Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 13:49

De nombreux militaires israéliens sont en colère contre le Premier ministre israélien après l’accord de cessez-le-feu avec le Hamas

 

looser-054ea

 

            On y voit les soldats former des lettres en hébreu signifiant "Bibi loser"

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 09:05

FresnoZionism.org - ציונות פרסנ

http://fresnozionism.org/

21 novembre 2012

Par  Vic Rosenthal

Adaptation par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

 Aujourd'hui, l'armée israélienne a annoncé qu'elle avait «atteint ses objectifs préétablis pour l'opération pilier de la défense, et a causé de graves dégâts au Hamas et à ses capacités militaires.»

Il est embarrassant de lire cette déclaration, qui inclut le fait que 130 roquettes sur les villes israéliennes ont été tirées sur le pays le dernier jour avant le cessez le feu qui est entré en vigueur à 21 heures. Il ne mentionne même pas que 20 de plus ont frappé le territoire entre 21 heures et minuit.

 

Alors que de nombreux lanceurs de roquettes du Hamas et ont été détruit, beaucoup ne l'étaient pas clairement. Le Hamas a construit des fortifications depuis 2009, et une grande partie de cette infrastructure a échappé au bombardement aérien. Un coup sérieux  a certainement été porté au Hamas, mais pas un coup ultime. Ses fournisseurs, iraniens, d'armes vont bientôt le ré-équiper, et il lui faudra probablement obtenir des millions d'aide

«humanitaire» de ses amis Européens.

 

L'Opération pour Israël est estimée à 3 milliards de shekels israéliens (environ $ 770 millions). Chaque intercepteur Tamir tiré par Iron Dome coûte environ 40.000 $. Maintenant, il y a un cessez-le et 30.000 réservistes (coût: 60 millions de dollars) seront probablement renvoyés chez eux.

 

Le Hamas a établi qu'il peut frapper Tel-Aviv et Jérusalem avec des missiles qui ne peuvent que s'améliorer à l'avenir. Il a établi que - en lançant un grand nombre de roquettes à la fois, comme il l'a fait lors d'une attaque sur Beer Sheva aujourd'hui - il pouvait submerger le système Iron Dome. Il a établi qu'il ne pouvait résister à une attaque aérienne concentrée et à des roquettes fixes.

 

Les Palestiniens comprennent très bien ce qui s'est passé, les gens dans la rue ainsi que leurs dirigeants.

Arabes de Gaza célèbrent leur succès après-feu est annoncé

                Arabes de Gaza célèbrent leur succès après-feu est annoncé

 

 

Le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh et d'autres fonctionnaires un large sourire à l'issue du conflit

    Le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh et d'autres fonctionnaires un large sourire à  l'issue du conflit

 

Mais les dirigeants israéliens ont le regard sombre.

Ministre de la Défense Barak, ministre des Affaires étrangères Lieberman et Netanyahu annoncer le cessez-le feu. Ils ne sourient pas.

Ministre de la Défense Barak, ministre des Affaires étrangères Lieberman et Netanyahu annoncent le cessez-le feu. Mais ils ne sourient pas.

 

Comme toujours, la puissance militaire écrasante d'Israël ne peut pas se dresser contre les «persuasions» des pouvoirs de la Maison Blanche, et encore une fois la défaite est arrachée aux griffes de la victoire. Il y aura un autre tour, et un autre, et un autre........

.

Mais qu'attendez-vous? Israël est tributaires des systèmes d'armes des États-Unis et des pièces de rechange - et maintenant, le système Iron Dome, développé en Israël, mais financé par les Etats-Unis. Dire non c'est impensable.

 

Une question que les Israéliens se posent est la suivante: pourquoi  Barak et Netanyahu ont attendu cela? Ont-ils eu des assurances de l'administration Obama qu'ils pourraient aller dans la bande de Gaza, et les assurances leurs ont-elles  été retiré plus tard?  Cela n'a pas de sens de rappeler 30.000 réservistes uniquement pour effrayer l'ennemi.

 

Nous ne le saurons probablement jamais ce qui s'est passé. Mais peu importe, il est difficile d'interpréter cela comme un résultat positif pour Israël, j'essaye, mais  je n'arrive pas !

 



Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 20:00

Par Daniel Greenfield

 21 novembre 2012

http://frontpagemag.com/2012/dgreenfield/middle-east-burning/

Adapté par Mordeh'aï pour le blog malaassot.com©2012 

 

   Il est dans la nature de la "bête" médias que tout ce qui se passe dans ou autour de l'Etat juif attire l'attention Protest-450x254.jpgbeaucoup plus que tout ce qui se passe dans le reste de la région. Israël a également créé une zone de sécurité pour les journalistes. Il est l'un des rares endroits au Moyen-Orient où les journalistes peuvent écrire ce qu'ils veulent sans avoir à se soucier d'une visite au beau milieu de la nuit pour une balade dans le coffre d'une voiture noire.

 

Mais l'obsession séculaire avec les Juifs, c'est que, même la BBC la plus rigide ou le correspondant du Guardian ne sont toujours pas immunisés, et peuvent aussi être un facteur. Beaucoup plus de personnes reconnaissent Sabra et Chatila que Hama (Le massacre de Hama résulte de la répression, par le pouvoir syrien d'Hafez el-Assad, des insurgés de la ville de Hama en février 1982. On estime entre 7 000 et 35 000 le nombre de victimes note du blog malaassot), et si Assad survit, sa folie meurtrière actuelle va rapidement s'estomper dans la mémoire lointaine de ceux qui continueront à invoquer Deir Yassin comme si c'est arrivé la semaine dernière. Personne n'achèterait un livre se plaignant des Norvégiens ou les Syriens; et il en va de même pour les actualités que les médias veulent diriger quotidiennement.

 

Mais attention la myopie des médias sur Israël déforme également la couverture de la région. Comme des chiens de Pavlov, les journalistes en ont le réflexe de réduire le Moyen-Orient à un conflit entre Israël et les Arabes, les Juifs et les Musulmans, les gens qu'ils détestent et les gens qu'ils aiment. Leur demandant de couvrir quoi que ce soit de plus compliqué que cela serait également trop leur demander.

 

La presse a manipulé le printemps arabe en recourant à une simple narration de dictateurs et de rebelles. Maintenant que les rebelles sont devenus les dictateurs, les hommes et les femmes de la presse dans leurs uniformes kakis n'ont aucune idée comment couvrir cette nouvelle séquence. La Syrie, où les Sunnites et des Chi'ites continuent à se tuer, est même plus embarrassante pour eux. Même après toutes les révélations sur l'Armée syrienne libre, les massacres de chrétiens et les vols de réfugiés fuyant les milices islamistes, la Presse revient à son vieux récit confortable de rebelles courageux résistant à un dictateur vicieux.

 

Mais la dictature est une caractéristique permanente de la vie dans la région. Et il n'est pas très important de savoir si une nouvelle tyrannie est atteinte par les urnes ou la bombe. Les médias ne sont pas en mesure de couvrir au-delà de leurs récits simplistes et de voir que ce n'est pas seulement la bande de Gaza et la Syrie qui brûlent, mais l'ensemble du Moyen-Orient.

 

Les flammes du Moyen-Orient ont été allumé par une lutte régionale plus vaste qui s'est passée, sous une forme ou sous une autre, depuis des générations. Ce n'est pas une lutte pour de grandes idées, mais sur de toutes-petites. Même les combats entre sunnites et chiites ont leurs racines dans un simple conflit tribal entre les membres de la famille et les successeurs de Mahomet. Une grande partie du reste du combat se résume à des luttes tribales de pouvoir aussi grossières qu'une fois dépouillées de leur rhétorique, elles sont réduites à des batailles de rivalités raciales et d'ambitions de clan.

 

Après le printemps arabe, le Moyen-Orient est beaucoup plus polaire et avant-gardiste plus que jamais. Un Moyen-Orient post-américain est devenu un endroit beaucoup plus dangereux avec des sunnites et des chiites prêts à se combattre jusqu'à la mort pour la région.

 

Le retrait prématuré d'Obama de l'Irak a fait basculer ce pays dans le camp chi'ite, aux côtés de l'Iran et de la Syrie. Non satisfait de cela, son intervention dans le printemps arabe a chamboulé l'Égypte, la Libye et la Tunisie et les a jeté dans le camp Islamiste Sunnite. Les deux côtés jouent maintenant pour récupérer la Syrie, dans ce qui est décrit comme une rébellion, mais qui est en réalité une répétition d'une vieille guerre religieuse.

 

Les djihadistes sunnites syriens et le gouvernement syrien alaouite sont plus des substituts chiites et les pouvoirs sunnites dans l'espoir de refaire la région à leur propre image. Quel que soit l'un d'eux qui gagnera, le conflit sera loin d'être terminé. Les guerres n'ont jamais vraiment fini au Moyen-Orient, à l'exception des massacres, et aussi longtemps qu'il y aura des survivants épargnés, alors les vieilles rivalités se raviveront de nouveau, tôt ou tard. Le monde musulman n'est pas très bon pour faire la guerre. Certainement pas les guerres modernes. Mais il est tout à fait bon à fournir des insurrections et de trouver des bandes de combattants prêts à s'engager dans des attaques faites de frappes et de fuites. Avec beaucoup d'insurgés et de factions changeant de côté plus souvent que les changements de vent, tous les éléments pour une guerre infinie sont déjà en place.

 

Des milices chi'ites et sunnites se déversent déjà en Syrie. Mais la Syrie n'est seulement que le hors-d'oeuvre le plat de résistance au menu étant l'Irak. Pendant la Guerre d'Irak, des combattants syriens se sont déversés en Irak. Ces jours-ci ce sont les combattants irakiens qui se croisent en Syrie. Mais tout peut tout aussi facilement basculer de nouveau. Une décennie de guerres a créé une réserve assez considérable de djihadistes désireux et consentant d'aller n'importe où pour un combat.

 

L'Irak a une quantité assez considérable de richesse pétrolière et à un prix beaucoup plus plaisant que la Syrie. Et malgré le refus des médias de couvrir tout ce qui ne comprend pas le mot «Israël» en lui, la guerre en Irak n'a jamais pris fin. Au lieu de cela Maliki est mal à l'aise en contradiction avec les sunnites et les Kurdes, et le combat réel est susceptible de recommencer assez tôt, même sans compter les actes de terrorismes habituels d'Al-Qaïda.

 

Les djihadistes irakiens ont trouvé leur chemin vers la Libye lors de l'attaque de Benghazi. Maintenant, les djihadistes libyens sont dirigés vers la Syrie. Si la Syrie tombe, ils passeront à la prochaine guerre. Cette réserve de combattants, financée par l'argent du pétrole, est le développement le plus important dans la région. Chaque guerre gonfle leurs nombres et leur disponibilité à recommencer de nouvelles guerres.

 

Les médias insistent sur le fait d'essayer de voir les développements régionaux au travers du prisme familier de la démocratie, mais dans une région séparée par des différences d'inflexibilités, la démocratie est un autre outil que celui de la puissance, pas différente de celle du kamikaze ou du massacre. La démocratie dans le monde musulman n'est rien d'autre qu' un moyen de domination majoritaire, elle n'est pas un nouveau stade de développement moral et politique.

 

D'une femme occidentale, une élection démocratique est une forme de progrès, mais à travers une lentille de l'Est, il est un moyen pour la majorité d'affirmer son pouvoir sur la minorité, laissant la minorité avec peu d'options, mais de fuir ou de se tourner vers la violence. C'est ce que nous avons vu tout au long de la région après le Printemps arabe.

 

La démocratie au Moyen-Orient n'est pas un signe de progrès, mais un précurseur de la violence, ce qui est exactement ce qui est arrivé en Egypte et en Tunisie. Une élection, comme un attentat suicide, est un avertissement qu'une lutte de pouvoir a éclaté et que le résultat ne sera pas joli.

 

Le Moyen-Orient est en feu et des fusées lumineuses des fusées à la hausse à Gaza et ce ne sont que des étincelles d'une flamme plus chaude. La flamme est destinée à combler le vide du pouvoir laissé par une politique américaine décadente du soft power. Et plutôt que de calmer la rue arabe, les politiques  post-américaines d' Obama ont  fait sauter le fusible et ont soufflé sur le feu./

Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 14:48

 Staff d'Israël Hayom

 http://www.israelhayom.com/site/today.php?id=447;Vingt

21/11/2012

  

•  Vingt personnes ont été blessés dans l'attaque du bus dans le centre de Tel Aviv, dont 3 au sérieusement .

• Selon la police, le suspect a jeté un sac dans le bus et s'enfuit de la scène sur pied.

• Les Forces spéciales de police effectuent une chasse à l'homme contre deux suspects.

• Netanyahu convoque l'instance supérieure(Groupe des neufs)

• célébrations à Gaza mais le Hamas ne va pas jusqu'à revendiquer la responsabilité.

  

Le personnel d'urgence répondre à Tel Aviv bus attentat mercredi après-midi.
|
Crédit photo: AP
Experts à la bombe inspecter le bus carbonisés.
|
Crédit photo: Reuters
Les secouristes et les ambulanciers portent une femme blessée sur le site de l'attentat de Tel-Aviv.
|
Crédit photo: AP
Le personnel d'urgence sur les lieux après l'explosion d'un bus à Tel-Aviv.
|
Crédit photo: Reuters
La police israélienne et le personnel de sécurité se précipiter sur le site de l'attentat de Tel-Aviv mercredi.
|
Crédit photo: AP
Repost 0
mordeh'ai - dans Dépêche
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 14:24

 par Arnold Lagémi

 21 nov 2012

 

 Pardonnez, Monsieur le Premier Ministre cette familiarité, mais je ne vois pas d’autre fondement en vous adressant ces quelques lignes que l’affection que sous tend l’intimité du danger menaçant Israël !

                                                                                                                                                                     vtvt.jpg« N’aie pas peur Bibi, »

 

 

 

 

 

 

Ne crains pas de refuser le diktat des Nations !

Ces Nations qui étaient absentes quand nous étions dans la tourmente ! N’aie pas peur de leur tenir tête, en refusant un compromis même insignifiant avec les assassins du Hamas.

 

N’Accepte ni cesser le feu, ni trêve avec les héritiers des barbares qui applaudirent à la mort de ton frère. Ne faiblis pas ! Que risques-tu ? Moins de sympathie des alliés d’Abou Mazen ? Moins de considération des esprits forts ? Mais tu sais, toi, que ce monde n’aime ni les Juifs, ni israël. Alors !

 

 Mais en échange que donneras-tu à ton peuple ? Tu l’ignores, peut être ? Je vais te le dire ! Tu vas lui offrir une image de lui-même auréolée de fierté et d’audace !

 

Aux résidents du Sud, tu donneras la paix et le mérite d’un sourire de dépit quand ils passeront devant les abris, qui grâce à toi, resteront fermés.

 

Bibi ne cède pas ! Ordonne à Tsahal d’écraser nos ennemis !

 

Ne te retourne pas, héros d’Israël,

 

Les morts te regardent, eux aussi espèrent en toi ! Eux aussi prient pour toi ! La politique dont tu as la charge dépasse nos pauvres vies. Nos soldats sont prêts au sacrifice, mais donne leur une victoire franche ! Quant aux vivants, ils te supplient de ne pas faiblir, de ne pas te sentir responsable si les enfants de Gaza servent d’enjeu. Des parents qui agissent ainsi ont le diable pour maître ! Et, d’un seul cœur, d’une seule âme, ces vivants te disent, en hurlant devant le monde :

 

« Il ne dort, ni ne sommeille le Rocher d’Israël »

 

Tes épaules supportent l’histoire, notre histoire, qui te donnera la force de dire non, parce que dans ses rangs, il y a les enfants de ceux refusèrent d’abjurer, les enfants de ceux qui portèrent l’étoile funeste, les enfants, (dont toi) de ceux qui construisirent ce pays./ Tous espèrent en ta détermination !

 

 N’aie pas peur Bibi !

Repost 0
mordeh'ai - dans Tribune libre
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 10:24

"Pas de cesser le feu avant l'élimination définitive du Hamas. Sinon, tout recommencera !" 

par Arnold Lagémi

http://www.arnoldlagemi.com/

 21 nov 2012

 

 

Les « officiels »Israéliens » répètent en permanence que le but de l’opération « colonnes de fumée » n’a pour seul objectif que la destruction de l’infrastructure offensive du Hamas, responsable du bombardement quotidien de l’Etat d’Israël.

  

Détruire cette infrastructure et ne pas neutraliser l’idéologie qui l’anime, en éliminant  ceux qui lui donnent pour idéal l’anéantissement de l’Etat d’Israël (article 15 de la Charte du Hamas) c’est ne pas achever l’objectif de la mission initiale.

 

« Détruire l’infrastructure du Hamas, c’est manifestement inclure l’éradication du mouvement."

  

Conclure un cesser le feu et établir une trêve, en laissant perdurer cette organisation malfaisante, c’est savoir, sinon vouloir, que dès le lendemain de la trêve, le Hamas n’aura d’autre but,  que de reconstituer sa puissance de feu et  recommencer ses frappes contre les villes du Sud.

 

La légitime défense, ce n’est pas seulement empêcher que le coup ne soit porté, c’est d’abord et surtout annuler les conditions qui rendent possibles  les attaques contre Israël.


C’est donc éliminer le Hamas, organisation terroriste, reconnue comme telle par la plupart des Nations. On ne comprendrait pas, en effet, qu’une telle volonté de nuire à Israël ne se traduise que par un seul désarmement de l’adversaire.


Et ce qui resterait une interrogation nuancée d’inquiétude, serait qu’Israël se satisfasse d’un répit qui donnerait à l’ennemi, le temps de se refaire une santé, avant de (ré) attaquer de nouveau. La guerre, c’est aussi, la volonté d’éliminer. Le Hamas ne cache pas ses intentions. Pourquoi Israël dissimulerait-il les siennes ?


 

En attaquant chaque jour l’Etat Hébreu, le Hamas prend la mesure que, parmi les risques encourus figure la perspective de son élimination. Ce risque doit aujourd’hui s’inscrire dans les objectifs de Tsahal.

Repost 0
mordeh'ai - dans Point de vue
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 20:48

Edito de Jacques KUPFER

 

Jusqu'au bout
Depuis le départ dramatique du Gouch Katif et la destruction des villages juifs de la bande de Gaza, plus de 15000 obus de mortiers et roquettes diverses ont été tirées par les terroristes arabes. Ces derniers jours les fusées ennemies sont tombées par centaines sur nos villes et villages du sud d’Israël. La force de dissuasion juive s’était effritée et c’est le terrorisme arabe qui rythmait la vie du pays.
 
Certains se sont indignés des tirs de missiles sur Tel Aviv et Jérusalem. Un commentateur politique israélien a même déclaré à la télévision que désormais le fait d’avoir poussé des tel-aviviens à se réfugier dans les chambres fortes et les cages d’escalier allait les amener à réagir aux prochaines élections en fonction des problèmes sécuritaires et non des problèmes sociaux ! En fait je ne vois pas en quoi la vie d’un habitant de Sderot ou Ashkelon serait moins préoccupante que celle d’un habitant de Tel Aviv ou de Jérusalem. Les tentatives de bombarder nos deux grandes villes ont simplement confirmé que le sort d‘Israël se joue sur nos frontières et que si, la vie d’un habitant résidant sur la ligne de cessez-le-feu n’était pas assurée, alors tout le pays est en danger.
 
Notre force de dissuasion doit être et sera restaurée. Nous devons apprendre à réagir à chaque missile touchant notre pays non en fonction des dommages que l’ennemi n’a pas réussi à nous infliger mais en fonction de ce qu’il voulait faire. Une roquette arabe tombant dans un champ vide doit attirer la réponse qu’aurait suscitée une roquette touchant une école.
 
Les alertes…
C’est cette lamentable litanie de la gauche et des medias israéliens commentant chaque tir par « ni dommages corporels ni dégâts » qui a anesthésié le peuple. Désormais les alertes sur Tel Aviv et Jérusalem ont rappelé à ceux qui pensaient que Sderot était très loin et que le départ de Gaza était louable, que la réalité était toute autre.
 
Le but de l’opération « colonnes de défense » est de mettre un terme définitif aux attaques et tirs de fusées sur notre pays. Un terme définitif signifie avoir la volonté politique de mener à bien la mission confiée à Tsahal. L’ennemi auquel nous faisons face est un animal sanguinaire, imprégné du Coran et fanatisé par ses préceptes. Des assassins qui se promènent avec des enfants menottés pour narguer ces Juifs qui  appliquent des principes humanitaires que les barbares traduisent par faiblesse.
 
Nos medias…
Nos medias sont tels qu’ils ont toujours été. Ils avaient réussi à faire monter les enchères lors des négociations de Guilad Shalit en amenant la libération d’un nombre inconsidéré de terroristes qui aujourd’hui participent au combat contre nous. Ils avaient déjà aidé le Hamas et ils le font encore en parlant dès le deuxième jour de la guerre d’un « cessez-le-feu »..
 
Déjà les journalistes invitent des « personnalités politiques », des « professeurs d’Université » qui spéculent sur le moment propice pour l’arrêt des combats. Au lieu de se demander comment obtenir la victoire totale et un ennemi à terre sinon mort, ils discutent de « cessez-le-feu » ! Dans tout pays en guerre, autre que le nôtre, on aurait considéré cela comme un signe de défaitisme extrême.  Ces journalistes n’arrivent pas à considérer que nous pouvons remporter la victoire. Ils ont tellement déteint avec leur gauchisme sur l’atmosphère ambiante que nous en arrivons à considérer que la fin de ces barbares arabes ne pourra être atteinte.
 
Ces medias se préoccupent davantage de ce que dit Morsi, le nouveau président égyptien dont la différence majeure avec les chefs du Hamas est son art de savoir porter costume et cravate. Ce mendiant professionnel qui supplie l’Europe et les Etats-Unis de lui accorder les milliards indispensables pour nourrir son peuple, est considéré par nos medias comme une personnalité de tout premier rang avec un rôle majeur dans le conflit.
 
La politique d’Israël se décide à Jérusalem et pas au Caire ni à Washington ou Paris. Le Quai d’Orsay brille d’ailleurs par son incompétence.  Ses locataires ont une tradition longuement établie de cumuler les erreurs dramatiques depuis Daladier. Ils sont à priori partisans de politiques de compromissions absolues avec les dictatures arabes et ce d’autant plus semble-t-il, lorsqu’ils sont d’origine juive. Ce doit être gênant pour un converti par intérêt de constater que son ancien peuple porte haut sa fidélité à ses ancêtres et sait défendre son droit de vivre libre.


La tranquillité…
Cette opération de « colonnes de défense » doit amener la tranquillité pour les habitants d’Israël pour une période longue et durable. Le problème essentiel est que nous avons à faire à des arabes qui oublient rapidement leurs défaites et transforment la déroute en succès. Ils vont vraiment croire dans peu de temps avoir atteint le cœur de Tel Aviv et avoir touché la Knesseth à Jérusalem. Parler hébreu à ces barbares sanguinaires peut ne pas être compris et c’est pourquoi il faut leur parler leur langue. Gaza doit devenir un champ de ruines et de décombres. Les maisons civiles d’où sont tirés les missiles doivent devenir  ipso facto des objectifs militaires. Ce n’est qu’en les détruisant et en considérant que les locataires n’ont plus rien de civil, que les familles gazaouies tenteront d’empêcher les terroristes du Hamas de tirer à partir de chez eux.
 
Gaza en cendres…
Que Gaza soit réduit en cendres pour que les enfants de Sderoth retrouvent le sourire. Les arabes n’ont jamais respecté le moindre traité ou accord. Ils ne connaissent pas le mot « paix » mais uniquement la « trêve » jusqu’à ce qu’ils puissent agresser de nouveau. On peut commettre une erreur mais imaginer que les mêmes actes dans les mêmes circonstances amèneront des résultats différents serait faire preuve de stupidité
 Un « cessez-le-feu » ne sera qu’illusoire et temporaire jusqu’au prochain combat.
 
Si demain, l’état fantoche « palestinien » voyait le jour sur nos terres juives de Judée et Samarie, nous aurions permis la création d’une nouvelle « Gaza » et les missiles pleuvraient sur toute notre Terre. Bien sur, la raison de conserver et rétablir la loi juive sur toute notre Terre  libérée à l’ouest du Jourdain est qu’il s’agit d’une terre et d’un patrimoine juif inaliénable. Mais pour ceux qui pensent encore à une possibilité de coexistence de « deux Etats pour deux peuples », il n’y aurait pas de possibilité plus assurée de déclencher une guerre majeure. L’Histoire et notre destin nous amènent toujours à revenir sur les terres concédées à l’intrus ennemi. Ce sera le cas pour le Gouch Katif, pour la Judée et Samarie et vraisemblablement pour le Sinaï.
 
Les exploits de nos forces armées, la dextérité de nos pilotes de chasse, les prouesses technologiques du Dôme d’acier, les informations de nos services de renseignement ne peuvent que nous remplir de fierté. Que la protection divine accompagne nos guerriers.
 
Apprenons de nouveau les termes que nous utilisions quand nous étions seuls et ne nous préoccupions pas de ce que le monde pensait. Apprenons de nouveau à conjuguer les verbes vaincre et triompher.
 
Laissez Tsahal triompher ! Jusqu’au bout !

Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 11:24
Par Vic Rosental
19 novembre 2012
Adapté par Mordeh'aï pour le blog malaassot.com©2012
 
Chef des pourparlers de personnel Gantz Benny aux troupes d'attente près de la frontière de Gaza

Chef d'Etat Major Benny Gantz  au milieu des troupes en attente près de la frontière de Gaza

Jusqu'à récemment, les communautés juives dans les principautés chrétiennes ou musulmanes ont existé sur la souffrance faite par les rois et des princes. Si la règle n'est pas théologiquement hostile aux juifs et / ou s'ils trouvaient leur présence utile, alors qu'ils étaient en mesure de vivre une vie relativement sans encombre, bien que dans la plupart des cas, il y avait des restrictions qui leur étaient imposées, allant de l'interdiction faite à un Juif de monter à cheval dans les pays musulmans, à l'exclusion des Juifs de différents métiers en Europe.

 

Mais si le prince avait un problème avec le judaïsme, dus aux grandes dettes locales des prêteurs juifs, alors les choses pouvaient mal tourner.  Les dirigeants pouvaient fermer les yeux sur les  pogroms - ou même  les inciter - et l'expulsion totale des Juifs d'une nation était possible, comme cela est arrivé en Angleterre en 1290, France en 1306 et en Espagne en 1492.

 

Le sionisme était en partie censé être une solution à l'impuissance juive et à sa dépendance. Dans un Etat juif souverain, il ne serait plus nécessaire de soudoyer, et  flatter les autorités non juives pour exister.

 

Eh bien, l'ironie semble nous poursuivre. Bien qu'il y ait un Etat juif souverain, Israël, il est «le Juif parmi les nations», en essayant de rester dans la faveur des nobles puissants du monde (y compris le plus puissant, le Président des États-Unis).

 

Bien sûr, il y a une différence: les Juifs de la diaspora étaient physiquement impuissants, tandis qu'Israël a Tsahal. Mais à quoi sert une armée si quelqu'un d'autre a droit de veto sur son usage?

 

La situation actuelle, dans laquelle les antisémites sauvages ont lancé (pour ainsi dire) un pogrom contre les Juifs d'Israël, c'est précisément le bon moment pour utiliser le pouvoir de l'Etat juif, de faire ce que les juifs de Kichinev ne pouvait pas faire en 1903: arrêter le pogrom et détruire la capacité des antisémites à leur faire du mal à l'avenir.

 

Cela peut être fait avec le Hamas et les autres factions terroristes à Gaza, mais il exige une incursion dans les noyaux très peuplés des villes où les centres de commandement du Hamas se sont installés. Une solution militaire

partielle , comme cela a été accompli antérieurement par l'opération "Plomb durci" en 2008-9, donne seulement du temps  aux terroristes et leur permetnde se réarmer et de se préparer pour le prochain round, intégrant les leçons apprises.

 

Cela ne peut pas être accompli par des négociations . La diplomatie réussit quand elle peut offrir des avantages pour les deux parties, mais quand d'un côté raison est celle  de détruire l'autre, il n'y a pas une solution mutuellement bénéfique.

 

Mais le bras d'Israël est retenu par le patron auquel il est le plus redevable, les Etats-Unis, aussi bien que les potentats moins importants pour lui tels que l'UE et  l'ONU. Premier ministre israélien semble avoir accepté - ou a été obligé de l'accepter - d'attendre quelques jours pour voir si un accord acceptable négocié par l'Egypte peut se produire. Pendant ce temps, les chars et les soldats de réserve restent les bras croisés près de la frontière de Gaza.

 

Les princes internationaux sont manifestement horrifié par le potentiel de nuire aux civils (ce qui par des gens qui ont brûlé Dresde et Tokyo!), Mais il est difficile de leur porter crédit alors que 30.000 personnes pour la plupart-des civils ont été tué dans la guerre civile en Syrie, sans parler des millions d'Africains noirs qui meurent dans des conflits sans fin sur ce continent, avec peu ou pas de réponse au-delà du débat.

 

Quelle qu'en soit la raison, ils ne veulent pas voir le Hamas écrasé.

 

Les dirigeants israéliens savent qu'il n'y a pas de solution diplomatique. Mais que peuvent-ils faire? Au fil des années, Israël est devenu tellement dépendant des États-Unis - pour des armes de pointe, pièces détachées, etc - qu'il est presque impossible de dire non aux demandes américaines. Peut-être  aussi, que quelques-unes des attitudes que nous avions prises au Moyen Age sont restées ancré en nous,.

 

Je n'ai pas de solution miracle. Peut-être une petite nation comme le peuple juif doit toujours être dépendante dans une certaine mesure. Mais ce devrait être un objectif national de réduire cette dépendance, autant que possible, être en mesure de survivre même lorsque les occupants des palais royaux du monde sont hostiles.

Repost 0
mordeh'ai - dans Point de vue
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 16:44

 Par Daniel Greenfield

http://frontpagemag.com/

19 novembre 2012

 Adapté par Mordeh'aï pour le blog malaassot.com©2012

 

 

 Les roquettes tombent sur Israël elles ont leur origine non seulement dans leurs lanceurs de Gaza, mais dans les résultats des élections de Novembre. Ce n'est pas un hasard si les explosions que nous voyons maintenant ont commencé après les nouvelles du soir de l'élection du 6/11 . Comme tant d'autres au Moyen-Orient, les dirigeants du Hamas ont retienu leur souffle pour savoir à qui ils auraient à faire face au cours des quatre prochaines années.

 

Une fois que les Frères musulmans des deux côtés de la frontière, en Egypte et à Gaza, ont connu les résultats, le déclencheur a été enfoncé et le début des violences.

 

Entretemps Obama, lors de sa visite en Thaïlande, a essayé de nier que la violence du Hamas n'avait rien à voir avec le printemps arabe, l'évolution qui a commencé avec son fameux discours du Caire appelant à la démocratie en Égypte, suivie par la trahison de Moubarak, qui a conduit au contrôle de l'Egypte par les Frères musulmans au travers des élections, ils avaient déjà pris le contrôle de Gaza par le biais également d'élections.

 

Le printemps arabe a transformé l'Égypte d'un partenaire pour la paix en ennemi et transformé le Hamas du doigt d'un lointain Iran au bras d'une voisine Egypte islamiste. La visite de l'Emir du Qatar Cheikh Hamad bin Khalifa al-Thani à Gaza a signalé que le Hamas avait maintenant le plein appui du sugar daddy des islamistes sunnites et de l'architecte du Printemps arabe. Quelques semaines plus tard, la guerre était allumée.

 

Comme les attentats du 11 Septembre 2012, y compris l'attaque contre la mission de Benghazi, les tirs de roquettes du Hamas sont une démonstration de force islamiste. Mais ils sont aussi un moyen pour le gouvernement Frères musulmans d'Egypte pour distraire les Égyptiens d'un effondrement de l'économie tout en secouant Obama pour qu'il donne un peu plus d'argent en échange d'un cessez-le feu.

 

 Les Frères musulmans jouent le vieux jeu d'Arafat de déclencher la violence et  en contre-partie  pour y mettre un terme à cela de l'argent . Toutefois, les jeux ne sont plus limités à la bande de Gaza et à la Cisjordanie, mais ils couvrent le Moyen-Orient et même s'étendent à l'Afghanistan, où Obama a inclus des Frères musulmans dans les négociations avec les talibans.

 

Même si Israël se prépare à une attaque terrestre contre le Hamas, Obama a travaillé à coups de téléphones aux dirigeants islamistes deTurquie et d'Egypte pour les convaincre de l'aider à sauver le groupe terroriste islamiste par un cessez-le feu. Le Hamas et ses soutiens veulent un cessez-le, mais ils savent qu'ils peuvent soutirer plus de concessions d'Israël et de l'Amérique en ayant l'air de ne pas en vouloir un. Le coût de ce cessez-le feu, comme tant  la politique étrangère d'Obama, sera supporté par Israël et les Etats Unis. Les Frères musulmans en Egypte auront leur récompense et le Hamas obtiendra des concessions. Et Israël aura plus de roquettes et plus de terreur.

 

Une plus forte administration n'aurait pas permis aux Frères musulmans de la leurrer, mais Obama a les Frères musulmans et son pouvoir dépendent maintenant du génie de la démocratie islamiste qu'il a sorti de son pot de fer. La politique étrangère d'Obama repose sur le succès des Frères musulmans et cela signifie que les Frères musulmans sont les bailleurs de sa politique étrangère, et il n'a pas d'autre choix que de faire  appel à leurs offres.

 

Les Frères musulmans égyptiens, mécontents des milliards qu'ils obtiennent de l'Amérique, de l'Europe et du FMI, pour ne pas mentionner le Qatar, ils veulent plus d'argent pour les déverser dans leur empire commercial et leur réseau mondial de groupes similaires. Dans les coulisses, un accord sera conclu, un cessez le feu sera offert et Obama fera pression sur Israël pour signer sur une ligne de tirs coûteuse, tout en allégeant les sanctions contre Gaza.

 

Les Frères musulmans en Egypte et à Gaza obtiennent ce qu'ils veulent. Israël se retirera, non seulement abandonné, mais douloureusement conscient que son économie et sa sécurité dépendent des caprices de Barack Obama, Morsi et des Frères musulmans.

 

Mais ce conflit est plus qu'une juste débâcle pour Washington pour de l'argent et Israël pour le territoire.

 

 Les Frères musulmans n'ont pas été en mesure de tenir leurs promesses économiques et l'opposition intérieure monte. Presque tous les partis égyptiens non-islamistes ont quitté les Frères Musulmans et les laissent vulnérables. Si les Frères musulmans ne peuvent pas consolider l'économie, leur politique de remplacement est la même que celle d'un autre parti totalitaire qui concourait pour l'économie, mais ensuite s'est tourné vers un programme d'expansionnisme territorial et de conquête.

 

Le nazisme a été un modèle d'organisation politique pour les Frères musulmans et l'Allemagne nazie a fourni des fonds à ce mouvement naissant des Frères musulmans. Et des millions de cibles favorites du Troisième Reich arrivent tout juste de vivre à côté de l'Egypte.

 

 Au Caire, Obama est revenu à l'heure d'avant Camp David. Cela va faire une guerre presque inévitable. Les Frères musulmans se sont de plus en plus raprochés de la limite d'annuler les accords de Camp David. Une fois cela fait, les nouveaux dirigeants de l'Egypte auront les mains libres pour lancer une rediffusion de la guerre de 1967 ou de celle de 1973, avec une milice importante du Hamas, armée de tout, d'armes anti-chars de missiles à longue portée, de l'autre côté de la frontière.

 

La guerre a aucun inconvénient pour les Frères musulmans. S'ils gagnent, il seront alors en mesure d'englober l' Egypte, Israël, la Jordanie et la Syrie dans un califat régional. Si ils perdent, ses rivaux militaires nationaux seront humiliés, alors que le gouvernement décrira la défaite comme une victoire, comme les gouvernements égyptiens l'ont fait dans toutes les guerres précédentes.

 

 Le seul obstacle à ce scénario, c'est l'Amérique. C'est pourquoi les Frères musulmans ont attendu le résultat de l'élection avant de franchir le Rubicon dans cette dernière attaque sur Israël. Maintenant, avec l'espoir des quatre autres années d'Obama, les Frères musulmans savent qu'il n'ont rien à craindre. Le conflit actuel n'est qu'un exercice d'entraînement pour la guerre à venir entre Israël et l'Egypte.

 

 Chaque attaque du Hamas teste les défenses d'Israël, le poussant de plus en plus à paraitre plus vulnérable, alors que les Frères musulmans ont moins de difficulté à défendre la cause de la guerre.

 

Le discours d'Obama au Caire et sa dénonciation de Moubarak ont mis fin non seulement  aux Accords de Camp David, mais également à l'atmosphère de paix relative qui a permis à Israël d'envisager une solution à deux Etats. La politique d'Obama d'amener des islamistes aux renes politiques a rendu impossible pour Israël de prendre des risques pour la paix, que ses voisins se sont transformés en ennemis fanatiques. Et cela a rendu les négociations inutiles et la guerre inévitable.

 

Les roquettes venant de Gaza ne sont que le premier prémisse d'un plus grand assaut contre Israël par le monstre Frères musulmans que Barack Obama a déclenché lors de son voyage au Caire.

 

____________________________________________________________________________________________

À propos de Daniel Greenfield Daniel Greenfield, membre du journalisme Shillman au Freedom Center, est un écrivain de New York se concentrant sur l'islam radical. Il termine actuellement un livre sur les défis internationaux en Amérique  confrontée au 21ème siècle.

Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 10:48

Par Yossi Malka

http://meteormagazine.co.il/

 

Gaza, les non dits de l’offensive israélienne

 Si le Monde soit disant Libre ne fait aucun effort pour comprendre la signification profonde de la crise actuelle entre Israël et le Hamas, nous, nous commençons à le comprendre.

 

1)      La raison d’être de ce qu’ils ont appelé le  printemps arabe  n’est autre que l’hégémonie de l’islam radical et l’installation des Frères musulmans dans toute l’Afrique du Nord, bientôt via la Jordanie, la Syrie, la Turquie, l’Irak et les pays musulmans de l’ex bloc soviétique.

 

2)      Ce printemps maudit a commencé non pas il y a moins de deux ans, mais bel et bien à la prise du pouvoir à Gaza par le Hamas en 2006.l’arrogance de Morsi et les visites des grands caïds islamiques, tunisiens, qataris, égyptiens et turcs le prouvent. Et si c’était le « problème palestinien qui les intéressait, ils auraient visité Ramallah et non Gaza .

 

3)      Ce n’est pas une guerre pour lever le blocus contre Gaza comme la propagande arabo- irano-turque le prétend, mais c’est une tentative de l’hégémonie des Frères musulmans sur Israël. Ils ont commencé leur guerre sainte pour libérer la seule enclave qui leur manque pour une continuité territoriale au Moyen-Orient, Israël.

 

4)      C’est la guerre du tout ou rien qu’ils ont déclenché. Le Hamas a été surpris par l’attitude du djihad islamique sous l’impulsion de l’Iran, car cette offensive  inscrite secrètement dans la stratégie des ennemis d’Israël, n’aurait pas dû être déclenchée actuellement. Mais plus tard, une fois que le Hamas aura mis la main sur la Cisjordanie, étape qui passe par la main mise sur la Jordanie. C’est peut être le miracle invisible de cette affaire, car si cette offensive aurait eu lieu plus tard, on ne sait quelles armes redoutables auraient été entre les mains des terroristes du Hamas et ceux d’Al Qaïda

 

5)      La divergence entre le Hamas et les autres organisations terroristes islamistes n’est que la question du timing et non une divergence sur le fond.

 

6)      De ce fait, le problème palestinien : un état et le reste  de leurs revendications écrans s’éclipsent et ce n’est qu’une question de temps, Abou Mazen sera le dernier leader palestinien « laïc ».

 

7)      Ceux qui pensent que les déclarations de Mashal, de Hanieh, d’Erdogan, de Morsi et des dirigeants tunisiens sont des rêveries  se trompent dangereusement : Ils pensent ce qu’ils disent et disent ce qu’ils pensent. Tous préparent la grande offensive de la libération de la Palestine  et de Jérusalem, car c’est une situation qui contredit toute leur foi.

 

8)      Le Monde dit libre et qui ne l’est plus car envahi physiquement par une population musulmane se voit obligé d’être complaisant pensant qu’ainsi il minimisera les dégâts,  chacun dans son pays respectif. Ce même Monde dit libre a vendu les juifs aux nazis  et à présent il fait la même chose mais d’une autre manière en vendant Israël et les juifs aux nazislamistes .

 

C’est pour cela que c’est une occasion inespérée pour Israël d’aller jusqu’au bout quel que soit le prix à payer. Ce dernier est moindre que le prix à payer plus tard, car c’est l’existence même d’Israël qui sera mise en jeu au prochain round, si Israël ne fracasse pas cette fois  le Hamas qui s’avère être le noyau de l’hégémonie islamiste contre l’existence d’Israël .

Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions