Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 21:07
1 novembre 2011
  
Avant de répondre à la question contenue dans le titre, il est bon de rappeler qu’Israël détient la Judée et la Samarie suite à la guerre défensive de 1967 et non pas suite à une décision politique d’étendre le pays sur des territoires ne lui appartenant pas. Un conflit engagé alors par les pays arabes frontaliers désireux « d’égorger les Juifs » au rythme fredonné par la chanteuse populaire égyptienne Oum Kalthoum.
Les principales causes de sa présence actuelle en ces territoires sont dues, principalement, à trois refus. Le premier fut celui de la Ligue arabe (et non pas celui du « peuple palestinien » qui n’existait pas encore) opposée à l’offre de Moshe Dayan, alors ministre de la défense, d’une restitution des territoires conquis contre la Paix.
« Pas de réconciliation avec Israël, pas de reconnaissance de cet état, pas de négociation » furent les réponses en provenance de Khartoum.
Les deux autres motifs sont les rejets ‘’palestiniens’’ des offres israéliennes à un accord définitif. 
Celle de l’an 2000 vit Ehud Barak offrir à Camp David  93% des territoires ainsi que le partage de la veille ville de Jérusalem
Celle de 2008 vit Ehud Olmert, lors des négociations d’Annapolis, offrir une superficie égale à 100% des territoires conquis, une internationalisation de la veille ville et un ‘’droit de retour’’ de trois mille « réfugiés » au sein même de l’état juif.
La première proposition fut récompensée par l’Intifada des Mosquées. La seconde vit Mahmoud Abbas affirmer, à qui veut l’entendre, que le ‘’fossé entre les positions était énorme’’ (sic).
Trois raisons donc qui démontrent sans conteste la bonne volonté des Israéliens ainsi que leurs dispositions à un accord de paix définitif. Trois rappels qui mettent à mal l’accusation de « colonisation ».
Une ‘’colonisation’’, par ailleurs, qui ne peut se justifier sur ces territoires car n’étant, à ce jour, la propriété légale d’aucun peuple. Pas même le ‘’peuple palestinien’’.
Ainsi, en 1948, suite au départ de la Grande Bretagne, les Arabes de Palestine, que l’on nomme aujourd’hui abusivement ‘’Palestiniens’’, préférèrent prêter main forte à l’éradication de l’état juif renaissant plutôt qu’à l’indépendance et la construction du pays qui leur été attribué par la résolution 181. Quant à la Jordanie, suite son annexion de la région désormais connue sous le nom de Cisjordanie, c'est en juillet 1988 qu’elle renonce officiellement à ce territoire qui se révèlent donc, au final, être disputé.
Un territoire en conséquence vierge de tout droit légal que la communauté internationale a comme ambition d’attribuer à un deuxième foyer pour les Arabes de Palestine. Il n’en reste pas moins que la résolution 242 imposera alors une négociation sur le retrait israélien de territoires afin d’assurer, par l'effet mécanique d'un nouveau tracé, des frontières « sûres » à l’état juif.
Comme on peut le juger par ces différents rappels, le motif de la « colonisation », prononcé à chaque occasion, cache en fait une guerre existentielle menée contre le peuple juif et son droit à l’autodétermination sur la terre ancestrale.
Une guerre démontrée une nouvelle fois par le geste unilatéral récent de l’Autorité palestinienne recherchant à l’Onu et à l’Unesco une légalité internationale à sa ‘’Palestine’’ aux dépends d’une négociation où il lui faudra faire des concessions. Telle, par exemple, reconnaître son ennemi pour ce qu’il est. A savoir, l’état du seul peuple juif.

Une guerre soutenue, plus ou moins discrètement, par des médias, partis politiques, instances internationales, associations, mais aussi par plusieurs dizaines d’états dont la France qui prend systématiquement le contre-pied d’Israël dans les instances internationales et qui se targue, cependant et quelque soit la couleur politique du gouvernement en place, d’être son ami.
Un pays détenteur d’un droit de véto au Conseil de l’Onu, exigeant du haut de toutes tribunes à sa disposition une participation à la résolution du conflit proche-oriental pour pouvoir en tirer des bénéfices propres, mais n’étant en fait qu’un petit pays ne pouvant justifier d’aucun crédit sérieux. Pas même celui de garantir l’application de traités signés comme ceux d’Oslo interdisant toutes actions unilatérales des parties en conflit, voire la résolution 1701 préparée par ses soins et exigeant le désarmement du Hezbollah.
En fait, un pays qui oublie les droits universels et succombe à la loi du nombre des électeurs musulmans, partie largement représentée dans la guerre existentielle menée contre l’état juif.
Une attitude qui loin de résoudre le conflit lui permet de perdurer et d’affaiblir, au fil du temps, la seule démocratie de la région. Une posture qui lui sera tôt ou tard fatale, comme à tant d’autres pays, au vu du peu de résultats tangibles de sa politique nauséeuse, mais aussi au vu du succès israélien quant à savoir manœuvrer selon son éthique, la loi internationale et ses intérêts.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique