Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 09:52
L’État d’Israël revu et corrigé par Moché rabbénou !
Par Jonat pour  de Juif.org  (03.11.08)

Voici un texte extraordinaire du Zohar haKadoch rédigé d’inspiration divine par rabbi Chimon bar Voici

 

Ce long passage du Zohar (Parachat Nasso 124a), parfois hermétique, appelé « Ra’ya Meheimna » -  le Fidèle Pasteur – qui traite de différents sujets de Torah dont l’époque messianique, se termine sur une prière de Moché rabbénou pour la délivrance finale.

En effet, le texte nous explique que, leur étude achevée, Eliahou s’apprête à monter au ciel pour intercéder auprès d’Hachem pour libérer le peuple juif de son exil et demande à Moché de lui transmettre des arguments de taille qui permettront sa délivrance immédiate.

S’exécutant, Moché lui présente un tableau sévère de la situation pré-messianique mais extraordinaire de clairvoyance ! Tout y est : État et dirigeants laïcs et antireligieux, capitalistes et corrompus, où l’écart entre les riches et les pauvres est sidéral, les subventions pour le social et les institutions religieuses pratiquement inexistantes,  et où les étudiants de Torah sont inlassablement dénigrés et mis au ban d’une société qui est régulièrement incitée à s’émanciper et à s’assimiler de gré ou de force…

 

Leur dernière étude traite de l’époque messianique et du Èrev rav membres du peuple juif qui se battent pour l’assimilation de celui-ci :

 

A propos du Èrev rav il est écrit : « et le peuple à cette vue, trembla et se tint à distance » (Chémot 20:14). Ils seront loin de la rédemption et ils observeront les étudiants de la Torah et la sainte nation dans toute sa splendeur, mais ils se tiendront loin d'eux. S'ils souhaitent se joindre à eux, il est écrit : « On ne doit pas porter la main sur lui, mais le lapider ou le percer de flèches » (ibid. 19:13). A cette époque, il s’accomplira pour Israël : « Seul, Hachem le dirige, et nulle puissance étrangère ne le seconde » (Devarim 32:12). Il a déjà été expliqué qu’il ne sera pas accepté de nouveaux convertis à l’époque du Messie. « Et les impies périssent dans les ténèbres » (Chemouel II 2:9): c’est le Èrev rav. Par conséquent, le prophète a proclamé à leur sujet : « et ils ne viendront pas sur le territoire d'Israël » (Yéhezkel 13:9).

 

La vision de rabbi Chimon traverse le temps et l’étude du « Ra’ya Meheimna » se clôture à notre époque. Quand arrive le moment de partir, Moché partage la souffrance causée par la situation financière, morale et spirituelle critique du peuple d’Israël à la fin des temps :

 

Eliahou dit au Fidèle Pasteur (Moché) : il est temps pour moi de partir en haut [pour amener la délivrance finale]. Fais-moi jurer solennellement [d’accélérer la Rédemption], car pour toi je veux monter là-haut. Car le Saint béni soit-Il, m'a donné l'autorisation de me révéler à toi dans ta prison, dans ton lieu de sépulture, et pour te remplir de bienfait parce que tu t’es profané par les péchés du peuple [car parmi eux il est comme en prison]. Tel est le sens de : « Et c'est pour nos péchés qu'il a été meurtri » (Yéchaïa 53:5).

 

 

Le Fidèle Pasteur (Moché) lui dit :

Fais-moi le serment solennel au nom de Hachem, que tu feras tout ton possible pour ne pas retarder la rédemption, car je me trouve dans une grande détresse. [A mon sujet il est écrit :]
« Il se tourna de côté et d'autre et ne voyait paraître personne » (Chémot 2:12). Aide moi, sors moi de cette détresse, de cette tombe sur laquelle il a été dit de moi : « On a mis sa sépulture avec celle des impies » (Yéchaïa 53:9). Ils ne me reconnaissent pas, et je suis aux yeux de l’Èrev rav, ces  mécréants, considéré comme un chien mort répugnant parmi eux, car « la sagesse des scribes (Sages) répugnera »  parmi eux, dans chaque ville, et dans tous les lieux où les enfants d'Israël seront disséminés parmi eux dans leur royaume. Et le Èrev rav s’ordonnera berger sur Israël, le troupeau du Saint béni soit-Il, comme il est dit à leur sujet : « Et vous, mes brebis, brebis que je fais paître, vous êtes des hommes » (Yéhezkel 34:31 ). Et ils n'ont aucune possibilité de faire du bien aux étudiants de la Torah.

 

Et les hommes vaillants, craignant la faute, tourneront de ville en ville sans trouver grâce, et le Èrev rav les excommuniera d’entre eux. Dans de nombreux endroits, on ne leur donnera qu’une faible subvention,  de sorte qu'ils ne peuvent se relever de leur chute, et ce, même le minimum vital. Et tous les sages, les hommes vaillants et ceux qui craignent la faute seront souffrants tourmentés et affligés, traités comme des chiens. Mes enfants « qui valaient leur pesant d'or fin, hélas! Les voilà estimés à l'égal de vases de terre » (Eikha 4:2) à tous les coins de rues. Car ils ne peuvent trouver domicile parmi eux.

 

Et qu’en est-il de tous ces hauts fonctionnaires à la tête de l’État ?

 

Pendant ce temps, le Èrev rav sera riche, vivra dans le bonheur et la joie, sans souffrance, sans aucune peine – ils sont voleurs, ils prennent des pots-de-vin, ce sont les juges, les dirigeants, « parce que la terre, à cause d'elles (les créatures), est remplie d'iniquité » (Bérechit 6:13). A leur propos, il est écrit : « Ses ennemis seront à leur tête » (Eikha 1:5). Fais moi le serment solennel, pour la deuxième fois, sur la vie d’Hashem Tzva-ot, D-ieu d'Israël, qui est sur le trône des anges, que tous ces mots ne manqueront de ta bouche, que de toutes tes forces tu transmettes au Saint béni soit-Il ces paroles, afin de montrer leur détresse.

 

Fin du « Fidèle Pasteur ».


Celà ressemble étrangement à ce qui se passe  aujourd'hui en Eretz Israël ! et par la même voudrait dire que nous nous rapprochons de plus en plus de la guéoula ?
( lire Nassi Kouchi )
Mordeh'aï

.

Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 23:05

 Les élections américaines font irruption dans la campagne électorale israélienne

par Shraga Blum d'A7   mercredi 5 novembre 2008

Il n'a pas fallu attendre longtemps pour que l'élection de Barack Obama ne soit déjà utilisée comme argument de campagne électorale. Le départ prochain de l'administration Bush signifie également la fin d'une alliance objective entre la droite israélienne et une conception biblique de la politique étrangère américaine. Tsipi Livni l'a bien senti, et s'est empressée de battre le fer tant qu'il est chaud: "Dans trois mois, nous devrons choisir entre deux voies. L'une qui favorisera le processus de paix, et ira en harmonie avec la nouvelle administration américaine, et l'autre, qui nous promet le gel des négociations, et qui entraînera des pressions américaines sur Israël".

Ce faisant, elle veut porter le thème de la campagne électorale sur la question d'un alignement de la politique israélienne sur les souhaits et les intérêts de Washington de la région, ou au contraire, sur l'hypothèse d'une confrontation entre Jérusalem et Washington. Le "changement" promis par Barack Obama dans la politique extérieure américaine passera par une volonté d'amélioration des relations entre les Etats-Unis et le monde musulman, le monde arabe en particulier. Inutile de préciser qui en en fera les frais!

Avec une phraséologie qui fera plaisir à ceux qui souhaitent un Etat Juif docile, Livni rajoutait: "Si les Etats-Unis et le monde voient qu'Israël est prêt à négocier et trouver une solution, ils nous aideront à préserver nos intérêts nationaux, mais s'ils voient qu'Israël se montre réticent, et dit non à tout, alors ils nous imposeront des solutions".

Il est donc clair que durant cette campagne électorale qui débute, Livni et Kadima von tout faire pour surfer sur la vague Obama, et présenter leur "programme" comme la seule alternative pour préserver l'alliance stratégique et politique avec les Etats-Unis. Le message sera "Obama et le centre-gauche israélien sont sur la même ligne et du bon côté de la barrière, alors que le Likoud est une voie de garage qui mènera à l'isolement d'Israël".

Dans le sens inverse, il est également plus que probable que la nouvelle administration américaine va clairement montrer sa préférence pour un gouvernement Kadima-Avoda plutôt que Likoud-Religieux.

Un journaliste de Haaretz a décrit de manière simpliste et sordide l'enjeu des prochaines élections: "Les deux événements majeurs de la nuit dernière, l'élection d'Obama et la pluie de Kassam sur Israël, montrent ce qui va se jouer lors des législatives: la victoire d'Obama profite à Livni, et les tirs de Kassam profitent à Netanyahou"!!

Alors que Livni et la gauche tenteront de montrer que "seules des négociations en accord avec l'allié américain, même au prix de certaines concessions, permettront à Israël de survivre comme Etat juif au Proche-Orient", du côté du Likoud et ses alliés naturels, on montrera que l'expérience montre que "jusqu'à présent la stratégie de la retenue et des concessions n'a apporté que violence, terrorisme et hégémonie de l'Islamisme".

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 09:31
Obama Président : bon pour eux, moins bon pour nous ?
par Shraga Blum d'A7
mercredi 5 novembre 2008

Nul ne niera que la campagne présidentielle qui s’est achevée hier aura été l'une des plus palpitantes qu'ait connues la démocratie américaine, avec à la clé, l'événement historique d'un premier Président de couleur…à la Maison Blanche!

Quelles que soient les sympathies politiques que l'on ait, il est indéniable que l'ascension fulgurante de Barack Obama, et sa victoire sur l'expérimenté John McCain, représentent un séisme historique et une nouvelle donne, non seulement sur la scène politique américaine mais aussi dans l'échiquier politique international.

Sur le plan intérieur américain, l'élection d'Obama est une bonne chose sur deux points au moins. Démocratiquement et psychologiquement, il est bon que ce ne soit pas toujours les mêmes couches de la population à être représentées au plus haut niveau. Après huit ans d'administration républicaine, l'alternance est l’une des choses des plus naturelles, et toutes celles et ceux qui furent déçus ou frustrés les années 2000 et 2008 par les élections de George W. Bush peuvent maintenant avoir la satisfaction « d’être du bon côté » ! Les visages et les larmes de l’assistance lors de son discours de victoire en attestent. En pleine crise financière, la population inquiète de ses conséquences sociales ne verra pas d’un mauvais œil l’arrivée aux affaires d’un adversaire du néo-libéralisme sauvage.

Mais surtout, la victoire d'un politicien issu d'une minorité ethnique, de surcroît afro-américaine, permet aux immigrés, aux petites gens, aux "cols-bleus", aux laissés pour compte de la globalisation mondiale impitoyable d'espérer en un monde meilleur, et d’avoir le sentiment d’être désormais entendus à Washington. L’arrivée au sommet de la pyramide d’un homme de couleur nous ramène directement au discours historique de Martin Luther King au Lincoln Memorial de Washington en 1963, et sa fameuse phrase « I have a dream », « Je fais un rêve ». Ce rêve s’est accompli pour des millions de noirs américains qui ont galéré, non seulement pour arriver sur les côtes américaines, mais pour y acquérir leur liberté et tenter de trouver leur place dans la société. A partir d’aujourd’hui, le slogan « Tout le monde peut devenir Président des Etats-Unis » prend son véritable sens.

Et là de nous poser la traditionnelle question: "Mais est-ce bon pour nous?" (lire la suite)

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 22:39

Découverte de l'inscription hébraïque la plus ancienne!
 par Shraga Blum d'A7  vendredi 31 octobre 2008 -


U
ne équipe d'archéologues israéliens sous la direction des Professeurs Yossi Gurfinkel et Saar Ganor, de l'Université Hébraïque de Jérusalem, a mis à jour des fragments d'objets portant des inscriptions en hébreu ancien, datant probablement de l'époque de la Royauté de David !


Cette surprenante découverte a eu lieu dans un endroit mentionné par le texte biblique, une ville fortifiée appelée "Mivtzar Haela", (Forteresse des Térébinthes) qui se trouve dans la Vallée du même nom.       Cette ville, datant de l'époque du Schisme, était frontalière entre le Royaume de Juda, à l'est, et le territoire philistin, à l'ouest. Cette région était d'une importance stratégique centrale, car elle commandait la route qui menait du territoire Philistin aux  Monts de Hébron et de Jérusalem. D'un périmètre de 23 dounam (23.000 m2), elle est entourée d'une muraille de 700 mètres de long, et dont certaines pierres pèsent de 4 à 5 tonnes chacune! Selon les archéologues, pour construire ce lieu, il a fallu aux ouvriers de l'époque détacher plus de 200.000 tonnes de rocs !


C'est dans cette région qui se situe à mi-chemin entre Jérusalem et Kiryat Gat, que selon le texte, s'est notamment déroulé le fameux combat entre David et Goliath. Des parties de cette forteresse ont été trouvées auparavant, et il s'agit là du plus ancienne localité judéenne de l'époque du 1er Temple découverte à ce jour. L'équipe d'archéologues n'hésite pas à qualifier cette trouvaille "d'historique", et "la plus importante depuis la découverte des Manuscrits de la Mer Morte dans les années 1960"!!


Parmi les ruines, des fragments de jarres portant des inscriptions en hébreu proto-cananéen, en vigueur dans le pays au 2e millénaire avant l'ère actuelle, et qui est à l'origine des alphabets actuels. Sur le fragment en terre cuite, cinq lignes écrites avec une encre spéciale, qui représentent probablement un message envoyé par quelqu'un. D'après les premiers examens, l'ont peut déjà dire qu'il a été écrit par un scribe expérimenté, et on y trouve les prénoms de "Elimelekh" et "Abdaël".

L'examen au Carbone 14, qui permet de définir l'âge de matériaux antiques, a certifié que ces fragments proviennent de l'époque de la Royauté de David, donc quelque mille ans avant ceux des Manuscrits de la Mer Morte!

Selon Yossi Gurfinkel, "ces découvertes prouvent définitivement la véracité historique de l'existence du Royaume de Juda, avec un pouvoir royal fort à Jérusalem, car une école archéologique en Israël soutient la thèse qu'un tel royaume n'a jamais existé, et que les personnages dont parle la Bible étaient tout au plus des seigneurs locaux régnant sur une population rurale!
Les textes du Livre de Samuel et des Chroniques seraient ainsi confirmés !"

"D'ailleurs" selon le Professeur, "cet endroit est le seul en Israël qui permette pour le moment d'authentifier l'époque de la Royauté de David. Il y a ici une saisissante rencontre entre le mythe, l'historiographie, le texte biblique et l'archéologie"

David Melekh' Israël.....

 =========================================================================================
Pour  le Jerusaleem Post :  
Selon Yossi Garfinkel, archéologue à l'Université Hébraïque de Jérusalem, responsable des fouilles du site Hirbeit Qeiyafa  les cinq lignes de caractères, écrites il y a 3 000 ans ainsi que les ruines de la fortification où elles ont été trouvées indiquent l'existence d'un royaume israélite puissant à l'époque du roi David,.

D’autres chercheurs hésitent à accepter son interprétation sur les découvertes, rendues publiques mardi, arguant qu'il ne faut pas prendre les événements et la géographie décrits dans la Bible au pied de la lettre.

Et  d'autres encore  jugent qu'il est prématuré de qualifier ce langage d'hébreu, jugeant qu'il s'agit vraisemblablement d'une écriture protocanaanite, précurseur de l'alphabet hébreu.


===============================================================================
 Pour Associated Press  repris par notre journal préféré de gôche Haaretz :
“Have Israeli archaeologists found world's oldest Hebrew inscription?” (Est-ce que les archéologues Israéliens ont bien découverts la plus ancienne inscription hébraïque ?)

====================================================================== 
Pour conclure par l'anecdote :

The finds have not yet established who the residents were, says Aren Maier, a Bar Ilan University
archaeologist who is digging at nearby Gath. It will become more clear if, for example, evidence of the 
local diet is found, he said: "Excavations have shown that Philistines ate dogs and pigs, while Israelites
did not."
 

( Pour Aren Maier archéologue de l’Université Bar Ilan qui dirige les fouilles près de Gat. 
Les découvertes n'ont pas encore établies qui en étaient les occupants.
Cela deviendra  incontestable lorsque les fouilles révéleront le mode alimentaire des locaux. 
D’après lui des fouilles ont révélées que les Philistins mangeaient du chien et du  porc contrairement
 
aux Israélites
.)
 


Qu'en pensent nos chers Palestiniens eux qui se disent descendants des Philistins ??.?
Mordeh'aï
 
                        

 

Repost 0
mordeh'ai - dans Histoire
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 21:28

Faiseurs d'images

Le projet de B'Tselem "Riposte" (Shooting Back) permet-il aux Palestiniens de fournir des preuves aux violences perpétrées par des Israéliens ou aide-t-il plutôt la presse à dénaturer les faits?
Par
LARRY DERFNER 10.27.08


Le 13 septembre dernier, un Palestinien avait incendié une des caravanes de l'implantation d'Yitzhar, poignardé un garçon de 9 ans et pris la fuite.

En signe de riposte, des habitants de cette localité juive de Judée-Samarie avaient investi le village arabe voisin d'Asira al-Kibliyeh à grand renfort de jets de pierres et de tirs à balles réelles sous une relative passivité des forces de Tsahal en présence.
Ces images, diffusées le soir même par la télévision israélienne, avaient été filmées par un membre de la famille palestinienne Suleiman, caché derrière l'une des fenêtres de sa maison.
La caméra lui avait été fournie par B'Tselem (centre israélien d'information pour les droits de l'homme dans les territoires, basé à Jérusalem) dans le cadre du projet "Riposte" (Shooting back).
"J'ai porté plainte auprès de l'armée et de la police au moins une douzaine de fois concernant les jets de pierres et les tirs d'armes à feu que nous essuyons régulièrement des Juifs de la région. Mais rien n'a jamais été fait par manque de preuves", déclarait madame Suleiman quelques jours après l'attaque.
C'est ainsi que sa famille a décidé de se munir d'une caméra de B'Tselem pour engranger des preuves substantielles.
Les images filmées ce matin-là et diffusées à la télévision montrent des Juifs en tenue de Shabbat dévalant la colline et lançant des pierres tandis que des soldats sont postés non loin, les bras ballants.
On entend des coups de feu. Sur un extrait, non diffusé, on voit un militaire israélien se précipiter vers l'une des fenêtres de la maison familiale. La personne qui filme lâche la caméra qui continue à enregistrer. Le soldat hurle : "Arrêtez de jeter des pierres !"
Puis, en aparté, il ajoute : "Je ne peux pas les arrêter !" Un des lanceurs de pierres enjoint calmement le soldat de stopper les Suleiman et menace : "Si vous n'allez pas les chercher, on s'en occupera." Un soldat leur demande de cesser une minute de jeter des pierres et l'un des assaillants répond : "T'as une minute pour les jeter dehors."
Un autre se met à compter à voix haute. Certains proposent de saccager les plantes, le comptoir en marbre, les canalisations d'eau. Et puis l'un d'entre eux s'exclame : "Les mecs, on est filmés."
Ils hésitent entre casser la caméra et la voler mais les barreaux à la fenêtre leur rendent la tâche ardue. Ils envisagent alors d'attendre le propriétaire avec une bombe lacrymogène pour l'en asperger...
Au final, les jeunes hommes juifs n'ont pas réussi à s'emparer de la caméra des Suleiman ni de celle d'une famille voisine, les Radwan. On les voit aussi précipiter une voiture dans le vide.

La police de Judée-Samarie (Shai), qui avait brillé par son absence au moment des faits, s'est vite rendue au siège de B'Tselem, dans le quartier de Talpiot à Jérusalem.
"Nous faisons appel à B'Tselem afin de visionner les cassettes vidéo pour les besoins de l'enquête", affirme Dany Poleg, porte-parole du poste de police de Shai. "Nous n'avons encore arrêté personne et n'avons pu identifier aucun des émeutiers mais nous espérons que les cassettes nous y aideront.
Il prend soin d'ajouter que l'incendiaire palestinien qui a poignardé l'enfant court toujours.
Des images qui font le tour du monde

Lire la suite sur : http//fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1225036821879&pagename=SimpleSite/JPArticle/ShowFull


Repost 0
mordeh'ai
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 20:32

Acco : Constat de l'inaction israélienne

Par SARAH HONIG 10.28.08

 

Les récentes émeutes à Akko n'ont pas été déclenchées par l'irruption, le jour de Kippour, d'un chauffeur arabe dans un quartier juif à 1 h du matin, pendant la nuit la plus solennelle du calendrier juif, les amplificateurs de son véhicule diffusant de la musique à pleins tubes.

L'élément déclencheur n'était pas la soudaine intrusion d'Arabes malintentionnés dans les rues juives de la ville. L'origine des troubles remonte à plus loin.

Nul n'aurait dû être surpris par ces scènes horripilantes où des assaillants, soi-disant improvisés, ont cassé les vitres des commerces et des habitations, en scandant le doux refrain "Itbah el-Yahud" (égorgez les Juifs), menaçant de pénétrer dans les maisons, tambourinant sur les volets fermés et criant aux familles apeurées : "Rentrez dans vos trous, souris, sinon c'est la mort."

Ces séquences, nous les connaissons, elles appartiennent à un passé diasporique, mais les vivre ici, dans l'Etat juif souverain supposément fier et libre, qui inclut (aux dernières nouvelles) Akko, est une autre paire de manches...

Ces regrettables événements sont souvent d'actualité pendant les périodes de fêtes juives, en particulier celles de Tishri, mais nos médias assujettis ont tendance à vite les occulter.

Le peuple lassé préfère ne pas y prêter attention et les ranger dans un coin de son cerveau. Tout le monde pense qu'en faisant abstraction de la réalité, cette dernière finira bien par disparaître.

Le crachat sur nos visages se transformera peut-être en rosée. Après Simhat Torah 2006, la Yeshiva Hesder d'Akko avait été assiégée par une foule d'Arabes hostiles, qui avaient tenté de semer la pagaille au beau milieu des festivités. Le directeur de la yeshiva a été frappé au visage, jeté à terre et battu sans merci alors qu'il saignait sur l'asphalte.

D'autres Juifs furent blessés. La police n'a pas cru bon d'arrêter les assaillants, des Arabes israéliens armés de couteaux.

Le 3 décembre 2006, les élèves de l'école toranique primaire de la ville ont trouvé leurs classes mises à sac, les livres de prière déchirés en morceaux et les murs couverts de croix gammées et de menaces en arabe. Tout n'était que désolation et symbole de haine. Le proviseur avait déploré : "Sommes-nous en Allemagne ?"

 

Des crimes impunis

 

Le but à Akko est clair : nettoyer toute présence juive de la ville. Tant que les Juifs ne se révoltaient pas et encaissaient les coups, les autorités se taisaient.

Tant que les victimes étaient respectueuses des lois et ne montraient aucun signe de militantisme, tout pouvait être élégamment dissimulé. Et cela se passe dans d'autres "villes mixtes".

Dans la Jaffa cosmopolite, pendant le Ramadan, des gangs de jeunes Arabes locaux s'ingénient à attaquer des synagogues, les criblant de pierres, et, paroxysme de ce délire frénétique, à frapper des Juifs, principalement des vieillards, qui osent s'aventurer dehors.

Pendant des années, des Souccot ont été brûlées et des incendiaires investissaient les synagogues pendant Simhat Torah. Sans que tout cela ne perturbe outre mesure les forces de police.

La brutalité contre les Juifs se classe dans la catégorie faits divers d'un chien qui mord un homme. Les réactions juives se comparent à un homme qui mord un chien. Le phénomène ne se limite pas aux villes "biethniques".

Ainsi, le tranquille village de Kfar Tabor, en basse-Galilée, berceau du général Yigal Alon, en atteste. Le jour de Kippour 2007, Tal Zino, une petite fille de 9 ans a été renversée sur une route déserte par un véhicule tout-terrain conduit par Assad Shlibi, résident du village arabe voisin. Il était accompagné de son cousin Mohammed.

 

Les deux compères roulaient à tombeau ouvert sur la route dégagée, musique à fond, faisant des cascades en face de la synagogue, où Yehiel Zino suivait les offices.

Sa fille jouait dehors et faisait du vélo avec des amis. La voiture de Shibli s'est soudainement dirigée sur le groupe d'enfants, les heurtant de plein fouet. Tous ont réussi à s'enfuir hormis Tal, à une seconde près, qui s'est révélée fatale.

La police a coffré les criminels arabes pour meurtre, puis pour homicide involontaire, affirmant que la préméditation était difficile à prouver. Haya, la mère de la fillette, était convaincue que sa fille était la première victime d'une nouvelle catégorie d'attentat, à partir de véhicules, comme nous avons pu en être témoins cette année à Jérusalem.

Pour elle, c'était tout sauf un accident. Les personnes présentes ont affirmé avoir assisté à un acte délibéré, de la part de meurtriers fonçant sur un groupe d'enfants dans l'intention de tuer.

Haya a ajouté : "Le conducteur et son complice n'ont pas brûlé un feu rouge. Ils sont venus se moquer de nous et provoquer les Juifs en ce jour le plus sacré, comme le font les Arabes depuis des décennies en Galilée. Les Shiblis ne peuvent plaider l'ignorance.

Ils habitent avec nous et fréquentent la même école que nos enfants. Ils savent exactement quand commence Kippour et que ce jour-là personne n'a le droit de prendre sa voiture, de la même façon que nous savons ce qu'est le Ramadan. Il est plus facile pour la police de prétendre le contraire."

D'autres dates du calendrier juif sont des occasions de célébrations à grands renforts de feux d'artifice et de musique dans les villages arabes, comme Yom Hashoah et Yom Hazikaron.

Cette animosité manifeste a motivé des Arabes de la région de Wadi Ara à organiser des courses de vitesse sur la route 65 le jour de Kippour. La police, alertée, est intervenue pour tenter de disperser ce triste regroupement de 500 jeunes. Elle a été accueillie par un bombardement de jets de pierres.

Les officiers se sont alors retirés après avoir signalé des "troubles de l'ordre". Selon leurs propres termes, ils désiraient "éviter la confrontation". Telle est apparemment notre logique récurrente : laisser faire les saccages arabes en espérant qu'ils n'empireront pas. Mais ça ne marche pas ainsi.


Une frilosité dangereuse
 
 

Margalit Zenati, une octogénaire juive dont la famille habite à Pekiin depuis des générations, s'étalant sur 2 000 ans, presque sans interruption, longtemps avant l'arrivée d'arabisants, explique : "Les jeunes ont adopté le nationalisme arabe, ils étaient des dizaines, à présent ils se comptent par centaines, comme l'ont prouvé les émeutes.

Ils nous terrorisent depuis des années, ils s'en prennent aux voitures des chrétiens et des juifs, et vandalisent ce qu'ils peuvent. La police ne fait rien. Elle se contente d'enregistrer nos plaintes."

La frilosité et la retenue peuvent être l'apparat d'une société éclairée. Pourtant, le manque de fermeté des forces de police et des autorités peut enclencher une dynamique dangereuse.

