Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 11:36

Par: Moshe Feiglin

http://www.jewishpress.com/indepth/columns/moshe-feiglin/what-are-we-negotiating-about/2014/01/23/

Adaptation Mordeh'aï pour le blog malaassot.com

 

Tout le monde parle des pourparlers de paix israélo-palestiniens. L'hypothèse de base est que les pourparlers de paix sont censés apporter la paix. Il est de notoriété publique que la paix devrait résoudre les problèmes suivants: la sécurité, la démographie, le nationalisme palestinien (qui rivalise avec Israël pour la même parcelle de terre); la pression internationale (en particulier celle des États-Unis), et, pour certains  l'économie. Mais même une analyse superficielle des «problèmes» mentionnés ci-dessus révèle qu'aucun d'entre eux n'est motivant pour les pourparlers de "paix" d'Israël.

 

La paix ne peut être définie comme l'objectif d'un Etat. La paix est le résultat de la bonne définition de l'objectif d'un Etat et la réalisation de cet objectif. Si la paix est notre objectif, il peut être atteint plus facilement dans d'autres endroits (en Australie ou en Ouganda, par exemple) par l'abandon de notre souveraineté, ou par assimilation.

 

La sécurité pour les Israéliens ne peut pas probablement  être le problème que nous essayons de résoudre. Plus nous avançons dans le processus de paix, plus notre sécurité nationale et personnelle se détériore. Les kamikazes ne se faisaient pas exploser dans des bus et des restaurants, et des missiles ne s'écrasaient pas sur Tel-Aviv et Jérusalem, avant le processus diplomatique. Notre expérience cumulée prouve que notre désir de sécurité devrait nous éloigner de tout processus diplomatique. Si nous continuons à sacrifier nos citoyens pour le soi-disant intérêt de la paix, la sécurité n'est pas ce qui motive notre participation dans le processus de paix.

 

La démographie n'est pas non plus le problème. La Tel Avivienne moyenne  n'a pas plus ou moins d'enfants que sa voisine à Ramallah. Selon l'American-Israel démographique Research Group, si les taux de natalité actuels continuent en conjonction avec une approche proactive de la aliyah politique, la majorité juive d'Israël passerait de 66 %  aujourd'hui à 80% en 2035. En d'autres termes, même sans un processus diplomatique, la majorité juive entre le Jourdain et la mer Méditerranée - y compris les Arabes de Judée et de Samarie - sera de 80% dans les 20 prochaines années.

 

Le Nationalisme palestinien a été construit artificiellement en réponse au Sionisme. Lorsque ce pays était sous souveraineté arabo - jordanienne ou égyptienne - le problème n'existait pas. Si Israël disparaissait de la carte, à D.ieu ne plaise, le nationalisme palestinien disparaîtrait avec lui.

 

Le 18 février 1947, le ministre britannique des Affaires étrangères Ernest Bevin, certainement pas un sioniste ardent, s'est adressé au Parlement britannique pour expliquer pourquoi le Royaume-Uni prenait la question de Palestine, qui avait été remise  à ses soins, par l'Organisation des Nations Unies. Il ouvrit en disant que " le gouvernement de Sa Majesté a été confronté à un conflit irréconciliable de principes." Il décrit  l'essence de ce conflit: "Pour les Juifs, le point essentiel de ce principe est la création d'un Etat juif souverain. Pour les Arabes, le point essentiel de ce principe est de résister à la dernière la mise en place de la souveraineté juive dans n'importe quelle partie de la Palestine ".

 

Il n'y a pas vraiment que la nationalité palestinienne, il y a la nation arabe qui n'accepte pas la souveraineté juive sur toute partie d'Israël. Ainsi, la résolution de ce qui est vraiment le problème palestinien est inexistante et ne solutionnera pas le conflit fondamental: l'opposition arabe à toute souveraineté israélienne. C'est aussi la raison pour laquelle un Etat palestinien n'a pas encore été établi et ne sera jamais mis en place, malgré le fait que jamais dans l'histoire on a offert à un groupe un état sur un plateau en argent comme ce qui est offert aux Palestiniens. Ils ne veulent tout simplement pas un état.

 

La pression internationale n'est également pas un problème, car elle augmente toujours en proportion directe de la participation d'Israël dans les processus diplomatiques. Avant les accords d'Oslo, il y avait une question majeure qui planait sur la légitimité de l'OLP et de ses dirigeants. Aucune interrogation n'existait sur le droit des Juifs à avoir leur propre État. Aujourd'hui, après vingt ans de processus diplomatiques, la situation est inversée. Nous les reconnaissons, mais ils ne nous reconnaissent  pas. Les Américains, cependant, ne sont pas prêts à demander la reconnaissance d'Israël comme préalable aux négociations.

 

Et puis il y a le supposé problème économique. Le processus diplomatique ne sera pas résolu. Au contraire, comme nous l'avons appris cruellement, les Accords d'Oslo consomment 10% de notre budget annuel de l'État: environ un billion de shekels depuis que les accords ont été signés. Au cours des dernières années, Israël se rapproche de l'état de superpuissance économique - non pas à cause du processus diplomatique, mais malgré lui.

 

Donc, si ce n'est pas la paix, pas la sécurité, pas la démographie, pas le nationalisme palestinien, pas la pression internationale et pas plus l'économie, Que sommes-nous exactement en train de négocier? Que voulons-nous atteindre?

 

La personne qui a fourni la réponse la plus précise n'était autre que Ron Pundak, un des architectes des accords d'Oslo, qui a récemment déclaré à Tomer Persico conférencier à l' Université de Tel Aviv :

 

" Je veux la paix, afin qu'il y ait une israélianité. La paix n'est pas une fin en soi. C'est le moyen par lequel on amène Israël d'une époque à une autre, à l'époque que je considère comme un Etat normal: «israélisation» de la société à la place de sa «judaïsation»."

 

Comprenez-vous? Nous enterrons des milliers de victimes du terrorisme, nous coupons des pans entiers de notre patrie, déracinons nos implantations (déplacement de nos habitants), apportons des missiles sur Tel Aviv, nions notre légitimité, volons 10% de notre budget de l'Etat chaque année - tout cela et plus de dégâts - pas pour la paix et pas pour l'une des excuses invariables. Non, nous faisons tout cela pour faire pencher la balance dans la lutte interne à l'égard de l'identité de l'Etat d'Israël: Sera-ce un État juif ou l'Etat de tous ses citoyens?

 

Cela vous semble-t-il exagéré? Relisez la citation de Pundak, un des architectes d'Oslo.

 

Si c'est le cas, vous pouvez vous demander: pourquoi le Likoud continue-t-il à mener ce processus? La réponse est que le Likoud n'a pas encore construit une voie alternative à celle de la Gauche basée sur la foi de la vision d'un Etat de tous ses citoyens. Parce que le Likoud n'a pas encore créé un avenir différent pour la mentalité israélienne, il traîne comme toujours, sur le chemin d'Oslo, mettant en application, les hallucinations les plus extrêmes de la Gauche radicale.

Repost 0
mordeh'ai
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 10:13

Une source proche du président US, Barack Obama, et du Secrétaire d'Etat américain John Kerry a déclaré que les deux sont «mal à l'aise» avec ce qu'ils appellent " l'activité juive au Congrès," qu'ils voient apparemment orchestrée par le gouvernement israélien

Par Ari Yashar

http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/176672#.UuIZErRKHIV

 

La source a dit aux fonctionnaires en Israël que les deux dirigeants américains sont "déçus" par la critique du gouvernement par des Juifs aux États-Unis, rapporte la radio israélienne .

Certains diplomates israéliens ont essayé d'étouffer les critiques contre les Etats-Unis.

Après ministre de la Défense Moshe Yaalon qui avait dit que Kerry était " obsessionnel et messianique " dans pour sa pression exercée sur l'Autorité-palestinienne et Israël en vue d'un accord de paix, Kerryi serait soupçonné de manipuler les boycotteurs européens de faire pression sur Israël, le chef du parti travailliste Yitzhak Herzog a fustigé contre cette     " diatribe blessante. "

Si les écrits sur Obama et la «déception» de Kerry sont vrais, les deux ont adopté une position très proche des charges acerbes d'un " lobby juif " qui contrôlerait le Congrès, que certains considèrent à la frontière sur les " Protocoles des Sages de Sion " diffamation dans sa représentation déformée de la domination juive.

En réponse à "l'embarras" sur la critique juive, Mark Langfan, président des Américains pour un Israël fort (AFSI), a riposté, en remarquant que étant donné le plan de Kerry,une "Shoah 2.0", prévient-il pourrait se produire, en disant: "mes parents m'ont appris à ne pas se faire juste l'écho du «plus jamais ça», mais d'agir pour qu'il n'y ait plus de «plus jamais ça».

En référence aux récentes déclarations d'Obama ce week-end, dans lesquelles il affirmait que la marijuana n'était pas plus dangereuse que l'alcool et le tabagisme et il a reconnu avoir pris de la drogue dans sa jeunesse, Langfan a plaisanté  "Obama doit être encore en train de fumer du pot s'il pense qu'Israël me dit ce que je dois ou ne pas écrire".

Langfan a été actif en montrant sur ​​la carte la nature indéfendable du plan de paix de Kerry, et l'exposition de la logique erronée motivant le plan. Après le dernier échange Kerry-Yaalon, il " rappelle " que Kerry les retraits israéliens de Judée et Samarie.menacent la sécurité d'Israël.

"Je crois profondément après 27 ans d'étude topographique et militaire qu'Obama est en train de créer un Holocauste 2.0 et je crois que la destruction d'Israël par Obama n'est pas seulement mauvaise pour 6 millions de mes coreligionnaires, mais catastrophique pour la sécurité des intérêts nationaux américains", a conclu Langfan .

Repost 0
mordeh'ai
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 16:50

Jonathan S. Tobin |

http://www.commentarymagazine.com/2014/01/22/israelis-are-right-not-to-trust-obama-iran/

En Mars dernier, le président Obama s'est rendu en Israël pour la première fois depuis sa prise de fonction. Il a donné plusieurs discours qui doivent être considérés parmi les plus pro-sionistes jamais prononcés par un dirigeant américain. Il irritait les partisans du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, en demandant aux Israéliens de faire pression sur leur gouvernement de prendre des risques pour la paix - les mêmes risques, comme cela s'est passé - que ses prédécesseurs avaient déjà essayé avec des résultats désastreux. Mais le ton véritablement en faveur de ses remarques avait convaincu certains observateurs que, malgré une première période marquée par des combats presque continuels avec Jérusalem, le président peut enfin gagner un public israélien qui n'avait jamais été attiré par lui. Mais moins d'un an plus tard après cette visite tant attendue, qui n'aurait aussi bien pu ne jamais avoir lieu, tant les Israéliens sont inquiets. Une nouvelle fois d'Israël sondage publié cette semaine montre que la grande majorité ne fait pas confiance à Obama pour empêcher l'Iran d'obtenir des armes nucléaires et une majorité claire lui est défavorable.

Ceci frustre des défenseurs du président qui citent la forte coopération de sécurité  qui a continué sous son mandat, l'aide généreuse à Israël qui continue à parvenir, à l'Etat juif, ainsi que le fait qu'il a conservé le soutien de plus des deux tiers des électeurs juifs américains pour sa campagne de réélection. Les défenseurs d'Obama disent aussi qu'il devraient lui faire confiance pour en finir avec la menace nucléaire de  l'Iran de manière diplomatique. Ils insistent sur le fait que la pression de l'administration à forcer l'État juif à faire davantage de concessions aux Palestiniens est dans l'intérêt d'Israël.

Les Israéliens, cependant, ne sont pas impressionnés par l'un de ces arguments. Ils se méfient de lui plus maintenant qu'avant sa visite. Cela devrait inciter les Américains qui prétendent être des amis d'Israël à se demander ce que les Israéliens savent et qu'ils ne font pas.

La raison des faibles notes de l'approbation et de la confiance à Obama chez les Israéliens n'est pas un mystère. Il est entré en fonction en Janvier 2009 déterminé à éclairer d'un nouveau jour les relations Américano_israeliennes et n'a pas perdu de temps pour atteindre cet objectif. Les accrochages qu'il a eu avec Netanyahu ont eu surtout pour but de porter atteinte à la réputation du premier ministre en Israel, mais seulement n'a servi qu'à renforcer l'appui de ses compatriotes. Le mépris de Netanyahu pour les demandes d'Obama s'est basé sur des positions très arrêtées par la majorité des Israéliens comme un refus de diviser Jérusalem. La plupart des Israéliens ne sont pas plus adeptes des "implantations" en Cisjordanie que le président, la plupart voient l'insistance américaine à repousser Israël à ses frontières de 1967 comme une folie parce que, contrairement à Obama, ils rappellent de façon frappante les événements de 2005. Cette année du retrait israélien de Gaza a provoqué de nombreux tirs de roquettes sur leurs villes et villages le long de la frontière qu'ils considèrent maintenant comme un avertissement clair de ce qui se reproduira si l'expérience tragique venait à se répéter.

La retraite désastreuse du président sur la Syrie - après les promesses que l'utilisation d'Assad d'armes chimiques serait une «ligne rouge», qui déclencherait une réponse de l' Amérique -  il a effectivement admis qu'il n'y a rien de prêt aux Etats-Unis  pour empêcher le régime d'Assad  soutenu par la Russie et l'Iran, a également sapé la confiance israélienne dans son jugement, sans parler de ses promesses.

Ce scepticisme est encore plus grand sur l'Iran. Beaucoup a été fait dans les médias américains en 2012 et 2013 sur le manque de soutien pour une frappe israélienne unilatérale contre l'Iran parmi les membres de l'établissement de la sécurité du pays et l'opinion publique israélienne. Mais cette position était fondée sur la conviction que la seule façon de traiter avec l'Iran était en concert avec les États-Unis. Il y a peu de désaccord en Israël sur la nécessité absolue pour l'Occident d'éliminer le programme nucléaire iranien ainsi que de l'obliger à renoncer à son programme de missiles balistiques et de mettre fin à son soutien au terrorisme. Aussi, la décision des États-Unis d' adopter un accord nucléaire provisoire qui ne fait rien pour démanteler l'infrastructure nucléaire Iranienne (une position réaffirmée aujourd'hui par le ministre des Affaires étrangères iranien) de desserrer les sanctions d'une manière qui a conduit de nombreux pays en Europe à croire que les restrictions seraient bientôt éliminées tout à fait, à juste titre a inquieté Israéliens.

Bien qu'Obama s'est toujours engagé à empêcher l'Iran d'obtenir une bombe, les Israéliens considèrent l'accord de la diplomatie américaine avec le régime islamiste est très différent des partisans du président des États-Unis. Alors que de nombreux Américains acceptent les arguments de l'administration que la seule alternative à son engagement avec l'Iran est la guerre, les Israéliens comprennent que le discours émanant de Washington sur la détente avec Téhéran représente rien de moins qu'une trahison profonde des promesses d'Obama.

Les États-Unis semblent battre en retraite du Moyen-Orient, une position qui effraie beaucoup d'Arabes ainsi que les Israéliens. Ils voient la dérive vers l'apaisement avec l'Iran comme un signe que cette administration est prête à accepter un compromis avec Téhéran qui laissera la menace nucléaire entière. Dans ces circonstances, il est difficile de blâmer les Israéliens de croire qu'on ne peut pas faire confiance à Obama .  Les Amis américains d'Israël, y compris ceux qui ont voté pour Obama ont de bonnes raisons de prendre un grand recul quant aux résultats des sondages israéliens et reconsidérer leur confiance de longue date dans ce président, sans ciller.

Repost 0
mordeh'ai
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 11:50

 Par l'Atlantiste

http://latlantiste.blogspot.fr/

Une nouvelle qui va faire tousser beaucoup de monde chez ceux qui voyaient la Russie comme un étendard de l’antisionisme. En effet la Russie se range du côté d’Israël pour prendre des leçons sur la meilleure façon de traquer de l’islamiste. Le ministre de l’intérieur de Poutine, en visite à Jérusalem, vient d’annoncer que les policiers russes chargés de la sécurité des aéroports se formeront auprès de leurs collègues israéliens pour bénéficier de leur expérience dans ce domaine. Notamment sur leurs méthodes de "profiling", connues pour être extrêmement rigoureuses et efficaces.

Une reconnaissance de l’avance prise par l’état hébreu dans la lutte contre le terrorisme. Une manière aussi pour la Russie de se rendre compte qu’il est peut-être temps de se rapprocher de ceux qui devraient être leurs alliés naturels dans la guerre mondiale déclarée par l’Islam fanatique. D’ailleurs il ne serait pas étonnant que les manœuvres diplomatiques de rapprochement entre Israël et la Chine débouchent aussi sur une coopération en matière de lutte anti-terroriste au moment où les attaques des musulmans du Xinjiang se multiplient. 
 
 
Repost 0
mordeh'ai
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 13:38

Par Vic Rosenthal 

http://fresnozionism.org/2014/01/misdemeanor-terrorism-and-jewish-sovereignty/

Adapté par Mordeh'aÏ pour le blog Malaassot.com

 

Dans "Israël Hayom" d'aujourd'hui Nadav Shragai décrit la situation sur le mont. Scopus , au nord de Jérusalem:

En voiture à quelques minutes du siège de la police nationale de Jérusalem, où le long du chemin où se trouve le campus de l'Université hébraïque (fondée il y a 88 ans), des soldats, des étudiants, des policiers, des civils et des résidents locaux essaient d'affronter avec cran la route pour rejoindre sains et saufs  l'école, le travail ou leurs maisons. Sur le chemin, ils peuvent rencontrer tout et n'importe quoi depuis les jets de pierresles aux cocktails Molotov,  des tentatives d'agressions rapides, des pneus qui brulent et des blocs de béton sur la route. Dans cette Intifada locale en cours, qui a connu des hauts et des bas, tout n'est qu'un jeu  dans la mesure où seulement les jeunes de Issawiyeh sont concernés. ...

Les étudiantes qui quittent le campus à pied sont souvent victimes d'agressions à caractère sexuel. Ni sifflets, ni spray au poivre, ni self-défense, n'arrivent à bout de ces incivilités,  elles  ont écrit des lettres aux commandants de police, des réunions tse ont été tenues à la Knesset. Rien n'y a fait. Prenez ce chemin, faites le tour de cette façon, vous vous protégerez  de ce genre d'individus - ce sont les réponses qu'ils entendent.

Ce n'est pas le seul endroit de l'Etat Juif où les juifs ont peur d'être victimes de la violence antisémite. À environ un mile au sud, l'ancien cimetière du mont des Oliviers, où les Juifs sont enterrés depuis 3000 ans , est aussi un territoire dangereux pour les juifs, une cible du vandalisme continu. De nombreux rabbins célèbres, Henrietta Szold (le fondateur de Hadassah), Eliezer Ben Yehuda, Menahem Begin et beaucoup d'autres y sont enterrés, et un Juif met sa vie en danger lorsqu'il va sur leurs tombes!

Il y a des quartiers de Jérusalem et des villes arabes où un conducteur juif prend le risque d'être sorti de force hors de sa voiture et lynché. Et bien sûr, les routes de Judée et de Samarie sont devenues des promenoirs pour les terroristes arabes en herbe pour la pratique des jets de pierres et le lancer des bombes incendiaires.

La plupart du temps bien qu'il y ait des exceptions  ceci  ne s'élève pas au niveau de l' assassinat. C'est pourquoi je l'appelle "délit de terrorisme" mais il n'en est pas moins du terrorisme.

Les Arabes qui commettent ces infractions croient que la présence juive sur la terre d'Israël est illégitime, et que par conséquent tout ce qu'ils font est parfaitement justifiée Ils ont une liste interminable d'atrocités exagérées et imaginaires à venger. La plupart du temps les terroristes et les vandales sont des mineurs, ce qui rend difficile les arrestations et impossible la dissuasion par des menaces de punition.

Les Arabes de la région, soit soutiennent et encouragent ces comportements, soit leur servent de boucliers humains. Et les reporters - souvent des locaux sont employés par des médias internationnaux - photographient l'acharnement. Comment voulez-vous être lynché alors que ces charognards (qui ont pu encourager vos attaquants) se font tirés le portrait?

Délit de terrorisme est juste une autre façon dont les Arabes agissent pour flouer la souveraineté juive sur la terre d'Israël. A quoi cela sert-il que Tsahal ait des armes nucléaires à sa disposition aussi longtemps que les Juifs ne peuvent déambuler librement et en sécurité dans les rues de leur capitale (ou, un autre exemple de l'érosion de la souveraineté - ne sont pas autorisés à prier - pas même remuer leurs lèvres - sur le Mont du Temple, le lieu le plus saint du judaïsme, dans le centre de la capitale d'Israël)?

Pendant ce temps, depuis l'époque d'Arafat, l'OLP promulgue sa version recomposée de l'histoire dans laquelle il n'existe aucun lien entre les Juifs et Jérusalem! Même l'administration Obama semble adhérer à ce mensonge scandaleux.

Évidemment, il y a beaucoup de choses pratiques et techniques qui peuvent et doivent être faites. Mais surtout, il est nécessaire que toutes les institutions de l'Etat - le gouvernement, le système éducatif, la police, etc.. peuvent se mettre sur la même longueur d'onde: qu' Israël est souverain dans l'ensemble de Jérusalem, y compris sur le Mont du Temple Il est essentiel que toutes les dégradations de la souveraineté juive, que ce soit par des activités criminelles ou par des situations tout simplement inappropriées s'enveniment parce que les autorités ont peur de la réaction arabe.

Les Arabes ne s'arrêtent jamais de sonder nos faiblesses, et d'attaquer quand ils les trouvent. Plus ils sont autorisés à sortir avec, plus ils vont le faire. Dans l'un des plus grands moments de l'histoire juive moderne, l'armée israélienne a conquis la Vieille Ville en 1967, de haute lutte - et presque immédiatement, Moshe Dayan a commencé le processus d'abdication de la souveraineté juive en plaçant le contrôle du Mont du Temple entre les mains de la communauté musulmane du waqf . Seul l'accord d'Oslo est comparé à cette décision dans ses effets désastreux pour l'Etat d'Israël!

Jérusalem est le centre spirituel du monde juif. Israël doit veiller à ce qu'elle reste sous contrôle juif, même si les actions qui doivent être prises sont impopulaires auprès des Arabes, de l'ONU et de l'administration Obama

Repost 0
mordeh'ai
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 23:01

Par Dror Eydar

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=7089

Adaptation Mordeh'aï pour le blog malaassot.com

 

Le culte du politique qui a pris le relais de notre sphère publique a un modus operandi unique. Pour avoir une idée de son fonctionnement interne, simplement aller lire l'édition de lundi du quotidien Yedioth Ahronoth:" Une centaine de chefs d'entreprises tirent la sonnette d'alarme sur le boycott d'Israël ", annonce le titre. " Nous devons parvenir à un accord avec les Palestiniens ", dit l'introduction, comme si il voulait orienter ses lecteurs.

 

La semaine dernière, le Yedioth a publié une conversation confidentielle avec le ministre de la Défense Moshe (Bogie) Ya'alon. Yaalon a dit la vérité. Mais Yedioth a voulu «se le payer» et saper les efforts d'Israël pour repousser les «plans de paix»  conçus pour coincer Israël. Quand il s'agit du débat en cours entre Israël et les Etats-Unis, Yedioth a décidé de soutenir ce dernier, et par extension, de soutenir la cause palestinienne.

 

Dans l'article de lundi, Yedioth a rapporté que «Kerry n'est pas le seul qui a dit à Netanyahu qu'il ne doit pas tergiverser sur un accord de paix. Alors que les chefs d'entreprises, ont pris une posture agressive envers Netanyahu, lui disant [que] la finalisation de l'affaire est une question urgente. " Une photo de Rami Levy, célèbre pour sa chaîne de supermarchés discount, apparait en marge de l'article.

 

Lundi, Levy m'a dit qu'il n'était pas l'un de ces chefs d'entreprises dont Yedioth parlait. "Je n'ai pas signé de lettre," " Je ne vais pas dire au premier ministre ce qu'il faut faire ".me dit-il. Il a également noté que Yedioth ne lui a pas dit qu'il utiliserait son image.

 

En fait, dit-il, la réunion a été conçu pour renforcer Netanyahu, de ne pas faire pression sur lui pour modifier sa position. " Nous voulons la paix, les Palestiniens doivent prouver qu'ils la recherchent aussi." Levy dit que la plupart des gens de cette réunion étaient de la même opinion. Donc, Yedioth utilise l'image de Levy pour rallier le soutien des "Israéliens moyens"?

 

Sever Plocker, l'éditeur en chef économique au Yedioth, a ajouté son propre commentaire. Il a rappelé que, en 1993, quand, Yitzhak Rabin, alors Premier ministre  avait des doutes de parvenir à un accord avec l'Organisation de libération de la Palestine de Yasser Arafat, Les chefs d'entreprises ont publié dans les journaux le slogan «Seul celui qui ose sort victorieux», qui est également la devise de l'unité de commando d'élite Sayeret Matkal. Ils ont exhorté Rabin d'aller de l'avant avec la cérémonie des signatures.

 

Ces dirigeants ont-ils vraiment besoin de raffraichir leurs souvenirs? Ont-ils oublié qu'ils ont investi des capitaux dans un effort vain appelé les Accords d'Oslo? Cette entreprise était tellement entachée que s'il s'agissait d'un plan de développement privé, il n'aurait jamais vu le jour, aucun conseil d'administration ne l'aurait signé. Croyez-vous que les Palestiniens accepteraient de signer un accord qui mettrait fin à toutes leurs revendications juste parce que les Israéliens pensent qu'ils "manquent de temps"? Lorsqu'un parti est résolu à conclure un accord et dit qu'il n'y a «pas d'autre choix», le prix de ce marché est à la hausse.

 

On peut comprendre la naïveté de l'époque d'Oslo; son innocence était le produit d'un effort national du «lavage de cerveau des Israéliens. La propagande des années 1990 le Yediot Aharonot l'avait décrit. Le journal, avec la Gauche israélienne, avaient étouffé toute velleité d'opposition, il a fait taire les Israéliens qui étaient contre ce mensonge, qui a été ourdi à Oslo et a été présenté à Washington comme si c'était le breuvage des dieux.

 

Mais pourquoi les chefs d'entreprises ne se débarrasseraient pas de cette innocence, quelque 20 ans après que leurs théories se soient effondrées? N'ont-ils pas tirés de leçon de leur soutien mal avisé du désengagement de la bande de Gaza en 2005 et de leur refus de tenir compte des signes avant-coureurs? Comment des chefs d'entreprises, seraient-ils prêts à signer un accord avec une société infructueuse qui est empétrée dans le mensonge? Pourrraient-ils trouver un accord avec une société dont les agents tuent leurs salariés, avec une société qui continue à propager des attaques contre leur entreprise et affirme qu'elle n'a pas le droit d'exister? Saisiraient-ils une telle occasion de décrocher le contrat contre une partie de leur vie? Bien sûr. Pourquoi pas?

 

Même si tout ce que Yedioth a rapporté lundi était vrai, il y a encore des questions non résolues. Avec qui pouvons-nous faire la paix? Qui est le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas - cet homme a essayé de rompre le lien historique entre les Juifs et leur patrie - que représente-t-il vraiment?

 

Abbas dit la Terre d'Israël est le berceau du peuple palestinien. Selon Abbas, ils sont venus un jour il y a des milliers d'années, avant que le monde ait pris sa forme actuelle. Il dit que le Mont du Temple n'a jamais été utilisé comme lieu de culte par les Juifs. Les chefs d'entreprises doivent comprendre que vous ne pouvez pas faire la paix avec quelqu'un qui nie l'histoire et pour qui aucune concession israélienne n'est juste qu'une autre étape et un autre tremplin pour plusieurs revendications. Toute concession israélienne n'est qu'une partie de la mise en œuvre du «plan par étapes» de l'OLP pour la destruction d'Israël.

 

Pourquoi Yediot Aharonot n'a pas commis ce titre à la première page? Est-il devenu Haaretz? Quel intérêt sert-il? Le Yedioth est-il à la hauteur de son slogan, "Le Journal Pays"? La réponse est non. En fait, le Yedioth a perdu depuis longtemps le droit d'utiliser ce positionnement. C'est peut-être le journal de Tel-Aviv.

 

Il a dirigé le programme de la Gauche des 25 dernières années, tout en se vantant d'être le journal de la classe moyenne. Il a essayé de promouvoir les objectifs politiques d'une frange qui était le groupe dominant dans la société israélienne. Yedioth, tout comme le groupe qu'il représente, est tombé en disgrâce en raison de sa croyance fanatique dans une solution magique qui maintes et maintes fois a conduit à la guerre.

 

Mais Yedioth et Co. ont été implacable. Ils ont continué à pousser les Israéliens vers l'abîme des concessions, malgré le fait que ce chemin n'a jamais produit aucun avantage.

 

" Le secteur des entreprises a fait face à la réalité sobre que la croissance économique doit être accompagnée par la paix ", affirme Plocker vers la fin. Peut-être que je ai eu tout faux, mais l'économie israélienne n'a pas connu de croissance? ....

 

Tout cela peut donner un aperçu en deux volets du modus operandi de la Gauche. Haaretz met son idéologie à découvert; alors que le Yedioth, qui partage son idéologie, se cache derrière son sacré "secteur d'activité", qui n'est guère représentatif.

 

Ces chefs d'entreprises représentent, les mensonges de la Gauche et ses promesses vides. La majorité des Israéliens ne sont pas d'accord avec eux. Nous nous sommes dégrisés depuis Oslo. Nous sommes en 2014, pas en 1993. Il est temps de se réveiller.

Repost 0
mordeh'ai
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 09:24

Les pourparlers de paix entre Israël et les Palestiniens se dirigent vers une impasse, le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a durci ses positions lors de ces derniers jours s'assurant ainsi qu'un accord ne sera pas atteint.

 

Daniel Siryoti

 http://www.israelhayom.com/site/newsletter_article.php?id=14793

Secrétaire d'Etat américain John Kerry et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas
|
Crédit photo: Reuters
Repost 0
mordeh'ai
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 23:29
par Michael Freund

http://www.michaelfreund.org/14321/germany-telling-jews-where-to-live

 

Avec un sens impeccable du chronométrage, le ministre des affaires étrangères allemand Frank-Walter Steinmeier est  arrivé en Israël plus tôt cette semaine, et a assisté aux funérailles d'Ariel Sharon et a ensuite voulu intimider Israël en public.

 

Parlant à des journalistes, M. Steinmeier a accusé l'Etat juif de « nuire » au processus de paix par la construction de maisons pour les Juifs de Judée et de Samarie.

 

Et dans une discussion avec le premier ministre israélien Binyamin Netanyahu en marge de l'inhumation de Sharon, il a pressé le premier ministre de s'abstenir de constructions supplémentaires car cela " pourrait perturber encore plus le processus bde paix ».

 

Alors que je ne suis pas familier des rituels de deuil en Allemagne, je suppose qu'ils ne comprendraient pas que leurs hôtes prennent le droit de les offenser juste après le service funéraire.

 

Et pourtant, alors qu'en Israël, M. Steinmeier apparemment n'a vu aucun inconvénient à le faire : exploiter l'opportunité de mettre en évidence une question politique peu importe son aspect inconvenante, il fallait le faire.

 

Est-ce le genre de comportement que l'on attend d'un « ami »?

 

Mais ce qui est encore le plus offensant des exploits de Steinmeier c'est l'amnésie historique du gouvernement allemand, qui a laissé des fonctionnaires dénués de tout sens de sarcasme quant à leur position sur le droit des Juifs de vivre en Judée et Samarie.

 

Après tout, l'Allemagne ne s'est-elle pas singularisée il n'y a même pas plus de  huit décennies par les lois de Nuremberg de septembre 1935  qui cherchaient à jeter hors de la société civile les Juifs comme une étape vers la "purification" du sol allemand de leur présence. Par la suite, dans les zones sous contrôle allemand, le droit des Juifs à vivre où ils le voulaient au vu de la crise a été sévèrement restreint.

 

On pourrait penser qu'à la lumière de ce sombre chapitre de leur histoire, les allemands seraient très prudents sur une telle question et s'interdiraient de proclamer où les Juifs pouvaient vivre, construire ou élever leur famille.

 

Mais celà n'a pas été le cas.

 

En effet, l'été dernier il a été largement rapporté que Berlin avait décidé de soutenir une initiative de l'Union européenne qui distingue les entreprises appartenant à des Juifs de Judée et de Samarie.

 

La mesure vise à les cibler par un traitement spécial, qui pourrait inclure l'application d'étiquettes indiqueant l'origine sur les produits fabriqués par des Juifs dans ces régions. Naturellement, les produits fabriqués dans les usines palestiniennes dans les territoires ne seraient pas étiquetés.

 

Dans une interview à Reuters le mois dernier, l'envoyé de l'Union européenne pour le Moyen-Orient Andreas Reinicke a averti que si la dernière série de pourparlers de paix entre Israël et les Palestiniens échoue, l'UE accélérerait ses plans pour banir les étiquettes des produits Juifs de Judée et de Samarie.
 
Dans une interview à Reuters le mois dernier, envoyé de l'UE au Moyen-Orient Andreas Reinicke a averti que si l'UE permettrait d'accélérer ses plans de taxer marchandises juives faite en Judée et Samarie.
 
L'hypocrisie derrière la croisade de l'étiquetage est le plus évident lorsque l'on considère qu'aucune de ces campagnes n'est envisagée pour d'autres « territoires contestés ». Il n'y a aucune demande européenne d'étiqueter les produits chinois au Tibet, des éléments russes fabriqués en Tchétchénie ou des marchandises espagnoles  de Catalogne. Il semble  seulement que les ibéraux européens insistent sur ces mesures.que lorsque l'Etat juif est impliqué.

 

Ce n'est pas simplement de la duplicité, c'est de la discrimination pure et simple.

 

Et dans le cas de l'Allemagne, une telle attitude est particulièrement scandaleuse, et le gouvernement d'Angela Merkel devrait avoir honte de lui-même pour être d'accord avec cette politique. On peut penser ce que l'on veut du processus de paix et de la solution de deux États, mais ce qui devrait être évident c'est de ne pas traiter les marchandises et la construction différemment lorsque la personne qui est propriétaire de l'usine ou de la bâtisse est un disciple de Moïse plutôt qu'un Muhammad fanatique .

 

Et à la lumière de son ignoble record au XXe siècle, l'Allemagne et ses dirigeants ont une responsabilité particulière d'être exceptionnellement sensible à ces questions, en particulier lorsqu'elles se rapportent aux Juifs.

 

Personne ne suggère Allemagne envisage un second Holocauste, mais le pays doit montrer une plus grande prise de conscience concernant le persiflage douloureux qui a lieu ici.

 

En 1936, un jeu de plateau appelé "Juden Raus" ("Juifs dehors") est devenu populaire dans tout le Reich. Les joueurs  déplaçaient des figurines représentant des Juifs vers les « points de collecte », d'où ils seraient déportés en terre d'Israël. "Si vous arrivez exiler  six juifs," le jeu est accompli, « vous avez gagné une victoire nette ».

 

Malheureusement, Allemagne joue une fois de plus un jeu similaire, mais avec une différence. Alors que précédemment, le but était de renvoyer les Juifs en Israël, maintenant leur but est de nous dépouiller des terres de ce pays.

 

Mais j'ai un peu de nouvelles pour Mme Merkel et ses collègues : personne, surtout pas l'Allemagne, n'a le droit de dire où les Juifs peuvent ou ne peuvent pas vivre.

 

En 1945, le peuple juif s'est sorti des fours de l'Europe et a réussi à reconquérir sa terre ancestrale.

 

Peu importe ce que Berlin peut penser ou dire, nous ne sommes pas sur le point de donner une partie de celui-ci.
Repost 0
mordeh'ai
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 09:31

Par Vic Rosenthal

http://fresnozionism.org/2014/01/highest-levels-of-us-administration-deny-jewish-history/

Adapté par Mordeh'aï pour le blog malaassot.com

Je me suis beaucoup plaint récemment de l'administration Obama, en particulier à propos de son insistance sur les concessions israéliennes à l'OLP pour un impossible accord de paix, et pour son accord favorable au programme nucléaire de l'Iran. Mais ceci est encore plus choquant - car il met l'opposition idéologique de l'administration sur le même pied que le fondement de l'Etat juif  - est-ce ceci:

 

L'UNESCO, l'Organisation d'éducation, de la science et de la culture des Nations Unies, a retiré une exposition juive qui a pris deux ans pour sa mise sur pied, intitulée «Les gens, le livre, la Terre - Les 3500 Années de relation du peuple juif à la terre d'Israël», Le Algemeiner a appris qu'une manifestation de la Ligue arabe à l'heure H s'opposait.

 

L'exposition, qui a été créé par un groupe juif des "droits de l'homme" basé à Los Angeles, le Centre Simon Wiesenthal (SWC) conjointement avec l'UNESCO, était prévue pour le 20 Janvier 2014 au siège parisien de l'UNESCO. Les invitations avaient déjà été lancées, et le matériel d'exposition tout à fait prêt était déjà en place. L'affichage a été co-parrainé par Israël, le Canada et le Monténégro.

 

Il n'est pas surprenant que la Ligue arabe est opposée à tout ce qui suggère une quelconque  légitimité d'une souveraineté juive au Moyen-Orient. Mais la partie étonnante est qu'avant l'opposition de la Ligue arabe, le Département d'État a retiré les États-Unis en tant que sponsor de l'exposition, en utilisant un langage presque identique à celui de la Ligue arabe! Voici la position des États-Unis:

 

"A ce stade sensible du processus de paix en cours au Moyen-Orient, et après mûre réflexion un avis du plus haut niveau, nous avons pris la décision que les Etats-Unis ne seront pas en mesure de co-parrainer l'exposition actuelle lors de son affichage au siège de l'UNESCO », écrit Kelly O. Siekman, directeur de l'Office des Affaires de l'UNESCO du Département d'Etat, dans un courrier électronique vu et lu par Le Algemeiner.

 

J.E Dyer (ancien officier des renseignements de l'US Navy) écrit

Ce qui est très dommageable pour le processus de paix ... ... est-ce l' exposition de l'histoire juive? Selon la Ligue arabe, c'est la preuve qu'elle présenterait la longue association du peuple juif avec la terre d'Israël. La campagne pour supprimer cette preuve est un nouveau mensonge, datant seulement des années 1960 comme un projet politique cohérent. Cela a commencé avec Yasser Arafat et d'autres politiciens arabes, et se poursuit aujourd'hui avec cette grotesque affirmation - de Mahmoud Abbas - faite à l'occasion de Noël  " Jésus était un palestinien" .....

 

La chose épouvantable, cependant, est que le gouvernement américain est d'avoir lancé dans cette campagne, implicitement d'accord que la vérité historique sur les Juifs et Israël est hostile à la «paix». [c'est moi qui souligne]

 

«Consternant» est trop gentil. Je préfère «honteux».

 

Pourrait-il y avoir une démonstration plus claire des attitudes des anti-sionistes, du Département d'État voire anti-juives - et, en fait, la décision a été prise après " avis au plus haut niveau," serait-ce le président?

Repost 0
mordeh'ai
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 17:09

Par Dror Eydar

http://www.israelhayom.co.il/opinion/150053

Adapté par Mordeh'aï pour le blog malaassot.com

 

1. Quelle tourmente déclenchée dans les médias cette semaine? Étaient-ce sur les mots contenus dans les confidences du ministre de la Défense Moshe Yaalon, ou la définition de John Kerry "providentiel et obsédé"?

L'Affaire dans la plupart des médias montrait du doigt "le vilain". Les négociations avec les Palestiniens est un principe fondamental de l'orthodoxie de gauche, et on nous l'impose, personne ne devrait s'y opposer, ou encore moins accuser le messager qui nous contraint à un accord de prendre  plus soin de son laurier Nobel que des faits. Les confidences en "off" ont été enregistrées sur un disque conservé par le Yediot Aharonot qui a cherché à nuire à la compétence du ministre de la Défense, debout face à l'énorme pression des États-Unis d'abandonner le plan qui hypothèque notre avenir.

Mais l'analyse de Yaalon était réaliste et sobre. Il a déclaré que le programme de défense des États-Unis "ne vaut pas le papier sur lequel il était écrit"; Il n'apportera pas la paix et la sécurité. L'autorité palestinienne n'est rien sans la protection de TSAHAL; Une fois que nous retirerons notre armée, le Hamas augmentera sa présence et sa puissance de feu tant sur l'aéroport international et que sur le centre du pays Dans ce cas, quelle aide apporteront les capteurs et les satellites arrêteront-ils les kamikazes portant des ceintures d'explosifs.?

Yalon a dit également que les négociations ne sont pas vraiment entre nous et les Palestiniens, mais entre les Américains et nous. Nous sommes quelques uns à le penser, ce que dit Yaalon: que depuis longtemps M. Abbas " n'est pas un partenaire pour une conciliation ", mais " un obstacle par ses positions." alors que les Palestiniens augmentent les provocations contre nous. Est-il le seul? Est-ce la réalité? Traitez-avec lui ou ne pas le faire!

 

2. A différentes occasions le mois dernier les partenaires Tzipi Livni , John Kerry, et le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas ont parlé de leurs négociations. Le jour anniversaire de la fondation du Fatah, Abbas a reconnu la scission avec la bande de Gaza, et indirectement qu'il n'avait pas mandat pour négocier au nom de toutes les factions palestiniennes.

La semaine dernière, en est un exemple, il a rencontré à Ramallah une "délégation populaire d'Al-Qods",autrement dit Jérusalem. Jonathan D.- Halevi, chercheur principal au Centre de Jérusalem pour les Affaires publiques, a publié les paroles de la réunion d'Abbas: "Al-Qods occupée est la capitale de l'Etat de Palestine, sans laquelle il n'y a pas de solution et personne n'est autorisée à signer Sans Al-Qods-Est capital de l'Etat de Palestine et il n'y aura pas de paix entre nous. et Israël ... il n'y a pas que les frontières de 67 que nous voulons."  Abbas a souligné ne pas parler d'Abou Dis, mais bien de la vieille ville de Jérusalem.

Il a parlé de la demande de reconnaître Israël comme un Etat juif. La reconnaissance n'est pas nous mais pour les Palestiniens. Ce test est décisif de la sincérité de leurs intentions. Si Israël-même dans des limites étroites n'est pas le foyer national du peuple juif, cela signifie qu'aucun représentant arabe ne reconnaît le droit du peuple juif sur une quelconque partie de l'Israël historique. S'il n'y a pas de reconnaissance du droit, le faux récit de vol de la terre demeure, et la notion qu'Israël est la terre sainte  musulmane(Waqf). Cela, veut dire que la voie est ouverte pour de nouveaux conflits.

Alors Abou Mazen: ". Nous ne reconnaîtrons jamais Israël comme un Etat juif que nous n'accepterons pas que notre droit de ne pas reconnaître Israël en tant que tel ... nous avons beaucoup d'arguments et de raisons qui nous empêchent de le faire.. et nous leur avons présenté à Israël. Leur problème avec nous, est que nous savons beaucoup de choses sur eux, nous connaissons leur histoire et la géographie et ce que nous savons nous le disons." Cette déclaration permet d'éviter de reconnaître le lien entre le peuple juif et sa terre, comme c'est bien connu, qu'il n'y a pas de fouilles de la recherche historique qui prouvent que les Juifs n'ont jamais eu une connexion à cette terre, et Jérusalem n'a jamais été la capitale d'Israël, que pas de temple juif n'a jamais existé sur le Mont du Temple, et les Palestiniens étaient en fait des Jébuséens. Et c'est un fait.

 La déclaration d'Abbas suivante se distingue: " Le droit de retour est une option personnelle Aucune autorité, l'Etat, l'OLP, Abou Mazen [Abbas], ou les dirigeants n'ont le droit d'enlever le "droit du retour" d'une personne ...... Même un père, s'il doit en faire la demande, ne peut pas renoncer au droit de ses enfants, puisque la question est un droit individuel. "

Ici, il est, explicitement dit :" que le dirigeant de faction modérée palestinienne, qu'il n'avait pas compétence pour entendre la demande de retour, parce que c'était une affaire individuelle"  Autrement dit, il n'y a aucun leader palestinien qui a le pouvoir de signer la "fin du conflit". Si oui, à quoi cela sert-il de discuter avec eux? Il en est de Moshe Ya'alon qui n'a pas tort de dire que les négociations mentionnées sont menées entre Israël et les Etats-Unis? Les négociations sur des fantasmes occidentaux, comment résoudre les conflits par des mots vides qui n'a jamais été territorial mais existentiel.

Il est caractéristique que dans ses déclarations, Abbas utilise le mot «droit», avec ses connotations différentes, plus de 10 fois, alors que nous (et les Américains) parlons de «mesures de sécurité».Ils parlent de «justice» et nous sommes sur un "compromis". Aucune général américain,  satellites et  systèmes d'alarme à puce ne pouront pas aider à défendre Israël si le sujet de l'homme n'est pas le premier concept de la négociation -.. En d'autres termes la reconnaissance par les arabes des droits juifs à la terre. Cette insistance sur la reconnaissance palestinienne d'Israël comme foyer national du peuple juif . Sans cette reconnaissance arabe des droits des Juifs, la lutte va se poursuivre, et le terrorisme continuera et l'incitation internationale recevra justification.

 

3. D'ailleurs, même le 8 Janvier 2008, Mahmoud Abbas a fait ratifié par le parlement palestinien " la loi droit au retour des réfugiés palestiniens ." L'article 2 de ce droit de retour est " fondamental et un droit sacré n'est pas soumis à la négociation et addictif ou convertible, et il peut à sa discrétion (ce qui signifie changement), l'interprétation ou référendum."

Section 3 cité par délégation Mahmoud Abbas à Jérusalem: «Le droit au retour est un naturel personnel, collectif, civil, politique, passant de père en fils et ne se termine pas par le passage du temps ou par la signature de tout accord, et ne peut pas annuler ou  renoncer à tout aspect de celui-ci."

Section 5: «Nous ne pouvons pas régler les réfugiés palestiniens ou déracinés (déplacées) comme une alternative bon de retour."

Article 6: "agissant à l'encontre des dispositions de la présente loi est réputée être les auteurs de trahison et est soumis à toutes les sanctions pénales et civiles prévues pour ce crime."

Et à l'article 7: "les dispositions contraires de la présente loi est considérée comme nulle et non avenue, et de toute loi ou de la convention ne dérogent au droit de retour ou de conflit avec les dispositions de la présente loi debout sera considérée comme nulle et non avenue." Attention du programme trompeur, qui a appelé l'intention de nos voisins. Abou Mazen a admis qu'il est destiné à un retrait israélien aux frontières de 67 sans règlement du problème des réfugiés, c'est à dire sans la signature de la fin du conflit, en d'autres termes: la théorie des étapes classiques. Cette mascarade est la plus grand dans l'histoire.

Le but de la lutte arabe, dans laquelle les Palestiniens sont utilisés comme le fer de lance, n'est pas la création d'un mini-Etat dans la région, ils auraient pu le faire à tout moment au cours des cent dernières années. Au contraire, la lutte arabo-musulmane, à laquelle les pays de l'Europe et du monde occidental participent également, est une lutte contre notre retour à Sion, contre le retour du peuple juif à son histoire et à son retour dans sa patrie historique. Tout le reste n'est que balivernes.

 

 

Repost 0
mordeh'ai