Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 10:53

"L'accord iranien dirige la région proche de l'apocalypse en légitimant la poursuite du déploiement d'une arme nucléaire par la République islamique d'Iran."

 

Par Pete Hoekstra:

http://www.truthrevolt.org/commentary/hoekstra-obamas-reckless-foreign-policy-has-put-israel-dire-jeopardy

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

La politique étrangère du président Barack Obama au cours des sept dernières années a porté atteinte à la sécurité d'Israël en intensifiant les menaces à son existence.

 

L'abandon d'Israël par les Etats-Unis perçu par les ennemis d'Israël et les a encouragé . Les engagements de l'administration au Moyen-Orient et en Afrique ont laissé derrière des États défaillants qui sont des nids de frelons d'extrémisme et des djihadistes engagés par l'Iran.

 

Alimentées par des ressources iraniennes, les organisations islamistes régionales sont plus déterminées que jamais à la destruction d'Israël. Un accord nucléaire frauduleux entre l'Iran et un groupe de puissances mondiales a favorisé les ambitions génocidaires de ses dirigeants théocratiques radicaux contre le peuple juif.

 

Les rebuffades répétées et les affronts d'Obama contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu sont les signaux aux adversaires d'Israël que le soutien américain est moins qu'absolu.

 

Ils marquent un changement important de l'engagement autrefois inébranlable de l'Amérique qui a commencé quand les Etats-Unis ont reconnu Israël en 1948. Depuis lors, l'Etat juif a résisté durablement, comme tête de pont fiable de la démocratie de style occidental dans une région très troublée du monde.

 

Mais les politiques de l'administration Obama ont déjà donné lieu en Irak, en Syrie, en Libye et au Yémen deviennet des États chancelants, et la péninsule du Sinaï renferme maintenant un élément djihadiste fort.

 

Et les islamistes radicaux voués à l'éradication d'Israël ont des refuges beaucoup plus sûrs à la circulation libre pour leur idéologie, leurs combattants et aux armes qui se retrouvent aux frontières d'Israël.

 

L'hégémonie du terrorisme et le Hezbollah, mandataire iranien opérant au nord d'Israël, au Liban, a pointé 150.000 missiles sur l'Etat juif. L'Iran finance le Hezbollah à hauteur de 800 millions à 1milliard de $ par an.

 

Le Hamas, allié de l'Iran à Gaza, l'Autorité palestinienne, encouragent les attaques au couteau des Palestiniens inflexibles contre les Israéliens. Le Fatah, le parti politique du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, a récemment appelé à tuer tous les Israéliens à travers le pays - " dans tous les quartiers " - dans une vidéo de l'émission sur le canal Awdah TV dirigée par le Fatah.

 

Le Hamas, qui reçoit également un soutien important de l'Iran, continue de construire des tunnels vers Israël pour la contrebande d'armes et faire passer clandestinement des combattants.

 

Plutôt que de punir l'Iran de soutenir les forces dédiées à la destruction d'Israël, la Maison Blanche a donné à la République Islamique d'Iran tout ce qu'elle recherchait dans un accord nucléaire que ni le Congrès ni le parlement iranien n'ont jamais ratifié.

 

L'accord a immédiatement libéré plus de 100 milliards de $ d'actifs, dont l'Iran - Etat parrain N°1  du terrorisme mondial - se consacre à ses agents terroristes islamistes. L'administration a également versé 1,7 milliard $ en dollars des contribuables américains pour régler une revendication juridique vieille de plusieurs décennies alors que l'Iran refuse d'indemniser les victimes dans les jugements pour ses atrocités.

 

L'Iran a répondu, en violation directe des résolutions de l'ONU, par le test de tir de missiles balistiques intercontinentaux capables d'embarquer des ogives nucléaires vers Israël. Devant la faiblesse de nouvelles sanctions liées aux essais «illégitimes» l'Iran a accéléré le développement de ces missiles. Ses dirigeants n'ont également jamais reculé devant leur intention de rayer Israël de la carte.

 

Pendant ce temps, l'administration Obama a augmenté l'espionnage sur Israël, incluant l'utilisation de l'Agence nationale de sécurité pour surveiller les discussions privées de Netanyahu.

 

Le président a revendiqué une victoire incroyable sur les hommes de paille fictifs en vantant la diplomatie sur ceux qui recourraient "à une autre guerre au Moyen-Orient."

 

Le dialogue diplomatique est absolument nécessaire dans les affaires mondiales - en particulier quand il est soutenu par une position de force - mais le problème avec son argument c'est que personne à l'Ouest n'a prêché pour la guerre.

 

Le cas échéant, l'accord iranien dirige la région proche de l'apocalypse en légitimant la poursuite du déploiement d'une arme nucléaire par la République islamique.

 

Le manque apparent de soutien de l'administration à Israël a aussi récemment alimenté la campagne de BDS (boycott, désinvestissement et sanctions), qui est un support pour détruire le "cancer Israël" pour Occident.

 

La politique étrangère des États-Unis a mis en péril la sécurité nationale, la politique et l'économie d'Israël plus qu'à tout autre moment de son histoire. La prochaine administration devra réparer les dégâts incommensurables après sept ans de mépris et d'insouciance. Un nouveau départ ancré dans le soutien inébranlable peut reconstruire la relation de sorte qu'elle devienne plus forte que jamais.

Repost 0
mordeh'ai
20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 23:26

Par Adam Eliyahu Berkowitz

http://www.breakingisraelnews.com/61849/abbas-praises-holy-martyr-attacked-idf-terror-watch/#2OgJSjJd2MSDlu3o.97

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

(Photo: Courtoisie)

Vendredi après-midi, un terroriste arabe a été abattu par les Forces des gardes frontières après avoir tenté de les poignarder. Il a été signalé que lors des émeutes dans la ville de Silwad près de Ofra et Ramallah, l'homme a conduit sa voiture sur les soldats. Après son accident de voiture, il est sorti de la voiture et a tenté de les attaquer avec un couteau. Les soldats ont tiré et l'ont abattu. Aucun Israélien n'a été blessé dans l'attaque.

 

Le terroriste, a été identifié comme étant Abed Raed Abdullah Hamad, 20 ans, il avait posté un message sur Facebook environ une heure avant l'attaque en indiquant clairement ses intentions:

" Papa, maman, que Dieu vous protège, vous protège et vous garde précieusement en ce vendredi. ... Maman ne pleure pas sur moi, j'ai besoin de tes prières. Papa, tu peux être content de moi; tu as élevé un homme ".

 

Une grande manifestation s"est rassemblée lorsque les autorités israéliennes ont rendu le corps de Hamad et Fares Kadouri, un haut responsable de l'Autorité palestinienne (AP), a assisté. Le Président de l'AP Mahmoud Abbas a déclaré qu'Hamad est un "martyr héroïque".

 

Toujours vendredi après-midi, au cours d'émeutes à Beit Fajar, près de Bethléem, les troupes des Forces de Défense Israélienne ont ouvert le feu sur deux hommes arabes quand ils ont vu qu'ils tenaient une arme à feu. Un seul homme arabe a été tué, et l'autre a été légèrement blessé.

 

Samedi soir, un jeune terroriste arabe de 18 ans a tenté de commettre un attentat au poignard à la porte de Damas , dans la vieille ville de Jérusalem, mais il a été empêché par la patrouille de la police des frontières .

Repost 0
mordeh'ai
20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 16:17

Par Alexander Apfel

http://www.breakingisraelnews.com/61693/israel-blasts-illegal-eu-funded-building-judea-and-samaria/#0DtHlQ0UpOyITCOA.99

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

La Ministre des Affaires étrangères par intérim, Tzipi Hotovely, a aujourd'hui adressée directement la tension diplomatique qui règne entre l'Union européenne et le gouvernement israélien entourant le bâtiment financé par l'UE en Judée et Samarie.

 

La décision de l'UE d'étiqueter les produits israéliens de Judée-Samarie et la démolition par les Forces armées d'Israël des structures financées par l'UE étaient hier les derniers rounds dans les prises de bec diplomatiques de ces derniers mois que les deux parties cherchent maintenant à aborder.

 

En réponse à une question posée par le Député Bezalel Smotrich (Jewish Home) et Yoav Kish (Likoud) à propos de la construction européenne dans la région à la lumière des efforts pour améliorer les relations entre l'UE et Israël, Hotoveli a affirmé que la Judée et la Samarie possède actuellement 1.000 structures illégales.

 

" La position du gouvernement sur le sujet est que l'amélioration des relations entre l'UE et Israël ne sauront se faire au détriment de l'application de la loi dans la zone C. Le gouvernement d'Israël n'a pas l'intention de donner le feu vert à la construction de structures illégales dans un effort politique pour décider des frontières d'Israël ", a déclaré Hotovely à la Knesset.

 

Elle a ajouté qu'Israël a l'intention d'appliquer la loi et de démolir des structures illégales, mais que le processus est actuellement retardé par la Cour suprême israélienne.

 

Le responsable de la communication de l'UE à Jérusalem a dit à Tazpit Press Service (TPS) que dix des structures démolies par l'armée israélienne dans la Zone 918 au sud d'Hébron ont été financées par l'UE. " C'étaient des caravanes et des choses comme celles destinées à l'aide humanitaire", a ajouté le responsable de la communication, qui a demandé à rester anonyme.

 

En réponse aux revendications, le coordonnateur de l'armée israélienne des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) L'Unité a déclaré que les structures démolies étaient illégales et que " des mesures ont été prises conformément à la loi." Toutefois, le bureau a évité d'aborder directement si bâtiments illégaux étaient spécifiquement financés par l'UE 

 

Cependant, à la séance d'aujourd'hui à la Knesset, Hotovely a été plus directe à ce sujet.

 

Néanmoins, elle a refusé de dire si Israël entend imposer des sanctions à l'UE.

Repost 0
mordeh'ai
20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 11:47

Par Ruthie Blum

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=15311

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Jeudi après-midi, deux Palestiniens de 14 ans, n'ont pas hésité à tuer un Sergent de Tsahal de 21 ans, Tuvia Yanai Weissman, dans un supermarché en Samarie (Cisjordanie), marié et père d'un bébé de 4 mois, et blesser modérément un autre Israélien.

 

Weissman, comme les autres acheteurs qui ont fasciné les terroristes avec leurs caddies, n'était pas en service; il était tout simplement venu au magasin d"épicerie faire des courses pour sa famille.

 

Ce genre de scénario est devenu une tragiquement familier du paysage israélien depuis le début de l'appel du terrorisme palestinien en Septembre. Bien que communément appelé le «Intifada du couteau», elle est également caractérisée par l'utilisation de pierres, de cocktails Molotov, de tirs de fusils et de véhicules-béliers comme armes pour tuer les Juifs.

 

Parce que les terroristes sont des adolescents, quand ils sont neutralisés (abordés, battus ou descendus) - que ce soit par des membres de la police des frontières ou des civils armés - le grondement coutumier de l'étranger au sujet de l'utilisation par Israël de force «excessive» ou «disproportionnée » suit toujours.

 

Aussi honteux que ce double standard est en relation avec l'Etat juif en général et sa réponse en particulier à des actes d'agression, qui mettent la vie en danger, il est tenu par les mauvais sympathisants d'Israël. Il est contre ces propagandistes que le vice-ministre des Affaires étrangères Tzipi Hotovely et d'autres d'Israël ont travaillé inlassablement et minutieusement à combattre sur le champ de bataille des idées.

 

Imaginez notre stupéfaction, lorsque le haut responsable israélien qui commande l'arène de guerre fournit des munitions à l'ennemi.

 

C'est précisément ce que le Chef d'état-major de Tsahal le lieutenant-général Gadi Eizenkot a fait. C'est choquant car il ne commence pas à décrire son sapement répété de la lutte idéologique contre les détracteurs d'Israël.

 

Mercredi, tout en répondant à des élèves du secondaire à Bat Yam, Eizenkot dit que les soldats israéliens ne devraient utiliser que "la force nécessaire" contre les terroristes. C'est pas grand chose. C'est le code avec lequel  l'armée israélienne vit toujours - et ceux qui l'enfreignent vont en cour martiale. Eizenkot le sait très bien. Bien qu'il n'occupe son poste actuel que depuis un an, il a une longue carrière dans Tsahal derrière lui.

 

" Lorsqu'une jeune fille de 13 ans, brandit des ciseaux ou un couteau, et il y a une barrière entre elle et les soldats, je ne voudrais pas qu'un soldat à ouvre le feu et vide un chargeur sur la fille comme ça, même si elle commet un acte très grave ", a déclaré Eizenkot. «Nous ne fonctionnons pas sur la base d'adages [talmudiques] comme «Si quelqu'un vient pour te tuer, lève-toi et tue-le d'abord» " Nous ne tuons pas n'importe qui tient une paire de ciseaux. Un soldat peut enlever la sécurité de son arme et tirer si lui ou ses camarades sont en danger ".

 

Il dit alors: « Si nos règles d'engagement étaient contraire à l'éthique, cela mettrait en péril l'ensemble de l'armée israélienne.»

 

Encore une fois, rien de nouveau à ce sujet. Alors pourquoi dire si jusqu'à présent les Israéliens n'ont pas adhéré à ce principe, souvent au péril de leur vie?

 

Ne serait-ce pas la première fois qu'Eizenkot révéle ses vraies couleurs politiques - celles qui lui ont valu le respect dans les pages du Haaretz et sur les bancs des partis de Gauche de la Knesset. Pas seulement contre les mesures de sécurité, telles que les fermetures, les couvre-feux et les démolitions des maisons familiales des terroristes, il a également tenu compte de l'ONG d'extrême - Briser le Silence- un groupe d'anciens soldats et d'officiers de Tsahal qui vont accusé de par le monde leurs camarades de crimes de guerre et lors d'une conférence à Herzliya au début du mois que l'ensemble des revendications de cette ONG seront prises au sérieux et doneront lieu à une enquête.

 

Lors de cette même conférence le 9 février, a eu lieu à la mémoire de l'un de ses prédécesseurs, Amnon Lipkin-Shahak, Eizenkot a décrit une réunion qu'il a eu avec les commandants de Tsahal pour discuter de l'évaluation des menaces. Lors de cette réunion, Eizenkot raconté, " je l'ai dit la vague de terrorisme a commencé pour trois raisons: le changement dans le statu quo sur le Mont du Temple, la baisse de la stature de dirigeants arabes et une dure réalité économique [des Palestiniens]. "

 

Ce mensonge, propagé par une direction palestinienne qui a élevé ses enfants sur la haine du Juif et un désir de détruire Israël, est plus mortel qu'un missile du Hezbollah ou la rocket du Hamas. Que les hauts gradés de l'armée israélienne répéte comme un fait est horrible.

 

Il n'y avait pas eu de changement dans le statu quo du Mont du Temple. Les Juifs et  les chrétiens ne sont toujours pas autorisés à y prier, tandis que le Waqf musulman continue à contrôler le lieu saint. Les Palestiniens ont répandu ce mensonge du Mont du Temple pour irriter et pousser les masses à commettre des actes terroristes. Du coup, Eizenkot a donné à leur reproche inventé un sceau de légitimité.

 

L'autre réclamation d'Eizenkot, qu'il est «nécessaire pour préserver l'espoir de la population palestinienne du mal à gagner leur vie»est tout aussi dangereux. Non seulement cela signifie qu'Israël - et non l'Autorité palestinienne - est responsable de la situation des résidents des zones que dirige l'AP; mais il accepte l'hypothèse de ce mensonge flagrant que les difficultés économiques provoquent le terrorisme.

 

Plutôt qu'éreinter Eizenkot pour le mal qu'il fait, le Ministre de la Défense Moshe Ya'alon l'a défendu jeudi.

"Nous ne devons pas nous permettre de devenir insensible ou d'avoir des démangeaisons des doigts sur la gachette. Nous ne devons pas perdre notre morale et devenir fou parce que notre sang est en ébullition," a-t-il dit. " Nous devons être pondérés et calmes et éviter de nuire à des innocents ou de créer des situations où notre colère nous fait perdre la boussole morale d'une manière qui saperait la justice sur notre chemin. Nous devons défendre ces valeurs, comme soldats, policiers et êtres humains. pour gagner et rester des êtres humains ".

 

Honte à tous les deux pour ce qui implique que nous n'ayons jamais été ou fait autrement. C'est pas notre humanité qui reste un point d'interrogation, mais plutôt notre capacité à gagner avec ces personnes en charge de la défense nationale.

Repost 0
mordeh'ai
20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 06:45

Dr. Anat Berko, la nouvelle Députée du Likoud et experte en terrorisme a subi un baptême du feu quand un collègue de la Knesset a tweeté à tort qu'elle avait nié l'existence d'un peuple palestinien • Pour Berko: l'identité palestinienne s'est créée comme une antithèse au sionisme.

 

Par Mati Tuchfeld

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_article.php?id=31879

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

MK Dr. Anat Berko

 

Dr. Anat Berko (Likoud) est un membre de la Knesset depuis presque un an, mais seulement cette semaine, elle a subi son premier baptême réel du feu, quand elle est devenue la cible de vieilles critiques de la Gauche pour avoir osé dire qu'il n'y avait pas de "P" en arabe, ce qui prouve que le mot «Palestine» était un nom que les Arabes d'Israël ont seulement ont adopté, parce que - comme elle l'a dit - " les gens se donnent pas un nom, qu'ils ne peuvent pas prononcer."

 

La Députée, Tamar Zandberg (Meretz) a condamné les déclarations de Berko via un tweet en temps réel depuis la Knesset et a ajouté que Berko avait affirmé qu'il n'y avait pas de peuple palestinien. Zandberg également s'est moqué de Berko en disant: «Pas de cerveau - pas de soucis.» Les médias se sont emparés de l'histoire rapidement.

 

Mais Dr Berko n'avait pas dit une telle chose. Dans une interview du supplément de fin de semaine d'Israël Hayom, elle a expliqué: "

 

Ce que j'ai dit c'est que le nom «Palestine» vient de la tentative des Romains pour anéantir le royaume de Judée. Les Arabes n'ont pas de 'P' dans leur langue, mais néanmoins ils ont adopté le nom.C'était bien avant 1967, et il existe des preuves de celui utilisé au début du 20ème siècle. Les Britanniques [dans les documents de la période du Mandat] ont appelé cet endroit comme «Palestine-Eretz Israël». Mes déclarations à la réunion plénière de la Knesset ont été faites en tant que référence, et les gens en ont fait tout un plat. Personne ne dit qu'il n'y avait pas de telles personnes. Mais eux [les Palestiniens] ont adopté certainement le nom ", dit Berko.

 

" De toute évidence, la définition nationaliste des Arabes de la Terre d'Israël qui sont les plus nombreux en Judée, Samarie et Gaza comme des gens à part sont comme une réponse contre le sionisme. Les experts du Meretz pourraient penser que je racontais n'importe quoi, mais les députés Arabes pensent autrement de toute la discussion tenue - furieux de leur origine - ont commencé à justifier d'où ils sont venus. Certains d'entre eux prétendent qu'ils sont des descendants des Jébuséens, et d'autres disent qu'ils appartiennent à l'ancien peuple de Canaan.  Le mot ".. « Palestina » a été pris à partir des personnes habitant la Phenicie biblique".

 

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu tente de prendre des mesures contre certains députés arabes. Quelle est votre opinion à ce sujet?

 

Berko répond « [ les Députés de la Liste Conjointe arabe] dont Ahmad Tibi qui en fait partie a déclaré dans un discours que nous, les Juifs, sommes ici juste comme les croisés l'étaient dans le passé. Autrement dit, nous sont que des temporaires et qu'eux [les Arabes] sont éternels ».

 

" Les députés arabes se réunissent parfois avec des émissaires étrangers non en tant que représentants de l'Etat, mais comme ses adversaires. Les fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères ne sont pas autorisés à assister à leurs réunions lors de leur rencontre avec des dirigeants étrangers. Parfois, ils [les députés arabes] les obligent [les fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères] de quitter les salles de réunion. Ils utilisent des passeports israéliens à l'encontre de l'Etat. Israël ne figure pas sur leurs cartes. Ils ne reconnaissent pas notre existence.

 

" Leur fusion en tant que peuple distinct a été, comme je l'ai dit, une antithèse au sionisme. Les Arabes de Gaza ne sont pas comme les Arabes de Judée-Samarie, et parfois ils n'ont presque aucun terrain d'entente. L'état qui est ici, Israël, est ce qui a créé leur identité, et qui ne peut être ignoré ".

 

Berko note également: « D'ailleurs, j'ai déjà dit ces choses à la Knesset si députés se donnaient la peine de se présenter aux rendez-vous ils les auraient entendus. Tamar Zandberg voulait juste faire toute une histoire politique et médiatique à ce sujet les députés ne viennent la plupart du temps... aux réunions que lorsque les médias sont présents. Sinon ils ne prennent pas la peine de se présenter aux discussions sur les projets de loi, même si ils sont importants, comme ceux qui profitent aux soldats, par exemple. Si le premier ministre doit venir, ils savent à l'avance que le les médias seront là, et ils apparaissent.»

 

On a laissé entendre que vous l'avez fait dans la Knesset seulement parce que votre mari [Dr Reuven Berko] écrit pour ce papier et le journaliste Shimon Shiffer vous a appelé une "vache" à la télévision.

 

.../.." Même quand je suis en colère contre quelqu'un ou pas d'accord avec ce qu'il dit, je surveille mes paroles et ne dit pas de grossièreté. Mais certaines personnes se comportent différemment."

 

Marié et mère de trois enfants, Berko est une universitaire avec un doctorat en criminologie qui a écrit des livres sur les kamikazes tout en essayant de comprendre comment leurs esprits travaillent. Elle a grandi à Ramat Gan et dans l'armée elle a avancé dans les rangs dans la plupart des emplois orientés vers le combat alors ouverts aux femmes, y compris la tête de la formation des officiers femme et commandant de la prison militaire '400' de l'armée israélienne . Alors qu'elle était directrice de la prison, elle a reçu une citation pour services bénévoles exceptionnels quand elle a pris une décision d'établir un précédent de permettre aux détenues d'aller à Rishon Lezion faire du bénévolat auprès d'enfants handicapés. Après avoir été déchargé, Berko est resté dans le domaine de la sécurité en tant que représentant du ministre de la Défense, et a acquis une réputation professionnelle unique quand elle a présenté sa thèse de doctorat sur les gens qui envoient des kamikazes et les différences entre eux et meurtriers criminels.

 

Un an après avoir terminé son doctorat, Berko a publié son livre - Le Chemin du Paradis ("The Path to Paradise"), sur le monde intérieur des kamikazes et de leurs répartiteurs. Après cela, elle a écrit un autre livre intitulé "La plus intelligente Bombe», qui traite des femmes et de la participation des enfants dans le terrorisme. Ils ont tous deux été traduits en anglais et publiés à l'échelle internationale.

 

Berko a également été professeur invité à l'Université George Washington et a enseigné au Centre interdisciplinaire Herzliya. Elle a été invitée à donner des conférences devant des forums américains tels que le Département d'Etat américain, les directeurs du FBI, la police de New York, mais aussi en Europe.Ministère des Affaires étrangères d'Israël a souvent amenée. Elle a parlé devant une délégation de représentants de Tsahal aux États-Unis à la demande de l'attaché-militaire Benny Gantz, et également devant la délégation israélienne de l'ONU sous l'ambassadeur Ron Prosor, où elle a abordé la question de la grève de la faim parmi les prisonniers de sécurité.Jusqu'au jour où elle a été élue à la Knesset, Berko était encore dans les réserves de Tsahal.

.../...

Comme expert sur le terrorisme, comment voyez-vous les attaques au couteau, auxquelles nous avons eu affaire ces derniers mois?

 

"Je me suis assise dans les prisons les plus fortement gardées dans le pays en tant qu'observateur, je me suis assise avec les avocats des meurtriers, et j'ai été témoin de nombreuses heures de discussion en salle d'audience. J'ai fait un travail très sérieux, à la fin duquel j'ai estimé que bientôt plus d'enfants seraient impliqués dans le terrorisme. J'ai aussi dit que les Arabes commencent à commettre des attaques terroristes contre l'autre, et ils ont pensé que j'étais folle. C'est l'incitation très répandue, et aujourd'hui, c'est «comme être un shahid [martyr] ou ne pas être.» L'incitation est énorme, de toutes parts. Bientôt, nous allons voir qu'il est anormal de ne pas être un terroriste. Ils plantent les valeurs du terrorisme très profondément. Les institutions gouvernementales à Ramallah sont en danger parce qu'elles essaient d'arrêter la vague [ du terrorisme], parce qu'elles comprennent qu'il leur fait mal. Mais ce que nous voyons c'est que, eux aussi, dans les écoles et à la télévision, participent à l'incitation parce que la respiration du Hamas est contre leur nuque. Donc, ils paient les chahids et parlent contre le État d'Israël. S'ils arrêtent, le Hamas les jeterait d'une falaise. C'est une lutte à mort. ils ne peuvent pas vivre ensemble ", dit Berko.

 

Berko veut que ce soit clair, la récente controverse ne l'a pas dissuadé.

 

".../.... mais après les attaques contre moi je me dit que je suis forte, que je me suis assise avec les pires meurtriers, et maintenant je vois ce que les politiciens m'ont fait comme une tentative de me faire taire. Mais personne ne me fera taire, je vais continuer même si on me calomnient -. dans le monde ainsi qu'en Israël - parce qu'ils ont essayé de me faire taire, là aussi ".

..../....

 

Un test de la démocratie

 

Berko dit qu'elle n'est pas «un élément des politiques hostiles difficiles que nous voyons ici. Je ne me vois toujours pas comme un politicien. Même aujourd'hui, je suis assise la plupart du temps avec mes amis de l'armée dans la cafétéria des députés.. Je suis l'une des premieres à arriver et l'une des dernieres à quitter la Knesset. Je vais aux discussions tenues par les différents lobbies ". Même à celui de la Liste arabe commune pour l'éducation dans le secteur arabe.

 

Berko dit qu'elle détient " une vision très libérale et démocratique du monde, mais ne veut pas  voir qui nous mèner[Israël] à se suicider. Il y a des gens à l'extrême gauche qui abordent les positions de la faction arabe Parfois , ils votent ensemble. "

.../...

Le Premier ministre est en train de promouvoir un projet de loi qui pourrait conduire certains députés arabes à être évincés, mais vous avez dit dans le passé  que vous n'avez eu aucun problème avec [MK] Hanin Zoabi élue de la Knesset.

 

"Je l'ai dit avant mon élection que la démocratie israélienne était assez forte pour prendre quelqu'un comme Zoabi. Je suis venue à la Knesset avec une approche très positive, mais maintenant je vois Zoabi, qui crie que nous empoisonnons le sol dans les villages [arabes] ; [MK Jamal] Zahalka, qui crie «au feu» sur le Mont du Temple pendant les attaques terroristes, et [MK Basel] Ghattas, qui prend part aux flottilles contre Israël, et maintenant je dis que la démocratie israélienne ne doit pas se détruire Ces députés arabes. font des dégâts au public arabe ».

 

Donc, comme quelqu'un qui a étudié les terroristes, voyez-vous une solution à l'horizon?

 

«Je connais un autre cas d'une jeune femme dont le père l'a forcé à épouser un homme plus âgé divorcé dont elle ne voulait pas, alors elle est allée au meurtre des Juifs. À mon avis, nous devrions regarder ce que les propres enfants d'Abbas sont en train de faire et présenter l'éducation qu'ils ont reçu à la maison. Cette information ne doit pas être gardé secrète ".

Repost 0
mordeh'ai
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 19:09

Par Yoram Ettinger

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=15309

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Le bon sens suggère que les hypothèses simplistes et erronées produisent des politiques simplistes et erronées, comme cela a été le cas avec toutes les initiatives des États-Unis sur la question palestinienne. En effet, c'est parce que l'établissement de politique étrangère des États-Unis a perçu faussement que la question palestinienne était la racine et la cause profonde du conflit israélo-arabe.

 

Par conséquent, il y avait l'opposition des États-Unis à la première initiative de paix Israël-Egypte de 1977 et la tentative d'inserrer la question palestinienne dans les pourparlers à la veille de la cérémonie de signature en 1979; en 1987 les US reconnaissaient l'OLP, reconnaissance qui a récompensé et renforcé le modèle du terrorisme international; le rôle passif des USA dans l'initiative de paix israélo-jordanienne de 1994; l'approbation des États-Unis du Président de l'OLP Yasser Arafat pour le Prix Nobel de la Paix et l'étreinte auto-destructrice d'Oslo en 1993; l'échec de punir l'Autorité palestinienne pour son éducation de haine et d'autres violations systématiques des Accords d'Oslo; et l'échec retentissant des initiatives du président américain Barack Obama en soulignant la question palestinienne.

 

Contrairement à la vision du monde de l'establishment de la politique étrangère américaine, la guerre de 1948 israélo-arabe n'a pas été lancé par les pays arabes au nom des aspirations palestiniennes. Les Arabes ont lancé la guerre afin de faire progresser leurs propres - et non ceux des Palestiniens - intérêts par le biais de l'occupation de la zone stratégique entre le Jourdain et la mer Méditerranée. En fait, les Palestiniens accusent les dirigeants arabes pour ce qu'ils apellent "la débâcle de 1948."

 

En outre, l'objectif de la guerre de 1948 était d'empêcher la création d'un "infidèle" - l'entité juive sur des terres que les Musulmans croient qu'elle a été divinement octroyée aux «croyants» (Waqf). Ainsi, lors du Sommet panarabe d'Octobre 1947, le secrétaire général de la Ligue arabe d'alors Abdul Rahman Azzam a déclaré: «La création d'un Etat juif conduirait à une guerre d'extermination et à un massacre mémorable, qui sera comparé au massacre de Mongolie et des croisades ... Cette guerre se distinguera par trois choses sérieuses: ... le plus court chemin vers le paradis ... une opportunité pour un vaste pillage ... et venger le martyre des Arabes palestiniens ".

 

La Jordanie a rejoint la guerre de 1948 pour étendre son territoire depuis la rive Est du Jourdain à la Méditerranée comme une étape vers la domination du monde arabe. L'Égypte nourrissait des ambitions similaires et a cherché à déjouer la stratégie ambitieuse de la Jordanie. L'Egypte a déployé certains de ses soldats dans la région de Jérusalem pour vérifier les mouvements militaires jordaniens. L'Irak aspirait à contrôler les 585-miles de longueur de l'oléoduc Irak-Haïfa, qui partait depuis les champs pétrolifères de Kirkouk / Mossoul via la Jordanie aux raffineries de Haïfa. La Syrie, pour sa part, considérait la guerre comme l'occasion de conquérir certaines sections du sud de la «Grande Syrie».

 

À la fin de la guerre de 1948, l'Irak a occupé la Samarie (nord de la Cisjordanie), mais l'a transféré à la Jordanie, pas aux Palestiniens. La Jordanie a occupé la Judée (au sud de la Cisjordanie) et en Avril 1950 a annexé les deux zones (en les nommant Cisjordanie) au royaume hachémite, la rive Est du Jourdain. Le royaume a interdit les activités palestiniennes et a puni ou expulsé des activistes palestiniens. L'Egypte a conquis la bande de Gaza et a imposé un couvre-feu (qui a pris fin quand Israël a pris le contrôle de Gaza en 1967). L'Egypte a interdit les activités nationales palestiniennes et a expulsé les dirigeants palestiniens. La Syrie a occupé et annexé le secteur d'al-Hama sur les hauteurs du Golan.

 

En 1948, la Ligue arabe a formé le «All Palestine Government» (Un gouvernement Palestinien) comme un département au sein du siège de la Ligue arabe au Caire, et l'a dissous en 1959.

 

Indépendamment de la question palestinienne, la campagne du Sinaï en 1956 a été déclenché par les aspirations mégalomanes du président égyptien Gamal Abdel Nasser de régner sur le monde arabe. Nasser a conclu un important contrat d'armement avec la Tchécoslovaquie et a formé un commandement militaire conjoint Egypte-Syrie-Jordanie contre ses rivaux arabes et Israël. Il a nationalisé le canal de Suez-britannique et français en propriété nationale et exclusive, il a soutenu l'insurrection algérienne contre la France, a bloqué le port sud d'Israël d'Eilat, et a déclenché le terrorisme contre Israël depuis Gaza, visant à occuper des parties du Néguev dans le sud d'Israël.

 

Indépendamment de la question palestinienne, la guerre de 1967 des Six Jours a été lancé par Israël en réponse au: blocus d'Eilat le port pétrolier d'Israë par l'Egypte; au déploiement des troupes égyptiennes dans le Sinaï, à la violation de l'accord de 1957 de démilitarisation du Sinai; le pacte militaire Egypte-Syrie-Jordanie promettant la destruction d'Israël; le bombardement syrien des communautés israéliennes en dessous des hauteurs du Golan; et le bombardement jordanien de Jérusalem.

 

Sans rapport avec la question palestinienne, la guerre d'usure de 1967-1970 a été réalisée le long du canal de Suez, comme une extension de la guerre de 1967.

 

Indépendamment de la question palestinienne, et compatible avec l'objectif de faire progresser leurs intérêts nationaux et d'éradiquer "l'infidèle Etat juif", l'Egypte, la Syrie, la Jordanie et l'Irak ont ​​lancé en 1973 la Guerre du Kippour.

 

Les Arabes ont systématiquement et traditionnellement fourni beaucoup de rhétorique, mais n'ont fourni que des ressources financières minimales et n'ont pas répandu de sang pour les Palestiniens. En 1982 lors de Guerre du Liban - qui a préempté un assaut massif de l'OLP sur le nord d'Israël - c'était la première guerre sans intervention militaire des pays arabes. La guerre a éclaté le 6 Juin 1982, mais la Ligue arabe a convoqué une session d'urgence seulement en Septembre, après que l'OLP avait déjà été expulsée de Beyrouth. En outre, les pays arabes producteurs de pétrole  - à un moment où ils contrôlaient le marché du pétrole - ont refusé de faire étalage de leur force pétrolière pour le compte de l'OLP.

 

De même, lors de la première Intifada 1987-1992 et de la deuxième Intifada 2000-2003 par les Palestiniens ne se sont pas transformées en une guerre israélo-arabe. Il n'y avait aucune implication militaire arabe. Il n'y avait pas de marché financier, seulement du phraser. En fait, les aides financières des États-Unis et de l'Europe occidentale aux Palestiniens dépassent considérablement la contribution arabe.

 

2008, 2012 et 2014 les guerres d'Israël contre le terrorisme palestinien basé à Gaza ne sont pas des priorités pour les dirigeants arabes, dont la plupart accuse le Hamas de l'éruption de la guerre de 2014.

 

Les supputations erronées occidentales que le conflit israélo-arabe a été déclenché par la question palestinienne ont conduit à des politiques erronées. Il est temps pour ceux qui soutiennent "la Palestine d'abord " ("Palestine Firsters") de se désengager de la shématisation et de renouer avec la réalité complexe du Proche-Orient.

Repost 0
mordeh'ai
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 16:07

Des forces armées cartographient spécialement les maisons des terroristes arabes, de 14 ans qui ont tué le Sergent Weissman alors que leur deuxième victime doit sortir de l'hôpital aujourd'hui.

 

Par Uzi Baruch

http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/208291#.Vsb0XvnhDDd

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

IDF maps out the homes of the terrorists

IDF cadastre les maisons des terroristes

 

 Unité  porte-parole de l'IDF:

Jeudi soir Les forces de Tsahal ont cadastré les maisons des deux terroristes arabes de 14 ans qui ont assassiné le Sergent agé de 21ans? Tuvia Yanai Weissman? tôt dans la journée dans un supermarché Rami Levy à Sha'ar Binyamin.

 

Weissman, qui faisait des courses avec sa femme et sa petite fille agée de quatre mois, a été poignardé alors qu'il tentait d'arrêter des terroristes qui attaquaient d'autres clients. Une autre victime, de 36 ans Avi Avital, a été légèrement blessé, mais miraculeusement doit sortir aujourd'hui de l'hôpital.

 

Quelques heures après l'agression, en coopération avec l'Administration civile, les soldats de Tsahal ont cartographié les maisons de Omar Samir Rimawi et Iyab Bassam Ibrahim Tzabah dans Bitunia près de Ramallah en Samarie.

 

Avital, qui a été légèrement blessé dans l'attaque, est un résident de Tel Tsion dans la région de Binyamin en Samarie.

 

Il doit sortir de l'hopital Hadassah Mont Scopus de Jérusalem vendredi ou il avait été évacué  la veille.

 

Avital a remercié le personnel médical de l'hôpital, en disant: " mon bonheur est gaché par la tristesse de la famille Weismann de Ma'ale Mikhmas suite à l'assassinat de Yanai hy''d dans la même attaque meurtrière."

 

Les caméras de sécurité du centre commercial Sha'ar Benyamin ont montré les terroristes qui ont été arrêté pour être interrogé par un agent de sécurité à l'entrée du centre. Après environ une minute et demie de questions auxquelles ils ont été soumis- et les couteaux cachés sur eux.

 

D'autres images ont révélé les deux terroristes marchant librement dans la boutique Rami Levy pendant une période de 20 minutes comme s'ils chassaient des victimes avant d'attaquer.

 

Après avoir poignardé leurs deux victimes, les terroristes ont été blessé par deux civils armés dans le magasin, puis amenés pour des soins à l'hôpital Hadassah Mont Scopus.

 

 
Après l'attaque, l'armée israélienne a décidé de fermer l'entrée à la zone industrielle Sha'ar Binyamin aux  arabes, et mis à part les employés avec un permis de travail sur le site. L'armée a également décidé que la route reliant Al-Ram et Adam sera fermée à la circulation arabe, et que les contrôles de sécurité sur les Arabes qui sortent de la région de Ramallah sera intensifiée.

 

Repost 0
mordeh'ai
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 15:08

Par Daniel Pipes

The Investigative Project on Terrorism

Version originale anglaise: Assessing Obama's Mosque Speech on Islam

Adaptation française: Johan Bourlard

malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Souhaitant contrer le sentiment anti-islamique croissant dans l'opinion publique américaine, Barack Obama s'est rendu, le 3 février, à l'Islamic Society de Baltimore (une mosquée malheureusement réputée pour ses affinités islamistes peu recommandables) pour parler de l'islam et des musulmans. Le discours de 5000 mots s'avère d'un grand intérêt. Voici une analyse approfondie de ses idées forces :

OBAMA : Beaucoup d'Américains n'ont jamais visité une mosquée. À ceux qui sont dans ce cas et qui nous regardent aujourd'hui, je dis : pensez à votre église, ou à votre synagogue ou à votre temple, et une mosquée comme celle-ci vous deviendra familière. C'est ici que viennent des familles pour pratiquer leur culte et exprimer l'amour qu'elles ont pour Dieu et pour les leurs. Il y a une école où les enseignants ouvrent les jeunes esprits. Les enfants – garçons et filles – y jouent au baseball, au foot et au basket, et plutôt bien d'après ce qu'on m'a dit. Ici, les scouts se rencontrent et récitent le Serment d'allégeance (au drapeau des États-Unis).

PIPES : Tout cela est vrai. Mais qu'en est-il du côté sombre, à savoir le rôle particulier joué systématiquement par les mosquées dans la diffusion d'idées totalitaires et dans l'incitation à la violence ? Tout cela est passé sous silence dans ce discours présidentiel à l'eau de rose.

 

Obama, lors de sa visite à l'Islamic Society de Baltimore.

En tant qu'Américains musulmans, vous craignez de voir l'ensemble de votre communauté si souvent stigmatisée ou considérée comme responsable des violences commises par quelques-uns.

Obama considère les musulmans comme d'innocents spectateurs alors qu'il existe à leur encontre une crainte tout à fait sensée quand on voit 1) tant de violence émaner de ces 1 % de la population américaine et 2) la sympathie dont les musulmans non violents font preuve envers leurs coreligionnaires violents.

La communauté musulmane américaine demeure relativement réduite avec quelques millions d'habitants de ce pays.

Voilà une façon évasive pour Obama de récuser, sans le dire explicitement, son chiffre exagéré de 7 millions avancé en 2009.

Dernièrement, nous avons été les témoins d'une rhétorique politique inexcusable à l'encontre des Américains musulmans et qui n'a pas sa place dans notre pays.

Une critique à peine voilée de Donald Trump, critique d'ailleurs méritée.

Rien d'étonnant donc si les menaces et le harcèlement contre les Américains musulmans sont en recrudescence.

C'est ridicule. S'il y a eu une recrudescence de menaces et de harcèlement – et cela reste sujet à caution étant donné le caractère peu crédible du propos – c'est à cause de la violence musulmane. C'est à juste titre que les non-musulmans craignent d'être décapités ou agressés par un collègue lors d'une réception, d'être tués par une bombe lors d'un événement sportif ou par un avion venant percuter la façade de leur bureau. Reprocher aux non-musulmans de craindre raisonnablement pour leur vie, c'est confondre le symptôme et la cause.

Voilà plus de mille ans que les gens sont attirés par le message de paix de l'islam.

Certains convertis ont assurément été attirés par le côté paisible de l'islam mais beaucoup d'autres y ont vu une force militante et s'y sont convertis comme on rejoint une équipe qui gagne. Il suffit de voir, à titre d'exemple, les convertis occidentaux qui ont rejoint l'EI. De nouveau, Obama se concentre uniquement sur le côté joyeux et ignore les aspects déplaisants.

Le terme même, Islam, vient de salam qui veut dire paix. Comment une personne occupant un poste à responsabilités peut-elle dire quelque chose d'aussi faux ? Islam signifie soumission et n'est pas un dérivé du mot paix. Comme je l'ai expliqué en 2005, « Il n'y a aucun lien sémantique entre salām et islām, paix et soumission. Il s'agit de deux termes distincts qui n'ont aucun rapport l'un avec l'autre. » Honte à Obama.

Pour des chrétiens comme moi...

Comme il se trouve dans une mosquée, Obama sent apparemment la nécessité de rappeler à l'auditoire qu'il n'est pas musulman. Il serait plus convaincant s'il mettait d'abord un peu d'ordre dans son autobiographie. Par exemple, à certains moments il déclare avoir « toujours été chrétien » et à d'autres qu'il « n'est pas devenu chrétien » avant l'université. Ce serait bien aussi s'il pouvait dater cette étape cruciale plutôt que d'offrir ce que Jason Kissner, professeur associé de criminologie à l'Université d'État de Californie, à Fresno, considère comme « deux récits tout à fait contradictoires » quant aux dates.

Les Américains musulmans contribuent à notre sécurité. Ils sont nos agents de police et nos pompiers. Ils sont dans les services de l'intérieur et du renseignement. Ils servent avec honneur dans nos forces armées.

C'est de nouveau vrai mais de nouveau, on oublie le côté sombre, à savoir l'infiltration persistante des services intérieurs et militaires américains par des ennemis islamistes.

On ne peut nier qu'une infime partie des musulmans propage une interprétation pervertie de l'islam.

Et c'est reparti. L'imam Obama proclame ce que sont la bonne interprétation et l'interprétation pervertie de l'islam. Il l'a déjà fait par le passé, à l'instar de nombreux autres dirigeants non-musulmans, notamment d'anciens présidents américains. C'est à la fois stupide et gênant.

À l'heure actuelle, il existe un noyau extrémiste organisé qui fait une lecture sélective de textes islamiques qu'il déforme dans le but de justifier ses meurtres et ses actes terroristes.

Il serait plus judicieux de dire : « À l'heure actuelle, il existe un noyau extrémiste organisé qui s'inspire de textes islamiques médiévaux qu'il interprète dans un sens médiéval dans le but de justifier ses meurtres et ses actes terroristes.»

Une partie de ce qui se passe au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et dans les endroits où nous assistons à des violences sectaires, est due à une instrumentalisation de la religion à des fins autres que religieuses – le pouvoir, le contrôle.

Ce raisonnement est typique du matérialisme de gauche qui voit la religion comme un moyen utilisé dans un autre but, généralement lié à des avantages économiques. Non, les islamistes sont de véritables croyants qui s'engagent dans la voie de la violence dans le but de réaliser leur projet, et non pas, comme l'affirme Obama, pour le pouvoir comme une fin en soi.

Les adversaires de Thomas Jefferson ont essayé de provoquer l'agitation en faisant croire qu'il était musulman – je ne suis donc pas le premier dans ce cas. Non, c'est vrai. Vous n'avez qu'à vérifier. Je ne suis pas le seul.

J'ai vérifié – dans Jefferson's Religion, le livre publié en 2007 par Stephen J. Vicchio – et je n'ai trouvé aucun élément indiquant que Jefferson a été qualifié de musulman. Ses opposants l'ont affublé de différents noms tels que « infidèle français », « infidèle patenté », « athée hurlant » ou encore « fanatique » mais jamais « Mahométan ».

Thomas Jefferson Tout comme les leaders religieux, notamment musulmans, doivent s'indigner quand les chrétiens sont persécutés dans le monde – ou quand l'antisémitisme est en recrudescence – car c'est un fait, il y a des chrétiens qui sont aujourd'hui visés au Moyen-Orient, malgré le fait qu'ils sont là depuis des siècles, et il y a des juifs qui vivent dans des endroits comme la France depuis des siècles et qui maintenant se sentent obligés de partir car ils se sentent eux-mêmes agressés – parfois par des musulmans.

Même s'il n'est ni complet ni cohérent, ce propos demande très justement que les musulmans s'indignent face aux persécutions religieuses et fait remarquer que des juifs en Europe sont « parfois » (en réalité, presque toujours) agressés par des musulmans. C'est un soulagement de voir le côté sombre évoqué un instant.

On suggère en quelque sorte que je dise simplement que ce sont tous des « terroristes musulmans » et on aurait ainsi résolu le problème, apparemment (rires).

C'est de l'humour facile. Personne ne pense que le problème de la violence islamiste sera résolu par le fait qu'Obama utilise la bonne terminologie. Toutefois nombreux sont ceux qui, comme moi, disent qu'il ne peut s'attaquer efficacement au problème sans l'avoir identifié précisément.

Des organisations comme l'EI sont prêtes à tout pour obtenir une légitimité. Elles tentent de faire passer leurs membres pour des dirigeants religieux et des combattants de la guerre sainte qui parlent au nom de l'islam. Je refuse de leur donner une quelconque légitimité.

En réalité, l'EI (ou ISIS ou Daech) ne se soucie pas de ce que peuvent penser de lui Obama ou d'autres dirigeants non-musulmans. Seule l'opinion des musulmans sunnites compte pour lui. Obama a beau lui refuser toute légitimité, l'EI ne s'en préoccupe absolument pas.

L'affirmation selon laquelle l'Amérique est en guerre contre l'islam ignore le fait que les religions du monde font partie de ce que nous sommes. Nous ne pouvons pas être en guerre contre une religion quelle qu'elle soit car les religions du monde font partie de la structure même des États-Unis et sont une caractéristique de notre nation.

Si l'on suit cette logique infantile, Hitler n'aurait pas pu faire la guerre au judaïsme car les juifs faisaient partie de la structure même de l'Allemagne.

La synagogue de la Oranienbergstrasse, à Berlin, était la plus grande synagogue du monde lorsqu'elle a été construite en 1866. Les nazis l'ont détruite en 1938.

La meilleure façon pour nous de combattre le terrorisme est de dénier toute légitimité à ces organisations et de montrer qu'ici, aux États-Unis d'Amérique, nous ne réprimons pas l'islam mais célébrons et montrons en exemple la réussite des Américains musulmans.

Non, la meilleure façon de combattre la violence musulmane est 1) de recourir aux moyens répressifs ou autres sur la ligne de front et 2) d'aider les musulmans anti-islamistes à faire entendre leur voix.

Nous ne pouvons pas insinuer que l'islam constitue en soi la racine du problème. Cela irait à l'encontre de nos valeurs et stigmatiserait les Américains musulmans. C'est blessant pour ces enfants qui essaient d'aller à l'école, font partie des Boy Scouts et envisagent de rejoindre notre armée.

Ces propos résument admirablement la mentalité de l'establishment selon laquelle il est interdit de faire ouvertement le lien entre l'islam et la violence, un lien qu'on ne peut qu'évoquer à mots couverts et en cercles fermés.

Les musulmans à travers le monde ont la responsabilité de rejeter les idéologies extrémistes qui essaient de s'infiltrer dans les communautés musulmanes. Que ce soit ici, dans cette mosquée, ou ailleurs dans notre pays et dans le monde, les dirigeants musulmans sont continuellement en train de condamner le terrorisme avec une fermeté sans faille.

L'équation établie entre le fait de « rejeter les idéologies extrémistes » et le fait de « condamner le terrorisme » montre la compréhension superficielle qu'a Obama du défi posé par l'islamisme en le réduisant purement et simplement à de la basse violence politique. Il suffit d'arrêter cette violence et le problème sera résolu. Or, c'est loin d'être le cas puisque l'islamisme légaliste présente une menace beaucoup plus grande que certains fanatiques poseurs de bombes.

Il ne s'agit pas d'un choc de civilisations entre l'Occident et l'Islam mais bien d'une lutte entre l'immense majorité des musulmans qui partout dans le monde sont épris de paix et une infime minorité de radicaux. Et tôt ou tard, je suis sûr que c'est l'immense majorité qui gagnera la bataille. Ce sont les musulmans qui décideront de l'avenir de votre religion. Et je suis confiant quant à la direction qui sera prise à ce sujet.

J'emploierais une formulation différente pour le dire mais je suis d'accord avec cette opinion.

Si jamais vous vous demandez si vous avez votre place ici, permettez-moi de vous le dire très clairement, en tant que président des États-Unis : vous avez votre place ici, dans ce pays. Vous avez le droit d'être là. Vous faites, vous aussi, partie de l'Amérique. Vous n'êtes pas musulmans ou américains.

Vous êtes musulmans et américains. J'approuve également cette déclaration.

Nous avons la chance de vivre dans un pays où, même si parfois nous trébuchons, même si parfois nous échouons, nous ne cesserons jamais de lutter pour nos idéaux et continuerons à cheminer vers cette union toujours plus parfaite. Nous vivons dans un pays où, quand on travaille dur et quand on respecte les règles, on peut y arriver, peu importe qui on est et comment on prie. Il se peut que ça ne marche pas toujours, mais ici, plus que partout ailleurs, le chance nous est donnée pour que ça marche...

Après plus de 200 ans, ce brassage qui fait notre héritage, ce patchwork que représente l'Amérique, ce n'est pas une faiblesse mais bien l'une de nos plus grandes forces. C'est ce qui fait de nous un phare pour le monde.

Voilà un discours patriotique et chaleureux peu banal de la part d'un gauchiste qui prend si rarement la peine de dire du bien des États-Unis. C'est agréable à entendre.

Au final, cette allocution contient beaucoup plus de contrevérités que d'exactitudes, que ce soit des erreurs factuelles, des faux-fuyants ou encore des déformations. Même s'il est juste sur quelques points, surtout vers la fin, le discours dans son ensemble est un exemple typique de ce qu'Obama peut produire comme médiocrité.

Repost 0
mordeh'ai
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 09:05

Par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/2016/02/how-the-us-is-helping-iran-and-hurting-israel/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Cela peut être la pire conséquence de tout à court terme de l'accord sur le nucléaire iranien :

Le ministre iranien de la Défense Hossein Dehghan est en visite de deux jours à Moscou pour rencontrer ses homologues au sujet de la signature d'un nouveau contrat de 8 milliards $ sur les armes, selon les médias contrôlés par l'Etat Iranien.

 

Les dirigeants iraniens auraient fourni à la Russie ce qu'ils appellent une "liste de courses" pour diverses armes et matériel militaire. La visite de Dehghan devrait «accélérer un certain nombre de clés accord [s] des armes» entre les pays, selon l'Agence Fars News d'Iran.

 

L'Iran veut acheter des systèmes de missiles antiaériens plus sophistiqués et aussi un nouveau cadre d'avions de guerre, selon le rapport. Les nouvelles offres seront en plus de plusieurs armes en circulation et les contrats militaires qui ont déjà été signés entre l'Iran et la Russie.

 

Le plus troublant ce n'est pas que l'Iran améliorera ses capacités militaires, même si bien sûr ce qui va arriver dans quelques années que les armes livrées seront intégrées dans les forces iraniennes. Mais c'est ce qui se passera demain qui est inquiétant: l'Iran devient le meilleur client de la Russie dans une industrie très rentable.

 

Il en sera de même pour d'autres pays. L'Allemagne et la France ont envoyé des délégations en Iran pour faire du commerce avant que l'encre de l'accord ne soit sec (sauf qu'il n'y avait pas d'encre - rien n'a été signé, sauf les différents documents nécessaires pour libérer au moins 100 milliards de $ pour des fonds iraniens gelés et supprimer toutes sanctions sur l'industrie pétrolière d' l'Iran) . L'Iran a également prévu d'acheter des armes en provenance de Chine. Ces offres vont donner à l'Iran la possibilité de faire pression sur ses fournisseurs pour obtenir des faveurs politiques.

 

Je l'ai fait valoir à plusieurs reprises qu'Israël a besoin de réduire sa dépendance des Etats-Unis pour le matériel militaire et doit développer des relations avec des pays comme la Russie, la Chine et (comme Caroline Glick l'a récemment suggéré)l'Inde. Mais ce sera plus difficile s'il devient important pour ces pays de maintenir le régime iranien heureux. C'est déjà le cas :

Le président chinois Xi Jinping a appelé jeudi à la création d'un Etat palestinien dans les frontières d'avant 1967-guerre au milieu des efforts de Pékin pour faire valoir son poids économique et sa politique au Moyen-Orient.

 

Il l'a abordé avec la Ligue arabe basée au Caire, Xi a déclaré que le problème palestinien "ne doit pas être marginalisé."

 

"La Chine soutient le processus de paix au Moyen-Orient [et] la création d'un Etat palestinien avec pour capitale Jérusalem-Est étant," at-il ajouté intermédiaire d'un interprète. ...

 

Le président chinois est arrivé en Egypte mercredi dans le cadre d'une tournée régionale qui l'a déjà conduit en Arabie Saoudite. L'Iran sera la dernière étape de son voyage de trois nations. [Souligné par moi]

 

La relation entre Israël et les Etats-Unis, qui semble au contraire se détériorer tout le temps, peut souffrir encore plus. Récemment, l'énorme General Electric Company a envoyé la tête de sa division pétrolière et gazière en Iran pour explorer les opportunités de faire des affaires.

 

En affaires / en politique internationale, le client a toujours raison - et le gros client a une grande influence. Habituellement, le lobbying s'exprime en coulisses, mais en 1973 les compagnies pétrolières qui font des affaires avec le monde arabe est devenu publique , avec Texaco, Chevron et Mobil tout public appelant à un changement dans la politique américaine au Moyen-Orient.

 

Après la guerre a commencé, les compagnies pétrolières ont fait pression sur le président américain Nixon contre réapprovisionnement d'Israël (heureusement, craignant qu'Israël in extremis ne soit amené à utiliser des armes nucléaires, il n'a pas suivi leurs conseils). Ce seront Général Electrique et d'autres entreprises américaines qui subiront des pressions pour soutenir les objectifs iraniens que l'Iran devienne une partie importante de leur entreprise? Comment pourraient-ils ne pas le faire?

 

En vertu de la présente entente addict / poussoir, Israël n'a pas l'effet de levier, il l'obtiendrait s'il y avait une concurrence pour son activité. Israël reçoit une aide militaire des États-Unis et c'est ensuite une nécessité de l'utiliser pour acheter des armes à des sociétés américaines (et pas seulement des armes - des choses comme des bottes, qui, ont été produites parfois par des entreprises israéliennes , et sont importées des États-Unis).

 

Il n'a pas d'influence sur les Américains non plus. Par exemple, Israël voulait l'accès au code source pour les systèmes informatiques du F-35, afin qu'il puisse modifier et l'améliorer. Les États-Unis ont refusé. Non seulement cela ralentit considérablement le processus d'intégration du nouvel avion avec les systèmes d'Israël, mais il soulève le spectre de possibles «portes dérobées» dans le code qui pourrait permettre aux États-Unis de suivre ou même de forcer le plan vers le bas.

 

Pensez-y. Comment serait-il difficile d'implanter un mouchard dans le logiciel de l'appareil qui fournirait un rapport de position à un satellite américain toutes les secondes? Que faire si le calculateur de bord recevait une commande pour désactiver certains systèmes d'armes? Ou le moteur? Ou même être invité à le faire automatiquement lorsque, par exemple, la frontière iranienne est traversée? Cela n'est pas de la science-fiction - C'est beaucoup plus facile à faire sur un ordinateur de vol que sur la plupart des choses.

 

Après que l'accord Iran a été signé, l'administration a promis à Israël qu'il serait «compensé» par une aide supplémentaire. Israël voulait l'utiliser pour acheter des avions F-15SE et des bombes perforatrices de bunker, mais selon Caroline Glick , les États-Unis ont refusé et ils ont dit d'acheter plus de F-35 à la place.

 

L'Iran a reçu plusieurs cadeaux de l'administration Obama, des milliards de dollars en avance de l'autorisation de construire finalement des armes nucléaires (et de facto la capacité pour lui de les construire maintenant sans se faire prendre). Il a été considéré comme le numéro un de la menace pour Israël avant même l'opération, et l'accord ne le rende plus fort, militairement, politiquement et psychologiquement.

 

Israël, d'autre part, a été paralysé par les Etats-Unis. L'administration interfère quand Israël est forcé de se défendre contre une attaque par les mandataires iraniens sur ses frontières, l'empêche d'obtenir des armes, il aurait besoin d'attaquer les installations nucléaires de l'Iran, il est soumis à une pression diplomatique constante sur la question palestinienne, et maintenant - avec la récente décision d'appliquer une règle exigeant un étiquetage spécial pour les produits fabriqués sur la ligne verte - rejoint l'Europe en encourageant BDS, en pratique sinon en paroles.

 

3 milliards de $ c'est beaucoup d'argent, mais à la différence des 100 milliards de $ que l'accord sur le nucléaire a mis à disposition de l'Iran, elle est livrée et liée à tant de retenues que nous serions mieux sans cette aide.

Repost 0
mordeh'ai
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 06:15

Il est très inquiétant de constater que le candidat de gauche se trouve aussi être juif. Voici pourquoi.

 

Par Dr. Avi Perry

http://www.israelnationalnews.com/Articles/Article.aspx/18416#.VsYrnpsUXDc

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

 

En 1921, Albert Einstein a présenté un document sur sa théorie alors infantile de la relativité à l'Université de la Sorbonne à Paris." Si j'ai finalement raison," a-t-il dit, " les Allemands vont me traiter d'allemand, la suisse me fera citoyen suisse, et les Français me désigneront comme un grand scientifique. Si la relativité n'est pas prouvée, les Français m'appelleront suisse, les Suisses vont me rappeler que je suis allemand, et les Allemands m'appelleront Juif ".

 

Les actions politiques, économiques, sociales ou judiciaires sont différentes de la physique. Les actions particulières ou les inactions ne sont pas toujours dans des positions pour être prouvées bénéfiques ou déplacées en fonction de leur résultat immédiat ou même de leur impact sur la route. Dans une société politiquement divisée comme les Etats-Unis, il y a toujours ceux qui soutiennent le président et ceux qui trouvent des défauts dans chacun de ses mouvements. Et si le président se trouve être juif; si Bernie Sanders devient le prochain président, le théorème d'Einstein s'entendra à tout moment. On n'attendra pas la preuve si celle-ci est juste; on criera qu'elle est appropriée par certains, surtout des Démocrates et mauvaise par d'autres, pour la plupart des Républicains. Les Démocrates se référeront à lui comme étant le mouvement du président américain, alors que certains Républicains agiront comme les «Allemands» en 1930  les antisémites parmi eux le verront comme la preuve d'une conspiration juive.

 

Une présidence Bernie Sanders entraînera une hausse de l'antisémitisme aux États-Unis.

 

Et cette hausse tirera son énergie d'une autre source principale, une source intégrée dans une idéologie de Gauche malade qui a infecté une grande partie du monde universitaire en général, et les jeunes dans les campus universitaires à travers les États-Unis en particulier.

 

L'idéologie de gauche est une idéologie par l'obséssiont de l'opprimé, des pauvres, des démunis, du perdant. En règle générale, les porte-drapeaux de ce point de vue sont très agressifs, même au point de devenir violents dans leur quête pour sauver le monde de ses méchants. Ils représentent David contre Goliath, Don Quichotte contre les moulins à vent, le «bon» contre le «mal», — ou alors ils y croient.

 

Il y a un problème, cependant, avec l'approche de gauche. Assimilant le «bon» avec les opprimés et les perdants, le «mal» avec le succès et les gagnants, ce n'est pas toujours bon. Les perdants, tout comme la direction arabe palestinienne, dans la plupart des cas, ont apporté la misère sur eux-mêmes et sur leur peuple à travers leurs propres actions, tandis que les gagnants, comme les Israéliens, le plus souvent, qui ont travaillé dur et légitimement avant d'atteindre leur statut. Evidemment, il y a des cas où l'effet est contraire, néanmoins, en dressant le portrait du «bon» et du «mal» sur la base respective du «pauvre» et de la «réussite» est ironique, fausse et incorrecte.

 

Il est vrai que l'Etat d'Israël avait l'habitude d'être un préféré parmi les nombreuses personnalités penchant à Gauche jusqu'à ce qu'il ait gagné la guerre des Six Jours en 1967. Cette guerre a changé la géographie du Moyen-Orient. le triomphe inattendu d'Israël, mais magnifique, sur plusieurs ennemis arabes, mieux équipés, son image s'est transformée du ringard à l'occupant. Tout d'un coup, la nation de la Palestine, qui n'a pas existé avant 1967, la plus petite communauté de l'immense nation arabe, est devenue sa propre nation. Un écharde entre les dents de Goliath, un ancien agresseur s'est transformé en perdant et est devenu le favori de la Gauche, tandis que le vainqueur, l'ex-outsider, David, est devenu le méchant — Il avait gagné et il n'était donc plus parmi les petits alevins.

 

Et maintenant, un candidat à la présidence des États-Unis, Bernie Sanders, prend le drapeau anti-Israëlien, en essayant de protéger l'opprimé palestinien, accusant Israël d'infliger la misère sur les Palestiniens "les pauvres" sans tenir compte du fait que les Arabes ne rêvent que de rayer Israël de la carte ont attiré cette misère sur eux-mêmes.

 

La partie la plus alarmante de cette conséquence potentielle; ce gauchiste accorde plus de crédibilité à cet ordre du jour anti-Israëlien c'est le fait que ce candidat de gauche à la présidentielle se trouve être juif. Et voici pourquoi ce phénomène est assez troublant.

 

Quand on veut faire un point sur une question controversée, nous recherchons un expert; nous cherchons quelqu'un qui est personnellement intégré dans la question, tout en soutenant notre position. Mais pour l'impact final, nous recherchons un individu, qui est affilié à notre adversaire en raison de sa / ses relations personnelles, lignée, contexte, religion ou les connexions historiques, sauf, si c'est un traître. Bernie Sanders serait le pion parfait s'il devient président des États-Unis.

 

Le fait qu'il soit juif, pourrait trahir les relations spéciales entre l'Etat juif et les Etats-Unis, ce serait considéré comme l'autorité la plus pesante pour l'appui des forces anti-Israël, de BDS et des antisémites partout. Si un Juif, un initié, se lève et condamne "l'agression" israélienne que cela doit être la preuve qu'Israël est un "Etat criminel", et les Juifs qui soutiennent ses «crimes» doivent être vilipendés. Et puisque les haineux d'Israël et autres antisémites ne savent pas quels Juifs soutiennent Israël, ils présument que tout Juif est un suspect, provoquant ainsi une augmentation significative de l'antisémitisme.

 

L'antisémitisme est déjà ici aux États-Unis. La plupart des gens ignorent son potentiel de propagation rapide comme un feu atroce si Bernie Sanders devient président. Évidemment, la plupart des gens prennent ce danger potentiel à la légère car il est déguisé en informations innocentes et ouvertes. Un exemple d'antisémitisme déguisé c'est le fait que lorsque Paul Newman est mort, les médias ont omis de mentionner qu'il se considérait comme juif (né demi-juif). Lorsque Helen Suzman qui a aidé Nelson Mandela est morte, ils ont omis de mentionner qu'elle était juive.

 

Lorsque Ken Lay, Jeff Skilling, Martha Stewart, Randy Cunningham, le gouverneur Edwards, Conrad Black, le sénateur Keating, le gouverneur Ryan, et le gouverneur Blagoyovich ont fait des bêtises, on n'a pas parlé de leur religion ou de leur confession, parce qu'ils n'étaient pas juifs. Mais quand Ivan Boesky ou Andrew Fastow ou Bernie Madoff ont commis des fraudes, presque chaque article a mentionné qu'ils étaient juifs.

 

Il ne fait aucun doute dans mon esprit que Bernie Sanders deviendra le président raté si jamais il prend la Maison Blanche. Il ne sera pas en mesure de remplir les promesses grandioses qu'il jette autour de lui. Non seulement la moitié des États-Unis, le Congrès et la moitié des gouverneurs feront en sorte qu'il échoue, mais même sans cet obstacle gigantesque, le socialisme que le plan Sanders propose jeterait le pays dans une dépression économique, chaque fois qu'il a été tenté dans l'histoire récente. Mais à cette croisée, comme Sanders est juif, tout le monde va se référer à lui comme un président JUIF raté, ce qui implique qu'on ne peut pas faire confiance aux Juifs pour gouverner à la Maison Blanche.Ils diront tout est la faute du Juif.

 

Je l'espère vraiment que Sanders n'obtienne pas le nombre nécessaire de délégués dans sa quête pour ce poste. Je souhaite que les Américains se réveillent et pensent à l'énorme dommage que son règne potentiel pourrait infliger aux Etats-Unis, à la fois sur le plan économique et sur le front de la sécurité intérieure.

 

Ne votez pas pour Bernie Sanders. N'oubliez pas qu'il est juif. Comme Jack Engelhard a écrit récemment, où sont les antisémites quand nous en avons besoin?

Repost 0
mordeh'ai