Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 18:03

Par Dudi Cohen

05.02.12,

pour Israël News

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4185497,00.html

Adaptation française par Mordeh'aï ©2012 pour le blog malaassot

 

Un blogueur iranien recommande vivement à Téhéran d'exploiter l'inaction de l'Occident pour 'anéantir Israël' avant 2014; Il dit disposer d'une stratégie.

 

Samedi,un blogueur iranien a recommandé vivement à Téhéran de ne pas retarder une attaque sur Israël, prétendant que la République islamique pourrait détruire l'état juif en " moins de neuf minutes."

Alireza Forghani, ingénieur en informatique, a écrit dans son analyse que Téhéran devrait exploiter le dilettantisme de l'Occident à prendre une décision d'une frappe sur l'Iran, pour "anéantir Israël" avant 2014 - c'est-à-dire avant la fin du mandat du Président Mahmoud Ahmadinejad. Cela a été largement repris par les médias iraniens Samedi.

Forghani dispose de justifications religieuses pour l'attaque et présente des stratégies pour une offensive qui ciblerait des sites israéliens clés en utilisant des missiles sol-sol. Au début de sa stratégie, Forghani suggére, delancer les missiles balistiques'Sijil' sur Tel Aviv, Jérusalem et Haifa, ainsi que sur les centrales électriques et autres sources d'énergie, les installations d'eaux usées, les aéroports, les centrales nucléaires, les centres médiatiques et l'infrastructure des transports. Dans un deuxième temps, les 'Shahab3' et des missiles 'Ghader' devraient cibler(le reste des centres de population du pays. Il affirme, que l'anéantissement total, pourrait être réalisé en neuf minutes.

מפות של ישראל שהופיעו בבלוג

 Cartes représentées sur le blog du post

 

 ' Le meurtre des civils est justifié '

Forghani a posé qu'en principe le ciblage des civils ne pourrait être justifié qu'avec l'accord de l'Ayatollah Ruhollah Khomeini leader révolutionnaire que les Musulmans doivent mener un Jihad contre l'ennemi qui attaque une nation Islamique.

 "Ainsi puisqu'Israël a attaqué la Palestine et a occupé cette partie de l'entité Islamique, le fait de défendre les musulmans palestiniens opprimés est obligatoire," a écrit Forghani. Le blogueur semble citer l'analyste en sécurité d'Ynet  Ron Ben-Yishai en disant qu'il n'y a aucun endroit en Israël qui ne soit  vulnérable à une attaque de missile iranien, alors qu'Yishai n'ait fait allusion dans la tribune qu'aux capacités de la Syrie, du Hamas et du Hezbollah, mais pas de la République islamique.

Forghani, qui se décrit comme un partisan enthousiaste du gouvernement iranien et  ancien membre de la milice Basij de la Garde Révolutionnaire, a souligné que les opinions présentées dans son blog lui sont propres et ne représentent pas la position du régime.

Docteur Raz Zimt, un chercheur attaché à l'Université de Tel Aviv  pour les Études iraniennes, a prétendu que l'agitation que ces écrits ont causé dans les médias iraniens pourraient indiquer le début d'un discours public  pour une frappe préventive sur Israël. L'article pourrait aussi signifier l'effet que la discussion mondiale d'une opération militaire possible a sur la République islamique d'Iran.

L'écrit est paru le même jour que la Garde Révolutionnaire d'Iran a commencé des manoeuvres navales dans une ultime démonstration de force près du Détroit stratégique d'Ormuz, la route critique du pétrole du Golfe que le guide de Téhéran a menacé de fermer pour se venger de sanctions Occidentales plus drastiques.

Les plans pour de nouveaux jeux de guerre iraniens dans le Golfe ont été mis en œuvre  pendant des semaines. Mais ils ont redémarré suite aux avertissements sévères du Chef Suprême de l'Iran, l'Ayatollah Ali Khamenei, au sujet de quelque attaque que ce soit par les Américains ou Israéliens contre les installations nucléaires de Tehran.

 "Le régime de Sioniste est une tumeur cancéreuse et il sera éradiqué", a-t-il dit vendredi.

Repost 0
mordeh'ai - dans Revue de presse
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 08:52

Par J. Robert Smith

pour American Thinker

http://www.americanthinker.com/blog/2012/02/obama_or_the_israelis_who_do_you_believe.html

4 février 2012

Adaptation de Mordeh'aï © 2012 pour le blog malaassot.com

 

Une exagération, dites-vous? Anéantissement? C'est seulement une exagération pour des Américains obstinément naïfs ou bornés qui refusent de prendre les Iraniens au mot: tuez les Juifs et tuez ensuite les Américains.

 

  Bloomberg, entre autres médias, rapporte que les États-Unis et Israël sont divisés sur le moment d'attaquer les installations nucléaires d'Iran. Peut-être pour les États-Unis, en la personne de Barack Obama,  encore plus si les États-Unis devraient attaquer l'Iran.

 

Aaron David Miller - ancien expert officiel de l'administration Clinton pour le Moyen-Orient -  est cité par Bloomberg en disant qu'il y a une "différence significative analytique" entre les États-Unis et Israël quant à la façon étroite dont les Iraniens ont su protéger leur programme d'armement nucléaire d' un bouclier efficace. Miller poursuit:

   "Il ya une préoccupation croissante - plus qu'une préoccupation - que les Israéliens, afin de se protéger, pourrait lancer une frappe sans approbation, ni même d'avertissement."

 

Imaginez que. Les Israéliens aient le sentiment d'urgence, en fonction des estimations de leurs services de renseignements, de leur proximité géographique avec l'Iran, et le fait non négligeable que les Iraniens sont des anti-Juifs de renommée mondiale qui ont juré de rayer Israël de la face de la terre.

Et bon sang eh bien!, pour l'enjeu de leur survie nationale, les Israéliens ne peuvent pas venir demander au président Obama l'approbation d'agir contre l'Iran. Impensable.

 

Comment empêcher les Iraniens à posséder la capacité du nucléaire avant que M. Obama décide de lâcher ses chiens de guerre? M. Obama joue-t-il au jeu du chat et de la souris? Et pourquoi? Pas avec la vie de nos familles, dites-le par exemple aux Israéliens (et donc les Américains devraient le savoir aussi).

 

Voici ce que les Américains obtiennent du Département d'État d'Obama, rapporté par Bloomberg:

Mark Toner le porte-parole du Département d'Etat l'a déclaré aujourd'hui à Washington, les Etats-Unis estiment qu' " il y a encore du temps et de la place  pour poursuivre la diplomatie " avec l'Iran sur son programme nucléaire. Il a ajouté que les Etats-Unis " sont absolument déterminés à empêcher que l'Iran se dote de l'arme nucléaire."

 

 Vrai. Les États-Unis et leurs alliés ne doivent-ils pas poursuivre la diplomatie avec les Iraniens - depuis des années maintenant? Ce qui a prévalu de cette approche, n'est rien d'autre que du gain de temps pour les Iraniens pour continuer à développer une capacité nucléaire militaire? Plus de diplomatie et de sanctions vont-elles enfin dissuader les vrais croyants Khamenei et Ahmadinejad de posséder des armes nucléaires?

 

On peut se demander si il y a un Neville Chamberlin au Département d'Etat - vous connaissez, "chapeau melon et parapluie"? Vous vous souvenez de Neville Chamberlin? -" Continuons à dialoguer avec Adolph " - L'insistance de la diplomatie de Chamberlin a permis à l' époque, à l'Allemagne de continuer à se préparer pour la guerre, et  a encouragé Hitler d'agir quand il aurait pensé que le moment était venu. On imagine que Khamenei et Ahmadinejad ont des photos d'Hitler et les ont collé sur les miroirs de courtoisie de la salle de bains pour une petite inspiration du matin.

 

Les Etats-Unis et les Israéliens peuvent avoir des opérations clandestines très actives en cours de réalisation pour contrecarrer les ambitions nucléaires de l'Iran. L'assassinat d'un scientifique nucléaire iranien a pu être le résultat d'actions israéliennes - actions sanctionnées par les États-Unis. Mais si les Israéliens jugent que les opérations clandestines à elles seules sont insuffisantes pour arrêter les Iraniens, il y a fort à parier qu'ils ont raison.

 

Les Israéliens évaluent activement le coût des opérations militaires conventionnelles contre l'Iran, encore plus en termes de l'augmentation de l'opprobre international, intensifié par des attaques terroristes contre eux (et les Etats-Unis, en vertu de l'association) et aussi des représailles militaires totales des Iraniens. Mais ne rien faire - ou donner encore trop de délai - ne peut aboutir qu'à l'anéantissement.

 

Une exagération, dites-vous? Anéantissement? C'est seulement une exagération pour des Américains obstinément naïfs ou bornés qui refusent de prendre les Iraniens au mot: tuez les Juifs et tuez ensuite les Américains.

Repost 0
mordeh'ai - dans Sécurité
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 07:59

 © Alain René Arbez

pour www.Dreuz.info

4/02/2012

 

Judaïser Jérusalem

Mais où va-t-on ? Des Juifs veulent judaïser Jérusalem !

 

Imaginez que des Français de souche veuillent maintenant franciser le 9.3 et coloniser de leur francité toute la ceinture de Paris, ou les quartiers nord de Marseille, les communes lyonnaises ou la ville de Roubaix, territoires historiques de la République, certes, mais en pleine mutation non européenne… Est-ce que ces impies s’imaginent encore imposer la loi française à des banlieues où règne, avant toute autre loi, celle des caïds ?

 

2nd_century_Rome_gold_goblet_shows_Jewish_ritual_objectsJudaïser Jérusalem ? Pourquoi ne pas laisser les Allemands germaniser les quartiers de Berlin où depuis des décennies on ne parle que turc, où toutes les paraboles aux balcons sont sans exception tournées vers Istamboul… Pourquoi ne pas laisser les Anglais angliciser l’East End de Londres, avec ses zones entièrement indo-pakistanaises, et finir par leur permettre de substituer à la charia leurs lois infidèles ?

 

Judaïser Jérusalem ? Comme a été catholicisée la cathédrale de Cordoue, si longtemps devenue mosquée, ce qui dès lors contrarie la prééminence d’Allah sur le culte blasphématoire des associateurs ! 

 

Judaïser Jérusalem ? Vont-ils bientôt revendiquer le mur qui soutient l’esplanade du Dôme du Rocher et Al Aqsa, allant jusqu’à se réclamer de prophètes comme Moussa, Daoud, Souleïmane, qui, comme chacun sait, appartiennent à l’islam ?

 

Judaïser Jérusalem… Quel scandale ! Jérusalem est le nom d’emprunt d’une ville arabe appelée Al Qods !

 

Et si les Européens se remettent à européaniser l’Europe, où ira-t-on ? Ce sera une insulte aux dizaines de millions de vrais croyants venus vivre chez ces mécréants grâce à la démocratie et malgré les insupportables déviances du Vieux Continent !

 

Raviver les racines judéo-chrétiennes de l’Europe, ce serait humilier ces millions de musulmans, originaires d’Afrique du Nord, d’Afrique de l’Ouest, de Turquie ou du Proche Orient, tous venus donner aux Européens vieillissants cette opportunité, unique au monde, d’obtenir enfin un repeuplement par une natalité fulgurante, et par là même, de devenir de plus en plus multiculturels grâce à l’omniprésence du croissant parmi les croix et les étoiles de David en voie de disparition…

Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 23:28

Par David Lev

http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/152416

04/02/2012

Adaptation française Mordeh'aï © 2012 pour le blog malaassot.com

 

Enquête qui montre quels ministres ont pris partie pour les résidents de Yesha !

Une enquête d'Aroutz Sheva révèle les noms des ministres qui ont pris partie pour les résidents de la Judée-Samarie - et ceux qui ne l'ont pas fait ...

 

 Ainsi des ministres dans le gouvernement du Premier ministre Binyamin Netanyahou ont voté pour refuser aux résidents juifs des prestations au logement en Judée-Samarie étendues à des centaines de milliers d'Israéliens? Il a fallu beaucoup d'efforts pour les découvrir -. Mais une enquête menée par Arouts Sheva a donné l'information quant à savoir qui au sein du gouvernement de Netanyahou a pris parti pour les résidents de Judée et de Samarie, et qui ne l'a pas fait.

 

L'enquête a cerné "un sondage d'opinion" informel que Netanyahou a dit avoir conduit la semaine dernière. Dimanche dernier,le gouvernement a approuvé l'intégration de plusieurs centaines de communautés à la liste des villes dont les habitants peuvent percevoir des prestations spéciales lors de l'achat d'une maison. La liste mise à jour est venue après la critique de l'an dernier par la juge Dorit Beinisch de la Cour Suprême que la liste précédente ne comprenait pas de villes ou de villages arabes. Avec la liste mise à jour, les résidents de 91 villes et villages, ainsi que 55 kibboutzim,des moshavim,les petites villes et les villages arabes, sont maintenant admissibles aux prestations.

 

Les Ayant-droit résidents de villes et de collectivités locales peuvent percevoir jusqu'à 75.000NIS d'allocation, à des taux d'intérêt bas, subventionnés par le gouvernement pour l'achat d'une maison, tandis que les résidents de kibboutzim, de moshavim, de petites villes et de villages arabes peuvent recevoir jusqu'à NIS 150.000 en prêts bonifiés. À l'origine, quelque 70 villes de Judée et de Samarie, y compris de Kiryat Arba, Efrat, Ariel, Beit El, Beitar Illit, et bien d'autres - avaient été inclus dans la liste, mais après la critique par des groupes gauchistes, le Premier ministre Binyamin Netanayahu a conduit un sondage téléphonique de ses ministres, cherchant leur permission de modifier la décision gouvernementale.

 

En conséquence, les résidents ne seront en mesure d'obtenir ces avantages, que si "des responsables politiques" signent leurs demandes. Le candidat le plus probable pour ce poste est le ministre de la Défense Ehud Barak, dont la Judée-Samarie et ses résidents l'ont longtemps accusé de faire tout son possible pour ralentir la croissance démographique juive en Judée et en Samarie, avec son refus constant de permettre la construction de nouveaux logements, et délivrer les permis de construire, etc...

 

Arouts Sheva a cherché à savoir quels ministres avaient décidé lors du sondage téléphonique que les résidents de la Judée et de la Samarie ne méritaient pas ces avantages. Selon les informations découvertes, les ministres suivants ont répondu à Netanyahu téléphoniquement que les avantages doivent s'appliquer à la Judée Samarie et les résidents: Gideon Saar, Limor Livnat, Gilad Erdan, Daniel Hershkowitz, Silvan Shalom, Avigdor Lieberman, Stas Mesheznekov, Its'hak Aharonovich, Sofa Landver, et Uzi Landau. Les quatre premiers sont membres du Likoud et les cinq derniers sont de Yisrael Beiteinu, tandis que Hershkowitz est du parti Bayit Yehudi. Ceux qui ont voté pour refuser à la Judée-Samarie et à leurs résidents des allocations de logement tous les membres du Shas au sein du gouvernement - inclus Eli Yishai, Ariel Atias, Yaacov Margi, et Meshlam Nahari -; ainsi que Ehud Barak et d'autres ministres travaillistes, anciens et actuels; le ministre Yossi Peled du Likoud a déclaré qu'on ne lui avait pas demandé son avis. Yisrael Katz, Youval Steinitz, Benny Begin, Yaacov Neeman, et Moshe Kachlon n'ont pas répondu à la demande d'Arouts Sheva qui leur demandait plus d'informations sur la façon dont ils avaient voté. Le ministre Yuli Edelstein s'est abstenu. Sa'ar, qui a voté contre la suppression des avantages, a appelé Netanyahou à mener un vote ouvert sur ​​une question aussi importante. S'exprimant samedi soir, Hershkowitz a déclaré qu' "avec tout le respect dû aux États-Unis, Israël n'est pas la 51ème étoile du drapeau américain. C'est le droit d'un pays indépendant de mettre en place ses propres zones préférentielles sans ingérence extérieure."

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 14:18

Par Elad Benari, Canada

http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/152410

03/02/2012,

Adapté par Mordeh'aï pour le blog malaassot

 

La Députée Tzipi Hotovely : on doit donner de vastes pouvoirs à l'équipe de Netanyahu pour mener la bataille des avant-postes et je la mènerai cette bataille si nécessaire.

 

Tzipi Hotovely a donné une interview à l'hebdomadaire en hébreu du magazine Besheva, dans lequel elle dit avoir discuté avec le Premier ministre Binyamin Netanyahou de sa victoire à la primaire pour la direction du Likoud la semaine dernière, ainsi que la lutte pour la légalisation de certaines communautés de jeunes (plus connues sous le nom d' "avant-postes») en Judée et Samarie qui sont confrontées à une menace de démolition.

 

Votre parti, le Likoud, a donné à Netanyahu plus de 75 pour cent de voix d'approbation cette semaine. Cela signifie apparemment que le parti soutient la solution de deux Etats, il en fait la promotion.

 "Il y a une signification à l'appui à Netanyahu, en ce qu'il n'y a aucun autre dirigeant en Israël aujourd'hui qui présente l'ensemble des compétences requises pour briguer le poste de premier ministre,- mais il y a Netanyahu. Les membres du Likoud ne choisissent pas quelqu'un qu'ils pensent représenter toutes les valeurs pures de la terre d'Israël, mais plutôt un Premier ministre. Donc ce n'était pas un vote de confiance sur la solution à deux Etats. Le Premier ministre peut être approprié pour le poste, mais notre rôle en tant que députés et ministres est de fixer et de maintenir ses limites. C'est très clair au Likoud aujourd'hui, juste à cause des 25% que Moshe Feiglin a recueilli, C'est qu'il y a une nouvelle confirmation de cette idée. Pour moi, Feiglin les 25%  sont le chiffre intéressant de cette élection, parce qu'ils sont révélateurs des forces occultes qui font fonctionner et affectent députés et ministres du Likoud."

 

Comment expliquez-vous le fait qu'aucun des ministres du Likoud n'ait jugé bon de se présenter contre Netanyahou?

 "Je pense qu'il y a un côté accorte à cela. Le Likoud à ce jour a eu quatre chefs de file, et la plupart des ministres aujourdh'ui sont relativement jeunes, c'est leur deuxième mandat comme ministres, et ils regardent autour d'eux et ne voient qu'une personne avec l'expérience de la scène internationale, avec l'approbation de la sphère économique, qui a appris et retenu de ses erreurs passées comme Premier ministre, et ils se disent avec une certaine modestie, si c'est ce que l'on lui permet en politique, alors ils ne peuvent pas se présenter contre lui. On peut dire au crédit du Likoud qu'il n'y a pas de luttes personnelles horribles comme ce qui se passe entre Livni et Mofaz [à Kadima]. "

 

L'équipe étant formée pour trouver des moyens visant à légaliser les avant-postes ne pourra pas probablement aider Migron ou Givat Assaf, parce que le Procureur Général s'oppose à l'idée de donner à l'équipe le pouvoir de traiter avec des implantations sur lesquelles la Cour Suprême a déjà statué.

 "Il faut se rappeler que la décision de la Cour suprême a été fondée sur des réponses problématiques de l'Etat. Il y a maintenant quatre points de conflit sur lesquels la menace de démolition est maintenue: Migron, Amona, Givat Assaf et Givat Ulpana dans Beit El. Chaque poste a une histoire et c'est une histoire juridique différente et les gens les confondent. Le Premier ministre a nommé l'équipe et la prochaine campagne publique sera de leur donner des pouvoirs étendus, et je peux dire que, si nécessaire, je mènerai cette lutte contre le Premier ministre. Même avant que l'équipe ne commence à travailler, nous devons prendre soin de Migron, parce que la date de la démolition décidée par la Cour suprême approche rapidement. "

 

Cela signifie que le projet de loi "avant-poste" proposé par le député Orlev devra être approuvé. Mais le premier ministre a menacé de licencier tout ministre qui votera en faveur de ce projet de loi.

 "La seule raison pour laquelle la législation sur Migron n'a pas été mise en œuvre c'est parce que d'intenses négociations sont en cours avec les résidents, qui comprennent la réglementation juridique et la construction d'une nouvelle communauté. La loi Orlev est une proposition acceptable, mais pas pratique, parce que le temps nous manque pour faire passer cette loi et l'inscrire dans les livres juridiques. Cette loi est juste sur le plan moral, mais elle n'aidera pas Migron."

 

Pouvez-vous comprendre l'opposition du Premier ministre de ne pas laisser les ministres voter librement?

 "D'un niveau de valeur, je pense que c'est inapproprié de ne pas permettre aux membres de voter librement. Les ministres doivent se battre pour cette liberté et lui rappeler que l'histoire d'Amona ne peut pas être répété sous un gouvernement du Likoud, et ils ne peuvent pas n' être qu'un "tampon oblitérateur". Ce n'est pas le "pour quoi" ils ont été élus. Quant à la position de Netanyahu, j'ai eu une conversation sérieuse avec lui et il voit vraiment la légalisation des implantations de peuplement à termes, trouver du terrain qui ne soit pas problématique aux yeux de la Cour suprême. C'est sa façon de développer l'entreprise du réglement des implantations. Après tout, sous ce gouvernement, il y a eu plus de construction en Judée et Samarie que sous les gouvernements précédents, même si cela n'est pas suffisant pour ma part, et je pense que nous devrions appliquer la souveraineté israélienne sur toute la Judée et la Samarie. "

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 08:57

Par Elad Benari 

http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/152390

03/02/2012,

Adapté par Mordeh'aï © 2012 pour le blog malaassot.com

 

Les résidents juifs de Akko ont été stupéfait de l'ouverture prochaine d'une mosquée en plein cœur du quartier juif.

 

Les résidents juifs de la ville d'Akko au nord d'Israël sont bouleversés par l'ouverture prévue ce mois-ci au plus tard, d'une mosquée au cœur d'un quartier juif de la ville de la cohabitation judéo-arabe.

 

Les fonctionnaires municipaux ont déjà exprimé leur mécontentement face à l'idée qu'une mosquée sera ouverte dans un quartier juif, et un membre du Conseil municipal d'Akko, Shlomo Fedida, a commencé un combat contre l'ouverture de cette mosquée.

 

Jeudi, Fedida a dit à Arouts Sheva que certains arabes d'Akko, représentant moins de 30 pour cent de la population, tentent de reconquérir la ville.

 

Shlomo Fedida a dit: " Jusqu'à maintenant, il y avait un statu-quo, mais récemment les arabes ont commencé des préparatifs pour le renouvellement de la mosquée historique de la ville," . " Ils ont planifié la mise en place d'un muezzin et d'un minaret, ils ont commencé à prier là-bas et puis ils vont plus loin. Malheureusement, l'Etat leur prête la main." Il a dit que beaucoup de Juifs qui vivaient dans le centre-ville ont déjà commencé à plier bagages et à le quitter en raison de la prise de contrôle arabe." Les gens ont commencé à vendre leurs maisons. Il y avait seulement des mosquées dans la vieille ville d'Akko, et maintenant ils sont venus dans nos quartiers. Vous allez à la synagogue le jour du shabbat et les Arabes font le barbecue juste en face de chez vous".

 

Il a appelé les jeunes des collines de Judée et de Samarie, à venir repeupler de juifs la ville d'Akko et ainsi la sauver de la prise de contrôle par les arabes.

 

" Au cours des dix dernières années, 20.000 Juifs ont abandonné Akko",  a déclaré Fedida. "Les Arabes des villages voisins sont venus à leur place. Le noyau du groupe Torah est devenu minoritaire. Il est temps que tous les gens d'Israël sachent que si les Juifs continuent de quitter Akko, dans les sept ans à venir, il y aura un maire arabe ici. J'appelle la jeunesse des collines à venir s'installer à Akko. Aujourd'hui, si Akko est reprise par les arabes; demain, ce sera Nahariya et après-demain ce sera au tour de Carmiel ".

 

Selon des recherches spéciales récemment présentées, la population arabe dans les villes à population mixte (juive et arabe) est en nette augmentation alors que la population juive est en baisse.

 

La recherche a également montré , que dans la ville de Lod, la population arabe avait augmenté d'environ un quart entre 2003 et 2009, tandis que la population juive avait diminué d'environ 7,86 pour cent.

 

En 2008 lors de la fête du Yom Kippour, de violents affrontements ont eu lieu entre arabes et juifs à Akko.

Les affrontements avaient commencé lorsqu'un un chauffeur arabe a roulé dans la rue, frolant un groupe (de Juifs) qui se rendait à la prière.  Les Juifs, ont craint une attaque terroriste, et le lapidèrent, provoquant l'émeute des arabes et le saccage de biens Juifs.

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 15:54

par Shraga Blum

http://www.israel7.com/

03/02/2012

 

Les primaires du Likoud renouvelaient également la composition du Comité central du Likoud, qui aura une influence sur la désignation des candidats aux prochaines élections législatives.

Une analyse des résultats des primaires du Likoud indique que les trois courants qui constituent l’aile droite du Likoud sont sortis renforcés de ce scrutin : « Ha-Likoud Sheli », le groupe « Ha-Mateh Ha-Leoumi » de Stern-Angelsman ainsi que celui mené par l’ancien député Effi Eitam qui travaille en collaboration avec Zeev Elkin. Depuis qu’il a quitté la Knesset, Effi Eitam effectue un travail de fond sur le terrain afin d’amener au Likoud des adhérents sionistes-religieux. Rien que le groupe « Ha-Likoud Sheli » a réussi à faire élire une centaine de délégués au Comité central.Le second groupe a réussi à en faire entrer une soixantaine tout comme Effi Eitam.

Ce résultat est d’autant plus satisfaisant que Binyamin Netanyahou avait fait modifier les statuts du Likoud afin de renforcer l’influence des membres du Likoud des villes au détriment de ceux de Judée-Samarie, trop idéologiques à son goût.

Le nouveau Comité central tel qu’il ressort de ces primaires indique au contraire un renforcement des fidèles à Erets Israël.

Des militants de ces trois courants lancent aujourd’hui un appel à Moshe Feiglin pour qu’il travaille en collaboration avec eux afin d’influencer de manière notable la ligne politique du Likoud.

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 14:03

Reçu par e-mail

Editorial  par Marc Femsohn

pour Guysen International News  2 février 2012 

DR 2012

Dans le dossier iranien, les dés sont pratiquement jetés, ce n'est plus qu'une question de prise de décision par les dirigeants israéliens, dès qu'ils auront répondu à trois questions essentielles qui se posent à eux: Israël a-t-il les moyens d'attaquer l'Iran ? Disposons-nous de la légitimité internationale ? Toutes les autres options ont-elles été épuisées ?

Selon les responsables de Tsahal, Israël a effectivement les moyens d'entreprendre une action militaire contre l'Iran. Ehoud Barak estime que le temps presse, car les Iraniens s'apprêtent à débuter les travaux d'enfouissement de leurs installations nucléaires, ce qui rendra la tâche de les bombarder très difficile, voire quasiment impossible, même si Jérusalem a obtenu de Washington la livraison de bombes anti-bunkers ayant un fort pouvoir de pénétration.
 
Le problème, c'est que notre armée de l'Air dispose d'appareils tactique qui peuvent porter certaines bombes, mais pas les plus lourdes, nécessaires aux frappes stratégiques pour atteindre les sites enfouis, comme les MOB (Massive Ordnance Bomb) de 13 tonnes qui peuvent pénétrer 60 mètres de béton armé ou 40 mètres de roches moyennement dures. Or le site à proximité de la ville sainte de Qom, qui comprend les centrifugeuses d'enrichissement de l'uranium, serait à 60 mètres, voire à 100 mètres sous terre…
 
Le déclenchement d'une opération israélienne fera, bien entendu, l'objet de réactions et de représailles du monde musulman dont le Hezbollah, le Hamas et nos voisins islamistes égyptiens. Il faut s'attendre à ce que le territoire israélien soit la cible de roquettes du Hezbollah, mais celui-ci traverse actuellement une crise de confiance sans précédent, ayant perdu pratiquement simultanément ses deux seuls alliés, l'Iran qui n'est plus à même de livrer des armes aux terroristes chiites libanais en raison des sanctions internationales, et la Syrie, car le régime de Bachar el Assad n'est plus en mesure de compter de manière fiable sur sa propre armée et a d'autres chats à fouetter que les problèmes existentiels du Hezbollah. Donc, le mouvement terroriste chiite libanais va se retrouver avec un ennemi syrien acharné, le jour prochain où Assad aura disparu et le moment est très mal choisi pour tenter quoi que ce soit contre Israël, même de manifester sa colère et mal lui en prendrait, selon de hauts responsables militaires israéliens.
 
Le Hamas, quant à lui, lancera vraisemblablement ses salves contre le sud d'Israël, mais cette éventualité a été prise en compte par Benny Gantz, le chef d'état-major de Tsahal, qui s'est engagé à en venir à bout.
La seule véritable inconnue reste l'Egypte, mais tant que les militaires détiennent encore le pouvoir, il ne devrait pas y avoir trop de casse.
 
Je n'ai pas oublié une éventuelle réaction de l'Iran. Bien sûr, dans un premier temps, dans l'affolement, Ahmadinejad et les ayatollahs lanceront des attaques, mais les Américains et les Occidentaux en général devraient pouvoir gérer cette situation, non pour les beaux yeux des Israéliens, mais pour se défendre eux-mêmes.
Donc, selon Ehoud Barak, il faudrait peut-être penser à y aller maintenant, avant qu'il ne soit trop tard, sachant qu'une opération ne fera, dans le meilleur des cas, que retarder de trois à cinq ans la réalisation du programme nucléaire des Iraniens. En se disant que d'ici là, les pressions et les sanctions pourront peut-être avoir eu raison du régime des ayatollahs.
 
Que se passera-t-il sur la scène internationale ? Israël ne prétend pas avoir l'accord de tous les Occidentaux, mais dispose de la légitimité internationale. Même s'il ne faut pas leur faire confiance aveuglément, on sent actuellement la pleine détermination des Américains et des Européens à faire plier l'Iran.
En cas de frappe israélienne, ils interviendront contre Téhéran bon gré mal gré, parce qu'ils n'ont pas le choix, non pas pour défendre Israël, mais afin de se protéger en profitant de la confusion pour mettre un terme à une situation dont ils savent qu'elle devient insupportable à courte échéance pour les démocraties occidentales.
 
Toutes les options autres que militaires sont-elles épuisées ? Il semble bien que nous sommes arrivés en fin de cycle.. Après les dernières sanctions européennes, quelles pourraient être les nouvelles pressions diplomatiques qui feraient tout d'un coup renoncer l'Iran ? Son économie est exsangue, sa monnaie ne vaut plus rien, il y a pénurie de pain et de chauffage à Téhéran, les ayatollahs n'ont pas les mêmes valeurs que nous, les visites des inspecteurs de l'AIEA n'y changeront rien. Les Russes et les Chinois soutiendront diplomatiquement l'Iran, mais n'iront pas jusqu'à prendre des risques insensés pour cette république islamique.
 
Le chef du Mossad, Tamir Pardo, s'est rendu cette semaine à Langley au siège de la CIA où il a rencontré son homologue David Petraeus. Il a également eu des entretiens avec la présidente démocrate de la Commission du Renseignement du Sénat, Dianne Feinstein. Est-il venu peaufiner les derniers préparatifs ? L'accord "des lignes rouges" est-il en train d'être appliqué ?
 
Pour rappel, Israël et les Etats-Unis se sont entendus sur des "lignes rouges" au-delà desquelles une action militaire sera inévitable. Netanyahou s'est engagé à ne rien faire sans prévenir Obama, de leur côté les Américains ont assuré qu'ils agiront si ces fameuses lignes sont franchies par Téhéran.
Et le temps presse là-aussi, car Israël doit profiter de l'actuelle faiblesse d'Obama en raison de la campagne électorale aux Etats-Unis. Dès que l'Iran aura la bombe, il sera trop tard pour nous et pour tout le monde occidental.
 
La guerre de Kippour fut un traumatisme pour Israël, car ce fut la seule fois où nous avons laissé l'ennemi prendre l'initiative.
Il est incontestable que nous avons toujours gagné quand nous avons choisi le moment qui nous convenait.
L'heure fatidique approche, elle est inéluctable. De toutes manières, tout le monde le sait, la confrontation aura lieu.
Repost 0
mordeh'ai - dans Sécurité
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 09:18

Par Gil Ronen

pour Arutz7

02/02/2012,

http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/152387/

 Adapté par Mordeh'aï © 2012 pour le blog malaassot.com

 

Les Etats-Unis s'Inquiètent  qu'Israël soit sur le point de frapper l'Iran - "Washington Post"
Ignatius écrit : Netanyahu ne veut pas laisser le destin d'Israël dépendre d'une action américaine ni de nul autre.

 

Le Secrétaire à la Défense, Leon Panetta, croit qu'il existe «une forte probabilité» qu'Israël frappe l'Iran en avril, mai ou Juin, selon David Ignatiusle du Washington post.

Ignatius écrit qu'Israël estime qu'après ce temps, l'Iran n'entre dans une «zone d'immunité» qui lui permettrait de construire une bombe nucléaire à loisirs. Le Ministre de la Défense Ehud Barak a utilisé les mêmes mots jeudi dans son discours à la Conférence d'Herzliya.

 

"Très vite, les Israéliens craignent que les Iraniens ne stockent suffisamment d'uranium enrichi dans les profondeurs des installations souterraines pour fabriquer une arme - et seuls les États-Unis pourraient alors les arrêter militairement", a expliqué Ignatius. Les Etats-Unis, cependant, n'ont pas l'intention de frapper l'Iran jusqu'à ce qu'ils aient la certitude que l'Iran construit en réalité une bombe, et "le Premier ministre Benyamin Netanyahou ne veut pas compter sur l'action américaine...ni laisser à nul autre la charge du destin d'Israël."

 

Le journaliste a écrit que lorsque Barak a demandé le mois dernier le report d'un exercice militaire américano-israélien, cela pouvait être le signe qu'une attaque imminente israélienne. Barak a pris pour excuse "qu'Israël ne pouvait pas consacrer les ressources nécessaires à l'exercice annuel au printemps."

Le président Obama et Panetta ont mis en garde Israël contre toute attaque de l'Iran, car ils pensent qu'elle ferait dérailler le "succès croissant des sanctions économiques internationales".

 

La Maison Blanche n'a pas encore décidé exactement quelle sera sa réaction à une attaque israélienne sur l'Iran. Les Etats-Unis semblent favoriser de rester en dehors du conflit à moins que l'Iran ne frappe des actifs américains, ce qui déclencherait une forte réponse américaine. Malgré tout, les représentants de l'administration "avertissent Tehran à la prudence". Que Téhéran ne doit pas se méprendre: Les Etats-Unis ont un engagement de 60 ans à la sécurité israélienne, et si les centres de population d'Israël venaient à être touchés, les Etats-Unis pourraient se sentir obligés de venir à la rescousse d'Israël".

 

Ignatius cite un fonctionnaire israélien qui aurait dit aux américains: « Restez à l'écart, et laissez- nous faire." Le ponte mentionne un scénario de "courte-guerre" qui suppose cinq jours ainsi que des frappes israéliennes limitées, suivies d'un cessez-le-feu négocié par l'ONU. Ces observations aussi, ont été faites hier sur un ton goguenard par le chef d'Etat Major israélien le Lt.Col.Benny Gantz.

 

Ignatius écrit que les fonctionnaires américains ne pensent pas que Netanyahou ait pris une décision finale pour l'attaque, mais des "Cadres Supérieurs" de l'Administration doutent que les Israéliens bluffent."

 

Repost 0
mordeh'ai - dans Sécurité
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 08:55

L'éditorial de Laly Derai

pour Hamodia No 204 10 Shevat 5772

http://www.hamodia.fr/

 

 

Le 13 décembre dernier, la commission des affaires étrangères de l’Assemblée Nationale rendait public un rapport sur la géopolitique de l'eau à travers le monde. Or, il s’avère que les 22 pages de ce document qui concernent Israël et l’Autorité palestinienne pourraient aisément s’apparenter à un véritable pamphlet anti-israélien. En effet, pour son rédacteur, le député PS Jean Glavany, Israël a mis en place en matière de répartition de l’eau, un « nouvel apartheid » entre Juifs et Arabes. Ni plus ni moins. Hamodia a donc décidé d’analyser ce rapport, d’interroger les experts et de vérifier les chiffres. À l’issue de cette enquête, une conclusion s’impose : lorsqu’il s’agit de salir Israël, certains députés français ne s’embarrassent pas de la réalité et n’hésitent pas à colporter des mensonges.

 

Les 22 pages du volet israélo-palestinien du rapport N° 4070 sur la géopolitique de l’eau dans le monde, déposé devant la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale par Jean Glavany, sont particulièrement éloquentes. Sous divers intitulés (« Le bassin jordanien : l'eau, volet intégré du conflit territorial et la question sécuritaire », « Israël ou la conquête de l’eau », « Le ‘partage’ des eaux entre Israéliens et Palestiniens » , « L'eau, révélatrice d'un nouvel apartheid au Moyen-Orient », l’auteur du rapport accuse Israël de procéder systématiquement à une politique de discrimination par rapport aux Palestiniens, de les priver d'eau potable et courante, de bombarder les puits palestiniens et de détruire leurs forages, pour ne citer qu’une partie de la longue liste de chefs d'accusation qu’ils ont rédigés.

Côté israélien, on rejette des deux mains ce rapport. Tant pour les responsables politiques que pour les scientifiques, il s'agit là d'un ramassis de mensonges et de contre-vérités qu’ils repoussent les uns à la suite des autres. / Voici une partie des arguments mensongers contenus dans le rapport Glavany, suivis par la réponse israélienne. 

 

 1. Le premier sommet des chefs d’États arabes en 1964 avait pour objet de réunir les Arabes contre le détournement des eaux du Jourdain par Israël.

Faux. Lors de ce premier sommet des États arabes, qui aboutira en fin de compte à la création de l'OLP, les participants débattent des moyens de détruire l’État juif. L’une des méthodes évoquées est le détournement des eaux du Jourdain vers la Syrie. Prendre pour argent comptant les calomnies portées alors contre Israël, accusé, en dépit du droit international, de « détourner l'eau des Arabes », est pour le moins surprenant, surtout dans le cadre d'un rapport officiel de l'Assemblée nationale.

 

 2. La situation à Gaza est critique. 170 millions de m3 d’eau sont pompés chaque année, ce qui est le triple de la proportion renouvelable (55 millions) et provoque une salinisation importante. 90 à 95 % de l'eau fournie à Gaza, après des pertes de l’ordre de 40 %, est contaminée et impropre à la consommation humaine. Les maladies à transmission hydrique sont courantes. L’OMS estime que 26 % des maladies à Gaza sont liées à la mauvaise qualité de l’eau. Pour faire face à la mauvaise qualité de l’eau, les habitants de la bande de Gaza ont développé des puits et des systèmes de dessalement privés qui alimentent un marché parallèle de l’eau, où les prix pratiqués sont très élevés.

Ce que le rapport ne prend pas en compte, c'est que lorsqu'Israël quitte unilatéralement la bande de Gaza en été 2005, il laisse derrière lui un système hydrique en parfait fonctionnement. Citernes, forages, puits, usines d'assainissement : tout est abandonné tel quel. Quatre ans plus tard, ce cadeau d'une valeur de plusieurs centaines de millions de dollars est complètement détruit, suite à une politique irresponsable de pompage massif de l'eau et à la destruction des tuyaux, transformés en roquettes tirées sur le territoire israélien. Malgré ce phénomène, Israël continue aujourd'hui, pour des raisons humanitaires, à livrer de l'eau potable à la bande de Gaza, pour parer aux carences dues à la mauvaise gestion du Hamas.

 

 3. Les Palestiniens peuvent seulement creuser jusqu’à 300 mètres. À l’inverse, les puits des colons peuvent avoir une profondeur de 1 500 mètres, et utilisent l’épaisseur entière des nappes phréatiques. Ils sont ainsi plus efficaces et plus puissants./ Nous avons posé la question à toutes les personnes concernées et la réponse est limpide : il n'y a pas et il n'y a jamais eu de « puits de colons ». Ce concept n'existe tout simplement pas.

 

 4. Les 450 000 (sic) colons israéliens installés en Cisjordanie utilisent autant, voire plus d'eau que les quelque 2,3 millions de Palestiniens qui sont prioritairement desservis en période de sécheresse. Cette utilisation s’effectue clairement en violation du droit international qui impose à une puissance occupante de sauvegarder et d'administrer ces ressources conformément à la règle de l'usufruit et de ne pas utiliser les ressources du territoire occupé dans l'intérêt de sa propre population civile.

Selon le bureau de coordination des activités gouvernementales dans les territoires, cette accusation est là aussi dénuée de tout fondement. Tout d'abord parce que la consommation d'eau des habitants des localités juives de Judée et de Samarie n'affecte en aucune manière la quantité d'eau transmise aux Palestiniens en vertu des accords d'Oslo. Secundo, selon les chiffres du gouvernement israélien, les Israéliens vivant en Judée et en Samarie consomment 20 millions de m³ d'eau par an, soit dix fois moins que les Palestiniens qui en consomment 200 millions de m³ !

Quant à la phrase selon laquelle « les Palestiniens sont prioritairement desservis en période de sécheresse », elle est déconnectée de la réalité puisque ce sont justement les agriculteurs juifs de la vallée du Jourdain qui, en période de sécheresse, subissent les quotas imposés par le gouvernement tandis que le même gouvernement continue de transférer à l'AP ses 200 millions de m³ annuels...

 

5. Israël défend la théorie de la première appropriation, rejetant le principe d’une répartition équitable des ressources des aquifères. Quand les Palestiniens font appel à la géographie, les Israéliens se réfèrent à l'histoire.

Faux. Israël se réfère au droit international. Les rivières qui coulent vers la Méditerranée sur le territoire israélien dans la zone centrale ont leur source à l’intérieur des lignes d’armistice d’avant 1967, même si elles sont toutes alimentées par les nappes phréatiques de Samarie. La propriété d’Israël sur ces nappes est donc fondée du point de vue du Droit international. / Un autre point gênant et qui concerne cette fois tout le rapport de la commission parlementaire des Affaires étrangères : il est curieux de constater que les représentants du pouvoir législatif accordent si peu d'importance à la législation et à la loi. En effet, les accords d'Oslo, qui régissent très clairement les droits et les devoirs des Israéliens et des Palestiniens dans ce dossier de l'eau, sont contraignants au regard du droit international. Or, à la lecture du rapport Glavany, on a le sentiment qu'il s'agit d'un texte qui est antinomique à la morale et au Bien. En passant, voilà bien le seul sujet sur lequel tant les Israéliens de droite que le député PS s'accordent...

 

 6. Les « puits » forés spontanément par les Palestiniens en Cisjordanie sont systématiquement détruits par l’armée israélienne.

Là encore, on retrouve ce mépris du droit en faveur d'une soi-disant morale bien pensante. Si ces « puits » sont détruits, c'est pour deux bonnes raisons : la première, c'est qu'ils ont été forés dans la plus totale illégalité et sans avoir reçu la moindre autorisation de la moindre autorité compétente. Est-il permis, en France, de forer des puits sauvages ? La seconde, c'est parce que ces puits sauvages constituent une des pires menaces pour la nappe phréatique.

 

 7. Tout démontre, même si bien peu nombreux sont ceux qui osent employer le mot, que le Moyen-Orient est le théâtre d’un nouvel apartheid.

Le rapport compare Israël à l'Afrique du Sud de l'époque de l'apartheid. Allons jusqu'au bout de cette comparaison. 50 millions de personnes vivent en Afrique du Sud. 10 % d'entre eux sont blancs, 90 % sont de couleur. À l'époque de l'apartheid, environ 25 millions de la population sud-africaine étaient reliés au réseau national de distribution d'eau potable. Il s'agissait majoritairement des blancs. Avec la montée au pouvoir, en 1994, de Nelson Mandela, il décrète cette loi raciste nulle et non avenue et s'engage à relier toute la population au réseau. Aujourd'hui, 40 millions d'Africains du Sud ont l'eau courante.

Au moment où Israël libère en 1967 la Judée et la Samarie de la présence jordanienne, seuls 4 villages palestiniens sont reliés au réseau jordanien d'eau potable. Depuis, 45 ans ont passé et aujourd'hui, 97 % de la population palestinienne est reliée au réseau israélien ! Ces Palestiniens reçoivent chaque année 200 millions de m³ d'eau, soit 82 millions de m³ de plus que ce que prévoyaient les accords d'Oslo.

 

Si on appelle cela de l'apartheid, alors Daniel François Malan, le créateur de la politique d'apartheid en Afrique du Sud, doit se retourner dans sa tombe...

Repost 0
mordeh'ai - dans Société