Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

La Jordanie peut être la Palestine

17 Décembre 2018 , Rédigé par mordeh'ai

 

 

http://abuyehuda.com/
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien

 

Il s'avère que je suis d'accord avec Yair Netanyahu, le fils du Premier ministre âgé de 27 ans. Yair a été vivement critiqué après avoir publié ce qui suit sur sa page Facebook:

 

Il n'y aura pas de paix ici avant que: 
1. Tous les Juifs quittent le pays d'Israël. 
2. Tous les musulmans quittent le pays d'Israël. 
Je préfère la deuxième option.

 

Je ne suis pas sûr de ce qui l’a poussé à dire cela, mais c’est peut-être la même chose qui m’a incité à écrire «Je veux nous voir faire disparaître les Arabes palestiniens»: les efforts continus des Arabes palestiniens pour assassiner des Juifs.

 

 
Tout le monde a son point de rupture. Le mien était la décision prise la semaine dernière par un meurtrier arabe palestinien de tirer sur une femme enceinte alors que de nombreux soldats en uniforme étaient présents. Ce n'est pas acceptable de tirer sur des soldats qui se tiennent à un arrêt de bus, comme le faisait un autre meurtrier palestinien arabe le lendemain, mais au moins, il est possible d'affirmer que vous êtes en guerre et qu'ils sont des cibles militaires.

 

Bien entendu, cela signifierait que les assassins arabes palestiniens sont aussi des combattants ennemis et devraient être traités comme des cibles militaires, et non comme des "criminels" arrêtés et envoyés dans la prison probablement la plus confortable du monde en dehors de la Scandinavie, où ils étudient et regardent la télévision. avec leurs amis.

 

Quoi qu'il en soit, Yair et moi avons atteint nos points de rupture. Il y a des meurtres et des tentatives de meurtre presque tous les jours. Nous essayons de conclure des accords, d’améliorer leurs conditions de vie, d’utiliser le minimum de force nécessaire pour nous protéger. Nous frappons sur les toits, tirons des balles en caoutchouc, donnons des permis de travail, démantelons des communautés parce qu’il revendique un droit de propriété palestinien, approuvons sans cesse les mêmes plans de construction. Ils tuent des juifs.

 

J'ai lu aujourd'hui un article très intéressant, rédigé par Abe Haak, sur les scénarios possibles de chute de l'Autorité palestinienne - ce qui sera certainement le cas prochainement, lorsque Mahmoud Abbas décédera ou, d'une autre manière, lâchera les rênes. Haak s'attend à ce que les zones A et B se dissolvent dans le chaos face à la lutte des différentes factions palestiniennes. Le Fatah assistera à une lutte entre plusieurs hommes forts qui affronteront également le FPLP, le Hamas, l'Etat islamique et qui sait quels autres groupes. Pour certaines des mêmes raisons pour lesquelles elle ne souhaite pas reconquérir Gaza, Israël n'essaiera pas de s'y installer et de reprendre le contrôle quotidien de toute la Judée-Samarie.

 

Après l'effondrement de l'Autorité palestinienne, les conditions vont rapidement s'aggraver, entraînant un afflux massif de réfugiés en Jordanie qui, selon M. Haak, atteindra des centaines de milliers de personnes. Il écrit,

 

Alors que les stocks essentiels s'épuisent et que les conditions de vie se détériorent, les groupes armés les plus désespérés commenceront à prendre des risques en les attaquant. Ils ne seront cependant pas victimes de violences. La violence qui s'ensuivra inévitablement ne conduira pas à une victoire nette pour aucune faction, comme ce fut le cas pour le Hamas. Gaza en 2006. Toutes les victoires seront locales et limitées. En effet, les zones A et B ne possèdent ni la contiguïté territoriale ni la politique binaire de Gaza. Au lieu de cela, une ville ira au Hamas et la suivante restera au Fatah. Dans un quartier, le FPLP restera dominant; dans un autre cas, les loyalistes d'ISIS vont veiller.

 

Haak pense que la Jordanie sera obligée de prendre le contrôle des zones A et B, avec la coopération d’Israël, afin d’arrêter le flux de réfugiés. Une sorte d ’« option jordanienne »sera créée par défaut. Haak et de nombreux membres de notre gouvernement et de l'armée israélienne se féliciteraient de cette situation.  Qu'est-ce qui pourrait être mieux? Il n'y aurait pas d'État palestinien et nous pourrions poursuivre notre "paix" difficile mais relativement stable avec la Jordanie. La Jordanie fournirait la gouvernance stable que l'Autorité palestinienne n'a jamais fournie

 

Malheureusement, peu importe qui contrôle les poches de la population arabe nombreuse qui comprend les zones A et B - et la stabilité persistante de la monarchie jordanienne n’est nullement un acquis - cela signifie tout de même qu’il existe un nombre massif d’Arabes palestiniens hostiles assez proches de notre territoire. zones très peuplées. Et cela signifie que les Juifs qui vivent dans notre patrie historique de Judée-Samarie ne seront pas moins exposés au terrorisme qu’ils ne le sont aujourd’hui - peut-être davantage, car l’entrée des FDI dans les zones A et B deviendrait alors un incident international.

 

La carte des zones A, B et C est fragmentée. Les zones A et B (en vert sur la carte) correspondent aux villes palestiniennes et la zone C (en blanc) aux communautés juives, aux routes, aux réserves militaires, aux petites colonies arabes et aux terres vides. Il y a peu de contiguïté. Il serait difficile, voire impossible, de clôturer les zones A et B de la zone C. Il est difficile de voir comment la Jordanie pourrait exercer un contrôle pratique sur A et B, d'autant plus que la frontière actuelle entre Israël et la Jordanie se situe dans la vallée du Jourdain. barrière naturelle qui doit absolument être sous contrôle israélien afin de défendre le pays contre les attaques de l’est. Enfin, il est presque certain que les factions violentes résisteraient à l’imposition du contrôle.

 

Il existe cependant une autre «option jordanienne». Et le vol presque certain de réfugiés prédit par Haak constitue une opportunité pour l'actualiser. Ceci, bien sûr, doit encourager - avec des récompenses positives et des sanctions négatives - le mouvement de la majorité de la population arabe de Judée-Samarie en Jordanie.

 

Avant d'exprimer son indignation face à la suggestion de «nettoyage ethnique», notez que la plupart des projets «à deux États» prévoient le déplacement involontaire de dizaines à des centaines de milliers de Juifs de leurs maisons en Judée-Samarie. Notez également que les réfugiés fuiront une situation invivable, dans laquelle les approvisionnements en nourriture et en carburant seront incertains et où les échanges de tirs entre factions seront courants.
 
 
La Jordanie aura besoin d'une aide internationale massive pour réinstaller les réfugiés, mais considérant que cela représente une solution recherchée depuis longtemps pour une grande partie du problème palestinien (Gaza reste), et la fin des millions qui sont actuellement dépensés annuellement pour maintenir la fiction d'une "Palestine" indépendante - une fiction, incidemment, qui n'est rien de plus qu'une excuse pour justifier une guerre continue contre l'État juif - elle sera bon marché au prix le plus bas.
 
 
Il est également possible que la monarchie hachémite ne puisse pas rester au pouvoir après l’afflux d’arabes palestiniens. On ne sait pas pourquoi cela serait plus probable qu'entre 1948 et 1967, lorsque ces Arabes étaient sous la souveraineté (illégale) de la Jordanie alors qu'ils résidaient en Judée-Samarie, ou plus vraisemblablement que si une «option jordanienne» n'incluait pas le mouvement de la population, tel que proposé par Haak, devait être mis en œuvre. Les Hachémites sont une minorité et l'instabilité est un mode de vie dans la région.
 
 
L’analyste politique Martin Sherman a longuement discuté de l’idée de fournir des incitations financières aux Arabes pour qu’ils quittent les territoires. Il appelle son plan « le paradigme humanitaire », car il considère l'alternative comme une institution non humanitaire de la guerre. J'aime son choix du mot «paradigme» parce que le prendre au sérieux nécessite un changement de paradigme.
 
 
Ce qui est arrivé, c’est que ceux qui pensent qu’il n’y aurait jamais dû y avoir d’État juif - le monde arabe, d’autres nations musulmanes, une grande partie de l’Europe, l’Union soviétique - ont réussi à créer un climat dans lequel les seules «solutions» possibles au conflit sur l'existence d'Israël étaient ceux par lesquels Israël cesserait d'exister. Ainsi, les réfugiés arabes de 1948 n'ont pas été absorbés, l'UNRWA a été créée pour augmenter le nombre de réfugiés et maintenir leur ferveur irrédentiste, des pressions massives ont été exercées sur Israël pour inverser les résultats de la guerre de 1967 et les accords d'Oslo et le «processus de paix» ont été adoptés. par le monde.
 
 
Mais les Arabes palestiniens ont constamment prouvé par leurs actions que Meir Kahane, Yair Netanyahou, Martin Sherman et moi avons raison. La coexistence dans le même pays est impossible et Israël ne peut pas survivre à l'intérieur de ce qu'Abba Eban a appelé «les frontières d'Auschwitz» - et elle ne le devrait pas non plus (mais c'est une autre histoire).
 
 
Aujourd’hui, la nature de la politique palestinienne, ainsi que la menace iranienne   pour le monde arabe et l’iconoclasme de l’administration Trump, nous ont enfin donné l’occasion de réaliser le changement de paradigme nécessaire.  L'opportunité peut ne pas revenir. Nous devrions le saisir.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :