Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

12 octobre 2015 1 12 /10 /octobre /2015 16:57

Les revendications qui disent que donner aux Palestiniens de l'espoir mettra fin à la violence sont délirantes. Chaque fois que l'on a parlé de paix, ce qu'Israël a reçu en réponse c'est plus de terreur.

 

Par Ben-Dror Yemini

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4709343,00.html

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Il y a une école de pensée délirante qui prétend que si nous voulions accorder aux Palestiniens un horizon politique et un peu d'espoir, nous n'en serions pas à avoir cette violence, ce soulèvement et, peut-être, nous ne serions pas en passe d'avoir une autre Intifada.

 

La vague la plus douloureuse de terreur a eu lieu pendant les années 1990. Ce furent les années d'Oslo. Des années d'espoir. Il y avait un horizon politique, il y avait un gouvernement de lutte pour la paix. Il semblait qu'une solution était à portée de main. Est-ce que cela a apporté le calme?

 

Comme si. Nous avons eu un terrorisme non-stop. Et c'est toujours en cours. Une vague de terreur encore plus grande a commencé avec la deuxième Intifada. C'est arrivé précisément au moment où Israël a accepté pour la première fois non seulement un Etat palestinien, mais aussi la division de Jérusalem. Mais au lieu de la paix, nous avons eu un festival de sang.

 

Alors s'il vous plaît, arrêtez avec cette croyance délirante que " si nous voulions juste leur donner de l'espoir il n'y aurait pas une intifada."

 

Parce que pas un des jeunes violents qui jettent des pierres, des émeutiers, qui se font exploser, qui commettent des assassinats ne le font pas pour relancer le processus politique de paix. Ils ne sont pas membres d'une branche palestinienne de la 'Paix Maintenant'. Ils n'ont aucun intérêt à tout processus ou de paix ou d'agencement de deux Etats pour deux peuples.

 

Ils appartiennent à un camp qui ne veut pas d'une fin de l'occupation, mais plutôt mettre un terme à l'Etat d'Israël. Le moment où il leur semble que la paix est à portée de main, que quelque chose est en cours, ils appuient sur la pédale afin de détruire tout progrès vers la paix. Ceci est exactement ce qu'ils ont fait dans les années '90 et c'est exactement ce qu'ils ont fait au cours de l'année la plus prometteuse de toutes pour la paix: l'année 2000, lorsque le gouvernement de Barak, Ben-Ami, Beilin et Sarid a géré Israël.

 

Afficher l'image d'origine

Des manifestants palestiniens qui lancent des pierres 

 

La violence résulte de l'incitation, du nationalisme extrême, de la volonté de détruire Israël.

 

La vague de violence, au moins dans les premières phases n'est qu'une affaire de minorité. Il ne faut que quelques centaines ou milliers pas de millions de participants. Les agitateurs centraux ont besoin d'Israël afin de recruter des dizaines de milliers d'autres pour stimuler l'insurrection. Il n'y a rien comme des slogans ou des actions «lourdes»  telles que des «punitions collectives» pour servir les intérêts de Raed Salah et du Hamas. C'est précisément ainsi qu'ils obtiennent l'adhésion de milliers et de milliers d'autres qui rejoignent le cycle de la violence.

 

Les 'colons', comme toujours, demandent de plus en plus " de constructions en Judée et Samarie," dans le cadre d'une "réponse sioniste appropriée."

 

Est-ce que cela va calmer les choses? Sont-ils sérieux? Le mélange de populations hostiles n'a jamais apaisé les esprits. Mais ceci est exactement ce que la Droite idéologique veut. Pas un Etat juif, mais plutôt un gros état dans lequel les gens de Droite vivraient à Silwan, dans le quartier musulman de Jérusalem, dans des avant-postes au coeur de zones occupées par des villages arabes.

 

Et si, aujourd'hui, seulement 3% participent activement aux actions violentes, des gens d'extrême-droite sont déjà à la recherche de la manière dont ils peuvent transformer ces 3% en 30%. Ils ne s'arrêteront que lorsque notre situation virera à celle de la Syrie.

 

Des condamnations comme celles-ci peuvent parfois, il faut le reconnaître, être tout simplement de pure forme. Un affichage de l'hypocrisie ambiante.

 

Mais cette hypocrisie peut être une valeur importante. Parce que cette hypocrisie inclut la honte. En effet, nous pouvons tous tenir parfois des opinions

préconçues. Même parfois des vues racistes.Les gens civilisés sont censés être conscients que ces opinions sont inacceptables. Ils ne sont pas fiers d'eux. Ils ont honte. *Ayman Odeh a perdu son sens de la honte. Ce n'est pas un hypocrite, mais il n'est pas non plus courtois.

 

Le dirigeant de la Liste arabe unie a affirmé ne pas vouloir intervenir dans la lutte des Palestiniens

Repost 0
mordeh'ai
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 19:26

Jamais autant de cercles éclairés au monde n'ont nié la légitimité de notre existence nationale avec autant d'animosité.

Par Moshe Feiglin

http://www.israelnationalnews.com/Articles/Article.aspx/17682#.Vhn0e_ntmkq

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

 

Le 30 Septembre 2015, le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a prononcé un discours à l'Assemblée générale des Nations Unies dans lequel il a exposé les mesures unilatérales qu'il comptait prendre pour atteindre la souveraineté palestinienne dans les territoires et à Jérusalem-Est, si il ne parvenait pas à un accord de paix avec Israël.

Le discours d'Abbas a révélé sa position fondamentale, qui comprend le soutien sans équivoque à la terreur, une attitude raciste envers le peuple juif, une haine enracinée pour Israël, et une volonté de le détruire. Voici les principaux points de son discours.

Maintenant que la fête de Souccot est terminée, nous sommes de retour pour traiter avec la tempête de l'extérieur. Et elle est orageuse.

La semaine dernière, la marionnette de Poutine, le "Parlement" russe - a autorisé le déploiement de troupes russes en dehors des frontières de la Russie, " strictement pour préserver les intérêts vitaux de la Russie et pas mettre en œuvre une politique étrangère". Ou comme il voudrait nous faire croire, la Russie agit pour de la légitime défense et non pour une politique expansionniste. Cependant, l'action militaire de la Russie en Syrie, a tout à voir avec de l'expansionnisme.

