Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 17:18

 

Acting on his own, President Obama can delist Iranian banks, commercial entities and individuals targeted for sanctions. He can order the Treasury Department to give out licenses allowing financial and commercial transactions with Iranian businesses. He also could provide sanctions relief for Iranian oil exports by treating legislation passed by Congress in 2012 as unconstitutional. (Associated Press)

Par Dave Boyer 

http://www.washingtontimes.com/news/2015/aug/23/iran-nuclear-deal-obama-has-power-to-circumvent-co/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Même avec la forte désapprobation bipartisane du Congrès à l'accord sur le nucléaire iranien ne saura pas arrêter le président Obama de mettre en œuvre l'accord, de sorte que le vote du mois prochain s'annonce comme un avertissement à l'Europe contre la reprise des affaires avec Téhéran avant la prochaine élection du nouveau président américain.

 

Sur son site Internet du Sénat, bien que le Leader de la Minorité du Sénat, Harry Reid, dimanche soit devenu le Démocrate au plus haut profil à approuver l'accord et a ajouté qu'il tenterait d'influencer les autres membres de son parti.

 

Indépendamment du vote de M. Reid, la majorité bipartisane claire à la Chambre et du Sénat fait la queue contre l'accord. Même ainsi, M. Obama a un très large pouvoir exécutif pour soulager de lui-même l'Iran de nombreuses sanctions, estiment les analystes.

 

" Il a un énorme pouvoir de contourner essentiellement Congrès ", a déclaré Mark Dubowitz, directeur exécutif de la Fondation pour la Défense des Démocraties et un critique de l'accord.    " Il a toujours eu à l'esprit un plan qui ne nécessiterait pas l'approbation du Congrès. Il ne pouvait pas être arrêté, de la façon dont l'administration l'a structuré ".

 

En agissant tout seul, M. Obama peut supprimé des listes des sanctions les banques iraniennes, des entités commerciales et les personnes visées. Il peut ordonner au Département du Trésor de donner des licences permettant les transactions financières et commerciales avec des entreprises iraniennes.

 

Le président pourrait aussi prévoir des sanctions de soulagement pour les exportations du pétrole iranien en traitant la législation adoptée par le Congrès en 2012 comme inconstitutionnelle.

 

La Section 1245 de de l'acte d'Autorisation de Défense national a exigé que le président gèle les avoirs des banques iraniennes, y compris la Banque centrale d'Iran, et visait à réduire les recettes de pétrole iranien en imposant des sanctions sur les banques étrangères qui effectuent des "opérations financières significatives" avec la banque centrale .

 

Mais M. Obama a publié une " déclaration de signature " sur l'article 1245 lorsqu'il a approuvé la législation globale, déclarant qu'il ne pouvait traiter cette section que comme non contraignante, car elle " pourrait interférer avec mon autorité constitutionnelle d'entretenir des relations étrangères."

 

" Il défie les Républicains de se battre contre lui devant les tribunaux,« M. Dubowitz dit. " Il serait essentiellement juste de contourner cette désignation statutaire et de prévoir des sanctions significatives de soulagement."

 

M. Obama, qui est revenu à Washington dimanche après deux semaines de vacances, continuera de se charger de l'affaire iranienne vendredi, quand il abordera les organisations juives et répondra aux questions sur un webcast. L'événement est parrainé par la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines et les Fédérations juives d'Amérique du Nord.

 

En plus de M. Reid, la Maison Blanche a reçu le soutien de Jerrold Nadler Rep.Démocrate de New York, après que M. Obama a écrit une lettre au législateur offrant des garanties spécifiques que les Etats-Unis " prendront tous les moyens nécessaires " pour empêcher l'Iran d'acquérir l'arme nucléaire, y compris une éventuelle action militaire.

 

" Comme je l'ai souligné à maintes reprises, mon administration va prendre tous les moyens nécessaires pour atteindre cet objectif, y compris les moyens militaires ", a écrit M. Obama. " Si l'Iran cherche à se précipiter vers une arme nucléaire, toutes les options disponibles aux États-Unis - y compris l'option militaire - resteront disponibles pendant toute la durée de l'accord et au-delà."

 

M. Nadler a déclaré vendredi que l'accord, " malgré tous ses défauts," propose " la meilleure chance d'arrêter l'Iran de développer une arme nucléaire."

 

M. Reid a fait un argument similaire, disant de l'accord est " le meilleur chemin pour arrêter l'Iran d'obtenir une arme nucléaire ", et " je ne l'ai pas entendu d'individu réfléchi soutienir que cet accord est parfait."

 

Il faisait écho à la présentation de l'administration Obama de l'accord comme un fait accompli et a déclaré " les critiques de l'accord ont échoué à articuler une alternative viable."

 

" Il est fantastique de dire que si le Congrès rejette l'accord, l'Administration peut simplement revenir en arrière et obtenir un meilleur accord. Si le Sénat rejette cet accord, la communauté internationale ne soutiendra pas une tentative pour obtenir un autre, et ils ne soutiendront pas le régime de sanctions. Ce sont des faits durs. Que cela nous plaise ou non, le régime actuel de sanctions dépend d'autres pays ", a déclaré le démocrate du Nevada.

 

Alors que le président était en vacances, plusieurs législateurs ont annoncé de quelle manière ils vont voter lorsque le Congrès prendra l'accord de l'Iran  à la mi-Septembre.

 

Jusqu'à présent, 29 sénateurs, dont deux démocrates - Charles E. Schumer de New York et Robert Menendez du New Jersey - votent contre l'accord. Vingt-six sénateurs le soutiennent, avec 45 engagés, mais il est presque certain que les 54 sénateurs Républicains voteront contre l'accord.

 

Le sénateur Claire McCaskill, Missouri Démocrate, a déclaré la semaine dernière qu'elle allait soutenir l'accord car " il est plus dangereux pour Israël, l'Amérique et ses alliés de s'éloigner du soutien mondial unifié."

 

Dans la Maison, 225 législateurs - dont 16 démocrates - ont annoncé qu'ils voteraient contre l'accord, selon un décompte établi par le Bipartisan Policy Center. Il y a 69 députés de la Chambre en faveur de l'accord jusqu'ici, et 140 ne se sont pas encore engagés.

 

Le Représentant.Démocrate du New Jersey, Donald Norcross, dont la circonscription comprend une communauté juive importante, a dit qu'il allait voter contre l'accord.

 

" Je crois qu'une meilleure affaire peut être réalisée ", a déclaré M. Norcross. " Nous n'avons pas épuisé tous les efforts."

 

Malgré l'opposition, les législateurs devront rassembler une majorité des deux tiers à la Chambre et au Sénat pour passer outre le veto attendu de M. Obama de l'Iran résolution.

 

Le Leader de la majorité du Sénat Mitch McConnell, du Kentucky Républicain, a dit de la primauté de droit de veto est peu probable.

 

M. Dubowitz dit, Mais la grandeur ultime du vote contre l'accord va influencer les gouvernements et les industries européennes sur les perspectives de décideurs américains qui cherchent un accord plus difficile après que M. Obama quittera ses fonctions, Les. Iraniens considèrent l'Europe comme la clé de leur reprise économique.

 

" Il va y avoir un vote bipartisan de désapprobation pour cette affaire, " dit M.Dubowitz "Soixante pour cent du Congrès américain sur une base bipartisane va voter contre cette transaction. Le président ira de l'avant avec cet accord de toute façon, indépendamment de la façon dont beaucoup de gens voteront contre. Mais il sera parti en 18 mois. Donc la question est de savoir comment dissuader les Européens de se reculer trop rapidement ".

 

" Les dirigeants et les chefs d'entreprise européens " seraient réticents à revenir précipitamment si il y avait un retentissant vote de désapprobation," a-t-il dit.

 

" Ils veulent savoir ce que le prochain président va faire avant qu'ils ne se retrouvent sur le mauvais bout d'une mesure d'exécution," a-t-il dit. " Si vous êtes une institution financière ou d'une grande entreprise industrielle, vous allez être prudent au sujet de revenir trop rapidement, le naufrage de centaines de millions de dollars dans des projets et ensuite vous vous retrouvez en Janvier 2017, avec un nouveau président et avec un point de vue du monde considérablement différent d'Obama ".

Repost 0
mordeh'ai
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 14:58

Hitler a dupé Chamberlain et s'est présenté comme un homme de paix. Personne n'a dupé le président Obama. Puique les mollahs disent ouvertement " Mort à l'Amérique." Obama ne sait pas sur qui les Iraniens pointeront leurs missiles balistiques intercontinentaux à tête nucléaire?

Dans le pire des cas, l'élognement de l'accord laisse encore le monde dans une position de dissuasion qui lui offre de meilleurs choix - avant que l'Iran ne devienne nucléaire, pas après.

 

Par Nima Gholam Ali Versez

http://www.gatestoneinstitute.org/6373/iran-deal-war

 

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Si quelqu'un vous avait demandé il y a un an quel serait le moyen le plus efficace pour provoquer une guerre majeure au Moyen-Orient, vous auriez pu dire: Donner aux mollahs d'Iran la possibilité d'obtenir des armes classiques de pointe, des ICBM, des armes nucléaires et des dizaines des milliards de dollars pour financer des organisations terroristes et de déstabiliser les autres pays de la région. Vous auriez pu faire valoir qu'un régime qui ne craint pas d'attaquer des cibles à Washington ou à Berlin ne pourrait pas être le plus prudent sous une avalanche de quantités gigantesques d'argent et d'armes les plus meurtrières.

 

Si l'on ne sait rien sur le régime en Iran, il est difficile de comprendre comment l'accord du président américain Barack Obama avec l'Iran pourrait créer rien d'autre que le chaos et la guerre au Moyen-Orient .

 

Le contenu de l'accord nucléaire de l'Iran crée les conditions parfaites pour une guerre majeure au Moyen-Orient - qui pourrait se propager et déclencher un conflit régional considérable.

 

Malgré ce que le président Obama aime à dire, il n'est pas vrai que l'accord ", interdit de façon permanente à l'Iran d'obtenir une arme nucléaire " ou " ne coupe pas l'ensemble des voies de l'Iran d'une bombe ". L'accord signifie que les USA ont accepté que, après 15 ans, ou plus tôt, l'Iran peut construire autant de bombes qu'il voudrait.

 

La République islamique d'Iran, depuis sa fondation en 1979, a eu une idéologie qui cherche à " exporter la révolution islamique." L'expression est non seulement un slogan pour les mollahs -- Ils l'ont mis en pratique, si nécessaire par la force. Après son arrivée au pouvoir en 1979, le leader de la révolution, l'ayatollah Ruhollah Khomeini, a appelé les musulmans chiites en Irak à la révolte et établir une république islamique. L'effort des mollahs pour exporter la révolution islamique en Irak a été l'une des causes de la guerre Iran-Irak, qui a duré huit ans et a abouti à un million de décès. Malgré une vive résistance des pays arabes, la révolution islamique de Khomeiny a été exporté avec succès au Liban, à Gaza, au Yémen, en Syrie et en Irak.

 

L'Iran est un pays occupé à préserver sa propre souveraineté. Par contre l'Iran, sape celle des autres pays. Dans le cas d'Israël, le régime Iranien est une menace à l'existence même de la nation. Encore plus étonnant c'est que le président des États-Unisdevient hargneux - et menace les Juifs américains - lorsque le Premier ministre d'Israël le rappelle à la population.

 

Le régime en Iranien a mené des attaques terroristes contre les Américains au Liban et dans les villes européennes. Un tribunal allemand a déclaré que le dirigeant suprême de l'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei, a organisé des attentats terroristes en Allemagne. Plusieurs fois, des agents iraniens ont été arrêté en Europe alors qu'ils tentaient d'organiser des attaques terroristes.

 

L'Iran était derrière les attaques du World Trade Centre.

 

Pas plus tard que 2011, l'Iran prévoyait d'assassiner l'ambassadeur saoudien et d'attaquer les ambassades israélienne et saoudienne à Washington.

 

Les forces iraniennes, à la fois directement et à travers leus mandataires, le Hezbollah, ont été responsables de plus de 1.000 décès militaires américains au cours de la dernière décennie et demie. L'Iran a constamment soutenu le groupe terroriste libanais Hezbollah, en lui fournissant de l'argent, de la formation et des armes.

 

Le régime iranien est, contrairement aux rumeurs, très pragmatique: il voit que peu importe ce qu'il fait, sa survie n'est pas menacée, même légèrement. Le régime iranien considère - comme tout le monde - que même les pires transgressions sont, au contraire, récompensées.

 

Le régime ne fait que suivre l'idéologie originale de Khomeiny - " exporter la révolution " et lutter contre l'influence occidentale, ce qu'il a appelé " Westoxification."

 

Le régime iranien fait toujours ce qu'il dit qu'il fera. L'expérience montre que lorsque les mollahs en Iran disent " Mort à l'Amérique ", ils l'entendent avec des conséquences réelles et véritables. Quand les mollahs ont crié la première fois "Mort à l'Amérique", un slogan qui a débuté en 1978-1979 en réponse à l'appui américain au Shah, lorsque le Hezbollah soutenu par l'Iran a tué 241 soldats américains à Beyrouth le 23 Octobre 1983 l'Iran a suivi de loin;  l'Iran a ensuite continué à veiller à ce que les Américains meurent en Irak et en Afghanistan pendant les guerres d'Irak et en d'Afghanistan.

 

Dans la même veine, lorsque le régime iranien crie " Mort à Israël ", il envoie des armes et des ressources au Hamas et au Hezbollah, tandis qu'il organise une conférence pour les antisémites du monde entier qui nient que l'Holocauste est arrivé.

 

Ceci est le régime iranien avec lequel l'administration américaine actuelle aimerait sceller un accord, en vertu duquel l'Iran, après 10-15 ans - ou plus tôt - légitimement être en mesure d'enrichir de l'uranium en quantité suffisante pour produire de nombreuses armes nucléaires.

 

Pour chacun des 36 ans que le régime iranien a été au pouvoir, et malgré la forte résistance des pays arabes, de la Turquie, d'Israël et des Etats-Unis, son influence et ses ambitions ont augmenté. Il n'y a aucune raison de penser qu'avec une injection de 150 milliards $, le régime de Téhéran ne sera pas encore plus agressif et continuera à construire sa bombe nucléaire.

 

Le régime en Iran n'a démontré aucune intention de devenir moins militant, de créer une démocratie, ou même de libérer les otages américains, qu'il continue de détenir sur de fausses accusations dans les prisons iraniennes indicibles.

 

La partie du triomphe du régime semble même consister à humilier les Etats-Unis de manière aussi exhaustive que possible.

 

Le P5 + 1 (Chine, France, Russie, Royaume-Uni, les Etats-Unis; plus l'Allemagne) ont convenu que l'Iran peut acheter des armes conventionnelles, après cinq ans, et les ICBM après huit ans. Mais pourquoi une nation civilisée irait permettre à un pays qui soutient des groupes terroristes comme le Hezbollah et le Hamas d'acheter des armes classiques perfectionnées? Elles seront simplement transmises au Hamas et au Hezbollah. L'Iran ne nie même pas qu'il soutient le Hamas et le Hezbollah.

 

L'Iran a déjà des missiles qui peuvent atteindre Israël et certaines parties de l'Europe. L'Iran a déjà fourni des missiles, comme le Fajr 5, au Hezbollah. Pourquoi devrait-on permettre à un pays qu'il donne des missiles à des terroristes et de leur procurer des missiles balistiques intercontinentaux qui peuvent être tiré d'un continent à l'autre?

 

C'est également la politique officielle du gouvernement de l'Iran qu'Israël devrait être détruit. Pourquoi les Etats-Unis peuvent-ils permettre à un régime qui veut détruire le plus proche allié de l'Amérique au Moyen-Orient d'obtenir l'armement conventionnel le plus avancé - et, plus tard, l' arme nucléaire?

 

Si vous écoutez les mollahs de Téhéran, les Américains et les Israéliens sont des cibles. Par conséquent, ces armes conventionnelles seront dirigées contre les Américains et les Israéliens, où qu'ils soient.

 

Grâce à cet accord, les Mollahs obtiendront 150 milliards $ n'est pas rationnel. Quand un pays ou l'organisation soutient le terrorisme, vous gelez ses actifs. L'Iran continue de soutenir ouvertement le terrorisme; cet accord donne accès à l'Iran à 150 milliards de dollars pour soutenir plus de terrorisme.

 

Selon l'accord, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) peut inspecter seulement que les installations nucléaires déclarées de l'Iran - et avec un délai de 24 jours, en plus de lui divulguer quel site va être inspecté.

 

L'AIEA, cependant, même à son meilleur niveau, n'a jamais rien trouvé.

 

Le programme nucléaire secret de l'Iran a été découvert par un groupe de l'opposition iranienne, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), en 2002. Il n'y a rien qui dit que l'Iran n'a pas des programmes nucléaires secrets plus inaccessibles à l'AIEA.

 

L'accord repose tout entier sur ces mollahs montrant de la bonne volonté envers l'Occident, qu'ils considèrent sans doute comme une menace qui pourrait attirer les gens loin de leurs cours vertueux de l'islamisme. L'approche du président Obama semble être basée sur l'espoir que l'un des régimes les plus fanatiques dans le monde va soudainement devenir honnête et pacifique - que le même régime qui crie " Mort à l'Amérique " sera effectivement présenter l'ensemble de ses installations militaires et secrets à son ennemi juré, les Etats-Unis, grâce aux bons offices de l'AIEA.

 

Ne demandons pas au président Obama de se soucier de tous ceux emprisonnés à tort, torturés et pendus en Iran chaque année. Ne demandons pas au président Obama de se soucier des Iraniens qui voudraient la démocratie et la liberté qu'ils lui demandèrent en 2009. Le président Obama a seulement besoin de maintenir la paix et la stabilité au Moyen-Orient. Mais en permettant à ces mollahs d'obtenir des armes classiques perfectionnées dans cinq ans, les ICBM(missile balistique intercontinental) en huit ans, et les armes nucléaires en 15 ans - ou plus tôt - C'est créer les conditions d'un conflit régional plus large que, dans cette ère de mondialisation, va sûrement se propager à l'Occident.

 

Si cet accord était sur la paix, pourquoi les Iraniens ont besoin de plus d'armes? Si l'Iran veut la paix, pourquoi ne pas mettre à la ferraille leur programme de missiles et cesser de soutenir des organisations terroristes qui veulent détruire Israël? Si l'Iran veut la paix, pourquoi veut-il des armes qui peuvent atteindre d'autres continents? Quel pays menace la souveraineté de l'Iran d'aujourd'hui qui fait que l'Iran veuille des armes plus avancées?

 

Si quelqu'un a des missiles balistiques intercontinentaux et dit: " Mort à l'Amérique ", que pensez-vous qu'il va faire avec ces ICBM(missiles balistiques intercontinentaux)?

 

Il y a ceux qui comparent l'affaire de l'Iran à l'accord de Munich de 1938. Le deal-Iran est bien pire. Hitler a dupé Chamberlain et s'est présenté comme un homme de paix. Personne n'a dupé le président Obama. Les mollahs disent ouvertement « Mort à l'Amérique » et « Mort à Israël », et ont couvert leurs mots avec des actions.

 

Ce sont les Iraniens qui ont utilement exposé les incohérences dans l'accord sur le nucléaire, que le gouvernement américain avait sans doute espéré cacher aux Américains, comme les deux deals que l'Iran a avec l'AIEA. 

 

Pourquoi un président américain ferait cela? Ne sait-il pas sur qui les Iraniens vont pointer leurs missiles balistiques intercontinentaux?

 

Cette opération, combinée avec les politiques expansionnistes de la République islamique d'Iran, ne peut que conduire que directement à la plus grande guerre du 21ème siècle - la guerre d'Obama, même si il ne sera plus dans le bureau oval. Les mollahs ne commenceront pas à aimer Israël. Les Saoudiens, les Turcs, les Égyptiens et les Emiratis ne vont  pas s'asseoir et regarder l'Iran obtenir l'arme nucléaire. Aucun pays arabe ne veut être le prochain Syrie, Liban, Yémen ou Irak, et Israél n'a aucun désir d'être, ni menacé, ni rayé de la carte.

 

L'alternative est de s'éloigner loin de la transaction. Au lieu d'une guerre majeure devenant le seul scénario, le pire scénario serait qu'il devienne une campagne limitée de bombardement  maintenant pour empêcher le régime iranien d'obtenir des armes nucléaires.

 

Même si les résultats ne durent, comme les critiques chargent, "seulement" deux ou trois ans, au moins l'Iran - et les spectateurs mondiaux - comprendraient qu'il ya des conséquences réelles pour le comportement de voyous; et qu'il pourrait toujours y avoir d'autres alternatives plus tard, si nécessaire.

 

A tout le moins, des dommages plus ou moins massifs d'avoir sélectionner les installations nucléaires ne seraient pas considérés comme une récompense. Dans le pire des cas, la marche loin de l'accord laisse encore le monde dans une position de dissuasion qui lui offre de meilleurs choix avant que l'Iran ne devienne nucléaire, pas après.

 

Même aucun accord avec l'Iran mène à un monde et à un Moyen-Orient plus pacifiques et  plus stables que le mauvais accord du président Obama.

Repost 0
mordeh'ai
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 11:46

Par Tabitha Korol

http://www.jewishpress.com/indepth/opinions/a-question-of-patriotism/2015/08/23/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

A fortiori, nous les Américains avons commencé à entendre sur le pacte nucléaire possible avec la République islamique d'Iran, c'est à dire " l'affaire Iran," et en plus le président Obama a vu que les Américains de toutes confessions et opinions politiques avaient réalisé que le pacte n'était pas à notre meilleur avantage, et plus nous avons entendu les vieilles accusations antisémites de la part de la Maison Blanche et des médias. Les choses se sont détériorées pour Obama lorsque le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a mis en garde contre cet arrangement, que le financement de 150 milliards de $ pour l'Iran, d'actifs de trésorerie, d'allégement des sanctions, et toutes les chaînes coupées pourrait servir à financer son opération de terrorisme mondial. En substance, nous subventionnerions les entreprises de l'Iran et renforcerions ses efforts visant à éradiquer Israël. Obama prépare également le terrain pour nous opposer les citoyens contre les Juifs américains, une tactique que les Juifs ont vécu à travers les siècles.

 

Pour simplifier, l'Amérique était dans une position pour être le vainqueur avec un accord  empêchant l'Iran de devenir une puissance nucléaire, le forçant à démanteler une grande partie de son infrastructure nucléaire, l'empêchant d'enrichir de l'uranium, fermant l'usine d'enrichissement de Fordo, demandant que l'Iran expose toutes les activités nucléaires passées, fermant ses programmes de missiles balistiques intercontinentaux visant à notre continent, permettant des inspections surprises, tout en maintenant les sanctions jusqu'à ce que toutes les conditions soient remplies.

Au contraire, l'entente a été qualifié « d'absolument désastreuse » et Kerry a accepté de lever les sanctions afin que l'Iran puisse rejoindre le marché mondial et vendre son pétrole, tout en augmentant notre propre dette et affaiblir notre propre économie par le don de 150 milliards $ fait par notre collaborateur de cabinet - il se lie avec l'entité islamique. En levant l'embargo sur les armes conventionnelles et en permettant aux Iraniens de faire fi de la sortie du territoire, l'Iran pourrait obtenir plus d'armes et mettre en péril Israël, « le Petit Satan.» Cela ne prendrait même pas beaucoup de temps de faire un lavage de cerveau, des adultes et les enfants suicidaires se feront exploser au milieu d'enfants israéliens. Le contrat permettrait aussi à la levée des sanctions sur les ICBM iraniens après huit ans, fournissant ainsi à l'Iran les moyens de cibler les États-Unis, le « Grand Satan », bien qu'il y ait des réserves elles seraient réellement inefficaces et l'Iran serait libre de ses obligations beaucoup plus tôt - Ce n'est qu'une question de mois .

 

Au lieu de l'inspection 24heures/24 et 7jours/7 que l'Amérique avait initialement prévu, l'Iran a obtenu un préavis de 24 jours, pendant lequel ils peuvent déplacer ou dissimuler leurs activités. Même maintenant, les inspecteurs de l'ONU (ne pas inclure les Américains et les Canadiens) ne peuvent pas parler avec les scientifiques clés et les officiers militaires sur les opérations cachées. La coopération à ces stipulations révèle la soumission de l'Amérique à la tyrannie islamique.

 

Comme plus d'Américains ont exprimé leur opposition au pacte, le plus souvent, nous avons entendu des déclarations sarcastiques, comme les références à "l'argent", et " les lobbyistes," ce qui implique sournoisement que les Juifs étaient les seuls à se différencier de notre gouvernement américain. Un des plus anciens mensonges dans le monde est encore en cours d'utilisation, comme par le passé, de provoquer des pogroms contre les Juifs en les classant en tant que citoyens infidèles. Nous entendons des références néfastes au "lobby juif", mais jamais le «lobby arabe», qui apporte des immigrés, éventuellement djihadistes, des changements graduels dans nos écoles afin d'installer la charia, les Américains 102 millions en âge de travailler sont au chômage, et 818 milliards de $ pris à Medicare(système d'assurance santé) pour financer l'Obamacare, le refus de soumettre un budget pour éviter l'effondrement de l'Aide sociale, le mépris flagrant pour notre Constitution, et l'évidence grandissante de la trahison de la Maison Blanche.

 

Les gens de toutes les religions et convictions s'insurgent contre ce pacte avec la nation terroriste. Les Chrétiens Unis pour Israël (CUFI) sont fermement opposés de conclure une entente avec une entité dont les citoyens sont changeants et prêts à rejouer un autre 11/9 ou un Benghazi, ou l'une des nombreuses attaques contre des citoyens israéliens, aux cris de « Mort à Amérique »et« Mort à Israël ». Les anciens combattants du pays se sont prononcés contre l'accord aussi. En fait, une écrasante majorité d'Américains ne veut pas signer un pacte avec la République islamique, et notre administration trahit la volonté de la majorité du peuple. Mais armé d'un stylo et d'un téléphone, l'imperturbable Obama a averti qu'il mettrait en œuvre l'accord, indépendamment du Congrès, et qu'il allait rendre la vie dure à ceux qui s'opposent à lui.

 

Lorsque les Démocrates non-juifs, Juan Vargas (CA), Albio Sires (NJ) et Grace Meng (NY), ont exprimé leur opposition, Obama ne pouvait pas s'en prendre à une ethnie. Mais une fois le discours de haine antisémite a été déclenché, sur le compte twitter pro-deal de l'administration on a commencé à utiliser les plus flagrantes attaques haineuses du Juif, qui devait bientôt être suivi par le New York Times, avec ses quelque demi-douzaine de références «juif» et une odieuse attaque contre le sénateur Chuck Schumer. Obama a provoqué une campagne sectaire, appelant Schumer traître, fauteur de guerre, et d'agent israélien. Inexplicablement, la majorité des électeurs juifs ont aveuglément et silencieusement soutenu Obama pour toutes ses demandes problématiques, mais les sondages montrent que deux fois plus d'Américains, y compris les Juifs, sont contre l'accord, estimant qu'il mènera à un monde plus dangereux.

 

Pourtant, ce sont des moments comme ceux-ci que le Président recourt à la tartuferie et aux accusations que les Juifs ont une double loyauté, une tactique visant à décourager, à faire taire  et intimider les Juifs d'agir en leur propre nom, de peur d'être considérés comme antipatriotique - une manière efficace, vieille technique depuis des siècles. Obama est allé jusqu'à accuser Israël, et Netanyahu spécifiquement, d'ingérence dans les affaires de l'Amérique, mais il n'y a pas si longtemps Barack Obama s'est mêlé des élections israéliennes et a menacé de lier les mains d'Israël. Il est déterminé à poursuivre son modus operandi, «diviser pour régner», de défier et de contraindre ceux qui travaillent contre son " triomphe diplomatique." Ce sera sans aucun doute étendu pour diaboliser le Tea Party, l'AIPAC et d'autres groupes juifs, et il ira aussi loin que vandaliser, d'auditer et les poursuivre en justice. Les menaces ont été émises - capituler ou être détruit.

 

Le mot est lâché: le président Obama a envoyé l'ancien président du Sénat puis président de la commission des Affaires étrangères - John Kerry en Iran il y a quatre ans, et il leur a promis la bombe. Le Washington Beacon journal gratuit l'a rapporté, " le président Barack Obama a approuvé le droit de l'Iran à exploiter un programme nucléaire en 2011 lors de réunions secrètes avec des responsables iraniens, selon de nouvelles informations fournies par le guide suprême de l'Iran." Khamenei a également révélé dans un récent discours que les pourparlers ont commencé dans le secret avec l'antisémite, négationniste ancien président Mahmoud Ahmadinejad.

 

Ce ne sont pas les Juifs qui sont antipatriotiques.

Repost 0
mordeh'ai
23 août 2015 7 23 /08 /août /2015 19:25

Par le Personnel d'Israël Today

http://www.israeltoday.co.il/NewsItem/tabid/178/nid/27237/Default.aspx

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Alors que le  cycle ordinaire des nouvelles vole au ras des pâquerettes, l'administration Obama, la semaine dernière, a apparemment essayé d'humilier Israël pour sa désaffection à l'appui de son dangereux accord nucléaire avec l'Iran en recourant à la déclassification de documents historiques concernant le propre programme nucléaire de l'Etat juif.

 

Beaucoup l'ont vu comme un hasard que des documents du Département d'Etat de l'ère Nixon soient rendus public alors qu'Israël mène la charge pour une défaite d'Obama au Congrès concernant l'accord nucléaire de l'Iran .

 

La libération de 1100 pages du rapport officiel, qui couvre les réunions de 1969 à 1976, semble être un effort pour attirer l'équivalence morale entre Israël et l'Iran, et entre l'approche de l'Amérique aux programmes nucléaires respectifs des deux nations.

 

Plus particulièrement, le 19, Juillet 1969 la remise, au président Richard Nixon du mémorandum, par l'ancien conseiller à la sécurité nationale Henry Kissinger où il décrit l'approche proposée pour Israël, et souligne le désaccord entre les chefs d'état-major, le ministère de la Défense et le Département d'Etat sur ce qui exige de présenter l'Etat juif.

 

Tous les intervenants ont convenu qu'Israël doit être poussé à signer le Traité de non-prolifération des armes nucléaires.

 

" Tout le monde a convenu qu'au minimum, nous voulons qu'Israël signe le TNP. Non pas parce que la signature apportera quelque différence au programme nucléaire réel d'Israël car Israël pourrait produire des ogives clandestinement ", dit le mémo. " La signature d'Israël nous donnerait, cependant, un problème possible de soulever publiquement avec le gouvernement israélien - un moyen d'ouvrir la discussion. Il  engagerait également publiquement Israël de ne pas acquérir d'armes nucléaires ".

 

Les chefs d'état-major " ont estimé que si le programme d'Israël devient établi, nous devrions être en mesure de dire que nous avons tout fait en notre pouvoir pour empêcher Israël de devenir une puissance nucléaire ", tandis que le ministère de la Défense a estimé que " nous pourrions vivre avec l'existence des armes nucléaires israéliennes à condition qu'elles ne soient pas déployées ".

 

Le Département d'Etat, quant à lui, a cru --" nous devrions essayer de garder Israël d'aller plus loin dans son programme d'armes nucléaires - il peut être si près de l'achèvement qu'Israël serait prêt - et de dire que nous avons tout essayé."

 

La Maison Blanche d'Obama a réclamé la libération des documents et leur déclassification comme une routine qui vient coïncider avec le débat sur l'affaire Iran.

 

Mais beaucoup disent qu'il est encore plus préoccupant de constater que l'administration Obama et l'Occident n'ont pas l'intention de faire grand chose pour réellement arrêter l'Iran d'atteindre l'arme nucléaire.

 

Le contenu des documents suggère que, tout comme elle l'a fait avec Israël, alors que l'Iran va au nucléaire, la Maison Blanche baissera tout simplement  les bras et dira: «Nous avons tout essayé."

 

Sauf, que l'Iran n'est pas Israël, et en essayant d'attirer subtilement équivalence morale entre les deux démontre à nouveau pour beaucoup la faillite morale des politiques de l'Amérique.

Repost 0
mordeh'ai
23 août 2015 7 23 /08 /août /2015 08:41
L'Iran dévoile un nouveau Missile violant de nouveau l'accord nucléaire

Par Adam Eliyahu Berkowitz 

http://www.breakingisraelnews.com/47394/iran-unveils-new-missile-violating-nuclear-agreement-middle-east/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

L'Iran a présenté son nouveau missile à courte portée balistique surface-surface à la Journée de l'industrie de la défense de l'Iran, affirmant une gamme de 500 km et une précision parfaite. Le programme de missiles de l'Iran est un des plus importants au Moyen-Orient et même si certains aspects de celui-ci sont limités les pouvoirs concernant le programme nucléaire de l'Iran de l'accord avec les P5 + 1 ils ont déclaré qu'ils ne respecteront pas  les règles qui limitent leur capacité nucléaire. La paix par la puissance est leur principe directeur.

 

Le nouveau missile, Fateh 313, est la 6ème génération de la propergol solide Fateh-série ils sont considérés comme les missiles iraniens les plus précis. Selon des sources iraniennes, le nouveau missile est fait de matériaux composites, ce qui le rend plus léger que les versions précédentes, utilise du carburant synthétique, et est équipé de nouveaux capteurs. Il a été testé avec succès et est prêt pour la production industrielle.

 

L'Iran a prétendument avoir des missiles d'une portée allant jusqu'à 2000 km qui sont capables de frapper Israël et l'Arabie Saoudite, mais affirme que ces derniers ne sont pas inclus dans les termes de l'accord signé avec les P5 + 1.

 

Selon les termes de l'accord conclu récemment, l'Iran est interdit de développer des missiles balistiques capables de transporter une ogive nucléaire. Estt également inclus dans l'accord une condition exigeant l'approbation du Conseil de sécurité des Nations Unies pour le transfert à l'Iran de toute la technologie des missiles balistiques au cours des huit prochaines années, et les États-Unis ont promis d'opposer leur veto à de telles demandes. Un embargo sur les armes classiques reste également en place, empêchant leur importation et d'exportation pour cinq ans.

 

"Les capacités militaires de l'Iran, en particulier les missiles balistiques, sont strictement défensives et, comme ils n'ont pas été conçu pour transporter des armes nucléaires, ils sont hors de la portée et de la compétence de la résolution du Conseil de sécurité," a écrit le ministère dans un communiqué.

 

" La République islamique d'Iran est déterminée à mettre en œuvre ses engagements ... tant que puissances mondiales continuent pour leur part de l'accord à lever les sanctions en échange de garanties que Téhéran ne développera pas un programme nucléaire ", indique le communiqué.

 

Le président iranien Hassan Rohani a déclaré dans un discours à la cérémonie, qui a été diffusé en direct sur la télévision d'Etat: " Nous allons acheter, vendre et développer des armes dont nous avons besoin et nous ne demanderons pas la permission ou nous conformer à toute résolution pour cela," 

 

"Nous pouvons négocier avec d'autres pays que lorsque nous sommes puissants. Si un pays n'a pas le pouvoir et l'indépendance, il ne peut pas obtenir la vraie paix ", a déclaré le président.

 

Le Brigadier général Amirali Hajizadeh a déclaré: " La Force Aéronautique de la Garde révolutionnaire de l'Iran (CGRI) détiendra des missiles balistiques bientôt à grande échelle pour la guerre ", selon l'agence de nouvelles Fars gérée par l'Etat.

 

Le dirigeant du Hezbollah Hassan Nasrallah a fait des déclarations publiques, affirmant que son organisation a reçu 110 missiles Fateh depuis 2006 qui peuvent atteindre Tel-Aviv , et en Avril, l'armée de l'air israélienne a frappé des dépôts en Syrie occidentale lieu de stockage de ces missiles. Apparemment, l'Iran n'a aucun scrupule à fournir des missiles aux ennemis d'Israël, et cette nouvelle sorte d'arme serait capable de frapper n'importe où en Israël  à partir du Liban. Il convient de noter qu'Israël a été frappé par quatre roquettes la semaine dernière lors d'une attaque soutenue par les iraniens.

Repost 0
mordeh'ai
21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 10:24
  •  Au cours des dernières semaines, le porte-parole de l'Etat islamique a lancé des menaces contre l'Autorité  et le Hamas, les accusant de «collaboration» avec «l'entité sioniste».

  • Les dirigeants palestiniens ne peuvent pas échapper à la responsabilitéd'avoir inspiré des dizaines de Palestiniens à se joindre à l'État islamique. La rhétorique enflammée de ces dirigeants et l'incitation permanente contre Israël et l'Occident ont en outre radicalisé les Palestiniens et les ont mené dans les bras ouverts de l'Etat islamique.

 

Par Khaled Abu Toameh
http://www.gatestoneinstitute.org/6375/palestinians-islamic-state

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Pas une semaine ne passe sans qu'il y ait un rapport d'un autre Palestinien tué en combattant pour le groupe terroriste Etat islamique.

 

Les rapports ont soulevé une profonde inquiétude parmi de nombreux Palestiniens vivant en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Un récent rapport estime que quelque 100 Palestiniens ont déjà rejoint l'État islamique. D'autres rapports prétendent que le nombre est beaucoup plus élevé.

 

Selon le rapport, la plupart des Palestiniens qui ont rejoint l'Etat islamique en Irak et en Syrie sont de la bande de Gaza. Le rapport a révélé que1000 autres hommes palestiniens sont censés se préparer à rejoindre l'Etat islamique, mais ont été incapables de réaliser leur rêve, pour diverses raisons. 

 

Il n'est pas surprenant que la plupart des Palestiniens qui ont rejoint l'Etat islamique sont de la bande de Gaza, qui a été sous le contrôle du Hamas depuis 2007.

 

Dans l'année écoulée, divers rapports ont suggéré que l'État islamique et ses partisans ont réussi à infiltrer la bande de Gaza, où ils constituent une menace majeure à la gouvernance du Hamas sur la zone, qui abrite quelque 1,6 millions de Palestiniens.

 

Plus tôt cette année, les partisans de l'Etat islamique ont organisé leur première apparition publique dans les rues de la ville de Gaza, où ils ont appelé à une armée islamique afin de détruire Israël et les " ennemis de l'Islam."

 

Plus tôt cette semaine, l'État islamique a informé la famille Yehia de la ville de Jénine en Cisjordanie que leur fils, Saïd, avait été tué en combattant pour le groupe terroriste près d'Alep en Syrie.

 

La famille a dit que Saïd avait rejoint l'Etat islamique il y a sept mois. Les membres de la famille de Said leur avait dit qu'il était en voyage en Europe pour chercher du travail. Plus tard, cependant, ils ont appris qu'il était en Syrie à se battre pour l'État islamique.

 

Les deux étrangers qui sont arrivés au domicile de la famille même ont fourni aux parents et aux frères de Saïd une photo du cadavre de Said.

 

Ces derniers mois, au moins quatre Palestiniens de la bande de Gaza ont également été tué en combattant pour l'État islamique.

 

L'un d'eux, Abed al-Elah Kishta, 29 ans, de la ville de Rafah dans la bande de Gaza, a été tué en combattant pour l'État islamique dans l'est de la Libye. Des semaines avant il ne soit tué, Kishta a contacté sa famille pour les informer qu'il avait rejoint le groupe.

Le deuxième Palestinien de la bande de Gaza a été identifié comme Musa Hijazi, 23 ans. Son père, Hassan, a déclaré que son fils a été tué en combattant pour l'État islamique dans la ville irakienne de Falloujah. L'État islamique a pleuré Hijazi comme l'un de ses martyrs, se référant à lui par son surnom d'Abou al-Maqdisi Mu'men.

 

Un troisième Palestinien a été identifié comme Wadi Washah, 21 ans, du camp de réfugiés de Jebalya dans la bande de Gaza. La famille de Washah dit qu'ils ont été choqué d'entendre parler de sa mort en combattant pour l'État islamique en Syrie. La famille a dit que leur fils avait déjà rejoint le Jihad islamique palestinien avant de fuir la bande de Gaza à travers un tunnel de contrebande le long de la frontière avec l'Egypte. Le père de Wadi dit que son fils avait voyagé en Syrie sur les instructions de dirigeants salafistes-djihadistes affiliés à l'État islamique à Gaza. Selon le père, Wadi lui avait dit qu'il avait réussi à tuer des dizaines d'Iraniens en Syrie.

 

Le quatrième Palestinien a été identifié comme Ahmed Badwan, 26 ans, surnommé Abou Tarek al-Ghazawi, du camp de réfugiés d'Al-Bureij dans la bande de Gaza. Des sources proches de la famille ont déclaré que Badwan avait quitté la bande de Gaza à travers un tunnel de contrebande géré par le Hamas, et a ensuite rejoint l'Etat islamique en Syrie, avant de passer à la branche du groupe en Irak. Il a été tué dans un raid aérien de la coalition mené par les USA sur une base État islamique en Irak, ont indiqué les sources.

 

Bien que le nombre de Palestiniens qui ont rejoint l'Etat islamique reste relativement faible, il est évident que le groupe terroriste est devenu extrêmement populaire parmi les Palestiniens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Quatre sondages d'opinion publiés il ya quelques semaines ont montré qu'au moins un million de Palestiniens soutiennent l'État islamique.

 

Les sondages ont constaté que 24% des Palestiniens ont des opinions positives sur l'État islamique. Étant donné qu'il ya 1,8 million de Palestiniens dans la bande de Gaza et 2,7 millions en Cisjordanie, cela signifie qu'il y a plus d'un million de Palestiniens qui soutiennent État islamique.

 

Commentant les résultats du scrutin, un militant chrétien Sam Butrous a noté que le large soutien à l'État islamique parmi les Palestiniens est un signe de l'augmentation de l'extrémisme et un déni des droits des chrétiens en Terre Sainte. " Apparemment, 20% des Palestiniens n'ont pas de problème avec l'expulsion de leurs frères chrétiens et de la destruction de leurs églises pour les transformer en mosquées," écrit-il. " Ceci c'est ce que le groupe terroriste Etat islamique fait déjà dans les zones sous son contrôle."

 

Les chrétiens ne sont pas les seuls qui devraient être préoccupés par l'influence croissante de l'État islamique en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Deux gouvernements des Palestiniens, le Hamas et l'Autorité palestinienne (AP), ont aussi de bonnes raisons d'être inquiets. Au cours des dernières semaines, le porte-parole de l'Etat islamique a lancé des menaces contre l'AP et le Hamas, les accusant de «collaboration» avec «l'entité sioniste».

 

Mais l'Autorité palestinienne et le Hamas ne peuvent que se blâmer pour la hausse des Palestiniens qui rejoingnent l'Etat islamique. Les deux gouvernements permettent l'incitation anti-occidentale dans leurs mosquées et les médias. Leurs dirigeants glorifient régulièrement et approuvent les Palestiniens qui effectuent des attaques terroristes contre les Israéliens, encourageant ainsi d'autres Palestiniens à leur emboîter le pas. Et si ces Palestiniens sont incapables de mener des attaques contre Israël depuis la Cisjordanie et la bande de Gaza, ils voyagent en Syrie et en Irak pour se joindre au jihad contre les alliés d'Israël, à savoir les États-Unis et d'autres pays occidentaux.

 

Les dirigeants palestiniens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza ne peuvent pas échapper à leur responsabilité d'inspirer des dizaines de Palestiniens à se joindre à l'État islamique. La rhétorique enflammée de ces dirigeants, en plus de l'incitation permanente contre Israël et l'Occident, pousse d'autres Palestiniens à se radicaliser et les pousse dans les bras ouverts de l'Etat islamique.

Repost 0
mordeh'ai
21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 10:19

Le Traitre N°1

Par Daniel Greenfield

http://www.frontpagemag.com/point/259858/obama-sent-secret-letters-foreign-governments-daniel-greenfield

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Vous pouvez voir pourquoi Obama et Kerry voulaient conclure les négociations avec l'Iran le plus rapidement possible pour éviter de donner Congrès temps suffisant pour examiner toutes ces informations. Chaque jour, l'affaire Iran semble être de pire en pire.

Souvenez-vous Obama avait parlé du retour aux sanctions! Souvenez-vous de l'époque où il a promis que vous pourriez garder votre médecin! Les deux ont beaucoup en commun, sauf que, autant que nous le sachions, l'administration n'avait pas écrit tout un tas de lettres à des gouvernements étrangers en leur disant qu'elle mentait à propos de l'ObamaCare.

Mais le traître numéro un du pays l'a fait seulement pour le retour des sanctions .

Les Senateurs Mark Kirk (R., Ill.) et Marco Rubio (R., Fla.) ont divulgué dans la lettre adressée au Département d'Etat que l'on a montré aux législateurs américains des copies de plusieurs lettres envoyées par l'administration Obama aux gouvernements allemands, aux chinois, aux français et aux britanniques leur assurant que les entreprises qui feront des affaires avec l'Iran ne seront pas sanctionnées.

L'administration Obama promet prétendument aux gouvernements étrangers que si l'Iran viole les paramètres d'un accord nucléaire signé récemment, les entreprises européennes ne seront pas pénalisées, selon les lettres secrètes.

Le Congrès a pris connaissance de ces promesses au cours des séances d'information à huis clos avec l'administration Obama et par les documents déposés par l'administration en vertu d'une loi exigeant la divulgation complète de toutes les informations relatives à l'accord.

" Nous demandons donc à l'administration de publier ces lettres, qui ne sont pas classifiées, de sorte que toute l'étendue de l'assurance non-publique de l'administration aux gouvernements européens et chinois puisse être discutée ouvertement par le Congrès et analysée par des experts extérieurs impartiaux», écrivent-ils .

Comme c'est typique pour cette administration, qu'un accord passé en promette aux différentes parties des choses contradictoires. L'Iran a ses propres promesses. Les gouvernements étrangers ont obtenu leurs promesses. Et on essaie de duper le peuple américain. 

Chaque jour pour cette affaire il sort une affaire sordide de la part des Démocrates, ils ont lier leurs noms à un désastre épique.

Rappelez-vous quand les alliés de M. Obama accusaient les Ssénateurs Républicains d'être les 47 Traitres qui ont averti l'Iran que l'accord devait passer devant le Congrès! Mais qu'en est-il lorsque l'on fait des accords secrets avec d'autres pays pour le compte de terroristes qui contredisent ce que Obama révéle aux Américains?

Il n'y a pas de trahison à voir ici. Lorsque la trahison prospère, aucun ose appeler cela de la trahison.

Repost 0
mordeh'ai
21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 08:59

340 rabbins américains hostiles à Israël signent un document à l'appui de l'accord Iran-Obama-P5 + 1 

Par Rafi Cohen 

http://www.breakingisraelnews.com/47315/340-rabbis-antagonistic-to-israel-sign-document-supporting-iran-deal-jewish-world/#siwd479rvo4TySrP.97

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

340 rabbins américains, dont la plupart sont associés à des organisations hostiles à Israël, ont récemment signé une déclaration soutenant l'accord nucléaire entre l'Iran et le P5 + 1, auquel Israël est fortement opposé. L'accord, est destiné à freiner le programme nucléaire de l'Iran, il est prévu de faire le contraire en raccourcissant le temps évasion nucléaire de l'Iran, en faisant des inspections des installations nucléaires moins rigoureuses, et de lever les sanctions contre le pays.

 

Le document a été parrainé par l'organisme Ameinu («notre peuple»), qui se définit comme «une voix  libérale forte en Amérique promouvant un Israël plus progressiste." La majorité des rabbins qui ont signé le document, constituant un simple six pour cent du nombre total des rabbins actuellement actifs aux États-Unis, le salut de l'un des trois mouvements anti-Israël ou dénigrant Israël, selon un rapport récent de l'Organisation sioniste d'Amérique (ZOA).

 

Dans un récent communiqué de presse publié mercredi, le président de ZOA Morton A. Klein a déclaré:

"Les rabbins de Ameinu signataires de la lettre ne sauraient en aucune façon représenter le point de vue des rabbins américains. Pour pouvoir être en mesure d'obtenir six pour cent des rabbins américains à signer cette déclaration soutenant le catastrophique accord avec l'Iran indique clairement que les dirigeants rabbiniques sont profondément préoccupés par l'accord sur le nucléaire iranien ".

 

Plus de 50 pour cent des rabbins de la liste sont des membres du groupe de lobbyistes de gauche du Cabinet  rabbinique de J Street; 12 d'entre eux sont membres du Conseil exécutif rabbinique Cabinet J Street. Treize des rabbins sont des donateurs importants aux sans doute Rabbis for Human Rights (RHR) organisation anti-israélienne, et plusieurs autres sont au ​​conseil d'administration de la Voix juive pour la paix (JVP), qui est un partisan de la mouvance très anti-israélienne -- Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS).

 

J Street a une longue histoire de soutien des intérêts du régime iranien plutôt que ceux des États-Unis et d'Israël. Le groupe de lobbying de gauche a également des liens financiers ainsi que d'autres avec l'iranien Conseil national américain (NIAC), un appui apparent du régime iranien. Les Dépôts financiers de J Street ont révélé que leurs bailleurs de fonds initiaux inclus NIAC membre du conseil Geneviève Lynch.

 

 

Rabbis for Human Rights (RHR) participe régulièrement à des manifestations anti-israéliennes et, avec d'autres groupes anti-Israël, a lancé un site Web avec de faux témoignages accusant Israël de violations des droits humains à Gaza. la Voix juive pour la paix(JVP) est présentée sur  la liste du "Top des 10 groupes anti-Israël en Amérique." de l'Anti-Defamation League (ADL) JVP promeut activement le mouvement anti-Israël BDS.

 

Dans certains cas, les signataires semblent travailler contre leurs propres intérêts dans leur empressement à soutenir l'accord. La Rabbi Linda Holtzman, qui a signé la déclaration, est connu comme une " rabbi lesbienne pionnière." L'Iran a un bilan épouvantable des Droits de l'Homme quand il arrive à l'homosexualité; il a brutalement exécuté des centaines de personnes innocentes en raison de leur orientation sexuelle. L'accord, des sanctions sur l'Iran, qui sera levé devrait permettre à des milliards de dollars de circuler dans le pays, permettant à l'Iran de poursuivre son oppression brutale des membres de la communauté LGBT, ainsi que d'autres minorités.

 

Le Rabbin Arthur Waskow, qui a également signé la déclaration, a déclaré que les personnes au sein du Conseil sur les relations américano-islamiques (CAIR) sont " des personnes de confiance que j'admire et respecte." CAIR est un co-conspirateur non inculpé dans le procès impliquant la Fondation Terre Sainte, qui a envoyé des fonds au Hamas. CAIR est également parmi les premiers groupes que l'ADL a souvent condamné pour ses activités anti-israéliennes.

 

Le président Klein de ZOA en outre a tenté d'éloigner la communauté juive américaine des six pour cent renégats en soulignant que la majorité des groupes juifs américains s'oppose à l'accord, en disant: " Presque chaque groupe juif et pro-israélien majeur s'oppose fermement à cette désastreuse affaire d'Iran. Ces grands groupes opposés à l'accord d'Iran incluent: l'American Israel Public Affairs Committee; l'Anti-Defamation League; l'Organisation sioniste d'Amérique; l'American Jewish Committee; l'American Jewish Congress; B'nai Brith; Chrétiens Unis pour Israël; l'Union orthodoxe; plus de 100 organisations qui sont membres de la Coalition StopIranRally.org; les Fédérations juives à travers le pays, notamment celles de Los Angeles, de Boston, de Miami, Houston, Phoenix, Chicago, New York, et beaucoup d'autres. "

Repost 0
mordeh'ai
20 août 2015 4 20 /08 /août /2015 21:07
Accord ou pas sur le nucléaire, l'Iran nous a déjà déclaré la guerre!

Il semble clair que, malgré l'échec de l'establishment politique américain à reconnaître que l'état de guerre existe déjà entre l'Iran et les Etats-Unis, la République islamique elle sait sans aucun doute contre qui elle est en guerre.

 

Par Lawrence A. Franklin
http://www.gatestoneinstitute.org/6354/iran-declared-war

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

L'Iran a été en guerre avec le «Grand Satan» (USA) depuis la création de la République islamique en 1979. Dès la création ce régime a saisi l'ambassade américaine et pris en otage des diplomates des États-Unis pendant 444 jours.. Techniquement, cette opération a été reconnu internationalement comme un casus belli,( cause légitime pour la guerre.)

 

En outre, le groupe  terroriste du Hezbollah, mandataire du régime iranien, a conçu d' assassiner 241 soldats américains, des marins et des marines au Liban le 23 Octobre, 1983. L'Iran a également parrainé le bombardement d'un camion qui a tué 19 membres de la Force aérienne des États-Unis dans le complexe résidentiel de Khobar Towers en Arabie Saoudite le 25 Juin, 1996, dans une attaque prétenduement exécutée par une cellule du Hezbollah basée à Bahreïn, avec la coopération d'un Saoudien formé par le Hezbollah. 

 

L'Iran était derrière les attaques du 11 septembre 2001 sur les tours du World Trade Center et du Pentagone.  Les services de renseignement de la République islamique ont facilité de voyage facilitée à travers l'Iran de plusieurs des pirates de l'air pendant des semaines les menant au 11/9/2001.

 

En outre, après les attaques du 11/9, l'Iran a accordé refuge, et reconstitué une base d'opérations pour plusieurs terroristes d'Al-Qaïda de haut niveau . 

 

Après le renversement de Saddam Hussein en Avril 2003, lorsque Téhéran a activé son réseau dormant de renseignement en Irak afin de cibler les troupes américaines, l'Iran a été responsable directement ou indirectement d'environ un tiers des pertes américaines en Irak. 

 

La République islamique a également fourni une assistance militaire aux talibans afghans pour tuer des troupes américaines et des troupes de la coalition en Afghanistan. 

 

Des bateaux appartenant au Corps des gardiens de la Révolution islamique d'Iran (CGR), à plusieurs reprises ont instigué des affrontements avec des navires de guerre américains dans les eaux du golfe Persique.

 

Les Canonnières du CGR ont également menacé la navigation commerciale, ainsi que des navires des États-Unis et de leurs alliés militaires, actifs dans les eaux du golfe Persique, y compris dans le détroit d'Ormuz. À la fin d'Avril 2015, l'Iran a saisi un navire battant pavillon des îles Marshall--Maersk Tigre, et a retenu le navire et son équipage pendant des semaines. En Juillet, plusieurs canonnières du CGR ont encerclé le Maersk Kensington battant pavillon américain.

 

La provocation iranienne la plus récente a eu lieu ce mois-ci, le 4 Août, quand une frégate de la marine iranienne de classe Vosper a dirigé une mitrailleuse de pont sur un hélicoptère américain qui venait de se poser sur un navire de guerre allié.

 

L'aide de Téhéran aux membres d'une tribu chiite Houthi au Yémen a permis à l'Iran d'étendre son contrôle territorial du pays. Si les Houthi devenait la force dominante au Yémen, l'Iran serait en mesure de menacer le transport maritime dans le détroit de Bab el Mandeb, un goulet maritime entre le golfe Persique et la mer Rouge. Un blocus là, ainsi que dans le détroit d'Ormuz de l'autre côté de la péninsule arabique, serait une violation flagrante de la liberté de navigation en haute mer, d'un intérêt international vital reconnu par les États-Unis

 

L'Iran a également pris son offensive contre les Etats-Unis dans  l'hémisphère  occidental. L'Iran a noué des relations de renseignement avec plusieurs pays d'Amérique latine qui ne disposent pas de relations diplomatiques amicales avec les Etats-Unis, tels que Cuba, le Venezuela, l'Équateur, le Nicaragua et la Bolivie.

 

Le Hezbollah,  groupe terroriste mandataire de l'Iran, a également infiltré des parties des États-Unis, par des cellules dormantes à Dearborn dans le Michigan; Charlotte en Caroline du Nord; et plusieurs autres endroits. 

 

Sur un plan politique stratégique, l'Iran croit probablement qu'il a été en mesure de creuser un fossé entre les Etats-Unis et son allié, le " Petit Satan," Israël, grâce aux efforts déployés par l'administration Obama pour forger un traité nucléaire négocié avec l'Iran.

 

Cette stratégie a également été appliqué à des alliances politiques et militaires de l'Amérique avec les gouvernements arabes sunnites conservateurs de la péninsule arabique. 

 

Le CGR continue également de gérer plusieurs projets de développement d'armes, y compris les missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) des systèmes capables de lancer l'arme nucléaire sur la zone continentale des États-Unis.

 

Il semble clair que, malgré l'échec de l'establishment politique américain à reconnaître que l'état de guerre existe déjà entre l'Iran et les Etats-Unis, la République islamique sait sans aucun doute avec qui elle est en guerre.

 

La diminution de l'influence américaine dans la région, la destruction de "l'entité sioniste" (Israël), et contester la légitimité des monarchies arabes sunnites du Golfe semblent être les principales forces motrices de la conduite de la politique étrangère de l'Iran.

 

Les durs du régime utilisent leur hostilité du «Grand Satan» (Amérique) pour démontrer leur loyauté à la révolution islamique.

 

Les décideurs américains qui espèrent que l'accord nucléaire donnera un coup de pouce à l'état islamique révolutionnaire à devenir un membre normal de la communauté internationale semblent oublier le passé. Les décideurs politiques, les journalistes et analystes du renseignement avaient tous prédit que l'ère de l'ancien président iranien Mohammad Khatami était un signe certain de l'évolution de la révolution. Khatami a été remplacé par le président encore plus extrémiste, Mahmoud Ahmadinejad.

Repost 0
mordeh'ai
20 août 2015 4 20 /08 /août /2015 08:16

Y aura-t-il suffisament d'élus Démocrates qui mettront les intérêts du pays au dessus de ceux du parti et défieront Obama?

Par Joseph Klein

http://www.frontpagemag.com/fpm/259854/iran-already-violating-nuke-deal-joseph-klein

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Alors que le vote du Congrès sur le désastreux accord nucléaire du président Barack Obama avec l'Iran se rapproche, le régime iranien semble faire tout ce qu'il peut pour montrer qu'il a la haute main sur la suite de l'accord qu'il a négocié avec les États-Unis et de ses cinq partenaires. Il est soit malhonnête et interprète à tord certains termes de l'accord pour justifier sa mauvaise conduite ou il défie tout simplement les termes de l'accord. Le président Obama et le Secrétaire d'État John Kerry ne relèvent pas. Au lieu de cela, ils font pression pour éviter un vote du Congrès contre l'épreuve du veto et de la désapprobation.

 

Par exemple, l'Iran a l'intention de signer un contrat pour quatre missiles russes S-300 surface-air dès la semaine prochaine, à la suite d'une visite à Moscou de, Qassem Soleimani, commandant iranien, de la Force Qods, en violation d'une interdiction internationale de quitter le territoire.

 

Il y a eu des plaintes d'opposition de l'administration Obama, mais aucune déclaration énergique que ces activités du régime iranien mettrait en péril l'accord du départ.

 

Les dirigeants iraniens ont également déclaré que leurs livraisons d'armes aux alliés dans la région, tel que leur mandataire terroriste Hezbollah, se poursuivra malgré l'embargo sur les armes du Conseil de sécurité des Nations Unies toujours en vigueur pour les cinq prochaines années.

 

La réponse de l'administration Obama est stupéfiante. Selon Kerry, " L'embargo sur les armes n'est pas lié à un retour de sanctions. Il est lié à un ensemble distinct d'obligations. Donc, ils ne sont pas en violation patente de l'accord nucléaire pour violation de la pièce concernant les armes ".

 

Voilà de l'encouragement nécessaire au régime iranien pour faire monter la barre. Selon Debkafile, "le commandant général Qassem Soleimani, d'Al Qods  agissant sur les ordres du guide suprême l'ayatollah Ali Khamenei, cette semaine a mis en place une nouvelle commande iranienne pour combattre Israël. Ce "Commandement de l'Est"  nouvellement nommé " commencerait à distribuer des armes, y compris des missiles, à tout groupe prêt à les recevoir en Cisjordanie palestinienne. "  C'est le même Soleimani avec du sang américain sur les mains qui a récemment a visité Moscou en violation de l'interdiction internationale, actuelle de sortie du territoire mais est-ce que l'Iran finira par avoir des sanctions et des gels de levées de sanctions contre lui dans le cadre de l'accord sur le nucléaire.

 

En attendant, pour rendre les choses encore pire, l'Associated Press rapporte que "l'Iran sera autorisé à utiliser ses propres inspecteurs pour enquêter sur un site, il avait été accusé de les utiliser pour développer des armes nucléaires, opérant sous un accord secret avec l'agence des Nations Unies qui, normalement, effectue un tel travail." En d'autres termes, l'équipe d'inspection internationale de l'ONU que le président Obama a souligné que la vérification chef sauvegarde va maintenant céder la place au moins en partie aux inspecteurs iraniens enquête de leur propre travail présumé de développement d'armement nucléaire à un site militaire déclarée hors limites par l'Iran aux inspecteurs internationaux. La Maison Blanche est restée "confiant" dans la viabilité du régime d'inspection, malgré le jeu de la confiance que le régime iranien a joué avec l'ONU pour permettre l'Iran à l'auto-inspection.

 

Néanmoins, les démocrates du Sénat et de la Chambre des représentants se bousculent pour soutenir accord nucléaire désastreux du président Obama avec l'Iran. Ils sont volontairement ignorant des preuves claires que l'Iran, d'après accord, poursuit son motif de tricherie et continue de violer les sanctions et les embargos internationaux toujours en place. Comme des moutons de Panurge sautant par-dessus la falaise, ces Démocrates sont prêts à ouvrir la route au régime iranien en vue de devenir un état au seuil de l'arme nucléaire dans un peu plus d'une décennie, par fidélité partisane et aveugle à Obama.

 

À ce jour, l'administration Obama a le soutien déclaré de 23 Démocrates et nominalement de sénateurs «indépendants» dont elle aura besoin pour maintenir un droit de veto prévu par le président Obama sur toute résolution de désaveu de l'accord adopté par le Congrès. Ce décompte est selon je chef de file du Sénat de la Colline compilé depuis le 18 Août. L'administration a besoin d'au moins 34 sénateurs du côté d'Obama afin de maintenir un droit de veto. Six sénateurs Démocrates sont censés pencher pour un vote favorable, y compris le sénateur Richard Blumenthal (Conn.). Quinze Démocrates du Sénat sont encore indécis.

 

Jusqu'à présent, seuls deux sénateurs Démocrates ont montré le courage de servir l'intérêt public, plutôt que de petits intérêts partisans. Le sénateur Robert Menendez (D-NJ) est devenu le deuxième sénateur Démocrate à annoncer sa volonté de voter contre le président de son propre parti en opposition à l'accord nucléaire avec l'Iran. Le sénateur Chuck Schumer avait annoncé son opposition le 6 Août.

 

Sur le côté de la Chambre, selon la liste Whip The Hill que du 19 Août, 55 représentants Démocrates ont indiqué qu'ils ont l'intention de voter en faveur de la transaction. Plus quatorze autres Démocrates penchent en faveur. Jusqu'ici douze ont déclaré leur opposition à l'accord  et 57 sont répertoriés comme indécis. Obama l'emportera pour un vote du maintient de son droit de veto prévu  pour une résolution de désapprobation qui passe aux deux chambres du Congrès, si il ne perd pas plus de 43 Démocrates de la Chambre (en supposant que les Républicains à la Chambre votent tous pour passer outre le veto).

 

Parlant à l'école de la diplomatie et des relations internationales de l'Université de Seton Hall le 18 Août quand il a annoncé son opposition à l'accord nucléaire avec l'Iran, le sénateur Menendez a fourni une explication très détaillée de sa décision. Il a qualifié la faille fondamentale dans l'accord de cette façon: " L'accord qui a été atteint a échoué à atteindre la seule chose qu'il a entrepris de réaliser - il n'a pas réussi à empêcher l'Iran de devenir un État nucléaire à un moment de son choix. En fait, il autorise et soutient la feuille de route dont l'Iran aura besoin pour arriver à son objectif ".

 

Le sénateur Menendez opposé à l'échange d'allégement des sanctions permanent pour l'Iran en échange de " seulement temporaires - provisoires - des limitations de son programme nucléaire -. Pas de réduction, pas de démantèlement, mais des limitations temporaires " Le sénateur a ajouté - « l'accord, est basé sur «l'espoir». L'espoir fait partie de la nature humaine, mais malheureusement ce n'est pas une stratégie de sécurité nationale ».

 

Le sénateur Menendez a également frappé à grands coups la tentative du président Obama pour lier les adversaires de son accord aux partisans de la guerre de 2003 en Irak. " Contrairement à la caractérisation du président Obama ce sont ceux qui ont soulevé de sérieuses questions au sujet de l'accord, ou qui se sont opposés", a dit le sénateur, " je n'ai pas voter pour la guerre en Irak, je m'y suis opposé, contrairement au vice-président et au secrétaire de État, qui l'ont tous deux soutenu  ".

 

Le sénateur du New Jersey a rappelé à son auditoire que le but des négociations du point de vue des États-Unis avait été « de démanteler tout - ou des parties importantes de l'infrastructure - nucléaire illicite de l'Iran et de veiller à ce qu'il ne puisse pas avoir la capacité d'accèder aux armes nucléaires à tout moment. Non pas réduire son infrastructure. Non pas la limiter. Mais  démanteler entièrement la capacité d'armement nucléaire de l'Iran ».

 

Le sénateur Menendez a catalogué les exemples des assurances du début données par l'administration Obama et des lignes rouges qui ont été plus tard effacées. Par exemple, le Secrétaire d'État John Kerry avait déclaré dans les premiers jours l'engagement avec l'Iran que  le réacteur à plutonium de l'Iran, Arak, serait démantelé. Cela ne sera pas le cas dans l'accord arrêté et signé par Obama et Kerry . L'usine d'enrichissement souterrainne de Fordow devait être fermée. Cela aussi faisait pas partie de l'accord final. Les Iraniens, a dit, le sénateur Menendez étaient censés « jouer franc jeu au sujet de leurs activités d'armement à Parchin [leur d'installation militaire] et de convenir et de promettre des inspections à tout moment n'importe où.» Cela aussi, selon les mots du sénateur Menendez, " est tombé à l'eau." Maintenant, nous avons appris que les Iraniens pourront faire les inspections eux-mêmes.

 

En outre, même pas une centrifugeuse existante ne sera détruite. Certaines seront juste déconnectées. Des milliers resteront en fonctionnement. La recherche et le développement sur les centrifugeuses seront autorisés à continuer, même pendant les dix premières années de l'entente.

 

" Bien que je dois beaucoup de préoccupations particulières au sujet de cet accord, mon souci primordial est qu'il ne nécessite pas le démontage de l'infrastructure nucléaire de l'Iran et seulement la mise dans la naphtaline de cette infrastructure pendant 10 ans ", a expliqué le sénateur Menendez. " Nous leverons les sanctions, et - à la huitième année - l'Iran pourra réellement commencer la fabrication et les essais de pointe IR-6 et IR-8 les centrifugeuses qui enrichissent jusqu'à 15 fois la vitesse de ses modèles actuels. À 15 ans, l'Iran peut commencer à enrichir de l'uranium au-delà de 3,67 pour cent - le niveau auquel nous devons nous préoccuper de la matière fissile pour une bombe. À 15 ans, l'Iran ne sera plus limité sur son stock d'uranium ".

 

Selon l'accord, l'Iran aura des sanctions importantes que lors de la première année, alors que ses obligations s'étirent sur une décennie ou plus. Et il y a une concession majeure dans la transaction qui a obtenu très peu d'attention à ce jour. Les négociateurs de l'Iran ont sur-manoeuvré l'équipe du Secrétaire d'Etat Kerry à concéder de retirer le droit d'imposer à nouveau ou d'étendre les sanctions américaines au-delà de leur date de péremption. Le sénateur Menendez a noté que " nous devrons éviter de réintroduire ou de rétablir la Loi sur les sanctions contre l'Iran - c'est moi qui en suis l'auteur - elle expire l'année prochaine - ce qui a agi de manière significative à amener l'Iran à la table des négociations en premier lieu." L'Iran a accepté seulement d'appliquer provisoirement le Protocole additionnel au Traité de non-prolifération des armes nucléaires qui est censé assurer un accès aux sites suspects dans un pays, et seulement d'adopter formellement lorsque le Congrès a aboli toutes les sanctions.

 

Le Sénateur Menendez, comme le Sénateur Schumer, écarte le soit disant choix entre l'accord d'Obama et la guerre, qui Obama et ses partisans offrent comme unediversion. " Si il y a une peur de la guerre dans la région ", a déclaré le sénateur Menendez, " Elle est alimentée par l'Iran et ses mandataires et exacerbée par un accord qui permet à l'Iran de posséder un programme nucléaire de taille industrielle, et assez d'argent par l'allégement des sanctions pourcontinuer à financer ses intentions hégémoniques dans la région ".

 

Le Sénateur a proposé d'offrir à l'Iran des incitations limitées de retourner à la table de négociation, et a décrit certains paramètres que l'administration Obama devrait suivre dans la recherche de meilleures conditions. Ceux-ci comprennent " la ratification immédiate par l'Iran du protocole additionnel de nous assurer que nous avons un arrangement international permanent avec l'Iran pour l'accès aux sites suspects," la fermeture de l'usine d'enrichissement de Fordow, afin de résoudre les «dimensions militaires possibles» du programme de l'Iran " avant qu'il puisse être question de tout allégement permanent des sanctions, interdisant les centrifugeuse R & D pour la durée de l'accord, et se prolongeant jusqu'au moins 20 ans de la durée de l'accord.

 

Le sénateur Menendez veut aussi étendre l'autorisation de la loi sur les Sanctions Act de l'Iran -au-delà de son expiration en 2016 " pour nous assurer que nous avons une option efficace de relance." Et il veut une déclaration claire de la politique des États-Unis par le président et le Congrès que " nous allons utiliser tous les moyens nécessaires pour empêcher l'Iran de produire assez d'uranium enrichi pour une bombe nucléaire, ainsi que l'achat, à la fois pendant et après l'accord. "

 

Malheureusement, la procédure de la participation du Congrès à l'accord sur le nucléaire a pris à contre-pied et transformé le processus de ratification du traité de la Constitution. Au lieu d'exiger un vote des deux tiers du Sénat afin de ratifier l'accord nucléaire si il avait été considéré comme un traité, le président Obama va obtenir son chemin sauf si les deux chambres du Congrès remplacent son veto d'une résolution de désapprobation par un vote des deux tiers. Le leader de la majorité Républicaine du Sénat Mitch McConnell a dit que les adversaires de l'accord nucléaire vont probablement perdre dans l'élection pour commuter le droit de veto d'Obama. Pourquoi la majorité Républicaine au Sénat a-t-elle accepté un tel piège législatif c'est au-delà de la compréhension.

 

Quel que soit le résultat final, à tout le moins les dirigeants de la Chambre et du Sénat doivent insister pour qu'une résolution de désapprobation soit votée sur le fond. Chaque représentant et sénateur devrait être tenu d'aller sur le dossier dans un vote par appel nominal, en indiquant son vote par un oui ou un non. Cela signifie que les Démocrates du Sénat ne devraient pas être autorisés à se cacher derrière une obstruction parlementaire pour éviter un vote en place. Si les 60 votes nécessaires pour surmonter une obstruction et permettre à une majorité au Sénat d'adopter ou de rejeter une résolution de désapprobation n'est pas réalisable, la majorité au Sénat McConnell doit se lever et prendre une page de la stratégie du leader de l'ancienne majorité Démocrate au Sénat, Harry Reid, et le sénateur McConnell devrait déployer la prétendu " option nucléaire." Cela signifierait l'élimination de l'obstruction systématique qui pourrait autrement être utilisée par les Démocrates de bloquer un vote sur ce qui est susceptible d'être un accord unique de vie et de mort comme conséquences pour la sécurité nationale.

 

Si les sénateurs Démocrates soutenant l'accord du président Obama estiment qu'il est la seule alternative réaliste à la guerre, alors ils devraient avoir le courage de mettre leurs noms sur le dossier à l'appui de la transaction.Si ils essaient de cacher leur responsabilité législative à leurs électeurs et à la nation, puis le Sénateur McConnell doit agir promptement pour faire tomber leur obstruction parlementaire. Si le sénateur McConnell ne bouge pas agressivement dans cette direction et, si nécessaire, montrant de la couardise que les Démocrates exploiteront l'obstruction.

Repost 0
mordeh'ai