Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 11:04

Sur les traces du Second Temple ! 

Par JPOST.FR
09.04.08

Des archéologues israéliens ont mis au jour deux fortifications en parfait état, distantes d'à peine dix mètres datant de plus de 2000 ans.

L'une date de la période du Second Temple (-200 av JC à 70 après JC) et la seconde, un peu plus récente, remonte à la période byzantine (4e au 7e siècle).

Ces murs d'enceinte, situés au sud de la vieille ville, sur le Mont Sion, montrent que la cité était alors plus étendue que la vieille ville cernée par une muraille construite au 16e siècle, qui existe de nos jours.

Nouveau site archéologique à Jérusalem Photo: AP , JPost                             Le site, sur lequel ont été découverts ces pans de murs antiques avait déjà été fouillé à la fin du 19e siècle par des archéologues britanniques mais le site avait été fermé et rouvert seulement l'année dernière aux recherches.

Ces fouilles font partie d'un grand projet archéologique et touristique autour des murailles de la vieille ville de Jérusalem.

 

 

 

Repost 0
mordeh'ai - dans Dépêche
3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 19:59
Il va falloir se retrousser les manches et aller au charbon pour contrer cette initiative anti-juive, en anihilant toutes les initiatives de cet organisme aux mains de pays hostiles à Israel - par l'organisation systématique de contre-manifestations culturelles judaïques......mettre en exergue tout le patrimoine juif découvert par les fouilles des archéologues dans et autour de Jérusalem et le montrer au petit peuple du monde entier .
Les intellos juifs , les religieux, les politiques  et le peuple israelien en  général n'ont eu aucune réaction et leur réprobation est assourdissante par son silence....
Mordeh'aï


UNESCO: "Jérusalem, capitale de la culture arabe" pour 2009!
par Shraga Blum A7
mercredi 3 septembre 2008 -                            
L'UNESCO, organe culturel des Nations-Unies, vient de prendre une décision hautement symbolique et lourde de signification, en décrétant Jérusalem comme "capitale de la culture arabe" pour l'année 2009. Cette nouvelle a été accueillie avec joie chez les Arabes israéliens et dans l'Autorité palestinienne, qui ont annoncé leur intention de "profiter de chaque manifestation qui aura lieu pour en faire un grand moment médiatique. afin de lutter contre l'occupation et la judaïsation de la ville par Israël".
Cette distinction de "Capitale culturelle arabe" est une initiative du groupe des pays arabes à l'UNESCO depuis 1996, et, conséquence directe de l'impérialisme arabo-musulman, plusieurs villes ont déjà été couronnées de ce "glorieux titre" de capitale: Alger, Damas, Khartoum, Le Caire, Tunis, Amman ou Beyrouth. (En attendant Paris, Londres, Bruxelles ou Madrid...)
Dans les organisations arabes israéliennes, on échafaude déjà avec ferveur des plans et des programmes pour l'année 2009, mais on se demande aussi comment Israël va réagir. Selon Amir Mah'oul, Président de l'Organisation faîtière des Associations Arabes Israéliennes, et délégué auprès de l'Autorité Palestinienne, "il ne fait aucun doute qu'Israël va tout faire pour saboter ou en tous cas mettre des bâtons dans les roues de cette initiative."
Mah'oul est clair sur les intentions de ceux qui organiseront les divers événements: "Il va s'agir de montrer au monde et de condamner l'occupation israélienne, plus encore que de mettre en valeur les aspects culturels ou historiques arabes de la ville". Mah'oul rajoute encore une sentence qui devrait mobiliser la population israélienne: "Durant cette année, nous allons mettre en avant Jérusalem comme capitale arabe et palestinienne sous occupation, et Israël doit savoir qu'à chaque fois qu'il y a une lutte pour Jérusalem, ils est perdant".
Le choix de Jérusalem n'est pas fortuit, au vu du contexte proche-oriental et des négociations en cours entre Israéliens et Palestiniens.
Si Israël n'entreprend pas des mesures concrètes pour mettre en évidence la valeur de Jérusalem pour le peuple juif, particulièrement durant l'année 2009, cette année risque d'être très néfaste concernant la souveraineté juive sur notre capitale.
Il ne suffit plus de répéter dans les discours publics "que Jérusalem est la capitale indivisible d'Israël et du peuple juif", il faut maintenant des actes.
Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 19:27
Otez-moi d'un doute, le Bagats a-t-il encore une majorité bien juive ? Ou cet organisme de justice a commencé sa dhimitude.
Mordeh'aï

La Cour Suprême au pays de l'absurde
par Shraga Blum A7 mardi 2 septembre 2008

Alors que le jeune Naftali Chétrit, gravement blessé lors de l'attentat de Merkaz Harav, se remet lentement - sur le plan physique comme psychologique - de ce qu'il a vécu (voir article   sur le site  http://www.a7fr.com/article/56463.htm), le père de l'assassin a saisi la Cour Suprême pour "qu'elle démontre que son fils était réellement un terroriste"!!!

En attendant, Salim Joubran, juge à la Cour Suprême d'Israël, a déjà accédé à l'une des requêtes de Hisham Hussein Abou Dahim, et à ordonné de surseoir provisoirement à l'ordre édicté par le ministre de la Défense, de détruire les étages appartenant au terroriste dans la maison de ses parents. Le père du terroriste avait fait opposition à la décision du Commandant en Chef de la Défense Passive, Yaïr Golan, et exige maintenant d'obtenir tous les documents relatifs aux plan de destruction des 2e et 3e étage de la maison.

Parallèlement, et c'est encore plus scandaleux, le père d'Ala Abou Dahim, aidé par le "Centre de Défense des Droits de l'Individu", demande à la Cour Suprême de lui "fournir des preuves que son fils était bel et bien un terroriste, et appartenait à une telle organisation". Les requérants ont présenté des conclusions de divers experts et commissions, qui "affirment que la destruction des maisons est une mesure inefficace et injuste, qui constitue une punition collective". Pour Me André Rosenthal, avocat de la famille du terroriste, "le Commandant de la Défense Passive veut passer outre les avis et les décisions qui rejettent les destructions de maisons comme moyen de dissuasion".

Après la décision d'Ehoud Barak, il y a un mois, Ahmad Tibi (Raam-Taal), tout comme Haïm Oron (Meretz) avaient condamné - presque dans les mêmes termes - "une décision de vengeance destinée à flatter les instincts les plus bas de la population israélienne et des députés de droite"!! Oubliés les huit jeunes victimes innocentes d'un individu aux instincts probablement très élevés.

Mais la perle de l'argumentation du père du terroriste se situe dans ses propos suivants: "Il ne suffit pas que le coupable soit un Arabe de Jérusalem, et que les victimes aient été des étudiants juifs en Yeshiva, pour en faire automatiquement un terroriste. Il est fort possible que notre fils ait soudainement perdu ses moyens, comme tous ces Juifs qui ont perpétrés des attentats anti-arabes tout aussi odieux."

Ou peut-être s'est-il tout simplement défendu contre une horde de jeunes étudiants de la Yeshiva qui le menaçaient de leurs livres...

L'impudence n'a plus de limites!

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 14:41

J’ai trouvé que ce texte collait magnifiquement à la profession de foi  du blog "malaassot" qui tient à la partager avec ses lecteurs.

JERUSALEM

Nissim Guetta — 3 Sivan 5768 — 06/06/2008
http://www.jifassoc.org

C’est ma capitale religieuse, c’est ma capitale historique, c’est ma capitale juive !!!!!!

Je n’ai pas le droit d’envisager un quelconque partage avec qui que se soit. Si j’en avais les moyens, je récupèrerais toutes les terres volées par les croisés et tous les pillards venus ici au nom de leur religion hégémonique. Ces truands ont été canonisés par leurs pontes.

Notre Jérusalem est citée 669 fois dans notre bible, elle est citée à plusieurs fois dans la religion chrétienne, sauf musulmane. Elles essaient encore de nous faire disparaître au nom de la leur.
Jérusalem n’est pour le monde musulman que la troisième ville sainte après Médine et la Mecque. Elle n’est devenue sainte que très récemment lorsque les Juifs sont revenus chez eux. Paraît-il, Mohamed aurait été transporté à Jérusalem, en rêve, proche du Mur occidental (le seul lieu saint pour les Juifs) Le côté étonnant ou plutôt le respect de ce lieu pour le Musulman a été de vider les ordures pendant des décennies au pied du Mur Occidental (c’est un vestige de notre temple), ceci a été ordonné par les sultans, califes ou cheik. Lors de la libération de Jérusalem, nos vaillants soldats ont dû enjamber des milliers de tonnes d’ordure pour aller embrasser notre Mur. Leurs larmes ont nettoyé les salissures des usurpateurs. Il y avait tellement d’immondices que les bases de notre Temple se trouvent à 7 ou 8 mètres plus bas. Je ne voudrais pas trop jeté de pierres sur la religion catholique ou grecque mais il faut avouer qu’ils n’ont jamais rien fait pour s’opposer à cette dépravation de nos lieux saints. C’est à croire qu’ils étaient tous d’accord pour la disparition du peuple juif, eux qui prêchent l’amour du prochain (quand il fait parti de leur religion bien sûr)

Jérusalem, tu es chérie tous les jours dans nos prières, nous t’avons attendue pendant des siècles et aujourd’hui tu nous es revenue. Bientôt, nous te libérerons entièrement de tous les envahisseurs, ton troisième Temple sera le couronnement du peuple de D… Les non Juifs qui voudront reconnaître la toute puissance de notre D…. pourront venir le contempler et pleurer de joie comme nous l’avons fait en 1967. Les autres qui s’entêteront à refuser la réalité pourront continuer à râler via internet.

Tous les jours nous reconstruisons les maisons, nous les faisons très belles et c’est ainsi que nous nous préparons à la venue de Notre Messie et du Temple de Jérusalem.
Venez à Jérusalem voir notre jeunesse fréquenter ce lieu, jamais ce lieu n’a été laissé seul, jour et nuit des gens de tous âges prient au Kotel.

JERUSALEM est le symbole de l’unité du peuple juif. L’état, à sa naissance, s’est battu pour la reconquérir. Et ceux qui croit qu’on peut se passer de la religion juive pour continuer à exister, qui croit à la paix en la divisant ne sont que poussières que le vent emportera loin de notre sainte terre juive. Ces trouble-fêtes n’arriveront pas à leur fin car JERUSALEM est protégée par le TOUT PUISSANT.

Oui, JERUSALEM est le lien de l’amour lors de nos mariages et sera très bientôt, si D… le veut, le lien d’amour entre tous les peuples autour de notre Temple. La paix mondiale ne passera que par ces voies. L’Homme de paix doit chercher notre D… et l’écouter.

L’histoire humaine a démontré que nous sommes invulnérables tant que nous pensons à notre Jérusalem reconstruite. Elle fête le 41 ième anniversaire de sa libération.


Repost 0
mordeh'ai - dans Tribune libre
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 10:54
La liberté d'expression à sens unique?
par Shraga Blum d'A7 mardi 2 septembre 2008

D
epuis des années, des cinéastes israéliens et palestiniens jouissent d'une étonnante liberté de diffusion en Israël, alors que l'immense majorité de leurs réalisations sont franchement hostiles à Israël, ou au minumum, montrent le pays sous des angles peu flatteurs, à l'aide de contrevérités, exagérations ou absence volontaire de mise en perspective. Ces films bénéficient en général d'un grand succès à l'étranger. L'un des cas les plus récents est le film "Djénine, Djénine" de Muhammad Bakri, qui est un tissu de mensonges à propos de l'Opération Rempart, en 2002, mais qui est devenu "le fils de référence" sur cette Opération de Tsahal qui avait suivie le terrible attentat du Dolphinarium.

Face à ce phénomène, toutes les tentatives judiciaires pour empêcher la diffusion en Israël de ce genre de films de propagande en Israël ont été repoussées au nom de la sacro-sainte "liberté d'expression", qui signifie en clair permettre à une minorité d'artistes politisés de salir Israël en toute liberté, sans égard pour les sentiments de la majorité des citoyens.

De manière générale, les médias nationaux entourent cette profession de leur bienveillance, toujours au nom des mêmes "nobles principes". Or ce matin, le site de "Maariv" avertit en grosses lettres d'un "risque d'embrasement" à cause de la diffusion demain mercredi d'extraits du film néerlandais "Fitna", qui a fait grand bruit en Europe, et qui décrit l'Islam comme étant une religion qui "génère intolérance, violence et terrorisme". Ce film, réalisé par le député néerlandais Geert Wilders, président du "Parti de la Liberté", a été retiré des salles puis carrément interdit de diffusion aux Pays-Bas suite à des menaces venant des milieux islamistes.

A l'origine de cette initiative, le député Aryeh Eldad (Ihoud Leoumi - Mafdal, qui a convoqué en même temps une conférence de presse, et qui prépare pour la fin de l'année, un Congrès à Jérusalem intitulé: "Mettons un frein au Jihad! Si Jérusalem plie, c'est l'Europe qui suivra!". Eldad s'est également attelé à la création d'une coalition de députés au niveau européen, qui sont "conscients du danger que représente aujourd'hui l'Islam pour la civilisation européenne et les valeurs qu'elle défend".

Alors que la Knesset à majorité juive, ne s'était pas émue à la sortie de films anti-israéliens voire antisémites, voilà que cette initiative d'Eldad provoque un tollé parmi les députés arabes israéliens. Ahmad Tibi (Raam-Taal), dénonce "un film ignoble et raciste". Il accuse Eldad "de vouloir créer une association islamophobe internationale à l'aide d'incitations calomnieuses digne de l'extrême-droite". Son collègue Taleb A-Saana déclare "qu'Eldad fait ce que même des gens de la pire espèce ne font pas: délégitimer la foi de toute une population. Il utilise les sentiments les plus vils de l'être humain à des fins politiciennes".

Il faut dire que les députés arabes se sentent soutenus: le Président iranien Ahmadinejad considère que ce film "constitue une déclaration de guerre de l'Occident envers l'Islam".

Trois remarques s'imposent au sujet de ce film. Premièrement, sur le fond, il semble effectivement difficile, au vu des événements et des conflits qui secouent le monde depuis un certain nombre d'années, de prendre la défense de l'Islam et de la manière dont il est interprété. La plupart des points de frictions ou des revendications nationales à travers le globe impliquent des populations ou des régimes musulmans. (Voir "Le choc des Civilisations" de Samuel Huntington)

Deuxièmement, la réaction violente des députés arabes israéliens, comme leur attitude de manière générale...ne font que confirmer le message du film! Leur aisance dans leurs attaques incessantes contre Israël. leur soutien apporté au terrorisme, et à l'opposé leur ultra-sensibilité sur toute critique à leur égard, confirment l'aspect que veut souligner le film de Geerts Wilder.

Et enfin, il faut se poser la question pourquoi - comme dans le cas des travaux sur le Mont du Temple - certains médias israéliens avertissent toujours de manière unilatérale sur les "dangers de porter atteinte à la sensibilité arabe ou musulmane", minorités en Israël, mais permettent à nos ennemis de s'exprimer en toute liberté?
http://www.a7fr.com/article/56444.htm

Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 09:42
Retrait israélien des Fermes de Shabaa ? 02.09.08

http://www.israel-infos.net
 
Selon une information diffusée mardi matin par plusieurs médias arabes, l’Etat hébreu est prêt à évacuer les Fermes de Shabaa, secteur considéré par le Hezbollah comme «territoire occupé», ainsi que la zone nord du village de Rajar, situé à la frontière internationalement reconnue avec le Liban, où Tsahal assure la sécurité jusqu’à aujourd’hui.
Le quotidien arabe de Londres Asharq al-Awsat révélait notamment, dans son édition de mardi, que Jérusalem a d’ores et déjà fait part de ses intentions à Washington, après avoir reçu du gouvernement de Beyrouth, par l’intermédiaire de responsables de la Forces intérimaire des Nation Unies au Liban (Finul), l’engagement que cette région ne passera pas, après l’évacuation des troupes israéliennes, aux mains des milices chiites pro-iraniennes de Hassan Nassrallah, mais demeurera sous «contrôle international».
Le journal souligne que ce dernier point "figure clairement" dans une lettre adressée par Claudio Graziano en personne, le commandant de la Finul, au ministre israélien de la Défense, Ehud Barak.
Yasmina Bouzyan, la porte-parole de la Finul, a confirmé qu’une telle proposition est actuellement «étudiée par toutes les parties», tandis que de son côté, la presse arabe précisait que «le retrait du village de Rajar ne constitue que la première phase» d’une série d’initiatives visant à «restaurer la souveraineté libanaise sur les Fermes de Shabaa».
Un diplomate israélien, cité mardi matin par le quotidien Maariv, estimait pour sa part que «l’évacuation de nos forces déployées dans cette région frustrera Hassan Nassrallah de son principal argument, et permettra au peuple libanais de comprendre que le Parti de Dieu ne sert pas ses intérêts, mais ceux du terrorisme international et de la République islamique d’Iran».
Repost 0
mordeh'ai - dans Dépêche
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 09:31
Attention: fauve blessé!
par Elie Kling  d'A7 mardi 2 septembre 2008
 
"J'ai décidé de ne pas me présenter aux primaires de Kadima. Je n'ai pas non plus l'intention d'intervenir dans les élections internes du parti… Lorsque le nouveau président de Kadima sera désigné, je démissionnerai de mes fonctions de Premier ministre… Je cèderai ma place comme il se doit avec droiture, dignité et sens de mes responsabilités comme je l'ai fait tout au long de mon mandat. Je me consacrerai ensuite à prouver mon innocence."
En temps normal, un tel discours d'un Premier Ministre israélien en exercice aurait dû obtenir l'effet dramatique souhaité. Pensez donc! Une démission en direct à la télévision et diffusée en même temps à la radio! Même dans un pays comme la Suisse (où personne, à part peut-être l'épouse du chef du gouvernement, ne connaît le nom du chef du gouvernement), cela devrait produire une charge émotionnelle certaine! Alors en Israël! On se souvient encore du dramatique "je n'en peux plus" de Menahem Begin qui marqua la fin de son règne... Que de passions il suscita! Et là, rien ou presque. C'est tout juste si le lendemain, en sirotant son coca au café du coin ou en achetant son journal, le citoyen israélien pourtant ultra politisé en temps normal, lâcha un "tiens, tu as vu? Il a démissionné" désabusé à son serveur préféré ou a son vendeur de journaux habituel.
 
Cette indifférence apparente est due d'abord, soyons honnête, à l'insupportable canicule estivale qui plonge chaque année mes concitoyens dans un état de liquéfaction avancée n'épargnant rien ni personne et surtout pas les neurones d'un cerveau ramolli par les rayons solaires. Olmert annonce sa démission le 30 juillet dans une conférence de presse réunie à la hâte. Mais le 30 juillet, alors qu'a Tel-Aviv, il fait 35 degrés à l'ombre (et qu'il n'y a pas d'ombre), il pourrait aussi bien annoncer que la mère du Rav Ovadia Yossef est née en Lituanie, personne n'aurait eu la force de réagir.
 
Et puis, cette soit disant bombe politique, tout le monde s'y attendait. Elle était aussi inéluctable qu'une protestation de Chalom Ahchav après l'installation d'une nouvelle famille juive à Hébron ou qu'un tir de roquettes sur Sderot après la conclusion d'une trêve avec le Hamas. Lorsque chaque semaine, une nouvelle affaire éclabousse le costume de notre Premier ministre, il arrive bien le moment où il doit le retirer. Pas de quoi mériter donc les gros titres des gazettes.
 
Enfin, le peuple hébreu, même ses nombreux ennemis le reconnaissent, est un peuple qui sait compter. "Et tu compteras…" est même une obligation biblique. Lorsque Olmert annonce sa démission, les Juifs font leurs comptes: 2 mois jusqu'aux primaires de Kadima, 21 jours accordés au nouveau chef du parti pour former un nouveau gouvernement sans dissoudre la Knesset, 21 jours supplémentaires au cas, probable, où les 21 premiers n'ont pas suffit, rebelote ensuite lorsque le président s'aperçoit que le leader de Kadima n'y arrive pas et confie la mission au chef d'un autre parti et nous voici déjà au mois de janvier. Ceci dans le pire des cas pour notre pays, c'est-à-dire si l'anachronique Knesset actuelle, avec son inénarrable parti des retraités, reste en place. Dans le meilleur des cas, celui où tout le monde finit par comprendre, même les députés les plus rivés à leur siège, que cette Knesset ne représente pas plus le Peuple d'Israël que le parlement norvégien ne représente celui d'Ethiopie, nous allons vers de nouvelles élections. Celles-ci doivent être organisées dans les 90 jours, après lesquels il faut du temps pour former le nouveau gouvernement. Et voici notre Olmert aux commandes pendant encore au moins six mois!
 
Et c'est là que je dis que les Israéliens ont bien tort de bailler en apprenant la "démission" de leur Premier ministre. Non seulement celle-ci n'annonce pas son retrait immédiat de la scène politique, mais en le plaçant bientôt chef d'un gouvernement de transition, elle le renforce en le rendant inattaquable. Vous rendez vous compte de la gravité des dégâts que l'on peut causer en 6 mois?! Or, Olmert aura alors devant lui le choix: ou bien, comme le voudraient les règles de bonne conduite démocratique, il se contente de gérer les affaires courantes en attendant la prise de fonctions de son successeur; il restera alors dans l'histoire comme le Premier ministre le plus incompétent, le plus corrompu et le plus médiocre qu'ait connu notre état. Ou bien, faisant fi de la bienséance démocratique, il fonce tête baissée vers un accord bâclé avec un Abou Mazen qui représente autant le peuple palestinien que le norvégien de tout à l'heure, ou mieux (ou pire), avec le dictateur de Damas en sacrifiant le Hermon, "les yeux du pays", et en autorisant ce dernier à venir se tremper les pieds jusque dans les eaux du Kinnereth. A moyen terme, de tels accords sont évidemment catastrophiques, voire suicidaires, pour Israël. Mais à court terme, voilà notre Olmert entrant dans l'Histoire avec un grand "H", adulé sur la scène internationale et chanté par le cœur des post-sionistes locaux, idiots utiles de la révolution islamiste en marche.
 
Moi, 30 juillet ou pas, le discours-démission d'Ehoud Olmert m'a fait froid dans le dos. Rien n'est plus dangereux qu'un fauve blessé.
 
Arrêtez-moi si je dis des bêtises…
Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 09:10
L'avertissement inquiétant de Dany Ayalon
par Shraga Blum
lundi 1 septembre 2008 - 

L''ancien ambassadeur israélien aux Etats-Unis, et actuel co-président de l'Organisation "Nefesh Be-Nefesh" n'y va pas par quatre chemins: "Les Arabes palestiniens sont très au courant de la situation internationale. Si le gouvernement israélien ne prend pas des mesures immédiates et fortes pour repeupler la Galilée de Juifs, les Arabes de Galilée vont demander leur indépendance et une reconnaissance internationale, comme viennent de le faire l'Ossetie du Sud et l'Abkhazie, et comme l'ont fait les Kosovars il y quelques années"

Cet avertissement a été lancé lors d'une réunion à Carmiel, ville de Galilée de 50.000 habitants, nichée entre Acre et Safed, où Dany Ayalon annonçait son adhésion au Parti Israël Beiteinou, d'Avigdor Lieberman. En plus d'une place honorable sur la liste électorale, Ayalon occupera aussi le poste de "Président mondial d'Israël Beiteinou", laissé vacant par le décès prématuré de Youli Stern z.l. en janvier 2007.

"Nous devons repeupler d'urgence la Galilée de milliers de Juifs, sans toucher aux droits individuels des habitants arabes, mais pour éviter une catastrophe nationale" a précisé l'ancien ambassadeur.

Cette éventualité d'une revendication arabe sur la Galilée a été depuis longtemps émise par certains analystes ou politiciens israéliens, mais jamais sérieusement prise en compte sérieusement par les dirigeants ou les médias. Or cette stratégie fait son chemin depuis des années dans certains cercles arabes israéliens, et elle a été également évoquée à l'OLP dans le cadre du "plan par étapes" à long terme de 1974: un Etat palestinien en Judée-Samarie d'abord, puis une revendication d'autonomie des zones israéliennes à population arabe majoritaire, comme la Galilée ou le fameux "triangle", suivi d'un mouvement irrédentiste en Jordanie majoritairement peuplée de palestiniens. L'étape ultime est évidente!

Il suffit de recenser les actes ou déclarations hostiles à l'Etat d'Israël parmi les Arabes de Galilée, ou de voir le nombre croissant d'entre eux impliqués dans le terrorisme, pour se rendre compte qu'il ne s'agit plus de simples sentiments paranoïaques. La Galilée risque de devenir bientôt l'un des enjeux majeurs du conflit israélo-arabe, alors que tout le monde est encore obnubilé par le statut des territoires de Judée et Samarie.

"Si j'étais Arabe-palestinien en Israël, j'opterais naturellement pour faire partie d'un Etat palestinien" précise Ayalon, qui repousse les critiques émises envers son Parti sur le principe "d'échange de territoires". Il a également repoussé les accusations d'extrémisme souvent exprimées à l'égard d'Israël Beiteinou: "Nous sommes un Parti de centre-droit. Nous sommes en faveur de négociations, mais à condition qu'Israël soit en position de force pour assurer ses intérêts nationaux, ce qui n'est absolument plus le cas aujourd'hui"

Il a expliqué son choix d'adhérer à ce Parti par la "vision collective de la nation israélienne" qu'il défend, en opposition aux formations politiques sectorielles, et "par l'approche rationnelle" des problèmes urgents du pays. Ayalon était par exemple un fervent partisan de la Hitnatkout décidée par Ariel Sharon.

De son côté, Avigdor Liebermann s'est félicité de cet "apport de qualité", et s'est dit persuadé que "les talents diplomatiques d'Ayalon aideront Israël Beiteinou à être mieux compris sur le plan international"
Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 22:26

Israël est dirigé par une équipe qui a perdu toute légitimité: le peuple ne la suit plus! par David Bentata

Le gouvernement Olmert se meurt mais continue à décider sur des problèmes vitaux comme si le peuple le soutenait. Il ne représente plus rien pas plus que la Knesset mais tous exploitent les lois existantes pour perdurer. Alors leurs faits et méfaits se multiplient. La liste s’allonge sans cesse et nous ne rappellerons que quelques uns d’entre eux.
 
1 – Libération des prisonniers : comme geste envers Abou Mazen, Président de l’Autorité Palestinienne, Olmert, à sa demande, a décidé de libérer 200 prisonniers dont des assassins. Abou Mazen ne les a-t-il pas envoyés accomplir leurs forfaits, comme Arafat en son temps ? Les Jordaniens, s’engouffrant dans la brèche, ont immédiatement libéré deux assassins jordaniens de soldats juifs, condamnés à la prison à vie qu’Israël avait remis entre leurs mains pour purger leur peine. Le mauvais exemple a été parfaitement suivi ; Olmert n’a même pas tenu compte que depuis l’an 2000, 180 Juifs ont payé de leur vie les largesses israéliennes inconsidérées, destinées à ‘construire la confiance’ des Palestiniens à notre égard. Avec raison Binyamin Néthaniahou a déclaré « On assiste à une débandade morale du Gouvernement Kadima-Avoda »
Shimon Pérès, Président de l’Etat, signe à tour de bras les remises de peine des Arabes assassins et les gracie, mais quand il s’agit de Juifs qui, souvent ont puni la violence d’Arabes, alors leur grâce est refusée : l’exemple des Frères Halamish (qui se sont défendus) révolte. N’a-t-il pas fallu une loi dite ‘Shaï Dromi’ pour arracher des crocs de la justice gauchiste ce mitnahel qui avait abattu un Arabe venu voler dans son domaine (après beaucoup d’autres). Les Juifs, attachés à la terre d’Israël sur la base de la Tora, sont traités comme des criminels en Israël par l’appareil judiciaire et les médias et rien ne leur est pardonné, comme au Professeur Hillel Weiss, qui a prononcé quelques paroles inutiles ! Mais Olmert, malgré toutes les enquêtes dont il est l’objet, n’est nullement traduit en justice ; il est protégé par le système judiciaire puisqu’il abandonne chaque jour quelque chose aux Arabes : les derniers abandons sont constitués par 4000 ha de terre près de Maalé Adoumim, et l’ouverture du blocus maritime de Gaza permettant l’entrée de deux navires de gauchistes (après l’affirmation qu’ils ne pourraient approcher). Maintenant la porte est ouverte aux autres bateaux !
Et pour concurrencer Olmert, Tsipi Livni, Ministre des Affaires étrangères, a offert la nationalité israélienne à la fille d’Abou Alaa (Ahmed Qoréï), Président du Parlement Palestinien, et ancien Premier Ministre !
Ne me suis-je pas fourvoyé précédemment ? Le Président de l’Etat d’Israël ne serait-il pas Abou Mazen ?
 
2 – Récompenser les ennemis d’avance pour les amadouer : D’après Abou Vilan, député de Mérètz, Israël doit traiter d’urgence avec la Syrie et les Palestiniens pour les détacher de l’Iran. Tsipi Livni déclare : « Les meilleurs résultats sont obtenus par le dialogue et non par la violence. » Rêve-t-on ? Bashar El-Assad voyage en Iran pour resserrer ses liens avec Ahmedinjad et affirmer la constance de sa politique (malgré ses négociations avec Israël !). Puis il enchaîne avec un voyage à Moscou pour acquérir des armes plus meurtrières. Il refuse tout dialogue direct : le vaincu pendant 60 ans montre ses crocs et le vainqueur supplie ! Hanyeh, responsable du Hamas à Gaza, jure qu’il ne reconnaîtra jamais Israël et s’arme, profitant de l’accalmie qu’il a demandé à Israël.
Quelle volonté de se cacher le caractère arabe qui ignore le mot compromis et quelle obstination à se bander les yeux devant les réalités… pour affaiblir Israël ! Car il faut qu’Israël se présente à genoux devant ses ennemis pour satisfaire les politiciens de Kadima-Avoda qui trahissent le peuple d’Israël car ils veulent venger les Arabes de la victoire israélienne miraculeuse de la Guerre des Six Jours en 1967 !
Le pire des ennemis d’Israël est constitué par la gauche qui tire les ficelles dans tous les domaines. A la droite d’en prendre conscience et de l’abattre.
 
3 – Accord Abou Mazen-Hamas : Officiellement le Fatah d’Abou Mazen et le Hamas se comportent en ennemis. Il y a quelques jours un règlement de compte n’a-t-il provoqué la mort de partisans de part et d’autre et un flot de réfugiés en… Israël ? Mais ne serait-ce pas simplement une lutte de clans ? Car en fait Abou Mazen traite avec le Hamas et l’aide. Le monde presse Israël de venir au secours des banques de Gaza, tout près de l’effondrement, en versant 100 millions de shéckels ce qui a été fait. Ne pouvions-nous pas exploiter la situation pour exiger la restitution de Gilad Shalit contre un nombre raisonnable de prisonniers ? Cela n’est pas digne d’Israël dont le principe officiel est de s’incliner !
Cet argent sert également à payer les fonctionnaires du Fatah qui se trouvent à Gaza. Une partie de cet argent n’est-il pas détourné pour payer les fournisseurs d’armes du Hamas ?
Sans aucun doute Abou Mazen et le Hamas jouent Israël par une hostilité publique et Israël, consciente du fait, utilise cette apparence pour poursuivre sa politique d’abandon dictée par la gauche.
 
4 – Les Primaires de Kadima : on compte environ 70000 inscrits au parti qui se targuent de s’y connaître en politique… probablement ! Quelle tristesse ! 70000, qui peu d’entre eux ont reçu des enveloppes de Talanski, comment peuvent-ils, tellement de Juifs, ignorer (volontairement !) que tous les dirigeants du parti sont corrompus et que leurs actions sont parsemées d’échecs cuisants dans tous les domaines!
- L’éducation, dirigée par Yuli Tamir, amène à des refus multiples de servir dans l’armée: Tsahal est une armée d’invasion, prétendent les jeunes ! Voilà ce que l’on enseigne dans nos écoles et ils ignorent le sens du mot ‘juif’ et pourquoi ils sont là !  Yuli Tamir est digne de ses prédécesseurs Yossi Sarid et Shoulamit Aloni et poursuit leur œuvre de sabotage.
- La situation sociale est au plus bas quand dans les hauts salaires la fête continue !
- L’armée a subi sa première défaite (relative : elle n’est pas venue à bout de quelques milliers de terroristes du Hizballah) ; elle avait été formée depuis des années au combat contre les Juifs, amants de la Terre d’Israël.

Il nous était possible en 2006 d’abattre le Hizballah au Liban, en 2007/2008 d’abattre le Hamas dans la bande de Gaza. Au lieu de profiter d’abattre nos ennemis les uns après les autres nous aurons à combattre tous nos ennemis ensemble, y compris la Syrie et l’Iran, (et peut-être la Jordanie qui se rapproche du Hamas) sous un déluge de fusées !

Voilà les partis qui nous dirigent : Kadima, le symbole de l’échec et de la corruption, et l’Avoda, qui participe à l’échec par Ehoud Barak, Amir Pérètz, Ami Ayalon, Matan Vilnaï…
 Les inscrits aux partis Kadima et Avoda et leurs partisans, avez-vous perdu la tête?
  
Je voudrais faire participer le lecteur à mes réflexions sur deux sujets autres que politiques :
 
1 – Gains des Banques: Les banques fixent leurs charges pour les services rendus et s’enrichissent de façon scandaleuse. Cette richesse se reporte sur les hauts placés en particulier qui se fixent des salaires, des primes et autres indemnités démentiels. L’Etat a trouvé comme solution boiteuse de diminuer le nombre de charges permises mais non leur montant, et le but a été manqué ! N’y a-t-il pas urgence de mettre de l’ordre dans les banques et autres institutions pour mettre fin aux abus ?
Par exemple établir une échelle des salaires dans les administrations de l’Etat et également dans les institutions qui peuvent fixer leurs tarifs comme les Banques, la Compagnie d’Electricité, Mékorot qui gère l’eau… Leurs bénéfices, au-delà des impôts et d’un pourcentage qui tiendrait compte de leur nécessaire développement, seraient confisqués par l’Etat au profit de l’éducation, les rescapés du Shoah, les œuvres diverses destinés aux nécessiteux…
 
2 – Prix du pétrole brut  Du reste dans les mêmes buts louables, l’Etat, au lieu de ‘jouer’ à monter et baisser le prix au détail des produits pétroliers ne pourrait-il pas se contenter de changements seulement à la hausse (à moins d’effondrement total des prix) ? Si les prix mondiaux du baril de brut baissent, l’Etat maintiendrait les prix du brut à l’entrée des raffineries et épongerait la différence si bien que les prix de vente au détail resteraient inchangés?
 
3 – Les Jeux Olympiques : Nous avons tous assisté à la perfection de ces Jeux Olympiques de Pékin (Beigine) dans tous les domaines. Les installations, sorties de terre au prix de grands sacrifices, l’organisation, avec des moyens colossaux mis en œuvre, se sont montrées au niveau des participants : les Athlètes de toute catégorie, surtout des grandes puissances, ont prouvé qu’ils étaient le produit d’usines de fabrication de champions. Des années de travail, une nourriture conditionnée, des médicaments… ou dopants et drogues ont réussi à produire des robots parfaitement programmés, et ceci à un prix (investissement monétaire et conséquences familiales, humaines et psychologiques) que personne ne révèle. Leurs performances sont belles, parfaites, extraordinaires. Les nouveaux champions ne ressemblent-ils pas aux Athlètes des anciens Jeux Olympiques organisés en l’honneur de Zeus Olympien depuis l’an 776 Av. J.C. et ressuscités par Pierre de Coubertin en 1896 ? N’y a-t-il pas l’aspect, comme dans le passé avec en plus des techniques ignorées alors, d’une certaine idolâtrie du corps (tellement éloignée de la spiritualité juive)?
Que l’on me permette de préférer et de louer nos très modestes résultats obtenus par notre heureux champion Shahar Zubari ou notre champion malheureux Arik Zéévi (et d’autres), tellement humains et naturels qui ne sont le produit d’aucune usine !
 
David Bentata
תשס"ח כג באב
24-8-2008
Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions
1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 18:05
1) Olmert : accueil difficile à Nazareth
C'est aux cris de "Olmert, assassin" ou "Criminel de guerre" que le Premier ministre Ehoud Olmert
a été accueilli ce matin (lundi) devant l'école primaire de Nazareth. Cette visite traditionnelle en ce jour
de rentrée scolaire s'est soldée par la présence d'une dizaine de manifestants membres du parti arabe Balad, dont des enfants, qui ont "chanté" au Premier ministre : "Premier ministre Olmert, combien d'enfants as-tu tué jusqu'à présent ?". "Olmert est un criminel qui a tué le peuple palestinien, et ma morale me dicte
de dire non aux assassins et à ceux qui les accueillent
", a décaré Waïl Omri, représentant du parti Balad
à Nazareth.

2) Bishara peut remercier le Bagats ...
Alors que la Knesset se penche sur une proposition de loi visant à destituer le président du parti arabe israélien Balad et ancien député, Azmi Bishara, de la citoyenneté israélienne, accusé de contacts avec des responsables du Hezbollah, la Cour suprême israélienne a rejeté la demande d'annulation de la retraite versée au même homme ... Réconforté par la "suprenante" décision de la Cour Suprême en sa faveur, le traître et ancien député Azmi Bishara a eu une conversation téléphonique avec son ami le député Jamal Zahalka (Balad). Il lui a assuré "que son exil n'était que provisoire et qu'il rentrerait bientôt au pays"!!!

A la lecture de ces flash d'A7 on ne peut que se dire,  l'avenir d'Israel est  très sombre .

Avec autant de personnes ayant la "haine de soi", de "mis en examen" dans la haute magistrature , dans certains médias ainsi que dans les partis politiques qui dirigent ce pays .
Dans quel autre pays si démocratique soit-il verrions-nous qu'un traitre (traitrise avérée , pour preuve l'interessé s'en est éxilé ) à son pays puisse grâce à la Cour Suprême se voir attribuer le versement de sa retraite de député  du parti Balad ce même parti qui a si gentiment accueilli Olmerd à Nazareth ?

Le Pays marche sur la tête ! avec apparement l'accord muet de ses citoyens  juifs.

Mordeh'aï
Repost 0
mordeh'ai - dans Société