Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 14:21
TRAHISON GÉNOCIDAIRE d'OBAMA 

L'Héritage final d'Obama-peut couter la mort à de millions d'Américains.

 

Par Daniel Greenfield

http://www.frontpagemag.com/fpm/260196/obamas-genocidal-treason-daniel-greenfield

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Aucun autre gouvernement n'a plus de sang de soldats américains sur les mains aujourd'hui que le gouvernement de l'Iran des Ayatollahs. Du Liban à l'Afghanistan de l'Arabie saoudite à l'Irak, l'Iran a tué des soldats américains pendant des décennies.

 

241 à Beyrouth. 19 dans les tours de Khobar. Plus de 500 en Irak et en Afghanistan. La dernière fois que les Etats-Unis ont officiellement combattu l'Iran c'était sous Reagan. Mais l'Iran n'a jamais cessé de tuer des Américains. Il n'y a aucune raison de croire que cela va s'arrêter une fois qu'il aura les armes nucléaires qu'Obama a aidé ses dirigeants à obtenir.

 

La dernière fois que les radicaux de gauche auraient aidé le programme nucléaire d'un ennemi déclaré des États-Unis, ils sont passés en jugement pour cela. Au moment de la sentence, le juge  a dit que parce que " la nature du terrorisme russe est désormais évidente" il n'y avait plus de place aux interrogations si aucun mal n'avait été fait.

 

" Je crois que votre conduite à mis entre les mains des Russes la bombe - A, des années avant que nos meilleurs scientifiques prédisaient que la Russie perfectionnait la bombe, ce qui a causé à mon avis, l'agression communiste en Corée, avec les pertes résultantes dépassant 50.000 soldats et qui sait si plus de personnes innocentes ont  payé le prix de votre trahison..... En effet, par votre trahison vous avez sans doute modifié le cours de l'histoire au détriment de notre pays ", a déclaré le juge Kaufman.

 

Ces paroles du verdict Rosenberg s'appliquent aussi bien à la trahison d'Obama sur l'Iran. Ce que les Rosenberg ont fait pour Staline, Obama l'a fait pour l'ayatollah Khamenei.

 

L'Accord nucléaire douteux d'Obama avec l'Iran a déjà accéléré l'agression de l'Iran dans la région. Plus de concessions d'Obama, de Hillary Clinton et de John Kerry ont fait, que l'Iran est devenu plus agressif. Il est maintenant impliqué dans les guerres de la région qui ont déjà traîné les Etats-Unis dans sa trajectoire.

 

Si l'Iran est autorisé à passer au nucléaire, ces guerres vont devenir bien pires et bien plus dévastatrices.

 

C'est non seulement Chamberlain. C'est Quisling et Philippe Pétain. Ce n'est pas un mauvais jugement. C'est de la trahison. Obama n'a pas seulement apaisé l'Iran par peur; il sympathise avec ses griefs anti-américains. Comme il a dit à ses négociateurs, les dirigeants iraniens se sentent «vulnérables» en raison de la façon dont l'Amérique s'est "mêlée" de "leur démocratie" et que son anti-américanisme est une réaction «défensive» pour «éviter les répétitions du passé».  

 

Obama s'identifie avec les ressentiments anti-américains des terroristes musulmans au lieu de la souffrance de leurs victimes. Sa politique étrangère a été basé sur la responsabilisation des ennemis des Etats-Unis pour transformer leurs griefs en une «défense» contre l'influence et l'intervention américaine. Il l'a fait de Cuba à l'Iran, la sauvegarde les tyrans communistes et des Frères musulmans. Mais son affaire iranienne est la plus cruelle de son crime.

 

L'accord nucléaire permettra aux Iraniens d'agir sur ses ressentiments en tuant des millions de personnes.

 

La bombe nucléaire est non seulement une arme. Elle est un instrument de génocide. Elle est une menace existentielle pour notre civilisation et notre mode de vie. Les espions qui ont aidé l'URSS d'aller au nucléaire n'ont pas juste transmis des informations sur une arme; ils ont transformé un conflit militaire dans une crise mondiale permanente dans laquelle le sort de l'humanité repose sur l'avidité et le pouvoir d'idéologue vieillissants brutaux à Moscou.

 

En dégageant le chemin de l'Iran à la bombe, Obama a transformé les conflits lents du terrorisme classique dans une crise civilisationnelle catastrophique. Une bombe nucléaire iranienne ne nous tombera pas sur nous à façon dont la crise démographique de la migration musulmane et son terrorisme d'accompagnement le font. Ce ne sera pas un problème progressif. Une course aux armements nucléaires entre sunnites et chiites dans lequel des terroristes des deux côtés manient des armes nucléaires rendra toute l'organisation de la civilisation occidentale insoutenable.

 

Le 11/9 a vu quelques avions utilisés pour dévaster une ville. La prochaine vague d'armes pourrait tuer des millions, pas des milliers d'individus.

 

Les traîtres qui ont fait de l'URSS une puissance capable de détruire le monde ont été motivé par le même agenda caché que les partisans de l'accord nucléaire Iranien. Ils croyaient que le monopole nucléaire américain conduirait à l'arrogance et au bellicisme. Ils étaient convaincus que la puissance américaine devait être contrôlée en veillant à ce que l'Union soviétique pouvait égaler l'Oncle Sam, arme atomique pour arme atomique.

 

Ceux qui ont ouvert les portes du nucléaire à Téhéran aujourd'hui croient qu'un Iran nucléaire aura un effet dissuasif contre l'impérialisme américain dans la région. Leur nombre inclut Barack Obama.

 

Après avoir échoué avec les Frères musulmans, Obama a l'intention de faire de la puissance iranienne un moyen de dissuasion contre les interventions militaires futures d'un successeur Républicain. Si il peut obtenir "Téhéran Joe" Biden, un sympathisant notoire du lobby Iranien, de garder la boutique pendant que l'Iran ira au nucléaire, l'Iran dominera la région de la façon dont l'Union soviétique a dominé Europe de l'Est.

 

La trahison terroriste d'Obama joue que l'Iran sera "rationnel", que ses dirigeants seront Khrouchtchev, prêts à appuyer là où ils sentent une faiblesse, plutôt que Staline, qui était prêt à tuer des millions pour le pouvoir. Les négociateurs de gauche avec l'Iran, dans et hors de l'administration, s'attachent de manière obsessionnelle à la croyance que le régime islamique en Iran est rationnel parce que cela leur permet d'échapper à leur responsabilité si le monde brûlait.

 

Ils ont rationalisé leur trahison en insistant que les dirigeants de l'Iran et les foules enfiévrées ne pensent pas ce qu'ils disent lorsqu ils crient, "Mort à l'Amérique". Si le chef de l'Iran ne signifie pas ce qu'il a voulu dire, les Démocrates du Sénat suivent la ligne folle du parti, les gauchistes des médias rappellent des sujets de de points de discussion la Maison Blanche, les intellectuels qui se souviennent d'avoir rencontrer des diplomates iraniens lors de cocktails, et leur chef, Obama, seraient tous les accessoires du génocide.

 

La voie de l'Iran nucléaire qu'Obama a rationalisé la trahison à chaque étape, il a fait tous les compromis qui semblent inévitables et raisonnables, il a minimisé la trahison catastrophique finale en présentant sa version d'un Iran nucléaire comme la seule alternative possible à un Iran nucléaire. Comme Benedict Arnold, (Benedict Arnold est l'archétype du traître) qui avait détruit toutes les autres options à l'exception de la défaite ou de la trahison de manière à rendre celles-ci comme les plus  sensibles et même comme des options patriotiques.

 

Les Traîtres nucléaires de Staline ont utilisé la même logique, négociant chaque trahison comme la seule alternative à la guerre, que d'infliger la guerre froide et la terreur de l'anéantissement nucléaire sur des générations entières. Après avoir passé tant de temps à dénoncer la guerre froide, ils avaient causé par leur soutien diplomatique, politique et même militaire les ambitions de Staline, ils ont finalement disposé à ramener la guerre froide.

 

Et si tout va mal, la faute est destinée à retomber sur les «fauteurs de guerre de droite» qui ont aliéné l'Iran, tout comme leurs prédécesseurs l'avaient fait à l'URSS, pas les sympathisants de gauche qui avait doté les ennemis de la civilisation avec le pouvoir de détruire la civilisation.

 

Obama a trahi l'Amérique. Il a trahi les victimes américaines du terrorisme iranien. Il a trahi les soldats américains qui ont été assassiné, mutilé et torturé par les armées terroristes de l'Iran. Il a trahi des centaines de millions d'Américains dans la patrie qui seront obligés d'élever leurs enfants à l'ombre de la terreur nucléaire de l'Iran.

 

Sa trahison nucléaire est non seulement une trahison de l'Amérique. Pour la première fois depuis la fin de la guerre froide, il est une fois de plus l'assassin en masse de millions d'Américains par un ennemi vicieux au possible.

 

Obama a appauvri des millions d'Américains, il a le sang des soldats et des policiers sur les mains, mais son héritage final peut être la collaboration dans un acte d'assassinat de masse qui pourrait rivaliser avec celui d'Adolf Hitler.

Repost 0
mordeh'ai
22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 13:12

Pourquoi n'y a-t-il que l'Etat juif, pas l'Irak ou la Syrie, que l'on presse de se scinder en deux parties?

 

Par Joseph Puder

http://www.frontpagemag.com/fpm/260173/two-state-solutions-and-double-standards-joseph-puder

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Les Assad en Syrie et le sunnite musulman Saddam Hussein (aujourd'hui décédé) sont des exemples de minorités régnant sur des populations majoritaires et pas de leur propre obédience ethnique ou religieuse. La chute de l'Irak de Saddam était comme Humpty Dumpty*: une fois éclaté, il ne peut être recollé. Dans la guerre civile syrienne, la majorité sunnite musulmane est déterminée à mettre fin au régime dictatorial d'Assad par la violence et le chaos sans précédent. Atrocités sont commises à la fois par le régime d'Assad et de l'État islamique. Elle a abouti à la fracture de la Syrie. Des millions d'Irakiens et de Syriens sont aujourd'hui déplacés, le streaming vers les côtes européennes. Il est juste de se demander pourquoi les Etats-Unis et l'Occident en général ne soutiennent pas ouvertement les nouvelles réalités au Levant.

 

Les administrations de George W. Bush et Barack H. Obama ont affiché des doubles standards envers Israël par rapport à la "solution à deux Etats." On peut légitimement se demander pourquoi ne pas appliquer la solution à trois états à l'Irak et la solution de cinq-états à la Syrie? Selon Obama, pourquoi n'y a-t-il que,  l'Etat juif qui peut être divisé en deux parties (Etats), tandis que les créations coloniales artificielles de l'Irak et de la Syrie doivent rester des États unitaires? Dans le cas d'Israël, le territoire qu'elle occupe depuis le Jourdain à la Méditerranée a été reconnu par la Société des Nations comme patrie historique des Juifs.

 

Le Secrétaire colonial britannique Winston Churchill a écrit en Juin 1922 que les Juifs sont " en Palestine de droit et non par tolérance." Dans le texte du Mandat de la Société des Nations (24 Juillet 1922) a confié le mandat à la Grande-Bretagne on y lit:.": "Considérant que la reconnaissance a ainsi été donné au lien historique du peuple juif avec la Palestine et aux raisons de la reconstitution de leur foyer national dans ce pays; et que les Principales Puissances alliées ont choisi Sa Majesté britannique comme mandataire pour la Palestine ... "

 

Charles Krauthammer résume dans le National Post (20 Mars, 2015) les raisons pour lesquelles une solution à deux Etats au conflit israélo-palestinien est impossible en ce moment. " La réalité fondamentale demeure: Cette génération de dirigeants palestiniens - de Yasser Arafat à Mahmoud Abbas - n'a jamais et ne signera jamais en son nom à un règlement de paix définitif divisant la terre avec un Etat juif. Et sans cela, aucun gouvernement [israélien] de tout bord politique ne sera d'accord pour un Etat palestinien ".

 

Israël est encerclé par les forces jihadistes à Gaza (Hamas) et au Liban (le Hezbollah). Dans le Sinaï des affiliés à l'état islamique tentent de déstabiliser le gouvernement du président al-Sisi d'Egypte, et le Royaume hachémite du roi Abdallah de Jordanie. En Syrie, à la fois l'État islamique et le régime d'Assad avec ses alliés iraniens menacent Israël. Israël devrait quitter la Cisjordanie (Judée et Samarie) pour satisfaire à la solution à deux Etats, la région ainsi libérée tombera probablement entre les mains du Hamas. Les centres de population d'Israël et de l'infrastructure industrielle seront alors à portée des roquettes du Hamas. En outre, l'Autorité palestinienne dirigée par Mahmoud Abbas est chancelante et avec peu de légitimité. La solution à deux Etats ne peut fonctionner que si les Palestiniens acceptent Israël comme un Etat juif, enlever de la c hartre palestinienne le "droit au retour", et seulement lorsque le Moyen-Orient retrouvera un minimum de stabilité régionale que l'on pourrait permettre à Israël de prendre des risques.

 

C'est une autre histoire en Irak et en Syrie. Après le bain de sang en Syrie qui a tué 250 000, peu, sinon aucun, ne voudrait vivre sous le régime dictatorial Assad ou sous le califat meurtrier et intolérant de l'Etat islamique. Les Kurdes, après Kobane, veulent l'indépendance et peut-être une fusion avec le gouvernement régional du Kurdistan (KRG) à Erbil (nord de l'Irak). Les Alaouites (10-15% de la population de la Syrie) dont la base est au nord-ouest de la Syrie, la majorité sunnite attend pour se venger des attaques meurtrières du régime de Bachar al-Assad perpétrés contre eux. Eux aussi, voudraient un Etat indépendant ou une quelque forme de fédéralisme. La majorité sunnite arabe veut gouverner à nouveau la Syrie, mais sans les chrétiens qui représentent environ 1,8 millions, ou 10% de la population qui préfèreraient rejoindre leurs coreligionnaires dans un Liban chrétien élargi. Les Kurdes, les Alaouites et les Druzes, (le plus petit groupe) n'auraient même pas envie de vivre dans un Etat dominé par les arabes fondamentalistes sunnites .

 

On peut facilement imaginer cinq États (ou petits états) en Syrie: un grand Etat sunnite-arabe en Syrie centrale et orientale, à la frontière de la province d'Anbar en Irak (qui est habitée par certaines mêmes tribus); un Etat kurde dans le coin nord-est de la Syrie en bordure de l'ARK dans le nord-Irak; un état du nord-ouest alaouite en Syrie le long de la mer Méditerranée; un nouvel état chrétien qui réunirait les chrétiens (en diminution) du Liban (qui à un moment ont conduit le Liban et pour lesquels l'Etat a été créé en 1943 par les Français) et les souffrances des chrétiens syriens, dans une région territorialement élargie qui s'étirerait de Beyrouth nord- , y compris la région du Mont-Liban. En outre, les Druzes préféreraient un petit Etat indépendant autour de Jabal druze au sud-ouest de la Syrie.

 

Salman Shaikh, directeur du Brookings Doha Center, disait ceci à propos de la Syrie (6 Janvier, 2015): " Nous devons reconnaître que la Syrie est maintenant, fragmentée, fracturée un état ​​divisé." Un changement de régime à Damas et la disparition du régime d'Assad va inévitablement mettre fin à une Syrie unitaire.

 

Jeffrey Goldberg (Janvier / Février 2008) avait écrit dans The Atlantic a souligné que:

 

C'était Winston Churchill qui, au lendemain de la Première Guerre mondiale, a rattaché ensemble trois provinces de l'Empire ottoman vaincu et dissous, et a choisi le nom de l'Irak, et le légua à la branche malchanceuse de la tribu hachémite de l'ouest de l'Arabie Saoudite. Churchill finira par inclure de force les Kurdes à l'Irak un de ses pires erreurs - mais à cemoment-là, il n'y avait rien qu'il puisse faire à ce sujet. La Grande Bretagne, avec les Français, ont donné au monde un Moyen-Orient moderne. En plus de la fabrication du pays maintenant appelé l'Irak, la grande implantation proche-orientale a diminué la Turquie au milieu des années 1920 à la taille de la péninsule anatolienne; accordant à la France ce qui sont aujourd'hui la Syrie et le Liban ; et a maintenu l'Egypte sous contrôle britannique.

 

La situation en Irak a été claire depuis la chute de Saddam Hussein. Seul un dictateur brutal pouvait garder l'Irak uni. Apparaissant sur ​​PBS Nouvelles Hour, David Brooks, du New York Times (30 mai, 2015) a exprimé l'avis, " je donne à Joe Biden crédit. Il va y renoncer, mais il ya des années et des années, probablement en 2006, 2007, il a eu une idée pour un Irak fédéral libre. Et qui, rétrospectivement - me semble une idée sympa et plus intelligente. Nous avons essayé de garder ce pays uni, mais les chiites ne veulent vraiment pas partager le pouvoir avec les sunnites. Ils ne sont pas prêts à donner aux forces sunnites des armes et d'autres choses dont ils ont besoin pour vaincre ISIS. Le système politique est encore brisé. Les soldats ne croient pas clairement en ce pays [.] "

 

Les Administrations américaines récentes ont fait pression sur Israël pour négocier une solution à deux Etats impossible. Elles ont, dans le même temps, insisté sur le maintien de l'Irak et de la Syrie comme Etats unitaires quand il est clair que ces états artificiels créés par le Accords Sykes-Picot de 1916 se sont effondrés et sont ingouvernables. Le temps est venu pour les Etats-Unis de soutenir les espoirs des Kurdes et d'autres pour l'indépendance, tout en soutenant les droits historiques d'Israël sur la Judée-Samarie et de ses besoins de sécurité authentiques.

____________________________________________________________________________

*Humpty Dumpty est un personnage éponyme d'une comptine anglaise extrêmement populaire, le plus souvent représenté comme unœuf.

Repost 0
mordeh'ai
21 septembre 2015 1 21 /09 /septembre /2015 13:14

Par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/2015/09/occupation-shmoccupation/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Le Conseil Yesha, la voix des Israéliens vivant au-delà de la Ligne Verte, a publié une petite brochure intitulée "kishkush kibush," que l'on pourrait traduire par «shmoccupation d'occupation" (en hébreu, ici).

 

Le livret réfute certaines des idées fausses sur les communautés en Judée et Samarie et les gens qui y vivent. Il comprend des statistiques et des informations historiques pour les Israéliens qui ont appris tout ce qu'ils savent sur les «colonies» et les «colons» par des médias et des éducateurs qui les ont présenté avec une image déformée par la politique de la Gauche.

 

Il souligne que les tentatives de négocier la terre contre la paix ont échoué et seulement abouti à plus de terrorisme arabe contre les Juifs. Il exprime la conviction que la Judée et la Samarie sont historiquement une partie inséparable de l'Etat d'Israël. Il affirme que «les Palestiniens sont tout simplement des Arabes» qui vivent dans cet endroit particulier.

 

Pour moi, c'est tout à fait banal. Je me suis fait à ces opinions et à ces critiques encore et encore. Mais pour Isabel Kershner du New York Times, c'est une surprise. Dans un court article publié ce vendredi, elle affiche sa partialité et son ignorance historique. Elle écrit:

 

Le livret présente les colonies, que la plupart des pays considèrent comme illégales, comme une partie normale, intégrante et maintenant inséparable d'Israël, notant que des centaines de milliers d'Israéliens vivent dans 150 communautés établies, de nombreuses ont été fondé dans les années 1970 et 80.

 

Comme beaucoup d'autres Kershner ne fait pas de distinction entre le droit international tel qu'il est interprété par les juristes, et le rejet politique et raciste de l'Etat d'Israël qui est la derrière des résolutions de l'ONU. L'expression « que la plupart des pays considèrent illégale » est passe-partout ce qui est apparemment nécessaire dans toute écriture qui mentionne colonies et c'est ce qui apparaît dans les points de vente comme le NY-Times.

 

Reste à savoir pourquoi, près d'un demi-siècle après la conquête par Israël de ce  territoire contre la Jordanie, le Conseil Yesha a senti le besoin d'expliquer l'entreprise de colonisation en hébreu pour les Israéliens. ...

 

Des Palestiniens, le livret dit, c'est «un nom utilisé pour décrire les Arabes qui vivent dans les territoires de Judée et Samarie», nom biblique de la Cisjordanie. L'occupation, selon le livret, est une fiction. Au contraire, il dit, les terres en question ont été libérées par l'armée israélienne dans la guerre israélo-arabe de 1967.

 

Ce qui est clair pour moi c'est de savoir comment Kershner a pu être le correspondant du Times de Jérusalem depuis 2007 et n'a jamais ouvert un livre sur l'histoire de l'endroit où elle rapporte de. Si elle l'avait fait, elle aurait pu apprendre quelque chose-que la «Cisjordanie» a occupée par la Jordanie, puis a été «conquis» par l'armée israélienne!

 

En 1948, la Jordanie a envahi le territoire, qui avait été mis de côté par le Mandat britanique pour être un foyer national pour les Juifs, elle a occupé la Judée et de la Samarie et Jérusalem-Est, en faisant un violent nettoyage ethnique de leur population juive, ces territoires ont été occupés et déclarés partie intégrales par la Jordanie et qui les a rebaptisé «Cisjordanie». Il n' y a eu seulement que la Grande-Bretagne, l'Irak et le Pakistan qui ont reconnu l'annexion.

 

L'armée israélienne en 1967, a mis fin à la longue et illégale occupation jordanienne de 19 ans. Le livret est tout à fait correct en appelant cet épisode--une libération plutôt qu'une conquête. Et "Judée et Samarie" ne sont pas seulement le nom «biblique» de ce territoire, mais c'était son elle jusqu'en 1950, lorsque les Jordaniens l'ont changé.

 

La ligne de démarcation entre ce territoire et le reste d'Israël, la «ligne verte», est tout simplement l'endroit où l'armée israélienne et les armées jordaniennes en 1949, ont signé l'accord de cessez-le-feu, et il est clair qu'aucun côté de cette ligne n'est destiné à être une frontière (les Jordaniens pensaient qu'il ne devrait pas y avoir d'Etat juif du tout, et les Israéliens voulaient une frontière défendable).

 

La prochaine fois que vous entendrez un argument qui est de savoir si un Etat palestinien doit être établi suivant les lignes d'avant 1967, vous demanderez comment les 19 ans d'occupation jordanienne illégale des terres initialement mises de côté pour la colonisation juive ont changé comme par magie en " terre palestinienne. Surtout que « le peuple palestinien » est formé principalement que des descendants des Arabes émigrés dans ce pays au cours des 200 dernières années, et que leur conscience distinctif de « peuple palestinien » ne se compose que par leur opposition à la souveraineté juive.

 

Un tir de barrage constant de la propagande des médias et de la gauche traite du thème de "l'occupation" des Israéliens et comment c'est illégal, immoral et destructeur pour la nation israélienne. On leur dit que les «colonies» sont la raison pour laquelle il n'y a pas de paix et que les «colons» font tous parti des vandales du « tag meh'ir ». Ils votent encore pour Netanyahu, parce qu'ils comprennent que les recours de la gauche signifierait la fin de leur nation et la mort ou la dispersion des 6 millions de Juifs qui vivent ici. Mais je soupçonne que la propagande a réussi dans une certaine mesure.

 

Le livret Conseil Yesha assume une perspective Sioniste, et donc cela semble si étrange à ceux qui sont habitués à entendre les récits de la gauche et des arabes - ou, comme Kershner, qui se sont employés à les diffuser.

Repost 0
mordeh'ai
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 22:04

J'ai reçu ce texte de Monsieur Edmond Richter, qu'il a fait paraître  dans Alyaexpress-news.com et conforte le texte paru ici-même sur  Les deux plus grandes erreurs stratégiques d'Israël

Mordeh'aï                       

Voici une explication psychologique des erreurs qu’Israël commet encore aujourd'hui. A nous de changer! 


Par Edmond Richter
http://alyaexpress-news.com/?s=Ce+ghetto+qui+nous+colle+%C3%A0+la+peau

Le Cri (en norvégien : Skrik) est une œuvre expressionniste de l'artiste norvégien Edvard Munch

 

Je suis psychothérapeute et je me passionne pour les causes sous­ jacentes à nos comportements, ce fameux „inconscient“ qui nous gouverne à 95%.

Mon travail consiste à libérer mes patients de dogmes, d’idéologies et de fantasmes qui les empêchent de vivre LEUR vie au lieu de suivre ou de copier celle des autres.

 

En tant que psychothérapeute ET juif, je me consacre à comprendre nos comportements autodestructeurs, ceux où nous nous sabotons nous­ mêmes, que ce soit en Israël ou en diaspora. Voici trois exemples (parmi tant d’autres) de tels comportements :

 

1) L’affaire Al Durah, qui fût un montage palestinien et qui fit le tour du monde avec son cortège de meurtres „pour venger les enfants palestiniens“. Philippe Karsenty lutta SEUL pendant plus de dix ans pour l’honneur de Tsahal et d’Israël et contre les fausses affirmations de Charles Enderlin et de France2 sans recevoir le moindre soutien des divers gouvernements israéliens.

Il aura fallu deux reporters ALLEMANDS pour reprendre toute l’affaire, l’analyser objectivement et rétablir la vérité : Tsahal n’avait pu, d’aucune manière, tuer le petit Mohamed Al Durah (https://vimeo.com/67662480 „Trois balles et un enfant mort“ d’Esther Shapira et https://vimeo.com/59475901 „L’enfant, la mort et la vérité“de Georg Haffner et Esther Shapira) La coupable inertie d’Israël, du CRIF et de toute la presse juive est un exemple de cette tendance auto­ destructrice qui, ne l’oublions pas, a causé des morts juives.

 

2) Les directives données à Tsahal pour avoir le droit de se défendre sont d’une stupidité incommensurable et mettent en danger la vie de nos soldats. Il est criminel de risquer ainsi leur vie afin que l’opinion mondiale nous donne un satisfecit de moralité (ce qui n’arrivera jamais, bien au contraire!).

„Tsahal, l’armée la plus morale du monde“ Ah oui ? Allez dire cela à la mère du soldat tué à cause de ces règles confinant à la stupidité. Comprenez­ moi bien : Je suis pour une morale et une éthique de Tsahal, mais pas au prix de la vie d’un seul de nos soldats !

 

3) Le rabbin Stephane Wise fut en 1940 le toutou de Roosvelt. Cela ne me gênerait pas s’il n’avait pas bloqué des initiatives qui auraient pu sauver des centaines de milliers de Juifs, notamment un boycott de l’Allemagne nazie qui commençait à avoir des effets très réels et négatifs pour l’économie allemande.

Mais le rabbin Wise ne voulait surtout pas irriter son maître, le président antisémite Roosvelt.

 

Pourquoi cette tendance auto­ destructrice?

 

Freud, qui était juif, avait ­il raison en postulant un instinct de mort (Thanatos) parallèle à l’instinct de vie (Eros) ?

Je ne le crois pas et je veux avancer une autre explication:

Nous ne nous sommes pas débarrassés de la mentalité du Ghetto.

Des milliers d’années nous nous sommes entraînés à avoir un profil bas, à ne pas riposter, à baisser les yeux, à avoir une attitude plus que respectueuse : déférente, obséquieuse voire servile. Nous courbions l’échine pour survivre…

Surtout ne pas se rebeller, surtout ne pas se faire remarquer, surtout ne pas irriter le maître, surtout exécuter ce qu’il veut de nous…Et maintenant, c’est dans les fibres de nos corps.

 

Sinon comment expliquer que Netanyaou téléphone à Erdogan de l’aéroport, où il accompagnait Obama, pour S’EXCUSER des morts du Marmara?

 

Comment expliquer que durant la guerre de Gaza nous signalions à l’avance où et quand nous allions bombarder, ce qui permettait aux dirigeants du Hamas de se terrer ailleurs ?

Comment expliquer qu’en pleine guerre de Gaza, des colonnes de camions Israéliens livraient à l’ennemi des vivres, du matériel, des pesticides, de l’essence et du gas­oil ?

Comment expliquer qu’un transformateur touché par une roquette du Hamas et ayant de ce fait plongé Gaza dans l’obscurité fut remis en état par une équipe D’URGENCE israélienne ? Comment expliquer que nous nous laissons insulter sur le Mont du Temple sans réagir ?

Comment expliquer que chaque Vendredi, la famille arabe Tamimi de Nabi Saleh provoque des violences en présence de cameraman et que nous ne mettons pas le Hola à cette mascarade ?

Comment expliquer que nous libérions des centaines d’assassins terroristes afin que Mahmud Abbas daigne nous accorder la grâce de bien vouloir « négocier“ avec nous et débiter ses « exigences“ ?

 

Sommes­ nous devenus fous ou serviles à ce point???

 

Ma première explication, la mentalité du Ghetto, signifie que nous acceptons que les autres s’érigent en juges de nos actions :

« Que von t ­ils encore penser de nous ?

Que vont ­ils dirent de nous ?

De quoi vont­ ils encore nous accuser ?

Nous devons être corrects à 200%, inattaquables, irréprochables“.

Pour ce que cela sert ! C’est ce que je voulais dire par « surtout ne pas irriter » … le seigneur (les USA, la communauté internationale…)

 

Comment réagirions ­nous, si nous étions enfin débarrassés de cette mentalité du Ghetto ?

 

A titre d’exemple, voici ma réponse à un article du Dr. Alon Ben­Meir.

„ »Israelis and Palestinians cannot make peace on their own“ dans Jpost du 26/8/2015:

« Je ne comprends pas toutes ces discussions sur les moyens de faire la paix avec les Palestiniens : Au Moyen­ Orient, celui qui veut faire la paix est celui qui a perdu la guerre, celui qui prie l’autre de lui accorder un traité de paix.

Quand avons ­nous perdu une guerre ?

Hey ! Réveillez­ vous ! NOUS SOMMES LES VAINQUEURS !!! Avant que d’accepter, parce que nous sommes généreux, de discuter avec les Palestiniens, ce sont eux qui doivent accepter nos conditions.

 

1) Reconnaître l’État JUIF d’Israël

2) Stopper la glorification des assassins et des terroristes

3) Stopper les violences et les attaques

4) Stopper l’éducation à la haine des enfants 5) Jérusalem est à nous, en entier 6) Pas de droit au retour…et j’oublie certainement 3 ou 4 conditions supplémentaires qui devront être acceptées AVANT TOUTE NÉGOCIATION!

 

Les Palestiniens n’accepterons jamais cela ? ET ALORS ? Ils peuvent continuer à souffrir et à vivre misérablement tandis que nous, nous avons la belle vie. Nous n’avons pas BESOIN de faire la paix ! Quand allons­nous commencer à rejeter la mentalité du ghetto et réaliser que NOUS SOMMES LES VAINQUEURS ?

(petit test : comment as­ tu réagi à cette phrase « nous sommes les vainqueurs » ?)

 

Encore quelques exemples de changement de mentalité?

– Le terroriste Mohammed Allaan fait la grève de la faim ? O.K.! Il a le droit de mourir si c’est ce qu’il désire.

– La guerre de Gaza ? Désolé, vous avez voté pour le Hamas comme les allemands avaient voté pour Hitler. Ce Hamas que vous approuvez à 74% nous lancent des roquettes et des missiles ? Nous ripostons sans prévenir à l’avance, sans vous protéger : La vie de nos soldats nous est plus importante que la vôtre ! Au Hamas de vous protéger !

– La maison incendiée de Douma ? Lancer une enquête, refuser absolument de commenter tant que l’enquête n’est pas terminée et attaquer en justice les médias qui parlent d’extrémistes juifs (protection de la présomption d’innocence).

 

Commencez­ vous à comprendre ce que cela veut dire se débarrasser de la mentalité du Ghetto et retrouver l’ esprit et la combativité des Maccabis ?

 

Il y a quelque temps, j’ai lu une deuxième possible explication :

La panique des cercles dirigeants israéliens à l’idée que l’Iran puisse fabriquer/posséder une bombe nucléaire. Ce jour ­là, disait un haut gradé, fasse Dieu que l’Amérique soit avec nous ! J’avoue que cette explication me trouble ; Il s’agit du dogme intangible du lien USA­ISRAEL, du postulat que nous avons besoin d’eux pour survivre et que cela justifie toutes les couleuvres qu’ils nous font avaler… Ein Brera (nous n’avons pas le choix).

 

Pas le choix ? Attendez : En 1981, Menachem Begin convoqua l’Ambassadeur des États­Unis en Israël et lui passa un sacré savon. En voici un extrait :

 

„Maintenant vous déclarez une fois de plus que vous punissez Israël.

Quel genre d’expression est­ ce: « punir Israël“ ?

Sommes­ nous un état vassal des États­ Unis ?

Sommes­ nous une république bananière ?

Sommes­ nous des jeunes ados qui, s’ils ne se conduisent pas correctement, sont giflés à pleine main ?

Vous ne nous ferez pas peur avec des « punitions“. Celui qui nous menace nous trouvera sourd à ses menaces“ Voilà ce qui s’appelle parler !

 

Et Begin fit publier son discours. Cet homme avait des „cojones“ ! Et l’alliance Israël­ USA tint bon !

 

Et puis en 1940, il n’y avait pas la menace d’un Iran nucléaire que je sache, mais cela n’empêcha pas le rabbin Wise de devenir le toutou à Roosvelt et de trahir les Juifs d’Europe.

En 1942, il n’y avait pas non plus d’Iran nucléaire et cela n’empêcha pas mes deux oncles de vouloir se passer la corde autour du cou pour obéir aux autorités (qui ne savaient même pas qu’ils existaient) : Tous les juifs originaires des pays de l’Europe de l’est devaient se présenter pour être rapatriés dans leur pays d’origine. La véritable destination était en fait Ausschwitz… Mon père réussit à les dissuader d’aller à une mort certaine et ce, afin de ne pas irriter les autorités.

 

A mon avis les deux explications sont valables et se combinent.

Entrer votre adresse émail: Inscrivez-vous Par FeedBurner

1) L’explication „rationnelle“: Nous avons absolument besoin des USA et nous aurons encore plus besoin d’eux lorsque l’Iran sera près d’avoir la bombe (personne ne pouvait imaginer que c’était justement le Président des USA qui allait la leur donner !)

 

2) L’explication « inconsciente“ : Nous croyons devoir toujours démontrer au monde que nous sommes des gens biens, que nous ne mettons pas de sang d’enfants dans nos matzot, que nous ne massacrons pas les civils à Gaza, que nous sommes les „good guys“, moraux, loyaux, humains…. Il nous faut sans cesse apaiser nos „maîtres et seigneurs“ et éviter qu’ils froncent les sourcils.

 

Je crois que l’explication « rationnelle“ sert d’alibi pour ignorer l’explication « inconsciente“.

 

CONCLUSION

Je pense que:

 

a) l’Amérique (Obama, les démocrates…) nous a trahis. Nous n’avons donc plus aucune raison de nous restreindre pour les apaiser.

b) Une thérapie de la mentalité de Ghetto, du « Bird­Jew“ (voir en fin d´article) me semble d’une urgence et d’une priorité absolues.

 

J’avoue que je ne sais pas comment faire la thérapie de tout un peuple.

Par contre je peux imaginer

1) une thérapie de groupe avec les dirigeants israéliens (je ne me fais pas d’illusions et pourtant, ils en auraient bien besoin !!)

2) une longue et intensive campagne publicitaire visant à détruire l’esprit de Ghetto (voir le videoclip de Naftali Benett « Slicha­excusez­moi“ lors de sa campagne électorale) et insuffler l’esprit des Maccabis dans la nation israélienne. Ce serait une entreprise de longue haleine (plusieurs années) et concernant tous les aspects de la vie israélienne (écoles,lycées, universités, médias, création d’événements, postes gouvernementaux, etc…)

 

Enterrons le Juif du Ghetto et célébrons le Juif « sûr de lui et dominateur“, comme disait de Gaulle, ce qui dans sa bouche était un certificat de valeur !

 

ANNEXE: Sarah Honig écrit dans Jpost du 19/02/2015 que Shalom Aleichem rapporte dans son autobiographie une histoire de son grand­ père: The Bird­Jew (le juif­ oiseau):

Un Juif pieux, nommé Noah, vivait dans la peur constante de son propriétaire russe. Il devait cependant aller le voir pour renouveler la location de la terre. Il tremblait… Le propriétaire, de bonne humeur, déclara qu’il le ferait si Noah grimpait sur le toit et prétendait être un oiseau à abattre.

 

Craignant d’indisposer le propriétaire, Noah grimpa sur le toit et prit la position d’un oiseau. Le propriétaire tira et Noah tomba mort.

Bien que sachant qu’il serait, de toutes façons mis à mort, Noah se plia aux volontés du propriétaire jusqu’au bout, terrifié à l’idée de ce qui se passerait s’il se révoltait ou tout simplement refusait…

C’est cette mentalité de rampant, la peur d’offenser son plus mortel ennemi que le Sionisme voulait éradiquer. Il n’a pas hélas réussi complètement: Nous avons enlevé le Juif du ghetto, mais nous n’avons pas réussi à enlever le ghetto du Juif.

 

Notre obsession servile à ne pas énerver encore plus « notre­ maître­ de­ qui­ dépend­ notre­ avenir“ est aussi absurde que le comportement de l’un des deux juifs condamnés à être exécutes. Le premier maudit les tueurs tandis que le second s’écrie horrifié: « Mais pourquoi tu les injuries comme cela, tu vas nous faire tuer!“

 

Et pendant que Benjamin Netanyaou luttait pour Israël, on lui reprochait ici d’énerver le traître Obama.

 

C’est cela le Juif du Ghetto.

 

Et vous savez quoi ? Y en a marre!

Repost 0
mordeh'ai
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 19:30

C'est hilarant!

 

 

Repost 0
mordeh'ai
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 19:26

Par P. David Hornik 

http://www.breakingisraelnews.com/49158/europe-boycotts-jews-rushes-to-tehran-for-business-opinion/#e1MX48kkm4imYtJM.97

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Vendredi, le Parlement européen, au milieu d'une crise majeure de migration, le vrai problème de l'Europe: il a voté pour commencer l'étiquetage des produits qui viennent de territoire israélien «occupé» en Cisjordanie et du plateau du Golan.

 

La mesure adoptée par un vote de 525 à 70 avec 31 abstentions. Bien qu'elle soit non contraignante, il en résulte des résolutions antérieures de l'UE sur l'interdiction de contacts avec les israéliens des «colonies», et est considérée comme assez menaçante que le ministère israélien des Affaires étrangères a prévu une réunion d'urgence sur la question au plus tard cette semaine.

 

Un porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères a dit que le mouvement était discriminatoire et "avait l'odeur d'un boycott." L'Europe a une histoire moderne sans gloire, celle de boycotter les juifs et les entreprises juives qui ont des relents de  boycotts nazis qui avaient débuté en 1933.

 

La préoccupation de l'Europe à propos de "l'occupation" israélienne est très spécifique et même unique. Comme le notent Evelyn Gordon commentatrice, et Eugene Kontorovich spécialiste du droit constitutionnel et international, chercheur - les mêmes fonctionnaires de l'UE qui traitent de l'occupation israélienne comme criminelle " facilitent favorablement l'activité turque dans la partie occupée de Chypre du Nord, l'activité marocaine au Sahara occidental, l'activité chinoise au Tibet occupé , et bien plus."

 

L'UE, en fait, a " tout un programme pour diriger des fonds pour occupation turque de Chypre du Nord ", même si des colons turcs sont de 20-50 pour cent de la population; à quand remonte la dernière fois que vous avez entendu les mots "colons" appliqués aux Turcs?

 

L'UE a également " payé le Maroc pour l'accès à la pêche au Sahara Occidental occupé par le Maroc," ce qui signifie que l'UE " est l'occupant qui paie pour le droit d'épuiser les ressources naturelles du territoire occupé."

 

Et comme Gordon le note:

Israël a une prétention juridique beaucoup plus forte sur la Cisjordanie que ne l'ont les autres "occupants" et l'UE n'a pas de problème de faire des affaires avec eux. La Société des Nations décerné ces terres pour un «foyer national juif», et que le mandat international a été préservé par l'article 80 de la Charte des Nations Unies; le territoire avait pas d'autre souverain reconnu quand Israël a pris à un occupant illégal (Jordanie) dans une guerre défensive; et Résolution 242 du Conseil de sécurité de l'ONU a réaffirmé explicitement le droit d'Israël à se maintenir dans au moins une partie du territoire conquis.

 

Est-ce un traitement "spécial" de la part de l'UE envers Israël et viendrait-il d'un sentiment qui au moins pourrait être interprété comme bénin ou d'une préoccupation particulière pour les Palestiniens? Encore une fois, il y a un problème: le boycott de l'UE se déplace non seulement il concerne la Cisjordanie, mais aussi le plateau du Golan, où là aucun Arabe palestinien n'y vit.

 

Au lieu de cela, il y a là seulement une petite population druze arabe, et ils ont à peine, surtout maintenant veulent faire partie de la Syrie à nouveau. Comme un chercheur israélien note, " Ils ont très peur que les islamistes [il] ne les massacrent."

 

L'UE, alors, voit la présence d'Israël dans le Golan comme illégale, mais ne précise pas qui, parmi les prétendants, veut y régner à la place-du régime d'Assad tueur de masse? Le Nusra d'avant? ISIS?

 

Si, ensuite, il y a un «principe» derrière la poussée de l'UE de boycotter "l'occupation", c'est ceci: chaque pouce de terrain pris par Israël dans la guerre défensive en 1967 doit être Juif-libéré.

 

Ailleurs sur la planète ces "normes" rigoureuses de l'UE semblent être plus flexibles. Comme Soeren Kern le commentateur le décrit le mois dernier, quelques jours seulement après l'accord sur le nucléaire iranien ait été signé à Vienne le 14 Juillet, " les hauts fonctionnaires de l'Allemagne, de la France, de l'Italie et de l'Union européenne se sont précipités à Téhéran afin de poursuivre les transactions commerciales; les dirigeants de l'Autriche, de l'Espagne et de la Suède envisagent de mener des missions commerciales enIran en Septembre et Octobre "

 

Les délégations sont élevées en effet. En première ligne le 19 Juillet c'était celle de l'Allemagne, emmenée par le vice-chancelier, Sigmar Gabriel, qui a averti: " Pour l'Allemagne une chose est claire: Toute personne qui veut des relations durables avec nous ne peut pas remettre en question le droit d'Israël à exister."

 

Considérant que Gabriel a amené avec lui une fouletitude d'hommes d'affaires, cette déclaration est à la base d'une blague de la rhétorique " non contraignante ".

 

Laurent Fabius, le Ministre des Affaires étrangères français pour sa part, a proclamé à Téhéran le 29 Juillet: " Nous sommes deux grands pays indépendants, deux grandes civilisations. Il est vrai que ces dernières années, pour des raisons que tout le monde connaît, des liens se sont distendus, mais maintenant, grâce à l'accord sur le nucléaire, les choses vont changer ".

 

Une délégation italienne menée par le ministre des Affaires étrangères Paolo Gentiloni, une espagnole dirigée par le ministre des Affaires étrangères Jose Manuel Garcia-Margallo, et une autre autrichienne dirigée par le président Heinz Fischer ont bientôt suivi, et d'autres sont sur le chemin.

 

Pendant ce temps, Amnesty International rapporte que les exécutions en 2015 ont atteint des proportions "stupéfiantes" en Iran. L'UE affirme qu'il "détient une position forte et de principe contre la peine de mort; son abolition est un objectif clé de la politique des droits de l'homme de l'Union .... En effet, l'UE est le principal acteur institutionnel et le plus grand bailleur de fonds de la lutte contre la peine de mort ".

 

Mais l'UE est clairement peu préoccupée de la peine de mort en Iran, tout comme un exemple de conduite problématique du régime dans de nombreux domaines. Après tout, ce ne sont pas des «colonies» ou «l'occupation», et il y a trop d'argent à faire.

 

Non, l'Europe se réserve toujours l'arme du boycott pour les Juifs, et elle donne toujours la même odeur de pourri à une morale vertueusement puante.

Repost 0
mordeh'ai
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 06:04

http://www.israpundit.org/archives/63609542

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

L'ambassadeur d'Israël aux Nations Unies, Ron Prosor, a réagi vendredi matin à la déclaration du Conseil de sécurité des Nations unies concernant l'escalade des tensions à Jérusalem en disant que « Lorsque les Palestiniens embrasent le Mont du Temple, Mahmoud Abbas alimente le feu, et le Conseil de sécurité ljette de l'huile sur le feu, c'est une recette pour une explosion régionale.» 

 

« Le Conseil de sécurité des Nations Unies avait appelé à la retenue, s'abstenant de toute provocation et rhétorique et le maintien du statu quo historique » sur le Mont du Temple le jeudi soir.

 

La déclaration officielle était attendue depuis mardi, lorsque le président du Conseil de sécurité, Vitaly Churkin, avait annoncé publiquement que le Conseil en publierait une. Le Conseil de sécurité a exprimé sa «grave préoccupation» et a exhorté toutes les parties à « travailler en collaboration ensemble pour réduire les tensions et à décourager la violence sur les sites saints de Jérusalem.»

 

 La déclaration a souligné « [. ..] Les fidèles musulmans au Haram Al-Sharif doivent être autorisés à prier dans la paix, sans violence, ni menaces et ni provocations ».

 

Les Etats membres du Conseil de sécurité ont également écrit que « les visiteurs devraient s'y rendre sans crainte de violence ou d'intimidation.»

 

L'ambassadeur israélien à l'ONU, Ron Prosor, a répondu: « Que cette déclaration, n'utilisait uniquement que le nom arabe pour le Mont du Temple, affirmant le droit des musulmans à être présents et à prier dans l'enceinte, mais ignorait complètement la violence palestinienne, le lien profond du peuple juif au Mont du Temple et le droit de tous à visiter le site »  

 

Prosor a également pointé du doigt Mahmoud Abbas disant que le leader palestinien avait choisi « d'alimenter le feu de la manière la plus honteuse ».

 

Selon lui, « Le président de l'Autorité palestinienne encourage et légitime les activités extrémistes des islamiques par ses remarques antisémites.»

 

Plus tôt jeudi matin, Prosor avait envoyé une lettre au secrétaire général de l'ONU Ban Ki Moon, réitérant l'engagement d'Israël à maintenir le statu quo sur le Mont du Temple ainsi que « la sauvegarde des lieux saints des trois religions monothéistes à Jérusalem.»

 

L'ambassadeur israélien a ajouté que toute tentative de l'ONU de tergiverser ou d'éviter une déclaration claire afin de dénoncer les responsables de la flambée de violence ne fera qu'encourager encore davantage les activités de déstabilisation, et enflammer une situation déjà dangereuse. 

 

« Les affrontements sur le site sacré se sont intensifiés depuis dimanche. La violence a coûté la vie à un citoyen israélien et fait des dizaines de blessés.» Les forces de sécurité israéliennes ont été placé en état ​​d'alerte vendredi matin, avant la vague de protestations à Jérusalem et en Cisjordanie, qui devraient avoir lieu après la prière de l'après-midi.

Repost 0
mordeh'ai
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 23:25

Par Daniel Pipes
Philadelphia Inquirer

http://fr.danielpipes.org/16115/accord-desastreux-iran

Version originale anglaise: A Tiny Silver Lining in the Otherwise Bad Iran Deal
Adaptation française: Johan Bourlard

malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Si l'accord conclu à Vienne le 14 juillet suscite ma réprobation en raison des dommages incalculables qu'il pourrait causer aux États-Unis et à leurs alliés, j'y décèle toutefois une fine lueur d'espoir. Si tout se passe bien, il se peut en effet que cet accord finisse par causer plus de tort au régime iranien qu'à ses ennemis.

Les inconvénients du « Plan global d'action conjoint » sont si nombreux que les énumérer exigerait un volume supérieur aux 159 pages du traité. Très brièvement, le Plan global offre aux tyrans de Téhéran pour les 10 à 15 prochaines années plus d'argent, plus de légitimité, plus d'armes et un feu vert à l'acquisition d'armes nucléaires. Comme le résume très bien une analyse israélienne du problème, « l'accord confère à l'Iran de façon unilatérale, inconditionnelle et sans aucune contrepartie valable, tout ce que l'Iran recherchait. »

Pire encore, l'accord ne prévoit aucune clause exigeant de l'Iran qu'il renonce à soutenir des organismes violents et à projeter la conquête agressive de ses voisins, l'élimination de l'État juif ou encore le déploiement d'une arme à impulsions électromagnétiques contre les États-Unis. Tellement sûrs de leur position, les mollahs n'ont effectivement jamais cessé d'exprimer leurs intentions belliqueuses ni d'insister sur le fait que les Américains demeurent leurs ennemis. Alors que les négociations étaient en cours, le tyran iranien, le « Guide suprême » Ali Khamenei, a même publié un livre sur la destruction d'Israël. Bref, l'accord ne fait qu'augmenter la probabilité d'une guerre avec l'Iran.

Pour sa part, l'administration Obama, qui a honteusement dissimulé la teneur de l'accord et utilisé des méthodes sournoises pour passer outre le Congrès, est devenue l'avocat et le promoteur de Khamenei.

Pour toutes ces raisons, je suis choqué par les démocrates du Congrès qui ont suivi comme des moutons la folie d'Obama, je me joins aux deux tiers de l'opinion publique américaine qui rejettent l'accord avec l'Iran et je tremble à l'idée des catastrophes que l'accord pourrait entraîner.

Qu'en est-il dès lors de la lueur d'espoir ? En supposant que les dirigeants iraniens ne fassent pas usage de leur armement nucléaire flambant neuf, l'accord pourrait finir par ébranler le régime et ce, pour deux raisons.

La première raison est qu'un contact plus intense avec le monde extérieur et un niveau de vie plus élevé pourraient miner la stabilité du régime. L'Union soviétique et d'autres exemples montrent qu'au plus les sujets d'un système totalitaire prennent conscience du monde extérieur et se comparent à lui, au plus ils deviennent insatisfaits du système idéologique tyrannique dans lequel ils vivent (C'est l'une des raisons pour lesquelles la population nord-coréenne est tenue dans un tel isolement).

Des changements sont déjà en cours en Iran. Selon le journaliste iranien Saeid Jafari, les espoirs de voir davantage de prospérité et de liberté ne cessent de croître. « L'accord conclu récemment par l'Iran avec six puissances mondiales donne à de nombreux jeunes iraniens l'espoir de jours meilleurs. » Et pas seulement à la jeunesse ; « selon la classe d'âge, l'accent est mis sur des sujets controversés tels que l'investissement étranger, les relations de l'Iran avec le monde ou encore, à l'échelle nationale, la sphère politique, sociale et culturelle. » En outre, pratiquement tout le monde souhaite une monnaie plus forte.

Toutefois, le régime résiste aux changements. En matière de liberté, il rejette les nouveaux partis politiques et arrête les marchands qui vendent des vêtements arborant le drapeau américain. En matière de consumérisme, le régime maintient une « économie de résistance » (ce qui signifie une capacité domestique suffisante pour réduire la vulnérabilité aux sanctions et la non dépendance vis-à-vis du monde extérieur).

Le président Hassan Rouhani, intimement lié à l'accord sur le nucléaire, a tenté de désamorcer les attentes en avertissant que la route sera longue et difficile : « Nous pourrons importer des médicaments dès la levée des sanctions en consacrant les fonds non gelés à des importations bon marché. Nous pourrons également utiliser nos ressources pour investir dans le secteur manufacturier, l'agriculture et le secteur des services. Nous optons pour la dernière solution. »

Il existe une deuxième raison qui pourrait faire imploser le régime iranien. Comme l'expliquait brillamment Stephen Sestanovitch de l'Université de Columbia dans un article paru en 1993 sur l'effondrement de l'Union soviétique, ce sont les cadeaux faits par l'Occident lors de la période de la détente qui ont déstabilisé le régime soviétique, même si ces concessions ont permis « la réalisation de tous les principaux desiderata militaires et diplomatiques de l'Union soviétique » – un peu comme l'accord iranien aujourd'hui. « L'incohérence exaspérante de l'Occident a fait de celui-ci un opposant que les Soviétiques n'ont tout simplement pas pu comprendre et encore moins maîtriser. Finalement, c'est la faiblesse démocratique sur laquelle on s'est tant lamenté qui a peut-être permis la victoire. »

Ronald Reagan ridiculisait le baiser entre Jimmy Carter et Leonid Brejnev. Le va-et-vient de l'Occident a épuisé l'Union soviétique.

À l'instar des dictateurs soviétiques, leurs homologues iraniens pourraient également sombrer face aux incohérences et aux revirements des Occidentaux. Sans remettre en cause mon opposition catégorique à l'accord iranien, cette éventualité apporte néanmoins un maigre espoir de bénéfice à long terme, un objectif que les Américains, les Israéliens, les Arabes du Golfe et d'autres stratèges doivent exploiter au maximum dès maintenant.

Repost 0
mordeh'ai
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 22:01

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

http://www.algemeiner.com/2015/09/19/egypt-says-it-has-started-to-flood-gaza-smuggling-tunnels/#

 

Vue satellite de la région du Sinaï de l'Égypte, à la frontière d'Israël dans le Nord.  Photo: Wikimedia Commons.

 

JNS.org - La BBC a signalé que l'armée égyptienne a commencé à inonder les tunnels utilisés par le groupe terroriste Hamas et d'autres palestiniens pour de la contrebande d'armes et de marchandises vers la bande de Gaza.

 

Le mois dernier, l'armée égyptienne a déclaré qu'elle avait jusqu'à présent creusé une tranchée de 20 mètres de profondeur le long de la frontière de Gaza. La tranchée sera remplie par de l'eau de la mer Méditerranée, en utilisant des pompes et des pipelines, les ingénieurs s'y préparent déjà.

 

Au cours de l'année écoulée, l'armée égyptienne a démoli plus de 1.110 maisons du côté égyptien de la frontière de Gaza pour créer une zone tampon, tout en détruisant des centaines de tunnels de contrebande.

 

Les responsables israéliens et égyptiens ont déjà vanté l'idée de créer un fossé le long de la frontière de Gaza.En 2004, Israël a lancé l'idée de douves, mais finalement a abandonné ses plans. L'Egypte espère que l'utilisation de la pisciculture commercialisé encouragera l'investissement pour aider à subventionner le projet.

Repost 0
mordeh'ai
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 21:33

 

http://www.jewishpress.com/news/breaking-news/rules-of-engagement-changing-idf-fires-at-firebomb-throwers-police-request-sniper-training/2015/09/18/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

(JNi.media) La nuit entre jeudi et vendredi a vu des terroristes arabes lançaient une bombe incendiaire sur un véhicule israélien qui circulait sur la route reliant Elon Moreh à Itamar en Samarie, être tirés par une force de Tsahal en embuscade. Un terroriste a été touché et un autre a été capturé et arrêté à la suite d'une poursuite.

 

Après l'incident, le porte-parole de Tsahal a déclaré que " l'armée israélienne continuera d'agir ainsi pour déjouer le terrorisme en Judée et Samarie, et protéger les citoyens de notre pays."

 

Le commandant de la force, le lieutenant-colonel Liron Batito, a déclaré: " Les guerriers du bataillon ont fait cette embuscade avec une compréhension claire de leur mission: pour prévenir les dommages contre des civils israéliens. Le professionnalisme des combattants et leur poursuite de contacts ont abouti à un succès opérationnel admirable ".

 

Au cours de la réunion du cabinet au début de cette semaine, à la suite des récentes attaques terroristes, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré: " Nous allons nous battre par tous les moyens nécessaires contre les pierres, les cocktails Molotov et les lanceurs de bombe, et contre ceux qui tirent des fusées éclairantes pour nuire à des civils et aux policiers. À la veille de la fête, il a été prouvé une fois de plus que les roches lancées pouvaient tuer. Ces actions seront réprimées très durement et il y aura également de la prévention. Nous allons mener un changement systémique et établir une nouvelle norme de la dissuasion et de la prévention ".

 

Dans les discussions conséquentes qui découlèrent, cette semaine, alors que l'instabilité de la sécurité avait empiré à Jérusalem, les fonctionnaires de police ont demandé à l'armée israélienne de les aider à former des snippers. Cela marque une nouvelle approche par la police israélienne à l'égard des terroristes qui n'utilisent pas d'armes à feu.

 

Selon des sources de sécurité, il a été convenu que l'armée israélienne aurait droit à la demande de la police, de participer à des embuscades pendant les perturbations ou près de segments de route connues pour attirer les attaques terroristes. " La connaissance de cette ressource est entre les mains de l'armée, et c'est donc l'armée qui peut aider à former la police", a ajouté la source.

 

Au cours des discussions le ministre de la Défense Moshe Ya'alon a appuyé la demande de la police pour lui permettre l'usage de tirs de snipers - autorisation approuvée par Netanyahu ainsi que par le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan. Ya'alon a également exprimé sa volonté d'aider la police à obtenir la formation dont elle a besoin. À ce stade, le gouvernement est en attente d'une approbation par le procureur général Yehuda Weinstein à changer les règles d'engagement de la police à Jérusalem ainsi qu'en Judée-Samarie

Repost 0
mordeh'ai