Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 09:06

Par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/2016/02/a-world-without-jews-2012/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Merci à la fonction 'souvenirs' de Facebook, grâce à elle je me suis souvenu de ce post d'il y a quatre ans. Je l'ai tellement aimé que je le reédite. Pas besoin de changer un seul mot.

 

Expérience de la réflexion

Peut-être un jour, les Juifs du monde en auront finalement marre. Peut-être qu'ils construiront un énorme vaisseau spatial et prendront leurs arguments sur une autre planète (on sait les Juifs sont intelligents, donc ils pourraient le faire).

Que se passerait-il sur cette planète cela pourrait être intéressant, mais je ne vais pas spéculer, bien qu'il est tentant de se demander à quoi ressemblerait une planète juive. Comme Israël sans le devoir des travailleurs étrangers, le terrorisme et le service de réserve?

 

Je suis plus intéressé par ce à quoi ressemblerait la Terre. Imaginez un Moyen-Orient sans Juifs (le régime iranien fait cela tout le temps). Pitié pour les «Palestiniens», dont la culture perdrait soudainement sa raison d'être. Après quelques jours à profiter des belles voitures et des bâtiments que les juifs ont abandonné, ils devront créer une véritable identité pour eux-mêmes.

 

Soudain, il y aurait très peu d'intérêt à soutenir les «réfugiés». Qui se soucierait d'eux? Pas les pays arabes, qui les traitent comme desdétritus maintenant. Je pense il y aura des combats entre les différentes factions, dont certaines islamistes et certaines laïques. Le Hezbollah prendrait le contrôle du Nord, le Hamas du Sud, et le Fatah de l'Est. Ce sera à l'ONU de les nourrir, au moins pendant un certain temps. LaTurquie, l'Egypte, l'Iran, l'Arabie Saoudite, etc. chacun fournira sa faction favorite en armes, et elles se battraient jusqu'à ce que ses voisins engloutissent la plupart des terres ou qu'elles tombent sous le contrôle de diverses milices.

 

Les anciens Arabes israéliens, habitués à un degré de civilisation et n'ayant pas connu la brutalité refoulée des milices, seraient les plus malchanceux. Leur propriété serait bientôt volée ou réquisitionnée par les milices. Le président américain ferait un discours sur la promotion de la Démocratie dans la région, et choisirait une faction minoritaire, qui pourrait parler sans agir, mais le pouvoir réel viendrait aux armes.  Bientôt ça ressemblerait beaucoup à la Libye, mais en pire.

 

On attribuerait la responsabilité du désastre aux Juifs, mais il y aurait peu de satisfaction à cela, car il n'y aurait aucun moyen de les punir. Mearsheimer et Walt (auteurs du livre: le lobby israelien et la politique étrangère américaine) obtiendraient de vrais emplois. De nombreux universitaires devraient trouver de nouvelles causes, mais aucune ne serait émotionnellement satisfaisante. Certaines industries et les villes aux États-Unis seraient décimées; ce serait une catastrophe immédiate pour l'économie américaine, bien qu'elle se rétablirait. L'Europe, où il y avait moins de Juifs, continuerait à se suicider culturellement comme avant.

 

Sans Israël

Les Etats musulmans, les sectes et les milices se concentreraient sur ​​l'expansion de leur pouvoir au détriment de chacun. En fin de compte quelques groupes pourraient atteindre la domination et réprimeraient violemment les autres.

En 50 ans, le Moyen-Orient, certaines parties de ce qui est maintenant la Russie, et la plupart de l'Europe serait divisés en sphères sous influences, turques, pakistanaises et iraniennes  peut-être même des empires. Tout serait islamiste.

 

Les Etats-Unis, encore indépendants, développeraient peu à peu une culture différente sans l'influence juive (et sous la pression du terrorisme endémique). Beaucoup d'Américains trouveraient l'ordre plus important que la préservation des droits individuels. Les souches particulièrement juives du libéralisme non coercitif d'une part et de l'autre la doctrine libertaire disparaîtraient, et seraient remplacés à gauche, par un communisme de type soviétique oppressif et sur à droite par le fascisme.

 

Il y aurait encore des prix Nobel, mais ils seraient tous attribués à des musulmans. La critique de l'islam serait interdite en Europe, bien sûr, et la charia serait la loi qui serait appliquée dans de nombreux pays. Le nombre de chrétiens diminuerait fortement partout. En Europe, les chrétiens vivraient comme des dhimmis. Aux États-Unis, nombreux sont ceux qui se convertiraient à l'Islam, mais il resterait une forte présence chrétienne, y compris des groupes armés hostiles aux musulmans.

 

Les progrès scientifiques dans de nombreux domaines seraient interrompus par la perte de beaucoup de scientifiques. La science médicale, en particulier, subirait un coup sévère. Les épidémies de nouvelles maladies causées par des pathogènes résistants aux médicaments et les agents biologiques libérés dans les guerres du Moyen-Orient ravageraient le monde; les médecins et les scientifiques juifs qui auraient pu développer des réponses seraient occupés ailleurs.

 

La Littérature, l'art et la science qui avaient été perçu comme un défi à l'islam seraient supprimées dans une grande partie du monde. Aux États-Unis, ils seraient «controversés». Les Livres et œuvres d'art créés par les juifs seraient détruits où l'islam radical est prépondérant.

 

Suivant les mots immortels de Thomas Hobbes, (penseur et fondateur de la philosophie civile, auteur de Leviathan), la vie sur terre serait encore «désagréable, brutale et courte».

Repost 0
mordeh'ai
15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 16:24

Par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/2016/02/soothing-words-and-golden-handcuffs/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Je n'ai jamais compris pourquoi Israël accorde une légitimité au soi-disant "Quartet" Etats-Unis, ONU, UE et Russie.

 

Chacune de ces entités est hostile à Israël dans une certaine mesure. Aucune d'entre elles n'a fait preuve de compréhension ou de préoccupation pour les questions de sécurité d'Israël. L'ONU et l'UE ont pris parti pour les Arabes depuis des décennies, alors que l'administration Obama n'a fait que pencher et détourner la politique américaine d'Israël plus que toute autre administration précédente. La Russie travaille en étroite collaboration avec l'Iran, le Hezbollah et Bachar al-Assad, tous les trois nos ennemis mortels d'Israël. Beaucoup a été fait avec la «coordination» russe et Israël pour éviter la confrontation dans le ciel de Syrie, mais ce qui est dans l'intérêt aujourd'hui de Poutine ne le sera peut-être pas demain.

 

Il y a quelques mois, le Premier ministre Netanyahu avait banni l'UE de tout rôle dans les négociations entre Israël et l'OLP en raison de l'anti-Israëlisme de l'UE,tel que le projet antisémite qui exigeait que tous les produits fabriqués dans la Ligne verte par des Juifs doivent être spécialement étiquetés comme autre chose que «produit d'Israël».

 

Oui, il importe si le produit a été fabriqué par des Juifs ou des Arabes! Voici les lignes directrices pertinentes :

 

Pour les Produits [arabe - Ed.] de Palestine qui ne proviennent pas de colonies, une indication qui ne trompe pas sur l'origine géographique, tout en correspondant à la pratique internationale, pourrait être «produit de la Cisjordanie» (produit palestinien) du « produit de Gaza » ou « produit de la Palestine ».

 

Pour les produits de la Cisjordanie ou du plateau du Golan qui proviennent de colonies, une indication limitée à «produit du plateau du Golan» ou «produit à partir de la Cisjordanie» ne serait pas acceptable. Même si elles désignent la zone plus large ou d'un territoire à partir de laquelle le produit est originaire, l'omission de la supplémentaire géographique [ethnique! - Ed.] . Indication que le produit provient de colonies israéliennes d'induire en erreur le consommateur quant à la véritable origine du produit Dans de tels cas, l'expression «de la colonisation israélienne» ou besoins équivalents à ajouter ...

 

Vendredi, Netanyahu a accepté de permettre à l'UE de participer à nouveau aux négociations dont chacun sait qu'elles ne peuvent pas parvenir à un accord, mais qui sont utiles pour faire pression et obtenir des concessions d'Israël. Est-ce que l'UE convient d'annuler l'obligation d'étiquetage? Non, mais Federica Mogherini de l'UE , a déclaré à Netanyahu " que la responsabilité de la mise en œuvre des lignes directrices repose sur les 28 Etats membres de l'UE." Le porte-parole du Premier Ministre a appelé cela une concession , mais ce n'en est clairement pas une. Et elle a ajouté que

 

... L'étiquetage ne visait pas à porter atteinte à des questions du statut final. Les étiquettes de consommation ne constituent pas un boycott et ne doivent pas être interprétées comme tels ...

 

Ne porte pas atteinte? Re-lire les directives que je citais plus haut, qui affirme clairement - contrairement à l'opinion d'Israël et que de nombreuses autorités juridiques indépendantes - qu'Israël n'est pas souverain sur la Ligne verte, et même implique qu'il existe déjà une entité appelée «Palestine».

 

Naturellement, il n'y a pas des exigences similaires en place pour d'autres territoires contestés, comme le Tibet chinois occupé ou pour le nord de Chypre sous occupation turque. Et tandis que l'étiquette n'est en soi pas un boycott, l'effet est de faciliter les boycotts. Pour autant que je sache, la condition ethnique de l'obligation d'étiquetage est quelque chose que le monde n'a jamais vu depuis l'Allemagne nazie.

 

Netanyahu était également préoccupé par le financement de l'UE de la construction arabe illégale dans la zone C, parties de la Judée / Samarie qui sont censées être sous contrôle israélien total selon les accords d'Oslo. Mais Mogherini serait d'accord pour "tenir de nouvelles discussions" à ce sujet.

 

En d'autres termes, l'UE est prête à dire de belles choses, mais de ne pas du tout modifier sa politique. Et Netanyahu a accepté de lui permettre de revenir coller son nez dans nos affaires.

 

Ceci est un cas particulier du problème général d'Israël de reculer sous la pression. On est souvent à blâmer le Premier ministre Netanyahu, qui est désigné comme «un mou». En fait, le contraire est vrai. Netanyahou sait que sa popularité à la maison va diminuer si elle est perçue comme cédant à la pression de l'UE et à l'administration Obama, mais son évaluation est que les conséquences économiques et diplomatiques de se montrer résolu et ferme seront inacceptables. En d'autres termes, il prend les coups pour le bien du pays! Il n'est pas veule, mais je pense que sa politique est erronée.

 

Caroline Glick a appelé la pression conjointe de l'UE / US  - soutenue par le terrorisme arabe - un « assaut coordonné.»  Elle a raison. C'est une politique hypocrite et cynique qui combine des assurances verbales de soutien et de préoccupation, aussi bien que l'aide militaire américaine à chaque sorte de pression sauf l'invasion. L'objectif est de forcer Israël à quitter les territoires et la moitié de sa capitale, ce qui presque chaque analyste israélien ou un politicien comprend que ce serait désastreux.

 

Ce qui le rend cynique c'est que l'administration américaine et les fonctionnaires de l'UE le savent aussi. Ils ne s'en soucient tout simplement pas de notre sécurité et dans de nombreux milieux préféreraient voir l'Etat juif éliminé. Donc ils utilisent l'aide américaine comme levier, essayer de subvertir nos élections, les ONG ont des fonds pour se livrer à la diabolisation et la guerre juridique, empêcher Israël de préempter les attaques ennemies ou d'y répondre, soutenir l'OLP et former son armée, et ainsi de suite.

 

Dans un sens très réel, une grande partie de l'Occident est devenue notre ennemi.

 

Amon avis Netanyahu se perd c'est quand il pense qu'il peut jouer leur jeu et gagner. Il tiendra le coup pour un meilleur président américain, qui verrait Israël comme la ligne de front de la civilisation occidentale et qui agirait en conséquence. Ce serait une erreur.Même George W. Bush, le président le plus pro-israélien dans l'histoire récente, n'a pas changé de manière significative la politique américaine envers Israël et les Arabes, en particulier dans son dernier mandat. Et les promesses qu'il a vraiment fait en échange du retrait de Gaza ont été renié lors de l'administration suivante.

 

Je préférerais que le Premier Ministre prenne la route difficile de faire face aux Etats-Unis et à l'UE au sujet de leur soutien au terrorisme arabe palestinien tout en prenant des mesures pour réduire notre dépendance à l'égard des États-Unis et à l'influence de l'UE dans ce pays.

 

Netanyahu devrait dire «non» au F-35, comme Caroline Glick l'affirme de façon convaincante. Nous devons trouver des alternatives à l'achat de systèmes d'armes de l'aide militaire américaine. La Knesset doit prendre et appliquer des règles strictes pour contrôler les ONG subversives financées par l'UE active dans notre pays. Nous devons mettre un terme à l'armement américain et à la formation de l'OLP, et nous devrions expliquer à nos «alliés» que nous ne devons permettre au ciment et aux matériaux de construction d'entrer dans Gaza que s'ils ne sont pas détournés pour la construction de tunnels. Bien que les relations d'Israël avec la Chine et l'Inde se sont grandement améliorées au cours des dernières années, cela doit devenir notre priorité diplomatique.

 

Israël subira un préjudice économique pour cette politique à court terme. Mais notre sécurité et le respect de soi exigent que nous arrêtions de dépendre pour la continuité de l'existence de notre Etat sur ceux qui n'offrent seulement que des paroles apaisantes et des menottes dorées.

Repost 0
mordeh'ai
15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 15:08

Michael LUMISCH

http://israel-thrives.blogspot.fr/2016/02/how-jews-are-winning-long-arab-war.html
{également publié http://elderofziyon.blogspot.fr/
. }

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

La longue guerre arabo-musulmane contre le peuple juif continue encore et encore ... mais les Juifs sont en train de la gagner.

 

Nous devons reconnaître que le conflit est une expression permanente de la haine religieuse arabo-musulmane envers les Juifs qui se manifeste depuis l'époque de Mahomet et intégrée dans le Coran et les hadiths. En outre, elle est promue et prolongée par l'hostilité occidentale progressive envers Israël, et donc envers les Juifs, plus généralement, voilée dans les notions profondément hypocrites de la justice sociale et des droits humains universels.

 

Certains vont parler d'un semi-mythologique / semi-historique islamique "Age d'or" dans lequel l'Islam ascendant a conduit le monde dans les sciences et était amical envers les non-musulmans, y compris envers la minorité juive.

 

C'est faux.

 

L'Islam, historiquement, n'a pas été si souvent amical envers les non-musulmans et leurs contributions scientifiques, en dehors de la promotion de l'algèbre, ont été négligeables pendant de nombreux siècles

 

La vérité est que, bien avant le siècle des Lumières - bien avant que Galilée ne dirige son petit télescope astronomique sur Venus et prouve la vue héliocentrique du système solaire - le monde islamique était leader de civilisation.

 

Il a conquis de vastes territoires de chrétiens et de juifs et d'autres à travers le Moyen-Orient, supprimé ceux qui les entouraient, et a fait quelques progrès scientifiques au cours d'une période ou l'humanité était abêtie, attardée, et aveugle.

 

L'Islam, cependant, ne semble avoir nulle part où aller que vers l'abject et une des principales raisons de cette alternative c'est la haine en cours et violente de la minorité juive et de tous les autres infidèles ou apostats ou sortes de «mauvais» musulmans. Après tout, l'Islam, ne tape sur personne autant qu'il tape sur les siens.

 

Ce que je dirais c'est que si l'Islam en général, et les Etats islamiques en particulier, cessaient de ressasser sur le fait que le peuple juif a son indépendance sur la petite patrie juive historique, alors les Arabes du Moyen-Orient pourraient commencer le processus de leur entrée dans le monde moderne. Ils pourraient - dans mes plus beaux rêves - abandonner les vieilles haines en faveur de la culture de l'intérêt pour les sciences et les arts, la création d'entreprises et de faire progresser les économies locales, renforcer le bien-être du monde, plutôt que de chercher à le détruire par le Jihad.

 

{ ce serait idéal.}

 

Mais le fait c'est que les Juifs ont essentiellement gagné la longue guerre arabe.

 

La Longue guerre arabe contre les Juifs au Moyen-Orient a pris les phases suivantes dans son itération contemporaine.

 

Les phases de la longue guerre arabe:

   

Phase 1,  1920-1947: Les émeutes et les massacres
Phase 2, Novembre 1947 - Avril 1948: La guerre civile en Palestine 
Phase 3, 1948-1973: la guerre conventionnelle 
Phase 4, 1964 - Présent: La guerre Terreur 
Phase 5 1975 - Présent: L'Effort Délégitimation

Compte tenu du fait que les Juifs dans cette partie du monde représentent une infime minorité et leurs ennemis arabo-musulmans représentent une majorité beaucoup plus grande - et compte tenu du fait que l'UE, l'ONU et les Etats-Unis, sous l'administration Obama, sont hostiles à cette petite minorité -. il est difficile d'arriver à la conclusion que le peuple juif est en train de perdre la longue guerre

 

Le fait de la question, cependant, est que les Juifs ont survécu à tous leurs ennemis historiques et tandis que le monde arabo-musulman, bien plus grand démographiquement au Moyen-Orient, est un gâchis. Les musulmans du Moyen-Orient ont supprimé et abusé de la minorité juive, pour ne pas mentionner les chrétiens assiégés, depuis Mahomet jusqu'à la chute de l'Empire ottoman au début du XXe siècle, après la Seconde Guerre mondiale. Ils ont conquis les Juifs et ils ont conquis l'ensemble de la chrétienté orientale et maintenant honnêtement croire que ces conquêtes impériales leur donnent un droit moral à la terre qu'ils ont pillé et qu'ils continuent d'occuper et d'harceler les populations autochtones dans toute la région.

 

Cependant, à partir de ce moment jusqu'à ce que les juifs indigènes aient consolidé leur position économiquement, scientifiquement, diplomatiquement et militairement. En outre, ils ont fait tout cela sous la pression constante et violente de leurs voisins inhospitaliers et tout en supportant le mépris sarcastique des Etats européens qui secondaient généralement les Arabes contre les Juifs.

 

Ceci est un accomplissement remarquable et il devrait être célébré.

 

Comme on l'a souvent fait remarqué, si vous aviez remonté le temps et aviez dit à un Juif de 1916 qu'en 2016 un Israël reconstitué serait parmi les pays les plus puissants de la planète, il aurait certainement pensé que vous êtiez dingue.

 

Ceci est, bien sûr, ne veut pas dire que la longue guerre est finie parce que les Juifs ont défait nos ennemis. Nous n'avons pas, et nous ne le serons pas de sitôt, pour la simple raison que notre nombre est beaucoup moindre que celui de nos ennemis

 

Néanmoins, quand on regarde l'hostilité arabo-musulman contemporaine envers le peuple juif nous avons besoin de leur apprendre qu'ils sont battus.

Plus tôt ils le réaliseront, mieux ce sera pour tout le monde.
 

Repost 0
mordeh'ai
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 17:40

Par David Israel

http://www.jewishpress.com/news/idf-source-russian-involvement-enables-hezbollah-to-down-israeli-planes/2016/02/14/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

 Les missions de routine dans l'espace aérien du Liban par la Force aérienne Israélienne ont été confronté ces derniers mois à un nouveau type de nuisance: les provocations du Hezbollah. Selon des sources de l'appareil de sécurité en Israël parlant à Walla, depuis que l'armée russe a commencé ses opérations en Syrie, y compris la construction de bases militaires, le Hezbollah a commencé à verrouiller le radar de ses missiles anti-aériens à travers le Liban sur l'aviation israélienne entrant.

 

Ces mêmes sources de Tsahal estiment que l'augmentation des provocations du Hezbollah  sont le résultat  du renforcement de la relation entre la Russie et le Hezbollah, dans le cadre de la campagne contre ISIS en Syrie. " Les liens entre le Hezbollah et la Syrie et la Russie ont complètement changé les règles du jeu dans la région - en dépit de la coordination [russo-israélienne]. Le Hezbollah signale à Israël qu'il est prêt pour la prochaine phase. " 

 

Pendant la Seconde Guerre du Liban en 2006, le Hezbollah a réussi à frapper un seul avion israélien - un hélicoptère Yasur qui a été touché par un missile sol-air. Au moment où l'écart entre l'IAF et la capacité opérationnelle du Hezbollah a empêché ce dernier de menacer sérieusement les avions israéliens. Mais après la guerre le Hezbollah a lancé un processus intensif d'absorbtion des systèmes d'armes anti-aériennes iraniennes avancées.

 

Au cours des dernières années, l'Aviation Israelienne a attaqué plusieurs convois d'armes sur le chemin de la Syrie au Liban, et également détruit les systèmes antiaériens portables qui se trouvaient sur leur chemin vers le Hezbollah. Le chef de l'organisation Hassan Nasrallah a ouvertement évoqué les attaques, avertissant Israël qu'il paierait un prix élevé pour elles. Le ministre israélien de la Défense Moshe Ya'alon a mis en garde dans les deux dernières années qu'Israël a des «lignes rouges» qu'il ne faut pas franchir, et qu'il ne permettrait pas à la "fuite" d'armes de la Syrie vers le Liban.

CANNONS ON THE LOOSE: A Libyan NTC fighter near a SAM SA-5 missile at the Al-Burkan base near Bani Walid, southeast of Tripoli, on September 2.

Néanmoins, l'armée israélienne estime que le Hezbollah a réussi à introduire clandestinement des systèmes anti-aériens, certains d'entre eux anciens, comme les SA-5, qui sont capables de descendre des avions cargo et de reconnaissance, mais pas des avions de combat de fabrication russe. Pourtant, la possibilité de la présence de systèmes plus avancés de la région est lié à limiter la liberté de mouvement des forces aeriennes israeliennes sur le Liban.

Repost 0
mordeh'ai
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 15:51

Par Moshe Feiglin

http://www.jewishpress.com/indepth/columns/moshe-feiglin/the-way-out-of-oslo-2/2016/02/14/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Le problème avec la perception de la sécurité d'Israël consiste à ce que Bennett, a dit du ministre de la Défense Ya'alon et de l'ensemble des forces armées qu'souffraient de fixation conceptuelle, c'est juste. Et il en est de même de Ya'alon, qui a accusé Bennett de dépravation politique.

 

Certes, les armes les plus sophistiquées ne fonctionneront pas si l'armée est en proie à la fixation conceptuelle. Mais quand la personne qui fait cette revendication ne suggère pas d'autres alternatives que « accepter la réalité, sortir de là une fois pour toutes, et ouvrir de nouveaux horizons pour les Arabes avec l'omission de la sécurité » –-  en d'autres termes, une version contradictoire et passé sous silence la version même de la fixation conceptuelle puis Ya'alon est également dans le vrai que les mots de Bennett ne sont rien de plus que de la politique cynique et des caprices enfantins privés de loyauté et d'intégrité.

 

Nous ne pouvons séparer notre perception de la sécurité du comment nous nous percevons dans des termes plus larges, géopolitiques. Les poignées de main de Rabin et de Netanyahu avec le chef de l'Organisation pour la libération de la terre entière de l'Israël des Juifs et de la signature des Accords d'Oslo qui ont mis Israël dans une position moralement inférieure. Pour la première fois de son histoire (et de l'histoire juive) Israël a reconnu la souveraineté (pour ainsi dire) d'une autre nation sur le Coeur biblique d'Israël. A partir de ce moment historique maudit, nous sommes devenus des occupants colonialistes de notre propre terre. Israël a perdu son sens de la justice et la perte de légitimité rapidement à la vitesse de la boule de neige.

 

Jusqu'à cet effondrement, tous les gouvernements d'Israël comprendre clairement les implications de la reconnaissance de la souveraineté de la «nation palestinienne» au cœur d'Israël. "Je suis une Palestinienne," a expliqué l'ancienne Premier ministre Golda Meir , pleinement consciente qu'en offrant une légitimité à la souveraineté étrangère conduirait nécessairement à la perte de légitimité de la souveraineté d'Israël sur les deux côtés de la Ligne verte.

 

Après des années d'une guerre tous azimuts et du boycott total de l'OLP –- une politique réussie qui a entraîné un boycott parallèle de l'OLP par de nombreux pays européens et des États-Unis  et les architectes d'Oslo ont compris que, pour permettre une légitimité de leur projet aux yeux de l'opinion publique israélienne, ils fallait obtenir l'approbation du Saint-Graal israélien: l'armée israélienne.

 

Et ainsi, les officiers supérieurs ont pris part aux négociations et ont apporté leur lumière d'expertise de la sécurité à l'idée brillante que la remise du coeur d'Israël à une organisation terroriste armée apporterait la paix et la sécurité à notre pays. Il n'y avait pas un seul homme juste dans l'ensemble du commandement principal qui s'est opposé au mouvement et a refusé de coopérer avec lui. (Contrairement à ce qui s'est passé il y a quelques années, quand Netanyahu a ordonné au chef du Mossad, Meir Dagan et au chef d'état-major Gabi Ashkenazi de se préparer à attaquer l'Iran. Dans ce cas, les deux ont refusé. En d'autres termes, les hauts fonctionnaires de la défense sont certainement capables de refuser les ordres quand cela sert leurs intérêts. le fait que Netanyahu n'a pas tiré et a poursuivi les deux met toute la responsabilité de la victoire actuelle de l'Iran, son renforcement militaire, son influence élargie au Moyen-Orient, et sa viabilité nucléaire rapide et facile à chaque fois qu'il le choisit uniquement sur les épaules de Netanyahu.)

 

Au cours des deux décennies qui ont suivi la signature des accords d'Oslo, toutes les principales institutions d'Israël - y compris jes services de la Défense - ont favorisé les seules personnes qui se sont conformés à la ligne d'Oslo. Une assise très imposante de médias, de personnalités culturelles, d'universitaires, de divers instituts de recherche, des politiciens, des économistes et des hauts gradés - doivent leur situation personnelle et financière à leur alignement avec la novlangue d'Oslo .

 

Personne - de Droite ou de Gauche - n'ose s'aventurer au-delà des frontières fixées par les accords d'Oslo. Cela ne fait aucune différence que les Israéliens se souviennent encore de la façon dont ils sont allés faire du shopping à Gaza. Des dizaines de nos soldats tués à Gaza à chaque affrontement armé et des missiles qui menacent toutes les villes d'Israël semblent préférables à l'Israélien moyen qu'un retour à notre réalité précédente. Pourquoi? Parce qu'aucun personnage public n'ose défier véritablement les limites d'Oslo. Pas de petit garçon qui ose crier la vérité et nous avons pris l'habitude de louer de nouveaux habits de l'empereur.

 

Au cours de l'Opération Rempart de Protection, Tel Aviv a été bombardé par des missiles pendant deux semaines et l'armée israélienne ne pouvait les arrêter. Après avoir donné, un débriefing long et ennuyeux à la Knesset, je demandais au chef de cabinet adjoint, s'il pouvait me dire qui était l'ennemi. Je n'ai jamais reçu une réponse claire.

 

La réponse est pourtant simple elle aurait dû être " le Hamas." Mais l'implication de cette réponse aurait été que, pour gagner la guerre, Israël aurait dû détruire le Hamas. Et cela aurait forcé l'armée israélienne à gouverner Gaza une fois de plus. Cela aurait signifié l'effondrement final de l'idée d'Oslo. Et le sous-chef d'état-major avait construit sa carrière sur l'alignement  même d'Oslo. Voilà pourquoi les Israéliens doivent sacrifier les meilleurs de leurs fils à chaque fois à Gaza - ne pas de gagner, mais simplement préserver l'idéal d'Oslo.

 

«Pour moi, Oslo signifie que vous pouvez oublier que vous êtes Juif», a déclaré le jeune écrivain Dorit Rabinian lorsque les accords d'Oslo ont été signés.

 

La racine du problème est l'identité. La tentative de fuite, c'est l'énergie qui a motivé le processus d'Oslo. C'est impossible de sortir de la fixation d'Oslo et de développer une nouvelle stratégie militaire sans reconnexion avec notre identité.

 

Evidemment, l'armée doit être rendue plus efficace, rapide, sophistiquée et triomphante. Nous devons approuver et remercier tous ceux qui travaillent dans ce sens - en particulier l'actuel chef d'état-major.

 

Mais lorsque vous avez décidé d'oublier qui vous êtes, même votre chef d'état-major ne peut pas identifier l'ennemi. Et quand vous ne pouvez pas identifier l'ennemi, vous ne pouvez pas gagner. Et quand il n'y a pas de victoire, la guerre ne se termine pas. Et quand la guerre ne finit pas, la paix ne peut pas commencer.

Repost 0
mordeh'ai
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 09:28

Par Adam Eliyahu Berkowitz 

http://www.breakingisraelnews.com/61253/car-attack-injures-3-idf-stabbing-in-hebron-injures-soldier-and-arab-terror-watch/#BUhSyZXsTmPM1Chg.97

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Trois soldats de Tsahal de la patrouille frontalière ont été blessé samedi soir quand une voiture conduite par des Arabes les a percuté à Metzudat Adummim-Junction, à l'est de Jérusalem, près de Maale Adumim. À proximité des soldats des Forces de Défense IsraeliennesI ont ouvert le feu, blessant les occupants de la voiture. Les soldats auraient été légèrement blessés.

 

La porte-parole de la police Luba Samri déclaré que l'incident a commencé lorsque les soldats ont observé deux personnes qui passaient outre la barrière de sécurité. Les deux, sont montés dans une voiture qui a commencé à se diriger vers Jérusalem.

 

" Le rapport a été transmis aux équipes motorisées qui ont commencé à se diriger vers la voiture des suspects," dit-elle. Lorsque le véhicule a rencontré du trafic et a été contraint de ralentir, les policiers s'en sont approché à pied. Le conducteur de la voiture a tenté de fuir ", en essayant d'écraser les policiers. Les policiers qui étaient en danger immédiat ont tiré sur le véhicule ". Deux des suspects, dont un garçon de 14 ans, ont été touché par des tirs de la police. La voiture des suspects a alors frappé le véhicule de la police des frontières, blessant les troupes à l'intérieur.

 

Plus tôt samedi à Hébron, à côté de la grotte des Patriarches, un jeune  femme arabe de 17 ansa a attaqué un soldat de Tsahal avec un couteau, l'a poignardé à la main. Un homme de 50 ans palestinien debout à proximité a essayé d'arrêter la femme qui avait attaqué le soldat et elle l'a ensuite poignardé. Le soldat et l'homme palestinien ont été hospitalisé, le soldat avec des blessures légères.Le Palestinien a été blessé à la poitrine et est dans un état ​​stable. La terroriste a été abattu.

Repost 0
mordeh'ai
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 10:14

Par Yoram Ettinger

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=15249

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Le Président américain Barack Obama et le Secrétaire d'Etat John Kerry ont l'intention de faire avancer la reconnaissance d'un Etat palestinien indépendant le 20 Janvier, 2017 - la fin du second mandat d'Obama - indépendamment de la façon dont il aura une incidence défavorable sur la sécurité nationale et de la patrie. Compte tenu de cela, le président a rejeté une demande de Harry Reid leader de la minorité au Sénat, à s'engager de mettre un veto sur toute résolution du Conseil de sécurité de l'ONU appelant à un Etat palestinien indépendant. Selon Obama et la mise en place de la politique étrangère des États-Unis, un Etat palestinien renforcerait  la stabilité, la modération, la paix et la Démocratie.

 

Mais comment cette attente est-elle crédible et réaliste?

 

En 1993, Kerry alors sénateur, et l'establishment de la politique étrangère des États-Unis étaient convaincus que le président de l'OLP Yasser Arafat - un modèle pour le terrorisme international - répondrait aux concessionsd'Israël sans précédent des accords d'Oslo, se transformant de " hors la loi en homme d'Etat." Cependant, leur évaluation a été discréditée par une vague sans  précédent de l'éducation de la haine d'Arafat et de Mahmoud Abbas, l'incitation et (sa conséquence) le terrorisme - persistent encore aujourd'hui.

 

En 2011, Obama, Hillary Clinton alors secrétaire d'Etat  puis le sénateur Kerry ont estimé que l'éruption de la turbulence sur la rue arabe était un printemps arabe, une révolution de la jeunesse, une révolution Facebook qui était la transition du monde arabe à la Démocratie " Grâce à la force morale de la non-violence, les gens du Moyen-Orient ont atteint plus de changements en six mois que les terroristes ont accompli depuis des décennies ".

 

Cependant, l'évaluation a été démenti par la réalité d'un anti-américanisme, anti-droits-de- l'homme, un tsunami arabe axé sur la terreur et la suprématie d'inspiration islamique, dirigée par des régimes minoritaires impitoyables et encouragée par une majorité musulmane obéissante et politiquement insignifiante.

 

Le 19 mai 2011, Obama a déclaré que " lorsque le président libyen Mouammar Kadhafi quitte...la transition vers une Libye démocratique peut se poursuivre."

 

Le 21 septembre 2011, Obama a célébré le renversement / lynchage de Kadhafi par les gangs terroristes islamiques anti-américains: " De Tripoli à Benghazi la Libye est libre...L'idée que le changement ne peut venir que par la violence a été enterré avec Kadhafi.".

 

Toutefois, l'évaluation d'Obama s'est révélée fausse le 11 septembre 2012, lorsque quatre Américains ont été tué dans une attaque terroriste massive du consulat américain à Benghazi, et quand la Libye post-Kadhafi s'est transformée en plus grande plateforme d'organisations terroristes islamiques anti-USA bien armées, alimentant le terrorisme islamique en Afrique, au Moyen-Orient et en Europe.

 

En Juin 2012, après avoir fait pression sur le président égyptien d'alors Hosni Moubarak à démissionner, Obama et et l'établissement de politique étrangère américaine ont félicité les Frères musulmans pour leur victoire à l'élection présidentielle d'Egypte. Ils l'ont annoncé comme une étape importante dans la transition de l'Egypte vers la démocratie Cependant, cette évaluation s'est révélée fausse en Juillet 2013, lorsque les Frères musulmans - la plus grande organisation terroriste islamique transnationale qui hante les régimes arabes pro-américains - a été renversé par une coalition rare libérale d'Egyptiens et des militaires, s'opposant à la dictature islamique des Frères musulmans et à son soutien au terrorisme dans la péninsule du Sinaï et sur ​​le continent.

 

Quel serait l'impact réaliste d'un Etat palestinien sur la sécurité des États-Unis en matière de sécurité nationale américaine et de la sécurité de la patrie?

 

La nature de l'Etat palestinien proposé et son impact sur les intérêts vitaux des Etats-Unis peut être tirée de l'éducation de la haine anti-américaine de l'Autorité palestinienne et de l'OLP, l'organisation terroriste par excellence qui (selon les accords d'Oslo) supervise l'Autorité palestinienne - les deux étant à la fois dirigée par Abbas. Qu'il soit dirigé par l'OLP ou par le Hamas, un Etat palestinien risquerait d'être un tsunami arabe dans la rue palestinienne.

 

Par exemple, l'Autorité palestinienne a maintenu des liens étroits de l'OLP avec régimes anti-américains comme l'Iran, la Corée du Nord, Cuba, le Venezuela, la Russie, la Chine et le Soudan, ainsi qu'avec Oussama ben Laden et Saddam Hussein. Un Etat palestinien pour l'Iran, la Russie, la Chine et peut-être la Corée du Nord avec un accès naval et terrestre sur le flanc oriental de la Méditerranée, au détriment de la projection de la puissance américaine.

 

Un Etat palestinien signifierait une voix de plus anti-américaine à l'ONU.

 

En outre, les dirigeants palestiniens ont collaboré avec l'Allemagne nazie et le Bloc communiste et ont été formés par le KGB et d'autres services secrets communistes impitoyables. Abbas a obtenu son doctorat (pour le déni de l'Holocauste) de l'Université Patrice Lumumba à Moscou, a été formé par le KGB, et géré les finances et la logistique de l'attentat terroriste de 1972 lors des Jeux olympiques de Munich, où 11 athlètes israéliens ont été massacrés.

 

L'OLP, dirigée par Arafat et Abbas, était un modèle et un incubateur pour détournement d'avion, les attentats suicides, voitures piégées et trahison inter-arabe , l'exportation du terrorisme à l'Inde, la Chine, la Russie, l'Afghanistan, l'Europe, l'Afrique et les Etats-Unis. L'autonomie de l'OLP en Jordanie (1968-1970) et au Liban (1970-1982) a fourni la main-d'oeuvre, de la formation et l'inspiration à une multitude d'organisations terroristes au Moyen-Orient, d'Extrême-Orient, et en Europe occidentale et centrale ainsi qu'en Amérique latine. L'OLP  d'Abbas a assassiné l'ambassadeur américain au Soudan en 1973 et a aidé le Jihad Islamique à assassiner 300 Marines américains à Beyrouth en 1983. Des terroristes palestiniens ont combattu les forces US en Afghanistan et en Irak.

 

Les dramatiques concessions israéliennes de 1993 et ​​de 2005 (recul de 40% de la Judée et la Samarie, offrant de se retirer sur les lignes d'avant 1967; le déracinement de tous les Juifs de Gaza) a facilité la mise en place de l'Autorité palestinienne par les terroristes de l'OLP d'Irak, du Yémen, du Soudan, de Syrie, du Liban, de Jordanie et de Tunisie. Comme prévu, à la lumière de la réalité du Moyen-Orient, cela a intensifié le terrorisme palestinien ainsi que le terrorisme international.

 

Depuis 1993, l'Autorité palestinienne a été caractérisé par l'éducation de la haine, la glorification de kamikazes, la violation systématique des engagements, la corruption, l'oppression du peuple palestinien et une vague de l'émigration forcée chrétienne, qui a transformé Bethléem, Beit Jallah et Ramallah villes à majorité chrétienne-en villes minoritaires en population chrétienne.

 

Les commandants militaires jordaniens avertissent leurs homologues israéliens que « les Palestiniens violent dans la soirée ce qu'ils ont signé le matin » et « qu'un Etat palestinien serait une condamnation à mort du régime hachémite pro-américain, et transformerait la Jordanie en une plateforme du terrorisme, hantant les régimes instables pro-américains dans le golfe Persique ».

 

En 1950, 1966 et 1970, Abbas (qui parle doucement) et Arafat ont fui l'Egypte et la Syrie en raison de la subversion et du terrorisme et ont été expulsé de Jordanie suite à une tentative de coup d'état contre le roi Hussein. En 1975, ils ont essayé de renverser le gouvernement central du Liban, déclenchant une guerre civile de plusieurs années et l'occupation syrienne. En 1990, ils ont participé au viol du Koweït par Saddam. Les léopards ne changent pas leurs taches, mais seulement leurs tactiques.

 

Après avoir repris le contrôle des chaînes de montagnes de Judée et Samarie en 1967, Israël a considérablement amélioré sa posture de dissuasion et transformé à partir d'un consommateur en un producteur de moyens pour assurer la sécurité nationale. Dans le contexte de la hausse des menaces islamiques conventionnelles et non conventionnelles aux États-Unis, Israël ressemble de plus en plus au plus grand et au plus important porte-avions américain, l'un qui ne nécessite pas une seule présence US à bord, et déployé dans une zone plus vitale pour les intérêts économiques et de l'armée américaine. La création d'un Etat palestinien sur les crêtes des montagnes de Judée et Samarie éroderait considérablement la posture de dissuasion d'Israël, ce qui étend actuellement la main stratégique des Etats-Unis, en épargnant la nécessité de déployer des troupes américaines supplémentaires au Moyen-Orient. Cela améliorerait la sécurité nationale des régimes arabes pro-USA - en particulier la Jordanie - qui considèrent Israël comme une politique d'assurance-vie efficace.

 

L'Etat palestinien proposé pourrait-il faire avancer les intérêts américains et les valeurs améliorant la stabilité, la modération, la paix et la démocratie?

 

L'Etat palestinien proposé ne peut pas exister en même temps que les valeurs américaines et les intérêts de sécurité nationale.

Repost 0
mordeh'ai
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 07:20

Par  David Israel

http://www.jewishpress.com/news/white-house-obama-will-sign-trade-bill-begrudgingly-hates-anti-bds-part/2016/02/12/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Obama Boycotts Israel

 

La Maison Blanche a annoncé qu'elle est partiellement satisfaite de la nouvelle loi bipartisane, la facilitation du commerce et l'acte de la Loi d'Exécution Commerciale de 2015. Elle aime le projet de loi en général, dit-elle, comme le signifie l'attaché de presse de la Maison Blanche dans un communiqué: " Nous sommes heureux que le Sénat ait adopté le rapport bipartisan de la conférence des douanes car il fournira des outils supplémentaires pour aider à réprimer la concurrence déloyale des partenaires commerciaux et des entreprises étrangères qui mettent nos travailleurs et nos entreprises dans une situation désavantageuse " Cependant, il y a cette partie qu'elle déteste vraiment.:

 

"... Il y a des dispositions dans ce projet de loi que nous ne soutenons pas, y compris une disposition qui contrevient à la politique américaine de longue date envers Israël et les territoires occupés, y compris à l'égard des activités de la colonisation israélienne."

 

Voici ce que la nouvelle loi sur le commerce a à dire à propos de cette dernière, désagréable partie de colonie-juive. Cependant la partie à laquelle Obama est réfractaire c'est de voie cachée, là-bas, au point (b) (7), qui déclare que le Congrès:

 

" Soutient les efforts visant à prévenir des enquêtes ou des poursuites par les gouvernements ou des organisations internationales des États-Unis contre des personnes sur la seule base que ces personnes font des affaires avec Israël, avec des entités israéliennes, ou dans tout territoire contrôlé par Israël."

 

Voici le reste du segment qui a généré tant de douleur au n°1600 Pennsylvania Avenue .:

 

SEC. 909. Echange-États-Unis-Israël et valorisation commerciale.

(a) Conclusions.- Le Congrès constate ce qui suit:

(6) Cela a été la politique du gouvernement des États-Unis pour lutter contre tous les éléments du Boycott de la Ligue arabe d'Israël par

 

(A) des déclarations publiques des responsables de l'administration;

(B) la promulgation de sections pertinentes de la Loi sur l'administration des exportations de 1979 ... incluant des sections pour s'assurer que des personnes étrangères se conforment aux exigences de déclaration applicables en matière de Boycott;

(C) la promulgation de la Loi sur la réforme fiscale de 1976 (Public Law 94-455;. 90 Stat 1520) qui refuse certains avantages fiscaux aux entités respectant le boycott;

(D) le fait de garantir par les accords de libre-échange avec le Bahrein et l'Oman que de tels pays ne participent plus au Boycottage ; et

(E) le fait de garantir comme une condition d'adhésion à l'Organisation mondiale du commerce que l'Arabie Saoudite ne renforce les éléments secondaires ou tertiaires du boycottage.

 

(b) Les Déclarations de politique. — Congrès —

(1) soutient le renforcement de la coopération économique entre les Etats-Unis et Israël et reconnaît la valeur stratégique, économique et technologique énorme de la coopération avec Israël;

(2) reconnaît les avantages de la coopération avec Israël pour les entreprises des États-Unis, y compris en améliorant la compétitivité américaine sur les marchés mondiaux;

(3) reconnaît l'importance du commerce et des relations commerciales à la poursuite et à la durabilité de la paix, et soutient les efforts pour réunir les Etats-Unis, Israël, les territoires palestiniens, et d'autres dans le commerce renforcé;

(4) s'oppose aux actions politiquement motivées qui pénalisent ou limitent par ailleurs des relations commerciales spécifiquement avec l'Israël, telles que les boycotts de, le désinvestissement de, ou les sanctions contre l'Israël ;

(5) fait remarquer que les boycotts de désinvestissement de, et les sanctions contre Israël par les gouvernements, les organismes gouvernementaux, des organismes para-étatiques,des organisations internationales et autres entités sont contraires au principe de non-discrimination dans le cadre du GATT de 1994 ...;

(6) encourage l'inclusion des actions politiquement motivées qui pénalisent ou limitent par ailleurs les relations commerciales spécifiquement avec Israël tels que le boycott des, cession de, ou des sanctions contre Israël comme un sujet de discussion au sein du Groupe de développement économique mixte américano-israélien (JEDG) à soutenir le renforcement de la relation commerciale États-Unis-Israël et combattre toute discrimination commerciale contre Israël;et

(7) soutient les efforts visant à prévenir des enquêtes ou des poursuites par les gouvernements ou des organisations internationales des États-Unis des personnes sur la seule base que ces personnes font des affaires avec Israël, avec des entités israéliennes, ou dans tout territoire contrôlé par Israël.

 

(c) Principaux objectifs de négociations commerciales des États-Unis. —

(1) Associations Commerciales — Parmi les principaux objectifs de négociations commerciales des États-Unis pour les accords commerciaux proposés avec les pays étrangers concernant les associations commerciales sont les suivantes:      

(A) Décourager les actions par les partenaires commerciaux potentiels qui préviennent,  directement ou indirectement préjudice ou autre activité commerciale uniquement entre les Etats-Unis et Israël.

(B) Décourager les boycotts aux motifs politiques, le désinvestissement des, et les sanctions contre Israël et de demander l'élimination des barrières non tarifaires à caractère politique sur les produits israéliens, services ou autre commerce imposés à Israël.

(C) Chercher l'élimination de boycotts non sanctionnés, sponsorisés de l'état d'Israël ou l'acquiescement avec le Boycott de la Ligue arabe d'Israël, par les partenaires commerciaux potentiels.

 

Un assistant senior du Congrès  qui travaille sur ce projet de loi a déclaré au Washington Beacon journal gratuit ils ont été surpris de la déclaration de l'administration, qui dit que cette loi sort de son role en singularisant Israël.

 La source a déclaré: " Cette administration ne manque jamais une occasion de lancer un pique à Israël, même si elle a l'intention de critiquer les mesures anti-BDS bipartites passées à l'unanimité à la Chambre et au Sénat."  " Ne tombez pas sous le charme du double langage de la Maison Blanche: Les efforts qu'elle oppose pour lutter contre BDS équivaut à un soutien au BDS. Voilà pourquoi l'histoire montrera que le président Obama a activement promu un mouvement  visant exclusivement à délégitimer l'Etat d'Israël ".

 

Ce n'est pas une blague.

Repost 0
mordeh'ai
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 19:41

Par David Israel

http://www.jewishpress.com/news/theres-no-p-in-palestine/2016/02/11/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

MK Anat Berko

Membre de la Knesset Dr Anat Berko
Crédit photo: Capture d'écran

 

Dr. Anat Berko Député du Likoud, a lancé mercredi une crise internationale lorsqu'elle a dit à la Knesset en séance plénière que les Arabes vivant en Israël et ailleurs ne peuvent pas prononcer le nom qu'ils ont choisi pour leur futur Etat, "la Palestine."

 

L'alphabet arabe a une variété de beaux sons qui sont créés dans les zones de la bouche et de la gorge humaine que les langues européennes ne visitent jamais. Mais l'arabe n'a pas le son "P", et les Arabes, pour la plupart, ont du mal à prononcer les mots qui comportent la lettre P, en optant généralement pour la lettre B à la place, qui est également créé par les lèvres humaines.

 

Ce qui explique pourquoi, comme le fait remarquer la député Berko, il est assez gênant quand vos dirigeants nationaux choisissent pour votre nouvelle nation et son pays un nom que vous ne pouvez pas prononcer - Palestine.

 

Le nom a été initialement choisi par les Romains, qui cherchaient à éradiquer tous les vestiges de l'histoire juive de la terre, ils étaient mis dans une telle rage, par ces rebelles agaçants entre 132-35 CE. Alors ils sont allés chercher la Palestine, une mauvaise prononciation latine d'Eretz Plishtim, qui était une nation d'envahisseurs qui elle-même avait disparu 600 ans plus tôt.

 

Donc les Arabes ne peuvent pas dire Palestine et en arabe le nom est prononcé Falastine. Il y a beaucoup d'autres fautes de prononciation arabes de mots européens, comme Napoli (Naples), le nom d'une ville romaine construite en Samarie, ils l'appellent Nablus, qui est aussi connue comme Shechem dans la tradition biblique. Le folklore israélien est riche de plaisanteries sur les mots que les Arabes ne peuvent pas prononcer, incluant le groupe pro-arabe Beace (Peace) Now, et les gadgets ménagers faits de Blastic.

 

Apparemment, l'affront de Anat Berko touche un point sensible, et toute l'allée où siège la gauche a commencé à lui crier après, nommant son racisme (racisme grammatical - c'est cela?), Et l'accusant d'incitation (à Brober ce bronunciation??). Plusieurs députés arabes sont partis dans un accès de colère (ils ont généralement un accès de colère qui les attend dans le hall juste à cette seule fin). La Politique étrangère, ce bastion du journalisme de qualité, a porté l'histoire sous le titre: Le législateur israélien: " Il ne peut y avoir de Palestine car en arabe il n'y a pas de ' P.' "

 

La meilleure moquerie de Berko mercredi c'était quand elle a dit, " Pouvez-vous imaginer que le mouvement de libération national juif aurait pu être nommé Zionisme si la lettre Z n'avait pas existé en hébreu?"

 

En fait, le nom en hébreu est "Tziyonut," et la lettre est "Tzadik," mais vous comprenez ce que je veux dire.

 

En fin de compte, Berko fait le point assez bien en ce qui concerne le manque évident d'authenticité de l'ensemble du récit palestinien, fait de toutes pièces par des politiciens arabes dans le but d'ériger une barrière avant le retour en Eretz Israël des Juifs. Le nom de la Palestine à l'époque était dans l'usage populaire (Golda Meir a souligné qu'elle aussi, à un moment donné avait été une Palestinienne, parce que le mandat britannique de 1918-1948 a nommé Palestina-EI, la fin étant l'abréviation d'Eretz Israël ).

 

Enfin, la partie la plus importante et vraiment drôle sur les Arabes d'Eretz Israël en utilisant le nom de la Palestine et des Palestiniens: le nom plishtim, la source de la reprise romaine de la Judée occupée, est un mot hébreu originaire de la racine plsh , comme dans Polshim-Envahisseurs. Les plishtim n'étaient pas Sémites mais des tribus helléniques qui ont navigué sur la mer Égée jusqu'à Canaan et se sont installées le long de la côte entre Gaza et Ashdod.

 

Alors que les Arabes d'Eretz Israël ont choisi le nom de «Envahisseurs» pour décrire leur droit à la terre volée par les Romains aux Juifs

.

Maintenant vous savez vraiment, ce dont vous avez vraiment besoin de savoir sur le Mouvement de libération palestinien.

Beace.(Peace)

Repost 0
mordeh'ai
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 10:40

Les relations tendues entre l'ancien envoyé américain en Israël Martin Indyk et le Premier ministre d'Israël ont touché le fond récemment, lorsque l'ancien représentant des USA a allégué que Netanyahu a traité feu le Premier Ministre Yitzhak Rabin de «politicien raté» • La Conférence est organisée par l'Institut israélien de la Démocratie.

 

Par Shlomo Cesana et le personnel Israël Hayom 

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_article.php?id=31697

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

L'ancien ambassadeur américain en Israël Martin Indyk n'assistera pas à une conférence, organisée par l'Institut de la Démocratie d'Israël à Jérusalem et prévue pour dimanche prochain, dans lequel le Premier ministre Benjamin Netanyahu devrait assister en tant qu'invité d'honneur.

 

Indyk, qui a également servi comme envoyé spécial de l'administration américaine au Moyen-Orient, est également membre du Conseil consultatif international de l'IDI. L'ancien secrétaire d'Etat américain George Shultz sera honoré par l'institut à la conférence de dimanche. L'événement portera sur " la crise de gouvernance dans le monde démocratique " et Netanyahu devrait assister, comme indiqué, à titre d'invité d'honneur.

 

Israël Hayom a appris que Indyk va participer à des forums sur les politiques de l'institut, mais renoncer à la manifestation à laquelle le Premier ministre a été invité.

 

La raison de l'absence de Indyk peut être la relation tendue entre lui et le Premier ministre israélien. La tension entre les deux a culminé récemment, lorsque l'ancien ambassadeur a allégué sur un programme de télévision américaine que Netanyahu lui chuchota lors des funérailles de l'ancien Premier ministre Yitzhak Rabin:. «Regardez, regardez C'est un héros, mais s'il n'avait pas été assassiné, je l'aurais battu aux élections, puis il serait allé dans l'histoire comme un politicien raté»

 

Indyk plus tard a changé sa version de l'incident et a précisé que Netanyahu a fait ces commentaires à un moment plus tard que celui des funérailles, mais le bureau du premier ministre a nié les allégations et a accusé d'emblée Indyk de répandre des mensonges.

 

Selon l'IDI: "Le Conseil consultatif international convoque cette année pour quatre jours de discussions et de visites intensives, des réunions et des discussions avec le gouvernement et d'importants financiers[israéliens].".

Repost 0
mordeh'ai