Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 05:45
Par Shoshana Bryen 
http://www.americanthinker.com/articles/2017/03/the_opposite_of_a_twostate_solution_is_not_one_state.html
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

La soi-disant «solution à deux Etats», de diviser la terre entre le Jourdain et la mer Méditerranée entre Israël indépendant et la Palestine indépendante, échoue aux tests de la logique et de l'histoire. Et elle ignore le Royaume de Jordanie - dont la participation est nécessaire pour tout, un arrangement stable à long terme.

 

Il y a actuellement trois «États», ou au moins trois gouvernements, à l'ouest du Jourdain: Israël, l'Autorité Palestinienne (AP) et Gaza. Deux partisans pro-israéliens de la solution "deux états" pensent que Gaza et le territoire de la Cisjordanie devraient devenir un Etat avec Israël, en supposant que c'est le Hamas qui va disparaître. Le Hamas est en désaccord avec véhémence. En supposant qu'il n'y a pas de raison pour qu'un seul État gouverné par l'AP émerge dans les deux endroits, Israël serait divisé par un corridor à travers le pays du nord-au-sud afin que les Palestiniens puissent accéder aux deux parties de leur état. Les armées arabes ont essayé à plusieurs reprises de couper la taille d'Israël en quête de conquête - cela aurait pour effet qu'Israël le ferait pour eux.

Les Palestiniens - au mieux - aurait un état croupion fendu pressé entre un Israël hostile et une Jordanie plus hostile. Mais la seule chose sur laquelle le Hamas et l'Autorité palestinienne semblent d'accord c'est l'Etat d'Israël est celui qui doit disparaître. Ils croient que la création d'Israël en 1948 était une erreur de la communauté internationale et qui doit être rectifiée. Le Hamas estime qu'elle devrait l'être par la violence et l'effusion de sang; l'AP négocierait avec Israël son éviction par le «droit de retour»  Une rude guerre civile Hamas-Fatah comme en 2007 qui n'a jamais été conclu, et le gouvernement de l'AP craint à juste titre le Hamas plus qu'il ne craint Israël - en fait, l'armée et le Shabak (agence de sécurité intérieure d'Israël) ce sont eux qui maintiennent l'AP au pouvoir.

 

Bien, disent les «deux-partisans de deux états» pro-Israëliens, faisons ensuite affaire entre Israël et la Cisjordanie-la"Palestine" maintenant et laissons Gaza pour un futur lointain. Dans ce cas, Israël serait laissé avec une, sanglante, enclave antisémite, soutenue par l'Iran sur sa côte, non réconciliée avec Israël ou la «Palestine» . .

 

Cela s'ajoute au problème non mineur que l'Autorité palestinienne ne fonctionne que comme un État défaillant vivant sur des documents américains, de l'UE et des Nations Unies. La déclaration de janvier 2017 par les pays convoqués en France, officiellement pour promouvoir le «processus de paix», a noté qu'en dépit des milliards d'aide et de services au cours des 23 dernières années, l'Autorité palestinienne ne peut fournir des services,à sa société. Sans mentionner la guerre civile palestinienne en cours. Accorder l'indépendance sur une telle entité est de faire naitre un autre Soudan du Sud.

 

Aucunes des aspirations alors, légitimes et paisibles ou pas, ne sont remplies par une déclaration d'indépendance palestinienne. Actuellement il y a une impasse, mais, en fait, il pourrait y avoir deux voies pour progresser.

Tout d'abord, la reconnaissance que le «conflit israélo-palestinien" est la définition la plus étroite du conflit israélo-arabe qui a commencé avant l'indépendance d'Israël et n'a jamais complètement été conclu. Les traités de paix avec l'Egypte et la Jordanie ne l'aide, mais d'autres Etats arabes qui ont déclaré la guerre à Israël en 1948 et en 1967 (Arabie Saoudite, le Koweït, l'Irak, l'Algérie et la Syrie) n'ont pas accepté leurs obligations en vertu de la résolution 242 du Conseil de sécurité des Nations unies. Ils sont encore tenus de fournir à Israël: «Cessation de toutes les réclamations ou état de belligérance, respect et reconnaissance de la souveraineté, l'intégrité territoriale et l'indépendance politique de chaque Etat de la région et leur droit de vivre en paix dans des frontières sûres et reconnues à l'abri de menaces ou d'actes de force ».

L'acceptation arabe démontrable de la résolution 242 permettrait au Golfe et aux États d'Afrique du Nord d'entrer dans des relations appropriées avec Israël, et donner à Israël une plus grande souplesse dans ses négociations avec les Palestiniens. Il serait également établi le principe de la permanence et de la légitimité d'Israël pour les Palestiniens.

 

Deuxièmement, après l'acceptation arabe d'Israël, la Jordanie pourrait être amenée dans le processus. Le royaume conquis (1949) et a annexé illégalement (1950) la Cisjordanie et le Parlement jordanien fait les Palestiniens de Cisjordanie citoyens. Mais l' annexion était impraticable dans le long terme , car elle a ignoré l' histoire jordanienne et la démographie. La fondation de l'OLP en 1964 avec l'intention de "libérer la Palestine" visait aussi la Jordanie, gouvernée par une minorité Hachémite du Roi, comme c'était en Israël - et la Jordanie a été pensé d'être plus facile. De 1967 - 1970, les groupes terroristes palestiniens ont augmenté en Jordanie, en établissant leur propre infrastructure au détriment de la règle du roi. Septembre Noir a été sanglant et a vu la frappe du roi et son recul, tuant des milliers et expulser des milliers d'autres dans une guerre qui a continué à travers 1973. En 1985, la Jordanie et l'OLP ont signé un accord que le roi Hussein a rejeté en 1986, à quel point il avait l'intention de créer une confédération  jordano-israélo-palestinienne qui aurait permis un accord entre la Jordanie-Israël et de garder Israël impliqué dans la sécurité du territoire.

 

En Juillet 1988, Hussein a renoncé à sa revendication sur le territoire et ses habitants sous la menace de l'OLP. Il a cessé de payer les 20.000 fonctionnaires de Cisjordanie et sournoisement appelé Yitzhak Rabin "ministre jordanien pour la défense de la Cisjordanie," se déchargeant le problème.

 

La Jordanie et Israël ont signé un traité de paix de 1994 limitant expressément les négociations israélo-palestiniennes à l'ouest du Jourdain - effacement de la peine d'agression de la Jordanie de 1948, et de l'annexion illégale de 1950, et en 1988 l'abandon des Palestiniens qui avaient été des citoyens depuis près de 40 ans. Il est temps de reconsidérer, le bénéfice de la Jordanie, ainsi que d'autres.

 

L'arrangement qui pourrait avoir la meilleure chance d'oeuvrer pour les deux alliés régionaux de l'Amérique - Israël et la Jordanie - c'est l'ancienne confédération du roi Hussein. Les Palestiniens auraient à vivre avec quelque chose de moins que l'indépendance (indépendance ne fait pas partie des Accords d'Oslo), mais pourrait avoir des avantages politiques et économiques qu'ils n'ont pas maintenant et qu'ils auraient.Et si Gaza doit rester à l'extérieur, les Palestiniens de Cisjordanie auraient plus de sécurité qu'ils n'ont maintenant.

 

Il est temps de pousser pour une solution confédérée - ou toute autre solution - et il est peu probable que les Etats arabes vont bientôt se manifester et respecter leurs obligations en vertu de la Résolution 242. Mais une réflexion plus large est plus susceptible de produire des résultats que la «solution illusoire à deux états », et en fait, laisse deux Etats - Israël et la Jordanie - où les deux qui étaient destinés à l'être.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai