Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 22:42

La société de Gauche est vraiment malade

Par Daniel Greenfield

http://www.frontpagemag.com/fpm/262792/israels-anti-israel-elites-and-their-hatred-daniel-greenfield

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

L'an dernier, le président israélien Rivlin a dénoncé Israël comme une «société malade» et a accusé les Juifs d'avoir «oublié comment être des êtres humains décents.» Maintenant , le major-général Yair Golan, chef adjoint du personnel de l'armée, a accusé Israël de ressembler à l'Allemagne nazie dans un discours prononcé à la veille du jour de l'Holocauste.

 

Israël est une société malade que dans la mesure où, comme un poisson, il pourrit de la tête des hommes comme Rivlin et Golan. C'est une maladie qui émane de membres de l'élite politique dont les vues sont fondamentalement en contradiction avec celles du peuple. La haine que Rivlin et Golan, les bénéficiaires du privilège et de la protektsia, se plaingnent des Israéliens ordinaires et sont implacables dans la laideur.

 

L'Etat juif est fondamentalement divisé en deux groupes, son peuple et ses dirigeants. La population d'Israël est définie par un mélange varié du Moyen-Orient et de réfugiés juifs russes avec un grand nombre de juifs orthodoxes. Ces groupes ont tendance à avoir des vues plus conservatrices et leur influence rend très difficile pour la gauche de gagner des élections comme ils étaient autrefois utilisés pour se faire.

 

Plutôt que de s'adapter à l'évolution démographique d'Israël, ses élites ont versé dans la haine. De Dudu Topaz(animateur radio qui s'est suicidé) à Yair Garbuz (directeur d'une école d'Art), un rassemblement de travail ne semble pas passer sans insultes visant les Juifs du Moyen-Orient. À l'élection de l'année dernière, Garbuz tempêta, " Comment cette poignée est-elle devenue tranquillement une majorité? "

 

Ce sujet passait sous silence. Mais dans la bulle gauchiste du pouvoir et de privilège la révélation que la majorité des Israéliens avait des vues très différentes des élites a été profondément traumatisant et choquant. Le Premier ministre Netanyahu est à son troisième mandat consécutif, mais l'État profond des élites ne veut pas être délogé par de simples élections démocratiques. Et l'Etat profond contrôle des rôles de leadership au sein du gouvernement de l'armée du pouvoir judiciaire, sans parler des universités, des organismes sans but lucratif et de la culture.

 

Cela fait longtemps que cette élite a été présompteuse. Au lieu de cela sa rhétorique est devenue source de division et de discorde; Elle est marquée par des soupçons paranoïaques à propos des Israéliens ordinaires qui les ont abandonnés. Des remarques hostiles, comme celles de Rivlin et Golan, qui expriment un dégoût non démocratique pour l'Israélien moyen.

 

La majorité de la population juive d'Israël se compose désormais de réfugiés du Moyen-Orient. C'est une population avec vues fondamentalement différentes en ce qui concerne la lutte contre le suprématisme islamique sous lequel eux et leurs ancêtres avaient vécu et finalement fui. Elle ne ressent aucune culpabilité de la mort de terroristes. Elle ne pleure pas les djihadistes de la Nakba qui se sont dirigés à la frontière dans l'espoir que les Juifs en Israël se réuniraient pour un Holocauste final aux mains des cinq armées musulmanes des envahisseurs, sans oublier les forces des Frères musulmans. Au lieu de cela elle ressent une fierté morale.

 

Les élites politiques d'Israël, comme leurs homologues occidentaux, sont fières que dans leur honte. Ils savent qu'Israël est une société malade et que les Juifs sont des gens terribles. Et ils savent que ce qui les rend supérieurs à la populace, aux cafards, aux noirs, aux parasites, aux prostituées et d'autres insultes affectueuses qu'elles confèrent au reste du pays. Comme beaucoup d'élites libérales, elles sont fières de leur mépris pour les gens ordinaires.

 

Il est facile de trouver que la rhétorique en Israël ressemble à celle de l'Allemagne nazie. Mais celà vient de membres de la société malade de l'élite qui a oublié comment être juifs, sans parler des êtres humains. Un exemple pas atypique de cette ampleur c'était ce que disait Yigal Tumarkinle co-fondateur de la "Paix Maintenant": «Quand je vois les Juifs orthodoxes revêtus en noir avec les enfants qu'ils engendrent, je peux comprendre l'Holocauste» et " Ma vraie contribution consisterait à ce que je saisisse une mitraillette, au lieu d'un stylo et d'un crayon et je les aurais tué."

 

Tumarkin, est né Peter Heinrich Hellberg, avait des membres de la famille qui avaient servi dans la SS nazie

 

Mais ce n'est pas le genre de discours dont les élites d'Israël s'nquiètent. Au contraire, ils sont furieux que les adolescents juifs du Moyen-Orient de familles de la classe ouvrière pensent que les terroristes islamiques devraient être abattus au lieu de dorlotés. Mais tandis que leurs filles protestent contre des soldats israéliens entre l'étude des diplômes en philosophie à U hébraïque ce sont ces atroces jeunes juifs qui servent réellement dans l'armée.

 

Et ce qui les rend encore plus une menaçants pour les artistes et les acteurs dilettantes, les romanciers dont les livres n'existent seulement que pour être traduits, les généraux qui n'ont aucun intérêt à gagner des guerres, les maîtres espions et les militants des droits de l'homme qui espionnent pour l'UE, les juristes qui font leurs propres lois, les journalistes acariatres qui émettent des verdicts nocturnes sur les nouvelles du soir et tout le reste de la bande en diminution des bien-connectés qui sont entièrement déconnectés de leur propre pays. Et qui en sont fiers.

 

Les deux populations d'Israël existent dans deux mondes différents. Ses dirigeants veulent être l'Europe tandis que sa population ne veut juste être qu'Israël. L'ancien existe dans un manuel dans lequel le terrorisme islamique est une morale et un problème philosophique. Les autres vivent dans une réalité dans laquelle un couteau planté dans le dos est une menace quotidienne.

 

Les élites pensent des Israéliens ordinaires qui veulent juste vivre dans leur propre pays sans être abattus, poignardés, bombardés, lapidés avec des roches ou forcés de courir dans des refuges comme lorsque des nazis bombardaient. Pendant ce temps, les Israéliens ordinaires voient les élites autorisées qui leur donnent des conférences de forums présidentiels et des colonnes prestigieuses comme un cartel antidémocratique abusant des privilèges qu'ils ont acquis grace à leurs noms de famille.

 

Israël n'est pas malade. Mais ses élites le sont. Israël ne tourne pas à la non-démocratie ou au fascisme. Mais ses élites elles ne sont pas démocratiques mais totalitaires. Leurs accusations de fascisme masquent leur volonté occasionnelle de censurer, réprimer et réduire au silence les opinions dissidentes. Comme tous les systèmes d'oppression à l'encontre des personnes qu'ils gouvernent, ils jouent un jeu totalitaire qu'ils doivent perdre. Et ils le savent.

 

Leur amertume et leur haine sont une reconnaissance que leur rêve de courir tout le chemin est en train de mourir. Elles n'ont pas de chemin vers la victoire. Elles n'ont rien à attendre pour elles, sauf l'oubli.

 

La Gauche a réagi à cette révélation en essayant littéralement de détruire Israël. Lorsque l'éditeur du journal de l'aile gauche d'Israël Haaretz a exhorté le Secrétaire d'État des États-Unis de «violer» Israël, c'était une expression flagrante de l'ordre du jour destructeur de la gauche pour un Etat juif. Le Président Rivlin ne considérait pas l'éditeur du Haaretz comme un signe d'une «société malade». Au lieu de cela il en a fait l'éloge, en disant que "ce fut un plaisir d'être son ami". Véritablement le comportement malade de ce genre est considéré comme normatif parmi les élites anti-israéliennes d'Israël.

 

Ce qui les offense ce ne sont pas les demandes de la violence contre les Juifs ou de la destruction de l'État juif par les membres de leur propre classe. Au contraire, ils sont soigneusement sensibles à dénoncer même la suggestion moindre pour une action forte contre les terroristes islamiques par les membres des classes inférieures du pays. Un appel à l'assassinat en masse des juifs orthodoxes ou des juifs du Moyen-Orient d'un acteur respecté dans Neve Tzedek qui recevra des sourires ironiques. Mais quelques fans de football Mizrahi criant qu'il est temps de riposter contre le terrorisme islamique après la dernière atrocité brutale occasionnera des alarmes "démocratiques" dans les rédactions à travers le pays.

 

Ceci est une histoire de deux classes et de deux réalités. C'est une lacune fondamentale entre avoir droit aux droits de l'homme et ceux de la classe ouvrière dont les grands-parents n'étaient peu mieux que les esclaves au Yémen. C'est une division entre une élite dont les liens parentaux leur garantissent une petite place dans l'économie et les hommes et les femmes qui qui travaillent et ont passé toute leur vie à faire des travaux durs.Cette division ne pouvait pas durer toujours.

 

Le Premier ministre Begin avait déjà brisé le pouvoir de la Gauche en prenant sur ses privilèges arrogants. Mais le terrorisme islamique accélère rapidement l'effondrement de l'État profond des élites d'Israël qui ont choisi le côté des terroristes à ceux de leurs victimes israéliennes. Les Israéliens ordinaires que Rivlin considère comme des «malades» et Golan comme des nazis seront ceux qui détermineront son avenir.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai