce sujet avant - que le waqf musulman qui contrôle le Mont du Temple ne détruise systématiquement des

artefacts archéologiques d'origine juive sur le site. La photo ci-dessus,(h / t d'Israël Matzav) prise par le journaliste Michael Freund sur le Mont du Temple, montre un morceau d'une colonne qu'il croit faire partie du Second Temple, au beau milieu d'un tas de gravats.

Apparemment par peur d'attiser les susceptibilités musulmanes - et nous savons, oh combien c'est facile - le gouvernement d'Israël, qui a théoriquement la souveraineté sur le Mont du Temple, le site le plus sacré du judaïsme, n'a jamais fait plus que d'adresser de molles protestations au cours de la destruction délibérée de l'histoire juive.

 

Pendant ce temps, les responsables palestiniens, y compris Mahmoud Abbas (comme Yasser Arafat avant lui) nient qu'il n'y ait jamais eu un temple juif sur le sité,le qualifiant de« prétendu Temple »!  Alors que pensent-ils de ces malveillances qu'élaborent leurs copains du waqf ?

 

Mais ceci ne représente q'une partie de leur dénégation.

 

Leur manoeuvre, habituellement est d'accuser Israël de faire, en fait ce qu'ils font ou essaient de faire, les Palestiniens accusent régulièrement  Israël, du plus futile des prétextes, de porter atteinte à la mosquée Al-Aqsa ou de tenter de la détruire. Il y a eu d'innombrables émeutes du Vendredi - celle de la semaine dernière en était un exemple -après que les Arabes aient été incités par des imams par des histoires d'un prétendu « danger imminent » que courait la mosquée.

 

Pendant ce temps les juifs sont interdits de prier sur le Mont du Temple - des Juifs ont été arrêtés après qu'ils aient été vus remuant les lèvres, là-bas. La justification de la criminalisation de la prière est, bien sûr, ce qui met en colère les Arabes, et c'est donc une question de sécurité générale. Comme dans tant d'autres cas, la tactique musulmane d'extorquer des concessions déraisonnables par la violence mortelle a été couronnée de succès.

    

De nombreuses vies ont été perdues en 1967 dans le but d'inverser le nettoyage ethnique de Jérusalem-Est, de sauver nos synagogues et nos cimetières de la profanation, et de rendre possible la visite de leurs lieux saints aux gens de toutes les religions - même aux Juifs! - .

A présent, à la suite de mauvaises décisions, de la timidité et de l'inaction, Israël permet à sa souveraineté de s'éclipser laissant le champ libre aux Arabes de détruire des preuves de l'histoire Juive.

Les Israéliens laïques et les juifs religieux peuvent penser que cela ne les concerne pas. Ils ont tort. Ces sites - et leur histoire - appartiennent au peuple juif, et font partie de ce qui les unit en tant que peuple, quel que soit leur degré

d'observance.

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 10:55

par Michael Freund

http://www.michaelfreund.org/12399/israel-election//

11 Octobre, 2012

 Adapté par Mordeh'aï pour ©2012 Malaassot.com

 

L'annonce par le Premier ministre Binyamin Netanyahou mardi soir que de nouvelles élections auront lieu au début de l'année prochaine a déclenché une vague prévisible de l'activité politique. Avec le scrutin qui se tiendra dans seulement trois ou quatre mois, les jeuns espoirs de la Knesset font face à la perspective intimidante d'essayer de faire passer leur message auprès du grand public dans un délai exceptionnellement concis.

 

Mais pour tous les cris et le bruit auxquels nous allons être sûrement soumis pendant la campagne à venir, il sera difficile d'échapper au sentiment qui nous ronge de savoir que va changer le matin, après le dépouillement des votes.

 

Après tout, Netanyahu ne fait face à aucune concurrence sérieuse dans la course pour le poste de premier ministre et il est sûr de retourner au bureau de premier ministre pour un troisième mandat. Et les sondages récents indiquent que les partis composant la coalition actuelle reviendront de nouveau au Parlement en grande partie intacts.

 

En effet, une grande partie du drame, aussi fugace soit-elle, aura lieu amplement dans l'opposition sans importance, où Kadima est susceptible de se diviser en plusieurs morceaux comme un météore brûle quand il reviend sur terre.

 

Yair Lapid, Tzipi Livni et Ehud Olmert peut-être même peuvent essayer de construire un groupe de centre-gauche pour attirer les mécontents de Kadima, mais finalement ce parti n'aura guère beaucoup d'importance au cours des quatre prochaines années.

 

C'est juste quoi alors, y a-t-il de quoi s'exciter? en quoi cette élection devrait-elle obtenir un peu plus qu'un ennui collectif? En fait,il n'en est rien, Israël est sur ​​le point de tourner une nouvelle page, celle qui restera dans les mémoires comme un tournant politique et national pour les générations à venir. En d'autres termes, Netanyahou est sur ​​le point d'entrer dans l'histoire en cimentant la position du droit d'Israël comme la principale force politique dans le pays.

 

Au cours des quatre dernières années, il a brisé le mythe selon lequel la gauche est sa clique était la seule responsable capable de manier les rênes du pouvoir. En naviguant avec succès dans la crise économique mondiale et habilement manipulé un monde de plus en plus hostile, le Premier ministre a apporté une stabilité et de la maturité à l'administration des affaires de l'Etat dont elle a fait cruellement défaut à plusieurs de ses prédécesseurs. Par conséquent, il a inculqué au public un sentiment de confiance dans la capacité d'une coalition de droite décidée à gérer nos affaires nationales.

 

Ce n'est pas un mince exploit, surtout à la lumière des médias traditionnels israéliens hostiles, et qui donne le sentiment que les leviers du pouvoir sont exclusivement entre les mains de leurs camarades idéologiques de la gauche.

 

Rappelez-vous comment ils ont utilisé pour dépeindre le gouvernement comme une bande d'extrémistes et de fanatiques religieux à qui on ne pouvait pas faire confiance pour diriger un mini-marché, sans parler du pays? Ces faux-semblants ont en grande partie disparu, pour la simple raison qu'ils n'ont pas eu en résonance un électorat qui pense autrement.// Avec l'échec du processus de paix et la disparition de l'illusion d'une partition de "deux Etats" à la solution au conflit israélo-palestinien, la gauche est en déclin et en plein désarroi.

 

Leur rêve de diviser la terre d'Israël a été brisé, et leur croyance dans le faux messie de l'Autorité palestinienne s'est écrasé durement sur les rochers de la réalité. La Gauche est une force politique dépassée dont ses seuls moyens restent le détournement de manchettes et aujourd'hui de rotester contre le prix des concombres et du fromage cottage.// Mais le petit déjeuner n'est pas une plate-forme politique, et c'est pourquoi les électeurs l'ont abandonné en masse.// En conséquence, l'écrasante majorité des votes juifs israéliens lors de l'élection 2013, ira aux centristes (ou gauchistes se présentant comme des centristes) et vers la droite.

 

Netanyahu, alors, aura présidé à un changement politique radical, dégonfler l'importance de la Gauche d'Israël alors que lui-même a renforcé l'avenir à long terme de la droite. Bien sûr, l'homme a ses défauts et a fait sa part d'erreurs, et par un certain nombre de ses politiques des gens ont été déçus pour des raisons idéologiques et pratiques. Mais il a fondamentalement transformé l'image de la Droite d'Israël, tanné sa réputation et a affirmé sa légitimité.

 

Une Droite plus forte signifie un Israël plus fier, un pays qui fait passer ses intérêts en premier et ne courbera pas servilement l'échine face aux exigences de ses ennemis. Elle signifie une confiance en soi et un sang-froid, dont Israël a grandement besoin car il est confronté à des menaces innombrables tant internes qu'à l'étranger.

 

Pour cette seule raison, Netanyahu mérite d'être encore quatre ans au pouvoir. Pas étonnant, donc, que l'électorat israélien soit sur le point de lui donner cette chance.

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 11:21

par Michael Freund

27 Septembre, 2012

http://www.michaelfreund.org/12336/palestinian-authority-collapse

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Avec une Autorité palestinienne au bord du gouffre de la ruine financière, un pourvoyeur improbable est intervenu en cherchant à sauver la situation. Le sauveteur serait- il un riche cheikh arabe du Golfe, ou un playboy prince saoudien avec de l'argent à dilapider, ou peut-être même un gouvernement malavisé européen qui cherche à s'attirer les faveurs du monde musulman. Eh bien non, croyez-le ou non, c'est Israël qui s'est maintenant agité pour sauver l'AP de la débâcle.

 

Oui, vous avez bien lu. Au moment même où Mahmoud Abbas défie Jérusalem en menaçant de demander à l'Assemblée générale des Nations Unies d'améliorer le statut de la «Palestine», Israël tente de sauver son régime de l'oubli.

 

Comme Haaretz a rapporté lundi, « Israël a pris d'importantes mesures pour atténuer les difficultés financières de l'Autorité palestinienne, craignant que l'instabilité en Cisjordanie menace l'avenir de l'Autorité palestinienne». Celles-ci ont inclus le transfert de l'argent des impôts pour les Palestiniens en avance sur le calendrier, la délivrance de milliers de nouveaux permis pour les Palestiniens pour travailler au sein Israël d'avant 1967 et la suppression des points de contrôle de Tsahal en Judée et en Samarie. L'Etat juif a également indiqué faire du lobbying auprès de divers gouvernements étrangers pour fournir une aide financière supplémentaire aux Palestiniens », Haaretz a noté que plusieurs pays arabes qui avaient annoncé une aide de 300 millions de dollars à l'Autorité palestinienne n'ont toujours pas encore tenu leurs engagements».

 

Yossi Kuperwasser, le directeur général du ministère israélien des Affaires stratégiques, était encore plus direct dans la description de l'attitude du gouvernement. Dans une récente interview, il a déclaré que « nous voulons que l' Autorité Palestinienne ait de la stabilité et de la prospérité, même si nous devons la financer."

 

Il est difficile de décrire cette approche comme autre chose qu'une pure folie confinant à la folie masochiste.

 

Après tout, l'Autorité palestinienne a indiqué très clairement qu'elle ne considère pas Israël comme son allié, mais comme leur ennemi juré. Alors, pourquoi diable devrait-on permettre à l'Autorité palestinienne de ne pas s'écrouler?  

Pensez à ce que les Palestiniens cherchent à faireà l'ONU.

 

À moins que quelque lourde pression de dernière minute les dissuade, l'Autorité palestinienne va relancer sa campagne diplomatique pour l'indépendance en demandant de mettre à jour leur statut à celui d'un Etat non membre. Et ils font aussi pression pour une résolution qui délimitent les futures frontières d'un Etat palestinien, y compris toute la Judée, la Samarie et Jérusalem-Est.

 

Comme le négociateur palestinien Saeb Erekat a précisé que ces mesures ouvrent la voie à l'Autorité palestinienne de rejoindre d'autres organismes internationaux, de saper la revendication d'Israël sur les territoires et de renforcer la position palestinienne sur les frontières d'avant 1967 qui devrait servir de base aux négociations.

En outre, M. Erekat a laissé entendre, que ce statut finirait par permettre à l'Autorité palestinienne de porter plainte contre Israël devant la Cour pénale internationale de La Haye.

 

"L'occupation se poursuivra, les colonies se poursuivent, les crimes des colons peuvent continuer, mais il y aura des conséquences», at-il dit, ajoutant: «Ceux qui ne veulent pas comparaître devant un tribunal international doivent cesser leurs crimes."

 

En effet, l'Autorité palestinienne jetant presque deux décennies de tentatives de conciliation à la poubelle et en menaçant Israël de goudron et de plumes comme une nation paria.

 

Est-ce vraiment le genre de régime que nous voulons ressusciter financièrement? Et ce qui rend cette situation d'autant plus ironique c'est le fait que, malgré ses déboires budgétaires, l'AP continue de dépenser des dizaines de millions de shekels chaque mois pour fournir des allocations aux familles des terroristes et des kamikazes.

 

Selon un rapport sur Israël à la télé canal 2 au début du mois, à compter de mai 2011, l'AP est passée de 26m. de New Israelan Shekels  (6,5 millions de dollars.) par mois pour les paiements aux familles des kamikazes. Elle distribue également un supplément de 18m.de NIS  (4,5 millions de dollars.) chaque mois pour les paiements aux familles des prisonniers palestiniens, y compris ceux du Hamas et du Jihad islamique.

 

Par conséquent, l'Autorité palestinienne fournit 12,000 NIS ($ 3,000) sur une base mensuelle à la famille d'Abbas al-Sayed, qui a été condamné d'avoir planifié le massacre de la Pâque de 2002 à l'Hôtel Park de Netanya et qui a assassiné 30 Israéliens.

 

En tout, six pour cent du budget total de l'AP va vers de tels paiements, que  Salam Fayad, Premier ministre de l'AP et

chouchou de l'Occident, a néreusement choisi de tripler l'an dernier.

 

Cela signifie que pour chaque dollar (16 millions)transmis aux Palestiniens, au moins 1 million de dollars ira au soutien des familles des terroristes qui ont tenté ou réussi à tuer des Juifs.

 

Ce n'est rien de moins qu'un scandale moral, celui qui ne fait qu'ajouter l'insulte à l'injure pour les victimes israéliennes du terrorisme et leurs familles.

 

Israël n'a rien à sauver dans l'Autorité palestinienne, tout y  est un corrompu, kleptocratie autoritarisme qui fomente la violence et s'engage régulièrement dans la lutte anti-israélienne et l'incitation antisémite . Et nous ne devrions certainement pas servir de conseillers financiers, de consultants, et surtout de les aider à éviter la faillite.

 

Si l'AP insiste sur le traitement d'Israël comme un ennemi, alors il n'y a aucune raison pour que l'Etat juif ne lui rende pas la pareille.

 

Au lieu de sauvegarder l'AP, avec toutes les difficultés que cela implique, nous devrions faire ce que nous aurions dû faire il y a longtemps: reprendre le contrôle de toute la Judée et la Samarie, et balayer ce régime fétide.

 

Grâce à ses paroles et ses actions, l'Autorité palestinienne a montré à maintes reprises qu'elle n'a aucun intérêt réel dans la coexistence et  la paix.

 

Nous ne pouvons pas tolérer l'émergence d'une entité hostile à cheval sur les frontières étroites, en particulier celle qui refuse même de reconnaître Israël en tant qu'Etat juif.

 

Alors, faisons-nous et aux générations futures une faveur, et endigons la vague d'un Etat palestinien avant qu'il ne soit trop tard.

 

     
Repost 0
mordeh'ai - dans Société
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 17:01
19 Septembre 2012
Billet d'André Nahum
Reçu par e-mail
 
Je n’ai pas  vu  ce film produit par un copte américain qui dénigre l’Islam  et son prophète.
Bien que  cette réalisation ne constitue pas un délit au regard de la loi,  elle pose  tout de même problème, surtout  à un moment ou les passions sont tellement exacerbées.
 Quel but recherchait donc son auteur  ?  
Voulait-il défendre ses coreligionnaires dont la situation est plutôt délicate, c’est le moins qu’on puisse dire, dans certains pays musulmans ?
Il est à  craindre qu’il leur a rendu au contraire un  bien mauvais service.
A-t-il été conscient des conséquences désastreuses que pouvait engendrer son  initiative ? 
 Voulait-il simplement provoquer ? 
Il a alors réussi au-delà de toutes ses espérances puisqu’il a enflammé le monde musulman dans sa quasi-totalité.
 Mais, si  l’on peut comprendre qu’un film, passé inaperçu au départ, ait pu choquer des croyants, on  ne peut admettre les débordements dramatiques auquel il a donné lieu un peu partout .
 Les manifestations sanglantes que l’on a observées en Tunisie,  pays  paisible par excellence, ou les attaques par missiles anti-tanks  du consulat américain de Benghazi, tuant quatre américains, dont l’ambassadeur, ne peuvent pas avoir été spontanées.
Pas plus que l’attentat qui a couté la vie à douze personnes à Kaboul
 Et les regards se portent sur des éléments salafistes ou Al Qaïda de plus en plus active malgré la mort de son chef historique Ben Laden.
 Ces mouvements ont en commun la haine de l’Occident, des Juifs et des Musulmans qui ne partagent pas leur fanatisme.
Ils ont le  même but : Propager leur Islam pur et dur par un prosélytisme intensif à l’intérieur et à l’extérieur des communautés musulmanes,  et s’imposer partout  par la persuasion ou par la terreur .
Les intégristes  ont profité du « printemps » arabe en  volant leur victoire aux authentiques  révolutionnaires et leur aile la plus radicale  souhaite prendre la place  des « modérés » qui gouvernent actuellement. 
Leur avenir  et le nôtre dépendent à la fois du comportement des nations musulmanes et de l’Occident.
1) • Le jeu des pays arabo-musulmans est plutôt trouble en la matière. L ‘Arabie séoudite emploie des sommes considérables pour propager son Wahabisme, par le biais des   nombreuses mosquées qu’elle fait construire et des imams qu’elle y envoie pour porter la bonne parole , tout en étant   l’amie et l’alliée des   Etats-Unis.
Les gouvernements islamistes dits « modérés » de Tunisie (Ennahda) et  d’Egypte ( les « frères musulmans » ) combattent les salafistes avec une tiédeur remarquable et l’on ne saurait  dire s’ils les protègent ou s’ils les redoutent.
2) • Face à cette marée montante, l’Occident se doit de réagir. Les Salafistes et leurs congénères djihadistes, 
tout comme Al Qaïda sont des ennemis implacables et déterminés auxquels il ne faut faire aucune concession .
Par leur manifestation  non autorisée dimanche dernier  à Paris non loin  de l’Elysée et de l’Ambassade des  Etats-Unis, ils ont  voulu tester les pouvoirs publics  en  brandissant les drapeaux noirs de leur organisation, hurlant des slogans anti-américains et antijuifs et pour finir  organisant une prière sur la voie publique.
  Ils ne sont qu’une minorité mais comme dit le proverbe arabe : Une souris peut faire pourrir le contenu d’une jarre.
Et depuis ce matin, il y a du nouveau.
« Charlie Hebdo » qui s’était déjà distingué reprenant les fameuses caricatures du prophète Mohamed, publie aujourd’hui au nom de la liberté de la presse  une série de caricatures, plus soft dit-on,  mais qui risquent  tout de même d’envenimer la situation.
C’est très courageux, mais est-ce bien sage ?
Pas de billet la semaine prochaine puisque c’est Kippour, un Kippour  que  je souhaite à tous dans la sérénité et la paix.
 
Repost 0
mordeh'ai - dans Société
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 20:22

 Par:Shraga Blun

pour Jerusalemplus.tv

http://www.jerusalemplus.tv/

31-08-2012

 

Les décisions qui influent sur l’avenir d’une société sont parfois celles qui échappent aux radars des médias et dont les effets se font sentir avec le temps. Depuis des dizaines d’années un combat vital se déroule en coulisses au sujet de l’avenir de la société israélienne : Israël doit-il être un Etat juif ou un « Etat de tous ses citoyens », expression pudique pour désigner un Etat livré à la loi de la démographie et dépourvu de tout signe identitaire juif.

 

Dans cette bataille ne sont pas uniquement impliqués des acteurs israéliens – juifs ou arabes – mais aussi des Etats étrangers qui par le financement d’organisations locales de gauche et d’extrême gauche tentent d’influer sur la nature de la société israélienne dans un sens opposé aux objectifs du sionisme.

 

Sur cette thématique, le député Dr. Michaël Ben-Ari a lancé un véritable cri d’alarme dans les colonnes du « Makor Rishon » suite à une décision de la Cour Suprême dans une procédure qui oppose depuis deux ans la Municipalité d’Eilat aux organisations qui défendent les droits des travailleurs clandestins venus d’Afrique.

 

Ces organisations ont saisi la Cour Suprême afin d’obliger la ville d’Eilat à intégrer les enfants de ces clandestins - qui représentent aujourd’hui près de 10% de la population - dans les réseaux scolaire de la cité. Pour le député, mais pas seulement pour lui, une telle perspective modifierait de manière radicale l’avenir démographique d’Eilat. Or la semaine dernière, loin des projecteurs, la Cour Suprême a donné raison à ces organisations, et oblige la ville d’Eilat à intégrer tous ces enfants.

 

« Alors que tous nos yeux sont fixés sur Migron, qui est un sujet important mais ponctuel, la Cour Suprême a pris une décision cruciale qui risque d’hypothéquer sérieusement la nature juive de l’Etat d’Israël », avertit Dr.Ben-Ami. Mais ce qui le révolte le plus, c’est la motivation qu’a donnée le juge arabe Salim Joubran à sa décision, en mettant sur même plan la présence nombreuse d’immigrés clandestins africains dans certaines zones urbaines et l’immigration des juifs de l’ex-URSS ou d’Ethiopie dans les années 1990: « A l’époque également il y avait de nombreux problèmes d’intégration et d’adaptation», explique le magistrat, « mais finalement ils se sont tous intégrés et il n’y a pas eu d’écoles séparées pour leurs enfants (…)

 

Ces gens venus d’Afrique sont ici en Israël, peu importe comment ils sont arrivés, et notre devoir est de subvenir à tous leurs besoins. Quelle différence entre eux et les autres (les Juifs russes) ? »

Ben-Ari accuse la Cour Suprême « de décider arbitrairement de la nature de la société israélienne au mépris du verdict démocratique des urnes et de vouloir écarter l’idée d’un Etat juif au bénéfice d’un ‘Etat de tous les citoyens du monde’».

 

Il y voit aussi un précédent dangereux qui va encourager toutes ces associations à passer à l’étape suivante : demander la naturalisation de tous ces travailleurs clandestins. Et concernant la position spécifique du juge Joubran, le député est catégorique : « En mettant sur le même plan les juifs qui sont arrivés en vertu de la loi du Retour et des immigrants qui ont traversé la frontière illégalement, ce juge a résumé la position de la population arabe israélienne : que ce soit les immigrés clandestins africains, les juifs russes ou éthiopiens, ce sont tous des étrangers dans ce pays qui doit être arabe et musulman par nature ». Dans le pays accusé de pratiquer l’apartheid, un juge arabe à la Cour Suprême a entrepris de lutter contre le caractère juif de l’Etat d’Israël.

Repost 0
mordeh'ai - dans Société