Notre combat pour notre survie sur cette terre ne se limite pas à déterminer un tracé de frontières technique ou à faire des concessions territoriales. Le crachat que nous recevons sur nos visages ne se transformera pas en rosée et nous ferions mieux de ne pas l'ignorer.

Repost 0
mordeh'ai - dans Point de vue
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 19:13
Another 'Free Gaza' boat to set sail
Activist group announces it will hold voyage to Strip in one week similar to the one held in August, this time with MK Zahalka and a 'special package'

Le bateau anarchiste ne sera pas autorisé à entrer à Gaza
Le ministre des Affaires étrangères a annoncé qu'Israël ne permettrait pas aux activistes de gauche du mouvement extrémiste pour la libération de Gaza de se rendre en bateau dans la bande de Gaza. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Yigual Palmor, a affirmé : "Cette fois les activistes n'auront pas l'autorisation de pénétrer dans la bande de Gaza." D'après Palmor, les activistes de ce mouvement ne cherchent qu'à se faire remarquer. Ils ont l'intention de sortir de Chypre le 28 octobre
Repost 0
mordeh'ai - dans Dépêche
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 18:51

AKKO
dimanche 26 octobre 2008, article de Jacques Kupfer

Le jour de Yom Kippour éclatèrent ce que les medias, la gauche israélienne et la droite "politiquement correcte" ont appelé des heurts "entre communautés". Des centaines d’arabes d’Ako cagoulés se sont précipités sur les quartiers juifs de la ville, brûlant et saccageant des magasins et incendiant des voitures en hurlant "mort aux Juifs". Les députés arabes à la Knesseth se sont lancés dans une violente diatribe contre la police israélienne et les fauteurs de trouble que sont les Juifs extrémistes désireux d’oser vouloir prier en toute quiétude en ce jour le plus saint de notre calendrier. Les agressions arabes se sont poursuivies pendant plusieurs jours au cours desquels tous les efforts ont été déployés pour ramener le calme entre les "communautés". Les Juifs d’Ako vivant sous la souveraineté de l’Etat d’Israël en sont réduits à être considérés comme une "communauté" ! On nous avait déjà expliqué que notre Etat est celui de tous ses citoyens et non pas l’Etat Juif. Nos medias confondent à dessein les droits individuels garantis à tout citoyen et les droits nationaux qui ne doivent être que ceux du peuple juif.

La police a veillé à arrêter de manière égale les membres des deux "communautés" et les grands rabbins d’Israël ont adressé un message aux "deux communautés" pour appeler à maintenir le calme. Le président de l’Etat, toujours fidèle à la politique munichoise d’Oslo, a expliqué qu’il n’y avait pas d’autre choix que de vivre ensemble. Tout comme il n’y avait pas d’autre choix que de ramener les sbires d’Arafat au cœur d’Erets Israël, pas d’autre choix que d’anéantir le rêve sioniste au Gouch Katif, pas d’autre choix que de négocier et créer un nouvel état arabe terroriste à nos portes, pas d’autre choix que de diviser notre capitale Jérusalem, pas d’autre choix que signer avec l’OLP et ses alliés du Hamas notre reddition !

Auparavant le fait de dire qu’il n’y avait pas le choix signifiait qu’il fallait aller de l’avant, mobiliser le courage et vaincre comme seule opportunité. De nos jours, les Olmert, Livni et Barak interprètent le fait qu’il n’y ait pas de choix, comme une obligation maladive de concessions suicidaires.

Si de tels événements s’étaient déroulés dans un autre coin du globe, nos médias auraient accolé à ces heurts le nom réel qui lui revient : un pogrom. Les arabes d’Ako ont tenté un pogrom le jour du Kippour et ont réussi à obtenir des paroles de consolation de toute notre classe spirituelle, officielle et politique.

Le muezzin du haut de son minaret avait usé de son privilège de gêner les Juifs par ses appels réitèrés à la prière par haut parleur, pour inciter les arabes à rejoindre les émeutiers. Le voyou arabe qui est venu faire hurler sa radio de voiture dans le quartier juif d’Ako a été reçu à la Commission des Affaires intérieures de la Knesseth. Les députés arabes ont pu continuer leur attaque haineuse contre l’Etat Juif.

Ces arabes d’Ako sont représentatifs de tous les arabes vivant dans les limites souveraines de l’Etat d’Israël. De ceux qui en tracteurs ou en voitures, par jets de pierre ou poignards, par manifestations dans les "tentes de deuil" ou dans les rassemblements, démontrent ce que sera l’avenir si cette cinquième colonne qu’ils composent aux côtés des gauchistes israéliens, n’est pas mise hors d’état de nuire.

Ces arabes bénéficient pourtant depuis six décennies des allocations familiales pour se multiplier, des allocations chômage pour avoir le temps de comploter en paroles ou en actes, de la discrimination positive pour occuper des places d’université que nos jeunes ont tant de mal à obtenir et de l’électricité pour permettre à leurs muezzins de nous importuner à toute heure. Ils bénéficient de notre démocratie, du droit de vote qui leur permet de décider qui sera le chef de file de Kadimah ou des travaillistes. Ils peuvent apporter leurs voix aux dramatiques accords d’Oslo et influer demain sur nos frontières, notre style de vie, nos lois et notre fonctionnement.

La théorie ridicule qui veut que plus on les éduquera vers la démocratie et le bien-être, plus on investira dans leurs institutions et plus ils seront les fidèles et loyaux citoyens de notre Etat, a volé en éclats à Ako. Bien entendu, on nous présentera dans les medias des muftis de service qui viendront jurer leurs grands démons de leur volonté de coexistence avec les Juifs et on nous abreuvera de paroles de rabbins qui viendront nous vendre ce leurre d’un islam pacifique et tolérant. Les medias trouveront sans aucun doute quelques Juifs peu recommandables à Ako pour trouver des circonstances atténuantes aux Arabes.

Mais le fait est là. Il l’est d’autant plus que la police se préparait à avoir des émeutes semblables dans les villes où vit encore une forte minorité arabe. La multiplication des jets de pierres, les attaques contre les policiers juifs à Jérusalem, les émeutes à Hébron soutenues par les partisans de "la paix maintenant", les actes d’agression contre les chrétiens israéliens, ont été minimisées.

Mais le fait reste. Apres six décennies où notre Etat a investi massivement dans le secteur arabe en délaissant souvent des priorités juives, la moindre étincelle met le feu. L’apaisement est aussi efficace qu’un cataplasme sur une jambe de bois. Il ne suffit pas d’éteindre les flammes, il faut étouffer les braises. La Yechiva d’Ako vient de subir l’agression d’incendiaires arabes. Ce qui signifie que nulle coexistence n’est possible dans notre état avec une minorité barbare, à la foi ancrée dans le Djihad et qui pourrait, en abandonnant le sol du seul Etat juif, être ressortissante de 22 états arabes.

Ce ne serait qu’un échange de population comme le monde en a vécu de nombreux exemples jusqu’à ces dernières années. Ce ne serait certainement pas moins légitime que l’évacuation des juifs du Gouch Katif. S’il parait naturel d’exiger la disparition des réimplantations juives sur la terre d’Israël que des post sionistes inconscients et dangereux veulent livrer aux mains d’un futur Hamasland, pourquoi ne pas exiger la même mesure des arabes habitant notre territoire ? Et vite !

Jacques Kupfer

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 08:29
Livni opte pour des élections anticipées

La chef du parti Kadima, Tsippi Livni, s'est entretenue samedi soir au téléphone avec la présidente de la Knesset, Dalia Itsik, et lui a annoncé qu'elle demanderait au président de l'Etat, Shimon Pérès, d'avancer la date des élections. La ministre Livni a dit à Itsik qu'elle avait décidé de ne pas poursuivre les négociations de formation d'une coalition et de ne pas céder aux exigences financières des divers partis.

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
24 octobre 2008 5 24 /10 /octobre /2008 13:07
Ovadia Yossef : "Le Shas ne rejoindra pas la coalition"

Le Shas a officiellement annoncé son refus de rejoindre la coalition de Tzipi Livni - désignée par le président Shimon Pérès pour former un nouveau gouvernement - dans le cadre des conditions actuelles.

Les représentants du parti religieux ont déclaré vendredi matin que le Shas n'avait jamais réclamé ni titres ni promotions politiques. "Nous avons simplement exigé deux choses : une véritable assistance aux couches défavorisées de la population et la sauvegarde de Jérusalem. Il est impossible d'ignorer les problèmes d'aujourd'hui. Israël enregistre le taux de pauvreté le plus élevé des pays développés." De nombreuses propositions auraient été avancées par le Shas au cours des négociations. Toutes balayées par le camp Livni. "Pour cette raison, le Conseil des Sages de la Torah, dirigé par le rabbin Ovadia Yossef, a décidé que le parti ne rejoindra pas la coalition", ont poursuivi les représentants du parti religieux.

La dirigeante du parti Meretz a, quant à elle, déclaré que son parti ne cautionnerait pas un gouvernement autorisant le Shas à étendre les pouvoirs des tribunaux rabbiniques. Selon elle, un tel phénomène ne ferait qu'engendrer un pouvoir judiciaire à deux vitesses.

Livni annoncera dimanche la conclusion des négociations.

 
Repost 0
mordeh'ai - dans Politique