Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Qui en bénéficie? (Cui bono?)

4 Juillet 2013 , Rédigé par mordeh'ai

Par Vic Rosental

http://fresnozionism.org/2013/07/cui-bono/

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

3 juillet 2013

 

"Price Tag" grafiti dans un village arabe.  L'inscription dit «un bon Arabe est un Arabe mort» et «étiquette de prix"

"Price Tag" graffiti dans un village arabe. L'inscription dit «un bon Arabe est un Arabe mort»

 

 Le fameux Lucius Cassius, que le peuple romain avait pour habitude de considérer comme un juge très honnête et sage, avait pour habitude de demander, maintes et maintes fois, "Qui en bénéficie?" - Ciceron

(" L. Cassius ille quem populus Romanus verissimum et sapientissimum iudicem putabat identidem dans Causis quaerere solebat «cui bono» fuisset. - Cicéron)

 

Nouvelles  :

JERUSALEM (JTA) - Les planification et réalisation des attaques en Israël "Price Tag" (le Coût à payer) qui va maintenant être acté comme "organisation illégale", cette dénomination mettra ses actes sur le même niveau que ceux des groupes terroristes islamiques.

 

La nouvelle désignation annoncée lundi par le ministre israélien de la Défense Moshe Yaalon signifie que les auteurs juifs de cette violence [sic] seraient confrontés aux mêmes conséquences juridiques que les terroristes palestiniens.

 

La nouvelle désignation permettra aux services de sécurité israéliens et à la police de détenir des suspects en prison plus longtemps, de les garder en détention jusqu'à la fin des procédures judiciaires et d'instruire sans la présence d'un avocat. Ceux qui planifient et financent les attaques de "Price Tag" seront soumis à la même procédure.

 

Je serais le dernier à dire que le traitement dur pour les  vandales des " Price Tag " n'est pas justifié, bien que le nommant «violence» est un peu exagéré. Ce n'est certainement pas comparable au "jeter des pierres" d'une grosseur d'un pamplemousse sur les pare-brise des voitures en circulation

. Il est intéressant de noter que il n'y ait eu que très peu d'arrestations, en dépit d'une énorme publicité et agitation officielle .

Mais comme Lucius Cassius et le lieutenant Colombo, je me demande, cui bono?, qui en profite?

 

Certainement pas la population juive de Judée et de Samarie, lorsque les incidents sont utilisés pour la diaboliser comme, par exemple, ici :

 

Les crimes de "Price Tag" sont des attaques contre les Palestiniens et des biens palestiniens par des colons israéliens, destinés à la fois à intimider les Palestiniens à les faire quitter la Palestine  ainsi que de servir de recouvrements aux échecs constatés des efforts de colonisation d'Israël. Officiellement promulgué par les colons israéliens en 2011, le mouvement de "Price Tag" fait suite à plus de six décennies de tentatives officielles et non officielles de terroriser les Palestiniens à quitter leur patrie. ...

 

Mais les hooligans Israéliens qui effectuent ces attaques "Price Tag" se battent pour les mêmes objectifs que MM Peres, Bennett et Netanyahu: à savoir, le nettoyage ethnique des Palestiniens d'Israël / Palestine. Ils utilisent simplement des moyens différents  pour atteindre cet objectif. En fait, le vandalisme du "Price Tag", est tout à fait répréhensible, mais n'est rien en comparaison des politiques beaucoup plus insidieuses et bien plus puissantes que le gouvernement israélien a pris et longtemps fait appliqué.

 

Permettez-moi de vous dire que s'il y a un nettoyage ethnique de mener, il est très inefficace, dans la mesure où la population arabe d'Israël d'avant 1967 et des territoires a augmenté à plusieurs reprises depuis 1948. Voilà pour les "insidieuses" et "puissantes" machinations du gouvernement!

 

Mais pour en revenir à la question: l' activité du "Price Tag", en fait, ne profite à personnes d'autres que celles qui souhaitent voir les «colons» dépeints comme des criminels, et qui souhaitent les voir, mais pas les Arabes, se retirer de leur patrie.

 

Le récent vandalisme d'Abu Ghosh, un village qui a été remarquablement favorable à l'Etat depuis 1948, a été particulièrement dommageable. En effet, l'ancien militante du Lehi et membre de droite de la Knesset Geula Cohen a récemment rappelé que les Arabes d'Abu Ghosh l'avaient aidé à s'échapper d'une prison britannique dans les années 1940.

 

Je suis sûr qu'il y a des vandales juifs qui ne comprennent pas que ce qu'ils font est plus que stupide. Mais je suis également convaincu que certains de ces incidents, dans le cas d'une enquête approfondie, ils pourraient se révéler avoir été perpétré par des acteurs anti-étatiques - gauchistes, anarchistes ou d'extrémistes arabes.

 

Il y a quelques cas dans lesquels il est prouvé que les auteurs n'étaient pas des juifs de droite. Par exemple, prenons le cas de la mosquée dans le village arabe israélien de Tuba Zangaria , qui a été endommagé par un incendie en 2011. Un arabe de la localité s'est présenté plus tard et a accusé les habitants du village d'avoir mis le feu et tagué les mots "prix à payer" sur la construction afin de détourner les soupçons. Pour la peine, sa maison a été pulvérisée par des balles.

 

Une raison simple qu'il n'y ait que peu d'arrestations pourrait être que les policiers recherchent dans les mauvaises directions. Dans le cas Tuba Zangaria, un étudiant juif a été initialement arrêté (à grand bruit), puis relâché faute de preuves.

Mais il y a une autre possibilité, plus abjecte . Il s'est récemment avéré que le service de sécurité intérieure (Shabak) a infiltré des groupes juifs d'extrême droite et des agents ont même pris part à des attaques anti-arabes:

 

L'homme Esh Kodesh aurait réuni ses amis et aurait reconnu qu'il avait travaillé avec le Shin Bet pendant un certain temps, et qu'il avait transmis beaucoup d'informations sur l'activité anti-arabe de l'agence, y compris des informations qui ont aidé à contrecarrer les attaques du groupe. L'homme lui-même avait été le complice de plusieurs attaques.

 

Ce ne serait pas déraisonnable de penser que des éléments du Shabak qui auraient voulu discréditer l'entreprise des implantations auraient encouragé ce comportement chez des membres instables de groupes nationalistes radicaux.

 

La tactique de la provocation, ou même de la falsification, un comportement extrême dans le but de discréditer les opposants politiques n'est pas inconnue en Israël. Peu avant l'assassinat d'Yitzhak Rabin, un agent du Shabak a inventé qu'un groupe d'extrémistes de droite du nom d' «Eyal», avait apposé des affiches de Rabin en uniforme SS. ce qui avait mis "ce groupe" sous le feu massif des médias. Tout cela avait été établi par la Commission Shamgar, qui enquêta sur l'assassinat de Rabin. Certains Israéliens pensent que l'assassinat de Rabin avait été au départ une mise en scène d'une attaque utilisant des cartouches à blanc mais elle a mal tourné lorsque l'assassin, Yigal Amir, les avait remplacé  par des balles réelles.

 

Ce fut beaucoup plus grave que de tracer des slogans sur les mosquées et la crevaison de pneus. Est-il possible que le vandalisme à Abu Ghosh, par exemple, n'ait pas été initié par des «colons» de droite anti-arabe ?  Oui, il y a un précédent. Est-il arrivé de cette façon? Demandez-vous: à qui celà profite (cui bono)?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :