Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 14:37

Lorsque les mensonges sont le fondement des politiques.

 

Par Bruce Thornton

http://www.frontpagemag.com/fpm/260465/middle-east-and-orwellian-historical-arguments-bruce-thornton

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

 

Beaucoup de nos débats et conflits politiques tant appels nationaux qu'étrangers font appel à l'histoire afin de valider leurs allégations. À la maison, les crimes du passé comme l'esclavage et la ségrégation légale sont utilisés pour justifier les politiques actuelles allant des marchés raciaux  en sommeil aux règlements de logement longtemps après que ces institutions aient été démantelées. À l'étranger, nos ennemis djihadistes évoquent constamment les Croisades, le «colonialisme», et «l'impérialisme» comme justifications à leur violence. Pourtant, «l'histoire» utilisée de cette façon est généralement unilatérale, simpliste, ou carrément fausse. Ni c'est la raison difficile à trouver: comme nous le lisons dans 1 984, «Qui contrôle le passé. . . contrôle le futur:. qui contrôle le présent contrôle le passé » L'imparfaite histoire est un instrument puissant pour la conquête du pouvoir politique.

 

Nulle part l'abus de l'histoire n'est plus endémique qu'au Moyen-Orient. Depuis la Seconde Guerre mondiale tous les problèmes dont le mensonge d'origines se situent dans les croyances tribales et religieuses et les comportements dysfonctionnels ont été mis aux pieds du «colonialisme» et de «l'impérialisme." Les Gauchistes occidentaux - abrutis à la fois par une haine marxiste de la démocratie libérale, et par de noble sentiments Tiers-Mondistes -- ont légitimé ce prétexte spécieux, qui maintenant est devenu pour beaucoup un fait historique.

 

En réalité, les Européens n'ont jamais eu de colonies au Moyen-Orient moderne, pour la simple raison que le territoire était contrôlé par l'Empire ottoman musulman. Ainsi le «colonialisme» est sans importance pour l'histoire de cette région. Les faits de cette histoire nous enseignent que l'incompétence irresponsable d'une série de sultans ottomans, dans la poursuite de leurs rêves impérialistes de récupérer leurs provinces balkaniques perdues et de restaurer leur hégémonie sur l'Egypte, avait affaibli financièrement l'empire et l'a fait dépendre des puissances européennes qui lui ont prêté de l'argent. En conséquence, c'est devenu «l'homme malade» géopolitique que l'Angleterre a dû protéger contre l'aventurisme Russe et l'expansionnisme égyptien.

 

Efraim Karsh et Inari Karsh des historiens indiquent succinctement la conclusion d'un examen sobre de ces faits:

 

L'Histoire du XXe siècle du Moyen-Orient est essentiellement le point culminant de longue date des tendances autochtones, des passions et des modes de comportement plutôt qu'un diktat imposé de l'extérieur. Les Influences des grandes puissances, ont joué un rôle secondaire, ne constituant ni la force principale derrière le développement politique de la région, ni la principale cause de sa volatilité notoire. Même au point le plus faible dans leur histoire moderne, au cours de la Première Guerre mondiale et dans son sillage immédiat, les acteurs du Moyen-Orient ne sont pas de malheureuses victimes des puissances impériales prédatrices, mais des participants actifs dans la restructuration de leur région.

 

La décision ottomane de rejoindre les puissances centrales lors de la Première Guerre mondiale afin de retrouver le statut impérial et récupérer les territoires perdus, la captation par l'Angleterre de la plupart de territoires ottomans après la guerre, donnés par le clan hachémite, les chevilles ouvrières de la création du Moyen-Orient-moderne ont été les Ottomans, les Egyptiens et les Arabes, et non pas les puissances «coloniales», comme les grandes puissances l'avaient fait depuis l'antique Sumerie, de tenter d'influencer les événements afin de faire avancer leurs propres intérêts. Mais cela n'est pas de " l'impérialisme " correctement compris.

 

L'exemple le plus flagrant de cette histoire orwellienne, cependant, c'est la prédiction de la violence musulmane contre Israël de son statut comme un larbin occidental néo-impérialiste violemment imposé dans la «patrie» du peuple «palestinien» dont les terres antiques ont été volées par une " «nation qui continue brutalement " illégitimement d'occuper " le territoire appartenant légitimement aux " Palestiniens ".

 

Tout d'abord ce récit est faux. Il n'y a jamais eu une telle chose comme un peuple «palestinien», une idée qui a surgi seulement après la guerre des Six Jours de 1967. La majeure partie des gens appelé à tort "Palestiniens" sont ethniquement, religieusement et linguistiquement indiscernables des musulmans arabes du Liban, de Jordanie , ou de Syrie. De nombreux commentaires par les dirigeants arabes avant 1967 ont souligné ce fait. Par exemple, Zouhair Muhsin, un membre du Conseil exécutif de l'OLP, a déclaré: " Il n'y a pas de différences entre Jordaniens, Palestiniens, Syriens et Libanais. Nous faisons tous partie d'une nation. C'est seulement pour des raisons politiques que nous soulignons attentivement notre identité palestinienne ... Oui, l'existence d'une identité palestinienne distincte sert uniquement à des fins tactiques. La fondation d'un Etat palestinien est un nouvel outil dans la lutte continue contre Israël ".

 

Deuxièmement, la région en question n'a jamais été une patrie arabe, et les Arabes ne commencèrent à l'habiter de façon permanente qu'après la conquête musulmane de Jérusalem en 637. Depuis lors, les Arabes musulmans sont venus en conquérants, les occupants, les travailleurs migrants et les immigrants, mais ils ne sont plus des peuples «indigènes» comme les Américains le sont l'Amérique du Nord. D'autre part, la preuve littéraire et archéologique abondante confirme la présence de Juifs dans la région et le statut de Jérusalem comme une ville juive depuis 1300 avant JC. Ce fait explique la réécriture orwellienne de l'histoire des Arabes palestiniens qui sont actuellement engagés dans, à détruire les preuves archéologiques sur le Mont du Temple qui confirment la présence de Juifs sur ce site de près de 2000 ans avant que l'Islam n'existe.

 

Troisièmement, l'affirmation selon laquelle Israël est un Etat «illégitime» est faux. Israël a été créé dans le cadre du système obligatoire mis en place après la Première Guerre mondiale dans le cadre de l'accord de paix, et confirmé par plusieurs traités internationaux, la Société des Nations, et plus tard la résolution 181 des Nations Unies. Sauf pour la résolution de l'ONU, ce même processus a créé les nouvelles nations de la Jordanie, de l'Irak, de la Syrie et du Liban. Si Israël est illégitime, pourquoi les autres nations ne le sont-elles pas? Serait-ce parce que, pour les musulmans traditionnels, il n'y aurait que les Juifs qui seraient illégitimes, et non pas leur état? Serait-ce expliquer pourquoi plus d'un million d'Arabes vivent en Israël, alors que tout futur Etat palestinien doit être Judenrein?

 

Enfin, la charge d'une "occupation illégale" de la "Cisjordanie occupée" est un bobard. Ces territoires, dont le cœur des anciennes nations juives de Judée et de Samarie, sont contestés, leur élimination finale en attendant un traité de paix. Il n'y a pas de «frontières» pensées définissant la nation palestinienne mythique. Ces lignes sur la carte sont des lignes d'armistice, crééent après qu'Israël ait vaincu les armées de la Syrie, de la Jordanie et de l'Egypte en 1967. Par tous les droits du vainqueur, Israël aurait pu incorporer la soi-disant Cisjordanie à l'état d'Israël, sur la mêmes bases éternelles de la guerre qui a conduit l'Amérique du Sud a être incorporée dans les États-Unis après la guerre de 1846 à 1848 avec le Mexique, ou de l'Allemagne prussienne à la Pologne après la Seconde Guerre mondiale. En effet, depuis que le territoire en question a été il y a des milliers d'années, la patrie du peuple juif, Israël aurait fait une meilleure affaire pour restaurer la Judée et la Samarie à Israël. Au lieu de cela, dans l'histoire orwellienne créée par les musulmans et acceptée par l'Occident, les peuples autochtones sont considérés comme les «occupants» de leurs propres terres, et les conquérants, les envahisseurs et les colonisateurs considérés comme les victimes privées de leurs droits.

 

Les récents attentats-suicides les meurtres aléatoires d'Israéliens par des Palestiniens ont été analysé en termes qui perpétuent cette fausse histoire. Notre Secrétaire d'Etat à la déficience intellectuelle, John Kerry, fait référence à cette fausse histoire quand il a dit à Harvard, " Il ya eu une augmentation massive de règlement au cours des dernières années et il ya une augmentation de la violence parce qu'il y a cette frustration qui grandit, " «Implantations»ce n'est rien de plus qu'un mantra aveugle, comme «cycle de la violence» ou «points de contrôle» ou le «caractère sacré de la mosquée al-Aqsa», pour l'Occident pusillanime, tandis que pour les musulmans, ce sont des prétextes pour pratiquer leur traditionnelle violente et sacralisée haine des Juifs .

 

L'histoire que cette déclaration sur le Mont du Temple ignore la grande patience, et pour être sûr du  pragmatisme tactique, des Israéliens ont quitté le Mont du Temple le laissant sous la direction des Arabes; tandis qu'une mosquée créé comme un orgueil triomphaliste sur les chrétiens et les Juifs, dans une ville jamais mentionnée dans le Coran, est davantage respectée par l'Occident que ses propres cathédrales vides. Pendant ce temps les déboires d'immigrés musulmans sont surexcités et assassinent par plus de crucifixions, de torture, de viol et d' assassinats de chrétiens de la plus grande persécution de masse des chrétiens dans l'histoire.

 

Ce sont les appointements de l'ignorance historique et l'acceptation d'une histoire faite par l' adversaire qui peut plongé sa main dans le passé et «dire de tel ou tel événement, il n'a jamais eu lieu», comme dit Orwell dans le Roman "le Parti 1984". Notre politique étrangère a souvent été fondée sur ces mensonges, et le résultat était prévisible lorsque les mensonges sont le fondement des politiques - cela donne l'échec abject auquel nous assistons aujourd'hui dans la région.

Repost 1
mordeh'ai
17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 09:38

Que faut-il faire pour arrêter le New Israel Fund?

« Le New Israël Fund est une organisation dont le but est de semer la division et les conflits. Il est l’un des organismes les plus significatifs en termes d’influence sur la politique israélienne, » .

 

Par Ronn Torossian

http://www.truthrevolt.org/news/liberal-american-jews-send-millions-anti-israel-organization

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Pour ceux qui ne savent toujours pas si le New Israel Fund s'est aligné sur les factions qui se sont consacrées presque exclusivement à affaiblir Israël , et pire encore, l'éliminer de la scène mondiale, cette semaine la ministre de la Justice d'Israël Ayelet Shaked a encore plus marqué ce fait.

Shaked a noté dans une interview qu'avant de rencontrer les dirigeants élus étrangers, elle passe en revue leurs contributions aux ONG, et quand elle les rencontre, elle les exhorte à cesser de soutenir les ONG anti-israéliennes - parmi elles trois bénéficiaires du New Israel Fund (NIF): Bimkom, Briser le silence, et Hamoked.

Il est choquant, que ces groupes soient parmi les nombreux projets du NIF financés , par des Juifs américains y compris par le Président de l'UJA-Federation, par Alisa Doctoroff et Karen R. Adler la Présidente de la JCF(The Jewish Communal Fund), à hauteur de 30 millions $ annuellement , . Israël combat le terrorisme, le ministre israélien de la Justice demande aux pays étrangers de cesser de donner aux organisations anti-israéliennes, et aux extrémistes juifs américains d'aider les ennemis d'Israël. C'est honteux.

Bimkom, une ONG israélienne pousse activement à la "rhétorique de l'apartheid", contre Israël, et s'attache à l'effort du BDS - comme pour faire la comparaison aux anciennes campagnes de boycott anti-apartheid contre l'Afrique du Sud. Briser le silence, une ONG israélienne fondée dans le but de critiquer la politique israélienne, pousse à des "allégations de crimes de guerre, fait du lobbying dans l'UE et à l'ONU." Son objectif est de voir des soldats et des responsables israéliens traduits devant les tribunaux pour crimes de guerre et arrêtés si ils doivent voyager à l'étranger .

HaMoked: Centré sur la défense de l'individu, une organisation israélienne des droits humains avec un objectif principal d'aider les Palestiniens des «territoires occupés» dont ils croient que les droits sont violés par Israël, pousse également la rhétorique de l'apartheid et des actions en justice contre Israël - et soutient la promotion du BDS.

Shaked est confrontée auxdirigeants du monde qui peuvent donner sans savoir que certains groupes nuisent à Israël, mais croient qu'ils donnent à une " organisation des droits humains." Comme elle a précisé, ce sont des groupes anti-israéliens. Alors que les ministres européens avec qui elle parle ne peuvent pas connaître les subtilités du préjudice causés par ces groupes, on ne peut pas en dire autant du New Israel Fund, de son leadership et de ses bailleurs de fonds.

NIF a toujours soutenu chacun de ces groupes, en plus de beaucoup d'autres non mentionnés ici, et il est allé à la bataille pour eux publiquement pour expliquer comment le  travail anti-Israël qu'ils font est une étape positive pour Israël.

Lorsque Breaking the Silence a publié un rapport unilatéral, partial et inexact sur les crimes de guerre présumés commis par l'armée israélienne à Gaza, NIF a promu le rapport et a fait une tournée de collecte de fonds.

Hamoked également publié un rapport accusant Israël de crimes de guerre en 2014, et le New Israel Fund l'a promu lorsqu'il a demandé un soutien supplémentaire, et le directeur exécutif de Bimkom Hedva Radovanitz qui autrefois a servi en tant que directeur associé du NIF- Israël  et a été cité par un document Wikileaks disant "[ cette phrase ] . . . Elle croyait que dans 100 ans, Israël serait à majorité arabe et que la disparition d'un Etat juif ne serait pas la tragédie que les Israéliens craignent, car il deviendrait plus démocratique. " Radovanitz a continué à dire à la gent politique américaine que" le NIF avait actuellement réévaluer sa stratégie et avait l'espoir de créer un mouvement plutôt que simplement plus d'ONG. "

Lorsque la Ministre israélienne de la Justice fait un point et demande à ses homologues étrangers de cesser de donner des fonds à ces ONG - les dirigeants étrangers qui ont sans aucun doute dautres préoccupations à l'esprit - que de donner une telle portée à un groupe entièrement consacré aux questions d'Israël et de cesser de financer ces ONG?

Pourtant, le NIF continue.

Lorsque ces faits ont été écrit de nombreuses fois, les bailleurs de fonds du NIF comme la Fondation Joseph Jim, Fondation Lopatin, Barbara et Eric Dobkin, William & Serra Goldman et Carole et Saul Zabar ont choisi de les ignorer et continuent d'envoyer de l'argent à la principale bénéficiaire de ces organisations, qui cherche à saper les fondements d'Israël. Si les plus hauts niveaux de communications diplomatiques ne suffisent pas à attirer l'attention adéquate à la question, que faut-il faire?

Repost 0
mordeh'ai
17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 09:03

Le président Barack Obama appelle les dirigeants israéliens et l'Autorité palestinienne à rétablir le calme au milieu de la dernière vague de terreur.

 

Par Ben Ariel

http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/202014#.ViHsen7hDDe

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Le président Barack Obama a exprimé vendredi sa préoccupation à propos de la flambée de violence centrée sur Jérusalem et a appelé les dirigeants d'Israël et de l'Autorité palestinienne, de restaurer le calme. de tasser la rhétorique enflammée.

 

"Nous sommes très préoccupés par la flambée de violence", a déclaré Obama lors d'une conférence de nouvelles avec le président sud-coréen Park Geun-hye, selon l'agence AFP . 

 

"Nous condamnons dans les termes les plus forts possible la violence dirigée contre des innocents, et de croire qu'Israël a le droit de maintenir l'ordre et protéger ses citoyens contre les attaques au couteau, et la violence dans les rues," a-t-il ajouté.

 

"Nous croyons également qu'il est important à la fois pour le Premier ministre (Benjamin) Netanyahu et les élus israéliens, et le président Mahmoud Abbas ainsi que d'autres personnes du pouvoir, d'essayer de tasser la rhétorique qui peut nourrir la violence ou de la colère ou l'incompréhension, », a déclaré Obama.

 

Sept Israéliens ont été tués et des dizaines de blessés dans la violence jusqu'à présent, et les dernières manifestations qui ont éclaté vendredi après que des Arabes palestiniens ont incendié le Tombeau de Joseph dans la ville de Sichem.

 

Obama a déclaré, selon l'AFP: "Au fil du temps, la seule façon qu'Israël sera vraiment en sécurité, et la seule façon que les Palestiniens seront en mesure de répondre aux aspirations de leur peuple, ce sont deux Etats vivant côte à côte dans la paix et la sécurité" .

 

Mais en ce moment, dit-il, " tout le monde doit se concentrer de faire en sorte que des personnes innocentes ne soient pas tuées."

 

Plus tôt vendredi, le secrétaire d'État John Kerry a téléphoné au Premier ministre Binyamin Netanyahou et a réitéré ses propos dans une interview sur NPR la radio, où il a dit que les Israéliens ont le droit de se défendre contre la violence dans la vieille ville de Jérusalem et partout.

 

Kerry a également dit à Netanyahu que les Palestiniens doivent mettre fin à l'incitation et que le président Mahmoud Abbas de l'Autorité palestinienne doit condamner la violence d'une voix forte et claire, comme il l'avait dit dans cette même interview.

 

L'ambassadeur d'Israël aux États-Unis, Ron Dermer, a dit plus tard sur CNN que les deux ont convenu d'essayer de se voir à Berlin la semaine prochaine, lors de la visite de Netanyahu dans la capitale allemande où il va tenir une réunion de travail avec la chancelière Angela Merkel.

Repost 0
mordeh'ai
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 15:29

Proposition, susceptible de passer en raison de majorité musulmane, et on aurait un Kotel rebaptisé Buraq Plaza et faisant partie de la mosquée Al-Aqsa.

Résultat de recherche d'images pour "photos du mur occidental"

Par Ari Yashar

http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/202003#.ViDrzH7hDDd

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Dans une tentative de gagner une légitimité internationale pour sa réécriture de l'histoire, l'Autorité palestinienne (AP) va présenter une résolution à l'UNESCO (Nations unies pour l'éducation, la science et la culture) la semaine prochaine réclamant le Kotel (Mur occidental) comme son propre patrimoine.

 

Vendredi Yedioth Aharonoth rapporte une proposition qui appelle à attribuer le Kotel de Jérusalem comme faisant partie de la mosquée Al-Aqsa située sur le Mont - Le Kotel est une paroi externe du Mont du Temple, le plus saint des lieux dans le judaïsme .

 

L'AP n'est pas un membre du Conseil exécutif de l'UNESCO, et par conséquent la proposition sera soumise à un vote la semaine prochaine en son nom par les six Etats membres arabes de l'Algérie, l'Egypte, le Koweït, le Maroc, la Tunisie et les Émirats arabes unis (EAU ). Des sources israéliennes seniors ont révélé que l'AP travaille en parallèle pour que la proposition soit soumise au plénum de l'UNESCO, où l'AP est reconnue comme un état.

 

En réponse, Israël travaille dans les coulisses pour rallier l'opposition à la proposition, bien qu'il y ait une majorité musulmane automatique rendant son adoption tout sauf certaine.

 

Une copie de la proposition révèle ses points principaux, qui commencent avec l'appel «qui déclare et confirme que le Mur occidental fait partie de la mosquée Al-Aqsa, et est appelé Buraq Plaza. Il en va de même pour la Porte des Maghrébins."

 

Buraq Plaza se réfère à la "Al-Buraq" mur, un nom donné par les musulmans au Kotel dans les années 1920 dans une tentative de le réclamer. Le nom fait référence au "coursier ailé» de Mohammed qu'il aurait monté à Jérusalem dans son "voyage de nuit."

 

L'Autorité palestinienne a longtemps essayé de réviser l'histoire et de réclamer le Kotel comme le mur«Al-Buraq" , plus récemment, dans un appel lancé par le Grand Mufti de l'AP Sheikh Mohammed Hussein.

 

" Condamner Israël - pour tout "

 

La proposition continue, exigeant que le monde condamne Israël pour ses appels de voir ses citoyens porter des armes pour se défendre lors de la récente vague de terrorisme arabe, faisant référence apparente au commentaire récent de, Nir Barkat Maire de Jérusalem .

 

Elle appelle de même à la condamnation des actions de sécurité de Tsahal à Jérusalem, " la capitale occupée de la Palestine", et la condamnation d'Israël pour les fouilles près du Mont du Temple, où les archéologues ont été contraint de passer au peigne fin les décombres après que les Arabes ont endommagé les artefacts juifs anciens sur le Mont.

 

La proposition exige la condamnation de "l'agression israélienne et les mesures illégales prises contre la liberté de culte et l'accès des musulmans à la mosquée Al-Aqsa et les tentatives d'Israël de briser le statu quo de 1967."

 

Malgré la fausse affirmation qu'Israël a récemment changé le statu quo sur le mont, le Waqf jordanien en fait continue de détenir le contrôle de facto et interdit la prière juive en dépit de la loi israélienne stipulant la liberté de culte.

 

Les forces de sécurité ont empêché l'accès arabe au mont à l'occasion comme une mesure préventive, étant donné émeutes arabes fréquentes et violentes qui ont vu la mosquée Al-Aqsa transformée en une base de la terreur à partir de laquelle des roches et des explosifs sont lancés contre la police.

 

La proposition poursuit, appelant à une condamnation des "attaques" contre la mosquée par des «extrémistes juifs, et même condamnant Israël pour la construction d'un tram dans la partie est et nord de la capitale, dans un mouvement qui a été conçu pour faciliter le transport des résidents arabes avant qu'ils ne détruisent trois stations de tram l'été dernier.

 

Le Kotel n'est pas la seul place juive  que l'AP cherche à usurper dans la proposition, qui appelle également à avoir la grotte de Mah'péla à Hébron - où les patriarches et matriarches juifs autre que Rachel sont enterrés  - ainsi que le Tombeau de Rachel à Bethléem,les déclarer " parties de la Palestine."

 

La tentative la revendication du Tombeau de Rachel est la récente révision musulmane  selon laquelle c'est le tombeau de Bilal ibn Rabah, un compagnon de Mahomet, qui n'a jamais mis les pieds en Israël.

 

Enfin, la proposition condamne la violence juive, alléguée et destinée à changer le «caractère» de Hébron, l'ancienne ville biblique en Judée où les patriarches et matriarches juives vivaient.

 

" Les Mensonges palestiniens sont à inscrire au patrimoine immatériel de l'humanité "

 

En réponse à la multitude d'appels dans la proposition, l'ambassadeur d'Israël auprès de l'UNESCO Carmel Shama Hacohen a accusé l'Autorité palestinienne de poursuivre l'incitation à la terreur.

 

"Les Palestiniens continuent de mettre de l'huile sur le feu de l'incitation et la terreur continue", a déclaré Shama Hacohen. " Dans mon premier discours à l'UNESCO l'an dernier j'ai prévenu les pays du monde que la fausse incitation des Palestiniens contre Israël en particulier concernant le Mont du Temple signifiait jouer avec le feu. Lors de la dernière conférence de Bonn, je proposai l'enregistrement de la culture du mensonge palestinien au site du patrimoine immatériel mondial. "

 

" Bien sûr, nous ne devons pas désespérer ou nous alarmer, eux ont les mensonges alors que nous, nous avons la vérité éthique, réaliste et historique, et elle triomphera. Le peuple juif et le Mur Occidental sont un et les chances des Palestiniens d'islamiser le mur-Ouest sont les mêmes que celles d'islamiser le peuple juif. Même le matin après le vote le drapeau israélien flottera sur le mur ".

 

" Nous payons un coût élevé pour notre existence dans notre pays, mais il n'y a pas de partenaire responsable en mesure de réduire ce coût dans un proche avenir, car en dehors de la question de leur droit à un Etat dans notre pays, leur conduite soulève une question critique En ce qui concerne leur capacité à agir en tant que pays responsable, et cela est la conclusion la plus triste de la conduite de l'Autorité palestinienne à l'UNESCO ", a-t-il conclu.

Repost 0
mordeh'ai
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 11:10

Le candidat présidentiel exhorte Kerry de faire ses valises après avoir critiqué les «colonies» d'être responsables de la terreur, et son porte-parole qui a dénoncé « le terrorisme juif.»

 

Par Ari Yashar

http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/201987#.ViCzfn7hDDe

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

En réponse à une kyrielle de commentaires critiques du Secrétaire d'Etat américain, John Kerry et de son porte-parole contre Israël paece qu'il se défend contre une vague de terreur arabe, le candidat présidentiel Républicain, vendredi, le sénateur Ted Cruz (R-TX) a exigé la démission immédiate de Kerry.

 

L'appel de Cruz vient en réponse à l'accusation de Kerry du terrorisme "des colonies israéliennes" dans une interview mardi et dans un communiqué de son porte-parole John Kirby a essayé plus tard de faire machine arrière.

 

Kirby lui-même a dû publier une semi-retractation après avoir condamné à tort le terrorisme d'Israël pour vouloir modifier le «statu quo» sur le Mont du Temple le mercredi, et même délégitimer l'auto-défense israélienne en affirmant qu'il y a des "rapports crédibles» sur l'utilisation de la «force excessive par Israël».

 

Le porte-parole du Département d'Etat a également accusé Israël de «terrorisme», disant: «des personnes des deux camps  - et ils l'ont prouvé et, à notre avis, se sont rendus coupables d'actes de terrorisme.»

 

"Une fois de plus le Sec. Kerry et son personnel se sont montrés inaptes aux postes qu'ils occupent", a déclaré Cruz au journal   gratuit Washington Beaconle ce vendredi 16 Octobre.

 

" M. Kirby doit immédiatement se rétracter de son affirmation offensive qu'Israël est  «coupable d'actes de terrorisme» ou de démissionner, et le secrétaire Kerry devrait immédiatement désavouer ces remarques ou de démissionner."

 

Le Sénateur a déclaré que «l'administration Obama est la plus hostile, que nous ayons vu envers la nation d'Israël dans notre histoire nationale. Dans les derniers jours, cet antagonisme obsessionnel a été à l'affiche continuellemnt."

 

Les appels de Cruz reflétaient celles du Représentant Lee Zeldin (R-NY), qui a exhorté dans un communiqué jeudi, le président américain Barack Obama à renvoyer Kirby .

 

" Il est absolument dégoûtant et honteux que l'administration Obama refuse non seulement de se montrer forte aux côtés de notre allié Israël, mais en fait a l'audace de prétendre que les Israéliens sont coupables de terrorisme", a déclaré Zeldin.

 

" L'accusation de l'amiral Kirby justifie son retrait immédiat. Il ne doit absolument pas prononcer un mot de plus au nom de la politique étrangère de l'Amérique. Si le Secrétaire John Kerry refuse de se prononcer et de maitriser M. Kirby alors que Secrétaire Kerry démissionne aussi," a-t-il ajouté

Repost 0
mordeh'ai
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 09:41

Par Lea Speyer 

https://www.breakingisraelnews.com/51338/josephs-tomb-set-fire-palestinians-anticipation-friday-day-rage-judea-and-samaria/#3kKs6g3i2F4cg5lx.99

Sociale Photo de presse montrant le Tombeau de Joseph sur le feu, le 15 Octobre, 2015. (Photo: @ sakirkhader / Twitter)

 Photo de presse montrant le Tombeau de Joseph en feu, le 15 Octobre, 2015. (Photo: @ sakirkhader / Twitter)

Une foule de palestiniens a fait mouvement vers le tombeau de Joseph jeudi le soir, le site contient les restes du patriarche biblique Joseph, situé dans la ville de Naplouse.

Les forces de sécurité de l'Autorité palestinienne ont réussi à disperser le plus gros de la foule a signalé Canal 2, et éteint les flammes sur la tombe. Les forces de Tsahal sont arrivées sur les lieux une fois que l'émeute a été réprimée.

Il a été rapporté par Walla-News! que des dommages importants à la section des femmes dans l'enceinte de la tombe mais aucune victime n'est à déplorer.

L'incident est survenu quelques heures avant que le Hamas ait officiellement déclaré une «Journée de colère» ce vendredi 16 Octobre 2015, Israël se prépare à une flambée de violence et de terreur à travers le pays.

Repost 0
mordeh'ai
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 18:39

Par Elliott Abrams

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=14025

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 


Le Secrétaire d'Etat John Kerry a fait un commentaire inutile, trompeur, mal avisé sur l'actuelle vague de violence palestinienne hier en parlant à l'Université de Harvard.

 

" Alors, voilà le marché," a déclaré Kerry. «Qu'est-ce qui se passe c'est qu'à moins, que nous nous en mêlions, la solution à deux Etats pourrait éventuellement volé en éclat. Et il y a eu une augmentation massive d'implantations au cours des dernières années. Maintenant vous avez cette violence parce qu'il y a une frustration qui est en croissance, et " une frustration chez les Israéliens qui ne voient aucune avancée.

 

Kerry ne sait pas de quoi il parle. Il n'y a tout simplement pas eu " d'augmentation massive des colonies au cours des dernières années." Il y a eu une croissance constante de la population des implantations, si la majeure partie de cette croissance a eu lieu dans les grands blocs - tels que Maaleh Adumim  - qu'Israël conservera absolument dans tout accord final.

 

L'imprécision de Kerry est un autre problème. Veut-il dire, qu'il y a eu une augmentation massive du nombre de colonies? C'est carrément faux. Veut-il dire une augmentation massive de la taille de l'implantation, des colonies existantes qui s'étendent physiquement? C'est aussi catégoriquement faux. Le soi-disant «plan de paix» ou «carte Google Earth» de la Cisjordanie a très peu changé.

 

La fréquente revendication des Palestiniens c'est qu'Israël "englouti" la Cisjordanie afin que «la paix soit impossible" est-ce que Kerry ici répéte cette réthorique quand il dit " une solution à deux Etats pourrait éventuellement être volée à tout le monde." C'est une affirmation fausse et il devrait le savoir. Si c'est cela ce que Kerry voulait dire, il devrait être dans ce cas beaucoup plus prudent quand il parle d'un sujet aussi détonnant, et à un moment aussi explosif.

 

En outre, sa demande est simplement ridicule. La croissance lente mais constante de la population dans les colonies est une explication complètement peu convaincante pour le déclenchement soudain de la violence. Ce déchaînement de violence et de terreur semble plutôt liée à des mensonges sur le statu quo au Mont du Temple qu'Israël voudrait changer . Mais quelle que soit l'explication, le faux lien des colonies est une pièce qui sert à la poursuite de l'obsession de l'administration Obama à ce sujet, malgré toutes les preuves. Il est remarquable que le secrétaire d'État, qui a passé beaucoup de temps avec les Israéliens et les Palestiniens et a visité Jérusalem à plusieurs reprises, n'a pas pris la peine d'apprendre les faits de base aulieu de cela il a parodié la propagande palestinienne.

 

En fait, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été sous la pression et les critiques des groupes de colons parce qu'il a freiné la croissance de la population des implantations au-delà de la barrière de sécurité. A souffert de ces attaques politiques puis entendu des critiques du Secrétaire d'Etat sur une "augmentation massive des colonies" qui contribue à expliquer le manque de confiance des responsables israéliens dans l'administration Obama.

 

Kerry ne fait rien d'autre ici que quelque chose qui est encore pire: critiquer les victimes. Le Département d'Etat a bien sûr condamné les actes de terreur, mais ici, dans une période de questions - réponses, nous allons au-delà des déclarations officielles et de voir ce que Kerry semble vraiment penser. Il semble croire que les vrais coupables, lorsque les Palestiniens poignardent à mort des Israéliens, que ces derniers sont des gens qui construisent une nouvelle unité de logement dans une implantation.

 

Les remarques de Kerry à Harvard étaient moralement obtuses et factuellement fausses.

Repost 0
mordeh'ai
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 17:49

Par Isi Leibler

http://wordfromjerusalem.com/the-time-has-come-to-consider-drastic-action/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Photo: Illustration in Palestinian news agency Ma’an depicting “protester”

 

Comme la plupart des Israéliens, je suis fier que nous restions l'un des pays les plus démocratiques dans le monde, tout en étant entouré par une mer de barbarie et face à des menaces continues à notre existence par des voisins hostiles.

 

Mais la nation d'aujourd'hui est confrontée à une grave menace, non pas à partir d'adversaires exterieurs mais d'éléments de la société israélo-arabe qui ont été incité par leurs parents dans l'Autorité palestinienne et le Hamas de se livrer à des attaques frénétiques contre leurs voisins juifs. Les niveaux d'incitation et des appels à devenir des martyrs "pour Allah" ont atteint un tel paroxysme que, en plus de jeter les pierres, les jeunes israélo-arabes impressionnables sont désormais engagés dans des agressions aveugles au couteau et des actes de mutilation contre les Juifs.

 

De manière significative, les attaques en cours ne sont pas limitées aux communautés sur la Ligne verte et ont eu lieu également à Jérusalem, Jaffa, Petah Tikva, Afula, Kiryat Gat et Raanana. L'incitation anti-israélienne de l'AP ne fait aucune distinction entre les Israéliens vivant derrière ou au-delà de la Ligne verte.

 

Le niveau démoniaque de l'incitation se reflète dans les fêtes de rue spontanées et célébrations publiques qui éclatent chaque fois qu'un civil innocent est assassiné. Les photos d'Israéliens assassinés sont partagées sur les médias sociaux et les fiers parents des "chahids" bénissent leurs enfants pour leurs initiatives de martyre à la télévision officielle parrainée par l'AP.

 

Une source clé de cette hystérie vicieuse émane de notre «partenaire de paix», Mahmoud Abbas, qui nie qu'un Temple juif ait jamais existé à Jérusalem et accuse les Israéliens de "contamination" et "souiller" le site de la mosquée Al-Aqsa de leurs «pieds sales» également de comploter pour la démolir. Abbas a refusé de condamner les attaques, ses factions militaires prétendent au crédit des meurtres, et les médias de l'AP se vantent des coups de couteau et des meurtres comme des actes héroïques et un prélude à l'élimination de la souveraineté juive dans la région. En fait, Abbas lui-même a sanctifié publiquement les meurtriers, déclarant, «Nous les bénissons. Nous nous félicitons de chaque goutte de sang versé à Jérusalem. Ceci est du sang pur, notre propre sang, le sang sur leur chemin vers Allah. Avec l'aide d'Allah chaque chahid sera au ciel et tous les blessés obtiendront sa récompense. "

 

Après l'agression du garçon de 13 ans dans Pisgat Zeev, le porte-parole officiel de l'AP a accusé les Israéliens davoir'exécuté son agresseur - qui a été salué comme un héros. Dans une tentative délibérée et réussie pour inciter encore le terrorisme, les images ont été affiché sur les médias parrainés par l'AP le comparant au terroriste Mohammed Al Dura, ce jeune garçon que les palestiniens ont faussement prétendu avoir été abattu par les forces israéliennes, des images qui ont jeté les bases pour la deuxième Intifada.

 

Cependant, en parlant avec une langue fourchue, Abbas persiste à dire aux médias occidentaux qu'il recherche la paix. 

 

Avec l'éruption de cette vague de violence et de la mort de civils israéliens innocents, la réponse - ou son absence - des dirigeants mondiaux est déplorable. Les États-Unis, qui prétendent être ies alliés d'Israël, ont été particulièrement décevant; que le président Barack Obama a disposé du secrétaire d'Etat John Kerry et de l'Ambassadeur de l'ONU Samantha Power absents lorsque le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'est présenté devant l'Assemblée générale de l'ONU - un camouflet calculé à Israël. Le Secrétaire d'Etat John Kerry a refusé de désigner des coupables, mais attribué à la «frustration» des Palestiniens, à la construction de colonies en cours, et le porte-parole de la Maison Blanche a exprimé la condamnation de la violence dirigée contre les " civils israéliens et palestiniens," ce qui implique épouvantablement une équivalence morale entre les terroristes et les innocentes victimes israéliennes.

 

Secrétaire général de l'ONU Ban Ki Moon a eu la chutzpah d'appeler Israël à revoir la «force excessive» Il a allégué qu'elle était employée contre les terroristes. De même, le Quartet "appelle toutes les parties à faire preuve de retenue, s'abstenir de tout acte de provocation et de rhétorique, et de préserver le statu quo dans les lieux saints à la fois par la parole et par la pratique." Le secrétaire britannique des Affaires étrangères a appelé à une fin de l'occupation. Son homologue français a annoncé son intention de poursuivre une résolution à la prochaine réunion du Conseil de sécurité de l'ONU exigeant le gel de toute «règlement» la construction, y compris à Jérusalem et les blocs de colonies que même Abbas avait initialement concédé qu'Israël conserverait. Tout cela encourage évidemment les Palestiniens à intensifier le terrorisme.

 

Ces attaques ne constituent pas une menace existentielle pour Israël et nous avons surmonté beaucoup plus les menaces de terrorisme.

 

Mais maintenant, nous sommes confrontés à un phénomène dangereux nouveau avec l'émergence d'éléments extrémistes israélo-arabes des appuis ennemis de l'État. Dans le passé, des proclamations et des démonstrations israélo-arabes hostiles ont été essentiellement ignorées. Mais cela a maintenant a changé avec la violence et les meurtres commis par des fous d'Israéliens-arabes qui aspirent à devenir des martyrs et elle a soulevé des tensions plus profondément dans la société qui ne peut plus être rejetée.

 

À la lumière de cela, le gouvernement et les partis sionistes d'opposition doivent temporairement mettre de côté leurs différences politiques conventionnelles et parvenir à un consensus sur les mesures nécessaires pour endiguer la nouvelle menace du terrorisme qui pousse comme un champignons israélo-arabe.

 

Dans ce contexte, les restrictions et les compromis en matière de liberté d'expression sans entraves et de l'activité seront tenues de prévenir l'incitation et permettre aux citoyens israéliens de vivre en sécurité.

 

Pour atteindre cet objectif de manière rationnelle et minimiser les attaques hystériques inévitables de la communauté internationale et des organismes anti-israéliens tels que les Nations Unies, un large consensus à la Knesset doit être atteint pour démontrer que cela reflète une volonté nationale de vivre en sécurité et ne peut pas être interprété comme un régime de droite.

 

Idéalement, cela devrait être réalisé avec un gouvernement d'unité nationale. Mais si les dirigeants politiques refusent d'agir dans l'intérêt national, le gouvernement serait bien avisé d'envisager de créer un sous-comité composé de représentants de tout le spectre politique sioniste afin de déterminer de manière consensuelle des politiques de sécurité. Il ne fait aucun doute que la grande majorité des Israéliens serait favorable à une telle situation.

 

Cela doit inclure une législation interdisant l'incitation, avec des peines sévères pour des Israéliens qui approuvent ou se livrent à de tels actes. Les grands centres arabes de Jérusalem-Est et les villes arabes dans la Galilée tels que Umm al-Fahm ont pratiquement été ignoré par les autorités d'application de la loi, qui dans de nombreux cas ont été informé de ne pas entrer dans ces zones. Cela a encouragé l'agitation anti-israélienne et la terreur. Il est maintenant temps pour les autorités de prendre des mesures dans ces domaines - y compris les verrouillages, si nécessaire - à veiller à ce que la loi israélienne soitt appliquée et que l'incitation contre les citoyens de l'Etat ou des juifs soit proscrite.

 

Des mesures doivent être prises pour lutter contre l'incitation et l'hystérie attisées par des éléments du parti politique israélo-arabe, la Liste arabe commune. Le comportement de certains, soutenant les appels abjects d'Abbas pour sauver Al-Aqsa de la souillure par des infidèles juifs ou les appels de la Député Hanin Zoabi aux masses arabes de se livrer à une nouvelle Intifada, montrant incontestablement  la trahison.

 

Les Organisations israélo-arabes qui se livrent à l'agitation, comme la branche extrémiste du Mouvement islamique du nord, elle aurait dû être proscrite il y a longtemps déjà. Les Manifestations qui soit incitent ou emploient des pancartes ou des drapeaux soutenant les ennemis d'Israël devraient être interdites.

 

D'autres mesures drastiques doivent être prises pour dissuader les "martyrs". Détruisant les maisons de la famille des auteurs en une seule étape. Dans certaines circonstances, l'assurance nationale et d'autres privilèges de l'Etat devraient être suspendus ou annulés. Les Israéliens arabes qui trouvent cela inacceptable et s'identifient à la recherche de notre destruction peuvent librement se réinstaller dans des zones peuplées par des Palestiniens sur la ligne verte. Ceci, bien sûr, serait en conformité avec un engagement de la séparation et l'ultime création d'un Etat palestinien pacifique démilitarisé.

 

Cela peut sembler draconien à la communauté internationale, qui ne parvient pas à comprendre la culture islamique fanatique de la mort et de la haine entretenue par l'Autorité palestinienne et le Hamas. Mais la grande majorité de la population israélienne juive entérinerait ces mesures, ce qui leur permettrait de vivre en paix en Israël sans faire face à des attaques  des Arabes israéliens endoctrinés en machines à tuer par des mollahs extrémistes et antisémites pathologiques.

 

Il y a peu de doute que toute démocratie occidentale face à des menaces semblables provenant d'une minorité extrémiste dans sa propre société aurait pris des mesures similaires. En effet, les gouvernements britanniques et australiens envisagent maintenant une loi pour retirer la citoyenneté aux personnes reconnues coupables de se livrer au terrorisme. En outre, même après l'adoption de telles restrictions, Israël resterait l'une des démocraties les plus dynamiques dans le monde.

 

Bien sûr, il serait de notre devoir d'assurer aux Arabes épris de paix le droit à tous les privilèges et les droits de tous les citoyens israéliens, et nous devrions faire plus d'efforts pour élever leur statut socio-économique. La réalité est que même Arabes israélienshostiles n'ont aucun désir de déménager ou de vivre sous l'administration corrompue et despotique de l'Autorité Palestinienne. Rien ne l'illustre plus que les sondages à Jérusalem-Est qui montrent que la majorité des Arabes est opposée à une division de la ville.

 

Nous sommes à un carrefour. Nous devons maintenant faire ce qui est nécessaire, même si, pour certains, c'est politiquement incorrect, et de cesser d'ignorer l'évidence. La grande majorité des Israéliens disent que ça suffit. Même si nous devons restreindre la liberté d'expression et agacer nos belles âmes sensibles pour sauver des vies israéliennes - qu'il en soit ainsi!

Repost 0
mordeh'ai
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 09:19

Réponse de la communauté internationale à une tuerie éhontée de Juifs.

 

Par Joseph Klein

http://www.frontpagemag.com/fpm/260462/blaming-victims-palestinian-death-cult%C2%A0-joseph-klein

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Des attaques crapuleuses de Palestiniens, à l'aide de couteaux, de fusils et de véhicules-béliers comme armes de choix contre des civils israéliens, sont en hausse à un degré alarmant. En réponse, la soi-disant « communauté internationale » a pris le parti des tueurs palestiniens et accuse les victimes juives, bien que la source de la violence soit claire. Encouragée par les commentaires haineux des médias sociaux, exhortant les Palestiniens à sortir et à tuer des Juifs autant que possible, les martyrs palestiniens – y compris les femmes et les adolescents – ont fait exactement cela. Deux douzaines d'incidents violents depuis le 1er octobre, au moins sept israéliens ont été tué et des dizaines d'autres blessés.

 

Comme exemple des incitations à la violence qui apparaissent sur les médias sociaux, le tweet suivant a été publié la semaine dernière sous le hashtag « L'Intifada a commencé »: " il n'y a pas de plus grande récompense dans l'Islam que celle donnée par le jihad, et il n'y a pas de récompense plus grande que celle donnée pour #Slaughtering_the_Jews...( tuerie de juifs) Tuez-les partout où vous les trouverez." (Source : le Middle East Media Research Institute (MEMRI))

 

Il y a également des tutoriels sur la façon de poignarder à mort le plus efficacement les Juifs . Par exemple, dans un tweet posté émanant d'un particulier dans la bande de Gaza sous le hashtag " mettez du poison sur le couteau avant de poignarder ", les conseils suivants horribles ont été offert: « Trempez [votre] couteau dans un poison actif avant de donner un coup de poignard, afin que même si le couteau ne parvient pas [à tuer], le poison fera le travail. » (Source : MEMRI)

 

Le nouvel Ambassadeur d'Israël à l'ONU Danny Danon décrit dans une communication au Conseil de sécurité de l'ONU et au Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon une horrible attaque récente impliquant un agresseur palestinien âgé de 13 ans et une victime israélienne de 13 ans. Il se peut que ce soit bien le résultat de l'appel à tuer des Juifs qui apparaissent sur les médias sociaux palestiniens:

 

« Lundi, lors d'une attaque particulièrement choquante et horrible, deux adolescents palestiniens, l'un d'eux seulement agé de 13 ans, a poignardé un garçon âgé de 13 an sur sa bicyclette et un homme israélien qui se promenait dans la rue. C'était un des quatre attentats qui ont eu lieu ce jour-là, dont trois ont été réalisé par des mineurs ».

 

Cet inquiétant récit est tombé dans des oreilles sourdes aux Nations Unies.

 

Quand les assaillants palestiniens meurent ou sont blessés après que les forces de sécurité israéliennes répondent pour réprimer la violence et arrêter les agresseurs meurtriers, les Palestiniens sont salués comme les martyrs dans leurs propres communautés et sont excusés par la « communauté internationale » en réaction simplement à leur « frustration ». Les forces de sécurité israéliennes sont accusées d'utiliser la force « disproportionnée » même si elles sont attaquées.

 

L'ONU publie régulièrement des déclarations condamnant la violence des deux parties et en appelant à la retenue. Toutefois, lorsque l'ONU semble à vouloir condamner, inévitablement la bureaucratie des Nations Unies pro-palestinienne cible Israël.

 

L'UNRWA est une Agence des Nations Unies créée en 1949, à l'origine comme une Agence de soulagement temporaire pour les déplacés Palestiniens avec l'objectif de les réinstaller dans les communautés prêtes à les recevoir. Elle s'est transformée au fil des années en une structure permanente. Sa clientèle est aujourd'hui de quelque 5 millions de réfugiés palestiniens "recensés", dont la plupart sont des descendants lointains de la génération des véritables réfugiés qui ont quitté leurs foyers lorsque Israël a été créé et qui étaient censés avoir été réinstallé et intégré dans leurs nouvelles communautés. L'UNRWA a l'intention de poursuivre ses activités jusqu'à ce que comme beaucoup des 5 millions ce que l'on appelle "réfugiés" puissent rentrer "chez eux" en Jordanie dont la plupart sont déjà des citoyens de ce pays à majorité palestinienne et au Liban, en Syrie, en Cisjordanie et la bande de Gaza. « Home » de l'UNRWA et sa clientèle ne se limite pas à simplement un nouvel État limitrophe d'Israël s'inspirant essentiellement de l'avant 1967. Cela signifie aussi que ces prétendus « réfugiés » ont le "droit de retour" aux terres englobant Israël d'avant 1967.

 

Dans ce contexte, les fausses rationalisations de l'UNRWA sont considérer pour la récente poussée de violence palestinienne :

 

 

« La racine les causes du conflit, parmi eux l'occupation israélienne, doit être adressée. Dans l'ensemble du territoire palestinien occupé, il y a un sentiment général de désespoir résultant de la négation des droits et la dignité. En Cisjordanie les communautés qui vivent sous l'occupation se sentent profondément marginalisées. Alors qu'à Gaza, les dernières manifestations témoignent d'une génération qui a perdu l'espoir dans l'avenir; pas moins en raison de l'absence de perspectives économiques--le chômage des jeunes est l'un des plus élevés du monde, mais aussi en raison de l'absence de reconstruction plus d'un an après le conflit. Toute une génération de Palestiniens est en péril. »

 

L'UNRWA a condamné la réponse d'Israël à la violence initiée par des tueurs palestiniens. Elle a affirmé que " le nombre élevé de victimes, en particulier celles résultant de l'utilisation de balles réelles par les forces israéliennes soulèvent de graves préoccupations quant à l'usage excessif de la force qui peut être contraire aux normes d'application du droit international".

 

Le président Barack Obama et le Secrétaire d'État John Kerry sont donc très soucieux de se mettre dans les bonnes grâces de la « communauté internationale », telles que les manifeste les Nations Unies. Ainsi, il ne faut donc pas s'étonner que Kerry chante le même air que l'UNRWA. À l'Université d'Harvard présent mardi soir, Kerry s'est plaint, comme il le fait souvent, concernant l'échec de la négociation d'une solution définitive à deux États et des colonies de peuplement israéliennes comme un obstacle à la paix. Cette fois il a lié cela à la « frustration » des Palestiniens, ce qui a conduit à leur recours à la violence.

 

« Ce qui se passe, c'est qu'à moins que nous mettions en route, une solution à deux Etats qui puisse en théorie être voulue par tout le monde », a dit Kerry. « Et il y a eu une augmentation massive des implantations au cours des dernières années, et maintenant vous avez cette violence parce qu'il y a la frustration qui se développe. »

 

Les remarques de Kerry étaient absurdes. Elliott Abrams, un ancien responsable pour les Etudes du Moyen-Orient Studies et au Conseil des Relations Extérieures à Washington qui a servi au sein du gouvernement en tant que spécialiste en politique du Moyen-Orient, est allé plus loin en critiquant Kerry. Il a appelé les remarques de Kerry « moralement obtues et factuellement fasses. »

 

Tout d'abord, la question que les médias sociaux ont été utilisé pour lancer les assaillants Palestiniens à s'engager dans leurs récentes attaques ce n'était pas tellement axé sur les colonies de peuplement. Elle implique les fausses rumeurs sur de présumés plans israéliens pour changer le statu quo sur le Mont du Temple, ou, que les musulmans se réfèrent à lui, comme Haram al-Charif. Le Premier ministre israélien Netanyahu a répété qu'Israël s'engage à maintenir le statu quo dans l'enceinte. Mais cela n'a pas fait cessé l'exploitation des fausses rumeurs par les médias sociaux et des dirigeants palestiniens, y compris le Président de l'autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

 

Deuxièmement, lorsque Israël s'est retiré unilatéralement de Gaza en 2005 et déraciné tous les colons qui y vivaient, les Palestiniens ont échoué complètement à saisir l'opportunité de construire le prototype d'un État. Leur « frustration » d'avant le départ d'Israël de Gaza n'a pas donné le moyen le moins du monde à une action constructive. Au lieu de cela, les Palestiniens ont jugé l'occasion de Gaza irresponsable et ont rejeté des offres par les gouvernements israéliens successifs d'un accord de paix qui leur aurait donné une grande partie de ce qu'ils demandent en Cisjordanie.

 

En ce qui concerne les colonies en Cisjordanie, des moratoires de bonne foi sur la construction des colonies ont été ignoré par les dirigeants palestiniens. En outre, comme le fait remarquer Abrams, il n'y a ni une augmentation massive du nombre de colonies ou de taille de la colonie. La croissance de population de colonisation qui s'est produite, Abrams a observé, s'est produite en grande partie " dans les grands blocs, tels que Maale Adumim – qu'Israël conservera clairement dans tout accord final."

 

La violence n'est pas le dernier recours des Palestiniens, né de la frustration, de ne rien voir d'autre. C'est la première action réflexive de Palestiniens vis-à-vis de leurs propres souffrances auto-infligées. Les Palestiniens se trouvent régulièrement dans le monde avec leur campagne de propagande visant à s'exonérer de toute responsabilité et à délégitimer l'État juif d'Israël. Pour  l'administration d'Obama se faire le perroquet de la propagande et rejoindre la « communauté internationale » à accuser les victimes juives de se défendre d'acte de terrorisme  revient à de l'antisémitisme.

Repost 0
mordeh'ai
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 16:20

Par Ari Yashar 

http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/201869#.Vh5j95vsnDc

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Le porte-parole de l'administration Obama affirme que la demande de mettre «fin à l'incitation» est la même pour Abbas et Netanyahu, d'abandonner la diversion du Mont du Temple.

 

L'administration du président américain Barack Obama a refusé de tenir les Arabes palestiniens responsables de la récente vague de terrorisme qui sévit en Israël, le porte-parole insinuant que les deux parties sont également coupables "d'incitation".

 

Lors d'une conférence de presse mardi dans le sillage de deux attaques terroristes mortelles à Jérusalem qui ont fait trois morts, le porte-parole du département d'Etat Mark Toner a été placé dans une situation difficile par le  journaliste Matt Lee de l'Associated Press.

 

 

Lee a demandé si le fait que la Maison Blanche a publié une déclaration, qui a appelé à la fois le Premier ministre Binyamin Netanyahu et l'Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas de mettre fin à «l'incitation», signifiait que Obama accuse Netanyahou aussi d'incitation à la violence.

 

Toner a tenté de tergiverser, en disant que, bien que la Maison Blanche condamne les attaques terroristes: " Nous avons vu également des attaques sur les Palestiniens ... Nous avons besoin de réduire ces types d'incitations."

 

Lee a pressé Toner, lui signifiant que si ce message est lancé aux deux côtés, cela semblerait indiquer que l'administration américaine met la faute sur les deux côtés.

 

" Les deux côtés doivent diminuer la tension ", a déclaré Toner, à la suite de quoi Lee lui a demandé est-ce que l'administration n'est pas satisfaite du gouvernement israélien à propos des mesures prises où de la lutte contre l'incitation concernée.

 

" Si le secrétaire appelle à la fois Abbas et Netanyahu et a le même message pour tous les deux, cela suggère que vous pensez que les deux doivent faire plus," a justifié Lee. " J'essaye juste de comprendre ce que vous voudriez que les Israéliens fassent de plus pour condamner la violence."

 

Le Mont du Temple "balle à effet"

 

"D'une part, en soutenant le maintien du statu-quo - comme je le disais le maintien du statu quo dans Haram al-Charif (le Noble Sanctuaire" - éd.) Et Mont du Temple ", a déclaré Toner.

 

"Mais y a-t-il eu une suggestion que le statu quo serait changé?" a répondu Lee.Toner ignora le commentaire.

 

Le commentaire de Toner sur le Mont du Temple, le lieu le plus saint dans le judaïsme où les émeutiers arabes ont attaqué la police avec des pierres et des explosifs, va à l'encontre des promesses répétées de Netanyahu de " maintenir le statu quo." Ce statu quo voit le Waqf jordanien exerçant un contrôle de fait et interdisant la prière juive sur le site, en dépit des lois israéliennes assurant la liberté de culte.

 

Abbas pour sa part le mois dernier a appelé à la violence de manière à bloquer les "pieds sales" des Juifs de souiller le Mont du Temple, comme il a fait l'éloge des "martyrs" pour leur effusion de sang dans la ville sainte. Sa faction du Fatah et de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) ont activement appelé à davantage d'attaques, et appelé le meurtre de civils-un «devoir national».

 

Lee a poursuivi ses questions, demandant si Toner pense que " l'Autorité palestinienne, le président Abbas, doivent faire davantage pour lutter contre l'incitation et de condamner la violence? "

 

"Je pense que les deux dirigeants se doivent ... de transmettre ce message," a répondu le porte-parole d'Obama.

 

"Les deux parties doivent prendre des mesures ... pour arrêter le cycle de la violence qui est actuellement en cours," a-t-il ajouté, en supprimant la responsabilité de culpabilité de la vague de terreur côté arabe et en appelant la violence "cyclique". Toner de nouveau a appelé à maintenir le statu quo sur "Haram al-Sharif et le Mont du Temple."

 

Toner a souligné que le message doit être le même pour les deux parties, en disant, " notre déclaration franchement dit autant." Il a réitéré que la déclaration condamnant les attaques, avec l'avertissement: " mais nous pleurons aussi toute perte de toute vie innocente, israélienne ou palestinienne."

 

"Je ne sais pas comment cela peut être dit plus clairement", a déclaré Toner, à quoi Lee a répondu, " Je suppose que cela ne peut pas, mais ma question était de savoir si le message aux deux côtés est le même, et si il l' est - mais vous dites qu'il est - pourquoi le message est le même pour les deux parties? "

 

"Pensez-vous que les deux sont absents ou n'en font pas assez?"

 

Toner a rappelé que " nous sommes profondément préoccupés qu'il y a escalade des tensions des deux côtés afin que les deux parties prennent positions positives pour diminuer ces tensions," refuser une fois de plus de tenir pour responsables les Arabes palestiniens et leur leadership et de les blâmer pour la vague de terreur.

 

La recrudescence actuelle des attaques meurtrières a commencé avec l'assassinat d'un jeune couple en face de leurs quatre enfants plus tôt ce mois-ci, qui a eu lieu le lendemain où Abbas est apparu à l'ONU pour abandonner les accords d'Oslo de 1994, qui ont créé l'AP et retiré OLP et le Fatah des listes des terroristes internationaux.

 

Le Secrétaire d'Etat américain John Kerry a annoncé mardi qu'il prévoit de se rendre en Israël dans un avenir proche et "essayer de travailler pour réengager et voir si nous ne pouvons pas nous éloigné de ce précipice", avertissant que la solution de"deux Etats" peut être perdue si la violence continue.

Repost 0
mordeh'ai