Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 09:51

Par Khaled Abu Toameh

http://www.gatestoneinstitute.org/7352/hamas-tunnels-war#syQoPQktrVrOgZYp.99

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

À son crédit, le Hamas a été de son plein gré transparent à propos de son ambition, l'éradication d'Israël. Le Hamas veut que les Palestiniens continuent à vivre dans la misère et l'amertume. C'est un terreau fertile pour le recrutement de djihad.

 

Toujours prochaine, bien sûr, c'est l'illusion que Abbas sera en mesure de convaincre le Hamas de renoncer à son objectif de détruire Israël.

 

Le mythe que le Hamas utilise des tunnels de contrebande pour de la nourriture et autres nécessités de "l'assiégée" bande de Gaza a été enterré sous les décombres de tunnels qui se sont effondrés la semaine dernière à l'est de la ville de Gaza.

 

L'incident, dans lequel sept membres de la branche armée du Hamas, Ezaddin Al-Qassam, ont été tué lorsque le tunnel dans lequel ils travaillaient s'est effondré, fournit une preuve supplémentaire que le mouvement islamiste est resté fidèle à sa charte, qui appelle à la destruction totale d'Israël .

 

Les hommes du Hamas qui ont été tué dans l'effondrement du tunnel appartenaient à l'élite du mouvement "Unité du tunnel." Selon la Ezaddin Al-Qassam, les hommes étaient occupés à réparer l'un des tunnels (endommagé pendant la guerre de 2014 avec Israël) quand il s'est effondré en raison des conditions météorologiques difficiles.

 

Contrairement à la croyance populaire, le tunnel n''était pas en cours de rénovation pour permettre aux Palestiniens de faire passer les produits de base depuis l'Egypte vers la bande de Gaza. C'était l'un des nombreux tunnels que le Hamas avait creusé au cours des dernières années pour infiltrer Israël et mener des attaques terroristes.

Le Hamas ne fait pas mystère de l'objectif de ses travaux de rénovation. Le Chef de file du Hamas, Mahmoud Zahar admet facilement que les tunnels sont en cours de reconstruction pour cibler Israël.

 

En effet, la clarté semble être le nom du jeu avec le Hamas. Haut responsable du Hamas Khalil Al-Hayeh a expliqué que son organisation continuerait à creuser des tunnels pour une utilisation dans de futures confrontations avec Israël. "Nous avons assez de moudjahidin [guerriers du djihad] pour remplacer leurs frères qui ont été martyrisés [dans l'effondrement d'un tunnel]," at-il dit lors de l'enterrement des sept membres du Hamas.

 

Le chef du Hamas Ismail Haniyeh est allé plus loin: les tunnels ne sont pas seulement conçus pour lancer des attaques terroristes contre les Israéliens, mais de " libérer toute la Palestine." Dans les mots de Haniyeh , les tunnels sont creusés non seulement pour "défendre la bande de Gaza , mais pour servir de rampe de lancement et pour atteindre toute la Palestine "comme on peut le voir sur toute carte de la Palestine," toute la Palestine " ne signifie pas vivre en paix aux côtés d'Israël. cela signifie supplanter Israël.

 

Pour Haniyeh, les tunnels sont une «arme stratégique» du jihad du Hamas  pour détruire Israël. Le dirigeant du Hamas a déclaré: que l'aile militaire du Hamas a creusé les tunnels autour de la bande de Gaza "pour défendre notre peuple et libérer la mosquée Al-Aqsa et Jérusalem". 

 

Le Hamas, fait-on valoir, a changé de couleurs. Il est maintenant prêt, en théorie, à rejeter sa propre charte et d'accepter une solution à deux Etats.

 

C'est beaucoup pour un changement d'avis du Hamas.

 

À son crédit, le Hamas a été surprenant dans sa transparence à propos de son ambition, l'élimination d'Israël. Pourtant, le Hamas a quelques ambitions pour ceux qui sont maintenant pris sous son emprise. Près d'une décennie après sa prise violente de Gaza, le mouvement et ses dirigeants ont offert aux 1,9 million de Palestiniens qui y sont bloqués rien de précieux, autres que la destruction et la mort.

 

Oh, et les tunnels. Le Hamas a des tunnels - deux types. Les tunnels ferroviaires sous la frontière avec l'Egypte qui sont conçus comme des conduits pour les armes. Les tunnels ferroviaires sous la frontière avec Israël qui sont réservés à la destruction d'Israël.

 

Les rivaux politiques palestiniens du Hamas ont souligné au cours des derniers jours que les tunnels ont transformé les dirigeants du mouvement islamiste en «marchands de la guerre.» Ces «marchands», selon les Palestiniens, ont longtemps utilisé les tunnels de contrebande afin d'accroître leur richesse personnelle au détriment des dizaines de travailleurs sous-payés qui travaillent en trois huit comme puisatiers.

 

Comme Al-Hayeh l'a mis en évidence, le Hamas est prêt à sacrifier autant de Palestiniens qu'il faut pour faire avancer ses objectifs mortels. Entre 2006 et 2011, 188 Palestiniens ont été tués tout en travaillant dans les tunnels du Hamas dans toute la bande de Gaza, selon les chiffres publiés par le ministère palestinien de la Santé.

 

En outre, la législation sur le travail des enfants ne semble pas avoir fait de nombreuses incursions dans la bande de Gaza dirigée par le Hamas. Les enfants de moins de 18 ans représentent au moins 10% des morts dans l'industrie du creusement des tunnels.

 

Et alors que l'économie de Gaza est en lambeaux, le Hamas a investi des millions de dollars dans ses projets de construction de tunnel.

 

Le chômage dans la bande de Gaza au cours de l'année 2015 a dépassé les 40%, tandis que plus de 65% de la population vivent sous le seuil de la pauvreté. Plus de la moitié de sa population est presque entièrement dépendante de l'aide des différents secours et des organisations humanitaires. Les experts économiques prédisent un scénario plus sombre pour la bande de Gaza au cours de 2016.

 

Malgré ses prétentions à l'effet contraire, cependant, la dernière chose que le Hamas se soucie est le bien-être des Palestiniens dans la bande de Gaza. En fait, le Hamas veut que les Palestiniens continuent à vivre dans la misère et l'amertume. C'est un terreau fertile pour le recrutement du djihad.

 

L'effondrement du tunnel de la semaine dernière et les menaces du Hamas renouvelés à poursuivre la lutte contre Israël coïncident avec les informations selon lesquelles l'Autorité palestinienne (AP) Le président Mahmoud Abbas a décidé de reprendre ses efforts pour parvenir à la «réconciliation nationale» et «l'unité» avec le mouvement islamiste.

 

Selon les rapports, les représentants des deux parties devraient se rencontrer au Qatar la semaine prochaine dans un autre but de mettre fin à leur différend et ouvrir la voie à un nouveau gouvernement et des élections de l'unité palestinienne.

 

Toujours imminente, bien sûr, est l'illusion que Abbas sera en mesure de convaincre le Hamas de renoncer à son objectif de détruire Israël.

 

Hamas n'échangera jamais ses tunnels d'attaque pour les portefeuilles de cabinet de l'AP. Abbas a annoncé récemment un intérêt pour la reprise des pourparlers de paix avec Israël. Son intérêt, cependant, a été pendant un certain temps pris à tendre la main au Hamas. Un gouvernement d'unité AP-Hamas signifierait des tunnels non seulement le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël, mais aussi de la Cisjordanie vers Israël.

 

Ce ne fut pas seulement sept hommes, alors, qui ont été enterré sous les décombres du tunnel d'attaque effondré la semaine dernière. Avec eux a été enterré l'espoir persistant mais tout à fait naïf que le Hamas saura en quelque sorte se transformer en un "partenaire de paix" pour Israël, de même que l'Autorité palestinienne ou même le peuple palestinien.

Repost 0
mordeh'ai
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 09:44

Par Ahuva Balofsky

http://www.breakingisraelnews.com/60512/entire-hamas-tunnel-network-may-be-collapsing-terror-watch/#FFkimJVyjHmfGFeY.99

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Une vue d'un tunnel de la terreur creusé par des terroristes palestiniens sous la frontière entre la bande de Gaza et Israël.  (Photo: David Buimovitch / Flash90)

Une vue d'un tunnel de la terreur creusé par des terroristes palestiniens sous la frontière entre la bande de Gaza et Israël. (Photo: David Buimovitch / Flash90)

 

De fortes pluies et des interférences égyptienne peuvent faire que tout le réseau de tunnels souterrains du Hamas s'effondre, un faisceau de sources de presse le suggère. Selon un rapport publié dans The Jewish Press , deux terroristes ont été tué mardi dans l'éboulement d'un tunnel, une semaine après que huit autre ont perdu la vie dans un accident similaire .

 

Le Hamas a construit un vaste réseau de tunnels souterrains, utilisé pour stocker des armes, faire de la contrebande de fournitures et s'infiltrer en Israël. Pendant l'opération bordure de protection de l'été 2014, Israël a détruit les tunnels connus pour traverser ses frontières, l'un des principaux objectifs de l'opération. Les responsables du Hamas, comme le chef adjoint Ismail Haniyeh, ont affirmé à plusieurs reprises qu'ils ont réhabilité leréseau de tunnels .

 

Vendredi, Haniyeh a confirmé que ces efforts font partie des préparatifs du groupe terroriste pour sa prochaine confrontation avec Israël . " Il y a ceux qui pensent que le calme est un temps de repos," a-t-il dit, " mais cela est une continuation de la lutte. Les Brigades des martyrs d'Al-Aqsa sont au travail et se préparent pour la Palestine. Les Combattants sont en train de creuser deux fois plus que le nombre de tunnels creusés au Vietnam ".

 

En plus des efforts continus d'Israël pour lutter contre ces tunnelsReuters a rapporté que l'Egypte a pompé et injecté de l'eau de mer dans les tunnels de contrebande qui débouchaient sur son territoire il y a plus d'un an. Les responsables du Hamas ont dénoncé l'action, affirmant que la montée des eaux à la surface est de contaminer l'approvisionnement en eau de Gaza, détruisant les terres agricoles et la propagation des maladies.

 

Ce fut la pluie, cependant, qui a fait s'effondrer le tunnel nord de Gaza qui a tué huit terroristes la semaine dernière. Puis ce mardi, un autre tunnel s'est effondré dans le sud de Gaza, tuant  Fouad Ashor al-Etewi et Ahmad Haidar al-Zahar, du camp de réfugiés d'al-Nusirat, l'agence Nouvelles Ma'an l'a rapporté. Leurs identités ont été fourni par l'aile militaire du Hamas, Izz al-Din al-Qassam.

 

Les tunnels ont été une entreprise dangereuse, dès le départ, faisant perdre la vie à des centaines de gazaouis. C'est particulièrement préoccupant, selon un rapport de l'Institut des études palestiniennes en 2012, de " l'approche cavalière du travail des enfants et des décès dans les tunnels " du Hamas comme " rien n'a été fait pour empêcher l'utilisation des enfants dans les tunnels, où, comme  dans les mines de charbon à l'époque victorienne, ils sont très prisés pour leurs corps agiles"  le rapport indique 160 vies perdues de tous âges, datant aussi loin que 2007, tandis qu'un autre rapport, d'al-Jazeera de 2014, a donné le nombre de 400.

Repost 0
mordeh'ai
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 18:21

Par Paul Gherkin

https://firstonethrough.wordpress.com/2016/02/01/the-united-nations-ban-ki-moon-is-unqualified-to-discuss-the-question-of-palestine/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Le 30 Janvier, 2016, Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki Moon, a fait une déclaration à propos de l'intention de la direction du Hamas de continuer à attaquer Israël. Ses commentaires énoncent clairement pourquoi il n'est pas qualifié pour conduire à l'ONU les débat sur la «Question de Palestine».

 

Ban Ki Moon
Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki Moon

 

De L'ONU: Déclaration attribuée au Porte-parole du Secrétaire général sur les déclarations de responsables du Hamas:

 

" Le Secrétaire général est alarmé par les récentes déclarations de la direction du Hamas à Gaza à propos de l'intention du groupe de poursuivre la construction de tunnels et de tirer des roquettes sur Israël."

 

  • Alarmé? Peut-être qu'il devrait lire leur charte, regarder PalWatch ou MEMRI où ils décrivent leur intention de tuer des Israéliens et de détruire le pays maintes et maintes fois. Pour être alarmé c'est d'être volontairement ignorants de la situation et donc indigne de commentaire ou d'être à la tête de l'Organisation des Nations Unies.

 

"De telles déclarations et actions menacent la reconstruction, les efforts humanitaires et de développement par la communauté internationale et les autorités palestiniennes et israéliennes. Ils rendent aussi un mauvais service aux personnes de Gaza qui souffrent depuis longtemps  ".

 

  • La construction de tunnels et les tirs de roquettes sur Israël mettent les ISRAÉLIENS en danger de mort. Il poursuit; que la communauté internationale est complice d'ignorer la souffrance des civils israéliens. Ignorer la menace qui plane sur Israël, dans une déclaration au sujet du Hamas c'est être complice des crimes du Hamas.

 

" Après trois conflits dévastateurs en sept ans, les habitants de Gaza et le peuple du sud d'Israël méritent une chance pour la paix et le développement. Tous les efforts doivent être faits pour améliorer les conditions de vie de la population de Gaza ."

 

  • Dans une déclaration sur les aspirations militaires suite à l' élection du leadership de la population de Gaza pour attaquer et tuer des Israéliens, pourquoi le Secrétaire général ne met-il pas clairement en évidence la nécessité d'améliorer les conditions de vie du peuple d'Israël? Pourquoi sont-ce ceux qui portent de mauvaises intentions, ce sont ceux à qui on accorde la bonne volonté? Pourquoi les innocents sont-ils ignorés?

 

" Le Secrétaire général réitère sa condamnation du terrorisme sous toutes ses formes."

 

  • Une condamnation de la barbarie du Hamas aurait dû être une condamnation claire du Hamas et de ses actions, et non pas une déclaration générale sur le terrorisme en général.

 

Le Secrétaire général des Nations Unies a montré lui-même qu'il était inapte à juger le conflit israélo-arabe équitablement.

 

Repost 0
mordeh'ai
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 16:55

Par David Israel

http://www.jewishpress.com/news/critical-injuries-in-jerusalem-attack-3-terrorists-neutralized/2016/02/03/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

les cartes d'identité des trois terroristes qui ont mené l'attaque à la porte de Damas à Jérusalem.

Les cartes d'identité des trois terroristes qui ont mené l'attaque à la porte de Damas à Jérusalem.Crédit photo: les médias sociaux

Une jeune femme officier des gardes-frontières a été grièvement blessé mercredi après-midi par un coup de poignard combiné d'un tir d'arme à feu dans l'attaque par trois terroristes à la  Porte de Damas de la vieille ville de Jérusalem. Un autre garde-frontières (femme policière)  a également été grièvement blessé ainsi qu'une troisième personne moins sévàrement blessé. De nombreuses autres personnes ont été gravement traumatisées par la scène.

 

Les forces de sécurité d'abord ont empêché les ambulanciers du Magen David Adom d'aller près des attaquants par crainte d'une bombe artisanale que portaient les terroristes .

 

Selon la police de Jérusalem, les trois terroristes étaient armés de Carl Gustav M / 45 pistolets-mitrailleurs, de couteaux et d'explosifs, ils sont arrivés à la porte de Damas et ont été immédiatement identifié par les agents de surveillance des frontières sur le site. Ils les ont arrêtés pour interrogatoire; un terroriste a remis sa carte d'identité, pendant que l'autre a sorti son arme et a commencé à tirer. Deux gardes-frontières femmes ont été blessées et les trois terroristes ont été neutralisés.

 

La femme officier agée de 20 ans, est grièvement blessée, elle a été transporté au centre de traumatologie de Hadassah Mont Scopus Medical Center, comme ce fut le cas de la deuxième policière agée de 19 ans,  qui elle a été poignardé dans le cou. Un homme, de 21 ans, a été blessé plus légèrement;il a été traité sur la scène et ensuite évacué aussi à l'hôpital.

 

Deux bombes artisanales ont été neutralisées avec succès par les sapeurs de la force de sécurité, selon le porte-parole de la police israélienne Micky Rosenfeld.

 

Les trois terroristes étaient des résidents de Qabatiya, dans la région de Jénine en Samarie, sans antécédents d'infractions à la sécurité, selon des sources israéliennes.

 

Les trois attaquants - Ahmed Rajeh Zakarneh, Mohamed Ahmed Kmail et Ahmed Najeh Abu Al-Rub - ont été abattus.

 

Aftermath of attack at Damascus gate entrance to Old City of Jerusalem.

Repost 0
mordeh'ai
2 février 2016 2 02 /02 /février /2016 16:36

Par Marie-Laetitia Bonavita et Philippe Gélie
http://fr.danielpipes.org/16483/attentat-rejet-islam

malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

Daniel Pipes, 66 ans, titulaire d'un doctorat en islam médiéval de l'université de Harvard, préside le Middle East Forum, basé à Philadelphie. Il appartient au courant néoconservateur américain.

LE FIGARO. - Vous voyez les tensions entre musulmans et chrétiens dans les sociétés occidentales comme un ferment de guerre civile. Pourquoi ?

Daniel PIPES. - Le rejet de l'islam ne cesse de monter en Europe et aux États-Unis. Cela a commencé en 1989 avec l'affaire Salman Rushdie au Royaume- Uni, et avec le débat sur le port du foulard en France. Aujourd'hui, les partis politiques qui prospèrent sur le rejet de l'islam représentent partout de 20 % à 30 % de l'opinion. Un consensus prétend que ça va s'arrêter là, mais je ne le crois pas du tout. Ces mouvements peuvent grandir jusqu'à prendre le pouvoir. À chaque attentat, des citoyens changent d'avis sur l'islam. De leur côté, les musulmans se sentent très forts, et ils vont encore étendre leur influence. La guerre civile, vous l'avez déjà de temps en temps - par exemple, lors des émeutes de 2005 dans les banlieues françaises.

Pensez-vous que l'islam était le principal ressort de ces émeutes ?

Nous étions face à un phénomène culturel, religieux, communautaire. Une colère nourrie à la fois d'un sentiment de supériorité et d'humiliation de la « nation musulmane ». Le fait est que, depuis, le fossé se creuse entre les musulmans et les non-musulmans.

« L'islamisme est la troisième idéologie totalitaire, après le fascisme et le communisme, et il connaîtra le même sort »

Vous êtes à l'origine du concept de « no-go zones » (zones qui seraient interdites aux autorités, à certaines catégories de la population, NDLR), dont l'exploitation par la chaîne Fox News avait choqué en France...

J'ai personnellement visité vingt-huit de ces zones : aux États-Unis, en Australie, en Suède, en Grèce, en Allemagne, en Belgique et particulièrement en France - à Paris, Marseille, Montpellier... Votre gouvernement les appelle « zones urbaines sensibles » et en recense 751. Moi, je dis que ce sont des « no-go zones partielles », des zones d'accès limité : si je m'y rends seul et habillé de façon ordinaire, je n'ai pas de problème ; mais quand je suis allé à La Castellane avec un élu dans une voiture identifiée de la mairie, nous avons reçu une grosse pierre qui a détruit le pare-brise. Nous avons filmé la scène et donné la vidéo aux autorités il y a un an : il ne s'est rien passé.

Que pensez-vous de la suggestion de Donald Trump d'interdire l'entrée des États-Unis aux musulmans ?

C'est absurde et impossible. En revanche, on pourrait et on devrait interdire les islamistes, via un processus d'enquête et d'interrogatoires. Je ne supporte pas M. Trump. Il n'a pas de principes, il insulte tout le monde, c'est un néofasciste qui ne veut que le pouvoir. Il ne comprend pas et n'accepte pas le système américain. À cause de cela, il ne sera pas président des États-Unis.

Vous souhaitez que l'islam produise « une façon constructive d'être musulman au XXIe siècle » : qu'est-ce que cela signifie concrètement ?

Il y a une guerre civile au sein de l'islam pour savoir ce que c'est qu'être musulman. Chaque religion est amenée à décider, à tout moment, ce qu'elle doit garder et rejeter de la tradition. Par exemple l'esclavage. Ou l'homosexualité : ce que dit la Bible est clair, cela n'empêche pas l'Église d'en débattre. Les musulmans anti-islamistes, ou réformateurs, représentent un courant très faible, mais nous devrions les soutenir. Certains commencent à comprendre qu'ils doivent agir, s'organiser, lever de l'argent. Des dirigeants politiques le font déjà, au Pakistan, en Égypte, en Jordanie, au Maroc, mais il faut aussi des leaders religieux.

« Il y a une guerre civile au sein de l'islam pour savoir ce que c'est qu'être musulman. Chaque religion est amenée à décider, à tout moment, ce qu'elle doit garder et rejeter de la tradition. »

En l'absence de véritable hiérarchie religieuse dans l'islam sunnite, qui peut discréditer les islamistes ?

L'islamisme a deux grandes faiblesses : ses divisions internes (les factions n'arrêtent pas de se battre entre elles) et son impopularité (de l'Iran des mollahs à l'Égypte des Frères musulmans). Donc, soit ce courant politique évolue, à la façon du communisme chinois par exemple, soit il finira par disparaître. Cela prendra peut-être un demi-siècle. Mais l'islamisme est la troisième idéologie totalitaire, après le fascisme et le communisme, et il connaîtra le même sort.

La guerre menée en Syrie et en Irak contre l'État islamique est-elle la bonne méthode ?

Daech constitue l'expression la plus extrême qu'on ait vue de l'islamisme. Jusque-là, on croyait que c'était l'Iran, puis les talibans... Le califat, c'est la restauration d'un modèle disparu depuis onze siècles - un peu comme Mussolini croyait réincarner l'empereur romain. Mais quelle puissance représente-til ? Presque rien, surtout face aux plus grandes armées du monde. Je vois des chances raisonnables que l'EI disparaisse cette année - du moins en tant qu'État, même si son influence continue. Objectivement, l'Iran représente à mes yeux une menace bien plus grande, avec son armée, ses ressources et sa quête de la bombe atomique.

Vous étiez partisan de l'invasion de l'Irak en 2003 : quelle leçon en tirez-vous ?

Cela a été mal fait : il fallait juste se débarrasser de Saddam Hussein et quitter le pays. On aurait économisé 5 000 vies américaines et 1 000 milliards de dollars. Et on n'aurait pas vu notre influence diminuer autant.

Avec l'afflux de migrants, c'est l'Europe qui est maintenant en première ligne face au chaos...

Angela Merkel a commis une folie incroyable en invitant tous les Syriens. Son pays et l'Europe vont le payer très cher. Le Liban, la Turquie, la Jordanie sont les terres d'asile naturelles pour les réfugiés. En Europe, c'est de l'immigration illégale.

 

Repost 0
mordeh'ai
2 février 2016 2 02 /02 /février /2016 16:35

Le Directeur général du Ministère des Affaires étrangères Dore Gold a dit à Jérusalem, lors d'un rassemblement des ambassadeurs israéliens: " l'Iran est plus dangereux que le groupe Etat islamique" • "Israël n'a aucun désir de participer aux conflits de la Syrie , Dore Gold a réitèré.

 

Par Shlomo Cesana

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_article.php?id=31487

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Israël ne quittera jamais le plateau du Golan, peu importe même si un règlement diplomatique est atteint en Syrie, le Directeur général du ministère des Affaires étrangères Dore Gold l'a dit à un rassemblement à Jérusalem dimanche aux ambassadeurs israéliens à travers le monde.

 

Israël a pris le contrôle du plateau du Golan de la Syrie pendant la guerre des Six-Jours en 1967 et l'a annexé à la région en 1981, un mouvement non reconnu internationalement.

 

En ce qui concerne la guerre civile en cours en Syrie, Gold a réitéré qu'Israël n'a pas le désir de s'impliquer dans le conflit.

 

Sur la question palestinienne, Gold a déclaré, " Israël ne reviendra pas aux frontières de 1967. Cela ne se produira pas. Abou Mazen [le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas] préfère une stratégie unilatérale à des négociations avec Israël.. [Le Secrétaire d'Etat américain] John Kerry a essayé d'accomplir une percée. En 2014, il a même présenté un accord-cadre, mais Abbas l'a rejeté ".

