Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 10:02

Par Elliott Abrams
http://blogs.cfr.org/abrams/2016/06/24/abbas-spurns-rivlins-hand-and-peace/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif    

 

Depuis qu'il a quitté la Maison Blanche en Janvier 2009, je suis allé le dire au public que le président palestinien chef de l'OLP Mahmoud Abbas ne signera jamais, jamais un accord de paix avec Israël, quelqu'en sera son contenu.

 

Ceux qui sont encore dans le doute pourraient réfléchir aux événements de cette semaine. Abbas et le président israélien, Reuven Rivlin, étaient tous les deux à Bruxelles, et le président européen Martin Schulz avait pensé que ce serait bien de les réunir. Le poste de Rivlin n'est que cérémoniel, mais qui est une raison de plus pour un geste cérémoniel vers la réconciliation. Abbas a tout simplement refusé. Rabin pouvait serrer la main du terroriste Arafat, mais Abbas ne pouvait pas serrer la main de l'ex-parlementaire, maintenant président-Rivlin.

 

Abbas et Rivlin ont tous deux parlé au Parlement européen, où Abbas a démontré encore une fois à quel point il n'est pas prêt de signer un accord de paix. Il a rapporté qu'Israël avait coupé l'eau à la Cisjordanie pour le Ramadan afin de nuire aux Palestiniens, un responsable du ministère palestinien de l' information continue à le répéter.

 

La ligne la plus remarquable est celle-ci: " Le peuple palestinien a connu des assassinats en masse à l'échelle historique et des attaques sans précédent sous les yeux et les oreilles de la communauté internationale, ce qui donne l'immunité à Israël. Les Palestiniens passent par jours sombres et vivent sous la tyrannie et le racisme de l'occupation. Il y a une semaine, plusieurs rabbins d'Israël ont demandé à leur gouvernement d'empoisonner l'eau pour tuer les Palestiniens ".

 

Empoisonnement des puits: cette libelle médiévale contre les juifs survit encore, nous le voyons, dans la rhétorique du président palestinien. Quant à " l'assassinat de masse," il y en a beaucoup dans le quartier, notamment en Syrie, où peut-être 500000 musulmans ont été assassinés. Parmi eux des Palestiniens qui vivaient dans des camps. Mais de tout cela il n'avait bien sûr rien à dire.

 

Abbas a grandement bénéficié de la comparaison avec son prédécesseur, Yasser Arafat, et du record d'Arafat de corruption et de terreur. Mais l'Autorité palestinienne sous Abbas compile son propre record de corruption, et alors que Abbas continue de dénoncer la terreur dans tous les discours, son Autorité palestinienne continue d'honorer et de célébrer les terroristes qui tuent des Israéliens. Abbas manque de charisme et il porte un costume et une cravate, contrairement à Arafat, mais ces qualités ne doivent pas être confondues avec l'intention de ne jamais signer un accord de paix.

 

Abbas a régné beaucoup plus longtemps que Arafat, et les Israéliens et les Palestiniens ne sont pas plus près de la paix. Son refus de rencontrer Rivlin et son discours ignoble cette semaine sont des rappels qu'il a repoussé l'offre de paix d'Ehud Olmert en 2008 et a refusé les efforts du président Obama et du Secrétaire d'Etat Kerry pour l'amener à la table des négociations de paix. Donc, mon point de vue n'a pas changé depuis 2009: Abbas ne signera jamais un accord de paix. La vie en Cisjordanie peut être améliorée, Israël et l'Autorité palestinienne peuvent se déplacer vers l'amélioration des relations, le terrorisme peut être combattu, l'autonomie palestinienne peut être négociée, mais il n'y aura pas de paix négociée par Mahmoud Abbas. Les gouvernements occidentaux viennent de faire face avec ce fait, les approches pragmatiques  au conflit israélo-palestinien peuvent avancer.

Repost 0
mordeh'ai
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 06:31

 Analyse deT.Belman http://www.israpundit.org/archives/63615787 

 

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif   

Par Raphaël AHREN http://www.timesofisrael.com/eu-israeli-accusations-of-colonialism-false-and-offensive/ 

 

L'UE et les Etats-Unis continuent à essayer de faire valoir que le conflit Israëlo arabe perturbe le Moyen-Orient et le monde et doit être résolu en priorité. Y a-t-il de la crédibilité à cette affirmation?

 

L'Union enclenche à nouveau après l'attaque du Mnistère des Affaires étrangères, qui dit absence d'un accord de paix a des répercussions mondiales

L'Union européenne a rejeté mercredi les critiques stridentes faites par un responsable israélien - qui, entre autres choses, avait accusé l'organisation de «colonialisme» - comme «offensantes, inexactes et inappropriées."

Mardi, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Emmanuel Nahshon a déclaré au Times d'Israël que les politiques de l'UE vis-à-vis du conflit israélo-palestinien sentent comme des " relents d'un passé colonial européen prêt à réssuciter."

Le diplomate israélien a accusé en outre les dirigeants européens d'exploiter cyniquement le conflit pour détourner les critiques et à détourner l'attention du public de leur incapacité à résoudre des problèmes réels pressants du continent.

Un fonctionnaire de la délégation de l'union en Israël a dit le lendemain: " les commentaires de Nachschon étaient offensants, inexacts et inappropriés aux relations étroites et profondes qu'Israël entretient avec l'Union européenne." 

" Un règlement global du conflit israélo-palestinien a longtemps été une priorité pour l'UE "

" En tant que partenaire et en tant que voisin, un règlement global du conflit israélo-palestinien est depuis longtemps autant une priorité pour l'Union européenne que pour Israël," le fonctionnaire dit au Times d'Israël, en insistant sur l'anonymat parce qu'il n'a pas été autorisé pour régler la question dans la presse.

" Contrairement aux remarques de Nachschon, l'UE a des difficultés avec les défis auxquels elle est confrontée dans le monde, dans la région et à la maison ", a déclaré le fonctionnaire.  " L'absence de progrès dans le processus de paix au Moyen-Orient, qui prend son tribut en Israël et chez les Palestiniens, et qui continue à se répercuter au niveau régional et au niveau mondial, est l'un d'entre eux."

Les commentaires de Nachschon au The Times of Israel sont venus sur les talons de la réunion de lundi des 28 ministres des Affaires étrangères de l'UE à Bruxelles, après qu'ils aient approuvé à l'unanimité le plan français d'un processus de paix internationale plus tard cette année.

Israël a rejeté à plusieurs reprises l'initiative française, faisant valoir qu'il durcit les positions de négociation des palestiniens et ainsi éloigne la paix.

Nahshon avait fulminé: "Quand je regarde la séquence de l'UE mise en œuvre de l'étiquetage "des produits des implantations" et maintenant l'approbation d'une conférence internationale, je pense que ce sont les fantômes d'un passé colonial européen qui revient à la vie," 

Les dirigeants européens " n'ont aucune crédibilité si ils traitent de ce conflit sans traiter les grandes questions qui sont beaucoup plus importants pour l'Europe et le monde, en commençant par la guerre civile syrienne, et les défis auxquels l'Europe elle-même est confrontée, comme Brexit, l'immigration et la terreur islamique " a-t-il dit.

Le diplomate tonna: Jérusalem se demande " si Israël n'est pas employé, si nous ne sommes pas utilisés de manière cynique et délibérée comme une sorte de feuille de vigne, une panacée universelle, pour un continent qui est évidemment réticent ou incapable de faire face à ses vrais problèmes," .

" Malheureusement, la conclusion c'est ce qui est probablement le cas ", a-t-il dit." Chaque fois que vous êtes en difficulté, chaque fois qu'un leader européen est impopulaire à la maison, et chaque fois que vous faites face à des défis insurmontables, alors il n'y a rien de tel que l'organisation d'une conférence sur Israël pour créer un faux programme qui va détourner l'attention ailleurs."

Si l'UE était réellement préoccupée par le processus de paix qui est au point mort, ce serait de concentrer tous ses efforts que les Palestiniens acceptent d'entamer des négociations bilatérales directes avec Israël, a déclaré le diplomate.

Repost 0
mordeh'ai
24 juin 2016 5 24 /06 /juin /2016 09:56

Le journal attaque le président américain Barack Obama après que l'ancien secrétaire de la défense décrit la réaction 'impardonnable' du président apprenant le comportement d'Israël qui a fait retardé un contrat d'armement avec l'Arabie • le Post dit que ce président a axé sa colère sur des protections pour Israël.

Par Yoni Hersch le Personnel d'Israël Hayom 

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_article.php?id=34543

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif   

 

 

 

Le New York Post a fustigé le président américain Barack Obama mardi dans un éditorial intitulé " Israël - le problème du président."

 

" Même après des années à la Maison Blanche, le président Obama n'a pas compris comment le soutien à Israël est écrit dans la loi américaine," l'éditorial, citant une conversation entre le président et l'ancien secrétaire américain à la Défense Leon Panetta. Selon Panetta, qui a décrit la conversation dans un discours à Washington plus tôt ce mois-ci, Obama a été irrité que cela prenait tant de temps pour conclure un contrat d'armement avec l'Arabie Saoudite. Le retard était le résultat de la loi américaine, qui veut que les ventes d'armes aux pays arabes ne doivent pas menacer l'avantage militaire d'Israël.

 

Selon Panetta, Obama "a exprimé une certaine colère à propos de ' pourquoi diable devons-nous faire ceci en premier lieu?"  Et j'ai répondu: " Parce que nous avons rendu cette obligation légale, et parce qu'il est important, en particulier pour notre relation avec Israël."

 

Le Post a concédé que chaque président a le droit de se mettre en colère, mais la faire valoir, " il est dit que ce président a axé sa colère sur les protections pour Israël."

 

Extraits choisis par Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif  de l'article du New York Post de M.Goodwin 

" Israël - méfie-toi des Obamas "

http://nypost.com/2015/03/22/israel-beware-of-obama/

 

....Dans le contexte du tsunami d’ennuis qu’il a déclenché, gage de Obama à «réévaluer» les relations de l’Amérique avec Israël ne peut pas être prise à la légère. .... Déjà les jalons d’une nuke iranienne, il est allusion qu’il vous laisse également les autres antisémites à Turtle Bay ont leur manière. Cela pourrait signifier le soutien américain pour punitives résolutions du Conseil de sécurité ou pour les initiatives de l’État palestinien. Cela pourrait signifier tous les deux, ou quelque chose de pire.

 

....Son aversion viscérale pour Netanyahu est authentique, mais sert également d’une feuille de vigne commode pour son aversion viscérale d’Israël. Le fait qu’il est personnellement avec Netanyahu n’explique pas six ans d’essayer de forcer les Israéliens à signer un Pacte de suicide avec des musulmans décidés à les détruire. Le seul péché de Netanyahu est qu’il met d’abord sa sécurité nationale et qu’il refuse de céder à des demandes sans fin de Obama de concessions unilatérales.

 

....La parade nuptiale atteint le comble de l’absurdité de la semaine dernière, quand Obama souhaitait iraniens un joyeux nouvel an persan en assimilant les critiques républicaines de son accord sur le nucléaire avec la résistance de la ligne dure théocratique, disant que les deux « opposés à une solution diplomatique ». C’est une insulte damnable, étant donné qu’un haut responsable militaire américain estime que les formateurs, les procurations et les armes iraniennes tué 1 500 soldats américains en Irak et en Afghanistan. Qui, dans leur esprit feraient confiance à un tel régime possédant la bombe nucléaire?

 

....Encore Netanyahou, le leader de notre seul allié fiable dans la région, est à plusieurs reprises accusé d'abus. Lui seul est la cible d’une tentative orchestrée pour le battre dans les urnes, avec Obama et des agents politiques, en partie financés par les contribuables américains, ont échoué à faire élire son adversaire.

 

....Ils ont échoué et Netanyahu a prévalu parce que les Israéliens voient en lui leur meilleur pari pour les protéger. Leur choix était sage, mais ils devraient se méfier parce que c’est au tour d’Israël de faire face à la colère d’Obama.

 

L'éditorial conclut: " Il est important de rétablir une bonne relation avec Israël - .. Et de la protéger Espérons que notre prochain président le comprenne "

Repost 0
mordeh'ai
22 juin 2016 3 22 /06 /juin /2016 16:20

Par Isi Leibler                   hebrew_buttonredo

 
http://wordfromjerusalem.com/jews-and-israel-in-a-threatened-leaderless-and-delusional-world/ Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif                       

          extrémistes islamiques

 

La douloureuse leçon du massacre Orlando prouve qu’aucun endroit dans le monde est immunisé contre les extrémistes religieux fanatiques prêts à se faire tuer pour atteindre le salut céleste.

 

Le monde occidental se débat dans ses efforts pathétiques pour affronter les forces mondiales démoniaques menaçant de nous faire plonger à nouveau dans l’âge des ténèbres.

 

Son échec est en grande partie en raison de l’incapacité des pays démocratiques à affronter la réalité et élaborer une stratégie unifiée pour vaincre ces terroristes fondamentalistes islamiques.

 

Au lieu de cela, les dirigeants occidentaux enfouissent leur tête dans le sable et lâchement recourent à des politiques d’apaisement, même s’il n’y a pas une seule instance historique enregistrée dans laquelle un terroriste millénaire soit forcé à modifier son comportement en réponse à de telles approches.

 

L'Europe, où les grandes villes souffrent d'attaques suicidaires de terroristes fous musulmans immigrés ou natifs, et maintenant par égarement doit absorber des millions de migrants supplémentaires des champs de guerre du Moyen Orient – ironiquement rejetés par des pays islamiques comme risques à la sécurité. La démographie de l’Europe est en permanence modifiée mais toute discussion rationnelle du sujet est immédiatement condamnée comme islamophobe.

 

Contrairement à tous les éléments de preuve, la plupart des gouvernements européens occidentaux continuent à rejeter la responsabilité sur l’impasse israélo-palestinienne comme  facteur aggravant de la terreur islamique. Actuellement, le gouvernement Français – dont la population musulmane est estimée à plus de 15 %  agrandissant considérablement – choisit d’ignorer le chaos en cours dans la région et cherche plutôt à forcer Israël à se replier territorialement sur les lignes d’armistice indéfendables de 1949 .

 

Une grande partie de la répartition actuelle peut être attribuée à l’influence du président américain Barack Obama et aux politiques, qu'il a initié. Son objectif premier était de construire un pont entre les Etats-Unis et l’Islam mondial, et à cette fin, il a adulé les dirigeants des Etats voyous islamiques et a humilié le premier ministre Benjamin Netanyahu comme un adversaire de bas niveau, plutôt que de le traiter en allié.

 

Obama a rampé devant les dirigeants de l’Iran, l'entité terroriste la plus intransigeante du monde, alors que les iraniens continuaient de réclamer à grands cris la chute des Etats-Unis, le « grand Satan » – et le Président a réussi à transformer l’Iran en état au seuil du nucléaire, qui a enhardi les ayatollahs et scandalisé les traditionnels partisans modérés de l’Amérique.

 

L'indécision d'Obama est bien la responsable de la guerre civile effroyable en Syrie et qui a permis à la Russie d’assumer une position de directiont critique dans la région. Il a fait preuve d’hostilité au gouvernement égyptien qui, soutenu par l'appui populaire, a remis le régime aux frères musulmans et s'est farouchement engagé dans la lutte contre les fondamentalistes islamiques.

 

Dans son obsession pour apaiser les musulmans, Obama a rejeté toutes critiques de l’intégrisme islamique comme de l’islamophobie. Encore plus bizarre, malgré le fait que la grande majorité des incidents terroristes dans le monde entier ont été orchestré ou inspiré par de fanatiques islamiques, toute référence au lien du terrorisme à l’Islam radical est interdit dans le lexique de la Maison Blanche et au Département d’Etat.

 

Le massacre d'Orlando a été revendiqué par ISIS comme exécuté « par l’un de nos soldats en Amérique. » Au cours de la tuerie, il a crié « Allahu akbar » et même proclamé son allégeance à l’Etat islamique. Encore une fois Obama est resté dans le déni, refusant catégoriquement d’étiqueter le massacre comme du terrorisme islamique et faussement définissant comme un « natif » anti-gay "crime de haine" influencé par "des informations extrémistes diffusées sur "l’internet".

 

Malheureusement, il n’y a aucune garantie de ce que le successeur d'Obama adoptera comme politique .

 

S’il est élu, Donald Trump pourrait apporter des modifications, mais ses déclarations rudes, zigzagantes et son appel à interdire l’entrée à tous les musulmans – par opposition à la limitation et à l’application plus sévère s'un filtrage à l'entrée – sont de la démagogie populiste et guère rassurante. Les partisans deTrump prétendent qu’il s’entoure de bons conseillers. Mais beaucoup, y compris des conservateurs, le considèrent comme un missile non guidé et restent profondément sceptiques quant à sa capacité présidentielle.

 

Hillary Clinton est également une perspective effrayante. Mettons de côté l’hostilité à Israël dont elle a fait preuve lorsqu’elle a été Secrétaire d’État, l’influence des éléments tel que Bernie Sanders sur la radicalisation en cours du parti démocrate est profondément gênante.

 

Il est significatif que même à la suite du massacre de Orlando, Clinton a toujours minimisé l’extrémisme islamique attribuant l’échec sur l’absence de contrôle des armes. Considérant qu’il y a toutes les raisons d’interdire la vente d’armes automatiques au public, blâmant la « violence armée » qui masque la vraie source du problème, c'est-à-dire le jihad mondial. En effet, en Israël, depuis la vague des « homicides spontanés du 'loup solitaire', » les citoyens israéliens autorisés à utiliser des armes ont effectivement été encouragés à en porter et ont réussi à déjouer de nombreuses attaques.

 

Comment les gouvernements peuvent affronter la terreur mondiale lorsqu’ils refusent d’évaluer objectivement et déterminer la source de la menace?

 

C’est un fait indiscutable que l’essentiel de la terreur mondiale émane des musulmans. Ainsi, pour protéger des vies, visa d’entrée et d’immigration doivent être examinés rationnellement. Supposons que les 1,6 milliards musulmans partout dans le monde, 95 % sont des citoyens respectueux des lois. Encore tous les sondages d’opinion indiquent que la majorité néanmoins a de la sympathie pour les terroristes et aspire à la domination musulmane mondiale. Il y a trois ans, une étude de la Rand Corporation dans le monde entier estimait que 100 000 étaient des terroristes potentiels, mais aujourd'hui le nombre serait beaucoup plus important en raison de l’augmentation substantielle des djihadistes dans le sillage du califat d’ISIS.

 

Procédures de sécurité supplémentaires doivent être adoptées. Il y a un besoin urgent de développer et de partager les renseignements.

 

Il ne faut pas sous-estimer les libertés civiles, mais au politiquement correct on doit le substituer par le devoir de protéger la vie des civils innocents. Pourtant même après Orlando, on a enjoint aux médias de sous-estimer le facteur islamique parcequ'il serait « détresse » pour la communauté musulmane.

 

On ne peut pas autoriser les musulmans respectueux de la loi à rester à l’écart ou simplement condamner les actes terroristes. Ils doivent comprendre que c’est leur obligation d’identifier auprès des policiers tous les clercs et les mosquées qui s’engagent dans la promotion du radicalisme et du jihad, telle que la mosquée que fréquentait le terroriste d'Orlando, Omer Mateen. Si les autorités sont sérieuses dans leurs efforts pour réduire les attentats terroristes, alors il n’y a pas d’autre choix que de rétablir la surveillance des sociétés islamiques, qui a été diminuée aux Etats-Unis ces derniers mois, quand le gouvernement a été accusé de comportement discriminatoire et d’islamophobie.

 

La menace d’attaques terroristes a des répercussions sur les attitudes politiques. Avec la vantardise d'extrémistes islamistes "dormants" intégrés dans la société occidentale et prêts à infliger d'autres attentats terroristes, une grande partie de la population a perdu confiance en ses dirigeants. Une véritable révolte contre l’ordre établi se reflète dans la désillusion radicale émergeant dans toute la gamme. En Europe occidentale il y a une augmentation spectaculaire pour la droite populiste, qui est clairement une réponse aux craintes du terrorisme islamique, et aux États-Unis, l'appel populiste à droite de Trump et de Sanders, à gauche signifient une révolte contre tous les establishments.

 

Dans cette constellation, malgré tous les défis qui l’interpellent, Israël est dans une position très forte. Aux Etats-Unis, les européens et l’ONU continueront sans doute de faire pression sur et en passer des résolutions discriminatoires exigeant davantage de concessions territoriales unilatérales qui porterait atteinte à notre sécurité.

 

Netanyahu a souligné que la force des valeurs partagées et un soutien populaire l’emporte sur les tensions, et que les USA restent nos plus proches alliés. Mais nous avons également fait des progrès extraordinaires dans l'extension de relations avec les pays au-delà de l’Amérique du Nord et l'Europe de l’Ouest, comme l’Inde et la Chine. La chaleur exsudée envers Israël et le peuple juif par la Russie a été remarquable. Le journal Algemeiner a même suggéré que Poutine peut utiliser le veto de la Russie aux Nations Unies, pour protéger Israël si les Etats Unis devaient abandonner Israël. Je ne retiendrais pas mon souffle pour cela.

