Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 16:42

Le major-général (rés.) Eliezer Marom recommande à Israël d'agir maintenant - avant que l'autorisation à la « flottille de la liberté III » ne se transforme en permission aux navires d'armes iraniennes.

 

Par Shimon Cohen

http://www.israelnationalnews.com/news/news.aspx/197354#.Vy-bX9Iw_Dc

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

L' Ancien commandant de marine, le Major-général de réserve Eliezer Marom, rejette appelle vivement qu'Israël devrait ignoré les appels d'abandonner et de permettre à la flottille anti-Israël de cette année (« liberté flottille III ») d'atteindre la côte de Gaza dimanche, notant qu'une absence de réponse conduira aux pires problèmes .

 

La réponse d'Israël à la flottille a été relativement atténué, Marom l'a noté sur la Chaine 2 - Malgré la couverture médiatique internationale qui l'implique par ailleurs.

 

Si Israël reconsidère sa position de s'opposer à la flottille en raison des pressions internationales, a-t-il dit, l'importance d'une telle concession sera que tous les navires se permettront d'inonder Gaza sans consentement ni supervision de la sécurité d'Israël - en vertu du principe que tous les navires sont égaux devant la Loi [internationale].

 

Il a dit que dans un tel cas, « Les navires iraniens entreront à Gaza dans un avenir proche ».

 

Selon Marom, les même petites concessions conduiront à ouvrir l'activité de la terreur le long des côtes de Gaza ; alors que cette activité est plus ou moins en statu quo, [par exemple, les bateaux de Gaza « intifada maritime » ont lancé contre la marine israélienne, ou la contrebande d'armes - le rédacteur.] la suppression de la pratique de cette sanction verra le terrorisme gagner plus de terrain.

 

« Si nous abandonnons les inspections aux points de contrôle et la prévention des attaques terroristes... nous allons gagner la sympathie du monde mais nos citoyens vont mourir ici », il a exhorté. « Nous ne devons pas renoncer. Nous devrions agir conformément à la politique et du droit international ».

 

Marom a encouragé les responsables à " se souvenir à qui nous avons affaire au: Hamas, une organisation terroriste "- et il a ajouté que, apparemment, les fonctionnaires oublient de temps en temps le statut du Hamas. La flottille a été surnommée « Liberté flottille III, » un défi maritime au blocus naval juridique d'Israël sur l'enclave côtière de Gaza qui est contrôlée par l'organisation terroriste Hamas.

 

Elle a été soutenu par la campagne européenne pour briser le blocus de Gaza. Des Membres du Parlement européen, des journalistes, des athlètes, des artistes, ainsi que des gauchistes radicaux israéliens seront à bord.

 

Arutz Sheva en exclusivité a révélé jeudi que la flottille est indirectement financée par le gouvernement Français via une ONG pro-palestinienne.

Repost 0
mordeh'ai
27 juin 2015 6 27 /06 /juin /2015 15:03

C'est une tentative désespérée du gouvernement français pour acheter quelques jours de calme de sa communauté musulmane, particulièrement parmi les membres des frères musulmans et des organisations terroristes auxquelles elle a donné naissance--toutes dans l'attente de l'ordre d'exécuter l'émeute dans les rues de France.

 

Par Bassam Tawil

http://www.gatestoneinstitute.org/6029/French-Peace-Initiative

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Le dernier missile qui va déchirer les cieux du Moyen-Orient ce n'est pas une fusée; C'est tout simplement l'initiative française de « paix ».

 

Personne au Moyen-Orient n'a le moindre doute que se soit son objectif, il ne favorisera pas la paix entre Israël et les Palestiniens. C'est une tentative désespérée du gouvernement français pour acheter quelques jours de calme de sa communauté musulmane, particulièrement parmi les membres des frères musulmans et des organisations terroristes auxquelles ils ont donné naissance--tous en attente de l'ordre d'exécuter l'émeute dans les rues de France.

 

Nous, les Palestiniens, avons souffert et continuons de souffrir, de la création des organisations terroristes islamistes sur le territoire de l'autorité palestinienne; Ce sont elles qui nous empêchent de parvenir à un accord de paix avec les Juifs.

 

Il faut être sourds, muets et aveugles--ou vraiment désespérés, ce qui est plus probable--de présenter un accord de paix unilatéral comme celui des français. Si elle réussit, il n'y a qu'Allah qui peut l'empêcher, cela conduira à une reprise de ISIS et du Hamas de chaque pouce de terre palestinienne d'où Israël se retirera contraint ou à son initiative.

 

Il faut aussi être ignorant ou tout simplement ne pas comprendre que le Moyen-Orient part en fumée et que les Etats arabes se désintègrent. Par conséquent, il n'y a aucune raison logique, pour construire un nouvel État, qui va être à la fois instable et la proie de subversion locale et régionale. Il sera également soumis à une prise de contrôle rapide, et les premières personnes qui vont souffrir seront les Palestiniens dans les territoires occupés.

 

Les Israéliens savent penser à l'avenir d'eux-mêmes, mais nous nous seronslaissés à tendre la main à la miséricorde des Moudjahidine du Hamas et d'ISIS. Comme ils l'ont fait en Irak et en Syrie, ils vont tous nous massacrer sans réfléchir à deux fois, parce que comme nous ne sommes pas tous devenus des shaheeds ["martyrs" de l'Islam] en essayant de tuer les sionistes et même d'essayer de parvenir à un accord de paix avec eux, nous ne sommes pas suffisamment musulmans à leurs yeux.

 

L'initiative française n'est pas un geste bienveillant, destiné à aider les Palestiniens. Sans aucun doute, le gouvernement français et ses services de renseignements savent très bien que le secret de l'existence de l'Autorité palestinienne aujourd'hui -- c'est sa capacité à fonctionner comme une entité souveraine, démilitarisée et de reconnaître de facto l'Etat d'Israël -- c'est sa sécurité, sa collaboration avec les Israéliens. Elle sert les intérêts des deux parties. Lorsque, par conséquent, un État palestinien sera déclaré unilatéralement, comme les Français le proposent, Israël cessera de collaborer avec elle et que l'État, pas encore complètement formé, presque instantanément sera aux prises avec des extrémistes islamistes. C'est évident pour nous: même  nos institutions d'enseignement supérieur sont gouvernées par le Hamas aujourd'hui, comme on le voit par l'écrasante victoire du Hamas aux dernières élections d'étudiants à l'Université de Bir Zeit.

 

La récente visite du sénateur américain Lindsey Graham en Israël a aidé les Palestiniens à comprendre encore plus soigneusement que la derrière initiative Française est une tentative, comme pour beaucoup de membres de l'ONU, « d'être un acteur. » Il est évidemment trop frustrant et ingrat juste de siéger à l'ONU et ne pas penser à quelque projet supposément qui pourrait rendre important votre pays aux yeux des 190 autres membres--même si cette initiative est mortelle pour son destinataire. Une façon de répandre de la bienfaisance c'est de prendre en charge le processus de paix par le Conseil de sécurité, de forcer les deux parties à une solution unilatérale et même ne pas feindre la consternation lorsque ses premières victimes sont les Palestiniens.

 

Le sénateur Graham parle de la nature draconienne de l'initiative et a souligné que les États-Unis ont appuyé la solution de deux États pour deux peuples, selon la vision de l'actuel premier ministre israélien, Binyamin Netanyahu. Il favorise un Etat palestinien démilitarisé qui reconnaitrait Israël comme un État juif et rendrait possible pour tout le monde, les Juifs et les Palestiniens, de vivre avec dignité et indépendance.

 

Graham a menacé l'ONU, en disant qu'encourager l'initiative Française , il ferait tout pour faire stopper le financement américain de l'ONU --  ce qui représente près d'un quart de son budget.

 

Aujourd'hui, les fonds de l'ONU servent à envoyer des soldats de la paix, qui ont l'immunité diplomatique et donc ne peuvent pas être poursuivis en justice, en Afrique la demande de sexe , souvent à des enfants, en échange de nourriture ou d'autres nécessités ; et en passant par des résolutions visant à nuire à Israël, alors que l'organisation ignore cyniquement les flagellations en Arabie saoudite, l'esclavage en Mauritanie ; escalade des exécutions, l'appelle au génocide et les violations des traités nucléaires en Iran, et c'est juste des exemples.

 

La situation est grotesque. Fondamentalement Ils  accusent Israël de « terrorisme » pour s'être défendu lui-même contre par des roquettes tirées par le Hamas, dans une confrontation où les enfants de Gaza ont été blessé parce que le Hamas les utilisait comme boucliers humains -- en ignorant le véritable terrorisme contre des enfants d'Afrique, commis par des soldats de la paix de l'ONU, Boko Haram, l'Iran et le Soudan. Quand ils tordent ainsi la logique pour accuser Israël de "terrorisme," tout en tournant le dos aux exactions et horribles de faits de pédophilie essentiellement généreux l'ONU "des soldats de la paix", ils donnent le feu vert pour des usines d'armes nucléaires, à des bourreaux et des tortionnaires d'Iran .

 

Graham a été très clair sur le point de vue américain. Il a dit que tout pays qui aura tenté d'amener Israël à la Cour pénale internationale de la Haye se verrait  imposé des sanctions par les Etats-Unis.

 

La parade du grotesque est le résultat direct de la reddition de l'Occident  au terrorisme islamique. Maintenant, malheureusement, le Vatican a aussi rejoint la France. L'hypothèse que les islamistes peuvent être affaiblis et soumisen nuisant aux Juifs c'est encore une autre idée fausse répandue. Chaque geste pour les islamistes, même si il vise à « aider » les Palestiniens, envoie un message de faiblesse et de vulnérabilité et augmente l'agressivité des islamistes contre les chrétiens et autres minorités non musulmanes.

 

Au Moyen-Orient, toute personne qui « tend l'autre joue » comme le pape, affirmant que le dirigeant palestinien, Mahmoud Abbas, pourrait être " un ange de paix "  met son cou sous l'épée. En chutant de Byzance à l'Empire Ottoman, ses églises, y compris la Ste Sophie à Constantinople, elles furent transformées en mosquées ; C'est le rêve des islamistes aujourd'hui, de transformer le Vatican en mosquée.

 

La reddition européenne à l'Islam radical est dangereuse ce n'est pas seulement une tentative pour tenir à distance sa menace pour la société libre de l'Europe juste un peu plus longtemps. C'est aussi le résultat de la détresse économique de l'Occident, qui cherche à maintenir à flot en se vendant lui-même, littéralement, pour des pétro-dollars. Le Vatican est au abois financiers -- il y a moins de catholiques pratiquants et donc moins de catholiques qui font des dons. Il est difficile de ne pas sentir que les manipulations anti-Israël de l'administration du Vatican sont motivées non par un réel désir d'aider les Palestiniens ou d'enregistrer des chrétiens au Moyen-Orient, mais par un réel désir de se dégager de ses difficultés financières.

 

Judas a vendu Jésus pour 30 pièces d'argent ; Boko Haram vend des filles pour le prix d'un paquet de cigarettes, et l'Europe se vend elle-même et les Israéliens au Qatar.

 

L'Europe est dans la même situation que le Vatican ; ainsi que beaucoup d'universités américaines, qui se vendent à l'éducation islamiste radicale pour des pétro-dollars du golfe Persique. Cela permet aux islamistes de réécrire l'histoire et de mettre en danger le mode de vie d'un occident crédule.

 

Il y a déjà un lobby des frères musulmans aux États-Unis, un syndicat essaie de forcer l'administration à saper l'actuel président égyptien, qui est un ennemi de la confrérie musulmane meurtrière. Leur objectif est de rétablir au pouvoir le dictateur islamiste Mohamed Morsi (qui est également membre des frères musulmans), et saboter les mesures que l'Égypte prend actuellement pour se réhabiliter.

 

La facilité avec laquelle le Qatar, le poids lourd en pétro-dollars, manipule des organisations terroristes au Moyen-Orient est troublante. Le pays accueille et  finance tant de hauts personnages des frères musulmans comme Cheikh Yusuf al-Qaradawi et d'autres responsables de la propagation de la doctrine de l'islamisme radical et du terrorisme dans le monde entier.

 

Le Qatar finance une vaste gamme d'organisations subversives islamistes, de terroristes, parmi lesquels ISIS, Al-Qaïda, Hamas, Jihad islamique palestinien et diverses autres organisations jihad mondial opérant sous l'égide des régimes arabes et musulmans. Le Qatar cherche également à se tailler des enclaves en Afrique et en Occident et pour transformer le creuset pluraliste de l'Occident en un chaudron bouillonnant d'agents terroristes qui, lorsque le signal est géré, il matraque l'Europe et l'Amérique sur leur sol.

 

Les pétro-dollars des seigneurs féodaux Qatari, totalitaires qui dictent leurs caprices à une population sans droits, ont directement un réseau mondial de propagande et d'incitation, par le biais de véhicules tels que la télévision Al-Jazeera en arabe, à des années-lumière de la plus toxique qu'Al Jazeera en anglais. Le Qatar couronne des rois et l'emporte sur les régimes dans tout le Moyen-Orient, comme il l'a fait en relisant sans cesse l'immolation du jeune tunisien vendeur de fruits qui ne pouvait pas obtenir de licence, jusqu'à ce qu'il aiguillonne les Tunisiens et les égyptiens pour commencer leur « printemps arabe ». Actuellement, le Qatar investit des millions pour renverser le régime égyptien. Il investit des millions pour financer l'incitation auprès des musulmans dans le monde entier par le biais de son réseau islamiste de prédication, une prédication rusée, de la variété des frères musulmans de l'Islam.

 

Les arabes ont toujours pensé que les européens avaient un point faible dans leur cœur pour eux. Ils croyaient toujours secrètement que quelqu'un qui détestait les mêmes ennemis--les Juifs, aussi profondément que les européens, et qui a réellement essayé de parvenir à leur éradication physique totale au cours de la seconde guerre mondiale, serait leur allié et aiderait à les expulser de la Palestine occupée. Apparemment, la haine répandue entre les européens et les Arabes n'était pas suffisante pour arrêter les Juifs, alors maintenant les Arabes payent des sommes énormes afin de corrompre les dirigeants européens pour les aider à se débarrasser des Juifs maintenant.

 

Il suffit de regarder la vaste corruption des chefs de la FIFA, achetés et payés pour par le Qatar. Tout ce qu'il fallait, c'était $ 100 millions, et le Qatar pouvait accueillir la Coupe du monde. Il faut se demander ce que le Qatar serait prêt à payer pour les autres projets, n'est-ce pas?

Repost 0
mordeh'ai
27 juin 2015 6 27 /06 /juin /2015 09:58

Les ennemis d'Israël viennent de toutes les directions. Ils utilisent des missiles. Ils utilisent des tunnels. Ils utilisent la voie aérienne. Ils utilisent les voies terrestres. Maintenant, c'est la mer.

 

Par Jack Engelhard

http://www.israelnationalnews.com/articles/article.aspx/17125#.VY47hNIw_Dc

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Une autre année, un autre convoi pour harceler l'Etat juif. Ils disent que le blocus de Gaza doit prendre fin et ils doivent arriver n'importe quel jour.

 

Ils viennent vraiment pour les photos.

 

Ils veulent des embrasements. Ils poussent. Ils intimident.

 

Tout signe d'Israéliens les repoussant de la terre fera la première page du New York Times. Pour une condamnation officielle, les Nations Unies n'ont besoin que de la paperasse habituelle.

 

Ils appellent ça « la flottille de la liberté III ». C'est donc une suite.

 

Nous avons déjà vu le film et il n'y a jamais de fin heureuse. L'épisode 2010 s'est terminé en catastrophe, c'est exactement ce qu'ils veulent. À l'époque même le Times n'a pas pu les aider sinon d'admettre que les compagnons sur le Mari Marmara « cherchaient une confrontation – et ils en ont obtenu une ».

 

Aucune flottille ou quelque chose de ce genre n'est en route vers le Yémen, où des milliers sont affamés et tués par un blocus imposé par l'Arabie saoudite.

 

Le Navire de cette année des idiots – que feraient-ils de leur vie stupide s'il n'y avait pas Israël à qui donner des coups de pied? Cinq navires quittent différents ports pour Gaza. Ils transportent certaines personnes très sérieuses. Ainsi, nous dit-on. Parmi les terroristes portant les plus beaux costumes il y a des dignitaires des différentes républiques et même un membre actif d'arabes de la Knesset d'Israël.

 

Pas elle, la Dame avec un sourire figé sur son visage.

 

Non, il s'agit d'un autre mec, le Député arabe Bâle Ghattas, qui fait partie d'un contingent arabe vraiment puissant du Parlement israélien.

 

Il vient sans doute représenter « l'apartheid », d'Israël.

 

Des Gens sérieux? Oui. Sérieusement, ils veulent détruire l'image d'Israël. Les caméras sont leurs armes de prédilection dans cette guerre d'images.

 

Le dernier mot de l'ONU-le Hamas n'était que partiellement responsable de la guerre de l'an dernier à Gaza. Israël, bien sûr, était par contre entièrement fautif pour le tir en réponse après  plus de 10 000 roquettes qui ont attéri sur son propre sol pendant des années. Les Juifs devraient savoir mieux se défendre.

 

Que le Hamas ait commencé la guerre – tant pis. A ce même propos, les bombardements alliés de Dresde, une ville de culture et sans valeur militaire, a été rasée jusqu'au sol, sous un tapis de bombes, ( Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne avaient largué 4 000 tonnes de bombes sur la ville...) et 25 000 allemands ont été incinérés.

 

La guerre c'est l'enfer.

 

Pour ces flottille "humanitaires", la guerre est un jeu pour narguer les Juifs. Pour elles, les conclusions des Nations Unies sont arrivées juste à temps. Une fois de plus, Israël est gêné.

 

Comme avant, ils vont venir provoquer, dans l'espoir de créer un scandale, provoquer Tsahal pour répondre à leur fausse ferveur.

 

Israël devra choisir entre la séance des bras croisés pour un gros-plan ou des soldats qui agissent pour la dignité de la nation, et ce seront des images pour être damné.

 

Une citation de Patton me vient à l'esprit: « L'objet de la guerre n'est pas de mourir pour son pays, mais de faire en sorte que le salaud d'en face meure pour le sien.»

 

Mais pour Israël, aucune autre latitude car il joue toujours juste et parfois n'oublie pas qu'en guerre, ou pour toute autre provocation, c'est « nous contre eux ». Titres et légendes ont déjà été écrit.

 

Journalistes et cameramen sont déjà sur place, prêt à casser et à rouler. Ils sont en attente de ces navires pour enregistrer un conflit qui, à l'heure actuelle, est éperdument boum boum, et plus d'infos sur clic clic.

 

Les Israéliens n'ont pas besoin de photos. Pour Israël, c'est que trop réel. Tous les jours le peuple juif d'Israël est dans une lutte pour sa survie.

 

Les ennemis d'Israël viennent à lui de toutes les directions. Ils utilisent des missiles. Ils utilisent des tunnels. Ils utilisent l'air. Ils utilisent le terrain. Maintenant, c'est la mer.

 

Ne faire aucun mal aux passagers. Il s'agit d'un appel de ne pas les faire dormir avec les poissons. Donnez-leur des radeaux afin qu'ils rentrent à la maison en toute sécurité.

 

Au pire, ils vont rencontrer en haute mer les navigateurs somaliens qui leur offriront l'hospitalité islamiste habituelle.

 

Mais couler leurs bateaux. Saborder leurs conceptions haineuses.

 

Envoyer leur le message: Israël refuse d'être malmené.

Repost 0
mordeh'ai
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 08:20

Le verdict de l'Organisation des Nations Unies de culpabilité à Israël, dans son «Rapport Schabas," publié hier, a été écrit avant même le début du procès.

 

Par Bassam Tawil

http://www.gatestoneinstitute.org/6028/palestinian-islamist-state

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Le Moyen-Orient remet ça. Au sommet de la liste, pas un, ne semble même pas envisager d'arrêter l'Iran dans sa quête d'acquérir la capacité nucléaire - et, par extension, il y aurait   plusieurs autres pays de la région, dont l'Arabie saoudite, la Turquie et l'Egypte qui seraient dans la même attente.

Tout d'abord, il est assez dangereux pour tout régime de se montrer ouvertement expansionniste, théologique ou non, d'avoir des armes nucléaires; L'Iran s'est récemment montré lui-même rien de moins qu'expansionniste. Deuxièmement, et, plusieurs des pays autour de l'Iran - sont peut-être, pires, se sentent correctement dans ses viseurs, ils ont déjà annoncé qu'ils sont en train de penser de fabriquer ou d'acheter des armes nucléaires; et ont probablement déjà commencé.L'État islamique (ISIS) qui s'est également montré être acheteur sur le marché d'une ogive nucléaire; vous pouvez vous aussi apparemment en acheter une pour environ 400 millions de dollars. Donc, nous aurons ainsi la prolifération nucléaire la plus incontrôlée et incontrôlable très rapidement.

En plus de tout cela, les Américains et les Européens se sont montrés à nouveau, pour mettre la pression sur l'Autorité palestinienne (AP) afin de reprendre les négociations de paix avec Israël. Le journal Al-Quds Al-Arabi, basé à Londres,  a récemment cité un responsable Palestinien qui a suggéré que le Président de l'Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, rencontre le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou pour relancer les négociations au point mort.

Nouveaux signes de déclenchement antagonisme entre les Palestiniens et Israël sont également reflétés dans la reconnaissance par le Vatican de l'Autorité palestinienne comme l'Etat de Palestine, malgré le saccage de l'église de la Nativité à Bethléem et d'autres actes de persécution qui ont conduit à l'exode massif des chrétiens des territoires palestiniens, et en dépit que l'AP ait rejoint le groupe terroriste, le Hamas, dans le soi-disant gouvernement du Consensus national palestinien ["gouvernement d'unité"]. Cette union a permis à Israël de l'accuser de responsabilité pour les crimes de guerre qui ont été vraiment commis par le Hamas contre des civils israéliens au cours de la dernière guerre. Dans le même temps, l'Autorité palestinienne chancelante tente de délégitimer Israël en l'accusant de crimes de guerre à la Cour pénale internationale (CPI). Aucune de ces attaques est de bonne augure pour Israël ou l'Autorité palestinienne.

Le CPI à La Haye a également annoncé récemment qu'il pourrait unilatéralement enquêter sur Israël pour crimes de guerre qui auraient été commis dans le dernier affrontement dans la bande de Gaza. Ce projet ne se terminera pas bien pour les Palestiniens, les Israéliens ou la politisée "Jim Crow" de la Cour pénale internationale. Pendant ce temps, le verdict de culpabilité de l'Organisation des Nations Unite, dans son "Rapport Schabas," a été publié cette semaine, aurait été écrit avant même le début du procès.

L'administration Obama a également augmenté sa pression sur Israël avec menaces non--subtiles. Susan Rice et d'autres sources au sein de l'administration américaine ont ouvertement affirmé au début Mars que, compte tenu du «refus» d'Israël de faire la paix, et à cause de ses interprétations des déclarations faites par Netanyahu lors des élections de cette année, en Israël,  Washington n'opposerait pas son veto aux propositions européennes visant à l'établissement d'un Etat palestinien.

Le Président, Barack Obama, le 22 mai, a tenté de rassurer la communauté juive d'un effet contraire et a dit qu'il était " membre honoraire de la tribu [juive]," mais ses assurances sont suspectes.Obama a gagné une réputation de ne pas dire la vérité, de condamner une vidéo YouTube sur la tuerie d' Américains de 2012 à Benghazi, en Libye (même deux semaines après il savait que la vidéo n'était pas la raison), son revirement sur son engagement des "lignes rouges" quand le gouvernement de la Syrie a utilisé des armes chimiques contre son propre peuple.

Les Israéliens considèrent la position américaine comme une vendetta anti-israélienne basée sur l'antipathie personnelle d'Obama à la fois d'Israël et de Netanyahu. Bien que Netanyahu ait dit que maintenant ce n'est peut-être pas le meilleur moment pour un Etat palestinien, il a, en fait, jamais changé sa politique fondamentale: celle d'un Etat palestinien pourrait être dans l'intérêt d'Israël.

Qu'est-ce que Netanyahu a fait de dire, avec justification - aussi difficile que cela puisse être admis - il a raison - étant donné le chaos régional actuel, l'établissement d'un Etat palestinien en ce moment signifierait l'établissement d'un Etat terroriste en Cisjordanie. Pour ce faire maintenant serait tout simplement conduire à ce que l'on appelle par euphémisme une " nouvelle déstabilisation régionale " - à savoir, la guerre. Reconnaitre un Etat palestinien en ce moment serait également encourager les activités terroristes et donner aux éléments extrémistes islamiques - opérant actuellement dans toute l'Afrique du Nord, le Yémen, la Syrie, le Liban et l'Irak - encore plus de territoire à partir duquel ils étendront leurs activités.

Cette nouvelle prise de terre extrémiste islamiste - serait semblable à celle du Hamas après qu'il ait pris le pouvoir dans la bande de Gaza, après qu'Israël se soit retiré unilatéralement en 2005; ou la prise de contrôle d'ISIS de la Syrie et de l'Irak quand les Etats-Unis se sont retirés ou omis d'agir. Actuellement, le Hamas et ISIS dans la bande de Gaza menacent la sécurité d'Israël et de l'Egypte.

Un nouvel émirat islamique en Cisjordanie à ce moment serait également dangereux pour la Jordanie. Même sans un émirat islamique, la Jordanie doit faire face à des vagues de réfugiés, parmi lesquels se trouvent des agents terroristes islamistes infiltrant le royaume dans le but de renverser les Hachémites et en installant la Jordanie dans un territoire gouverné par ISIS ou les Frères musulmans. Compte tenu des efforts de l'Iran pour exploiter la faiblesse de l'islam sunnite en Syrie, l'Irak, le Yémen, le Liban et à Bahreïn, il ne semble pas besoin d'une autre arène islamique extrémiste en Jordanie.

Actuellement, une pression considérable est portée  sur l'Autorité palestinienne pour reprendre les négociations avec Israël. Certains font également pression (la demande est peut-être bien intentionnée) mais totalement contre-productive à la demande de l'ancien président Jimmy Carter pour que les Palestiniens tiennent des élections.

Tous les sondages d'opinion publique dans les territoires indiquent que si des élections avaient lieu aujourd'hui, le Hamas, comme en 2006, gagnerait par une victoire écrasante.

Malheureusement, de nombreux décideurs, tant aux États-Unis qu'en Europe considèrent la situation à travers le prisme de la démocratie et des pratiques de l'Occident. L'écrasante victoire du Hamas aux élections du conseil étudiant de l'Université de Bir Zeit, près de Ramallah, aurait dû être un appel au réveil. Malheureusement, elle a été ignoré.

Mahmoud Abbas a un dilemme. Si les élections se déroulent dans l'Autorité palestinienne, et que la seule raison du Hamas -- ouvertement déclarée est de détruire Israël - après la victoire, l'AP cessera d'exister et Israël sera en mesure d'éviter le processus de paix pour à tout jamais.

Si, toutefois, les élections ne sont pas tenues, Mahmoud Abbas va continuer à gouverner sans légitimité internationale ou palestinienne. Non seulement son mandat de quatre ans a expiré il y a déjà six ans, mais à ce point, il ne représente à peine que les Palestiniens de Cisjordanie.

Les près de deux millions de Palestiniens de l'autre côté d'Israël, à Gaza, sont représentés presque exclusivement par le Hamas, avec la poursuite des tentatives des incursions par ISIS. Abbas est donc incapable de représenter «le peuple palestinien» dans tout processus politique sérieux. La proposition pour les élections est donc une source d'embarras pour Abbas, et est généralement ignoré.

Tragiquement, pour consolider son statut au niveau local, l'Autorité palestinienne en Cisjordanie a pris une série de mesures hâtives, contradictoires et dangereuses. Depuis la chance de l'Autorité palestinienne de contrôler la bande de Gaza a disparu à jamais, l'Autorité palestinienne, afin d'assurer sa propre survie continue, coordonne la sécurité avec Israël pour prévenir d'autres subversion du Hamas en Cisjordanie.

Dans l'intervalle, les responsables supérieurs à l'OLP et dans l'Autorité palestinienne en concurrence avec le Hamas dans la délivrance stridente, de messages extrémistes à la population palestinienne, qui par conséquent se radicalise - au point maintenant de soutenir le Hamas et ISIS.

Mahmoud Abbas et ses associés de haut rang, néanmoins, continuent à organiser des cérémonies officielles pour honorer des terroristes tués lors d'attaques contre des cibles israéliennes. [1] Abbas continue également de commémorer les " chahid s " [ceux qui meurent pour la cause de l'Islam, souvent appelés «martyrs»] qui ont tué des dizaines de civils israéliens dans des attentats suicides. Abbas érige des monuments, donne des noms à des places dans des villes.......

Le Jour de la Nakba de cette année - « le jour de la catastrophe», qui a commémoré le 67ème anniversaire de la création de l'Etat d'Israël - au cours des cérémonies du 15 mai, Mahmoud Abbas a promis aux masses palestiniennes des territoires occupés et de la diaspora palestinienne seraient bientôt restaurés dans un état indépendant de Palestine. Il a également juré que la "résistance" - qui est, la violence armée et le terrorisme contre Israël - se poursuivra jusqu'à l'objectif soit atteint: la destruction de l'Etat d'Israël et l'établissement de l'Etat palestinien sur ses ruines.

Ces intentions ne sont pas un secret pour les Israéliens. Ils ne peuvent donc pas faire confiance à sa sincérité quand il affirme qu'il veut la «paix». Seulement l'Occident a les yeux fermés et ne croit toujours pas que Mahmoud Abbas dit la vérité quand il assure que les Palestiniens ont l'intention de détruire Israël.

La tension délibérée conçue par l'Autorité palestinienne a, comme seul objectif, l'effusion de sang - à la fois palestinienne et israélienne. Cette tactique peut généralement être vue quand le niveau de violence tombe en dessous de ce que l'Autorité palestinienne juge acceptable. Il trotte alors la vieille rengaine, "Al-Aqsa est en danger!", du cheikh Ra'ed Salah l'islamiste anti-israélien (dont le droit à la libre expression est protégée par la loi israélienne). 

Au début de mai 2015, Sheikh Yusuf al-Dayis, le ministre des Cultes PA [ Waqf ], a fait les manchettes dans le quotidien palestinien Al-Quds, avec la déclaration incendiaire que le sort de toute la nation musulmane est accrochée sur les 35 hectares du Mont du Temple. Il a même fourni une liste de ce qu'il a réclamé comme "attaques" israéliennes sur Al-Aqsa.Malheureusement pour lui, les visiteurs du Mont du Temple peuvent voir tous les jours les mesures de sécurité exorbitantes prises par les Israéliens pour protéger le site. En fait, le dossier montre que chaque fois que les Palestiniens veulent provoquer un autre tour inutile de violence et de tuerie, ils disent, "Al-Aqsa est en danger!" Il provoque invariablement des centaines de victimes des deux côtés et ne réalisent absolument rien.

La dernière fois qu'une mosquée a été endommagée c'était effectivement récemment, dans la bande de Gaza, lorsque les forces de sécurité du Hamas ont enlevé les livres saints, ensuite utilisé trois bulldozers afin de raser une mosquée salafiste. Le Hamas a revendiqué que c'était en représailles à une attaque salafiste présumé sur les "combattants du jihad" du Hamas  au sud de Khan Yunis. Les sources à Gaza ont confirmé que sept agents salafistes-djihadistes ont été arrêtés dans la mosquée, et que le Hamas avait récemment arrêté 30 membres salafistes-djihadistes d'Ansar Bayt al-Maqdis. Ayant commencé le terrorisme dans la bande de Gaza, le Hamas récolte maintenant le résultat: le terrorisme, est " un virus."

Tous les éléments de preuve montrent que, pour établir un Etat palestinien maintenant  rapidement se transformerait en une entité terroriste islamiste. Chaque temps que les gouvernements encouragent les mouvements islamistes, ou les ignorent dans l'espoir qu'ils vont attaquer quelqu'un d'autre, ces mouvements font un boomerang dans leur propre cour, puis se déplacent chez leurs voisins. Ce sera le sort de Bachar al-Assad de Syrie, qui a permis au Hamas et à d'autres groupes terroristes de s'installer à Damas.L'ancien président de l'AP, Yasser Arafat, a laissé le Hamas dans le quartier, et le peuple palestinien est maintenant remercié par le Hamas. Arafat avait supposé à tort que laisser le Hamas à la porte lui servirait pour forcer Israël à faire des concessions. Mahmoud Abbas estime que la formation d'un gouvernement d'unité avec le Hamas aurait donné à l'AP un front uni avec lequel il aurait récolté plus d'argent et de concessions diplomatiques de l'Europe. Mais en Août dernier, Abbas a été informé d'un complot du Hamas pour l'assassiner. " Nous avons un gouvernement d'unité nationale et vous pensez à un coup d'Etat contre moi," a-t-il dit au chef du Hamas, Khaled Mashaal.

Les enclaves terroristes islamistes sont entièrement le fruit de la doctrine des Frères musulmans librement se sont répandus à travers le Moyen-Orient et dans l'Occident démocratique. Les incidents isolés d'effusion de sang en Europe, en Afrique et aux États-Unis ne sont que les premières étapes d'une longue, et sanglante campagne pour engloutir le monde.

Gaza a déjà été perdu au Hamas et peut-être bientôt à ISIS. La Libye et le Liban peuvent suivre prochainement. Si les pressions de l'Occident sur les Palestiniens et Israël pour créer un Etat palestinien maintenant, la Cisjordanie et la Jordanie ne manqueront pas de suivre. L'activation d'un Iran expansionniste ayant une capacité de seuil nucléaire jetera également la région dans la guerre.

Nous, les Palestiniens qui vivons dans l'Autorité palestinienne et en Israël, n'avons pas cessé de rêver d'un Etat palestinien, mais nous assistons également au chaos autour de nous et nous sommes soulagés car jusqu'à présent, la catastrophe ne nous a pas nui, à nous ou à nos familles.

Certains politiciens palestiniens se sont tournés vers la rhétorique plus extrême pour trouver faveur auprès des Arabes israéliens, mais en dépit de la tendance dans la société palestinienne vers l'extrémisme et le terrorisme, ce qui est certain c'est que, même si la création de l'Etat palestinien est reportée, la plupart des Palestiniens espérent que l'Occident ne fera pas l'erreur de permettre à l'Iran de passer au nucléaire. Un Iran nucléaire va créer un cauchemar qui fera ressembler la Nakba  à une attraction à venir.

[1] Pour des exemples récents, voir: " Fatah glorifie archi-terroriste qui a planifié les meurtres de 125 , "le 14 mai 2015; " honneurs PA 3 terroristes qui lynchés deux réservistes israéliens , "le 11 mai 2015; " sport PA présente meurtriers terroristes comme des modèles », le 4 mai 2015.

Repost 0
mordeh'ai
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 17:36

Le rapport JCPA-CAPE de Jérusalem (Centre des Affaires Publiques et de l’État): réfute le rapport de l'ONU sur la guerre de Gaza 2014

http://www.israelnationalnews.com/Articles/Article.aspx/17116#.VYkfPHrtmko

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

La ligne de fond est que la guerre a été menée pour arrêter les tirs de roquettes sur le sud d'Israël et que, si il n'y avait pas eu le "Iron Dome", le nombre des victimes israéliennes aurait été très important.

 

La guerre de Gaza est une guerre qu'Israël ne voulait pas, mais c'est aussi une guerre qui a évité une catastrophe à Israël.

 

Cependant, la vérité a été bernée à nouveau par le mandat unilatéral émis par le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies le 23 Juillet 2014, qui appellait à une enquête sur les événements entourant la guerre dans les " territoires palestiniens occupés ", y compris " Jérusalem-Est et en particulier la Bande de Gaza occupée "- la dite demande a été aveugle au fait qu'Israël a été la cible de milliers de roquettes et d'attaques de mortiers, toutes contre des populations civiles, et avec quelques zones israéliennes ciblées ayant parfois trois fois la densité de la population de Gaza.

 

Le rapport de l'ONU écrit à la suite de ce mandat est une autre perversion de la vérité.

 

Il y a une école de la pensée qui prétend qu'Israël voulait cette guerre. L'inverse est vrai aussi. Mais, bien que ce fut une guerre dont Israël ne voulait pas, c'était une guerre pour laquelle il s'était préparé méticuleusement, privant ainsi le Hamas de son arme principale: la victimisation.

 

Les points suivants sont les vérités essentielles de la guerre de Gaza 2014, vérités soutenues par la recherche, les preuves et les comptes des événements tels qu'ils se sont produits. Un résumé des chapitres du rapport complet du JCPA, est ci-dessous, il ne peut ne laisser aucun doute quant au parti qui devrait être condamné dans le document pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

 

Plus important encore, cependant, il donne le signal d'avertissement que si le Hamas est autorisé à échapper à ses crimes, les graines du prochain conflit sont semés.

 

Voici un résumé du rapport JCPA:

  • Bien que les images du moment peuvent refléter des dégâts massifs à Gaza pendant la guerre de 2014, le président des chefs d'état-major interarmées américain, le général Martin Dempsey, a annoncé, le 6 novembre 2014, qu'Israël a pris des "des mesures extraordinaires pour limiter les dommages collatéraux et prévenir les pertes civiles dans le conflit de Gaza ". Une analyse de l'ONU des photos prises par satellite pendant la guerre montre que 72% de toutes les zones endommagées à Gaza étaient "dans les deux miles de la frontière israélienne."

  • Bien que ce fut une guerre d'Israël ne voulait pas, c'était une guerre qui a préempté par inadvertance un massacre terroriste à l'intérieur du coeur d'Israël, principalement par le biais d'un réseau de tunnels sophistiqués construits en profondeur sous la frontière, et destiné à infiltrer des centaines, sinon des milliers, de terroristes dédiés pour beaucoup à des missions suicides, dans le calme de la nuit, vers des destinations où ils pouvaient tuer autant de gens innocents que possible et quitter Israël comme jamais auparavant. Ce fut la version de la Guerre de Kippour de 1973 (lorsque l'Egypte et la Syrie ont lancé une attaque surprise conjointe sur les forces israéliennes dans le Sinaï et le Golan.)revue et corrigée par le mouvement terroriste du Hamas 

  • Israël a subi 74 morts dans la guerre. Si le système "Iron Dome" avait pas intercepté 735 roquettes tirées depuis la bande de Gaza, le nombre de victimes israéliennes aurait été infiniment plus élevé.

  • Si le Hamas avait accepté la proposition de cessez-le-feu égyptien du 15 Juillet, comme l'a fait Israël, les victimes de guerre palestiniennes auraient été de moins 200, contre plus de 2.100 décédées au moment où le Hamas a convenu d'un cessez-le-finale le 27 août Ainsi, le Hamas était entièrement responsable de plus de 1.800 morts palestiniens.

  • Alors que l'ONU et les sources palestiniennes  ont affirmé que 72 à 84% des Palestiniens de Gaza tués pendant la guerre étaient des civils, il y a de fortes raisons de faire valoir que le pourcentage de victimes civiles était inférieur à 50%, un rapport d'un-à-un combattant- Civils qui est sans précédent dans une guerre moderne.

  • En outre, nous ne savons pas combien de Palestiniens de Gaza sont morts comme boucliers humains ou de causes naturelles au cours des 50 jours de guerre, ou combien de victimes ont fait les 875 roquettes palestiniennes connues tombées à l'intérieur de la bande de Gaza.
  • Un regard éclairé sur les faits mènerait à la conclusion que le Hamas, est celui qui devrait être dans le document pour les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité; mais surtout ​pas Israël!

 

Repost 0
mordeh'ai
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 15:10

Le terrorisme du Hamas contribue également à la campagne anti-Israël de l'Autorité palestinienne dans la communauté internationale. Chaque attaque terroriste fournit à l'Autorité palestinienne l'occasion de souligner  «l'urgence» pour forcer Israël à se soumettre aux exigences palestiniennes comme un moyen de "contenir les radicaux.

 

Par Khaled Abu Toameh

http://www.gatestoneinstitute.org/6021/palestinians-strategy

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Tous les signes indiquent que les Palestiniens ont l'intention d'intensifier leurs efforts pour forcer Israël à se conformer à leurs exigences. Mais comme les Palestiniens ne sont pas unis, ils travaillent sur deux fronts pour atteindre leur objectif.

Une partie, dirigée par l'Autorité palestinienne (AP), estime que, avec l'aide de la communauté internationale, Israël sera contraint de se retirer entièrement aux lignes d'avant 1967, y compris Jérusalem-Est, et accepter le «droit au retour» pour des millions de réfugiés et de leurs descendants dans leurs anciens foyers en Israël.

La deuxième partie, représentée par le Hamas, le Jihad islamique et plusieurs autres groupes terroristes, continue de rejeter toute forme de compromis, et insiste sur le fait que la seule solution réside dans l'élimination d'Israël. Contrairement à la première partie, celle-ci estime que les négociations directes ou indirectes avec "l'ennemi sioniste" sont une perte de temps et que le terrorisme est le seul moyen pour les Palestiniens d'atteindre leur objectif.

Les deux partis palestiniens, l'Autorité palestinienne et le Hamas, ont été en guerre l'une contre l'autre depuis 2007, lorsque le Hamas a pris le contrôle total de la bande de Gaza et a forcé l'Autorité palestinienne à fuir vers la Cisjordanie.

Mais tandis que les deux partis rivaux se battent entre eux, ils travaillent également séparément pour vaincre Israël.

Le 19 Juin, un groupe affilié au Hamas a revendiqué la responsabilité de la fusillade qui a tué Danny Gonen, un homme de 25 ans qui était en visite en Cisjordanie.

Le Hamas, le Jihad islamique et d'autres groupes palestiniens se sont précipités pour "accueillir" le meurtre du jeune homme israélien qui, n'était pas un "colon", mais un résident de la ville israélienne de Lod, près de l'aéroport Ben Gourion.

Dans des déclarations séparées, ces groupes terroristes ont expliqué que l'attaque est venue dans le contexte des efforts palestiniens visant à "préserver la résistance" contre Israël en Cisjordanie. Ils ont dit que de telles attaques étaient «des moyens légitimes» pour atteindre les droits et les aspirations des Palestiniens.

Ces groupes ont manifesté inévitablement, clairement que leur véritable objectif n'était pas de  " libérer " la Cisjordanie, mais de rayer Israël de la face de la terre. Comme a dit l'un d'eux, " Nous allons continuer à soutenir toute action de résistance sur la terre de Palestine jusqu'à ce qu'elle soit libérée, de la la mer (Méditerranée) à la rivière (Jourdain), et nettoyé de tous les usurpateurs sionistes."

Quelques heures après l'attaque en Cisjordanie, un haut responsable du Hamas, Moussa Abou Marzouk, a répété que son mouvement cherchait à remplacer Israël par un État islamiste: le "Hamas veut un Etat non seulement dans la bande de Gaza, mais dans toute la Palestine; nous ne voulons pas abandonner les armes et continuerons à nous battre pour libérer notre terre ".

Les remarques de Marzouk réfutent des affirmations de certains médias arabes et occidentaux que le Hamas s'est déplace vers le pragmatisme et la modération, et qu'il est maintenant prêt, pour la première fois, de reconnaître le droit d'Israël à exister. Beaucoup en Occident échouent souvent à comprendre la véritable position du Hamas parce qu'ils ne suivent pas ce que dit le Hamas en arabe - à ses propres affiliés et concitoyens. En arabe, le Hamas ne fait pas mystère de son appel à la destruction d'Israël. Au crédit du Hamas, ce message est souvent répété en anglais et en d'autres langues.

Alors que le Hamas et ses alliés travaillent à la destruction d'Israël par le terrorisme, l'Autorité palestinienne semble plus que jamais déterminée à intensifier sa campagne dans le monde entier pour délégitimer et isoler Israël avec l'aide de divers acteurs internationaux, tels que l'anti-Israël Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS).

Certains hauts responsables palestiniens aiment à décrire cette campagne comme une "guerre diplomatique" contre Israël. Ils font valoir que cette guerre s'être jusqu'ici avérée beaucoup plus «efficace» que les roquettes et les attentats suicides. " Lorsque nous lançons des roquettes sur Israël, nous ne recevons aucune sympathie", a expliqué un fonctionnaire. "Mais tout le monde dans la communauté internationale appuie maintenant nos efforts diplomatiques. Voilà pourquoi nous croyons que ce que le Hamas est en train de faire en ce moment est nuisible aux intérêts palestiniens."

Peu de temps avant un Israélien a été tué par balle en Cisjordanie, le négociateur en chef palestinien, Saeb Erekat, a révélé son plan pour rallier le monde contre Israël afin qu'il soit forcé de se soumettre aux exigences de l'Autorité palestinienne, surtout un retrait complet sur les lignes d'avant 1967.

Le plan de Erekat appelle à travailler en étroite collaboration avec les pays de l'UE et les membres du Conseil de sécurité des Nations unies, pour augmenter la pression sur Israël pour qu'il se conforme aux exigences palestiniennes. Il appelle également à recruter un soutien international pour la reconnaissance d'un Etat palestinien et lui ouvrir la voie pour rejoindre diverses organisations et conventions internationales.

Dans son plan, Erekat met en garde contre l'approbation de toute résolution du Conseil de sécurité de l'ONU qui inclurait la reconnaissance d'Israël en tant qu'Etat juif, ou des concessions sur le "droit au retour" pour les réfugiés. Il répète également le rejet de l'idée d'échanges de terres entre le futur Etat palestinien de l'Autorité palestinienne et Israël. En outre, M. Erekat souligne son opposition à l'idée de la création d'un Etat palestinien démilitarisé ou de renoncer à une partie de Jérusalem.

La stratégie actuelle de l'Autorité palestinienne est de négocier avec la communauté internationale, et non pas avec Israël, sur la réalisation de la paix au Moyen-Orient. L'Autorité sait qu'elle ne va pas obtenir d'Israël tout ce qu'elle réclame. Voilà pourquoi les dirigeants palestiniens ont choisi de négocier avec la France, la Grande-Bretagne, la Suède et les États-Unis. Les Palestiniens espèrent que ces pays leur donneront ce qu'Israël ne peut pas et n'est pas prêt à offrir à la table de négociation.

Même si Israël voulait donner cent pour cent de ce qu'il a gagné en 1967, la réalité sur terrain, ne le permet pas. Depuis 1967, les Juifs et les Arabes ont créé des "faits sur le sol," irréversibles telles que la construction de dizaines de milliers de maisons pour les Arabes et les Juifs. Un retrait complet signifierait que des dizaines de milliers de Juifs et d'Arabes perdraient leurs maisons à la fois en Cisjordanie et à Jérusalem.

Le but ultime de l'Autorité palestinienne est, avec l'aide de la communauté internationale, mettre à genoux Israël. Pour l'Autorité palestinienne, rallier la communauté internationale et l'Europe c'est de punir et d'affaiblir Israël, ne pas faire la paix avec lui. L'AP veut voir Israël dégradé, isolé et transformé en un État voyou. Il veut voir les Israéliens traduits devant la Cour pénale internationale et expulsés autant que possible de nombreuses organisations internationales .

De parler aux fonctionnaires de l'Autorité palestinienne de haut niveau, on se retrouve avec l'impression que leur véritable objectif est de voir Israël dans un état d'abandon et de défaite. Leur stratégie est plus sur une solution à deux Etats tant elle est pour infliger de la douleur et de la souffrance à Israël. Il est plus à propos de chercher à se venger d'Israël que de vivre dans un état à côté de lui.

À bien des égards, la «guerre diplomatique» de l'Autorité Palestinienne contre Israël convient également au Hamas. En accusant constamment Israël de «crimes de guerre» et «d'atrocités»,  l'AP aide le Hamas à justifier ses attaques terroristes contre les Israéliens. La Campagne anti-israélienne de l'AP contribue également à la création de la sympathie et de la compréhension pour les attaques terroristes du Hamas.

Pendant ce temps, le terrorisme du Hamas contribue également à la campagne anti-Israël de l'Autorité palestinienne dans la communauté internationale. Chaque attaque terroriste fournit à l'Autorité palestinienne l'occasion de souligner l' «urgence» de forcer Israël à se soumettre  aux exigences palestiniennes comme un moyen de "contenir les radicaux."

Ceci est la façon dont le Hamas et l'Autorité palestinienne, tout en restant ennemis jurés, complètent le rôle de chacun contre Israël.

Et beaucoup dans la communauté internationale semblent vouloir aider ces deux camps palestiniens dans leurs efforts pour saper et détruire Israël.

Repost 0
mordeh'ai
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 09:24

Richard Baehr

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=12935

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Il n'est pas surprenant que l'ancien ambassadeur d'Israël aux États-Unis, Michael Oren, soit maintenant dans le collimateur de l'administration Obama l'armée de ses défenseurs - une collection de fonctionnaires de l'administration américaine, des journalistes flagorneurs et d'autres critiques obsessionnels d'Israël.

 

L'ancien ambassadeur a révélé dans son nouveau livre que la plupart des Israéliens et de nombreux Américains savent maintenant pour être vrai: que le président américain Barack Obama a abandonné Israël depuis le début de son mandat en 2009, et que la rupture des relations américano-israéliennes est principalement de son fait. En réalité, il voulait une politique délibérée afin de créer une distance entre les Etats-Unis et Israël, depuis que le président a été beaucoup plus intéressé de faire bonne mine à l'Iran et aux Frères musulmans, au monde musulman en général. De clore les liens américains avec Israël qui présentaient un obstacle sur la route d'Obama vers l'accomplissement de ces autres objectifs.

 

En substance, Obama avait ingurgité dans son intégralité le message des professeurs Steven Walt et John Mearsheimer, dans leur livre: " Le lobby israélien ". Obama a également été éduqué dans des perspectives universitaires du Tiers Monde / sur les conflits internationaux, qui tendent toujours à favoriser le parti du plus faible ou non-occidental. Donc, il était prévisible qu'il serait entré en fonctions en croyant qu'Israël était le principal fautif dans son conflit avec les Palestiniens, et ainsi une pression nécessaire devait leur être appliquée.

 

Rien de tout cela n'aurait dû être une surprise pour quiconque qui aurait honnêtement approfondi l'histoire d'Obama avant qu'il ne devienne président. Cela exclut évidemment les goûts du rédacteur en chef du New Yorker David Remnick qui a réussi à rater tous les éléments essentiels malgré un livre qui plus tard s'est retrouvé sur de nombreuses étagères. Pourquoi Obama et sa famille sont-ils restés dans l'église de l'antisémite révérend Jeremiah Wright, de l'Amérique du dénigrement pendant tant d'années? Quels étaient exactement les liens entre Obama et Ali Abunimah, le co-fondateur du site Electronic Intifada, ou entre Obama et les professeurs Rashid Khalidi et Edward Said? quelle part de l'autobiographie d'Obama a-t-il écrit lui-même et combien cela a été le travail de beaucoup plus qu'une "simple connaissance informelle" Bill Ayers, l'ancien terroriste intérieur? Quand Obama a déclaré que sa présidence serait la transformation, c'est qu'il le pensait.

 

Le nouveau livre de Oren, "Ally: My Journey Across the  américan-israéli Divide"(Allié : Mon Voyage À travers le Fossé américano-israélien") sera officiellement publié le 23 Juin Oren a déjà écrit des colonnes pour de grands journaux américains sur le livre, y compris le Wall Street Journal et le Los Angeles Times , et il a été interviewé par d'autres journalistes.

 

Le livre est à l'origine de brûlures d'estomac sévères à la Maison Blanche pour un certain nombre de raisons. Le moment de la publication du livre est un problème particulier pour la Maison Blanche. Comme la capitulation complète à l'Iran sur la question de pratiquement tous les contentieux dans les négociations deviennent plus claires chaque jour, et avec un délai fixé au 30 Juin pour un accord, le livre de Oren peut causer encore plus de scepticisme parmi un nombre croissant de critiques de l'accord, peut-être même parmi certains démocrates au Congrès, qui sont parmi ceux qui se soucient encore de la survie d'Israël.

 

Dans la colonne du Los Angeles Times Oren attaque le président pour arguer que l'Iran peut être antisémite et se comporter rationnellement encore en ce qui concerne son programme nucléaire. En tant qu'historien, Oren est conscient que l'Allemagne nazie qui perdait la Seconde Guerre mondiale, était devenue encore plus déterminée à tuer tous les Juifs qu'elle pouvait en Europe. Était-ce rationnel?

 

Le président a récemment lancé une brève campagne pour réchauffer les cœurs de ses partisans juifs libéraux et soulager leurs esprits à propos de l'affaire-Iran. Il avait encore une conversation avec Jeffrey Goldberg (le traducteur juif semi-officiel d'Obama), et a parlé dans une synagogue à Washington dont les membres comprenaient des fonctionnaires et d'éminents journalistes, dont presque tous susceptibles de voter pour lui, et ont toujours voté pour les Démocrates. Ce sont les Juifs qu'Obama connait, et ceux d'un rédacteur en chef du Los Angeles Jewish Journal, qui devraient dire: «Merci, Monsieur le Président», ou être considérés comme des « ingrats ».

 

Oren est la pire personne à la Maison Blanche qui pourrait être appropriée à son sujet en ce moment. Ce n'est pas un Israélien qui parle mal l'anglais. Il n'a pas et n'a jamais été un membre "de la Droite" du Likoud ou d'un autre parti nationaliste. Il n'est pas ultra-orthodoxe. Il ne vit pas dans une implantation. C'est un Américain qui a fait son aliya, tout comme sa femme. Oren est aussi un éminent historien et érudit, avec trois degrés de deux écoles de la Ivy League: Columbia et Princeton. Ses précédents livres sur la guerre de Six Jours de 1967 et de l'implication américaine au Moyen-Orient ont remporté le prix national du livre juif et le livre d'histoire de l'année du Los Angeles Times. Il a enseigné à Harvard, Yale et Georgetown, et pendant cinq ans il était un éditeur contribuant à la Nouvelle République libérale. Il a été publié dans The New York Review of Books, et le journal  du centre-Gauche a nommé Oren l'un des cinq plus influents Américains juifs dans le monde. En bref, Oren ne peut pas être caricaturé comme un homme de Droite, ou quelqu'un qui dénigrerait Obama pour une raison quelconque. Son nouveau livre reste fidèle à la nécessité d'une solution à deux Etats. Il est, à bien des égards, la tête d'affiche pour les libéraux juifs - bien éduqués dans des écoles prestigieuses, un érudit et un modéré partisan de la vue d'un consensus sur le conflit. Plus précisément, Oren était un rêve israélien, avant qu'il ne révéle que ce mythe (" le président le plus juif " d'Amérique, de sa propre et modeste vision d'Obama) ne reposait sur rien de réel..

 

Il est intéressant de noter que Oren avait atteint un si haut degré de respect et l'acceptabilité parmi les Juifs libéraux américains que interlocuteur juif choisi d'Obama, Goldberg, avait écrit un petit sujet sur la femme de Oren Sally et son rapport  aux rockers dans sa jeunesse à San Francisco.

 

Compte tenu de l'histoire de Oren, les attaques contre lui et de son nouveau livre avaient besoin d'un angle différent à la manière de la Gauche et de l'administration quand elles s'attaquent  régulièrement au Premier ministre Benjamin Netanyahu et à ses alliés. La première voie choisie était d'attaquer Oren pour sa vénalité - il dit ces choses juste pour vendre des livres. L'administration naturellement a soutenu que Oren n'a pas été honnête. Tous les problèmes qui existent étaient tous de la faute de Netanyahu. L'ambassadeur américain en Israël Dan Shapiro, un membre de la synagogue qui aime Obama - à Washington, DC, où le président a récemment parlé et a été reçu avec dévotion, a exigé que Netanyahu et d'autres personnalités politiques israéliennes dénoncent le livre, son histoire et ses conclusions. Le chef du parti politique auquel appartient maintenant Oren, Moshe Kahlon, a également été mis sous pression  lui-même et son parti (Kulanu) pour se dissocier du livre, mais il a répondu - non, que le livre était un mémoire personnel et écrit avant qu'Oren n'adhère au parti. Cela a été clairement nettement moins que n'  espérait Shapiro.

 

Les demandes formulées par Shapiro correspondaient plus à celles des commissaires dans l'ex-Allemagne de l'Est que les États-Unis,hormi le contrôle des questions narratives à cette Maison Blanche. Il a lui-même cherché une parade en essayant de faire valoir que le 2 Avril le résumé des termes avec l'Iran était en fait toujours une liste précise des termes de l'accord, alors que  maintenant il est  évident que le résumé  était beaucoup plus proche de l'accord réel iranien. La condamnation de Oren de l'équipe Obama de porter la responsabilité principale de l'alliance désormais très affaiblie entre Israël et les Etats-Unis rend les concessions à l'Iran à l'apparente poursuite (de Moby Dick) du Capitaine Achab rend cette affaire encore plus irresponsable.

 

Le plus éloquent commentaire de Oren dans son nouveau livre sur Obama a été repris par Joel Pollak:

" Le plus alarmant pour moi étaient encore les attitudes d'Obama envers l'Amérique. En vain, je parcourais le livre "Les Rêves de Mon Père " de Obama pour une expression de respect, même le respect, de son auteur pour le pays qu'il aurait un jour à conduire. Au lieu de cela, le livre critique les Américains pour leur capitalisme et la culture de la consommation, pour les dépouiller de leur environnement et  maintenir de structures de pouvoir archaïques. En voyageant hors des Etats Unis les étrangers, lui ont exposé " l'ignorance et l'arrogance " des USA - les mêmes lacunes et critiques dont est affecté le président lui-même. "

 

Parlant à Breitbart News la semaine dernière, Oren a rappelé ses impressions de «rêves». Orena dit qu'Obama a déclaré dans son mémoire " rien de bon pour l'Amérique ". Voilà un homme «sans un mot d'éloge ou de la gratitude pour l'Amérique» - et pourtant Obama "n'écoutait"  que ce à quoi il a vraiment cru.

 

Oren rappelle -" Cela m'interpelle de savoir où l'Amérique était " quand Obama a été élu.

 

Ceci est l'histoire que les adorateurs d'Obama de 2008, y compris le leadership des grandes organisations juives américaines, ont ratés ou ont choisi d'ignorer. Si Obama a ressenti cette façon pour son propre pays, comment peut-on prendre au sérieux les arguments de ceux qui ont défendu sa bonne foi de pro-israélien avec toutes les preuves compensatrices qui étaient disponibles? Bien sûr, si quelqu'un comme Bill Ayers avait un rôle majeur dans l'écriture " Les Rêves de mon père ", le message anti-américain n'aurait pas été une surprise. De toute évidence, Obama n'a pas été à l'aise avec ce message, qu'il a écrit lui-même ou approuvé et qui a été ajusté par un autre.

 

 Il y a trop de gens importants ou auto-suffisants qui engagent encore une allégeance à Obama, ou sont partisans indéfectibles de son parti politique, pour changer à la suite de la lecture du livre de Oren. Mais l'ancien ambassadeur a rendu un service au public en révélant à cette époque, avant que l'accord d'Iran ne soit finalisé ou examiné et voté au Congrès, la profondeur de l'hostilité envers Israël qui habite maintenant le président, la Maison-Blanche, le Département d'Etat et aussi divers et autres fonctionnaires clés et des ministères du Cabinet. Ce sera une question difficile à balayer et à mettre sous le tapis persan. Mais ne craignez rien, le président a un message pour vous une fois qu'il aura quitté le terrain de golf et terminera ses collectes de fonds aujourd'hui: " Faites-moi confiance et confiance à l'Iran, mais pas à Oren."

Repost 0
mordeh'ai
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 12:47
Par robert tanugi
La Lettre du Lien-Diaspora du 21/6/15

reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Ce dimanche, Laurent Fabius visite Israël pour lui imposer, au nom de l’Europe et de la France, sa solution sous forme de diktat, alors même que Mahmoud Abbas vient de confirmer officiellement son refus catégorique d’un État juif. Et en quels termes !

À la réunion du Conseil révolutionnaire du Fatah, mardi 16 juin, Mahmoud Abbas a déclaré que si la proposition française parrainée par Laurent Fabius, présentée bientôt devant le Conseil de sécurité de l’ONU, comprenait la reconnaissance d’Israël comme État juif, il ne pourrait pas la soutenir ! Lui, dont le pays est pourtant inscrit comme pays arabe dans la Ligue du même nom, lui, qui a déclaré que la future Palestine devait être Judenrein ! C’est du nazisme pur et dur, à l’image de son idole, son modèle, le mufti de Jérusalem, allié et collaborateur de Hitler, condamné par contumace à Nuremberg comme criminel de guerre, réfugié, caché et mort en Irak.

Si le gouvernement de l’État juif examine cette proposition, il salit tout le peuple juif, les vivants, les morts et leur descendance. Tant qu’Abbas ne renoncera pas totalement et publiquement à cette condition, il est impossible de négocier avec lui.

Si Laurent Fabius ose soutenir une telle proposition, un État d’Israël digne de ce nom devrait lui faire savoir que sa présence n’est plus souhaitable en Israël. Car les propos d’Abbas sont nazis et antisémites, et on doit rompre séance tenante avec ce prétendu « partenaire » de paix.

Mais ce n’est rien si l’on lit le reste de la déclaration de guerre d’Abbas.

Il n’acceptera la proposition française que si elle contient en outre :

– La création d’un État palestinien indépendant sur les lignes de 1949, qui contenaient le mur des Lamentations ;

– La reconnaissance de la partie orientale de Jérusalem comme capitale ;

– Le retour de tous les réfugiés palestiniens sur leur terre alors que 900 000 Juifs ont été obligés de quitter les pays arabes, où ils vivaient depuis des siècles.

On croit rêver ! La moindre des choses que l’on pourrait attendre de l’Europe serait de condamner les propos d’Abbas et de refuser de fonder la moindre négociation sur de telles bases. Hélas, l’Europe est vendue au palestinisme, à l’islamo-nazisme et reste ce qu’elle a toujours été : depuis des siècles, le tombeau des Juifs. Et nos dirigeants israéliens continuent, comme l’on fait les Juifs depuis 2 000 ans, de tenter de se faire aimer par ceux qui sucent le lait de l’antisémitisme dès le sein de leurs mères.

Il serait temps de finir de mendier à l’Occident le droit de vivre et d’être nous-mêmes.

Il faut proclamer fermement que les territoires resteront occupés tant que ceux qui veulent en faire leur État tenteront d’imposer par le terrorisme les conditions qu’ils exigent. Israël ne pourra négocier sur les bases d’Abbas.

Il n’y a jamais eu de frontières de 1967, il n’y a que des lignes de cessez-le-feu qui devront définir un territoire où les Juifs sont majoritaires et un territoire où les Arabes seront majoritaires. Et, dans les deux cas, il y aura nécessairement une minorité de l’autre peuple vivant pacifiquement avec la majorité.

Les Palestiniens et l’Occident sont loin du compte. Nous avons largement la capacité de les vaincre s’ils veulent la guerre. Mais dans ce triste cas, il n’y aura qu’une seule Palestine, juive ou arabe, et des millions de victimes occidentales, juives et arabes.

Repost 0
mordeh'ai
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 23:01

Par Daniel Greenfield

http://www.frontpagemag.com/2015/dgreenfield/obama-to-israel-i-know-how-to-deal-wpeople-who-oppose-me/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

obama-netanyahu

 

Vous pouvez voir pourquoi les partisans d'Obama, depuis son flagorneur d'ambassadeur Shapiro à son favori l'anti-sioniste Peter Beinart de J-Street tentent frénétiquement de bloquer le livre de l'ancien ambassadeur israélien Michael Oren, allant même jusqu'à demander que Netanyahu le désavoue.

 

Mais l'intimidation est ce qu'ils font de mieux comme cet incident le révèle .

 

Oren rappelle que la tension entre Obama et le Premier ministre Benjamin Netanyahu d'Israël a commencé lors de leur première réunion à la Maison Blanche. Alors que la réunion semblait aller "en douceur", dans les coulisses Obama a menacé Netanyahu.

Oren écrit « En face-à-face, je l'ai appris que plus tard, Obama avait exigé que Netanyahu cesse toute construction non seulement dans les territoires mais aussi dans les zones contestées de Jérusalem »  .

Le président a soit-disant dit: «Pas une seule brique,» . «Je sais comment traiter avec les gens qui s'opposent à moi.»

 

Aucune administration pro-israélienne ne l'a jamais fait.

 

Mais Obama ne s'est pas opposé à la construction de maisons musulmanes à Jérusalem. Seulement pour les Juifs.

 

« En vertu de la politique de l'administration, un Juif ne pouvait pas construire sa maison dans certains quartiers de Jérusalem, mais un Arabe, lui le pouvait n'importe où, même illégalement et sans limite. «En Amérique, dis-je, on appelle cela de la discrimination.»

 

Et Obama Inc. a poursuivi la tartuferie flagrante à la maison.

 

Écrivant dans le New York Times après le discours de Netanyahu à l'AIPAC, le chroniqueur Tom Friedman a demandé si " Netanyahu comprenait que l'ovation qu'il a obtenu au Congrès a été acheté et payé par le lobby israélien."

Oren rappelle: " J'ai appelé Tom au moment ou l'article a été mis en ligne et l'ai exhorté à se rétracter" . Oren l'a informé  -" Vous avez confirmé le pire stéréotype antisémite, que les Juifs achètent des sièges au Congrès," .

La réponse de Friedman: " Pour chaque appel de protestestation que je l'ai reçu, j' ai obtenu dix pour me féliciter pour enfin dire la vérité. ... Beaucoup de ces appels étaient de hauts responsables du gouvernement ".

 

Netanyahu a fini par survivre à la dernière tentative d'Obama pour l'évincer.Espérons qu'Israël survivra aussi aux efforts d'Obama à aider l'Iran d'aller vers le nucléaire.

Repost 0
mordeh'ai
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 21:46

http://www.algemeiner.com/2015/06/20/world-bank-to-use-israels-water-expertise-in-developing-nations/#

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

A desalination plant in Palmachim, Israel. Photo: Arq. Michael Jacobson.

Une usine de dessalement de Palmachim, Israël. Photo: Arq.Michael Jacobson.

 

- La Banque mondiale et Israël ont signé un accord par lequel l'organisation internationale utilisera l'expertise de l'Etat juif dans la conservation de l'eau et de la technologie dans les pays en développement.

 

Dans un communiqué Aryeh Deri, le ministre de l'économie israélienne,a déclaré:   " Israël a souffert d'une pénurie chronique d'eau depuis des années. Les besoins en eau ont conduit Israël à créer des politiques et des solutions innovantes et des avancées qui nous ont placés en tant que leader mondial de l'eau. Nous souhaitons partager notre expérience avec le monde en développement ".

 

Selon l'accord, des voyages d'étude seront organisés en Israël au cours des deux prochaines années par des fonctionnaires de pays en développement pour apprendre davantage sur les efforts d'Israël en matière de conservation de l'eau et de la technologie. L'accord comprendra également une étude de l'expérience d'Israël dans la gestion de l'eau et le transfert de l'expertise mondiale sur la sécurité de l'eau.

 

" Israël a eu à gérer les services d'eau tout en fonctionnant dans des conditions d'extrême pénurie, et l'a fait de manière impressionnante ", a déclaré le directeur de l'eau à la Banque mondiale, Jennifer Sara. " Ses pratiques innovantes sont mondialement reconnues, à la fois technologiques et institutionnelles de perspectives et sera sans aucun doute riche d'enseignements pour de nombreux clients du Groupe de la Banque mondiale face à des défis de sécurité de l'eau."

 

Après des années de sécheresse, Israël mis fin à la pénurie d'eau en raison de nouvelles méthodes de conservation, le recyclage de l'eau, et massives et nouvelles usines de dessalement comme l'usine de Sorek, situé au sud de Tel-Aviv et on dit qu'elle est la plus grande installation au monde de son genre . Elle produit 40 milliards de litres d'eau par an.

Repost 0
mordeh'ai