 

Se référant à la situation régionale au Moyen-Orient, Gold a déclaré qu'Israël a des intérêts communs "avec un certain nombre de pays arabes modérés."

 

"Il est possible de parvenir à des accords et des codes de conduite avec ces pays", a déclaré Gold. " Il doit être décidé qui est dans la tente, et qui l'est pas."

 

Sur la question de ce qui constitue une menace plus grande, l'Iran ou le groupe Etat islamique, "l'Iran est plus dangereux" a déclaré Gold.

 

Le Maj. Gen. Yoav Mordechai, Coordonnateur des activités gouvernementales dans l'unité des Territoires, s'est également adressé à l'assemblée des ambassadeurs. Mordechai a dit qu'il était difficile de savoir qui succéderait à M. Abbas à la tête de l'Autorité palestinienne dans l'avenir. Il a averti, cependant, que les manœuvres de ceux qui veulent remplacer Abbas trouvent qu'il est bénéfique pour eux d'apparaître encore plus durs et plus ouvertement contre Israël.

 

Parlant de la vague actuelle du terrorisme palestinien, Mordechai dit: "opérer sans une main qui guide est ce qui caractérise les terroristes isolés." Mordechai a noté, cependant, que les attaquants sont influencés par l'incitation anti-israélienne.

Repost 0
mordeh'ai
2 février 2016 2 02 /02 /février /2016 10:16

Obama tente de presser Israël ... il s'est écarté de la politique américaine de longue date sur la politique d'Israël de la prétendue «Cisjordanie».

 

Par Yochanan Visser

http://www.israelnationalnews.com/Articles/Article.aspx/18330#.Vq_cwLLhDDe

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

La semaine dernière, un journaliste occidental a signalé un changement radical au sujet de la  politique américaine de longue date envers Israël. L'administration Obama semble maintenant se positionner avec l'autre politique de l'Union européenne sur les questions clés dans le conflit israélo-palestinien, et non plus s'opposer aux mesures de boycott contre l'Etat juif, l'histoire l'a révélé. Le rapport traite de récents exemples de déclarations de responsables de l'administration d'Obama qui critiquaient Israël sur sa politique envers les Arabes palestiniens en Judée et Samarie (Cisjordanie).

 

Un expert israélien des relations américano-israéliennes croit qu'Obama n'agira pas comme un président-canard boiteux, mais, à la place, il va utiliser sa dernière année au pouvoir pour mobiliser la communauté internationale pour une campagne politique qui va forcer Israël à faire des concessions supplémentaires à l'Autorité palestinienne.

 

Le Professeur Eytan Gilboa, un chercheur émérite de l'Université Bar Ilan en Israël, a dit à un chroniqueur du Jerusalem Post que M. Obama va probablement chercher à parvenir à une solution globale au conflit israélo-palestinien - non par l'organisation d'un nouveau cycle de négociations, mais en essayant d'obtenir de l'UE, de l'ONU et de toutes sortes d'organismes internationaux de faire pression sur Israël sur la question des colonies de peuplement en Judée et Samarie.

 

Gilboa a dit que si les organisations internationales mettaient l'accent sur la question des colonies israéliennes, " alors vous pouvrrez obtenir d'Israël qu'il fasse des concessions (aux Arabes palestiniens) qui ouvriront la voie à un accord."

 

L'utilisation d'organismes internationaux pour affaiblir la position d'Israël vis-à-vis des Palestiniens est une stratégie utilisée d'abord par l'Autorité palestinienne et son chef, Mahmoud Abbas. Abbas qui refuse de retourner à la table de négociation parce qu'il pense qu'il peut obtenir plus de concessions de la part d'Israël par l'intermédiaire de la pression internationale et la reconnaissance internationale de l'Autorité palestinienne comme un Etat indépendant. La décision d'accorder l'adhésion au niveau des Nations Unies pour l'AP est un bon exemple de cette stratégie; l'admission de l'Autorité palestinienne à l'UNESCO en est une autre.

 

Le changement dans la politique américaine envers Israël sur la question de la présence israélienne en Judée et Samarie est devenu évident lorsque le secrétaire d'Etat John Kerry a livré un discours lors du Forum Saban à Washington l'année dernière.

 

Kerry a déclaré: « la croissance continue de la colonisation soulève des questions honnêtes sur les intentions à long terme d'Israël et ne fera que rendre la séparation d'avec les Palestiniens beaucoup plus difficile.» Kerry a ensuite menacé que si Israël n'était pas prêt à changer ses politiques en Judée et Samarie, il serait traité comme l'Afrique du Sud sous le régime de l'apartheid.

 

Si Israël conserve la «Cisjordanie», «aurait-on des Israéliens et des Palestiniens vivant dans ces quartiers proches possèdant des routes et des systèmes de transport distincts  avec différentes lois en vigueur dans les enclaves palestiniennes? Ferait-on vraiment croire qu'ils sont traités de manière égale? Quelle serait la réponse internationale à cela, mes amis?» C'est ce qu'a déclaré Kerry lors de l'utilisation de la fausse revendication des Palestiniens qu'il y aurait une forme d'apartheid en Judée et Samarie.

 

La semaine dernière, Obama a utilisé son envoyé en Israël, l'ambassadeur Dan Shapiro, pour préciser qu'il a quitté la politique américaine sur la politique d'Israël dans la soi-disant «Cisjordanie» de longue date. Shapiro a suggéré qu'il y avait déjà une forme d'apartheid en Judée et Samarie quand il a parlé de «l'autodéfense israélienne en Cisjordanie qui se poursuit sans contrôle,» tout en ajoutant " il ya un manque d'enquêtes approfondies. Parfois, il semble qu'Israël a deux normes de respect de la primauté du droit en Cisjordanie - une pour les Israéliens et une pour les Palestiniens ".

 

Shapiro s'est plus tard excusé pour le timing de ses commentaires qui ont été fait le même jour qu'un Arabe palestinien poignardé une femme enceinte et le jour d'après qu'un autre terroriste arabe palestinien assassinait une mère de six enfants dans sa maison en Judée. Mais il s'est tenu à la teneur de ses propos qui ont conduit à un tollé en Israël et ont été sévèrement condamné par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

 

En fait, la situation juridique en Judée et Samarie, où la loi israélienne s'applique aux résidents juifs - et les lois de l'occupation jordanienne et de la domination ottomane sont encore appliquées par l'Autorité palestinienne - c'est une conséquence directe des accords d'Oslo entre Israël et l'OLP. La direction palestinienne était opposée à l'application de la loi israélienne dans toute la Judée et la Samarie parce que ce serait légitimer la présence d'Israël dans ces territoires.

 

La chroniqueuse du Jérusalem Post, Caroline Glick croit que les récentes remarques de responsables de l'administration Obama font partie d'un assaut coordonné sur Israël. Elle a écrit que nous sommes au milieu d'une offensive politique menée par les USA coordonnée contre Israël et pense que le gouvernement israélien " doit changer l'orientation de sa diplomatie publique." Selon Glick les responsables israéliens devraient diriger leurs remarques contre la société palestinienne dans son ensemble qui abrite un cercle vicieux de haine d'Israël et des Juifs en général.

 

Deux jours plus tard, le ministre par intérim des Affaires étrangères d'Israël Tzipi Hotovely a fait exactement cela quand elle a écrit une critique dévastatrice de la façon dont la communauté internationale prolonge le conflit vieux d'un siècle par le financement de la terreur palestinienne et stimule la haine et de l'intransigeance palestinienne en ignorant l'incitation contre Israël. Hotolovely a révélé que 16 pour cent des dons de l'étranger à l'Autorité palestinienne ont été utilisé pour soutenir des terroristes palestiniens et leurs familles.

 

Ci-dessous les extraits les plus importants de son article dans le Wall Street Journal.

 

" Le régime palestinien à Ramallah paie des allocations mensuelles entre 400 $ et 3500 $ à des terroristes et à leurs familles plus de cinq fois le salaire mensuel moyen d'un travailleur palestinien."

 

"Selon les données de ses rapports budgétaires, établies en Juin 2014 par le ministère israélien des Affaires étrangères, le budget annuel de l'Autorité palestinienne pour soutenir les terroristes palestiniens était alors d'environ 75 millions $. Cela représentait environ 16% des dons de l'étranger à l'AP chaque année. Globalement en 2012, l'aide étrangère représentait environ un quart des 3,1 milliards $ du budget de l'Autorité palestinienne...." 

 

" Embarrassé par les révélations publiques de la mauvaise utilisation de l'aide étrangère, en Août 2014, l'Autorité palestinienne a adopté de payer des allocations à des terroristes et de leurs familles sur un fonds géré par l'Organisation de libération de la Palestine, également dirigée par Mahmud Abbas. Qu'il n'y ait aucun doute quant à la nature purement cosmétique du changement, le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah a donné l'assurance que récemment en Septembre 2015 l'Autorité palestinienne fournira "l'assistance nécessaire" pour assurer ces allocations aux terroristes.

 

"Cette ruse procédurale a apparemment calmé les consciences des gouvernements donateurs qui continuent de verser des aides. Il est difficile de penser à un autre cas dans lequel une telle attitude de pardon serait prise en ce qui concerne l'aide étrangère à une entité qui parraine la terreur."

 

"Cette situation est particulièrement préoccupante compte tenu de la part disproportionnée de l'aide au développement, les Palestiniens reçoivent, ce qui se fait au détriment des populations dans le besoin ailleurs. Selon un rapport de l'année dernière fait par l'Assistance Humanitaire Mondiale, en 2013 les Palestiniens ont reçu 793 millions $ en aide internationale, la Syrie arrive en second lieu seulement. Cela équivaut à 176 $ pour chaque palestinien, de loin la plus élevée des aides par habitant dans le monde. La Syrie, où plus de 250.000 personnes ont été tué et 6,5 millions réfugiés déplacés depuis 2011, a reçu seulement 106 $ par habitant."

 

"Mis à part le financement des terroristes et l'investissement dans les discours de haine, l'AP refuse obstinément de retirer des centaines de milliers de Palestiniens des «listes de réfugiés», délibérément leur maintien dans un état de dépendance et de sous-développement n'a pour autre but qu'attiser l'animosité envers Israël."

 

"Il est difficile de se détacher de ces faits sans se rendre compte du lien profond entre les énormes quantités d'aide étrangère, la tolérance internationale bizarre pour conduite manifestement inacceptable des Palestiniens et l'absence de progrès vers la paix sur le terrain."

 

Hotovely a conseillé aux donateurs étrangers de l'Autorité palestinienne à repenser l'aide financière pour les Arabes palestiniens. Mais  le rédacteur en chef, David Horovitz, du Times of Israel pense que ce ne sera pas suffisant pour forcer la direction palestinienne d'arrêter l'incitation contre Israël et l'appui aux terroristes. 

 

Horovitz a écrit qu'une nouvelle approche locale est nécessaire.

 

" Ce qui est nécessaire, ce qui a toujours été nécessaire, pour résoudre le conflit israélo-palestinien, c'est une approche de base au rétablissement de la paix. Une approche axée sur l'éducation. Une approche en vertu de laquelle les ressources internationales et l'effet de levier sont utilisés pour réécrire les programmes d'enseignement, de marginaliser les extrémistes des dirigeants politiques et spirituels, de promouvoir la modération et une interaction pacifique."

 

Il a conseillé à l'administration Obama de suivre l'exemple d'Isaac Herzog, chef de file de la gauche israélienne, qui la semaine dernière a admis publiquement que la solution à Deux-État-Solution n'est pas réalisable à l'heure actuelle.

 

Horovitz conclu: " Peut-être que la communauté internationale - avec tant d'insistance dirigé par le président Barack Obama en cherchant à convaincre les Israéliens qu'ils ne peuvent se permettre de prendre des risques pour la paix lorsque la preuve sanglante tout autour d'eux montre le contraire - va apprendre de la leçon de Herzog. Il devra peut-être passer à adopter l'approche locale. Il saura peut-être utiliser son immense effet de levier pour aider progressivement à créer un climat dans lequel ce n'est pas la chose la plus naturelle du monde pour les adolescents Palestiniens de prendre la route avec des couteaux et tuer des mères israéliennes de six enfants, diplômé en design industriel." 

 

Le Professeur Gilboa, cependant, pense qu'Obama ne veut pas écouter ses détracteurs israéliens et se dirige vers un autre déraillement du train--Moyen-Orient.

 

Gilboa dit que la politique d'Obama ne peut s'inverser.

 

" Je ne pense pas que l'administration Obama n'ait jamais compris l'opinion publique israélienne et la politique. Plus les Etats-Unis et l'UE appliqueront la pression, plus nous verrons de la résistance dans la société israélienne, et d'autre part, cela permettra de renforcer également la résistance palestinienne à faire toute concession et de faire tout mouvement qui pourrait faciliter les négociations, et encore moins un accord."

Repost 0
mordeh'ai
1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 08:30

Par P. David Hornik

https://pjmedia.com/blog/washington-and-eu-to-israel-make-the-land-safe-for-terror /# 0EkYyB8 LzjeMwlUJ.99

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

 

Parmi les exploits de ISIS, des photos satellites obtenues par Associated Press montrent maintenant, la destruction en 2014 du Monastère Saint-Élie, ancien monastère chrétien d'Irak. Elles confirment que le plus ancien monastère chrétien d'irak a été entièrement rasé, victime de la volonté de Daesh d'effacer toute trace du passé préislamique.

Le monastère de Saint-Elie à Mossoul, appelé Dair Mar Elia, a été construit entre 582 et 590 avant JC. C'était un site sacré pour les chrétiens irakiens pendant des siècles.

Le monastère réduit en poussière

 

The Guardian rapporte qu'il était âgé de 1400 ans et avait "26 chambres distinctives, y compris un sanctuaire et la chapelle." Les photos révèlent que ses "murs ont été littéralement pulvérisé."

 

The Guardian notes," St. Élie," rejoint une liste croissante de plus de 100 sites religieux et historiques pillés et détruits [par ISIS], y compris des mosquées, des tombeaux, des sanctuaires et des églises. Des monuments anciens dans les villes de Ninive, Palmyre et Hatra sont en ruines. Des musées et des bibliothèques ont été pillés, les livres brûlés,des œuvres d'art ont été broyé ou ont fait l'objet de trafic ". 

 

En second lieu seulement il y a eu des crimes atroces du groupe de la terreur contre des êtres humains vivants et la disparition de trésors de l'histoire et de la foi, soulevant le choc et l'indignation universelle.

 

Il y a une partie du Moyen-Orient, cependant, où l'attachement d'un peuple aux trésors de l'histoire et de la foi ne semble pas compter pour l'Occident. Il s'agit de la Cisjordanie (ou Judée et Samarie) et du plateau du Golan, l'administration américaine et l'Union européenne ont fait monter la pression sur Israël pour considérer ces zones riches en sites bibliques et historiques; comme si sur ces sites, personne n'avait aucun droit de propriété.

 

L'UE avait déjà annoncé en Novembre qu'elle mettrait des étiquetages sur des produits israéliens provenant de ces zones comme «fabriqués dans les colonies» au lieu de «made in Israël.» Israël et ses partisans ont objecté que, sur les 200 différends territoriaux dans le monde, il est le seul à subir ce courroux et cet étiquetage, de la part de l'UE, évoquant les pratiques antisémites. C'est tombé dans l'oreille d'un sourd.

 

Au lieu de cela, l'UE a maintenant approfondi davantage le fossé entre Israël et les territoires, par l'émission d'un communiqué que " tous les accords entre ... Israël et l'UE doivent sans équivoque et explicitement indiquer leur inapplicabilité dans les territoires occupés par Israël en 1967."

 

Vous ne sauriez pas deviner à partir de ce langage qu'Israël a «occupé» ces territoires dans une guerre défensive, qu'ils ont de la valeur stratégique et historico-religieuse propre à Israël, ou qu'Israël a néanmoins été prêt à céder des parties - pas tout - pour des accords de paix crédibles, mais les parties arabes ont rejeté toutes les offres.

 

L'administration Obama, pour sa part, est un proche allié de l'Union européenne à considérer la Cisjordanie, en particulier comme "la terre palestinienne" où les Juifs sont, au mieux usurpateurs sans aucune prétention légitime.

 

Le porte-parole du département d'Etat John Kirby a défendu l'étiquetage des produits israéliens de l'UE et a déclaré: « Notre position de longue date sur les colonies est claire. Nous considérons que les activités de colonisation israélienne comme illégitime et contre-productive pour la cause de la paix. Nous restons profondément préoccupés par la politique actuelle d'Israël sur les colonies, y compris la construction, la planification et la légalisation rétroactive ».

Repost 0
mordeh'ai
1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 05:36

Par Anav Silverman

http://www.breakingisraelnews.com/60185/eshkol-mayor-seeks-reassure-gaza-border-residents-following-tunnel-digging-complaints-terror-watch/#qE40UTFr92OPtky3.99

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

Les soldats de Tsahal vu debout à côté de l'entrée d'un tunnel terroriste du Hamas où les motos et des armes ont été découverts.  (Photo: Tsahal)

Les soldats de Tsahal vu debout à côté de l'entrée d'un tunnel de la terreur du Hamas. (Photo: Tsahal)

 

Gadi Yarkoni, chef du Conseil régional d'Eshkol a rassuré les résidents de la zone que l'armée israélienne a sérieusement répondu aux préoccupations locales des Israéliens qui s'étaient plaints d'entendre des sons de fonçages de tunnels, creusés sous leurs maisons.

 

Les résidents de Pri Gan, une communauté dans le Conseil régional Eshkol, situé à environ 4,5 km de la bande sud de Gaza, se sont plaints récemment de creuser sons sous leurs maisons. Ce n'est pas la première fois que les résidents de Pri Gan se plaingnent de ces bruits.

 

" La question est pas nouvelle et nous a concerné depuis l'opération de Bordure de protection ", Yarkoni l'a écrit dans sa lettre hebdomadaire aux résidents du jeudi,28 Janvier. " Il est important pour moi de constater que nous sommes en contact direct avec l'armée à ce sujet et chaque plainte ou suspicion vznant de résidents est prise au sérieux et immédiatement transmise à l'armée ".

 

Yarkoni lui-même perdu ses deux jambes dans une attaque au mortier depuis Gaza lors de l'opération de Bordure de protection, qui a tué le coordonnateur de la sécurité du kibboutz Nirim, Ze'ev Etzion et son adjoint, Shahar Melamed, ces trois hommes réparaient les fils électriques endommagés. Un an après l'attaque, Yarkoni a remporté l'élection à la mairie pour le Conseil régional d'Eshkol.

 

Selon Yarkoni, les Forces de Défense Israeliennes vérifient les plaintes dans le domaine des enquêtes, mais jusqu'à présent elles n'ont pas révélé de résultats. " Parallèlement à cela, la peur est claire et compréhensible, et elle renforce la nécessité immédiate de faire progresser la mise en place d'une barrière le long de la frontière qui va assurer la sécurité et sera une réponse défensive à la menace des tunnels."

 

Plus tôt cette semaine, un tunnel d'attaque du Hamas s'est effondré dans la bande de Gaza, tuant sept terroristes du Hamas qui travaillaient dans ​​le tunnel. Le Hamas a déclaré que le tunnel près de la frontière israélienne était effondré après les pluies de mardi soir.

 

Pendant l'opération Bordure de protection, qui visait à arrêter des roquettes tirées depuis Gaza et des attaques au mortier a eu lieu il y a près d'un an et demi, Israël a réussi à détruire 32 tunnels transfrontaliers. Pendant la guerre, les terroristes du Hamas, armé d'armes et d'explosifs, se sont infiltrés en Israël à travers les tunnels terroristes à plusieurs reprises, leur but tuer des soldats et des civils.

 

Quelques mois après la guerre de Gaza, les habitants du kibboutz Nirim, où Yarkoni, ont engagé une société privée pour vérifier le creusement souterrain dans la région après que les membres du kibboutz se soient plaints d'avoir entendu des bruits de fonçage en mai 2015. La société privée a vérifié qu'un tunnel avait en effet été construit, ce qui a incité une enquête de l'armée sur la question l'année dernière.

 

" Nous sommes de nouveau à exiger du gouvernement à chaque occasion de ne pas retarder cette question et de faire immédiatement avancer la construction de la barrière ", a conclu Yarkoni dans sa lettre.

Repost 0
mordeh'ai
31 janvier 2016 7 31 /01 /janvier /2016 23:30

 La mosquée de Baltimore que le président Obama visitera cette semaine pour montrer le soutien aux musulmans américains, a des liens historiques avec des groupes islamistes radicaux, les critiques l'ont dit dimanche.

 

Par Dave Boyer - Washington Times 

http://www.washingtontimes.com/news/2016/jan/30/obama-visit-baltimore-mosque-show-support-muslims/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

La Société islamique de Baltimore avait un imam qui était une figure de proue dans la secte extrémiste des Frères musulmans. Et l'organisation est reliée à la Société islamique d'Amérique du Nord, un groupe de droits civils musulmans nommé comme co-conspirateur non accusé dans une poursuite criminelle en 2008, dans laquelle plusieurs personnes ont été condamné de passer de l'argent au groupe terroriste Hamas.

 

Le choix du président de la première mosquée américaine à visiter est "insultant" pour les musulmans américains, a déclaré le Dr M. Zuhdi Jasser, un musulman qui est vice-président de la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale.

 

" C'est honteux que ce soit la mosquée qu'il a choisi pour être la première à visiter," a déclaré le Dr Jasser sur "Fox and Friends" dimanche. " Cette mosquée est très inquiétante ... Historiquement, c'est une mosquée, de l'islam radical et non représentative des musulmans modernes d'Amérique."

 

Alarmé par la rhétorique anti-musulmane de certains des candidats républicains, M. Obama a l'intention de profiter de la visite à la mosquée mercredi pour en faire un geste de tolérance pour les musulmans américains.

 

Un fonctionnaire de la Maison Blanche a déclaré que M. Obama " célébre les contributions des Américains musulmans font à notre nation et réaffirme l'importance de la liberté religieuse à notre mode de vie."

 

Le conseiller de la Maison Blanche a dit que: " Le président tiendra une table ronde avec des membres de la communauté et prononcera une allocution, où il réitérera l'importance de rester fidèles à nos valeurs fondamentales - l'accueil de nos compatriotes américains, se prononçant contre la bigoterie, de rejeter l'indifférence, et la protection de la tradition de notre nation de la liberté religieuse." 

 

Certains anciens dirigeants de la mosquée sont bien connus des agences de lutte contre le terrorisme. Mohammad Adam el-Cheikh, un imam qui a servi à la mosquée de Baltimore pendant 15 ans, plus récemment, en 2003, il était membre des Frères musulmans au Soudan dans les années 1970. Il a également travaillé pour un groupe de secours islamique que le Département du Trésor a désigné comme une organisation terroriste en 2004.

 

M. el-Cheikh a également co-fondé la Muslim American Society à Falls Church, en Virginie, un groupe contrôlé par les Frères musulmans. Ses liens ont été rapporté samedi par le Daily Caller.

 

En 2004, il a déclaré au Washington Post que ceux qui ont fondé la société ont estimé que " nous devrions couper les relations avec les Frères musulmans de l'étranger et nous considérer comme des Américains. ... Nous ne recevons pas d'ordre d'aucune organisation de l'étranger, et elles n'ont pas le pouvoir de nous dire quoi faire."

 

Mais il a aussi dit dans sa congrégation à Falls Church que les attentats suicides palestiniens étaient parfois justifiables.

 

" Si certains musulmans doivent être acculés où s'ils ne peuvent pas se défendre, par toutes sortes de moyens, et que leurs chefs religieux locaux ont émis des fatwas pour permettre cela, alors cela devient acceptable comme règle exceptionnelle, mais ne devrait pas être considérée comme un principe. "

 

Le Centre islamique Dar al-Hijrah à Falls Church, où M. el-Cheikh était imam, a également eu un imam dans les années 1990 du nom de Mohammed al-Hanooti, ​​qui a été nommé en tant que co-conspirateur non inculpé dans l'attentat de 1993 contre le World Trade Center à New York.

Repost 0
mordeh'ai