Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 08:12

Par Adam Eliyahu Berkowitz

http://www.breakingisraelnews.com/55791/hanukkah-miracle-series-rabbi-who-conquered-hebron-single-handedlyjudea-and-samaria/#1SVtyCFMBiR2WC8t.97

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Grand Rabbin Shlomo Goren militaire au Mur occidental en 1967, peu après la libération de Jérusalem.  (Photo: Wiki Commons)

Grand Rabbin Shlomo Goren militaire au Mur occidental en 1967, peu après la libération de Jérusalem. (Photo: Wiki Commons)

 

Hanoukka est un temps pour célébrer des miracles. La fête commémore deux grands miracles qui ont eu lieu à l'époque des Maccabées: la victoire miraculeuse de la petite armée juive sur la grande armée greco-syrienne et le miracle de la petite fiole d'huile qui brûla pendant huit jours, alors qu'elle ne devait durer seulement qu'un jour. Cependant, les miracles ne se produisent pas seulement que dans l'histoire ancienne. Au cours de la semaine de Hanoukka, nous présenterons différents miracles qui se sont produits de nos jours en Israël. 

 

Beaucoup connaissent l'histoire du Rabbi Shlomo Goren arrivant au Mur occidental flanqué par les troupes de Tsahal lors de la guerre des Six Jours en 1967, le 28 Iyyar dans le calendrier hébraïque.

 

Le moment, capturé sur une des photos emblématiques, montre le rabbin tenant un rouleau de la Torah et soufflant dans un shofar au Mur occidental entouré de jeunes soldats. Mais peu de gens connaissent l'histoire encore plus étonnante de ce qui est arrivé le lendemain de cette photo et comment le rabbin Goren à lui seul a conquis la ville sainte de Hébron et le Tombeau des Patriarches, connu sous le nom Me-arat Hamakhpelah (מערת המכפלה),.

 

La guerre faisait encore rage après que la vieille ville de Jérusalem ait été conquise par l'armée israélienne. Directement après la scène émotionnelle au Mur occidental, le rabbin Goren, général et grand rabbin de l'armée israélienne, s'est préparé à rejoindre les forces rassemblées dans le Gush Etzion récemment repris. Les troupes attendaient le matin pour affronter la Légion jordanienne à Hébron.

 

Le Rabbin Goren s'est adressé aux troupes, leur disant l'énorme importance de Hébron pour les Juifs. Il se coucha entouré par des soldats israéliens, leur disant de le réveiller à temps pour partir à la bataille du lendemain. Cependant, quand il se réveilla quelques heures plus tard, il était seul. Les troupes avaient déménagé sans lui. Il a rapidement réveillé son chauffeur et ils partirent pour rattraper les forces israéliennes.

 

Seuls, ils ont parcouru la courte distance, dans Hébron ils ont été accueillis par des drapeaux de reddition, des draps blancs suspendus à toutes les fenêtres et sur les toits. Le rabbin n'a pas vu de soldats israéliens et a supposé qu'ils avaient déjà conquis toute la ville. Ce que le rabbin ne savait pas c'est qu'il était arrivé avant les troupes. L'armée avait pris une route plus longue pour entourer la ville avant d'y entrer. Alors qu'il conduisait vers le Caveau des Patriarches, il était le seul Juif, certainement le seul soldat juif dans une ville de 40.000 Arabes.

 

Lorsque le rabbin Goren est arrivé aux grandes portes de fer du Caveau des Patriarches, il les a trouvé fermé. Le Rabbin Goren a tiré sur elles avec sa mitraillette Uzi, a essayé en vain d'ouvrir les portes qui avaient été verrouillées aux Juifs pendant 700 ans. Les impacts de balles sont toujours là et peuvent être vus par tous ceux qui visitent le site aujourd'hui.

 

Les portes ne se sont pas ouvertes, donc il a pris sa jeep et l'a attachée aux portes avec des chaînes, les tirant pour l'ouvrir. Le Rabbin Goren est entré dans la Machpela, a soufflé le shofar comme il l'avait fait la veille au Kotel, mis en place le rouleau de la Torah, et a commencé à prier.

 

Le Mufti de Hébron a envoyé un messager pour demander au Rabbin Goren, comme général de l'armée israélienne, à accepter sa reddition. Il a refusé, renvoyant la réponse, " Cet endroit, la grotte de Machpéla, est un lieu de prière et de paix. Rendez vous ailleurs."

 

Les premières troupes israéliennes à Hébron ont été choqué de trouver un drapeau israélien sur la toiture de la Machpelah. Le lendemain, le rabbin a reçu un message urgent de son officier, le chef d'état-major israélien, Moshe Dayan. Il a ordonné au rabbin Goren d'enlever le drapeau, de retirer la Torah des locaux et d'ordonner à toute personne entrant d'enlever leurs chaussures car le site était une mosquée.

 

Rabbin Goren a envoyé un message de retour en réponse: " La Torah est sainte - elle reste. Le drapeau signifie pour moi ce que cela signifie pour vous. Si vous voulez l'enlever, vous pouvez, mais je ne le veux pas ".

 

Dayan a envoyé un agent pour enlever le drapeau, mais après avoir retiré le drapeau, l'officier est mort dans un horrible accident de voiture sur son chemin pour faire son rapport à Dayan. Dayan a annulé ses ordres.

Repost 0
mordeh'ai
12 décembre 2015 6 12 /12 /décembre /2015 15:49

Par Yoram Ettinger

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=14625

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

L'Alarmisme démographique a été largement utilisée pour instiller aux Juifs la crainte et le fatalisme, les dissuadant de s'implanter sur la terre d'Israël et le leurre qu'Israël n'accepte pas de concéder les collines historiquement et militairement critiques de Judée et de Samarie. Cette campagne a précédé le discours du Secrétaire américain d'Etat John Kerry, la semaine dernière, dans lequel il demandait: " Comment Israël peut maintenir son caractère en tant qu'Etat juif et démocratique de la rivière à la mer alors qu'il n'y aurait même pas de majorité juive? "

 

Historiquement, les décideurs et les leaders d'opinion ont utilisé (et parfois réussi) les statistiques officielles pour faire avancer leur ordre du jour, influencer l'opinion publique et intensifier la pression sur leurs adversaires. Ils se sont appuyés sur la plupart des gens de la tendance et de tous les gouvernements à accepter les statistiques officielles comme vraies sans examen approprié.

 

En Mars 1898, Theodor Herzl, le père fondateur du sionisme politique moderne, a été contesté par Simon Dubnow, le premier historien et démographe juif, qui a proposé la mise en place d'une autonomie juive culturelle / sociale en Europe à la place d'un Etat juif dans le pays d'Israël. Dubnow n'a pas considéré l'immigration juive (aliyah) vers la terre d'Israël, comme une proposition viable et a publié des projections démographiques pour soutenir sa position («Lettres publiques sur l'ancien et le judaïsme moderne, de 1897 à 1907»): «La reconstruction de l'Etat juif sur la terre d'Israël - avec une population juive importante - est impossible politiquement, socialement et économiquement ... le judaïsme national ne devrait pas être une avancée messianique à Sion, mais par une lutte crédible pour les intérêts juifs réalistes dans la diaspora .... . En 100 ans [1998], le nombre total de Juifs en Palestine sera d'environ 500 000, légèrement plus élevé que la population de Kiev. ... résoudra-t-il le problème des 10 millions de Juifs, qui sont dispersés dans la diaspora ?!. .. Le sionisme politique est utopique. "

 

Theodor Herzl, l'optimiste motivé par la réalité, n'a pas été découragé par la réputation de l'autorité démographique autorité de Dubnow et a prouvé qu'en 2015, Dubnow est mis à mal:  il y a 6,6 millions de Juifs sur la terre d'Israël, constituant 66% (et en croissance) de la majorité dans la région combinée de la Judée, la Samarie et Israël d'avant 1967.

 

En 1922 et 1931, le gouvernement britannique a utilisé des acrobaties démographiques afin de rationaliser l'abandon de ses engagements juridiques à toutes épreuves pour établir un état juif sur la terre d'Israël: du 2 Novembre 1917 à la Déclaration Balfour, du 25 Avril 1920 à la Conférence des Alliés de l'après-guerre à San Remo et de l'article 22 du 24 Juillet 1922 du Pacte de la Société des Nations. Ainsi, Londres a lancé le recensement de la population dans le pays d'Israël, destiné à souligner son affirmation que, soi-disant, un taux de natalité arabe extrêmement élevé empêchait la création d'un Etat juif. Par ailleurs, le gouvernement britannique a sévèrement restreint l'immigration juive et l'acquisition de terres juives, afin de restreindre la démographie juive.

 

En 1946, David Ben Gourion a soumis au Comité anglo-américain d'enquête un document - "Pas de majorité arabe en Terre d'Israël" par Israël A. Trivus - mettant en évidence les défauts fondamentaux démographiques (dont certains persistent encore aujourd'hui) dans les deux rapports de recensement. Par exemple, les recensements ont été supervisés et effectués par des particuliers britanniques et arabes connus pour leur hostilité envers l'idée d'un Etat juif et leur implication dans le terrorisme anti-juif; la plupart des formulaires ont été rempli et présentés par les chefs de clans arabes, dont l'intérêt était de maximiser leur pouvoir et les avantages politiques et peut donc avoir gonflé leurs chiffres; la plupart des adultes étaient analphabètes arabes, incapables de comprendre ou de remplir les formulaires;l'enregistrement des habitants arabes n'a jamais été examinée;l'enregistrement des nomades Arabes (Bédouins) a été fortement gonflé; l'enregistrement de la population suggère que la mort a été rarement rapportée; migrants des zones rurales vers les zones urbaines ont été comptés deux fois, dans les deux endroits; et les résidents d'outre-mer ont été inclus dans les recensements.

 

Selon les statistiques officielles du Mandat britannique, l'accroissement naturel parmi les Arabes dans la terre d'Israël était, apparemment, la plus élevée dans l'histoire humaine, beaucoup plus élevé que l'accroissement naturel dans le monde arabe. Le 10 Juin l'étude de 1993 sur la population arabe de Judée et de Samarie, menée par le Bureau central des statistiques d'Israël, a souligné le manque de fiabilité de l'enregistrement de la population palestinienne, en déclarant: "Si l'enregistrement de la population palestinienne est exacte, alors l'espérance de vie des Palestiniens est plus élevé que l'espérance de vie aux Etats-Unis ".

 

Dans les années 1940, à la veille de la déclaration d'indépendance, le père fondateur d'Israël, David Ben-Gourion, a été pressé par le premier statisticien et démographe israélien, le fondateur du Bureau central des statistiques d'Israël et le modèle du courant statistique / démographique de la création d'Israël, le professeur Roberto Bacchi, de reporter la création de l'Etat juif pour absence d'une masse critique démographique juive. Selon la projection d'octobre 1944 de Bacchi, le nombre de Juifs dans la terre d'Israël en 2001 était censé être 2.3 millions, une minorité de 34 %. C'était une erreur cataclysmique.

 

Comme l'établissement démographique contemporain d'Israël, le professeur Bacchi a fait erreur dans le renvoi des perspectives des vagues de l'aliyah (continu depuis 1882), en attribuant des taux mythiques permanents à la fertilité arabe, en supposant que la fécondité juive serait réduite aux niveaux européens, en ignorant l'occidentalisation éventuelle de la démographie musulmane dans la démographie générale et palestinienne en particulier, pendant que la démographie juive (3.11 naissances par femme et 3.4 naissances quand les deux époux sont d'origine israélienne) les tendances au-dessus de la démographie musulmane, partout autre que le Soudan, le Yémen et l'Irak.

 

En 2015, au mépris de la fraternité de l'alarmisme démographique, la démographie juive d'Israël dispose d'une étonnante hausse de 68% du nombre de naissances annuelles à partir de 1995 (80 400) à 2014 (132 000), tandis que le nombre annuel de naissances arabes s'est stabilisé (40.000) en raison de la modernité accélérée; un solde migratoire positif juif croissant couplé à une migration nette négative arabe croissante; une majorité juive de 66% de la superficie combinée de la Judée, la Samarie et Israël d'avant 1967, bénéficiant d'un vent arrière sans précédent de la fécondité et de la migration. Si Israël devait ressusciter sa politique de aliyah proactive - qui a été le phare d'Israël jusqu'en 1993 - la démographie juive, et donc l'économie, la technologie, la sécurité nationale et la posture de dissuasion, catapulte vers de nouveaux sommets.

 

La devise de Theodor Herzl, «Si vous le voulez, ce ne sera pas un rêve, » n'a jamais été aussi justifiée

 

Repost 0
mordeh'ai
12 décembre 2015 6 12 /12 /décembre /2015 10:24

Une offre d'emploi publiée par le consulat français à Jérusalem se réfère à Safra Square à l'ouest de la ville comme «territoire palestinien, 'même si son bureau est également basé à Jérusalem-Ouest. Le ministère des Affaires étrangères répond: " Ils devraient apprendre l'histoire et la géographie".

 

Par Itamar Eichner

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4738105,00.html

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Un autre incident diplomatique avec un pays européen a eu lieu récemment, quand le consulat français a publié une annonce d'emploi se référant à un point de repère à Jérusalem-Ouest comme "territoire palestinien'.

 

Safra Square, qui est fermement dans la partie ouest de la ville, a été désigné " territoire palestinien" dans une annonce que l'Institut français Romain Gary a publié sur le site Carriere. L'institut agit pour le compte du consulat français et est situé sur la place Safra.

 

Bâtiment de la municipalité dans Safra Square, Jérusalem.  (Photo: Ata Awisat)

Bâtiment de la municipalité dans Safra Square, Jérusalem. (Photo: Ata Awisat)

 

L'annonce a provoqué une réaction de colère à Jérusalem, en particulier parce qu'il n'y a aucun doute que l'institut est situé dans l'ouest de la ville. Il est probable que quelqu'un au consulat pensait que le carré est en territoire palestinien en raison de sa proximité de la Vieille Ville.

 

Un travail de consulat français annonce décrivant un point de repère Jérusalem-Ouest comme «territoire palestinien".

L'annonce a provoqué une réaction de colère à Jérusalem, en particulier parce qu'il n'y a aucun doute que l'institut est situé dans l'ouest de la ville. Il est probable que quelqu'un au consulat pensait que le carré est en territoire palestinien en raison de sa proximité de la Vieille Ville.

 

 

Un travail de consulat français annonce décrivant un point de repère Jérusalem-Ouest comme «territoire palestinien.
 
Un travail que le consulat français annonce à Jérusalem-Ouest comme «territoire palestinien.

 

Ministère des Affaires étrangères Emmanuel Nahshon a répondu: " C'est une grande honte que, en France, il y a ceux qui ne comprennent toujours pas que l'ensemble de Jérusalem est la capitale du peuple d'Israël, et leur seule capitale." " Il serait intéressant pour certains responsables français d'apprendre l'histoire et la géographie avant de publier des offres d'emploi ", a poursuivi Nachschon.

 

La réponse initiale du consulat français était que l'affaire est sous enquête, mais que, dans tous les cas " l'Institut français est situé à Jérusalem-Ouest et absolument pas dans le territoire palestinien."

 

Repost 0
mordeh'ai
12 décembre 2015 6 12 /12 /décembre /2015 09:15

Par Elliott Abrams

http://blogs.cfr.org/abrams/2015/12/06/israels-partner-for-peace/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

La semaine dernière, un terroriste palestinien nommé Mazen Aribah a abattu deux Israéliens, juste au nord de Jérusalem. Ce qui a rendu cet incident particulièrement remarquable c'était que Aribah était aussi un officier de la police de l'Autorité palestinienne.

 

Comment l'AP a réagi à un tel événement terrible, où l'un de ses propres officiers commet un acte de terreur? En l'honorant. Le samedi, Saeb Erekat a visité la maison de la famille de Aribah à présenter ses respects à Aribah, qui avait été tué par la police israélienne sur la scène de son attaque.

 

Erekat est en fait le principal négociateur palestinien avec Israël ainsi qu'un haut fonctionnaire de l'OLP, donc on peut dire que le chemin vers la paix est dans les mains d'un homme qui pense qu'il est approprié d'honorer les terroristes. L'Autorité palestinienne et l'OLP font cela tout le temps, en nommant parcs et écoles d'après les noms des tueurs, mais cette occasion a été particulièrement remarquable. Alors que John Kerry, à Washington, était en conférence avec Israël à propos de la paix dans un discours prononcé à Washington samedi (Mais tout en disant que "Je comprends pourquoi les Israéliens se sentent assiégés", néanmoins Kerry a dirigé la plupart de ses mises en garde à Israël," a dit le Washington Post), il y avait eu trois autres attaques terroristes menées par des Palestiniens contre des Israéliens vendredi.

 

Peut-être que Kerry était en retard dans son suivi des nouvelles. Et peut-être ne lui a-t-on pas dit que le chef négociateur de paix des Palestiniens était occupé samedi, tandis que Kerry parlait, en accordant l'honneur à la terreur. Le principal message de Kerry dans son discours au Forum Saban de la Brookings Institution, était qu'Israël a besoin de faire la paix. Mais où est le partenaire pour la paix dont Israël a besoin?

Repost 0
mordeh'ai
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 15:24

Par David Lazarus

http://www.israeltoday.co.il/NewsItem/tabid/178/nid/27942/Default.aspx

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

 

L'orateur était Gabriel Naddaf (centre de la photo), un porte-parole pour le patriarche grec orthodoxe de Jérusalem et chef spirituel du mouvement basé à Nazareth encourageant les jeunes chrétiens de langue arabe à rejoindre les Forces de défense israéliennes.

 

Naddaf se tenait devant le Parlement européen pour une session d'urgence sur les limitations imposées à des produits israéliens sur les marchés européens.

Dans son discours, le père Naddaf dit que la décision de marquer exclusivement des produits israéliens en Europe est raciste et antisémite, si cela se fait ouvertement ou discrètement en filiforme. "Ceci est de l'antisémitisme et c'est pire", s'est écrié Naddaf, notant que singulariser les produits fabriqués en Israël va faire du mal à tous les citoyens d'Israël, Arabes et Juifs de la même façon. Mais surtout il endommagera la vie des Palestiniens, alors que des dizaines de milliers de familles palestiniennes gagnent leur vie dans ces usines mêmes qui sont boycottées par les Européens.

 

"Différencier les produits israéliens trahit l'essence même de l'héritage chrétien de l'Europe, et c'est encore un autre signe de l'affaiblissement des valeurs chrétiennes en Europe", a déclaré Naddaf  aux parlementaires.

 

Le prêtre a ajouté:

 

"Alors que l'Europe est occupée spécialement à marquer des produits israéliens, les terres à travers le Moyen-Orient et l'Afrique sont trempées quotidiennement du sang des chrétiens. Au Moyen-Orient, il n'y a qu'un seul pays, un seul où les chrétiens peuvent vivre en sécurité, où ils peuvent prospérer et où il y a la liberté d'expression religieuse. Où les chrétiens sont en mesure de pratiquer leurs traditions religieuses, peuvent être élus au Parlement et où ils ont les pleins droits démocratiques. C'est le seul pays au Moyen-Orient où la population chrétienne se développe et prospère.

 

"C'est la nation juive, la nation d'Israël -. Et nous, les chrétiens, devons la protéger, et protéger les libertés que nous chrétiens avons ici en Israël, nous chrétiens devons protéger cette terre sainte, qui est la source de la foi chrétienne ".

 

En terminant, Naddaf a déclaré qu'il continuera de lutter contre toutes tentatives de nuire ou d'affaiblir Israël en aucune façon. Il a promis de continuer aussi la lutte contre toute tentative par quiconque de nuire à l'économie israélienne, ou de nuire aux relations entre chrétiens et juifs en Israël.

 

Le Père Naddaf soutient la pleine intégration des chrétiens de langue arabe dans toutes les institutions d'Israël, y compris l'armée et le service national. À la suite de cela, il a reçu des menaces par d'autres Arabes israéliens, même de politiciens. Son fils aîné, Jubran, a été agressé en Décembre 2013 pour les activités de son père. D'autre part, Naddaf a reçu le soutien du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, du Ministère israélien de la Défense, de membres de la Knesset et d'autres responsables israéliens.

Repost 0
mordeh'ai
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 08:22

Par Steve Feldman

 http://www.americanthinker.com/blog/2015/12/ny_times_covers_up_an_inconvenient_truth_for_palestinian_authority.html#ixzz3ttsasvCv 

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

 

Ils l'ont fait à nouveau - et même davantage!

 

Le New York Times a une histoire mettant en vedette des articles en évidence quand Israël ou les Israéliens se sont prétendument mal conduit, tout en enterrant des articles quand Israël ou les Israéliens ou les juifs sont les victimes.

 

C'est arrivé à nouveau la semaine dernière - 1 décembre - avec une omission stupéfiante aggravant le motif du Times.

Le Times a publié un article mettant à jour un acte particulièrement choquant et odieux: L'attaque arabo--palestinienne sur les athlètes , entraîneurs et arbitres israéliens, aux Jeux olympiques d'été de 1972 à Munich, en  Allemagne.

