Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 22:09

 Par Khaled Abu Toameh

http://www.gatestoneinstitute.org/7532/palestinians-knesset

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

  • Apparemment, Najat Abu Bakr a oublié qu'elle est membre du parlement palestinien et non de celui d'Israël. Elle et ses collègues ont pas le droit de critiquer le Président Abbas ou tout autre haut fonctionnaire à Ramallah. Cette critique est considérée comme une «insulte» aux hauts fonctionnaires et même un acte de trahison.

  • Najat Abu Bakr et de nombreux Palestiniens rêvent du jour où ils auront eux aussi une Knesset, un vrai parlement, où les dirigeants sont tenus responsables.

 

Haneen Zoabi et Najat Abu Bakr qu'ont-elles en commun?

 

Les deux femmes sont membres déclarées du Parlement - Zoabi en Israël et Abu Bakr dans les territoires palestiniens. Voilà à peu près les seules similitudes.

 

Zoabi, qui est originaire de Nazareth, est une citoyenne d'Israël. Abu Bakr, de la ville de Naplouse en Cisjordanie, est un membre élu du Conseil législatif palestinien (CLP), le Parlement qui a été effectivement paralysé depuis 2007, lorsque le Hamas a expulsé l'Autorité palestinienne (AP) de la bande de Gaza.

 

Mais la participation franche dans les parlements est à peu près où les similitudes.

 

Zoabi, qui réside à l'intérieur d'Israël, vit une vie assez différente de sa collègue, Abu Bakr, qui est une citoyenne palestinienne.

 

Zoabi, membre israélien du parlement, est une provocatrice de longue date qui exaspère régulièrement le public juif israélien. Elle a rejoint une flottille d'un convoi "d'aide" à la bande de Gaza - un mouvement qui a laissé de nombreux Israéliens furieux.

 

En d' autres occasions, ses déclarations ont également été interprété comme une démonstration de solidarité avec les ennemis d'Israël. Plus récemment, elle a reçu une peine légère pour avoir signé un plaidoyer de négocier admettant qu'elle avait insulté un  Arabe travailjant pour la police israélienne.

 

Zoabi était de retour dans les manchettes des journeaux à nouveau le mois dernier - ainsi que deux autres membres arabes de la Knesset israélienne, Jamal Zahalka et Bâle Ghattas - pour avoir rencontrer les familles de Palestiniens qui avaient mené des attaques terroristes contre les Israéliens.

 

Selon l'opinion génerale, pour cette prestation elle et les deux autres membres de la Knesset auraient reçu une simple "tape sur la main" - ils ont été suspendus de participation aux réunions des commissions parlementaires pour quelques mois.

 

Même si le comportement et la rhétorique de Zoabi sont parfaitement odieux pour beaucoup d'Israéliens, y compris certains des citoyens arabes d'Israël, le président israélien, Reuven Rivlin, ainsi que d'autres Israéliens, se sont prononcés contre sorti contre son exclusion de la Knesset ainsi que celle d'autres de ses collègues de la Liste arabe unie.

 

" Nous ne pouvons pas permettre à la Knesset, dont les représentants sont choisis par le peuple, d'inverser le choix du peuple ", a déclaré Rivlin, se référant à un projet de loi qui excluerait leurs collègues membres de la Knesset qui expriment le soutien au terrorisme.

 

Mais revenons à la question: comment sont Haneen Zoabi et Najat Abu Bakr, nos deux femmes parlementaires, quelles sont les actions de chacune?

 

Alors que Zoabi, citoyenne arabe musulmane d'Israël, exerce ses fonctions - et vit sa vie - librement, Abu Bakr a été contraint de se réfugier dans le bâtiment du Conseil législatif palestinien à Ramallah.

 

En bref, les deux femmes vivent dans des mondes différents.

 

Depuis la semaine dernière, lorsque le président Mahmoud Abbas a ordonné son arrestation, Abu Bakr s'est cachée à l'intérieur du bâtiment du Parlement de l'Autorité palestinienne. Son crime: avoir hué un ministre qui est étroitement lié au président Abbas pour la corruption financière.

 

Sa réclamation est que le ministre en question a vendu  de l'eau en privé aux Palestiniens et a pris illégalement au passage plus de 200 000 $ du budget palestinien.

 

Mais ce n'est pas son seul crime allégué. Un autre concerne son soutien public à la grève d'un enseignant en Cisjordanie. La grève a sérieusement gêné le Président Abbas et la direction de l'Autorité palestinienne. Abbas a ordonné l'arrestation de beaucoup d'enseignants de les arrêter et a déployé des centaines de policiers aux postes de contrôle pour déjouer une manifestation organisée par les enseignants, qui exigent des salaires plus élevés et de meilleures conditions.

 

Apparemment, Abu Bakr a oublié qu'elle est membre du parlement palestinien et non de celui d'Israël. Elle et ses collègues n'ont pas le droit de critiquer le Président Abbas ou tout autre haut fonctionnaire de Ramallah. Cette critique est considérée comme une «insulte» aux hauts fonctionnaires et même un acte de trahison.

 

Les membres du Parlement de l'Autorité palestinienne ne bénéficient d'aucun des droits dont jouissent les membres arabes du parlement israélien, la Knesset.

 

L'immunité parlementaire, par exemple, signifie que Zoabi et ses collègues ne peuvent pas être détenus ou convoqués pour interrogatoire par les autorités.

 

En vérité, il n'y a pas de vie dans le parlement palestinien. Il a été paralysé, grâce à l'Autorité et les conflits avec le Hamas, et la plupart des fonctions sont la cible de plaisanteries palestiniennes.

 

Mais l'absence d'un parlement efficace convient au Président Abbas et très bien à son gouvernement. Pas de  Parlement signifie que personne ne les tient pour responsables.

 

Pendant ce temps, Abu Bakr, la député qui ose ouvrir la bouche contre le président ou un haut fonctionnaire de l'Autorité palestinienne, est saisi par le long bras des forces de sécurité palestiniennes.

 

Abu Bakr est maintenant une fugitive. Lundi était le sixième jour, où elle s'est cachée dans le bâtiment du parlement. Elle a refusé de quitter le bâtiment pour un interrogatoire, et exige que Abbas annule le mandat d'arrêt délivré contre elle.

 

Où est la camarade Zoabi maintenant? La liste commune arabe en Israël a été manifestement silencieuse au sujet du harcèlement de leur collègue du parlement de Ramallah.

 

Quel autre image aurions-nous vu avons vu si Abu Bakr avait été retardé à un point de contrôle de Tsahal pendant quinze minutes. En moins de temps que cela, Zoabi aurait soutenu qu'Israël avait violé les droits d'un membre du Parlement dans les territoires palestiniens.

 

Et nous avons donc deux législateurs. L'un est forcé de chercher refuge au sein de son propre parlement, de peur d'être arrêté par les forces de sécurité palestiniennes. L'autre reçoit tous les droits et privilèges dont jouissent ses compatriotes arabes en Israël - en dépit de son comportement extrêmement provocateur.

 

Telle est la différence entre un pays respectueux de la loi et l'Autorité palestinienne, qui fonctionne depuis de nombreuses années comme une mafia.

 

Najat Abu Bakr et de nombreux Palestiniens rêvent du jour où ils auront eux aussi une Knesset, un vrai parlement, où les dirigeants sont tenus responsables. Pour l'instant - et pour l'avenir prévisible - ce jour-là n'est juste qu'une chimère.

 

Cependant, Zoabi et ses concitoyens arabes d'Israël ne feront pas leurs valises et ne se dirigeront pas vers Ramallah de sitôt. Il semble qu'une autre dictature arabe ne soit pas leur idée primordiale.

Repost 0
mordeh'ai
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 12:45

Par la Rédaction

http://www.breakingisraelnews.com/62601/israel-escaping-turbulence-middle-east-prophetic-fulfillment-jewish-world/#3boWw7JL75H3VyKW.97

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Résultat de recherche d'images pour "photos de bombardements en syrie"

 

Le Hezbollah, la Russie et la Syrie coopèrent pour maintenir Assad au pouvoir. Les États - Unis tente de soutenir les rebelles qui travaillent pour chasser Assad. La Turquie bombarde la plus grande ville de la Syrie d'Alep. Le mois dernier, les Frères musulmans ont appelé à " un longue djihad sans compromis " pour faire tomber le président Abdel Fattah al-Sisi d'Egypte. ISIS se répand à travers l'Irak et la Syrie dans leur marche pour la domination du monde .

 

La semaine dernière, Rabbi Nachman Kahana l'érudit rabbinique basé à Jérusalem et auteur prolifique a ouvert son commentaire biblique hebdomadaire avec ces mots: On a besoin d'un tableau de bord pour suivre les perspectives et les initiatives de ce qui maintenant émane du monde arabe Gehennom (Enfer) du Moyen-orient.

 

Partout où vous regardez, le désordre règne au Moyen-Orient.

 

Sauf en Israël.

 

Bien qu'Israël connaisse les attaques terroristes à la voiture-bélier et aux coups de couteau, la différence est significative. La lutte à l'intérieur d'Israël est  le fait de terroristes individuels. Le pays n'est pas la cible de gros efforts militaires des pays arabes voisins. En fait, dans l'ensemble, le peuple israélien est résolu, pas intimidé par le terrorisme, et le pays dans son ensemble continue de prospérer."

 

Rabbi Kahana dresse un tableau d'ensemble de ce qui se passe à l'extérieur d'Israël. " La Syrie, les rebelles, les États-Unis, la Russie, les Etats du Golfe, la Turquie, l'Egypte, l'Iran, le Hezbollah, les Kurdes - tous contre tous dans une mêlée générale d'assassinats d'intérêts religieux, politiques et économiques, mais au mépris total de l'intérêt des autres. Cependant, il y a un accord complet sur un seul article - Israël. Ironie du sort et miraculeusement, et malgré tout le sang versé, aucun d'entre eux n'a levé la main ou tiré une balle contre l'Etat juif. "

 

Réminiscence de la protection de Dieu prévue pour les enfants d'Israël, comme ils ont erré pendant 40 ans dans le désert, le rabbin Nir Ben Artzi, un rabbin mystique du sud d'Israël qui est connu pour ses messages prophétiques, a également écrit la semaine dernière à propos de la façon dont Israël demeure largement indemne , malgré le chaos qui l'entoure.

 

" En Israël, tout va bien! L'économie est la meilleure au monde, l'immobilier est le meilleur au  monde, les gens sont les meilleurs du monde, D.ieu a béni Israël! Un nuage entoure les frontières comme il a entouré le peuple d'Israël dans le désert et les Juifs ont besoin de veiller sur eux-mêmes ".

 

Parlant au Breaking Israël News, le rabbin Kahana a suggéré de regarder le chapitre 32 du livre d'Ezéchiel, afin de trouver un moyen de comprendre la paix relative en Israël alors que les pays qui l'entourent sont en flammes. Dans son livre 'Avec toute votre force', Kahana a illuminé les passages obscurs du Ezéchiel 32 avec l'aide du Malbim, un commentateur biblique bien connu du 19ème siècle.

 

Le Malbim-(מלבי"ם acronyme Meïr Leibush ben Yehiel Michel Wisser) explique que la prophétie d'Ezéchiel est pertinente à notre époque. " Il arrivera à la fin des jours, après que le peuple juif sera de retour sur la terre d'Israël." Il continue de nommer toutes les nations bibliques qui viendront dans la région " pour tenter de reprendre la Terre d'Israël aux Juifs."

 

Le Malbim connecte alors la prophétie d'Ezéchiel à ce que nous lisons dans les titres d'aujourd'hui.

 

" Mais quand ils arriveront, ils créeront le chaos entre eux et feront la guerre les uns contre les autres ... parce que leurs croyances sont différentes. Et là D.ieu les jugera par l'épée et le sang comme indiqué par le prophète Zacharie, chapitre 14. Et ici, le prophète relate la façon dont ils seront tous perdus ... Et entre eux ce sera une guerre. Le premier à être entièrement détruit ce sera l'Egypte, qui est la plus proche de la Terre d'Israël et sera la première et à chuter. Ensuite, les Assyriens et Perses viendront pour venger leur allié et ils seront tous détruits ".

 

Kahana partagé avec Breaking Israël News que les Assyriens dont parle le Malbim parle sont les Syriens d'aujourd'hui et les Perses sont les Iraniens d'aujourd'hui. Kahana a conclu ses commentaires pour Breaking Israël News par un message très positif pour Israël et ceux qui l'aiment.

 

"Voilà ce à quoi le Talmud fait référence quand il prédit que les miracles de l'avenir éclipseront les miracles incroyables de l'exode d'Egypte. Nous pourrions être inquiets et surpris par le déroulement des événements en cours, mais pour le Prophète Yechezkel (Ezéchiel) et le Malbim c'est juste une question de temps avant que ces événements ne deviennent réalité.

 

" Cependant, c'est un postulat dans les événements mondiaux - ceux de notre temps et des temps passés - Hashem (D.ieu) les a tous devolus à la rédemption ultime de la nation juive. Il n'y a donc aucune raison de les craindre, peu importe ce qui pourrait sembler être des périls - parce Hakol be'ye'dei shamayim-tout est dans les mains de D.ieu ".

Repost 0
mordeh'ai
29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 17:01

 

Par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/2016/02/bring-back-the-iron-wall/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

A frame from the security video of the terror attack in Ma'ale Adumim

photo prise par la caméra de sécurité de l'attaque terroriste  dans Ma’ale Adumim

 

L' attaque crapuleuse à la hache sur un garde de sécurité non armé dans un centre commercial jeudi soir dernier se démarque parmi les centaines d'incidents similaires au cours des derniers mois en raison de son extrême brutalité, parce que le terroriste et la victime ont travaillé au même endroit et avait même pris un café ensemble , et parce qu'elle a été capté sur vidéo pour que toute la nation la voie.

 

Saadi Ali Abu Hammad, 21 ans, a été autorisé à dormir dans le centre commercial où il travaillait dans un magasin d'alimentation afin qu'il puisse commencer tôt les préparatifs pour le rush du Vendredi. Il guettait le garde, Tzvika Cohen, 47 ans, et l'a battu sans pitié avec une hache. Cohen est toujours dans un état critique, luttant pour sa vie.

 

Du point de vue des victimes, tout le terrorisme est le même. Il est impossible de dire que cette attaque était «pire» que d' autres. Mais, comme l'assassinat de Dafna Meir devant la porte de sa maison il y a cinq semaines, ou le massacre atroce de cinq membres de la famille Fogel en 2011, il met en lumière la force de la haine brûlante dans les cœurs des palestiniens.

 

Naturellement les Israéliens voudraient faire quelque chose pour mettre fin au terrorisme, qui ne montre aucun signe de ralentissement et semble plutôt empirer. La réaction de l'Autorité palestinienne est-de-dire qu'elle n'a aucun contrôle sur les actions des individus, alors que dans le même temps elle les traite comme des héros et des modèles pour la jeunesse arabe. Le Hamas, bien sûr, appelle à plus de violence.

 

Les suggestions sont nombreuses et couvrent toute la gamme: essayer de soulager le «désespoir» palestinien en fournissant un «horizon» sur lequel, sans doute, ils pourraient avoir un Etat indépendant, qu'Israël prenne la souveraineté sur toute la Judée et la Samarie, et expulse les Arabes. Entre il y a toutes sortes d'idées pour améliorer la sécurité de la population juive en augmentant la présence des forces de sécurité, la construction de murs, et ainsi de suite.

 

Yitzhak Herzog du Parti travailliste admet qu'un accord à deux Etats est impossible à ce stade , pour diverses raisons, mais il veut «se séparer» des Palestiniens en se retirant de certaines parties de la Judée et la Samarie , et construire des murs. Ceci est censé améliorer la sécurité mais toujours garder la " vision de deux Etats."

 

Il y a plusieurs problèmes avec cette idée. Le principal c'est que le retrait de toute partie des territoires sera vu par les Arabes comme une victoire pour leur stratégie d'assassiner les Juifs jusqu'à ce que nous donnions tout et partions. Elle leur fera redoubler leurs efforts. Elle pourrait même encourager plus de citoyens arabes d'Israël - qui jusqu'à présent n'ont pris seulement une petite part à "l'Intifada du couteau" - en s'y joignant, dans l'espoir que la victoire finale soit enfin réalisable.

 

On pouvait penser que ce qui est arrivé après le retrait israélien de Gaza, avait été clair et qu'il serait stupide de refaire la même erreur en Judée et Samarie. Mais la croyance que le conflit peut se terminer par l'apaisement semble être tenace.

 

L'idée que la cause de la violence d'aujourd'hui est le désespoir sur l'incapacité des Arabes à obtenir un état ​​fait partie du fantasme que ce qu'ils veulent c'est un état. La cause est pas de désespoir du tout, mais plutôt l'espoir - l'espoir qu'avec leurs alliés partout dans le monde, ils peuvent nous forcer à concéder suffisamment de terres et de sécurité afin qu'un jour ils réussiront à se débarrasser de nous.

 

Cela a été compris avant la fondation de l'Etat par Ze'ev Jabotinsky, qui a vu le désir des Arabes de se débarrasser des sionistes comme tout à fait naturel, et a fait valoir que la seule solution était d'assurer, au moyen d'un " mur de fer " de volonté (et de la puissance militaire), qu'ils n'auraient aucun espoir de succès. Jabotinsky n'avait pas envie d'expulser les Arabes; mais il a compris très bien que la coexistence ne pourrait être garantie que par la force.Ben-Gourion, qui au contraire ne l' admettra jamais et ne sera pas d'accord avec Jabotinsky à propos de quoi que ce soit, néanmoins il a entendu cela et a agi en conséquence.

 

Plus récemment Meir Kahane pensait que la coexistence était impossible dans tous les cas avec les Arabes (il ne faisait pas de distinction entre les citoyens arabes d'Israël et les résidents de Judée et Samarie) qui doivent être encouragés à partir, et si ils ne quittent pas volontairement avec compensation, ils doivent être expulsés.

 

A vigil for 23-year old Shlomit Krigman, murdered last month. The sticker on the guitar reads "Rabbi Kahane was right!"

Une veillée pour  Shlomit Krigman, 23 ans, assassiné le mois dernier. On lit sur l'autocollant collé sur la guitare "Rabbi Kahane avait raison!"

 

La récente série de meurtres et l'inhumanité qui les caractérise ont conduit de nombreux juifs israéliens à venir à la conclusion que le programme de Kahane est la bonne. Mais tout en se débarrassant de tous les Arabes permettrait de résoudre le problème du terrorisme arabe dans nos rues, il serait difficile, voire impossible à mettre en œuvre.

 

Le calme relatif de la population arabe au sein de la ligne verte indique que la solution de Jabotinsky peut être réalisable. Quelque chose que beaucoup de gens ne sont pas conscients c'est qu'entre 1948 et 1966, les Israéliens arabes vivaient sous le régime militaire. En 1966, ils ont reçu tous les droits civils, y compris le vote et le droit de siéger à la Knesset. Cette évolution a été possible parce qu'Israël, en dépit de son orientation de gauche à cette époque, a maintenu le mur de fer de Jabotinsky.

 

Qu'est-ce que cela signifierait en termes de politique réelle? Voici quelques idées:

  • renonciation explicite du processus d'Oslo
  • Annexion de tous les territoires et un engagement à les garder
  • Elimination de l'OLP
  • Une ligne dure contre le terrorisme, y compris une peine de mort pour assassinat et expulsion des familles de terroristes
  • Une politique de construction de colonies en réponse au terrorisme

 

En 1948, les Arabes avaient été sérieusement vaincus. Beaucoup ont fui pendant la guerre, y compris leur leadership. Dans les années suivantes, ils sont revenus pour voir que l'Etat juif ne partait pas, et ont réalisé que la coopération était plus pratique que la confrontation. Une des raisons pour que cette évolution soit possible c'était que les Arabes n'étaient pas soumis à l'incitation continue des grandes puissances. Un processus similaire aurait pu se produire en Judée-Samarie après 1967, si Israël avait été laissé seul.

 

Mais surtout après le choc pétrolier de 1973, le renversement de l'issue de la guerre de 1967 est devenu un objectif majeur de la politique étrangère occidentale. Une grande pression a été mise sur Israël pour se retirer des territoires plutôt que d'intégrer leurs populations arabes. En 1993, cela a culminé avec les accords d'Oslo, qui - en mettant la rejectionniste 'OLP' de retour à l'image (et dans notre pays) - a rendu possible pour les Arabes des territoires d'imaginer un monde sans Israël.

 

L'OLP a également établi son système éducation sur la haine complète, qui a depuis porté les mauvais fruits sous la forme de créatures comme Saadi Ali Abu Hammad.

 

Un retour à la politique de mur de fer de Jabotinsky signifierait probablement une rupture avec les Etats-Unis et l'UE, qui s'opposeraient avec véhémence à chaque partie du programme.

 

Le parti au pouvoir d'Israël en vertu de Netanyahu est pas préparé aujourd'hui à prendre cette mesure, et l'opposition l'est encore moins. Mais les conséquences de ne pas le faire, seront la création d'un Etat terroriste arabe à notre porte, ainsi que la radicalisation des Israéliens arabes avec lesquels nous avons jusqu'à présent coexistés. Cela signifiera la poursuite et même l'exacerbation du terrorisme.

 

Ceux qui disent que la solution au terrorisme est essentiellement politique et non militaire sont presque raison. Ils ont juste la mauvaise politique.

Repost 0
mordeh'ai
28 février 2016 7 28 /02 /février /2016 14:13

Dans un article pour Israël National News d'Elad Benari, nous lisons:

 

Prenant la parole dimanche à CNN, Clinton a promis de soutenir Israël, mais elle a aussi dit qu'elle allait persister sur la "solution à deux Etats," qui est la formation d'un Etat palestinien, afin de mettre un terme au conflit.

 

Je crois que nous avons déjà vu ce film et il finit mal.

 

En fait, je suis assez sûr que nous l'avons vu maintes, maintes et maintes fois depuis qu'Itzhak Rabin qui se trouvait sur la pelouse de la Maison Blanche a serré la main de notre ami Yasser Arafat avec à proximité le président des États-Unis, Bill Clinton, tout sourire .

 

  Par Michael Lumish

http://www.jewishpress.com/indepth/opinions/obamas-potential-third-term-undermining-of-israel/2016/02/28/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

        

Hillary Clinton va probablement continuer la contre-productive et anti-juive / anti-Israël de la politique d'Oslo de Barack Obama et qui, en tant que Secrétaire d'Etat d'Obama, a menacé et rudoyé les Juifs d'Israël au nom de leurs ennemis israélo-arabes. Ils l'ont fait, et ils le font, tout en prétendant être des «amis» du peuple juif et de l'Etat juif d'Israël.

 

Cela, malheureusement, est faux.

 

Ceux d'entre nous qui se soucient du bien-être d'Israël, et du bien-être du peuple juif, comprendront que Barack Obama a été le président des États-Unis le moins amical envers Israël, surpassant même le record de Jimmy Carter, à la fois pendant la période de sa présidece et post-présidentielle.

 

Carter a accueilli les ayatollahs d'importance et, à ce jour, et aime visiter ses amis au sein du Hamas. Obama a simplement déplacé les Etats-Unis de ce côté, ce qui permet un Iran musclé, avec un afflux récent de 100 milliards de dollars, pour développer son programme nucléaire non perturbé car il étend sa présence à travers le Moyen-Orient et poursuit ses opérations violentes contre les Juifs et sa proxi-guerre contre les Arabes sunnites dans cette partie du monde.

 

Cela a, sans surprise, fomentée une relation de plus en plus stratégique - sinon une alliance - entre Israël et certains des Etats arabes sunnites tels que la Jordanie, l'Egypte et l'Arabie Saoudite, en opposition à la fois à un Iran nucléaire et au partenariat stratégique et économique États-Unis-UE-Iran.

 

Il convient également de rappeler que ce fut Hillary Clinton qui a volé au Caire pour assurer une transition harmonieuse au pouvoir des Frères musulmans, alors même que cette organisation - la mère du Hamas et d'Al-Qaïda - a appelé à la conquête de Jérusalem. C'est également Hillary Clinton, à la demande de l'administration Obama, qui a volé à Jérusalem au début de l'opération Bordure de protection pour protéger les Arabes palestiniens contre les conséquences prévisibles de leurs tentatives de tuer les Juifs, par l'intermédiaire de tirs de roquettes, à partir de la bande de Gaza.

 

Je crois aussi que les Palestiniens méritent d'avoir leur propre état . Voilà pourquoi je soutiens une solution à deux états.

 

Ceci est un argument étrange et c'est celui que nous avons entendu de nombreuses fois auparavant.

 

Les Arabes palestiniens antisémites génocidaires méritent un état, alors que les Tibétains bouddhistes pacifiques et civilisés ne  le méritent apparemment pas. Les Kurdes sont des combattants et une minorité opprimée dans toute cette partie du monde, mais apparemment , ils ne méritent pas un état, que ce soit. Seuls les Arabes-palestiniens qui méritent un Etat, bien que l'on puisse se demander quelle contribution à l'humanité ont-ils apporté pour qu'ils "méritent" de contrôler un Etat arabe Judenrein parmi les 22 autres Etats arabes au Moyen-Orient largement-vides de tout Juif et toujours hostiles?

 

Les "Palestiniens" ont une identité nationale consciente que depuis peu de temps, un peu avant que les Beatles ne se séparent.

 

Il m'arrive de croire que la translation vers une solution à deux Etats, en essayant de fournir plus de soutien aux aspirations du peuple palestinien c'est dans le meilleur intérêt à long terme d'Israël, ainsi que pour la région, et, bien sûr pour les gens eux-mêmes .

 

Ne devrait-il pas être douloureusement évident maintenant que les aspirations des Arabes palestiniens ne sont pas celles pour deux Etats vivant côte à côte dans la paix à côté de l'autre? Ils ont refusé toute offre unique depuis la Commission Peel de 1937, ils nomment les stades et les boulevards d'après les assassins de Juifs innocents, et ils ont formé toute une génération de leurs enfants à croire que couper les têtes des tout-petits juifs, ou de poignarder de vieux hommes dans les rues avec des ciseaux, c'est apprécié aux yeux d'Allah.

 

Hillary est ou trompée ou tout simplement ne se préoccupe pas ... de la même manière que Obama a feint ou tout simplement ne s'en est pas tracassé.

 

La seule question que j'ai, dans le cas assez probable d'une présidence Hillary, peut-elle être plus, ou moins, hostile envers Israël que Barack Obama? Je ne connais pas la réponse à cette question, mais compte enu de ses conseillers je ne mettrais pas beaucoup de foi dans une présidence Hillary.

 

C'est une créature d'Oslo.

 

Elle s'acharne, et ce seront les Israéliens - juifs et arabes, entre la rivière et la mer - qui vont payer le prix.

Repost 0
mordeh'ai
28 février 2016 7 28 /02 /février /2016 10:47

OPINION: L'armée israélienne se prépare au prochain round de combats avec le Hamas, qui devrait être beaucoup plus intense que dans les opérations précédentes. Pourtant, l'étincelle qui peut déclencher le combat cette fois sera différente. La population de Gaza est à son point d'ébullition maximum, et quand elle explosera, toute la région le resentira.

 

Par Alex Fishman

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4769759,00.html

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

 

Comme chaque année, l'armée israélienne se prépare pour une autre série violente de conflits à Gaza cet été. Le chef de Tsahal, le personnel a créé une date limite pour l'armée israélienne pour se préparer, se concentrant sur les mises à jour des équipements et de la formation. Personne ne connaît le moment ou ce qui sera le déclencheur direct de l'embrasement suivant, mais il est clair que ce rituel quasi annuel illustre la réalité incontournable. Pourtant, ceci n'est pas dans la mentalité israélienne.

 

Les habitants de Gaza qui ont quitté la bande et parlé aux Israéliens révèlent que cet état d'esprit fataliste existe aussi de l'autre côté. À leur avis, une confrontation militaire est une certitude. Ils croient également que ce sera beaucoup plus agressif, Israël est malade de jouer à ces jeux avec le Hamas, et qu'Israël fera tout, cette fois, pour éliminer l'organisation.

 

Pendant ce temps, le Hamas envisage de surprendre Israël par sa puissance de feu, et va frapper la population civile israélienne afin de briser à la fois le statu-quo et le blocus. Lorsque les deux populations sont convaincues que la situation s'enflammera, la direction ne manquera pas de les décevoir.

 

Mais il semble que le prochain cycle étant concocté peut surprendre la direction, car elle n'aura pas dans le contrôle des événements. Il est probable que la confrontation ne démarrera pas à cause d'une erreur, d'une provocation, ou d'une sorte d'action militaire planifiée basée sur la logique politique. Il y a une forte probabilité que le moment et l'intensité de la confrontation seront déterminées par la population de Gaza, situation qui explosera au visage du Hamas, et aura des retombées sur Israël, la Cisjordanie, et même en Egypte.

 

Gaza est devenu un camp de transit humain qui teste chaque jour les limites de sa population. En Israël, nous voyons souvent la crise des infrastructures à Gaza - l'électricité et les pénuries d'eau, les systèmes d'égouts cassés. Mais cela ne fait qu'effleurer la surface: la société Gazaoui a commencé à se désintégrer.

 

Le nombre de suicides a atteint des niveaux sans précédent. Le nombre de cas d'assassinats dans la famille a augmenté: par exemple, c'est un phénomène où les femmes sont poignardées par leurs maris chômeurs. Une personne sur trois prend des anti-dépresseurs. Il y a eu une augmentation de la consommation de drogues et la portée globale de la criminalité a augmenté, principalement la prostitution, ainsi que le phénomène d'adolescentes qui se marient avec des hommes beaucoup plus âgés, et qui sont en mesure de les nourrir en tant que deuxième ou troisième épouse. D'autre part, il n'y a pas d'argent, les jeunes ne se marient plus, et l'âge moyen du mariage est en hausse.

 

L'Autorité palestinienne, qui est responsable du transfert de l'argent d'aide à la bande, ne fait plus suivre les fonds pour la santé ou l'éducation d'une manière organisée. A Gaza, il n'y a pas de traitement psychologique approprié. Il y a une augmentation du nombre d'enfants nés avec des malformations - déformations liées aux mariages incestueux. En raison de la crise à l'échelle mondiale actuelle des réfugiés, l'UNWRA reçoit moins d'argent et moins de familles sont en mesure de garder la tête hors de l'eau.

 

En plus de tout cela c'est la peur constante de frappes aériennes israéliennes. Pour les habitants de Gaza, il n'y a pas de sanctuaire - ils n'ont nulle part où aller, et ils n'ont pas d'influence sur les événements. Ils sont fous que le Hamas ait construit pour lui-même des villes souterraines, alors qu'ils sont laissés sans abris contre les bombes.

 

Les jeunes qui sont pris en train de traverser la barrière avec Israël disent qu'ils le font parce qu'il n'y a pas de nourriture à la maison, ou parce qu'ils fuient la violence dans la famille. 50 % des jeunes à Gaza ont dit dans différentes enquêtes qu'ils veulent quitter Gaza pour toujours. L'armée israélienne est très consciente du phénomène: les étudiants qui obtiennent des permis d'entrée en Israël par le passage d'Erez embrassent le sol quand ils quittent la bande. Pour eux, ils sont libérés de la prison. La philosophie du "retour" a été brisée.

 

Jusqu'à la mi-2015, les familles qui pouvaient se le permettre sont passées par elles-mêmes  en Égypte ou en Libye par les tunnels de contrebande, et de là ont pris un bateau pour l'Europe. Des centaines de Palestiniens se sont noyés tout le long du chemin. Les Egyptiens ont réussi à détruire la plupart des tunnels, et la route a été coupée.

 

Maintenant, le nombre de personnes qui falsifie des documents "prouvant" qu'ils sont malades a augmenté, et ces gens sont pris de Gaza vers la Cisjordanie pour "traitement", mais ne reviennent jamais.

 

Plusieurs personnes dans la bande de Gaza se sont immolées par le feu en signe de protestation. A Tunis, cette action avait conduit au «printemps arabe». Gaza aussi commence à s'enflammer. Mais il est vrai que la population est religieuse, traditionnaliste, et plus disposée à accepter son sort, le chaudron est toujours en ébulition. Lorsque l'explosion de la bombe humaine à retardement, il n'y aura pas d'avertissement, et les éclats d'obus vont nous toucher tous

Repost 0
mordeh'ai
28 février 2016 7 28 /02 /février /2016 09:26

Analyse: Pour la troisième guerre du Liban, le Hezbollah aura 100.000 roquettes à sa disposition et des forces spéciales qui cherchent à capturer les villes frontalières; Tsahal se prépare avec des intercepteurs avancés, des barrières à la frontière et un réseau d'informateurs, important.

 

Par Yossi Yehoshua

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4771607,00.html

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

L'organisation peut avoir acquis de l'expérience opérationnelle importante dans tous les domaines, mais n'a pas encore changé son déploiement de forces en prévision du conflit avec l'armée israélienne - pas même sur un seul poste.

 

La menace du Hezbollah comprend la capacité de lancer 100.000 roquettes sur Israël à un taux de 1.200 par jour à partir de batteries qui sont réparties et soigneusement cachées dans des dizaines de villages dans le sud du Liban. L'autre étape dont Nasrallah parlait était la conquête de la Galilée. Cela ne signifie pas une opération impliquant les divisions pénétrant profondément dans le territoire israélien, mais plutôt de prendre des villes près de la clôture de la frontière - et il y en a beaucoup le long de cette frontière nord.

 

Toute personne sait que l'organisation n'a pas besoin de tunnels pour entrer dans des villes - et jusqu'au nouveaux déploiements du Commandement du Nord, pouvait même être fait avec une facilité excessive. L'armée israélienne est prête avec une stratégie à trois volets: précise, large, et une puissance de feu disproportionnée; la construction d'un obstacle de protection le long de la frontière, et le redéploiement rapide de toutes les divisions au sud du Liban.

 

La deuxième guerre du Liban qui a éclaté à l'été 2006 a duré 33 jours - beaucoup plus longtemps que ce qu'Israël pourrait endurer sous un déluge de roquettes couvrant tous les lieux dans le pays, et à un rythme vertigineux de feu. Afin de faire face à cette menace, le système de défense aérien a été mis à jour avec des batteries Iron Dome, le système Sling de David qui va bientôt devenir opérationnel, et le système Arrow. En outre,  un relevé aérien israélo-américain de défense commune est actuellement menée.

 

Un élément particulièrement important dans les capacités d'Israël ce sont des renseignements précis recueillis au sujet de milliers de cibles «de qualité»  au cours de la dernière décennie, en comparaison avec seulement les 200 cibles possédées par l'armée israélienne lorsque la seconde guerre du Liban a commencé. Les capacités offensives ont également été améliorées de façon spectaculaire, et un officier supérieur de l'Armée de l'Air a déclaré que les nouvelles capacités permettront aux mêmes attaques que dans la seconde guerre du Liban dans un court délai et avec des résultats bien meilleurs.

 

«C'est une puissance de feu que nous n'avons jamais eu auparavant», a dit l'officier, « et dans un tel conflit où le front intérieur sera attaqué, toutes les restrictions seront levées. Nous n'appellerons aucune maison avant d'attaquer.» Selon l'officier, l'expansion du Hezbollah le rend beaucoup plus vulnérable et expose de nouveaux points de faiblesse. Le chef du personnel dit aussi que le Hezbollah sera surpris par les capacités de renseignements collectés par l'armée israélienne.

 

Le deuxième élément important c'est la construction d'une ligne de défense. La personne qui conduit le long de la frontière nord ne peut ignorer la nouvelle ligne de falaises qui sont creusées dans les collines à côté des communautés frontalières. Cette semaine a pris fin avec le troisième projet de ce type, où les barrières ont été construites en face de la ville de "Matat" -1,700 mètres de long et dix mètres de haut - qui vise à prévenir les infiltrations d'agents des forces spéciales de l'unité Radwan du Hezbollah dans les villes. L'armée israélienne a également entrepris la construction d'une série de lignes supplémentaires de barrières à travers d'autres villes afin de mieux les défendre.

 

L'idée est que les attaquants seront pris au piège des barrières, ce qui permettra à Tsahal de préparer et de contre-attaquer. Selon les menaces faites par le Hezbollah, l'organisation terroriste arrivera dans les villes avec de grandes forces avec des dizaines de soldats dans chaque unité - qui nuiront à leur furtivité et leurs chances de succès. L'armée israélienne estime que le Hezbollah n'a pas d'usage pour les tunnels, à la fois à cause du terrain difficile et en raison de la courte distance entre la frontière et des communautés telles que Shtula, Metulla, et Shlomi, qui sont toutes à seulement quelques centaines de mètres de la frontière.

 

Le troisième mouvement le plus important deTsahal c'est de renforcer sa maniabilité au sol - quelque chose que les Forces de Défense Israeliennes(FDI) n'ont pas réussi à faire dans la seconde guerre du Liban. La capacité des FDI à manœuvrer sur le terrain n'est pas du même niveau que sa capacité à recueillir des renseignements ou du niveau de la force aérienne. En outre, lors du prochain cycle de la violence dans le nord, la zone entière sera une cible géante pour des centaines de roquettes chaque jour. Par conséquent, l'armée israélienne a mis au point un plan pour évacuer les communautés frontalières en temps de guerre.

Repost 0
mordeh'ai
28 février 2016 7 28 /02 /février /2016 07:00

Par JNi.Media

http://www.jewishpress.com/news/likud-mk-demanding-expulsion-of-bds-founder/2016/02/27/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Omar Barghouti

 

Une conférence pro-BDS a eu lieu vendredi à Nazareth, la Député Nava Boker (Likoud) a appelé le ministre de l'Intérieur à révoquer l'autorisation de résidence permanente de Omar Barghouti, membre fondateur du mouvement BDS qui était le conférencier d'honneur cette conférence.

 

Selon l'auteur et journaliste Naomi Ragen, Barghouti n'est pas «palestinien», il est né au Qatar et a grandi en Egypte. Il dit qu'il est «palestinien» à cause de ses parents qui auraient fui leur village en Judée-Samarie et vivent aujourd'hui en Jordanie. Il est arrivé en Israël pour la première fois en 1993, avec un diplôme en génie électrique de l'Université de Columbia, avec sa femme israélo-arabe. Il prétend être candidat au doctorat en philosophie (éthique, en fait) à l'Université de Tel Aviv. Oui, l'occupation c'est l'enfer.

 

Malgré le fait que le milieu universitaire israélien l'a accepté à bras ouverts, Barghouti est devenu un des principaux promoteurs d'un boycott universitaire contre Israël, comme il dit lors d'une conférence à l'Université de Londres intitulée Resisting to apartheid israélien: " Le type  de soutien le plus urgent que la communauté internationale peut fournir à l'académie palestinienne c'est d'adopter diverses formes de boycott contre les institutions académiques israéliennes. ... Ceux qui imaginent qu'ils peuvent souhaiter éloigner le conflit en proposant des forums de rapprochement, de détente, ou  de «dialogue» - qu'ils espèrent conduire à des processus de réconciliations authentiques et finalement à la paix - sont soit cliniquement délirant sou dangereusement hypocrites ".

 

Après Barghouti a publié un article d'opinion soutenant le Boycott, Désinvestissement et Sanctions mouvement dans le New York Daily News en 2013, le journal a répondu avec un éditorial disant que Barghouti est «qualifié comme propagandiste» et «de pieux mensonge en mensonge il présente Israël  sans relâche comme un oppresseur des Palestiniens en violation de la dignité humaine, et de tenir Israël exclusivement responsable des maux qui les affligent.» Le Daily News a suggéré que Barghouti veut un " Etat démocratique et laïque construit sur un afflux d'Arabes qui viendraient dominer la population et voteraient la fin d'Israël en tant que nation juive. Ce, en fin de compte, est la vérité derrière ses infâmes libelles ".

 

Barghouti a une résidence israélienne, parceque marié à une Israélienne. La Député Boker a exhorté le ministre de l'Intérieur Aryeh Deri, se basant sur l'activité anti-israélienne implacable de Barghouti, « d'user de son autorité selon la Loi d'entrée en Israël et de révoquer l'autorisation de résidence permanente de M. Barghouti.»

 

Alon Schwarzer, Chef exécutif du mouvement de Droite Im Tirtzu , a également rejoint la demande, en disant: " Alors que des organisations israéliennes implantées lui fournissent la matière première, le Dr Barghouti est le bras exécutif et conceptuel de la croisade pour boycotter l'Etat d'Israël et de le détruire. L'Etat d'Israël doit se comporter comme tout Etat souverain, comme toutes les démocraties occidentales, et ne pas laisser quelqu'un qui recherche sa destruction entrer sur son territoire et prêcher contre cela ici aussi. "

 

Le bureau du Ministre de l'Intérieur a publié une déclaration disant que le Ministre " consultera son personnel professionnel et examinera les allégations sérieusement."

Repost 0
mordeh'ai
28 février 2016 7 28 /02 /février /2016 06:30

Par Adam Eliyahu Berkowitz

http://www.breakingisraelnews.com/62350/dichter-says-its-better-to-dig-tunnels-for-hamas-than-build-gazan-seaport-middle-east/#FqEftHRQYieHDcWc.97

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

Avi Dichter, membre du Likoud Député à la Knesset et ancien chef du service de sécurité du Shin Bet, a parlé lors d'une manifestation culturelle en Yahud samedi, expliquant qu'un port à Gaza exigé par la Turquie serait plus qu'une menace pour la sécurité que les tunnels que le Hamas est en train de creuser pour attaquer Israël.

 

" L'urgence de donner un port au Hamas à Gaza est comme lui donner des outils pour creuser des tunnels pour transférer les marchandises à Gaza. Il se peut que les tunnels soient encore mieux parce que les marchandises dans les tunnels peuvent être contrôlées à un meilleur niveau que celles transitant dans un port. " Il a suggéré ironiquement," Peut-être que ce serait mieux pour nous de construire les tunnels au lieu d'un port."

 

" Tous ceux qui sont axés sur un port à Gaza ou d'autres idées pour en faire une entité distincte vont répéter la même erreur que les Accords d'Oslo." Il a poursuivi: " L'Etat d'Israël ne peut pas refaire la même erreur fondamentale qu'il a fait dans les Accords d'Oslo. L'erreur a été que nous avons signé un accord sans phases continues claires expliquant ce que nous pourrions obtenir et ce que nous voulons donner ".

 

Le sujet d'un port maritime aurait refait surface dans le cadre des récentes négociations entre Israël et la Turquie, qui a fait une demande pour renouveler les relations avec Israël.

 

Les relations entre les deux pays ont été sérieusement endommagé à la suite du raid de Tsahal sur le Mavi Marmara en 2010. Un groupe international de plus de 600 activistes qui tentaient de violer le blocus israélien de Gaza lorsque les commandos de Tsahal  sont montés à bord du navire turc. Les militants ont attaqué les commandos et neuf ressortissants turcs ont été tués dans la bataille qui a suivi. En réaction, la Turquie a dégradé les relations politiques et a suspendu sa coopération militaire avec Israël, qui avait été étendu jusqu'à l'incident.

 

Le Hamas a exigé un port de mer lors de la négociation d'un cessez-le feu avec Israël pour mettre fin au conflit en 2014 suite à l'Opération Bordure de protection, mais Israël a réussi à ne pas se soumettre à la condition. Dans les accords d'Oslo signés en 1993, l'Autorité palestinienne et Israël ont convenu qu'un port et un aéroport seraient construits à Gaza. L'aéroport international de Yaaser Arafat a ouvert en 1998, mais l'aviation israélienne l'a bombardé en 2000.

 

Jeudi, un responsable anonyme du Hamas a dit à Al Hayat, journal de nouvelles en arabe à Londres,  que le sujet d'un port maritime à Gaza a été négocié entre Israël et la Turquie. Il a affirmé qu'Israël était prêt à permettre à la Turquie de gérer le port, afin d'assurer ses besoins de sécurité " tout en ouvrant la bande de Gaza vers le reste du monde."

 

" Le Hamas a décidé de ne pas discuter de la question et de la laisser aux Turcs," le fonctionnaire anonyme a déclaré, en ajoutant " qu'il semblerait qu'Israël est intéressé à diminuer la pression sur les habitants de la bande et de faciliter leur passage à la réhabilitation de Gaza de peur d'une explosion. "

 

En réponse, vendredi, Israël a nié officiellement les revendications que le port était un point majeur dans les négociations avec la Turquie.

 

L'Egypte est également pour le maintien d'un blocus de Gaza, mais aucun effort de levée ou de protestations n'ont été portées contre elle. Une enquête de l'ONU après l'incident du Mavi Marmara a déterminé que le blocus israélien est légal selon le droit international.

Repost 0
mordeh'ai
27 février 2016 6 27 /02 /février /2016 18:42

Un expert saoudien libéral dit que la popularité de Donald Trump est logique, après les actes de terrorisme 'barbares' commis par les musulmans.

 

Par Gil Ronen

http://www.truthrevolt.org/commentary/commentary-what-if-christian-terrorists-were-blowing-muslims

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

La journaliste saoudienne libérale Nadine Al-Budair, qui vit au Qatar, a écrit un article dans le quotidien koweïtien Al-Rai où elle a observé que la popularité des messages anti-musulmans de Donald Trump est le résultat logique de l'agression musulmane contre l'Occident

 

Elle se demandait comment les musulmans auraient réagi si les chrétiens avaient commis des attentats suicides contre eux, ou avaient essayé d'imposer leur foi sur eux et a appelé le monde musulman " à être introspectif et adopter des réformes, au lieu de condamner les attitudes occidentales envers eux", a déclaré MEMRI, l'Institut de recherche des médias du Moyen-Orient.

 

" Imaginez un jeune occidental venant ici afin de réaliser une mission suicide sur l'une de nos places publiques au nom de la Croix ", écrit Al-Budair. " Imaginez que deux gratte-ciel s'étaient effondrés dans une capitale arabe, et qu'un groupe chrétien extrémiste, enfilant le vieux costume millénaire, avait émergé pour reconnaitre la responsabilité de l'événement, tout en soulignant sa volonté de faire revivre les enseignements chrétiens ou les décisions chrétiennes, selon sa compréhension, à vivre comme dans le temps [de Jésus] et de ses disciples, et mettre en œuvre certains édits de savants chrétiens ...

 

" Imaginez entendre les voix des moines et des prêtres des églises et des maisons de prière dans et hors du monde arabe, hurlant dans des haut-parleurs et nivellant des accusations contre les musulmans, les appelant infidèles, et scandant: " D.ieu, éliminez les musulmans et écrasez-les tous."

 

" Imaginez que nous ayons fourni à un nombre infini de groupes étrangers des visas, des cartes d'identité, des citoyennetés, des emplois appropriés, l'éducation gratuite, la santé moderne libre, la sécurité sociale, et ainsi de suite, et plus tard un membre de l'un de ces groupes sorte, consumé par la haine et la soif de sang, et tue nos fils dans nos rues, dans nos bâtiments, dans nos bureaux, dans nos mosquées et nos écoles."

 

" Imaginez un Français ou un Allemand à Paris ou à Berlin menant son voisin musulman [quelque part] afin de l'égorger, puis geler sa tête dans une boîte de glace, d'une manière froide et calculatrice ... comme un terroriste musulman l'a fait avec la tête d'un américain il y a quelques années à Riyad."

 

" Imaginez que nous ayons visité leur pays en tant que touristes et ils ont tiré sur nous, fait sauter des voitures piégées près de nous, et annoncé leur opposition à notre présence [là] en chantant: « Eliminons les musulmans de la terre de culture.»"

 

« Ces images sont loin de l'esprit du terroriste arabe ou musulman parce qu'il est certain, ou quasiment certain, que l'Occident est humanitaire et que le citoyen occidental refuserait de répondre [de cette manière] aux crimes barbares [des terroristes musulmans]. en dépit des actes terroristes d'Al-Qaïda et d'ISIS, nous [musulmans] sommes sur [le sol occidental] pendant des années sans aucune crainte ou inquiétude. Des millions de touristes musulmans, d' immigrants, d'étudiants et des demandeurs d'emploi [voyagent pour l'Occident] avec des portes ouvertes, et la sécurité des rues [pour eux] ».

 

« Cependant, combien de temps, sera-ce la dernière? Aujourd'hui, les choses sont différentes. C'est évident, l'Ouest est en colère contre les musulmans qui font des déclarations effrayantes. Celui qui a récemment défendu ces vues c'est Donald Trump, qui a demandé d'empêcher l'entrée des Etats-Unis aux musulmans.»

 

" Il est étrange que nous [musulmans] croyons que nous avons le droit de condamner de telles déclarations plutôt que de traiter les implications de certains de nos programmes extrémistes, notre éducation et nos régimes, et avoir honte d'eux ... Il est étrange que nous condamnions l'Occident au lieu d'aborder ce qui se passe dans notre milieu - les moyens extrémistes dont nous interprétons la shari'a et nos attitudes réactionnaires les uns envers les autres et le monde Il est étrange que nous condamnions au lieu de présenter des excuses à la monde."

 

" Comment réagiriez-vous si un Européen se faisait exploser dans un théâtre de votre ville ou dans un café que votre fils fréquente? Que feriez-vous si vous aviez entendu des malédictions contre votre religion et votre foi tous les dimanches, comme ils les entendent contre eux de la part de certains de nos imams les vendredis et les autres jours? "

 

" Imaginez être à Amsterdam, Londres ou New York, et sachant que les étudiants apprennent dans le cadre de leurs programmes d'études que vous êtes un infidèle, et que vous vous faites exploser pour le djihad qui mène aux vierges du paradis. Prolongeriez-vous votre séjour là-bas jusqu'à la fin de l'été, ou partiriez-vous. Pourriez-vous vous faire exploser vous-même comme les terroristes musulmans le font, ou voulez-vous faire moins que cela? Simplement surmonter votre rage et demander d'interdire aux chrétiens d'entrer dans les pays arabes. Que feriez-vous? "

 

« Imaginez que la guerre qui éclaterait ferait jeter aux Occidentaux leurs valeurs face à des crimes sanglants commis par des étrangers, et si le contre-radicalisme occidental ou chrétien émergeait dans nos villes arabes?»

 

" Après toutes ces farces, certains analystes arabes sortent en vantant un message pathétique, et en récitant les mêmes mots à l'oreille d'un ami qu'il a répété des millions de fois:« Ces musulmans qui commettent le terrorisme ne représentent pas l'islam, mais seulement eux-mêmes.»"

 

" Ceci c'est tout ce que nous savons faire - nous absoudre de toute culpabilité."

Original de Gil Ronen dans Israël Nationales News .

Repost 0
mordeh'ai
26 février 2016 5 26 /02 /février /2016 17:05

La levée des sanctions à l'oeuvre: la République islamique d'Iran offre maintenant 7000 $ pour les familles de "Palestiniens" tués lors d'assassinats de citoyens Israéliens.

 

Par Robert Spencer

http://www.jihadwatch.org/2016/02/sanctions-relief-at-work-islamic-republic-of-iran-now-offering-7000-to-families-of-palestinians-killed-while-murdering-israelis

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Voici la première utilisation, nous voyons ce que font les Iraniens des milliards qu'ils reçoivent grâce à la levée des sanctions. Donc, pour la première fois l'une des familles de ces tueurs de djihad est récompensée, elle peut remercier Barack Obama et John Kerry.

 

L'ambassadeur iranien au Liban, Mohammad Fathali, a déclaré que " le sang des martyrs va libérer toute la Palestine, de la rivière à la mer." En d'autres termes, l'objectif est la destruction totale d'Israël.

 

" L' Iran offre une récompense financière pour les familles palestiniennes des potentiels «martyrs de l'Intifada» par Maayan Groisman, Jerusalem Post :

La République islamique d'Iran a annoncé mercredi son soutien à " l'intifada de Jérusalem " qu'Israël a connu au cours des cinq derniers mois, déclarant que ce serait donner des récompenses financières aux familles des terrorists. En parlant llors d'une conférence de presse à Beyrouth mercredi, avec la participation de plusieurs chefs de factions palestiniennes, l'ambassadeur iranien au Liban, Mohammad Fathali, a déclaré: «le soutien continu de l'Iran en faveur du peuple palestinien opprimé, l'Iran annonce l'octroi d'une aide financière aux familles des martyrs palestiniens qui ont été tués dans "l'Intifada de Jérusalem" ».

 

 Selon l'ambassadeur, chaque famille d'un martyr recevra 7000 $, tandis qu'une famille dont la maison a été démolie par l'armée israélienne recevra 30.000 $. L'aide sera acheminée par la branche palestinienne de l'Institution Shahid, qui a été créé en Iran en 1992.

 

Fathali a appelé la nation arabo-musulmane à s'unir autour de la question centrale palestinienne et a déclaré que «le sang des martyrs va libérer toute la Palestine, de la rivière à la mer.»

 

Le chef des relations étrangères du Hamas, Osama Hamdan, qui a participé à la conférence de presse, a déclaré que le Hamas apprécie l'initiative iranienne pour soutenir l'Intifada palestinienne, ajoutant que ce n'est pas le premier geste que l'Iran fait pour la Palestine et que les anciens traitaient la question palestinienne comme «leur propre question.» ...

Repost 0
mordeh'ai