Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 06:15

Par Dror Eydar

 http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=16315

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

En fin de compte, tout se résume à Jérusalem. Nous pouvons parler de «deux Etats» et de la «plongée du pays» et «une fin de l'occupation» (bien sûr, bien sûr) - mais finalement Jérusalem resurgira. Le même vieux regroupement, qui depuis 49 ans nous a tenté de nous faire dire adieu à la terre de notre vie, doit donner une réponse à ce qu'il suggère que nous fassions à propos de Jérusalem. Pas d'Issawiya ou de Beit Safafa ou tout le reste, mais les quatre quarts de la Vieille Ville, y compris la Ville de David, qui se trouve au sud du Mont du Temple et à l'extérieur du mur actuel.

 

«Priez pour la paix à Jérusalem», le poète l'a commandé dans les Psaumes (122: 6). Demandez aux partisans de la division ce qu'ils pensent de ce qui devrait être fait à propos de la ville dont la mémoire nous a amenés ici. Toute personne qui ne veut pas partager avec des étrangers la réalité renonce à toutes fins qu'il pourrait y avoir lors des négociations diplomatiques. Aucun Arabe n'acceptera aucun plan de paix sans le plein contrôle musulman de Jérusalem-Est. L'idée d'internationaliser la ville; la divisant en quartiers; le partage du contrôle, avec les Juifs en charge ci-dessous et les musulmans en charge du dessus de la montagne, n'est que simple bavardage - poussière de fée et de rêveries des pays occidentaux et de quelques rares Juifs israéliens.

 

Ne laissez pas ceux d'entre nous qui veulent embobiner les citoyens qui parlent de "diviser le pays" - d'obtenir tout tout de suite: la Vieille Ville de Jérusalem. Même si les Romains ont pu changer le nom de la terre d'Israël et que la Judée disparaîsse de la mémoire du monde à partir du deuxième siècle en l'appelant "Palestina" après que le peuple philistins de marins qui avaient disparu auparavant d'ici depuis des centaines d'années, leur complot pour effacer Jérusalem et la renommer "Aelia Capitolina" n'a pas réussi. Au regret de nos ennemis et de ceux d'entre nous qui refusons le rachat, de plus de 1.900 ans du passé, et que le monde appelle encore le cœur de notre nation "Jérusalem". Même les musulmans, qui luttent pour réécrire l'histoire de la ville et veulent nier nos liens avec elle, sont obligés de se référer à elle comme «Al-Qods», comme un acronyme pour "Beit al-Maqdis" (la Maison du Temple) et, ce faisant révéler le mensonge qu'ils cherchent à répandre.

 

En l'honneur de la 49e Journée qui marque la libération de la ville de Jérusalem,  et de son unification avec ses fils et filles juridiques, encore une autre des mille « conférences de paix » qui s'est réunie à Paris pour "jeter le sort" sur Jérusalem (Abdias 1:10). Cela fait près de 100 ans que l'accord Sykes-Picot, qui a cartographié le Moyen-Orient et qui maintenant s'effondre sous nos yeux, et que les nations comme la France et d'autres tentent de revenir sur cette marche historique de folie.

 

Le président français François Hollande a prononcé une phrase qui a attiré mon attention: "Nous devons travailler pour nous rendre compte que dans le contexte régional et le vide diplomatique sera rempli par l'extrémisme et la terreur." Je me suis dit que ce fut une merveilleuse explication du manque de compréhension historique exprimée au sommet.Parce que cela est ce qui pourrait arriver si un Etat palestinien est établi dans des conditions géopolitiques actuelles: ce sera un «vide diplomatique» à la lumière (ou à l'obscurité) de notre mauvaise expérience pourrait en effet "être rempli par l'extrémisme et le terrorisme." Il suffit de regarder le chaos autour de nous.

 

Aussi longtemps que Jérusalem n'était juste qu'un rêve ou un désir, nous nous satisfaisions du manque, même au cours des 19 premières années de l'Etat, lorsque son coeur a été muré. Mais à partir du moment ou nous avons eu le privilège de libérer la ville et de lui appliquer notre souveraineté, nous ne devons plus la laisser filer entre nos mains. Renoncer à Jérusalem, à D.ieu ne plaise, nuirait à l'ensemble du processus historique du retour à Sion. Parce qu'il n'y a pas de sionisme sans Sion, et comme il n'y a pas de sionisme sans la terre d'Israël, il n'y a certainement pas de sens pour nous de retourner à la terre d'Israël hors de la ville qui nous a tenu dans le désert des nations grâce à notre serment de se le rappeler et dont le nom nous a ramené à la maison.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai