Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

12 octobre 2015 1 12 /10 /octobre /2015 16:57

Les revendications qui disent que donner aux Palestiniens de l'espoir mettra fin à la violence sont délirantes. Chaque fois que l'on a parlé de paix, ce qu'Israël a reçu en réponse c'est plus de terreur.

 

Par Ben-Dror Yemini

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4709343,00.html

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Il y a une école de pensée délirante qui prétend que si nous voulions accorder aux Palestiniens un horizon politique et un peu d'espoir, nous n'en serions pas à avoir cette violence, ce soulèvement et, peut-être, nous ne serions pas en passe d'avoir une autre Intifada.

 

La vague la plus douloureuse de terreur a eu lieu pendant les années 1990. Ce furent les années d'Oslo. Des années d'espoir. Il y avait un horizon politique, il y avait un gouvernement de lutte pour la paix. Il semblait qu'une solution était à portée de main. Est-ce que cela a apporté le calme?

 

Comme si. Nous avons eu un terrorisme non-stop. Et c'est toujours en cours. Une vague de terreur encore plus grande a commencé avec la deuxième Intifada. C'est arrivé précisément au moment où Israël a accepté pour la première fois non seulement un Etat palestinien, mais aussi la division de Jérusalem. Mais au lieu de la paix, nous avons eu un festival de sang.

 

Alors s'il vous plaît, arrêtez avec cette croyance délirante que " si nous voulions juste leur donner de l'espoir il n'y aurait pas une intifada."

 

Parce que pas un des jeunes violents qui jettent des pierres, des émeutiers, qui se font exploser, qui commettent des assassinats ne le font pas pour relancer le processus politique de paix. Ils ne sont pas membres d'une branche palestinienne de la 'Paix Maintenant'. Ils n'ont aucun intérêt à tout processus ou de paix ou d'agencement de deux Etats pour deux peuples.

 

Ils appartiennent à un camp qui ne veut pas d'une fin de l'occupation, mais plutôt mettre un terme à l'Etat d'Israël. Le moment où il leur semble que la paix est à portée de main, que quelque chose est en cours, ils appuient sur la pédale afin de détruire tout progrès vers la paix. Ceci est exactement ce qu'ils ont fait dans les années '90 et c'est exactement ce qu'ils ont fait au cours de l'année la plus prometteuse de toutes pour la paix: l'année 2000, lorsque le gouvernement de Barak, Ben-Ami, Beilin et Sarid a géré Israël.

 

Afficher l'image d'origine

Des manifestants palestiniens qui lancent des pierres 

 

La violence résulte de l'incitation, du nationalisme extrême, de la volonté de détruire Israël.

 

La vague de violence, au moins dans les premières phases n'est qu'une affaire de minorité. Il ne faut que quelques centaines ou milliers pas de millions de participants. Les agitateurs centraux ont besoin d'Israël afin de recruter des dizaines de milliers d'autres pour stimuler l'insurrection. Il n'y a rien comme des slogans ou des actions «lourdes»  telles que des «punitions collectives» pour servir les intérêts de Raed Salah et du Hamas. C'est précisément ainsi qu'ils obtiennent l'adhésion de milliers et de milliers d'autres qui rejoignent le cycle de la violence.

 

Les 'colons', comme toujours, demandent de plus en plus " de constructions en Judée et Samarie," dans le cadre d'une "réponse sioniste appropriée."

 

Est-ce que cela va calmer les choses? Sont-ils sérieux? Le mélange de populations hostiles n'a jamais apaisé les esprits. Mais ceci est exactement ce que la Droite idéologique veut. Pas un Etat juif, mais plutôt un gros état dans lequel les gens de Droite vivraient à Silwan, dans le quartier musulman de Jérusalem, dans des avant-postes au coeur de zones occupées par des villages arabes.

 

Et si, aujourd'hui, seulement 3% participent activement aux actions violentes, des gens d'extrême-droite sont déjà à la recherche de la manière dont ils peuvent transformer ces 3% en 30%. Ils ne s'arrêteront que lorsque notre situation virera à celle de la Syrie.

 

Des condamnations comme celles-ci peuvent parfois, il faut le reconnaître, être tout simplement de pure forme. Un affichage de l'hypocrisie ambiante.

 

Mais cette hypocrisie peut être une valeur importante. Parce que cette hypocrisie inclut la honte. En effet, nous pouvons tous tenir parfois des opinions

préconçues. Même parfois des vues racistes.Les gens civilisés sont censés être conscients que ces opinions sont inacceptables. Ils ne sont pas fiers d'eux. Ils ont honte. *Ayman Odeh a perdu son sens de la honte. Ce n'est pas un hypocrite, mais il n'est pas non plus courtois.

 

Le dirigeant de la Liste arabe unie a affirmé ne pas vouloir intervenir dans la lutte des Palestiniens

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai