Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 16:10
Mercredi 31 décembre 2008

Miguel Garroté     Nous sommes en temps de fête et vous voulez de bonnes nouvelles.  Nous sommes aussi en temps de guerre.  Alors assumons et la fête et la guerre.  Ainsi,  Raphaelle Dreyfuss,  pour Guysen International News,  aujourd’hui mercredi 31 décembre 2008,  écrit,  à propos d’hier,  que  « les hostilités se poursuivent depuis 5 jours,  et les appels aux cessez-le-feu commencent à se multiplier.  Mais Israël semble bien décidé à mener à bien sa mission,  à savoir stopper de manière définitive les tirs de missiles sur son territoire.  Mardi 30 décembre,  à Jérusalem,  on a été extrêmement clair ».  Extrêmement clair hier mardi.  Bien.

-

Mais ce matin mercredi 31 décembre 2008 à 09:13 on apprend sur le wire que Israël examine des propositions internationales de trêve permanente avec le Hamas et que Israël rejette un cessez-le-feu provisoire qui ne garantit pas l'arrêt des tirs de roquettes palestiniennes.  « Il y a plusieurs propositions soumises par diverses parties »,  indique le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères,  Yigal Palmor.  « Il y a un dialogue avec ces parties dans le but d'aboutir à un projet sérieux de trêve permanente sous certaines conditions » permettant un arrêt total des tirs de roquettes palestiniennes,  ajoute Yigal Palmor.

-

« Pour qu'une telle trêve soit envisageable,  il nous faut des garanties,  des conditions.  Il faut que le Hamas cesse ses tirs de roquettes,  qu'il cesse de s'approvisionner en armes,  qu'il cesse sa course aux armements.  Ce sont des conditions indispensables pour qu'une trêve permanente soit envisagée sérieusement »,  précise Yigal Palmor ce matin.

-

Le Cabinet israélien de Sécurité se réunit aujourd’hui mercredi,  pour discuter les propositions de cessez-le-feu,  déclare ce matin le porte-parole de la Présidence du Conseil israélien,  Mark Regev.  « Le cabinet de sécurité compte douze ministres et il se réunira en présence du chef d'état-major et des responsables des services de sécurité »,  précise Mark Regev.

-

Le ministre israélien des Affaires sociales,  Yitzhak Herzog,  déclare :  « Nous étudions toutes les possibilités et il serait erroné de penser que nous faisons preuve de faiblesse parce que nous envisageons une sortie.  Notre opération militaire se déroule selon un plan précis et nous savions en la déclenchant que l'ennemi est une organisation terroriste qui dispose d'un important arsenal et qu'il se cache parmi des civils ».

-

Bien.  Alors faisons confiance au ministre israélien des Affaires sociales,  Yitzhak Herzog.  Et ne nous laissons pas impressionner par les déclarations des porte-paroles Yigal Palmor et Mark Regev.  Partons de l’idée que Herzog dit ce que Israël fait.  Et que Palmor et Regev – ne font que dire ce que les médias et les diplomates ont envie d’entendre – sans pour autant dire le contraire de leurs chefs.  Cela s’appelle guerre diplomatique.  Et cela fait partie de la guerre tout court.

-

A condition que la guerre diplomatique ne prenne pas le dessus.  Au détriment de la guerre tout court qui dans le cas qui nous préoccupe – est une guerre de légitime défense à court terme et de survie à moyen et long terme.  Celles et ceux qui ne l’ont toujours pas compris,  feraient bien de se documenter,  sur Mediarabe.info,  sur Metula News Agency et sur Guysen International News notamment.  Au lieu d’avaler – sans réfléchir – les dépêches de l’AFP reprises – sans discernement – par la majorité des médias francophones.  L’AFP qui aujourd’hui mercredi,  comme de coutume,  relaye,  d’heure en heure,  la propagande du Hamas ;  tout en mettant plein de guillemets,  à la moindre petite déclaration,  côté israélien.  Et cela aussi,  c’est la guerre.

-

© Copyright 2008 Miguel Garroté http://monde-info.blogspot.com

Repost 0
mordeh'ai - dans Dépêche
30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 15:19

Grad rocket lands in Kiryat Malachi

Attack marks first time city and its surrounding area targeted by Palestinian gunmen in Gaza; another rocket hits north of Beersheba near Rahat. No injuries reported in either incident; at least 20 rockets fired toward Israel since late morning hours

Shmulik Hadad

Latest Update:  12.30.08, 16:05 / Israel News

   

A Grad rocket fired from northern Gaza landed in Kiryat Malachi Tuesday afternoon. There were no reports of injuries or damage. The attack marked the first time that the city and its surrounding areas have been targeted.

Kiryat Malachi is located 17 kilometers (11 miles) northeast of Ashkelon and 30 km from Israel's border with Gaza.

 Explosions were also heard in Netivot.

 A short while later another Qassam landed north of Beersheba near Rahat. There were no reports of injury or damage.

                                                                            

Repost 0
mordeh'ai - dans Dépêche
30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 14:48

Yedioth Aaharonot 26 décembre 2008

 

Traduction française : Ambassade d’Israël. http://paris1.mfa.gov.il/mfm/web/main/document.asp?DocumentID=151495&MissionID=31

 

Les bombardements systématiques subis par les citoyens des villes et villages d’Israël constituent un crime de guerre et un crime contre l’humanité. L’Etat d’Israël doit protéger ses citoyens. Nul n’ignore que le gouvernement israélien ne veut pas entrer dans la Bande de Gaza, et qu’il préférerait continuer cette trêve que le Hamas a violée avant de l’annuler. Mais la souffrance des civils israéliens dans la zone frontalière avec Gaza ne saurait perdurer. (…)

 

(…).  L’opinion publique internationale s’empressera alors d’accuser Israël de crimes de guerre - la même opinion publique mondiale restée indifférente aux bombardements systématiques de la population civile israélienne.

 

Des pressions intenses seront exercées sur Israël pour que son gouvernement observe une retenue. Aucune pression de ce genre ne sera exercée sur le Hamas, car il n’y a personne pour le faire, et qu’il ne reste quasiment aucun moyen de le faire. Israël est un Etat, alors que le Hamas n’est qu’une bande de criminels.

 

Quelle ligne d’action nous reste-t-il ? Pour Israël, la meilleure solution serait d’arriver à un cessez-le-feu total, en contrepartie d’un allégement du blocus imposé à la Bande de Gaza.

Si le Hamas persiste dans son refus de cessez le feu et poursuit ses bombardements contre les civils israéliens, il faut redouter qu’une opération militaire ne joue le jeu du Hamas. Le calcul du Hamas est simple, cynique et scélérat : si d’innocents civils israéliens sont tués - parfait.

Si de nombreux Palestiniens innocents sont tués - mieux encore. Face à cette position, Israël doit agir intelligemment, et non pas dans une explosion de fureur.

Amos Oz

 

*


Amos Oz et A.B. Yehoshoua, deux écrivains de notoriété, ont signé un article dans un quotidien italien appelant le gouvernement israélien à " négocier un cessez le feu avec le Hamas ou au besoin de le décréter de manière unilatérale ".

(extrait de l’article Hasbarah & anti-Hasbarah de SB d’Aruts7)
http://www.actu.co.il/2008/12/%c2%ab-hasbara-%c2%bb-et-%c2%ab-anti-hasbara-%c2%bb/

N’y-a-t-il pas quelque dissonance dans les propos d' Amos Oz  quand il écrit dans le "Yedioth" ou quand il est cité par le "Haaretz" ?

(Mordeh'aï)
Repost 0
mordeh'ai - dans Point de vue
29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 23:17

[Lundi 12/29/2008 17:22]

Ce titre peut s’interpréter de deux manières, mais la deuxième confirmera la première. Tout d’abord, fallait-il choisir un ministre arabe au gouvernement, sachant l’impossibilité naturelle d’un représentant arabe de s’identifier avec les objectifs de l’Etat d’Israël, et la progressive identification de Arabes israéliens avec la cause de leurs frères palestiniens? Deuxièment, la posture prise aujourd’hui par le ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, Raleb Majadele constitue un affront pour ceux mêmes qui l’ont élevé au rang de ministre d’un gouvernement israélien, et constitue une erreur grossière de la part de ce ministre.

 

Alors que l’opération “Plomb durci” est entrée dans son 3e jour, le ministre arabe israélien n’a rien trouvé de mieux que de boycotter le conseil des ministres de dimanche matin, en justifiant sa décision par sa “désapprobation de cette offensive de Tsahal”. Madjadele a appelé Israël “à cesser le bain de sang à Gaza, qui est inutile et affaiblit Abou Mazen”.

 

Dans la classe politique nombreux sont ceux qui se sont indignés face à cette manifestation ostensible de solidarité avec l’ennemi en temps de guerre, certains demandant la démission de Majadele, à l’image de Binyamin Netanyahou, Avigdor Lieberman ou Elie Ishaï. Ce dernier s’est offusqué que ce ministre “n’ait pas daigné élever la moindre protestation ni boycotter une réunion du Conseil des ministres lorsque les Kassam pleuvent et qu’il y des morts et des blessés à Sderot ou dans les alentours”. Un responsable du Likoud a déclaré que Netanyahou, s’il est élu Premier ministre, “fera un peu d’ordre dans le problème d’identité des représentants arabes israéliens à la Knesset”.

 

Cette attitude inadmissible quoique prévisible de Raleb Majadele n’a pas plu aux responsables de son Parti, Avoda, et notamment à Ehoud Barak, qui espérait une unité et une solidarité de ses députés et ministres dans la grande entreprise militaire qui commence. Le Premier ministre Ehoud Olmert n’a pas apprécié non plus et s’est empressé de prendre une mesure de retorsion symbolique contre le ministre: il lui a interdit de se rendre en visite en Jordanie comme il était prévu.

 

Le geste symbolique fort du ministre de la Culture ne doit plus étonner grand monde. A travers le pays, toute la population arabe israélienne montre clairement aujsourd’hui sa solidarité avec le Hamas et sa condamnation de la légitime défense israélienne, pourtant après des années de retenue.

 

Ceci donne aussi une “étrange” résonnance au discours de Tsipi Livni, qui a rappelé lundi sa traditionnelle et factice distinction entre “les extrémistes qu’il faut combattre, et les modérés qu’il faut soutenir”!!

 

Au moment de sa nomination au gouvernement sous la pression d’Amir Peretz, l’on disait de Raleb Majadele “qu’en tant qu’Arabe israélien membre d’un parti sioniste, il représentait le modèle de l’intégration de cette population dans la société israélienne”…


par Shraga Blum  - Aruts7

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 22:27

 

Par Daniel Rouach (20 km Sud de Tel-Aviv)
Publié le 29 décembre 2008 à 20:44


PLUS DE QUINZE BLESSES, UN MORT - La station centrale de bus d’Ashdod est touchée par la chute de roquettes. Des blessés.

Arrêt des programmes normaux de la TV. La censure militaire interdit de transmettre le nombre de blessés.
Ashdod est la cinquième plus grande ville et le second port d’Israël (après Haïfa). Située sur la plaine du littoral à mi-chemin entre Tel Aviv et Gaza, dans le district Sud d’Israël, Elle est à 35 km de Tel Aviv, à 5 km de Ashkelon et à 70 km de Jérusalem et Beer-Sheva. C’est une ville très dynamique et qui a eu une         croissance récente très rapide, notamment grâce à l’apport de nouveaux
immigrants en provenance de France, d’Éthiopie, de Russie
http://www.juif.org/
                                                                                                                          Photo Aruts 7

Repost 0
mordeh'ai - dans Dépêche
29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 21:49

En l’été 2005, Israël se retire de Gaza. Il n'y était pas obligé; Gouch Katif aurait pu continuer à exister et à prospérer. Pour des raisons diverses, certaines bonnes et d'autres beaucoup moins, Ariel Sharon décide qu'il est temps de faire sortir les juifs de la bande de Gaza et de laisser ce territoire de près de 400 km² aux mains des Azziates ; qu’ils le gèrent à leur façon. Peut-être nous surprendront-ils, en bien ?

 

Cette terre devenue de facto palestinienne aurait pu prospérer, ne serait-ce que grâce aux tombereaux de Dollars et d'Euros qui étaient déversés de tous côtés. Les Azziates auraient pu:

 

- Enlever les barbelés qui cernaient les Yechouvim, bâtir des maisons des immeubles en utilisant les infrastructures laissées par les israéliens.

 

- Développer l'agriculture, sur la base des serres que les juifs leur ont laissées intactes.

 

- Créer des industries, à partir de la zone industrielle de Neve Dkalim abandonnée.

 

- Agrandir le port et développer une flotte de pêche, commerciale…

 

- Développer leurs échanges commerciaux avec l'Égypte, et au-delà, avec d'autres pays arabes

 

- Intensifier le commerce avec Israël, notamment dans le secteur du textile. Du jour au lendemain les ateliers de confection qui travaillaient avec les israéliens ont cessé de produire ; et plus généralement, fonctionner économiquement avec l'État hébreu

 

- Devenir autonomes en matière énergétique.

 

- Développer leur système éducatif

 

Tout cela était possible et bien d'autres choses. Au lieu de cela, ils n'ont su produire que haine, pauvreté, incurie et misère.

 

L'État indépendant de Gaza aurait pu devenir un exemple pour les Arabes du Proche-Orient, et il l'est devenu: un exemple de ce qu'il ne faut surtout pas faire.

 

Je ne prétends pas que les Arabes en sont incapables. Je prétends simplement que cela ne rentre pas dans leurs priorités. Pourquoi ? A mon sens, pour deux raisons:

 

La haine et la colère, comme disent nos sages, obscurcit le cerveau et empêche de réfléchir avec sa tête. 'Ham, l'ancêtre des Plishtin, lire Aazziates, était un impulsif, qui plus est, vicieux et sanguinaire (lire mes articles sur les trois fils de Noé). Qu'à cela ne tienne, on peut se relever d'une malédiction plusieurs fois millénaire et prendre son destin en main. Ils ont décidé de se conformer à l'image de leur ancêtre au lieu de s'en détacher.

 

Deuxième raison plus prosaïque: les Plishtin, fondamentalement, ne veulent pas d'un État, prospère ou pas prospère. Ehoud Barak, celui là même qui leur donne la leçon aujourd'hui, avait offert à Arafat sur un plateau d'argent, en présence de Bill Clinton, un État qui aurait réuni Gaza et plus de 90 % de la Cisjordanie. Arafat a sciemment refusé de donner une patrie à son peuple.

 

Les Plishtin veulent demeurer fidèles à l'étymologie de leur nom qui provient de Liphlosh, envahir. Se procurer ce qu’il leur est nécessaire par des razzias ou par l’aumône.

 

La conclusion de ces constats est limpide: Il est interdit aux israéliens de penser même à un État palestinien. Ils n'en veulent pas, et tout territoire qui passerait aux mains des Palestiniens, en Cisjordanie ou ailleurs, deviendrait une poudrière, où la seule production se résumerait à des Quassam, Grad et autres missiles sol-sol.


Gaza a été un champ expérimental. L'expérience est concluante,
il n'y a pas lieu de la renouveler ailleurs.

Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions
29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 11:28


Lundi 29 décembre 2008

8 morts hier soir dans l'explosion d'une usine de fabrication d'arme dans la province d'Isaphan, au centre de l'Iran. La déflagration, survenue à 22h40, heure locale, a détruit une partie de la ligne de production. La province d'Isaphan regroupe des éléments du programme nucléaire iranien, notamment la centrale de Natanz. L'agence d'informations iranienne a (link)
Repost 0
mordeh'ai - dans Scoop
29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 00:43
28/12/2008 

Freddy Eytan  | 
http://www.jcpa-lecape.org

La riposte foudroyante contre le Hamas était prévisible. Israël  a averti à plusieurs reprises le Hamas et a mis en garde le monde entier contre l'escalade.
L'organisation terroriste palestinienne a poursuivi ses attaques contre nos compatriotes du sud et s'est moquée éperdument des avertissements et de nos appels. Provocation, violence, terreur, désinformation et haine viscérale animent le Hamas et dictent sa ligne de conduite. Jusqu'à ce jour le gouvernement était perplexe et ne voulait pas répondre aux provocations quotidiennes. Depuis ce shabbat, 27 décembre 2008, le grand dilemme n'existe plus et l'équation a changé brutalement. Les dirigeants d'Israël ont enfin compris que la situation actuelle ne pouvait plus durer car l'immobilisme et la retenue ont été interprétés comme faiblesse et ont encouragé le Hamas à lever la tête et à saboter la paix.
Israel a lancé une opération foudroyante. L'Etat juif a  surpris le monde  par une opération audacieuse et spectaculaire. Tsahal a prouvé, une fois de plus, sa force et son bras de fer contre l'ennemi implacable. Le gouvernement et l'armée ont  tiré les leçons de la Deuxième guerre du Liban.  Aucun pays au monde ne peut tolérer un bombardement  systématique contre son propre territoire. Aucun observateur, aucun journaliste, aucune ONG et aucune chancellerie ne peuvent nous donner aujourd'hui des leçons de morale. Les Etats-Unis, la Russie, la France et l'Angleterre ont agi dans le passé de la même manière au moment où les intérêts vitaux étaient mis en jeu. Ils ont lancé des raids contre des territoires qui se trouvaient à des milliers de kilomètres de leurs capitales. Les exemples sont éloquents. Le Hamas n'attaque pas un territoire occupé! Israël  s'est déjà retiré de toute la bande de Gaza. Aucun prétexte n'existe! 
Gaza est devenue un pays terroriste et notre ennemi numéro un. Ses dirigeants actuels cultivent la haine et la violence. Ils ne changeront pas tant que les ayatollahs, les Ben Laden, le Hezbollah et les "Frères musulmans" existeront. Les images à la télé sont dures à voir et sont souvent manipulées, mais elles ne doivent pas nous impressionner à arrêter les combats. Les scènes d'horreur, les morts et les blessés sont la cause du terrorisme aveugle et lâche. Le Hamas a voulu la guerre. Notre guerre totale contre les terroristes est juste. Nous nous défendons! Le peuple palestinien n'est pas notre ennemi ni le monde musulman. La preuve, des milliers de palestiniens continuent à travailler tranquillement en Israël et  des milliers d'arabes chrétiens ont fêté Noel dans le calme et la joie. Les appels désespérés du Hamas pour la reconduite à une trêve conditionnée, ne sont que d'ordre tactique et sont destinés à attirer l'attention internationale, pour pouvoir gagner du temps et amasser de nouvelles armes. Le manège est bien connu. Des négociations  avec cette organisation qui prône notre destruction  ne riment absolument à rien et donc il faut rejeter tout dialogue avec le Hamas et poursuivre le combat sans pitié et sans merci.
   Après sept années de retenue, Jérusalem a enfin décidé de changer fondamentalement sa politique vis-à vis du Hamas. Les chancelleries doivent approuver ce changement dans l'intérêt de la paix et la stabilité de la région. Les pays arabes voisins, menacés par des courants extrémistes  devraient même applaudir. Pour Israël, seule la sécurité de ses compatriotes compte! Nous devons poursuivre cette opération jusqu'au bout et résister aux pressions internationales. Nous devons agir en priorité  dans l'intérêt de l'Etat juif et mettre un terme, par tous les moyens possibles, au pouvoir terroriste du Hamas.
Il existe dans l'histoire d'une nation des limites, des lignes rouges et des prix à ne pas payer. Le peuple juif a trop souffert et Israël  a affronter des rudes batailles. Nous devons nous unir dans ce nouveau combat, tenir bon et résister. Nous mettrons un terme aux raids jusqu'au jour où les enfants d'Israël pourront aller à l'école avec le sourire et sans craintes et seulement après que Guilad Shalit soit parmi nous. C'est notre devoir! Ce sont les valeurs fondamentales du judaïsme.
Hélas, les semaines à venir seront pénibles et douloureuses, mais contre les terroristes et les bombes humaines, seul le langage de la force est compréhensible.
Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions
29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 00:15

Moshe Feiglin Video


votez Moshe Feiglin 
 



 

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
28 décembre 2008 7 28 /12 /décembre /2008 01:02
Samedi 27 décembre 2008
http://jss.over-blog.com/


Mais ou était donc passes tous ces décideurs politiques lorsque les roquettes tombaient en Israel ? Jamais je n'ai vu autant d'ingérence internationale que quand Israel se défend des terroristes...
Je n'ai malheureusement pas le temps de faire une analyse aujourd'hui mais ce sera fait des demain... En attendant, voici une première grille de lecture des réactions internationales...

L'armée de l'air d'Israël poursuit ses raids sur la bande de Gaza. "Au moins 195 personnes ont péri dans ces opérations et plus d'une centaine d'autres ont été blessées dans toute la bande de Gaza",a déclaré le ministre de la Santé du Hamas, Bassem Naïm. La radio du Hamas a fait état de 175 Palestiniens tués, en majorité dans la ville de Gaza et dans le nord du territoire, et de plus de 200 blessés dans les bombardements. Les bilans sont toutefois provisoires.
Un civil israélien tué
La riposte palestinienne s'est traduite par des tirs de roquettes contre Israël. Un de ces engins a tué un civil israélien à Netivot et fait quatre blessés. Dans un communiqué, le Hamas a appelé ses troupes "à venger par la force les opérations de l'ennemi". A Gaza, des combattants de la branche armée du Hamas ont appelé par haut-parleurs les habitants du sud d'Israël "à préparer les linceuls".
Des manifestations condamnant les raids ont eu lieu dans de nombreuses villes arabes d'Israël, ont rapporté des témoins. Des centaines de manifestants se sont également rassemblés près de l'ambassade d'Egypte à Beyrouth.

Secret maintenu, surprise totale
Côté israëlien, "l'opération se poursuivra et sera éventuellement élargie en fonction des évaluations de l'armée et des responsables de la Défense", a averti le ministre de la Défense, Ehud Barak. Le porte-parole militaire israélien Avi Benyahou a précisé que "l'aviation israélienne a visé des camps d'entraînement militaire, des bureaux gouvernementaux, des arsenaux, et des centres de commandement relevant tous du Hamas terroriste". Selon lui, "le secret sur cette opération a été soigneusement maintenu et la surprise a été totale (...) La plupart des victimes sont des gens en uniformes du Hamas".
Le président palestinien Mahmoud Abbas a entamé des "contacts urgents avec plusieurs pays arabes et autres pour faire cesser l'agression lâche et les massacres dans la bande de Gaza".Pour sa part, la ministre des Affaires étrangères israélienne, Tzipi Livni, a réuni ses collaborateurs en vue d'une campagne d'information internationale. Il est vrai que de partout dans le monde, les réactions ne se sont pas fait attendre.

Plusieures capitales ont appelé à un arrêt des violences
Union européenne.La présidence française de l'Union européenne "exprime sa plus vive préoccupation devant l'escalade de la violence (...) et condamne les bombardements israéliens, ainsi que des tirs de roquettes en provenance de Gaza. Elle demande leur arrêt immédiat. Elle condamne l'usage disproportionné de la force." La présidence française de l'UE, soulignant qu'il n'y avait "pas de solution militaire à Gaza", a demandé "l'instauration d'une trêve durable" et encouragé "les efforts des pays voisins, en particulier ceux de l'Egypte, qui pourront permettre d'atteindre cet objectif".
Les Etats-Unis "pressent Israël d'éviter les victimes civiles en prenant pour cible le Hamas à Gaza", a déclaré un porte-parole de la Maison Blanche. Mais, ajoute-t-il, "les incessantes attaques à la roquettes du Hamas contre Israël doivent cesser pour que la violence cesse. Le Hamas doit mettre fin à ses activités terroristes s'il veut jouer un rôle dans l'avenir du peuple palestinien".
La Russiea appelé Israël à arrêter "l'opération d'envergure"contre Gaza et le Hamas. "Nous appelons en même temps la direction du Hamas à cesser les tirs de roquettes contre le territoire israélien", selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères.
Le Royaume-Uni s'est dit "profondément inquiet" après les frappes israéliennes a déclaré un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères. "La seule façon d'aboutir à une paix durable à Gaza est par des moyens pacifiques. Tout en comprenant l'obligation du gouvernement israélien de protéger sa population, nous appelons à un maximum de retenue pour éviter d'autres victimes civiles."
Turquie.Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, réclame l'arrêt "au plus vite" des raids. "La méthode employée par Israël, alors que nous avons fait tant d'efforts pour la paix, est un coup porté aux initiatives de paix." Le Premier ministre a estimé que l'opération israélienne constituait une marque d'"irrespect"à l'égard de la Turquie alors que celle-ci joue depuis plusieurs mois un rôle d'intermédiaire. "Je pensais appeler le Premier ministre israélien Ehud Olmert en relation avec les pourparlers Israël-Syrie, mais j'ai annulé et je ne l'appellerai pas."

Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions