Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 23:44
Un ancien responsable palestinien a étrillé la Maison Blanche samedi d'être  pleine de «colons», ont rapporté les médias en langue hébraïque.

Par Deborah Danan
Http://www.breitbart.com/jerusalem/2017/04/16/ahead-of-abbas-trump-meeting-senior-palestinian-official-accuses-white-house-ofbebe-settlers/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 
"Nous avions l'habitude de dire qu'il y avait des colons dans la coalition israélienne d'extrême droite qui déteste les Palestiniens, les Arabes et les Musulmans. Mais aujourd'hui, nous disons qu'il y a aussi des colons à l'intérieur de la Maison Blanche ", a déclaré Hanan Ashrawi, membre du Comité exécutif de l'OLP.

"L'administration a adopté la position extrême de la droite israélienne du [Premier ministre Benjamin] Netanyahu et qui soutient les colonies".

Ashrawi veut dire par ses commentaires désobligeants; que les colons se réfèrent aux juifs vivant en Cisjordanie, qui abrite certains des sites les plus saints du judaïsme.

Ces commentaires viennent alors que le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas se prépare à une visite à Washington pour rencontrer le président Donald Trump en mai. Une délégation palestinienne se rendra à Washington plus tard ce mois-ci pour des réunions préliminaires.

Lors d'un appel téléphonique avec Abbas en mars, Trump a invité le chef palestinien à la Maison Blanche. Les deux ont discuté des "moyens de faire progresser la paix dans toute la région du Moyen-Orient, y compris un accord global qui mettrait fin au conflit israélo-palestinien", selon une lecture de la Maison Blanche.


À la suite de l'appel, Abbas, a déclaré à Jason Greenblatt, négociateur américain du Moyen-Orient, qu'il était sûr qu'avec Trump le soutenant, un accord de paix "historique" avec Israël était possible.

La semaine dernière, Abbas a prévenu qu'il prendrait des «mesures sans précédent» pour mettre fin à la faille entre son parti au pouvoir - le Fatah en Cisjordanie et le groupe terroriste Hamas, basé à Gaza.

"Ces jours-ci, nous sommes dans une situation dangereuse et difficile qui exige des étapes décisives, et nous devons prendre ces mesures décisives", a déclaré Abbas à l'agence officielle  palestinienne WAFA. "Par conséquent, nous allons prendre des mesures sans précédent dans les prochains jours pour mettre fin à la division".



Le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a répondu en accusant Abbas d'utiliser la rencontre prochaine avec Trump pour exercer une pression sur le groupe islamiste et a déclaré que "le langage des menaces et les ordres dictés" ne seraient pas acceptés.
Repost 0
mordeh'ai
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 19:38

Par Ben-Dror Yemini

https://www.breakingisraelnews.com/45184/bds-useful-idiots-at-haaretz-opinion/#Qu36Ec1DMJHKI5ok.97

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif 

 Cette semaine, Le Monde a publié une interview d'Omar Barghouti, l'un des leaders de BDS. Son argument, en substance, est qu'il n'y a pas de problème avec les Juifs vivant comme une minorité sous la domination arabe dans l'état exemplaire, qu'il vise à créer.
 

Il a expliqué, qu'après tout, les Juifs, « n'ont pas souffert dans les pays arabes. Il n'y avait pas de pogroms. Il n'y avait pas de persécution. Et en général, les Juifs en tant que minorités ont prospèré en Europe et aux États-Unis.» Alors, quel est le problème? S'il vous plaît vivre comme une minorité dans une démocratie arabe, qui est connue pour sa protection des minorités, en particulier si elles sont Juives.

 

L'homme souffre d'une double cécité - à la fois au passé et au présent. Il est douteux qu'il existe une communauté juive sous domination musulmane qui n'ait pas souffert de la persécution, avec ou sans rapport avec le Sionisme. La liste est longue. Et le chef du mandat britannique de l'époque le Comité arabe supérieur, Hajj Amin al-Husseini, était en fait un fan bien connu des Juifs. Voilà pourquoi il a apparemment conduit le pogrom contre les Juifs de Bagdad en 1941, le « Farhud », et de là s'est rendu à Berlin pour transformer plus de musulmans en nazis. Il a également écrit au sujet de ses plans pour détruire tous les Juifs des pays arabes.

 

C'est le droit de Barghouti d'émettre un flot d'absurdités. Mais quand il a donné une telle plate-forme importante, on aurait dû lui demander: Excusez-moi, de quoi parlez-vous? Avez-vous oublié les pogroms contre les Juifs en Libye en 1945 et 1948, à Aden en 1948, au Maroc, à Damas et à Alep? Des centaines ont été assassinés, simplement parce qu'ils étaient juifs. Et si nous nous tournons vers le présent, dans les pays arabes exactement vivent-elles ces minorités en paix et dans la tranquillité? Est-il possible que Barghouti veuille dire chez les musulmans noirs du Darfour au Soudan.

 

Comment se fait-il que l'interviewer ne l'ait pas poussé dans ses retranchements?  Eh bien, il s'avère  que l'interviewer n'est autre que Nirit Ben-Ari, une Israélienne. Dans le passé elle a soutenu le parti nationaliste israélien-arabe Balad. Aux dernières élections elle a publié un article supportant la Liste arabe Commune. Elle est aussi une ardente partisane de BDS. Elle a demandé d'interviewer Barghouti pour Haaretz, mais il a précisé qu'il a refusé d'être interviewé par n'importe quel journal israélien, à cause de l'hégémonie  Sioniste.

 

Il aurait dû être informé que le soutien au boycott devient la ligne centrale du Haaretz. Cette semaine, l'éditeur du journal Amos Schocken a déclaré qu'il soutenait un boycott général, non seulement sur les établissements, parce qu'il « ne peut pas comprendre la différence entre ce que nous faisons et ce que les Blancs ont fait en Afrique du Sud ».

 

 Il ne comprend pas? À maintes reprises, de la Commission de Peel de 1937, aux Paramètres de Clinton du plan de division, à la proposition Olmert - les Palestiniens ont refusé toute proposition qui leur aurait donné l'indépendance. Ils ne veulent pas d'un état à côté d'Israël. La campagne de Boycott de Barghouti le souligne ils veulent un état au lieu et place d'Israël. Mais la cécité est un problème sérieux. Schocken refuse de le comprendre
  

Repost 0
mordeh'ai
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 04:16

L'Autorité palestinienne (AP) se fut une fois appelée 'Organisation de libération de la Palestine' (OLP). Elle était présidée par Yasser Arafat, un héros du mouvement de la résistance palestinienne, un parrain de la lutte palestinienne pour la libération et une figure idéologique pour presque tous les jeunes palestiniens. Très peu de gens savaient que Yasser Arafat était un faux héros, un seigneur de la corruption et un véritable parrain du terrorisme palestinien.

La direction palestinienne sous Yasser Arafat a reçu des millions et des millions de dollars chaque année de la part des pays occidentaux et du monde musulman. Le monde musulman considéré Arafat comme un héros de Jérusalem et même ils l'ont considéré comme un deuxième Saladin qui enfin libérera leur terre de l'occupation juive. Le monde musulman connaissait très peu ou rien du tout de la double face de Yasser. Des dirigeants comme lui ont deux visages, deux langues et deux ensembles de promesses. Quand ils communiquent avec la communauté internationale, ils utilisent un ensemble de langues et de valeurs, et font des déclarations et engagements relatifs à un désir de coexistence pacifique. Quand ils tournent leurs visages vers leurs propres nations, ils montrent un visage monstrueux. Quand ils traitent leur peuple, ils ne parlent jamais de la paix, l'incitation  de leur peuple envers le terrorisme. Et ils sont encore mieux placés pour  s'enrichir au détriment du bien-être de leur peuple.

 
Yasser Arafat était l'un des meilleurs d'entre eux. Il a toujours utilisé son peuple pour mener des activités terroristes et en retour, lui et son organisation ont reçu des milliards de dollars des pays qui ont inclus le Qatar, l'Iran, la Syrie, la Russie et d'autres pays arabes

Yasser Arafat n'a jamais révélé sa richesse réelle même à son parti ou à sa famille. Il était l'une des personnes les plus cupides et cruelles de l'histoire courte des Palestiniens. Un ami qui a travaillé avec les Renseignements israéliens a révélé que Arafat est mort en même temps que les accès concernant 75% de ses comptes secrets à l'étranger et personne ne sait où ils sont ni comment y accéder. Ceci est la richesse volée de l'aide palestinienne reçue en dons pour changer la vie des Palestiniens. Les 25% restants des comptes personnels d'Arafat ont été ouvertement transférés à sa famille. Sa femme et sa fille vivent dans un palais des plus luxueux de la banlieue parisienne. Leur style de vie riche peut être comparée à la royauté européenne. Selon mon ami israélien, les deux passent environ 50 000 $ au maintien de ce style de vie de luxe et à la mode. Elles ne se soucient même pas de vivre parmi leur propre peuple, ces gens qui ont combattu avec ce père et soi-disant mari pendant une grande partie de sa vie d'adulte. Elles se fichent de ces personnes qui vivent dans une intense pauvreté, leur seul souci est le maintien de leur style de vie.

En 2003, le Fonds monétaire international (FMI) a commencé à procéder à un audit et a trouvé qu'au moins deux milliards de dollars de fonds de l'Autorité palestinienne avaient disparus. On croit maintenant que très probablement ces fonds ont été transféré à la famille d'Arafat à Paris. Alors que Yasser Arafat était dans un hôpital Parisien, sa femme Soha Arafat a accepté de divulguer le dossier médical d'Arafat à la seule condition que l'enquête en cours sur les fonds manquants soit stoppée. L'Autorité palestinienne était très frustrée de ne pas être en mesure de localiser officiellement et de récupérer l'argent manquant dont ils étaient surs qu'ils avaient été transféré sur des comptes bancaires suisses de Soha Arafat. Enfin, ils ont accepté de lui verser 2 millions de $ dollars par an pour le restant de sa vie. Qu'elle rende secrètement l'argent ou non.
 
Le Mossad croyait avoir transmis des preuves suffisantes au  gouvernement d'Israël, que Yasser Arafat contrôlait un portefeuille financier personnel estimé à 6,5 milliards $ dans la région.
Les médias arabes, y compris les journaux syriens, jordaniens et libanais ont reçu un rapport top secret concernant la situation financière de l'OLP, révélant que pendant des années l'OLP avait un déficit de plus de 95 millions $ par mois. Le rapport est devenu encore plus explosif dans le monde arabe lorsque le FMI a révélé que Arafat avait détourné un milliard de dollars ou plus de fonds de l'OLP à son profit sur les comptes bancaires personnels de Soha entre 1995 et 2000 en Suisse . Un avocat palestinien qui a enquêté sur la corruption de l'OLP a dit,

... [I] connu quatre Arafat Loyalistes qui détenaient des comptes secrets bancaires suisses

Les accords des prix souvent impliquaient les industries du ciment et de la construction dans les territoires palestiniens. La corruption se comptait en millions de dollars, qu'Arafat détournait sous couvert en retour des profiteurs auxquels il donnait une partie. On a souvent dit qu'Arafat était le parrain de tous les parrains. Les investissements secrets de Yasser Arafat ont été divulgués par une équipe d'enquête financière américaine et le rapport a déclaré que Arafat avait investi son argent secret, après avoir été transféré des fonds de l'OLP sur son compte personnel en Suisse. Certains de ces investissements incluaient l'usine d'embouteillage de Coca-Cola à Ramallah, une compagnie de téléphone cellulaire tunisien, et de nombreux fonds de capital-risque aux États-Unis et dans les îles Caïmans. L'argent pour une grande partie de ses investissements provenait de fonds publics comme les impôts palestiniens. Pratiquement aucun d'entre eux n'ont été utilisé  pour le bien-être des Palestiniens et c'était entièrement contrôlé par Arafat et sa famille. Arafat a voyagé presque dans tous les riches pays occidentaux et arabes autour de la parole et en pleurant à tout le monde que « Nous (les Palestiniens) sommes dévastés et notre économie va s'effondrer et nous ne pouvons pas payer les salaires des employés palestiniens, et c'est à cause de l'occupation israélienne et le blocus » . Il a convaincu les pays et le FMI que les paroles sortant de sa bouche étaient vraies et si ils ne finançaient pas l'OLP, l'économie palestinienne serait endommagée et s'effondrerait complètement. Ils ne  soupçonnaient pas encore que Yasser Arafat drainait une énorme quantité de cet argent vers ses comptes bancaires personnels et que son peuple était vraiment encore privé par un chômage élevé et une économie pauvre que ces fonds étaient censés soulager.

 

Selon des responsables américains,

Arafat avait près de 3 milliards $ dans son portefeuille financier personnel connu à 25%

Mais, encore une fois, cette partie de son portefeuille était déjà connu des services de renseignements et des pouvoirs financiers occidentaux. A cette époque, personne n'était au courant de l'évasion de 75% de ces fonds, lui seul et probablement une partie de sa famille - sa femme et sa bru étaient au courant.

Selon un responsable israélien, lorsque Yasser Arafat était vivant il avait payé 100 000 $ par mois sur le budget palestinien à sa femme Soha qui était restée à Paris où elle a vécu sans compter avec cette allocation. Arafat avait un compte supplémentaire à la banque suisse pour l'Autorité palestinienne, mais le nom de code du compte n'était connu que par lui seulement. Il devait y avoir plus de 300 millions $ sur son autre compte en Suisse à la Banque Lombard Odier, car c'est là que tout l'argent a été transféré de la Banque d'Israël Leumi. Comme il a été mentionné plus haut, les comptes secrets  suisses d'Arafat ont été fermé l'époque où il est mort et personne ne dira où cet argent est allé.

Personne ne sait même pas à la hauteur du montant du salaire qu'Arafat s'attribuait en tant que président de l'OLP quand il était en exil. Arafat a reçu des centaines de millions de dollars du KGB (le service de renseignement de l'URSS) et des Saoudiens.

Saddam Hussein aujourd'hui décédé aurait remis un chèque de 50.000.000 $ à Arafat pour l'avoir soutenu pendant la première guerre du Golfe.

Où l'argent a disparu, on  croit que Soha Arafat le sait. D'autres scandales où Arafat a participé directement à des commissions occultes, comme celle du gaz et du pipeline de pétrol pour les zones palestiniennes et l'investissement d'Arafat sur les marchés boursiers mondiaux.

Beaucoup de palestiniens avaient et ont peu d'argent, afin d'avoir leurs propres entreprises de payer suffisamment d'emplois et des logements décents. Les Arafats du peuple palestinien avaient tout l'argent pour le distribuer et réaliser tous les rêves palestiniens. S'ils avaient pu utiliser cet argent pour bouster l'économie au lieu de détourner cet argent afin de payer les salaires des terroristes Palestiniens, ceux dont le seul travail est de commettre des actes terroristes contre l'Etat d'Israël, de penser à ce qui pourrait exister aujourd'hui. On aurait pu construire des écoles et des universités., Créer des médicaments, et de faire le meilleur endroit du monde entier. Au lieu de cela, on les a envoyé dans les centres de formation afin de créer des terroristes. les enfants palestiniens devraient attendre longtemps, la santé, une vie prospère dans leur propre pays au lieu de ne voir leur seul but dans la vie que - mourir jeune.

 

Yasser Arafat n'était pas un héros des Palestiniens, mais un seigneur de la mafia dans un réseau corrompu. Lui, sa femme et sa fille ont choisi d'être les suppôts avides d'argent qui ont détruit leurs chances à des personnes d'avoir une véritable nation et ont laissé un avenir sombre et sans espoir à la nouvelle génération de peuple palestinien.Maintenant, Gaza est sous le Hamas et l'Autorité palestinienne sous Mahmoud Abbas continue à fonctionner dans les pas de Yasser Arafat de la corruption totale. 

Repost 0
mordeh'ai
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 11:38
Par Haim Isrovitch
Http://www.jpost.com/Arab-Israeli-Conflict/Report-Hezbollah-evacuating-positions-near-Israels-Golan-Heights-486939
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif 
 
L'agence de presse syrienne qui a brisé le secret mais n'a pas dit pourquoi les militants ont quitté leur position sur leur forteresse près de la frontière israélo-syrienne.

Les forces du Hezbollah ont commencé à évacuer le territoire près de la région du Golan en Syrie, non loin de la frontière israélienne, après que le Département d'Etat américain ait exigé que l'organisation terroriste libanaise quitte immédiatement la région, a annoncé jeudi l'agence de presse syrienne Al-Ittihad.

Le rapport a ajouté que les combattants du Hezbollah ont commencé à dégager leur forteresse dans les montagnes de Qalamun, près d'une semaine avant que l'armée américaine ne fasse des raids aériens contre la force aérienne du président syrien Bashar Assad le 6 avril 2017.

Les fusillades israéliennes prétendument attaquer les cibles du Hezbollah en Syrie pendant la nuit

L'opération militaire des États-Unis a été en réponse à une attaque chimique prétendument menée par des forces gouvernementales, qui ont fait 78 tués et plus de 550 blessés dans la ville du nord-ouest d'Idlib la semaine dernière.

Al-Ittihad n'a pas dit pourquoi les militants ont quitté leur poste sur la région frontalière syrienne orientale.

Un certain nombre de sources aurait dit à la publication syrienne, qu'au moins 300 combattants du Hezbollah ont abandonné 14 postes dans la région de Quneitra, qui se trouve à proximité du territoire israélien du Golan. Les militants, selon les sources, seraient partis avec les chars, les véhicules blindés et les armes lourdes et qu'ils se dirigeraient vers Damas la capitale syrienne .

"Cinq véhicules accompagnés d'un certain nombre d'autos mitrailleuses ont franchi la frontière du Liban et nous croyons qu'il y avait des hauts responsables du Hezbollah ou des hauts fonctionnaires iraniens", ont déclaré les sources au site de nouvelles syriennes.

Le porte-parole du Département d'Etat américain, Mark Toner, a mardi abordé la menace que l'organisation terroriste oppose aux États-Unis et à ses alliés, exigeant qu'ils retirent leurs forces et s'abstiennent de porter "appui au régime [Assad] sur des opérations militaires en Syrie ".

"Les forces du Hezbollah ont aidé le gouvernement syrien à mettre en œuvre la brutalité contre son propre peuple et a également provoqué une instabilité au Liban", a ajouté Toner.
Repost 0
mordeh'ai
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 19:59
La frappe syrienne fait éclater les mensonges, clés de la résistance des Démocrates à la présidence Trump.
http://www.frontpagemag.com/fpm/266379/game-changer-syria-%E2%80%93-also-trump-david-horowitz
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif 
 
 
La frappe de missiles Tomahawk, de Trump, sur la Syrie est pour la plupart des commentateurs un revirement du jeu international, l'envoi d'un message aux mauvais acteurs du Moyen-Orient et à la Corée du Nord: il y a « un nouveau shérif en ville » et la superpuissance américaine est de retour. Ce qui manque à ces analyses c'est une reconnaissance des répercussions de la frappe au niveau national.Car ce bombardement de la Syrie est aussi un changement de donne pour le président Trump, qui jusqu'à présent a été la cible d'attaques politiques déraisonnables sans précédent.
 
La frappe syrienne fait exploser le mythe central de la résistance des Démocrates à la présidence de Trump. C'était l'accusation que le nouveau commandant en chef de l'Amérique était un pion entre les mains de Poutine, un partenaire de la bête russe; c'était difficile de réfuter définitivement. Plus maintenant. La frappe en Syrie l'a soufflé et envoyé dans le ciel comme les débris des avions syriens détruits par des tomahawks. Désormais, les critiques de Trump sont plus susceptibles d'avertir d'une guerre imminente avec la Russie qu'une capitulation imminente aux caprices de Poutine.
La frappe chirurgicale de Trump contre la base d'armes chimiques de la Syrie a également eu pour effet de déplacer Trump vers le centre de la politique américaine. Il a reçu des éloges de ces improbables Démocrates-Nancy Pelosi et Chuck Schumer, les dirigeants de l'équipe de démolition au vitriol, les anti-Trump. Selon les termes de Schumer, « Veiller à ce que Assad sache que quand il commet de telles atrocités ignobles il payera un prix c'était une bonne chose à faire.» Même Louise Slaughter membre du Congrès du caucus de gauche du Parti progressiste a décidé que la frappe de Trump était « une réponse proportionnée à Assad pour l'utilisation barbare d'armes chimiques contre des civils innocents.»
Les témoignages comme celui-ci déchiquetent la calomnie que Trump est hors de l'ordinaire, une frange dangereusement imprévisible à comprendre; un clown irresponsable, incompétent, imperméable aux conseils et aux avis d'experts. Au lieu de cela 'un large consensus s'est formé que Trump a fait exactement ce que Obama n'a pas réussi à faire quand Bachar al-Assad avait franchi la ligne rouge qu'Obama avait tracé contre l'utilisation d'armes chimiques. Dans la conception de sa propre réponse, Trump manifestement a tenu compte de l'avis de ses conseillers militaires et l'équipe de sécurité nationale, d'arriver à un plan qui a réalisé la mission sans aller un pont trop loin. Une réponse ferme mais mesurée qui a fourni un contraste frappant avec les dirigeants ineptes d'Obama, qui était connu pour résister à des conseils fournis par ses chefs conjoints au cours de ses huit années en tant que commandant en chef. Alors que la frappe syrienne a remis l'Amérique sur la carte comme une grande puissance militaire, son impact à long terme était de saper les bobards ultimes des Démocrates que Trump était « inapte » pour entrer dans le bureau oval. Ce sera un défi de taille pour persuader à nouveau toute personne raisonnable de cette accusation malveillante .
 
Jusqu'à présent les formidables succès de Trump – re-dynamiser l'économie, ce qui alimente un boom du marché boursier, ramenant les usines et les emplois, ce qui réduit considérablement les passages illégaux à la frontière, obtenir son candidat désigné confirmé par la Cour – ont été obscurci par la tempête des accusations malveillantes avec lesquelles les Démocrates ont tenté d'enterrer sa présidence. Mais dans les jours à venir, le respect de l'action de Trump sera son armure contre ces calomnies, ce qui diminue considérablement leur crédibilité et leur puissance. En conséquence, le président sera jugé par de plus en plus d'Américains sur la base de ce qu'il fait en réalité plutôt que par les fantasmes paranoïaques qui ont été jusque-là des agrafes des Jamais Trumpers , de gauche et de droite.
Repost 0
mordeh'ai
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 16:57
Par Jeff Dunetz
http://lidblog.com/obama-knew-syria-still-had-chemical-weapons/
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif 

Obama Administration Knew Syria Still Had Chemical Weapons (But Lied)

Le Président Obama a menti à l'Amérique à plusieurs reprises à cause de sa réélection et / ou son héritage. Il y avait eu le mensonge de la vidéo sur la responsabilité d'une attaque spontanée à Benghazi à cause d'une bande-annonce vidéo YouTube pour un film moche, le mensonge sur l'accord Iran qui comprenait des inspections, enclencher une défense rapide et qui retardait l'éventualité de l'arme nucléaire iranienne pour beaucoup plus que les dix ans réels, et il y a eu le mensonge qu'il n'a pas payé une rançon à l'Iran pour les otages, mais la plus pertinente pour les nouvelles récentes a été le mensonge que la Syrie a renoncé à toutes ses armes chimiques en 2013, il le savait qu'ils ne l'avaient pas fait, mais il se vantait du succès de son règlement négocié de toute façon.

 

Comment puis - je être aussi bien sûr ...que James Clapper dit cela lors de son témoignage au Congrès en 2016. Que Sean Keely dans The American Interest sur les points de l'ancien directeur Clapper de son Témoignage devant le Congrès National Intelligence.de février 2016
 

D'abord Keely souligne le fait que le directeur national de Trump mentionne que quand ils ont choisi des cibles pour l'attaque de la semaine dernière sur la base aérienne de la Syrie , ils ont pris soin d'éviter les zones où ils pensaient que le gaz sarin a été stocké. Ce qui soulève la question comment pouvions-nous soupçonner que sarin était stocké dans certaines zones de l'aéroport?

 

 Est-ce que l'administration Obama savait que ces dépôts existaient encore après son accord « historique » qui était censé éliminer toutes les armes chimiques de la Syrie?

 

Les signes indiquent que-OUI. Dans le témoignage de Février dernier  au Congrès, le directeur du renseignement national d'Obama - James Clapper a reconnu « les lacunes et les incohérences dans la déclaration de la Syrie,» la validation des rapports que la Syrie cachait encore des produits chimiques interdits dans des lieux inconnus.

En 2016 Business Insider a couvert le témoignage de Clapper au Sénat .

« Nous éstimons que la Syrie n'a pas déclaré tous les éléments de son programme d'armes chimiques à la Convention sur les armes chimiques (CWC) ... Malgré la création d'une équipe spécialisée et des mois de travail de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) à combler les lacunes et les incohérences de la déclaration de la Syrie, de nombreuses questions restent en suspens.» 
Il a dit: la Syrie a mené des attaques d'armes chimiques, même après la mise en œuvre de l'accord de Septembre 2013.
« Nous continuons à juger que le régime syrien a utilisé des produits chimiques comme moyen de guerre depuis l'adhésion à la CIAC en 2013 », a déclaré Clapper.
Il a noté la conclusion des enquêteurs de l'OIAC que « le chlore a été utilisé sur les forces de l'opposition syrienne dans plusieurs incidents en 2014 et 2015. » Le régime lançait encore des bombes de chlore.
« Les hélicoptères - dont seul le régime syrien - possède ont été utilisés dans plusieurs de ces attaques », a déclaré Clapper.
 
Les attaques de chlore ont été documentées en Syrie tout au long de 2014 et 2015 , tandis qu'un groupe de médecins syriens a découvert au moins 31 attaques de chlore dans le pays au cours d' une seule période de 10 semaines en 2015 .
Et il est clair depuis longtemps qu'au moins une partie des infrastructures-armes chimiques de la Syrie sont restées en place après la mi-2014. Selon un rapport de Juillet 2015 au Wall Street Journal, les agences de renseignements des États - Unis «ont conclu que le régime n'a pas renoncé à toutes les armes chimiques qu'il était censé détruire»  tandis que Assad « continu d'exploiter des installations armes recherche».   
Par conséquent , alors que le président Obama, le secrétaire d'Etat Kerry, et bien sûr la menteuse Susan Rice désignée par l' administration Obama ont dit à l'Amérique que leurs négociations merveilleuses ont fonctionné et toutes les armes chimiques de la Syrie étaient détruites- James Clapper sur les attaques au chlore documentées ont prouvé qu'il mentait. Mais six mois après le témoignage de Clapper, en Août 2016 question de l'Atlantic, porteur d'eau de la politique étrangère d'Obama Jeffrey Goldberg, a fait son devoir et a écrit un article faisant l' éloge de la décision d'Obama d'ignorer sa « ligne rouge » pour punir le régime Assad si jamais armes chimiques étaient utilisées.
 
Même le Politifact libéral a renoncé à sa demande plus tôt sur cette déclaration de Kerry en 2014 ancien secrétaire d'État.  John Kerry a déclaré dans une interview télévisée «nous avons obtenu la destruction de 100 pour cent des armes chimiques de la Syrie. »

 

. Mercredi dernier Politifact a publié un article qui disait en partie ceci:

Lorsque Kerry a parlé en Juillet 2014, le processus semblait bien long. D'après les rapports de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques - qui plus tard a remporté le Prix Nobel de la Paix pour ses efforts - nous avons noté que la revendication 'la plupart du temps vraie'. Il y avait des mises en garde au sujet des informations incomplètes, mais à l'époque, les experts internationaux ont dit que la demande avait été largement tenue.
Compte tenu de ces événements récents, nous avons tiré ces faits-parce que nous avons maintenant beaucoup de questions sans réponse.
Nous ne connaissons pas les détails clés sur l'attaque chimique rapportée en Syrie le 4 Avril, 2017, mais elle en soulève deux possibilités: soit il est clair que la Syrie n'a jamais pleinement respecté sa promesse de 2013 et révélé toutes ses armes chimiques; ou elle l'a fait, mais a ensuite converti par ailleurs des produits chimiques non létaux à des fins militaires.
D'une façon ou d'une autre, les événements qui ont suivi ont donné tort à Kerry.
D'après les preuves mentionnées ci-dessus sur Kerry elles n'étaient pas fausses, il avait menti.
 
Sean Keely de The American Interest a également signalé:

Et sur son chemin vers la sortie en Janvier de cette année, tranquillement le Trésor Public d'Obama a introduit de nouvelles sanctions  contre des responsables syriens impliqués dans la guerre chimique. Confiné dans la langue sanctionnant un fonctionnaire particulier c'était un aveu révélateur:  « En 2016, le général de brigade Ghassan Abbas a continué d'agir en Syrie à des lieux associés à des missions liées à la guerre chimique. »

Comme pour Benghazi, l'Iran Deal, et la rançon payée à l'Iran, l'affaire pour se débarrasser des armes chimiques de la Syrie était une escroquerie. La Syrie ne s'est jamais débarrassée de toutes ses armes chimiques et l'administration Obama le savait tout au long de ces derniers mois. Sauf la plupart d'entre eux ont menti à ce sujet.

Ci - dessous un fichier audio d'une interview NPR avec la menteuse Susan Rice désignée par l'administration Obama. L'entrevue a eu lieu en Janvier 2017 et Rice se vantait de l'accord qui a retiré les armes chimiques de la Syrie. Cette interview a eu lieu presque un an après que James Clapper a dit au Congrès, que les syriens avaient encore (et elles ont été utilisé) des armes chimiques, et quatre jours seulement après que le Département du Trésor a sanctionné des responsables syriens pour l'utilisation du chlore gazeux.

Mais rien de tout cela n'a empêché la menteuse désignée de l'administration Obama de dire:
 
« Nous avons pu trouver une solution qui ne nécessite pas l'utilisation de la force et qui fait disparaître les armes chimiques que détenait la Syrie, d'une manière que l'utilisation de la force aurait jamais accompli.Notre objectif à contempler l'utilisation de la force suite à l'utilisation des armes chimiques en Août 2013 c'était de ne pas intervenir dans la guerre civile, de ne pas participer au combat entre Assad et l'opposition, mais pour faire face à la menace d'armes chimiques par de la diplomatie nous l'avons fait avec la Russie et le Conseil de sécurité. Nous avons pu obtenir du gouvernement syrien de donner volontairement et son stock vérifiable d'armes chimiques.»      
Repost 0
mordeh'ai
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 13:11
http://www.breitbart.com/jerusalem/2017/04/08/nasrallahs-threats-against-israel-are-a-risk-to-lebanon-writes-lebanese-columnist/
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif 
 

Résultat de recherche d'images pour "fotos hezbollah"

Dans une chronique publiée dans Arab News en Arabie Saoudite, la chroniqueuse Diana Moukalled a noté la récente escalade de la rhétorique  du Secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah.

Le chef du Hezbollah, que l'on a à peine vu en public depuis la guerre de 2006 avec Israël, a ces derniers mois menacé de lancer des roquettes contre l'installation ultra secrète d'Israël à la périphérie de la ville méridionale de Dimona, qui comprendrait un réacteur nucléaire, ainsi que contre un énorme réservoir d'ammoniac dans la métropole du nord de Haïfa, troisième ville la plus peuplée d'Israël.

Une traduction récente de l'édito de Moukalled a été publiée le 3 Avril par l' Institut de recherche des médias du Moyen - Orient . Le même édito en arabe a été publié le 26 Février.

Dans la pièce, intitulée « Est-ce que le Hezbollah menace Israël ou nous? » Moukalled était d'avis que les menaces de Nasrallah sont destinées à masquer les énormes pertes que le groupe terroriste a souffert dans la guerre civile syrienne.

Les estimations de renseignement israélien disent que la milice chiite, qui s'est rallié au président syrien Bachar al-Assad, a subi au moins 1.000 morts sur le champ de bataille.

« Israël a réagi aux récentes déclarations du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah avec un mélange de moquerie et de cynisme, comme il dit le Hezbollah était prêt à bombarder le réacteur nucléaire de Dimona ou les réservoirs d'ammoniac », écrit Moukalled. « Sites israéliens ont rapporté des discussions militaires indiquant que Israël estime que le Hezbollah est confronté à un dilemme sur l'aide et des fonds en raison des combats en Syrie. »

Dans sa chronique, Moukalled a également noté que les deux objectifs - l'installation de Dimona et le réservoir d'ammoniac - sont à proximité de civils israéliens juifs et arabes.

« Dans le passé, Israël a traité plus sérieusement et soigneusement les menaces du Hezbollah et ses mouvements, mais cela a apparemment changé. Je ne loue en aucun cas Israël, un Etat occupant raciste, ou je ne minimise pas le danger comme un agresseur. Au contraire, cela est une tentative de comprendre le tourbillon de la rhétorique récemment lancée par Nasrallah, qui affecte Libanais, Palestiniens et d'autres vivant à quelques kilomètres du réacteur Dimona » , écrit-elle.

Moukalled a averti que si les patrons iraniens du Hezbollah décident de se lancer dans des « aventures », y compris contre Israël, au détriment du peuple libanais, le résultat peut être catastrophique pour le Liban.

« Tout le monde, principalement le Hezbollah, sait que les résultats de toute guerre ou de toute action militaire contre Israël seraient catastrophiques. Nasrallah peut avoir appris cette leçon, puisque le front sud avec Israël a été calme depuis la fin de la dernière guerre il y a 11 ans » , écrit-elle.

« Mais la situation est telle qu'elle était pendant la guerre de 2006, lorsqu'Israël affirme que sa réponse sera massive contre le Hezbollah et le Liban si le Hezbollah entreprend une action militaire contre elle », a-t-elle ajouté.

Moukalled a écrit que « cette menace inclut la préparation d'Israël à cibler tout le territoire libanais. Les commentaires du président libanais Michel Aoun disant que les armes du Hezbollah complètent le rôle de l'armée servent de prétexte à Israël pour cibler aussi l'armée. »

Ces derniers mois, les responsables militaires israéliens ont indiqué que si le Hezbollah devait tester la détermination de l'Etat juif, l'armée israélienne réagirait en faisant plus de ravages qu'en 2006.

Dans la guerre de 2006, Israël a détruit presque toute l'infrastructure des routes et des ponts dans les premiers jours de la guerre.

Depuis le début de la guerre civile syrienne, l'Etat juif a bombardé des convois d'armes dirigés vers le Liban tant qu'il les a pris sur le territoire syrien, niant ainsi un casus belli au Hezbollah afin qu'il évite de renouveler les attaques.

Les Renseignements israéliens surveillent étroitement le réarmement du groupe chiite depuis la fin de la deuxième guerre du Liban.

Repost 0
mordeh'ai
9 avril 2017 7 09 /04 /avril /2017 20:19
Une nouvelle ligne rouge : Trump, à la différence d'Obama, ne sera pas resté silencieux pendant que l'Etat syrien assassinait ses civils.
 
Professeur Eitan Gilboa
http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/227921
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif 


Dans un article publié sur le site Internet hébraïque d'Israel Hayom, le professeur Eitan Gilboa a dit que le président américain Donald Turmp change la politique étrangère de l'Amérique et la politique de sécurité, surtout quand on en vient aux armes de destruction massive:

Trump a dit qu'il ne tolérerait pas l'utilisation d'armes chimiques - et il ne s'est pas assis paresseusement quand elles ont été utilisé.

À la différence de son prédécesseur, Barack Obama - qui a fait des promesses et qui a manqué ensuite à les réaliser.

Trump a effacé l'échec d'Obama et a mis une nouvelle ligne rouge limitant l'utilisation des WMD (Armes de Destruction Massive)partout dans le monde.

Quelques années tard, Trump a répondu à la décision du président syrien Bashar al-Assad de traverser plusieurs lignes rouges. Là il y avait des signes précurseurs. L'Ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, a dit au Conseil de sécurité de l'ONU que si elle ne l'avait pas fait ainsi, il y aurait eu plusieurs autres nations qui auraient pris responsabilité plutôt. Le Secrétaire d'État américain Rex Tillerson a dit que la Russie a manqué d'empêcher la Syrie d'utiliser des armes chimiques et il y avait des allusions de la Maison Blanche que Trump planifiait l'action militaire.

L'attaque américaine était intelligente, rapide, logique et concentrée. Elle a puni le site d'où les armes chimiques ont été lancées. Apparemment, c'était le résultat de prise de décision efficace et la décision a inclus plusieurs généraux de haut rang  et expérimentés . En dépit des plaintes de foule d'anti-Trump qu'il agit (Trump) à la hâte, cette frappe militaire a été très bien planifiée et prudente.

Trump a envoyé un message clair à la communauté internationale en général et au Moyen-Orient en particulier. À la différence d'Obama, qui n'a pas agi en chef du monde libre, Trump a fait joué le droit et a mis de l'ordre dans la communauté internationale. Obama a laissé la Syrie aux chiens et le Moyen-Orient à la Russie et ç l'Iran. Trump change cette politique.

Il n'est pas encore clair comment l'attaque affectera le rapport de Trump avec président russe Vladimir Putin. Il est clair que Trump n'est pas "l'agent" de Poutine mais il est aussi clair que Trump veut parvenir à un accord avec Poutine. Il se pourrait qu'ils commenceront à négocier maintenant. À la différence d'Obama, qui a troublé des amis et des ennemis, Trump reconstruit les liens traditionnels des Etats-Unis et prévient ses ennemis. Il reconstruit le rapport de l'Amérique avec Israël, l'Egypte et l'Arabie Saoudite et prévient l'Iran et ses alliés, aussi bien que l'EIIS.