Ceci était tout à fait attendu. Il n'y a pas de vide en réalité géopolitique. Le Moyen-Orient ne peut pas être vidé de son ordre ancien sans dessiner des forces différentes. Lorsque la France envoie des bombardiers pour aider les réfugiés en Syrie, ses actions ne proviennent pas d'une miséricorde infinie. La France(comme tous les autres pays impliqués) tout simplement profite de la demande humanitaire afin de dire au monde: " Je ne suis pas juste là pour faire de la figuration; je le dois à ma puissance militaire, dont je me sers (pour des raisons humanitaires, bien sûr). Lorsque la tarte sera découpée une fois de plus, assurez-vous de me prendre en compte ...

Il y a, bien sûr, aujourd'hui les Etats isolationnistes. Tout d'abord et parmi eux se trouvent aujoud'hui les États-Unis, qui possèdent la plus grande armée du monde. Mais l'histoire nous enseigne que l'idéologie isolationniste ne conjure pas un tsunami historique. Lors de la Pré-Première Guerre mondiale Wilson n'était pas moins isolationniste que Barack Obama. Ce ne fut pas Roosevelt qui déclara la guerre à Hitler, mais tout le contraire. Dans les deux cas, les États-Unis ont été aspiré dans la guerre. En fin de compte, nous trouverons également des amateurs de guerres chez les isolationnistes virevoltant dans le tourbillon du Moyen-Orient. Non seulement la Russie, la Chine et l'Europe, mais les États-Unis également (et qui sait qui d'autre?) .

Par opposition à Poutine et les pays non-isolationnistes qui sont déjà impliqués dans la guerre en Syrie - Israël ne possède vraiment aucun intérêt existentiel dans ce qui se passe littéralement sur sa frontière. A première vue, nous aurions dû être le premier pays impliqué en Syrie. Avant tout, pour nous défendre, et empêcher ainsi le massacre d'innocents. Israël, n'a cependant, pas vraiment de visées expansionnistes.

Face à l'effondrement des souverainetés arabes, et de leurs armées, face au chaos et aux horreurs qui avaient besoin de l'intervention des forces civilisées - littéralement au milieu du désordre - c'est un pays progressiste éclairé - économiquement sain et offrant la plus forte armée du Moyen-Orient (au moins sur le papier). Pourquoi alors, la France peut-elle bombarder la Syrie et personne ne 'la ramène', tandis que nous ne pouvons même pas considérer une intervention israélienne sur notre propre frontière? Pourquoi, par exemple, on n'a pas proposé la création d'un refuge pour les réfugiés à l'intérieur de la Syrie sous la protection des forces de l'armée de l'air et de l'artillerie d'Israël? Pourquoi les forces d'élite israéliennes ne peuvent-elles pas prendre le contrôle des jonctions stratégiques en Syrie et empêcher ainsi les livraisons d'armes à ISIS, au Hezbollah ou aux autres «odieux»? (Vous savez, les forces qui tirent sur ​​nous de temps en temps.) En bref, pourquoi même les gens de droite les plus extrêmes en Israël n'ont-ils pas pensé à faire ce que font les autres pays et essayer de profiter de la réalité du changement stratégique pour améliorer la position d'Israël?

La réponse, est bien sûr, que la dernière chose que nous voulons c'est mettre en danger nos soldats dans une guerre qui n'est pas la nôtre. Et c'est une réelle considération. Mais la semaine dernière, lorsque l'armée israélienne a répondu à un autre « projectile-errant » qui a atterri en territoire israélien, Poutine a envoyé une réprimande sévère et essentiellement a commencé à cimenter la conscience du nouveau Moyen-Orient. " Maintenant, vous traitez avec moi! " A déclaré M. Poutine. Un panel de politiciens israéliens, le Premier Ministre et le Ministre de la Défense jusqu'à des ministres mineurs se précipitèrent pour rendre clair qu'Israël réagirait sans prendre en compte Poutine. Leur réaction était plus un miroitement de l'agitation de l'appareil de défense d'Israël, que toute capacité à faire face à la nouvelle réalité.

Nous allons avoir maintenant une gamme entière d'états sur notre frontière, un éventail complet de «missiles errants» qui s'intensifiera - sans une adresse de retour mais plutôt avec beaucoup d'adresses qui vont nous adresser les mêmes messages que Poutine vient d'envoyer. Alors, mettons-nous en danger nos soldats, lorsque nous prenons la responsabilité de créer une sphère d'influence ou maintenant, lorsque nous laissons un vide qui va attirer tous les «amateurs Israël» à nos frontières?

Malgré la réponse claire, la question est purement théorique. Israël n'est pas émotionnellement ou mentalement construit pour toute initiative stratégique qui n'est pas directement et immédiatement de nature défensive - même si c'est l'initiative la plus logique, éthique et évidente de tous points de vue possible.

Nous sommes un Etat qui fuit son identité, un état ​​qui fuit son propre message au monde. 

Israël n'est ni la France, ni la Turquie ni la Russie.Nous ne sommes pas un État qui a déjà consolidé son identité. Nous sommes un Etat qui fuit son identité, un état ​​qui fuit son propre message au monde.

La fuite de notre identité nous a conduit à un état ​​mental dans lequel nous nous excusons constamment pour notre existence nationale sur cette étendue. Depuis, nous avons reconnu la propriété d'un autre «nation» sur notre Terre et son cœur vibrant- Jérusalem - notre inconscient collectif a adopté la mentalité d'hôtes dans notre propre pays. Comme si nous sommes juste ici temporairement. Le fondement de l'existence sur cette terre appartient à ceux qui portent une solide identité; en d'autres termes, aux Arabes, aux «hommes sauvages et dignes» qui ont grandi ici, dans le désert. Nous n'avons pas d'identité et donc pas d'histoire. Nous sommes les colonialistes, les nouveaux croisés.

Et donc, nous vivons ici sur du temps emprunté et que nous devons constamment payer pour maintenir le péché de l'occupation d'Ashdod et de Haïfa - de Jérusalem et de Hébron.

Jamais autant de cercles toujours plus larges dans le monde éclairé n'ont nié la légitimité de notre existence nationale avec autant d'animosité. La seule revendication que nous parvenons à mobiliser contre eux c'est la revendication de sécurité. En d'autres termes, la légitime défense. Le musée de l'Holocauste, Yad Vashem, est devenu notre saint temple. Nous avons articulé toute la justification de notre existence lui. Mais après 70 ans, cela ne fonctionne plus. Les petits-enfants en Allemagne ne se sentent pas coupables. Pour eux, nous sommes les nouveaux nazis.

La mentalité défensive à laquelle la perte de notre identité nous a conduit ne peut pas comprendre l'initiation de mesures stratégiques au-delà des frontières d'Israël. Non seulement cela ne permet même pas que nous défendions nos frontières intérieures - en particulier le cœur de notre capitale.

Alors, prenez une longue respiration profonde. Maintenant que les vacances sont terminées, nous aurons besoin de beaucoup d'oxygène pour faire face aux défis qui nous attendent juste au coin de la rue.

Repost 0
mordeh'ai
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 16:43

Breaking News

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

Un attaquant tué à la porte de Damas de la vieille ville dans la deuxième attaque au couteau de la journée au même endroit; 1 dans un état grave, 2 modérément blessés.

Par Roy Yanovsky

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4709114,00.html

 

Tweet

Un soldat agé de 20-ans, de la police d'élite était a été blessé gravement et deux autres (28, 30) ont été légèrement blessés après une attaque au couteau à la Porte de Damas dans la Vieille Ville de Jérusalem, dans le deuxième incident à l'entrée de la vieille ville samedi.

 

La police a déclaré que l'homme grièvement blessé a été apparemment touché par des tirs amis alors que les forces de sécurité ont tiré sur l'agresseur.

L'attaquant a été tué sur les lieux et les policiers blessés ont été évacués pour un traitement médical à Shaare Tzedek Medical Center et Hadassah Medical Center.

Des troubles publics ont éclaté à proximité du site de de l'attaque peu après.

 

 

Security forces at the scene of the attack.

Les forces de sécurité sur les lieux de l'attaque.

 

La première attaque à la Porte de Damas samedi matin a légèrement blessé deux Israéliens, un de 62-ans et un de 65 ans.

 

L'attaquant Palestinien âgé de 16 ans, a été abattu par la police sur la scène du méfait.

 

The moment of the attack. (Photo: Tzipi Malkov)

                         Le moment de l'attaque. (Photo: Tzipi Malkov)

Les ambulanciers paramédicaux du Magen David Adom ont traité le blessé sur les lieux et ont transporté l'homme de 62 ans au Shaare Tzedek Medical Center.

 

Des affrontements ont éclaté sur les lieux peu après l'attaque avec des Palestiniens lançant des pierres sur les forces de police qui ont répondu par des mesures de contrôle des foules, y compris des grenades assourdissantes.

Repost 0
mordeh'ai
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 16:03

Par Dror Eydar

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=13937

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Ne faisons pas la moindre erreur à ce sujet: Les actions des membres arabes de la Knesset la semaine passée n'étaient pas de la liberté d'expression, c'étaient de la pyromanie, ajoutant de l'huile sur le feu qui a englouti la rue arabe. Par conséquent les perdants de cette lutte violente seront, une fois encore, les Arabes. Leur économie va en souffrir, leurs relations d'affaires vont souffrir, et il faudra plus de temps pour leur intégration dans la société israélienne. Il se pourrait que ce soit cela que les apprentis pyromanes comme les députés Ahmad Tibi et Jamal Zahalka - cherchent non pas communier avec Dieu sur le Mont du Temple, mais à enfler le mensonge que "Al-Aqsa est en danger" que le Mouvement islamique , l'Autorité palestinienne, le Hamas, et le reste des ennemis d'Israël répandent - et veulent arriver à faire croire. Le résultat sera de plus en plus de victimes, principalement des Arabes.

 

Mais il est important pour Tibi, le chouchou des médias israéliens, de démontrer qu'il possède cet endroit et que les Juifs sont les «envahisseurs», comme il dit. Au contraire: Le Dôme du Rocher a été construit sur le site du Temple juif, et pour cette seule raison, parce que l'Islam a voulu remplacer les Juifs en tant que peuple élu. Quinze cents ans avant l'avènement de l'Islam, quand les ancêtres de Tibi étaient des païens qui enterraient leurs filles vivantes, le Temple juif se tenait sur le sommet de la colline et de là est venu l'Évangile pour le christianisme et, plus tard, l'Islam. Après que les musulmans ont conquis la terre d'Israël au septième siècle de notre ère, ils se sont appropriés notre histoire et notre théologie et ont décrété que nous avions été éradiqué pas plus. Surprise: Nous sommes toujours là. Alors, qui est l'envahisseur, M.Tiibi?

 

Pourtant, après Jérusalem a été libérée de l'occupant jordanienne lors de la guerre des Six Jours, Israël a fait quelque chose que certains décrivent comme une tragédie éternelle: placer (en effet abandonner) le lieu le plus saint pour le peuple juif sous le contrôle d'une autre religion pour qui il n'est seulement que le troisième plus important lieu saint, en fonction de la période historique. La situation a été dévolue aux Juifs: Les musulmans ont élargi la zone de prière sur le Mont du Temple, détruit les antiquités, et construit plus de mosquées (les différents gouvernements israéliens ayant fermé les yeux embarrassés qu'ils étaient!). Alors, où obtiennent-ils l'audace de mentir sur un changement au statu quo? Combien de personnes vont payer de leur vie pour ce tas de mensonges?

 

Tibi et la faction d'instigateurs refusent de reconnaître le vrai propriétaire du Mont du Temple: D.ieu. Même les gens qui ne sont pas religieux comprennent que la valeur du Mont du Temple réside dans sa sainteté, c'est pourquoi c'est une question volatile. Nous voyons tous l'instigateur en chef, le Cheikh Raad Salah du Mouvement islamique, un antisémite connu et un menteur flagrant, et ne pouvons pas comprendre pourquoi il est encore libre. Jeudi, Salah a déclaré que " Al-Aqsa est au-dessus de la souveraineté de l'institution israélienne." Comme il le voit, l'Islam est au-dessus de la souveraineté israélienne, alors toutes les méthodes d'attiser les flammes sont légitimes. Pourquoi le Mouvement islamique en Israël est-il encore légal? Qu'est-ce qui le différencie du Hamas et de l'Etat islamique?

 

Et les députés arabes «laïques»? Le journaliste Razi Barkai a posé la question à Ayman Odeh, tête de la "liste arabe commune" quelles étaient ses lignes rouges." Ouda a répondu: " Je ne tire pas de lignes rouges pour le peuple arabe palestinien."

 

À la lumière de cette situation honteuse, les réponses pavloviennes des Députés de Gauche sont plus amusantes que porteuses d'un motif de désespoir: « La solution est un arrangement diplomatique », « Nous avons besoin de dégager les Palestiniens », et « chercher à mettre fin au conflit.» De vrais Génies.

 

Repost 0
mordeh'ai
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 07:53

Par Tsvi Sadan

http://www.israeltoday.co.il/NewsItem/tabid/178/nid/27505/Default.aspx

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Afficher l'image d'origine

 

Après son message sur Facebook, Hanin Majadli de Jaffa a donné une interview sur Channel 2 de la TV d'Israël. Majadli, qui a participé dans sa ville natale, à ce qu'elle a appelé une " manifestation de solidarité avec les derniers événements à Jérusalem et en Cisjordanie," a expliqué qu'on " les nomment Arabes israéliens ou Palestiniens, ils font partie des mêmes personnes vivant à Jérusalem et en Cisjordanie. Les deux partagent la même religion et la même nationalité ".

 

La démonstration à Jaffa a impliqué des drapeaux palestiniens, le blocage des routes en jetant des pierres et blessé trois policiers. Légalement, on doit rappeler, que Jaffa fait partie de Tel Aviv, officiellement de la Municipalité de Tel-Aviv .

 

Jaffa nétait pas une démonstration d'un cas isolé. La même chose est arrivée à Lod, Nazareth et Um El Fahm, tandis que des bombes incendiaires ont été lancé sur des automobilistes israéliens sur la route 6, l'autoroute Trans-Israël.

 

Ces actes de violence, de la solidarité avec les Palestiniens sont une indication claire de la loyauté des Arabes israéliens.

 

Les responsables israéliens tentent de minimiser ces actes d'insurrection en prétendant que les émeutiers sont une minorité parmi les Arabes locaux. Bien qu'il puisse être vrai que la majorité des Arabes israéliens préfèrent la co-existence, il est également vrai que c'est la minorité militante qui importe.

 

Cette minorité militante ne représente pas une frange, mais comprend en fait des dirigeants israéliens arabes, qui, presque sans exception partagent le même ordre du jour palestinien  exacte qui n'envisage pas une solution à deux Etats, mais l'éradication de l'Etat juif.

 

Ahmed Tibi membre Arabe de la Knesset de la Liste arabe unie a démontré à maintes reprises sa solidarité avec ses compatriotes palestiniens, et comme eux il voit les terroristes morts comme des chahids (martyrs). les Députés arabes appellent les soldats israéliens "meurtriers", et utilisent couramment exactement la même rhétorique d'incitation à la violence venant des dirigeants palestiniens.

 

À la lumière de cela, le message de Majadli conteste l'argument pratique «minoritaire» en ce qu'il apparaît exprimer la position de l'élite musulmane israélienne. De façon caractéristique, elle tente de tenir le bâton par les deux bouts -benéficiant de sa citoyenneté israélienne et l'espoir u retour des Palestiniens dans les villages arabes du passés de Salameh, Abu Kabir et Sheikh Munis, qui font tous partie maintenant de Tel Aviv.

 

Dangereux car c'est, sa solidarité avec son peuple entachée de racisme comme elle montre d'indifférence totale envers les autres arabophones Israéliens.

 

Dire que les Palestiniens partagent la même religion signifie que Majadli et d'autres comme elle ignorent non seulement les nombreux chrétiens arabes vivant à Jaffa, mais aussi d'autres minorités vivant en Israël, comme les druzes et les maronites ainsi que les chrétiens araméens arabophones.

 

En outre, étant donné le contexte, sa solidarité avec les Palestiniens qui tuent maintenant des Juifs au nom d'Allah. Si Majadli représente véritablement les souhaits de la majorité, Israël n'a pas d'autre choix que de se préparer à un conflit intense avec une cinquième colonne déjà présente dans ses grandes villes.

Repost 0
mordeh'ai
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 06:10

L'histoire de l'anarchie musulmane qui s'est  jouée en Iraq en Tunisie, au Yémen, en Egypte et en Libye va détruire l'Autorité palestinienne, pas Israël.

 

Par Tzvi Ben-Gedalyahu

http://www.jewishpress.com/news/breaking-news/the-arab-spring-of-anarchy-has-come-to-israel/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Arab activists at the Palestinian Mission to the UN in 2011 to deliver a "notice of termination" to the PA representatives in the building.

Les Activistes arabes de la Mission palestinienne à l'ONU en 2011 pour fournir un « préavis de cessation d'emploi » pour les représentants de l'AP dans le bâtiment.

 

Il n'y a aucune prédiction ici de ce qui arrivera demain, la semaine prochaine ou le mois prochain quand l'ONU pointera son processus de paix en Israël .

 

Le calme peut être restauré aujourd'hui, ou peut-être pas, mais deux choses sont à coup sûr :

  • 1. Israël, le pays le plus stable au Moyen-Orient, restera à Israël.
  • 2. l'Autorité palestinienne restera un pilier instable jusqu'à ce que le temps vienne, et que le monde ne la verra plus comme un outil efficace contre le Sionisme.

 

D'ici là, il est important de comprendre les événements sans oeillères.

 

L'autorité palestinienne est une organisation d'assassins, pas de terroristes.

 

Les dirigeants mondiaux et les médias, y compris nous-mêmes, continueront à faire leur rapport sur "la terreur", mais en fait, l'autorité palestinienne ne parraine pas la terreur, un mot qui n'a plus de définition claire. Il est utilisé pour désigner l'usage de la violence et de la coercition pour réaliser des gains politiques. L'Irgoun, dirigée par Menachem Begin pendant le mandat britannique, a été étiqueté comme un gang terroriste parce qu'il a bombardé des positions britanniques avec la motivation claire de rétablir l'Etat d'Israël.

 

L'autorité palestinienne ne veut pas créer un nouvel État arabe parce qu'il en veut un. Son objectif et le but du monde arabe depuis la re-naissance du Sionisme, est de détruire Israël comme État juif.

 

Tout le monde continuera à rendre conpte du terrorisme, mais en fait, l'autorité palestinienne est une entité criminelle qui est en proie à la drogue, la contrebande, le trafic d'armes et la corruption. C'est une mafia qui encourage et qui souvent est directement impliquée dans le meurtre de Juifs.

 

– L'autorité palestinienne ne peut exister sans Israël.

 

Le régime de Ramallah est un État sur le papier. Il a des institutions, toutes corrompues ; Il a un drapeau à l'ONU, qui est une faillite morale; C'est un état providence qui dépend de l'Union européenne et des États-Unis ; et il serait dans une guerre civile, si ce n'étaient pas les services de renseignements israéliens qui aidaient Abbas à rester en vie.

 

La violence actuelle est de détruire ce qui reste de la Gauche.

 

Il y a eu un net changement dans le ton et le contenu de la lutte contre le terrorisme en Israël d'importants médias israéliens, qui ont fait campagne avec succès pour les Accords d'Oslo, pour l'expulsion des Juifs de Goush Katif et pour la libération de milliers de terroristes afin de recevoir des cadavres et quelques-uns qui sont restés en vie, tels que Gilad Shalit

 

Les principaux médias ne dirigent pas le pays, mais ils reflètent certainement la voix du « gouvernement de Tel-Aviv, » le mieux représenté par le vieux parti travailliste qui s'appelle maintenant le « Camp sioniste ».

 

Même avant les tentatives de meurtres de Juifs de cette semaine à Tel Aviv, Petach Tikvah et Kiryat Gat, Yediot Acharonot, le plus grand quotidien d'Israel et la Radio la Voix d'Israël qu'on appelle Reshet Bet, le réseau radio le plus populaire, avaient changé de tonalité.

 

La propagande de l'autorité palestinienne et les mensonges concernant le Mont du Temple, ont été trop durs à avaler pour le centre-gauche.

 

Ils sont laïques, ceux sont néanmoins des juifs sincères qui ne peuvent justifier ou ignorer le flagrant antisémitisme et le racisme chez les membres arabes de la Knesset israélienne qui prétendent que les Juifs n'ont absolument aucun droit sur le Mont du Temple et que le site sacré n'appartient qu'aux musulmans et seulement pour les musulmans.

 

Les seuls à gauche de la gauche sont les esprits étriqués, comme celui de la chef de file du Meretz-Zehava Gal-On, qui cette semaine a condamné la violence des arabes et des Israéliens, mais en fin de compte, a conclu que tout cela est à cause de "l'occupation".

La gauche existe encore sous forme d'une petite minorité. Le centre-gauche est non hiérarchisé, comme l'a prouvé l'arrogance pitoyable et honteuse d'Herzog cette semaine par son insistance pour que le premier ministre Binyamin Netanyahu doit démissionner en raison de la vague de violence.

 

Notre pire ennemi c'est nous-mêmes.

 

L'Arrêté du premier ministre Netanyahu signifiant que non seulement les ministres du Cabinet, mais également tous les membres de la Knesset ne peuvent pas visiter le Mont du Temple est exaspérant pour de nombreux sionistes religieux mais il est intelligent. Avec tout mon respect à Bayit Yehudi (Maison Juive) le Ministre Uri Ariel, un des politiciens le plus intellectuellement honnête vivant aujourd'hui, a dit que le troisième Temple ne sera pas reconstruit par les politiciens et les médias de droite, donc gardons juste la prière.

 

Netanyahu a également renvoyé le mouvement « Mitnahalim » dans une rage jeudi soir avec sa déclaration selon laquelle « ce n'est pas le moment de construire de nouvelles implantations ».

 

Mais l'homme a un peu plus de poids sur ses épaules que nous. La droite devrait certainement protester et exiger que les Juifs puissent construire où bon leur semble en Judée-Samarie, mais les manifestations devraient commencer et finir là. Aucun juif ne devrait bafouer où affronter sur une colline la police ou les soldats.

 

On ne sait si de l'œuf ou la poule arrive en premier, Israël ne vit pas seul. Oui, nous avons besoin d'une colonne vertébrale plus forte, mais il doit y avoir une colonne vertébrale qui ne soit pas soutenue avec une prorthèse artificielle. Qu'on le veuille ou non. Netanyahu a raison. [Ce n'est pas nécessairement la position de The Jewish Press.com.]

 

Ce n'est pas le temps de jeter de la poudre aux yeux de l'ONU et du président Barack Obama, mais la garder pour protester que Netanyahu n'oublie pas que s'il a raison aujourd'hui cela ne signifie pas qu'il aura raison demain.

 

Et quand la violence prendra-t-elle fin?

 

Elle a commencé il y a plus d'un siècle, et elle va et elle vient comme les vagues. Une génération et demie d'arabes, de l'intérieur et au-delà de l'autorité palestinienne, a grandi avec un enseignement de la haine des Juifs et du Sionisme.

 

D.ieu merci, les forces de sécurité israéliennes ont arrêté presque tous les terroristes, pour des meurtres ou pour tentatives d'assassinat. Ceux qui ont été tué n'attaqueront plus de nouveau.

 

De plus la police et l'armée israélienne éduquent les émeutiers, le plus sûr nous serons  et le plus tôt ils apprendront que leur haine les blesse eux-mêmes, plus que tout autre.

Repost 0
mordeh'ai
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 15:42

Dennis Ross a écrit dans un nouveau livre que la conseillère à la sécurité, Susan Rice, a gardé Israël hors du circuit de l'affaire-Iran et a utilisé des termes raciaux pour dénigrer Bibi.

 

Par Ari Yashar

http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/201625#.Vhd-epvsnDd

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Dennis Ross, qui a servi de Conseiller pour le Moyen-Orient au président américain Barack Obama 2009 à 2011, a révélé dans un nouveau livre qui sera publié la semaine prochaine que la Conseillère à la sécurité nationale, Susan Rice, est en grande partie responsable de la dégradation des liens avec Israël lors de l'accord nucléaire controversé avec l'Iran.

 

Dans son nouveau livre "Condamné à réussir: Les Relations États-Unis-Israël de Truman à Obama," dont des extraits ont été publié jeudi, par Politico. Ross écrit que   "La mentalité combative" de Rice a rendu les relations Obama-Binyamin Netanyahou pires que ce qu'elles ne l'étaient auparavant.

 

Premièrement, l'ex-conseiller pour le Moyen-Orient révèle que Rice a gardé intentionnellement Israël non informé sur les progrès dans les négociations nucléaires avec l'Iran, en dépit des grandes préoccupations de l'Etat juif que le principal commanditaire de l'état de terreur utiliserait l'affaire pour obtenir un arsenal nucléaire.

 

Dans un autre exemple du rôle direct de Rice, Ross écrit qu'en 2013, elle a omis de prendre des mesures pour combler le fossé après qu'Obama ait appelé Netanyahou en 2013 sur un ton ouvertement hostile.

 

" Si Tom Donilon avait toujours été le conseiller de la sécurité nationale, il aurait sûrement compris qu'il y avait un problème, et il aurait immédiatement parlé à son homologue," écrit Ross. " En revanche, il n'y a eu aucun appel de Susan Rice."

 

Loin d'appeler Netanyahu, Ross décrit que Rice a fabriqué un commentaire racial en vue de délégitimer les inquiétudes de Netanyahu. " De l'avis de Rice, le dirigeant israélien peut tout dire, sauf " utiliser le *N-word en parlant du président.....," écrit Ross.

 

Il conclut que la gestion des pourparlers Iran a été mené d'une manière qui a "endommagé notre relation avec Israël beaucoup plus que nous le devions."

 

Mis à part Rice, le nouveau livre révèle aussi une divergence d'opinions au sein de l'administration Obama quant à l'utilisation d'une frappe militaire pour bloquer le chemin de l'Iran à un arsenal nucléaire si les tentatives diplomatiques échouaient.

 

Ensuite, le secrétaire à la Défense, Robert Gates, puis le président du Joint Chiefs  of Staff Adm. Mike Mullen "ont clairement indiqué que nous étions dans deux guerres dans la région et c'était tout à fait suffisant," affirme Ross.

 

Selon Ross lui,  Hillary Clinton, la Secrétaire d'État d'alors, son secrétaire adjoint James Steinberg, puis le conseiller à la sécurité nationale Thomas Donilon " avaient une opinion différente", et ont postulé "pour la diplomatie coercitive pour réussir," les Iraniens "devaient croire que nous utiliserions la force si la diplomatie échouait ".

 

Gates et Mullen, tous deux se sont opposés de la façon dont ils ont été dépeints dans le livre, en disant qu'ils n'ont jamais retiré l'option militaire.

 

* “n-word” n’est autre que la façon politiquement correcte d’évoquer le terme “nigger” [nègre] aux Etats-Unis.

Repost 0
mordeh'ai
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 08:55

Par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/2015/10/learning-from-putin/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

J'ai réfléchi dernièrement aux statu quo .

 

Il y a celui sur le Mont du Temple, l'absurde qui dit que les Juifs peuvent visiter, mais ne peuvent pas prier. Dernièrement, les musulmans ont essayé d'empêcher les Juifs de s'y rendre tout simplement. Quand vous considérez que c'est et a toujours été le site le plus saint du judaïsme, que les colonialistes musulmans ont construit leur mosquée de triomphe au-dessus des ruines du Temple juif - que les musulmans disent maintenant que le Temple n'était pas vraiment là de toute façon - l'absurdité est encore plus manifeste.

 

Je suis allé sur le Mont autour de 1981, avec ma cousine et son mari. Personne n'a demandé si ils étaient juifs, et ils entrèrent même au Dôme du Rocher. Personne ne faisait attention à savoir si l'un de nous bougé ses lèvres, et inutile de dire que personne ne nous a lancé des malédictions. Peu à peu, les menaces et la violence ont changé le statu quo qui est devenu défavorable pour nous.

 

Un autre statu quo est celui de la Gauche qui continue d'appeler "insoutenable" la présence juive en Judée-Samarie. Il n'y a pas de temps, disent-ils- nous ferions mieux de nous dépêcher et de l'abandonner à nos ennemis qui veulent nous tuer avant que l'Union européenne boycotte nos produits. Ce devrait être instructif car l'UE travaille déjà son boycott au moins sur certains de nos produits.

 

Ici aussi, l'équilibre change en notre défaveur, les Arabes construisent où ils veulent (souvent avec le soutien de l'UE), tandis que Obama nous donne des ultimatum de geler la construction juive.

 

Enfin, il y a le statu quo c'est celui du gouvernement israélien qui continue de soutenir l'Autorité palestinienne financièrement et militairement, même si elle incite le terrorisme meurtrier contre les Juifs, exploite une milice terroriste qui tue les Juifs, dirige une guerre diplomatique et juridique contre notre Etat, et paie les salaires aux terroristes du Hamas et du Fatah emprisonnés en Israël. Notre gouvernement a même encouragé les dons de milliards de dollars par les Etats-Unis et les pays européens à l'Autorité palestinienne et à l'UNRWA, au motif que l'effondrement palestinien serait pire que la situation actuelle.

 

L'Autorité gérait un système éducatif et des médias à l'origine mis en place par Yasser Arafat dont la fonction est d'endoctriner les jeunes à haïr les Juifs et Israël et se préparer à nous combattre. L'UNRWA, qui gère des écoles dans les camps de réfugiés, tant dans la bande de Gaza qu'en Judée / Samarie, fait la même chose, souvent avec des enseignants qui sont membres du Hamas.

 

La vague de terrorisme et assassinats d'aujourd'hui, en particulier la soi-disant «opérations-individuelles" dans lequel un djihadiste devient juste et tue les Juifs avec des couteaux ou des voitures sans soutien organisationnel, peut être tracé directement comme de l'incitation par l'Autorité palestinienne et l'UNRWA. Et nous, nous soutenons cette organisation parce que nous avons peur de l'alternative.

 

La réaction du premier ministre à l'escalade de terrorisme de ces derniers mois est un exemple. D'une part, il veut sévir contre les lanceurs de pierre et de bombes incendiaires.Mais d'autre part, il rejette l'idée de changer le statu quo de l'Autorité palestinienne, soit par une construction accrue ou l’interruption des subventions. Ceci est une tentative de traiter les symptômes tout en alimentant et en stimulant la maladie.

 

Dans toutes ces situations Israël est contraint de renoncer à un peu de sa part de souveraineté. Dans chaque cas, le gouvernement choisit de céder au chantage. Notre «stratégie», si on peu l'appeler comme ça, c'est de marcher entre les gouttes de pluie. Malheureusement, plus le temps passe, plus il pleut abondamment et de moins en moins de place entre les gouttes. Nous avons peut-être atteint le point dans chacun de ces trois cas que la vielle non-stratégie ne fonctionne plus.

 

Nous avons permis à notre crainte des réactions internationales de nous garder d'exercer nos droits en Judée-Samarie, et notre peur du terrorisme de limiter nos actions contre l'Autorité palestinienne. Mais dans le même temps, les Etats-Unis et l'UE gardent et augmentent la pression, et l'Autorité palestinienne maintient son incitation et le financement du terrorisme. Alors qu'avons-nous gagné?

 

Alors que l'Amérique abandonne le Moyen-Orient, les différents acteurs - Iran, la Turquie, la Russie, l'Arabie saoudite - tous manœuvre pour améliorer leurs propres positions et endommager celles de leurs ennemis. Tous souhaitent changer la situation en leur faveur. Seul Israël continue à supporter les coups sans remettre en cause l'un des statu-quo d'état qui deviennent de moins en moins acceptables.

 

Je ne vais pas essayer de fournir une prescription détaillée pour résoudre ces problèmes difficiles. Mais dans tous, nous allons dans la mauvaise direction, de la force à la faiblesse, de plus à moins d'indépendance et de souveraineté.

 

Il y a une raison à cela: c'est parce que nous n'avons pas véhiculé une image claire du résultat final souhaité. En manquant d'objectifs clairs, nous sommes passifs. Tout ce que nous faisons est une réaction aux actions de nos ennemis. Pas étonnant que nous sommes encerclés - ils écrivent le scénario, et nous, nous y jouons notre rôle.

 

Par exemple, c'est le résultat final souhaité en Judée-Samarie un Etat arabe de paix - quelque chose qui est géopolitiquement impossible - ou est-cela la souveraineté juive? Si c'est ça, le gouvernement devrait le dire et travailler à sa réalisation, même si c'est un projet à long terme.

 

Croyons-nous que toutes les religions devraient être en mesure de prier sur le Mont du Temple, y compris les Juifs? Si oui, nous devrions insister sur ce point. Le Rav Shlomo Goren voulait construire une synagogue sur le Mont (pas un troisième Temple, une synagogue).Pourquoi cela devrait être un objectif impossible?

 

Et est-il pas passé de temps que l'OLP, l'organisation qui a assassiné plus de juifs parce qu'ils étaient juifs que tout autre depuis les nazis, a rejoint leurs modèles de rôle nazis dans l'oubli?

 

Je ne suis pas un fan de Vladimir Poutine, mais nous pourrions apprendre de lui. Le chaos de ces derniers temps est aussi une opportunité.

Repost 0
mordeh'ai
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 14:18

Par Robert Nessim Cohen Tanugi

 Lettre du Lien Israël-Diaspora du 8/10/15
malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif
 

Pour la nième fois, à l’ONU, Netanyahou a appelé en vain Abbas à négocier directement avec lui sans aucune condition préalable.

Si par hasard Abbas acceptait, et si par miracle un accord intervenait, cela ne signifierait nullement que la paix serait acquise. Les Palestiniens continueraient à harceler Israël. La vérité est qu’aucune paix réelle n'est possible actuellement puisqu’une très large majorité d'Arabes de l'ex Palestine ne veulent nullement la paix, mais ont pour objectif majeur la fin de l'État juif et une Palestine arabe de la Méditerranée jusqu’au Jourdain : de plus, ils ne veulent pas du tout d’un État juif parce qu’il est interdit selon le Coran d’amputer le Dar al islam. Quand une personne se convertit à l’islam, il lui est interdit sous peine de mort de revenir en arrière, et quand une terre est islamisée elle doit le rester pour l’éternité. Rejudaïser une terre d’islam est une insulte inexpiable pour les fondamentalistes. En effet, les Juifs, priés en tout premier par Mohamed de se soumettre à l’islam, ont refusé de se convertir et ont trahi l’espoir du prophète : ils sont pour cela rejetés pour l’éternité et soumis à la dhimmitude. L’État juif ne peut être accepté que par les musulmans réformistes. Malheureusement, les Frères musulmans, les salafistes et les wahhabites dominent largement l’islam actuel.

La récupération de Jérusalem-Est et du Mont du Temple, unique lieu saint du peuple juif, où se dresse la mosquée El-Aqsa, ne doivent être pour eux que la première brèche annonçant le début de la fin d’Israël. S’ils l’obtiennent, ils seront encore plus motivés pour grignoter le territoire israélien. Ceux qui pensent qu’en récupérant Jérusalem-Est et El Aksa, les Palestiniens s’estimeront satisfaits et prêts à cohabiter avec les Juifs sont d’une ignorance totale de l’islam.

D’ailleurs, inutile de se plonger sur l’étude du Coran, il suffit d’écouter ce que disent et proclament ouvertement les imams, les médias et la télévision palestinienne. Quant aux sondages, ils prouvent que la majorité absolue de la population refuse l'existence d'Israël.

La paix ne sera possible avec Israël que lorsque la majorité des Arabes de Palestine se seront laïcisés à la manière dont Atatürk a réussi à réformer la Turquie, méthode dont s’inspire aussi le général égyptien al Sissi.

Que penser alors des pressions de tous les dirigeants européens et d’Obama qui prétendent que la paix passe par le retour d’Israël aux lignes de cessez-le-feu de 1948, avec le Mont du Temple et El Aksa aux Palestiniens et Jérusalem-Est comme capitale de l’État palestinien ? Ou ils ignorent tout de l’islam, ou ils mentent. Or Obama connaît parfaitement l’islam et l’on doute que les dirigeants européens soient des ignorants. La vérité est simplement qu’ils mentent. L’Occident veut, plus ou moins inconsciemment, qu’à terme Israël disparaisse. Deux millénaires de christianisme et de la théorie de la substitution ont marqué l’Occident, et ce, jusqu’au pontificat de Jean XXIII.

Le renouveau de l’islam après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le pactole du pétrole et des pétro-dollars ont redonné vie aux anciennes racines racistes de la révélation coranique : les non-musulmans sont le mal absolu et Allah veut un monde absolutiste, éradiqué des « infidèles » et totalement soumis à l’islam. Mais ni l’Inde, ni la Chine, ni le Japon n’ont de racines bibliques et jamais cet objectif ne sera atteint. Mais un holocauste nucléaire pourrait auparavant être perpétré. Ce sera quasiment la fin de l’islam.

Dans le contexte actuel, un État palestinien menacerait l’existence d’Israël.

Il n’est pas exclu que les excès et la barbarie du fanatisme islamo-nazi calment les ardeurs fanatiques des régimes arabes. Il semble que les pays arabes aillent dans ce sens face à l’expansionnisme iranien. Ils se rappelleront alors que le Coran lui-même reconnaît la légitimité du peuple juif au sein du continent musulman.

Patience et continuité…

Repost 0
mordeh'ai
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 10:30

Par Jacques Kupfer

 

Le chofar a retentit et cette déclaration historique a résonné : « Le Mont du Temple est entre nos mains ».C’est alors que Moche Dayan en remit les clefs au Waqf, cette « autorité » musulmane illégitime en Israël. Comme toutes ces mesures destinées à nous attirer les bonnes grâces du monde « civilisé » et à calmer les arabes, le résultat fut à l’inverse. Elles n’ont réussi en fait qu’à établir le doute sur les droits fondamentaux du peuple juif sur sa terre. Effectivement un peuple qui pleure depuis deux millénaires sur son patrimoine perdu et qui accepte de le remettre entre les mains de ses ennemis suscite des doutes sur sa légitimité.


Les signataires des dramatiques accords d’Oslo, prêts à remettre Bethlehem et le tombeau de Rachel entre les mains de nos ennemis, abandonnant le tombeau de Joseph et de Josué aux mains des sbires d’Arafat, ont édulcoré le lien historique du peuple juif avec la Terre d’Israël. Ils ont risqué la perte de la légitimité qui était jusqu’alors reconnue aux enfants d’Israël.


Lorsqu’on est propriétaire, il faut savoir se comporter comme tel nous enseignait Zeev Jabotinsky. En effet, si le propriétaire n’exerce pas ses droits, le squatter s’installe et prétend que la maison lui appartient. Il doit être immédiatement expulsé ou bien il finira par faire croire qu’il est réellement chez lui.


Jérusalem n’est pas citée une seule fois dans le coran, Jérusalem n’a jamais été la capitale des conquérants musulmans mais une petite bourgade délaissée, livrée au chaos sordide. L’islam n’a aucun lien avec Jérusalem. Entendre ces musulmans nous parler de la sainteté de ce lieu qu’ils osent appeler « l’esplanade des mosquées » (comme les journalistes d’I24 qui semblent émettre de Ramallah et non de Jaffa) ne les empêche pas d’y stocker des armes, y lancer des bouteilles incendiaires, commettre des délits et des meurtres.


Le ridicule de ces dirigeants qui, adeptes de la politique de dhimmi , nous appellent à la retenue et au statuquo sur le Mont du Temple comme le président Hollande ne fait qu’exacerber les instincts meurtriers des foules arabes. Ils avaient cru pouvoir regarder en spectateurs les détournements d’avions israéliens, les émeutes arabes, les intifada, les attentats sanglants et le résultat fut que tout cela leur est arrivé chez eux. L’islam de France ne réclamera pas seulement les églises désaffectées mais exigera les cathédrales en modifiant l’histoire comme ils savent le faire. Admettre que le Mont du Temple n’est qu’une esplanade de mosquées, couvrir le négationnisme musulman se retournera contre l’occident.


Un Juif n’aurait pas le droit de prier là où se dressait notre Temple et où nos ancêtres priaient quand les aïeux de ces arabes, pour paraphraser Disraeli, ne savaient pas que l’écriture existait !


Un Juif qui bouge ses lèvres est immédiatement poursuivi par les nervis du Waqf et la police israélienne doit le retirer du Mont pour préserver le calme.


Le roi d’Arabie Saoudite vient nous donner des leçons et exiger notre départ du Mont du Temple. Les leçons de civilité et de tolérance de ce potentat dans le pays duquel aucune synagogue ni église ne pourraient être construites, ne manque pas d’humour. Entre une visite au marché d’esclaves et une exécution publique, entre une présidence de la commission des Droits de l’Homme et le financement de terroristes, le roi d’Arabie peut se permettre de donner des leçons !


Le roitelet fantoche de Transjordanie installé par les Britanniques sur les trois quarts de la Palestine mandataire destinée à devenir un Etat juif, ose parler de droits . Nul n’a protesté lorsque les Juifs ne pouvaient aller prier devant le mur occidental, pas un mot sur les barbares arabes qui ont dévasté les synagogues vénérables, utilisé les pierres tombales juives pour leurs maisons et leurs latrines. Pas une réprimande de l’ONU consacrée à ces exactions.
Mais en fait, nous sommes les seuls responsables car nous pratiquons cette dramatique politique de conciliation aux dépens de nos droits. Le Mont du Temple représente le lieu où doit s’affirmer la souveraineté juive et rétablir notre souveraineté sur toute la terre d’Israël. En fait notre tolérance disproportionnée est prise pour de la folie, notre humanisme exagéré pour de la faiblesse, notre hospitalité pour de la permissivité, notre démocratie pour des pulsions suicidaires, notre générosité pour des défaillances à agir.

 

Tout commence sur le Mont du Temple. Les arabes se disent que si nous sommes prêts à céder sur l’emplacement le plus sacré du peuple juif, si nous sommes prêts à nous interdire à nous même un libre accès au cœur de notre capitale, cela signifie que nous serons également capables de quitter les autres lieux saints et donc toute la Terre promise et donnée par l’Eternel à son peuple.


Si les invectives, leurs insultes, les menaces de sortir le monde musulman dans la rue ont réussi à nous priver du Mont du Temple, alors les jets de rocs, les attentats réussiront à nous effrayer. Les derniers attentats des barbares arabes assassinant des parents dans une voiture, blessant des conducteurs juifs, poignardant des Juifs allant prier sont le résultat de notre incapacité à leur parler le seul langage qui leur soit accessible : celui de la force même si des « dommages collatéraux » interviendront. Nous sommes en guerre et en première ligne de défense de la civilisation.


Le message doit devenir clair et leur dire qu’il n’y aura plus d’orphelins juifs sur notre Terre de leur fait. A chaque larme d’un enfant juif orphelin doit répondre le sang ennemi. Mahmoud Abbas, ce grand ami d’Obama et de Hollande, n’a pas daigné condamner ces attentats contre des civils innocents sauf du crime d’être nés juifs. Il est temps de cesser de lui parler comme à un personnage fréquentable et le traiter en ennemi. Il est temps de déclarer qu’il n’y aura jamais de partage de la Terre d’Israël et aucun état arabe « palestinien » n’existera jamais. Il est temps de déclarer que les arabes vivant sur notre terre peuvent librement émigrer dans cette Europe qui les adule. Il est temps de donner à nos soldats des ordres précis pour viser la tête et non les cieux ou les jambes des terroristes. Il est temps de mettre un terme au défaitisme de juges dont seule l’ignorance de la réalité sur le terrain est « suprême ». Il est temps de retirer le droit de vote aux arabes qui ont envoyé à la Knesseth des députés ennemis de notre Etat.

 

Assez de trembler devant une nouvelle initiative arabe présentée par le vassal qu’est devenue la France à l’ONU, assez de s’inquiéter d’un éventuel refus de veto américain d’un Obama qui sert les intérêts iraniens, assez de freiner l’histoire juive et la réalisation sioniste.
Menahem Begin le proclamait :


« Nous sommes ici par la force du Droit et non par le droit de la force ».


Pour ceux qui n’auraient pas compris, le Droit et la Force doivent être réunis, et j’attends du Premier Ministre qu’il déclare « urbi et orbi » que le Mont du Temple est restitué à son seul et unique légitime propriétaire, maintenant et pour l’éternité: le Peuple Juif !


Tout cela sera possible avec une seule décision nécessitant de la volonté et du courage dans les actes et pas seulement en paroles, une seule décision qui enverra un message que le monde et les ennemis comprendront :


Ouvrez le Mont du Temple aux Juifs et annoncez de nouveau que « le Mont du Temple est entre nos mains ».

Repost 0
mordeh'ai