La veuve de l'un des Olympiens tués a révélé nouvelles et particulièrement horribles à propos de l'attaque sur la base des informations fournies par les autorités allemandes: Tous les Israéliens ont été battus par leurs ravisseurs, et au moins l'un des Israéliens assassinés dans le village olympique a été torturé et les organes génitaux mutilés par ses les Arabes palestiniens. Il y a des preuves photographiques de la mutilation.

La version électronique de l'article est classé sous la rubrique «Sport». Une note indique la version imprimée a été publié sur la page B10 de l'édition du New York Times.

L'article de Sam Borden est important dans la longueur, avec plus de 1300 mots. Toutefois, si ironiquement, choquant ou prévisible: Deux mots importants qui devraient être dans l'article ne sont pas: "Mahmoud Abbas."

Abbas - qui, aujourd'hui, est à la fois le président de l'Autorité palestinienne, président de l'OLP (groupe dominant de l'Autorité palestinienne) et président du Fatah (plus grande faction de l'OLP) - a financé l'attaque. On pourrait penser qu'un tel fait mérite au moins une mention si ce n'est un paragraphe complet. On aurait pu le penser.

Un peu d'histoire: En 1972, Abbas était un membre du Comité central du mouvement Fatah et a siégé au Conseil national palestinien et le Comité exécutif de l'OLP. Ceux-ci étaient des terroristes, après tout. Abbas avait dû savoir que l'argent n'allait pas être utilisé pour remplir de fleurs  les boulevards de Ramallah et de Jénine.

Abbas est également connu par son nom de guerre: Abou Mazen.

Les nouvelles de l'engagement de M. Abbas dans le massacre de Munich ont été révélé la première fois en 1999 par Abou Daoud dans ses mémoires à propos de l'attaque. C'était Daoud qui avait planifié l'attaque. Il avait confirmé le rôle de M. Abbas dans une interview ultérieure dans Sports Illustrated intitulé "Une visite douloureuse" par Don Yaeger du Service des Sports du Times!.

Daoud observait que le rôe d'Abbas/Mazen dans le processus de paix et les désormais célèbres Accords d'Oslo cérémonie de signature, le 13 Septembre 1993, sur la pelouse de la Maison Blanche: 

Daoud a noté: " Pensez-vous que ... cette présence aurait été possible si les Israéliens avaient connu que Abou Mazen était le financier de nos activités? J'en doute."

Les terroristes arabes palestiniens, opérant sous le couvert de «Septembre noir», ont attaqué les Israéliens aux Jeux olympiques officiellement pour obtenir la libération de 200 terroristes arabes détenus dans les prisons israéliennes. Mais la mutilation et la torture des Israéliens à Munich rend l'attaque plus que simplement un acte politique. Après avoir tué deux Israéliens presque immédiatement, les neuf Israéliens restants ont été tenu en otages; drame diffusé en direct sur les chaines du monde entier, et en Amérique ce drame a été couvert mémorablement par Jim McKay d'ABC. Les terroristes avaient pris les otages israéliens sur un aéroport où ils devaient ensemble s'envoler pour le Caire. Une tentative par les autorités allemandes pour sauver les Israéliens a été bâclée et tous les Israéliens ont été tué ainsi qu'un policier allemand et certains des terroristes.

Le New York Times a peut-être pensé que le rôle d'Abbas dans cette sauvagerie qui a entachée les Jeux olympiques n'était pas convenable d'imprimer ou de noter en ligne, mais nous, nous le faisons.

Repost 0
mordeh'ai
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 13:13

Le premier Premier ministre d'Israël, connu comme le "père de la nation" n'avait aucun scrupule de voir les Arabes comme l'ennemi et de les traiter comme tels.

 

Par Dr. Mordechai Nisan

http://www.israelnationalnews.com/Articles/Article.aspx/17982#.Vl11w3YvfDd

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

 

Bien que nous dans le monde juif sommes préoccupés et tendus à la vue du terrorisme arabo-islamique cruel rampant à travers notre pays, c'est la peine de se souvenir de l'approche de David Ben Gurion au conflit israélo-arabe. Il a profité d'un moment historique et d'une rare fenêtre d'opportunité en mai 1948 (en déclarant la création de l'Etat d'Israël, ed.), Mais n'a pas adhéré à la danse joyeuse qui a éclaté spontanément dans les rues de Tel-Aviv la veille du sabbat .

 

Les Instincts réalistes de Ben Gourion ont tempéré sa vision à long terme: le domaine de la sécurité a été éclairé quelque peu par l'Unité 101 et les capacités nucléaires d'Israël, il y avait un plan établi pour le développement national fondé sur l'immigration et l'implantation. Son cœur battait avec une ferveur de sioniste, tandis que son analyse pratique et éthique était clairement délimitée par des amis et des ennemis parmi les secteurs démographiques habitants l'état nouvellement formé.

 

Toute sa vie, malgré les tentatives continues et inutiles de conciliation, Ben Gourion a entendu que les Arabes vivant sur la terre d'Israël agissaient comme une barrière bloquant le chemin vers le but de la renaissance nationale juive. Tant que les Arabes rejetaient toute solution fondée sur le compromis territorial et politique, comme ils l'ont montré en 1937 et 1947, il n'y avait aucun espoir, juste une illusion de coexistence. Ben Gourion appartenait au Mapaï (parti ouvrier socialiste, éd.), Pas Hashomer Hatzair (mouvement socialiste extrême gauche sous l'égide politique du Mapaï, ndlr).

 

Perspectives sionistes

Point de vue socialiste de Ben Gourion a été rendu public en 1921. Il était basé sur son ambition de créer une société de travailleurs, fortement disciplinée, centralisée , une forme d'organisation semi-militaire qui exercerait un contrôle sur tout l'appareil économique de l'entité sioniste. Cette approche s'est bien mélangée avec son attitude agressive envers les Arabes du pays.

 

Tandis qu'il a joué autour des entretiens avec des dirigeants arabes, en particulier dans les années 1930, il était clair que rien n'allait sortir de ces efforts. Il a précisé à ses collègues négociateurs que la terre d'Israël appartenait uniquement au peuple juif et que les frontières souhaitées - n'étaient qu'une base stratégique; et des considérations historiques  elles devraient s'étendre vers le désert qui se trouve à l'est de la Jordanie et jusqu'à la rivière Litani au sud du Liban. Il avait décidé cela en 1918 et c'est ce qui a été vu sur la carte remise à la Conférence de la paix de Versailles un an plus tard. En plus de souligner la nécessité d'aller vers le sud dans le Néguev, il a vu le besoin pour le projet sioniste d'aller dans les collines (Samarie, éd.) Et ne pas être limité qu'à la plaine.

 

En choisissant le libellé de la Déclaration d'Indépendance d'Israël, Ben Gourion a pris soin d'omettre toute référence aux frontières. Le Sionisme dynamique s'étendrait à l'extérieur de la carte de partition de l'ONU, il le sentait. Pour lui, ce fut une tragédie lorsque la guerre d'indépendance a pris fin avec la non-domination israélienne de la Judée-Samarie.

 

Position politique

Ben Gourion avait une opinion arrêtée sur l'ennemi qui a lutté contre le sionisme en Israël. En 1940, il a déclaré que le nationalisme arabo-palestinien " n'était pas loin de la philosophie nazie." Lui, qui pourrait difficilement être accusé de naïveté à l'égard du conflit, dit fermement pendant la révolte arabe de 1936 à 1939, que les Juifs immigreront en Israël " avec ou sans la compréhension judéo-arabe." En d'autres termes, les Arabes ne disposaient pas du droit de veto sur le sort du sionisme. En outre, il a déclaré que le sionisme saurait avancer sans la paix, même si il était préférable de le faire dans des conditions pacifiques.

 

Pendant les heures difficiles de la guerre d'Indépendance, Ben Gourion a mené une politique de fermeté qui a déplacé les Arabes en dehors des frontières de l'État alors que les lignes de conquête se déplacaient pendant les combats longs et réussis.

 

Le premier Premier ministre d'Israël, ainsi que les dirigeants sionistes éminents et des personnalités de sécurité à partir de 1948, était sans l'ombre d'un doute, en faveur du transfert des Arabes hors du pays, les déraciner et détruire leurs villages, et ne leur permettant pas de revenir dans leurs foyers. Tant qu'Israël avait la haute main, il y aurait une petite minorité arabe supportable. Les besoins de sécurité ont dicté les développements, et seul le parti Mapam extrême-gauche a demandé que les réfugiés soient autorisés à revenir.

 

Tout le monde connait le grand geste énergique de Ben Gourion, ordonnant aux commandants Rabin et Allon d'expulser les Arabes de Lod et de Ramleh. Il était déjà clair pour Ben Gourion et pour d'autres qu'il y a des amis et des alliés - et en premier lieu les Druzes, ainsi que les Cherkassim et les bédouins - et il y a des ennemis qui attaquent les Juifs et mettent en danger l'état naissant juste émergent sur la scène mondiale.

 

Il est pas surprenant que Ben Gourion a maintenu cette position résolue vis a vis des Arabes et ne les voyait pas comme des égaux en Israël - ni dans les droits civils, ni dans leur valeur à l'état. Il a établi un gouvernement militaire dans les zones arabes qui fonctionnait de 1949-1966. La question de la loyauté arabe israélienne nécessitait une configuration de sécurité stricte qui prévaudrait jusqu'à ce qu'ils s'habituént à la nouvelle réalité.

 

Je dois ajouter que 67 ans plus tard, la vérité est que les Arabes n'ont jamais réellement reconnus le droit d'Israël à exister en tant qu'Etat juif.

 

Sur une note personnelle, Ben Gourion a pris aucun intérêt à la langue arabe, n'a jamais visité un village arabe et n'a pas suggéré de disposition budgétaire pour incitations à encourager un taux de natalité élevé uniquement pour les Juifs seulement. Il y avait peu de place pour les principes démocratiques et égalitaires nobles dans le cœur de Ben Gourion, un homme de vision et de la réalité juive israélienne.

 

Dans l'esprit du lauréat du Prix Nobel de Littérature, SY Agnon, la remarque difficile sur le massacre d'Hébron et du pogrom de Jérusalem de 1929 *, Ben Gourion n'a ni aimé ni haï les Arabes. Quand ils ont commis des actes meurtriers de terreur contre les Juifs, ces actes barbares qui ont eu lieu année après année, il a simplement voulu se débarrasser d'eux pour ne plus avoir à regarder leurs visages .

 

(* Fameuse ligne de SY Agnon concernant son propre état d'esprit, qui a changé d'attitude envers les Arabes dans le sillage des émeutes de 1929, du massacre barbare et la torture des résidents juifs de Hébron par leurs voisins qui avaient vécu pacifiquement ensemble pendant des années, était: "Maintenant, mon attitude est - je ne les déteste pas et je ne les aime pas; je ne veux plus voir leurs faces ").

Repost 0
mordeh'ai
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 06:15

PAR P. DAVID HORNIK 

https://pjmedia.com/homeland-security/2015/11/29/with-all-eyes-on-isis-iran-drills-israels-destruction

 

 

"Les forces paramilitaires de la puissante Garde révolutionnaire d'Iran ont tenu un jeu de guerre simulant la prise de mosquée Al-Aqsa de Jérusalem du contrôle israélien", l'Associated Press rapporte.

 

... Des milliers de membres de la Basij, l'unité paramilitaire de la Garde Révolutionnaire, ont participé à l'exercice du vendredi en dehors de la ville sainte de Qom dans le centre de l'Iran.

 

Les opérations symboliques ont été soutenues par des hélicoptères de la Garde, des drones et des avions Tucano qui ont bombardé des positions hypothétiques  ennemies avant que les troupes terrestres capturent la réplique de la mosquée mise en place au sommet d'une montagne ....

 

Le Gen. Amir Ali Hajizadeh, qui dirige la division aérospatiale de la Garde, dit avoir déployé sa force Shahed-129, des drones pendant les jeux de la guerre. Ce drone, est dévoilé en 2013, et a une portée de 1.700 kilomètres (1.050 miles), une capacité de vol sans escale de 24 heures et peut transporter huit bombes ou des missiles.

 

L'Associated Press nous informe alors qu'il n'y a pas vraiment à se soucier de quoi que ce soit:

 

Même ainsi, l'exercice semble être en grande partie fait pour le spectacle. Les Commandants iraniens ont pas dit comment ils seraient en mesure de déployer un grand nombre de forces contre Israël, situé à 1.600 kilomètres (1.000 miles), ou surmonter la puissante avancée technologique de l'armée israélienne.

 

En fait, il y a des façons dont l'Iean peut le faire. La première consiste à utiliser l'immense manne qu'il tire de l'accord sur le nucléaire de Juillet dernier, sous la forme de levée des sanctions et des ventes commerciales et de pétrole boostées, pour renforcer leurs capacités. Une autre est de créer un pont terrestre vers l'ouest jusqu'à la Méditerranée, quelque chose qu'il s'efforce de faire tout le temps.

 

Et une autre est de se fonder sur la préoccupation de l'Occident sur l'État islamique, et augmente la tendance à traiter l'Iran comme un allié stratégique et comme une force de stabilisation, pour continuer à poursuivre ses plans relativement sans entraves.

 

Ehud Yaari, un vieil analyste israélien du Moyen-Orient, prend les objectifs de l'Iran suffisamment au sérieux pour leur avoir consacré une longue analyse et se demande " quels plans utilisera l'Iran pour détruire Israël." Yaari note, que " La République islamique d'Iran",  " s'est consacrée pendant ces derniers 36 ans à une doctrine visant à rayer Israël de la carte. Déclarations à cet effet déversées presque tous les jours " hors de Téhéran. 

 

Pour une chose,

 

L'Iran compte sur son arsenal de missiles à longue portée en croissance rapide .... Les dirigeants ont longtemps insisté auprès des commandants militaires iraniens sur la nécessité de développer des missiles qui peuvent atteindre Israël en particulier. Cela a commencé avec l'ordre du chef suprême Khamenei pour des missiles d'une portée de 1.000 kilomètres qui, si lancés à partir de la frontière ouest de l'Iran, pourraient frapper Israël. Plus tard, Khamenei a ordonné à ses commandants d'acquérir des missiles d'une portée de 2.000 kilomètres, permettant une attaque réussie sur Israël à partir de tout le territoire de l'Iran. Et plus tard encore Khamenei a personnellement ordonné que la précision des missiles devrait être considérablement améliorée.

 

Qu'en est-il des forces iraniennes pour atteindre Israël lui-même, comme dans la percée de la Garde révolutionnaire sur Al-Aqsa? Yaari reconnaît que, en dehors de son arsenal de missiles, la présence des forces aériennes de l'Iran, la marine et les forces terrestres ont seulement des capacités limitées. Mais " tout cela peut changer si l'Iran décide d'allouer des ressources, provenant de l'accord nucléaire, à un effort important afin de projeter sa puissance militaire au-delà de ses frontières."

Comme le note Yaari, l'Iran parraine déjà les milices terroristes aux frontières d'Israël à Gaza et au Liban et s'est efforcé de créer une menace identique sur la frontière-Golan d'Israël avec la Syrie  en prélevant des troupes sur ses propres forces.

 

Certains Iraniens imaginent la création d'un corridor terrestre depuis l'Iran à travers des régions chiites d'Irak à son désert de la province d'al-Anbar et de là vers la Syrie et le Liban. L'établissement d'un tel corridor nécessiterait au moins la coopération tacite des autorités de Bagdad (où l'Iran possède déjà une prédominance) ou les courtiers du pouvoir dans les provinces méridionales de l'Irak. Il aurait certainement besoin de surmonter le contrôle actuel de l'État islamique sur les secteurs clés de l'Irak ... occidental. Certains miliciens ont fait tout le chemin depuis Damas pour protéger ce capital d'une attaque sunnite, donc tout est possible.

 

L'État islamique est, bien sûr, une menace mortifère en lui-même qui devrait idéalement être décimé et détruit. Mais il ne devrait pas se faire au détriment de davantage de responsabilisation de l'Iran, qui, avec son programme nucléaire toujours en progrès (en dépit de l'accord) et ses missiles qui peuvent déjà atteindre la plupart de l'Europe, constitue une menace bien plus grande.

 

Depuis le traité à Vienne avec l'Iran sur l'enrichissement d'uranium, il a testé un missile à capacité nucléaire en violation d'une interdiction du Conseil de sécurité de l'ONU, arrêté encore un autre citoyen américain et un résident américain, et a poursuivi son "Mort à l'Amérique, mort à Israël" lors de rassemblements avec l'approbation de Khamenei. Aussi, Khamenei a publié un livre de 416 pages intitulé Palestine qui impose à la fois la destruction d'Israël et de l'Amérique.

 

Oui, l'État islamique a monté les récents attentats meurtriers à Beyrouth, Bagdad, dans le Sinaï, et à Paris, et il est question qu'il développe des armes chimiques ou biologiques. L'Iran a une histoire beaucoup plus longue de ces attaques, c'est un pays qui a atteint 80 millions de personnes de façon exponentielle il a plus de pouvoir que l'État islamique, et il est sur ​​le chemin de... ou peut-être déjà.. atteint-d'armes nucléaires.

 

L'Occident est, malheureusement, capable de feindre que l'Iran est son allié contre un plus de représentation, mais, quant à lui, il est beaucoup plus qu'une petite menace. C'est une erreur potentiellement catastrophique.

Repost 0
mordeh'ai
30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 15:58

Par Joseph Puder

 

http://www.frontpagemag.com/fpm/260954/palestinian-terror-during-peace-joseph-puder

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Tandis que le monde occidental a exprimé sa solidarité avec la France suite aux attaques terroristes du 13 Novembre 2015, à Paris, par les Etats islamiques filiales locales, peu d'états ont exprimé une sympathie semblable et un soutien pour ce que les Israéliens endurent du terrorisme islamo-palestinien toutes ces dernières semaines, et depuis presque un siècle. Cela a commencé avec les émeutes anti-juives des terroristes arabo-palestiniens, des années 1920, et a continué avec la Révolte arabe (1936-1939), qui a été caractérisée par des attaques terroristes d'Arabo-Palestiniens contre les Palestiniens-Juifs (le Yichouv-les Juifs de Palestine étaient communément appelés Palestiniens). Après la guerre d'indépendance d'Israël en 1948, et l'absorption par Israël de plus d'un million de réfugiés de l'Holocauste de l'Europe et du monde arabe, la terreur a repris dans les années 1950 par des Palestiniens de Gaza des Fedayin formés par l'Égypte de Nasser.

 

L'Organisation libération de la Palestine (OLP), fondée en 1964, a commencé ses attaques terroristes contre l'Etat juif depuis la Jordanie d'abord, puis du Liban et de la Tunisie, avec une plate-forme qui a cherché à détruire l'Etat juif et le remplacer par un " Etat palestinien laïque, et démocratique". Les Accords d'Oslo de 1993 engage les Palestiniens à renoncer au terrorisme et à la provocation. Après un laps de temps inférieur à un an, la terreur palestinienne a repris en utilisant la dernière arme de terrorisme mis en place par les Palestiniens dans le monde: les kamikazes. En Septembre 2000, Yasser Arafat a lancé la deuxième Intifada, qui était beaucoup plus violente que la première. Mahmoud Abbas, le nouveau président de l'Autorité palestinienne et président de l'OLP, comme Arafat, n'a jamais cessé de solliciter la terreur contre les Juifs israéliens. En Octobre 2015, mais de nouvelles armes dans l'arsenal de la terreur palestinienne ont été introduit ... coups de couteaux et voiture-bélier.

 

Le Times of Israël a rapporté le 24 Novembre 2015, que l'Autorité palestinienne (AP) Le président Mahmoud Abbas, (parlant au siège de l'ONU à New York, de la solidarité avec la Journée Palestiniens) " a répété deux de ses accusations contre Israël qui ont lancé des réponses furieuses au cours des derniers mois - que l'Etat juif cherche à modifier le statu quo sur le Mont du Temple à Jérusalem ", et " qu'Israël mène des "exécutions extrajudiciaires" de ces Palestiniens qui commettent des attaques terroristes contre les Israéliens ".

 

 

Un rapport de Reuters du 23 Novembre, 2015 a expliqué les raisons de ces attaques terroristes palestiniennes contre des civils et des soldats israéliens, en utilisant les coups de couteau, les tirs d'armes à feu et la voiture-bélier l'intention était de tuer des Juifs indistinctement. L'article suggère que " l'effusion de sang a été alimenté en partie par l'agitation musulmane sur l'intensification des visites juives au Temple de Jérusalem lieu de pélerinage contesté (Le Mont du Temple ou Haram al-Sharif -JP) et par des pourparlers longs qui ont conduit à une impasse des pourparlers de paix entre Israël et les Palestiniens sponsorisés par les américains. "

 

Selon Reuters, la violence palestinienne qui a démarré le 1er Octobre 2015 est le résultat de la mort de 83 palestiniens tués en légitime défense, et de 19 Israeliens, essentiellement des civils y compris un ancien étudiant américain de 18 ans. La dernière victime est une jeune femme israélienne de 20 ans poignardée à mort.

 

Il semble que la direction palestinienne a adopté Josef Goebbels (ministre de la Propagande de l'Allemagne nazie) l'idée que «si vous dites un mensonge très souvent et le répétez, les gens viendront à le croire." Malheureusement, à l'ONU, des mensonges et des fantasmes palestiniens sont facilement acceptables. C'est pareil pour une grande partie des médias européens, et certains médias américains. Il semble queReuters ait également acheté l'affirmation que l'effusion de sang a été provoquée par "intensification des visites juives sur le Mont du Temple." Bien que Reuters ait dit que "l'agitation musulmane," ln'avait aucune relation avec les visites sur le Mont du Temple. Israël a maintenu le statu quo sur le Mont du Temple depuis 1967, quand Israël a libéré Jérusalem et réuni la vieille ville avec Jérusalem-Ouest. Selon l'accord établi il ya 48 ans, les Juifs peuvent visiter le Mont du Temple, le site le plus saint du judaïsme (où les anciens temples ont été bâti), mais il ne peuvent pas y prier. Le Premier ministre Netanyahu a à plusieurs reprises nié l'accusation qu'Israël cherche à changer le statu quo sur le Mont du Temple.

 

.Ironiquement, Abbas a récemment utilisé le même stratagème que le Mufti de Jérusalem (Haj Amin el-Husseini, un allié d'Hitler et de l'Allemagne nazie, pendant les années 1920) pour inciter à la violence palestinienne. Le Mufti a chargé les Juifs de chercher à prendre le contrôle du Mont du Temple, ce qui a enflammait les Arabes-Palestiniens et a causer l'assassinat des Juifs sans distinction; l'histoire se répète, mais le monde refuse de le reconnaître.

 

Une autre des accusations alléguée d'Abbas des "exécutions extrajudiciaires" israéliennes de Palestiniens. Cette accusation défie la logique tout en étant un mensonge éhonté. L'Autorité palestinienne a publié une déclaration accusant Israël  "d'avoir dit que chaque victime détenait un couteau, ou d'assurer qu'un couteau a été abandonné par l'armée près de l'attaquant présumé." Compte tenu de l'absurdité de cette déclaration, un Palestinien qui charge un Israélien sans méfiance avec un couteau n'est pas un jeune homme innocent portant un couteau pour faire de la cuisine. En outre, la déclaration cynique de l'AP disant «assurer qu'un couteau avait été  volontaurement abandonné à côté de l'attaquant présumé," défie toute logique.

 

Les pourparlers de paix dans l'impasse sont offerts comme une explication par l'article de Reuters et c'est un autre argument bidon. La Voix de l'Amérique a rapporté le 18 Novembre 2015, " le président palestinien Mahmoud Abbas a admis publiquement pour la première fois qu'il a refusé une chance pour deux Etat un accord de paix avec Israël en 2008, qui lui aurait donné la quasi-totalité des terres que les Palestiniens voulaient. L'offre par l'ancien Premier ministre israélien Ehud Olmert avait inclus un retrait israélien total de près de toute la Cisjordanie et un lien terrestre avec la bande de Gaza. La vieille ville de Jérusalem-Est, qui abrite les lieux saints juifs et arabes, aurait été placée sous contrôle international. " Abbas a révélé tout cela dans une interview à Channel 10 TV d'Israël. Il a dit qu'il a rejeté l'affaire parce qu'il n'a pas eu la chance d'étudier la carte, qui énonçait l'offre d'Olmert.

 

De même, Yasser Arafat a refusé une offre généreuse israélienne de paix en Juillet 2000, à Camp David, assisté par le président américain Bill Clinton. Arafat ne serait pas d'accord pour signer un document qui aurait mis fin au conflit entre Israël et les Palestiniens. Au lieu de cela, il a choisi d'inciter les Palestiniens à tuer des Israéliens, et a lancé la deuxième Intifada, un jeu sur la faiblesse de la société israélienne.

 

Chaque fois que l'heure de vérité approche, quand Israël a fait toutes les concessions possibles, les Palestiniens ont quitté la table de négociations. Arafat l'a fait en Juillet 2000 et Abbas en Septembre 2008.

 

De toute évidence, la direction palestinienne est beaucoup plus intéressée par le maintien d'une infrastructure terroriste dans le but de déstabiliser et de détruire l'Etat juif, que d'assumer la responsabilité du peuple palestinien et de lui fournir un avenir.

S'adressant à l'Organisation Sioniste Mondiale à Jérusalem le mois dernier, le Premier ministre Netanyahu a déclaré aux délégués que les attaques par escalade des Palestiniens étaient complètement étrangères à des pourparlers de paix qui stagnent. " Certaines des pires attaques du terrorisme (arabo-palestinien) qu'Israël ait connu dans son histoire sont survenues lorsque le processus de paix était à son apogée. Nous avons eu le terrorisme quand il y avait un processus de paix; nous avons eu le terrorisme quand il n'y avait pas de processus de paix. Nous avons eu le terrorisme quand il y avait un Israël; et nous avons eu le terrorisme quand il n'y avait pas d'Israël. Nous avons eu le terrorisme quand il y avait des colonies; et nous avons eu le terrorisme quand il n'y avait pas de colonies ".

 

La France et l'Europe sont touchés de plein fouet par le terrorisme islamique, commis au nom "d'aucun grief particulier", mais à cause de la haine pour le mode de vie occidental qu'ils cherchent à éradiquer. La même haine intolérante motive les Palestiniens. Les Palestiniens indignés des valeurs progressistes qu'Israël partage avec le reste de l'Occident. Il est temps pour l'Occident de montrer son soutien et sa solidarité à Israël.

Repost 0
mordeh'ai
29 novembre 2015 7 29 /11 /novembre /2015 17:02

Par Bassam Tawil
http://www.gatestoneinstitute.org/6973/palestinian-intifada-go

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Israël face à l'intifadha des couteaux

 

  • Il est à noter que seulement 11% des répondants ont déclaré que l'objectif de la "intifada" devrait être de «libérer» que les territoires conquis par Israël en 1967.

 

  • Un récent sondage a révélé que 48% des Palestiniens interrogés estiment que l'objectif réel de la "intifada" est de "libérer toute la Palestine." En d'autres termes, environ la moitié des Palestiniens pensent que le "intifada" devrait conduire à la destruction d'Israël, qui serait remplacé par un Etat palestinien

 

  • Abbas semble volontairement ignorer que lui et son Autorité palestinienne sont responsables de la violence, à la suite de leur incitation quotidienne contre Israël.

 

Alors que la campagne palestinienne actuelle de terrorisme contre Israël est sur ​​le point d'entrer dans son troisième mois, il n'est toujours pas clair pour beaucoup de comprendre ce que les Palestiniens tentent de réaliser. Les Palestiniens ne peuvent même pas se mettre d'accord sur un nom pour leur campagne. Certains font référence  comme une «Intifada», tandis que d'autres la décrivent comme un "Habba libyenne" ["bouffée populaire," ou "vague"].

 

Les Palestiniens aussi n'ont pas pu se mettre d'accord sur les motivations des agressions, des tirs, des bombes incendiaires et des attaques à la voiture-bélier. Le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas de l'Autorité (AP) a maintes fois revendiqué au cours des dernières semaines que les terroristes veulent tuer des Juifs par "désespoir et frustration" et absence d'un «horizon politique». Mais Abbas semble intentionnellement ignorer qu'il est lui et son Autorité palestinienne responsables - conjointement avec le Hamas, le Jihad islamique et d'autres factions palestiniennes - pour la violence, à la suite de leur incitation quotidienne contre Israël.

 

Ceci est encore un autre exemple que quiconque aurait pu prévoir ce qui allait se passer. Tout au long de l'année écoulée, Abbas a dit à son peuple qu'Israël avait l'intention de détruire la mosquée Al-Aqsa et de «changer le caractère et l'identité arabe et islamique» de Jérusalem. Il a condamné les Juifs pour " profanation de la Mosquée Aqsa avec leurs pieds sales."  Abbas, ses porte-parole et les médias contrôlés par l'AP ont également dit à plusieurs reprises aux Palestiniens qu'Israël commet "crimes de guerre" et des "exécutions sommaires" de Palestiniens innocents.

 

Ceci est, comme Abbas le sait, exactement le type d'incitation qui invite les adolescents palestiniens à saisir un couteau, courir dans la rue et d'assassiner le premier Juif qu'ils voient. Ces jeunes Palestiniens sont également victimes tragiques de la campagne emposonnante anti-israélienne émanant des dirigeants palestiniens tels que Abbas, des prédicateurs des mosquées, des organes de presse et des médias sociaux.

 

Contrairement à l'indignation de M. Abbas, personne n'a encore trouvé même un terroriste qui a affirmé avoir attaqué un Juif par «désespoir et frustration» à «l'absence d'un horizon politique.» Si vous regardez à travers les comptes de médias sociaux de ces jeunes terroristes, beaucoup ont dit qu'ils voulaient tuer des Juifs à "défendre" la mosquée d'Al-Aqsa. Ils semblent avoir été influencé par la notion romantique des revendications fictives et répétées d'Abbas que les Juifs complotent pour détruire la mosquée, suivies par des fantasmes ronflants d'eux-mêmes comme des héros se chargeraient pour la sauver.

 

Un sondage d'opinion publique publié la semaine dernière réfute l'allégation de M. Abbas que les Palestiniens commettent des attentats terroristes par " désespoir et frustration." Le sondage, mené par le Centre Watan d'études et de recherches, a révélé que 48% des Palestiniens interrogés croient que le véritable objectif de «l'Intifada» est de libérer toute la Palestine. En d'autres termes, environ la moitié des Palestiniens croient que l'objectif de "l'intifada" devrait conduire à la destruction d'Israël.

 

Ce qui est remarquable, c'est que seulement 11% des répondants ont dit que le véritable objectif de "l'intifada" devrait être de «libérer» que les territoires conquis par Israël en 1967. Un autre 12% des Palestiniens ont dit qu'ils croient que l'objectif de  "l'Intifada" était de libérer les prisonniers détenus par Israël.

 

Les résultats du sondage, qui portait sur 1.167 Palestiniens âgés de plus de 18 ans, montrent que la majorité des Palestiniens  continue à demander la destruction d'Israël. Le sondage montre que seulement quelques Palestiniens ne voient que la Cisjordanie, la bande de Gaza et  Jérusalem-Est comme futur Etat palestinien. Ils veulent que "l'Intifada" remplace Israël par un Etat palestinien - de préférence, celui-ci serait gouverné par le Hamas et les organisations djihadistes tels que l'État islamique et Al-Qaïda.

 

Ces Palestiniens ne voient pas la différence entre, disons, Ma'aleh Adumim, une «implantation» à la périphérie de Jérusalem, et toute  ville à l'intérieur d'Israël. Il suffit de consulter les rapports dans les médias palestiniens de voir que Tel Aviv, Rishon Lezion, Kiryat Gat et Raanana sont toutes considérées comme des "colonies". Ces rapports montrent également que les Palestiniens ne voient pas la différence entre un Juif vivant en Cisjordanie et en Israël - à la place, ils sont tous décrits comme des «colons» et des «colonialistes».

 

Aucun des Palestiniens interrogés pour le sondage ne se plaignait de "désespoir et de frustration», ou l'absence d'un «horizon politique». De toute évidence, ils sont poussés par la haine des Juifs et d'Israël. Ils n'ont pas, cependant, de problème avec les «colonies» ou «mauvaises conditions de vie.» Ils ont un problème avec l'existence d'Israël. Une majorité estime que Israël peut - et doit - être détruit. Ils ne sont pas, comme l' affirment, des dirigeants palestiniens à la recherche d'une solution à deux Etats.

 

Selon le sondage, plus de 75% des Palestiniens soutiennent l'utilisation de la violence contre Israël. Plus de 44% des répondants appuient l'utilisation d'armes à feu contre Israël; 18% sont en faveur des couteaux pour tuer des Juifs, et 14% aimeraient voir les Palestiniens utiliser des pierres. Cela contredit l'affirmation de M. Abbas que les Palestiniens veulent un soulèvement «pacifique et populaire».

 

Un autre fait intéressant du sondage c'est que 72% des Palestiniens veulent que "l'Intifada" actuelle continue. En d'autres termes, une écrasante majorité des sondés aimerait voir leurs jeunes effectuaient plusieurs attaques terroristes contre des civils et des soldats israéliens.Ils veulent voir plus d'attaques terroristes, car leurs dirigeants et les journalistes leur disent que ceux qui tuent les Juifs sont des «héros» et des «martyrs» qui  des rues, des places, ds écoles et des tournois porteront leur nom.

 

Le Secrétaire d'Etat américain, John Kerry, qui a visité Israël et Ramallah la semaine dernière dans le but de mettre fin aux attaques terroristes palestiniennes, a été incapable de faire des progrès. Même avant son arrivée à Ramallah pour rencontrer le président Abbas, Kerry a été vivement condamné pour se référer à la violence palestinienne comme du «terrorisme». Les Palestiniens qui ont manifesté non loin du bureau de M. Abbas ont crié des slogans condamnant l'administration américaine pour sa tentative d'arrêter les attaques terroristes contre les Israéliens et ont appelé à boycotter Kerry. Les manifestants ont également déclaré Kerry persona non grata à Ramallah.

 

Kerry et l'administration américaine devraient savoir maintenant que les Palestiniens font la guerre à Israël pas à cause du "désespoir et de la frustration», mais parce qu'ils aspirent à détruire Israël, c'est ce que reflètent les résultats du récent sondage.

 

L'objectif des Palestiniens est la destruction d'Israël. Ce fait est quelque chose que les autres parties de l'Occident ont besoin de comprendre - que la "lutte" palestinienne est principalement destinér à l'élimination d'Israël, et pas "la création d'un Etat palestinien qui vivrait en paix et en sécurité aux côtés d'Israël." Le récent sondage devrait être traduit en anglais et distribué à tous ces groupes «pro-palestiniens» qui continuent à crier que le conflit est le résultat de "l'occupation" israélienne de la Cisjordanie, de bande de Gaza ou de Jérusalem-Est.

 

Aujourd'hui, il est clair que le conflit israélo-palestinien n'est pas vraiment à propos de "l'occupation" qui a commencé avec la création d'Israël en 1948. Les trois dernières "Intifada" palestiniennes et guerres israélo-arabes précédentes avaient (et ont encore) un but: celui de voir Israël rayé de la carte.

Repost 0
mordeh'ai