L'attaque de Trump sur la Syrie est aussi un avertissement à d'autres pays qui développent des Armes de Destruction Massive et les moyens de les transférer. L'Iran et la Corée du Nord collaborent pour créer des armes nucléaires et des missiles ballisitic à long terme. Trump veut annuler "l'affaire de l'Iran", qu'il voit comme très nuisible et dangereuse. Il a placé de nouvelles sanctions sur les gens et les organisations impliquées dans le terrorisme. Sans doute qu'il examinera "l'affaire de l'Iran" et tous ses paragraphes, dans le plus grand détail et travaillera pour empêcher l'armée de l'Iran d'entrer dans les pays tels que le Yémen.

 

Traduit d'un article du site Web en hébreu d'Israël d'Hayom

Repost 0
mordeh'ai
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 19:02
Par Freddy Eytan
http://jcpa-lecape.org/le-defile-des-dirigeants-arabes-a-la-Maison-Blanche/
 
 
Après avoir rencontré chaleureusement le Premier ministre Nétanyahou, le Président Trump reçoit successivement le président Egyptien, Abdel Fatah al-Sissi, le roi Abdallah de Jordanie et le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.
 
C’était la première fois qu’un président égyptien était reçu officiellement à la Maison Blanche depuis huit ans. Barack Obama refusait de recevoir Moubarak et Sissi parce qu’ils n’avaient pas respecté, selon lui, les droits de l’Homme.
 
Pourtant, Obama avait prononcé justement au Caire son fameux discours sur la réconciliation avec le monde musulman. Pis encore, il avait souligné qu’il était favorable à la confrérie des Frères musulmans et l’élection à la présidence de l’islamiste Mohammad Morsi.
 

Obama avait refusé d’aider l’Egypte à sortir de ses graves problèmes économiques. Il refusa également toute aide militaire pour assurer la stabilité de ce pays face au terrorisme qui se déchaîne dans le Sinaï, aujourd’hui encore.

 

Soulignons que l’abandon de l’Egypte par Obama a dirigé Sissi vers le Kremlin de Poutine, et a considérablement renforcé ses relations stratégiques et tactiques avec Israël.

 

La rencontre de Sissi avec le Président Trump est donc un grand tournant pour notre voisin du Sud. La question des droits de l’Homme ne sera plus, comme l’exigeait Obama, une condition sine qua non pour renforcer les liens militaires et économiques. L’aide allouée chaque année à l’Egypte dépassera probablement deux milliards de dollars.

Résultat d’image pour maréchal Sissi

Trump a loué le « travail fantastique » du maréchal Sissi

De même avec le roi Abdallah, submergé de difficultés avec l’afflux de réfugiés syriens et risquant l’instabilité constante de son fragile régime. La nouvelle administration américaine n’abandonnera pas non plus le roi hachémite.

 

Le troisième leader arabe qui souhaite demander une aide est le Palestinien Mahmoud Abbas. Ce dernier qui avait critiqué Trump se trouve dans l’obligation de faire avec. Il exigera de faire pression sur Nétanyahou pour geler toutes les implantations et relancer le processus de paix sous le patronage des Américains. Il s’opposera aussi au transfert de l’Ambassade des Etats-Unis à Jérusalem.

 

Pour l’heure, personne ne sait ce que va décider le président Trump. On parle sérieusement d’une conférence régionale qui permettrait non seulement de régler le problème palestinien mais aussi les crises en Irak, au Liban et surtout en Syrie. Un nouveau Deal régional que l’Etat d’Israël devrait bien étudier préalablement avec les Américains.

 

Certes, Obama n’est plus aux commandes et les relations avec Washington se sont nettement améliorées dans tous les domaines, toutefois nous devrions être à la fois prudents et vigilants. Nous constatons, chaque jour, que le nouveau président est imprévisible et pourrait bien nous réserver certaines surprises

Repost 0
mordeh'ai
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 11:52
Netanyahou: la nouvelle arme secrète d'Israël présente une «menace existentielle» pour nos ennemis
 
Par Israel Today Staff           
http://www.Bing.com/Translator/?to=&from=&Ref=IE8Activity
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif 

 

Israël cette semaine a dévoilé officiellement une arme secrète-un secret qui n'en est pas un-, qu'il a travaillé en collaboration avec l’industrie de défense américaine depuis quelques années.
 

L’entrée en service du système anti-missiles Fronde de David complète le bouclier antimissiles multi-niveaux d’Israël.

 

Déjà depuis le Dôme de fer qui protège le sud d’Israël des roquettes à courte portée et des obus de mortier.

 

Le système Arrow est récemment entré en service pour défendre Israël contre les missiles balistiques à longue portée. Il a été utilisé il y a une semaine pour défendre l’aviation israélienne sur une mission au-dessus de la Syrie contre les défenses antiaériennes ennemies.

 

La Fronde de David vise à combler l’écart entre le Dôme de fer et l'Arrow en abattant le type de missiles à moyenne portée du Hezbollah au Liban, qui est soupçonné d’avoir des dizaines de milliers.

 

Avec ce bouclier de missile multi-niveaux en place, les ennemis d’Israël sont peu susceptibles de lui faire beaucoup de dégâts, mais ne survivraient pas à une importante contre-attaque israélienne.

 

Et c’est pourquoi lors de la cérémonie de présentation de la Fronde de David  le premier ministre Benjamin Netanyahu a lancé cette mise en garde : « Quiconque tentera de nous chercher sera frappé, et ceux qui menacent notre existence se mettront en danger existentiel.»

Repost 0
mordeh'ai