 

Israël est mieux placé aujourd'hui que dans le passé pour résister à ceux qui sont prêts à le sacrifier afin d’apaiser les djihadistes. La réalité est que, dans un monde de plus en plus difficile dans lequel aucune ville n’est à l’abri du terrorisme, Israël peut fournir un exemple de sécurité que les autres pays pourraient bien imiter et peuvent finalement jouer un rôle important dans l’effort pour élaborer des stratégies et neutraliser le jihad mondial.

Repost 0
mordeh'ai
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 06:15

Par Vic Rosenthal

 http://abuyehuda.com/2016/06/ten-propositions/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Je suis nationaliste, sioniste, tribaliste et faucon..

 

Voici les dix règles auquelles je me réfère:

  1. « Israël est l’Etat juif » a un sens concret: le peuple juif est le propriétaire de la terre d’Israël, pas tous ses citoyens.
  2. Les arabes qui vivent en Israël devraient avoir tous les droits civils, mais ils doivent comprendre qu’ils vivent dans un autre pays d’origine. Il est naturel et approprié que le drapeau, l'hymne national, la langue principale et autres symboles sont ceux du peuple juif.
  3. Ce n’est pas un droit civil de demander la destruction de l’État ou le meurtre de son peuple.
  4. Israël ne devrait pas accueillir des migrants non juifs.
  5. Tout le monde en Israël devrait avoir la liberté de culte et pouvoir visiter leurs lieux saints. Mais le gouvernement d’Israël doit être souverain sur chaque pouce de la terre d’Israël, en particulier le Mont du Temple.
  6. Tout le monde devrait être en mesure de suivre sa propre religion ou ne pas en pratiquer  sans contrainte. Mais la religion officielle de l’Etat d’Israël devrait être le judaïsme.
  7. Israël et le peuple juif ont un droit absolu à se défendre.
  8. Culpabilité collective justifie la punition collective.
  9. Personne n’a le droit d’essayer de tuer des Juifs ou des Israéliens, même si leurs moyens sont inefficaces.
  10. Il devrait y avoir une peine de mort pour le terrorisme meurtrier.

***

Ces dix propositions me caractérisent comme anti-démocratique, même raciste et fasciste pour beaucoup, y compris sans doute, les deux anciens ministres de la défense qui ont récemment prononcé un discours dénonçant ce qu’ils croient être le déclin de la moralité collective d’Israël et accusant le gouvernement de Netanyahu d’en être responsable.

 

Leurs jugements seraient encore plus durs si je leur disait que je comprends et m'identifie avec l’acte du sergent Elior Azaria, qui a tué un égorgeur arabe blessé qui (malgré la défense juridique de Azaria) probablement ne représentait aucun danger pour lui ou pour d’autres, ainsi que l’idée qu’aucun terroriste ne devrait survivre à sa tentative d’acte de terrorisme.

 

Il ne serait pas utile que j’admette que je suis d’accord avec la décision du ministre de la Culture et des sports Miri Regev, de refuser le financement gouvernemental pour un groupe de théâtre arabe qui produit une pièce de théâtre présentant un meurtrier terroriste sous un jour positif. Ou que je pense qu’il doit y avoir une loi fondamentale (l’équivalent israélien d’un amendement constitutionnel) qui définit et protège le concept d’un Etat juif , comme il y en a un pour l’idée d’un Etat démocratique. Ou que je découvre que les « colons » sont des gens avec les mêmes droits comme tous les autres citoyens, y compris le droit de ne pas être chassé de leurs foyers.

 

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les gens « éclairés » en Occident ont cru que le nationalisme était responsable des horreurs du 20ème siècle et ont créé des institutions internationales comme l’ONU et l’Union européenne pour lutter contre lui. Ils croient encore que le tribalisme, la conviction qu’il faut donner une priorité plus élevée pour le bien-être de son propre peuple plutôt qu'à celui des autres, il y a du racisme et il doit toujours être condamné dans les termes les plus forts. Il est considéré comme un principe absolu de morale universelle qu’on soit obligé aussi de traiter tous les autres en êtres humains, indépendamment de leur relation avec vous.

 

Ces principes sont toujours justifiés par des arguments au sujet des droits de l’homme et de la morale, bien que certains cyniques suggèrent qu’ils ont été encouragé par le ministère de la guerre psychologique du KGB soviétique afin d’affaiblir les ennemis des russes nationalistes et tribaux.

 

Ceux qui pensent qu’ils donnent le ton du discours moral en Israël, comme les anciens ministres de la défense et 99 % de nos journalistes, écrivains, artistes, avocats, juges et universitaires qui se sont engagés dans cette morale universaliste.

 

Il n’y a rien d’intrinsèquement plus vrai sur la vue d'universaliste que celle d'un tribaliste. Les arguments pour l'une ou l’autre doivent reposer sur les résultats attendus. L’argument de l’Occident contre le tribalisme est qu’elle conduit à la guerre et au génocide, tandis que l’universalisme produit la paix et la coopération.

 

Mais c’est exactement le contraire dans le monde actuel.

 

Penchons-nous sur l’Union européenne comme un exemple d’un projet universaliste. En raison de son attitude universaliste vers l’extérieur – règles libérales sur l’octroi de l’asile, par exemple – et la suppression des contrôles aux frontières à l’intérieur, les États européens sont en train d’être détruits par les migrations incontrôlées de hostiles. Ceux qui n'adopteront pas une politique de tribale et fermeront leurs frontières ne survivront pas.

 

C’est parce que l’universalisme est une forme de désarmement de morale, unilatéral. C’est pratique seulement si tout le monde le pratique. Et le tribalisme musulman ne le fait pas. Donc si l’UE peut être efficace pour prévenir une nouvelle guerre entre la France et l’Allemagne, elle ne peut pas protéger ses Etats membres contre la subversion de ceux qui crachent sur ses principes moraux.

 

Israël est un autre exemple. Entouré par les sociétés tribales qui ont marinées dans la haine de l’Etat juif depuis des décennies, il ne peut se permettre d’ouvrir ses frontières à Gaza. Et il ne peut accepter les assurances de l’OLP d’un Etat palestinien dans la hautement stratégique Judée et  Samarie comme voisin pacifique.

 

Mais non seulement ce serait contraire à la survie d’Israël d’adopter les principes universalistes, ce serait contraire à la conception d’une nation juive.

 

Cette idée d’un peuple relié à une terre – même quand le pays était gouverné par d’autres et les Juifs étaient une minorité à l'intérieur – a maintenu le peuple juif en tant que nation depuis les temps bibliques, une histoire aussi longue ou plus longtemps que n’importe quel autre peuple distinct sur terre. Rien n’est plus fondamental au judaïsme que la relation entre Dieu, le peuple juif et la terre d’Israël.

 

Je trouve ironique que les mêmes personnes qui insistent pour que « toutes les religions doivent être respectées » et qui défendent les aspirations de toutes sortes de groupes ethniques, y compris de "Palestiniens", qui ont une des allégations les plus faibles de toutes à prendre en considération une nation – s’opposent si fortement au nationalisme juif.

 

Je pense que si il devait y avoir un référendum aujourd'hui, la grande majorité des Israéliens serait d’accord avec les dix propositions ci-dessus.

 

En fait, nous avons un tel référendum au moins tous les quatre ans. Il est appelé élection, et je suis persuadé que celle qui suivra se traduira par un gouvernement qui sera encore plus nationaliste, et plus belliciste que l’actuel. Et ce sera une chose bonne et morale.

Repost 0
mordeh'ai
19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 21:50

Par David Israel

http://www.jewishpress.com/news/breaking-news/the-man-who-gave-everything-report-exposes-herzogs-plan-to-end-israel-as-we-know-it/2016/06/19/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

Opposition leader Yitzhak Herzog.

Un document d'entente qui a été exposé dimanche soir par la Chaine10 des Nouvelles montre que le député Isaac Herzog, président du Camp sioniste, qui a mené de nombreuses réunions avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas avant les élections de Mars 2015, a décidé de remettre toute la Judée, la Samarie et Jérusalem-Est à un Etat palestinien, et a conclu un accord sur les réfugiés arabes pour les laisser revenir vivre à l'intérieur des lignes d'Israël de 1967. Les négociations avec Abbas ont été menées en secret entre le général de brigade à la retraite et ancien député et ministre Ephraim Sneh et un haut fonctionnaire de l'Autorité Palestinienne. Il convient de noter qu'au cours des semaines avant  les élections, du 17 Mars les sondages avaient donné le camp sioniste devançant le parti Likoud du Premier ministre Netanyahu, et le plan à l'époque a été considéré comme la forme des choses à venir de la manière la plus réaliste.

 

Sur la question des frontières entre Israël et la Palestine, Herzog a accepté de renoncer à 100% des territoires acquis de 1967 , avec une provision pour seulement 4% des colonies israéliennes qui resteraient en place avec des échanges de terres comparables en Israël d'avant 1967 pour être remis aux Palestiniens. Jérusalem-Est allait devenir la capitale de la Palestine, mais les deux moitiés de la ville se partageraient les responsabilités municipales. Mont du Temple serait remis à une force de surveillance internationale, mais Israël conserverait son emprise sur le Mur occidental.

 

Les réfugiés arabes seraient pris en charge sur la base de la résolution 194 de l'ONU, certains étant autorisés à revenir en Israël et le reste recevrait une compensation financière pour les terres qu'ils ont laissés derrière eux.

 

Israël maintiendrait une présence symbolique dans la vallée du Jourdain, y compris deux bases de blindés, et la lutte contre le terrorisme serait assurée par une force combinée composée de Jordaniens, Palestiniens et Israéliens.

 

En réponse à la révélation, le bureau du député Herzog a publié une déclaration disant: " Dans mes contacts avec le Président de l'Autorité palestinienne en 2014, je fis un effort pour parvenir à des accords qui auraient empêché la vague de terreur que je prédis, comme je travaille maintenant afin d'éviter une situation où l'abandon d'une conférence régionale de la part du gouvernement d'extrême droite n'apportera pas sur nous une prochaine guerre. Après toutes les guerres et les funérailles de la dernière décennie, presque annuelle je ne suis plus prêt à écouter le mantra qui dit que nous pouvons vaincre "toute menace avec seulement la force militaire ".

 

Le Ministre Ze'ev Elkin a déclaré en réponse aux révélations " qu'un abîme nous sépare et ils n'ont pas de place dans un gouvernement dirigé et aimé."

Repost 0
mordeh'ai
19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 21:32

AP_109705385135

AP Photo / Pablo Martinez Monsivais

Par BREITBART NEWS

http://www.breitbart.com/big-government/2016/06/18/obamas-blackout-radical-islam-leads-dots-going-unconnected-new-york-post/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Cette histoire est parue dans le New York Post:

Voici une vérité douloureuse: Près de 15 ans après le 11/9, les efforts antiterroristes des États-Unis ont échoué à contrecarrer l'attaquant d'Orlando. Comme ils ont échoué à empêcher San Bernardino, en Californie., Garland au Texas. Fort Hood à Boston . . .

 

Et pourtant, dans chacun de ces cas, le gouvernement fédéral a eu sa chance. Est-ce que quelque chose clochée dans les efforts antiterroristes fédéraux?

 

Des années avant le bain de sang de Omar Mateen à Pulse, le FBI l'avait sur sa liste de surveillance - deux fois. Il a également fait deux voyages en Arabie Saoudite.Pourtant, les responsables ne pouvaient pas le lier définitivement à un complot qui commettrait un tel chaos.

 

Ajoutez à cela des rapports non confirmés  d'avertissements plus récents du FBI - de Disney World, après que lui et sa femme semblaient adhérer au site et s'engager avec le propriétaire d'un magasin d'armes où le tueur a essayé d'acheter un gilet pare-balles de niveau 3.. Etaient-ce ces points qui n'avaient pas de liens?

 

Seul le tueur est responsable. Mais Orlando était à peine un échec isolé.

 

Le bureau a également eu les frères Tsarnaev sur son écran radar avant l'attentat à la bombe du marathon de Boston. Il a sondé Elton Simpson avant qu'il ait pris part à la frappe sur l'événement «Draw Mohammed» dans Garland.

 

Tashfeen Malik fait par le biais d'un examen préalable de la sécurité intérieure et a rejoint plus tard Syed Farook dans la fusillade San Bernardino. Les agents ont dégagé Maj. Nidal Hasan avant sa folie furieuse de fort Hood.

 

Ce qui donne?

 
Le directeur du FBI James Comey dit essayer de dénicher des loups solitaires c'est comme «  rechercher une aiguille dans une botte de foin. » Son Agence a généralement 1 000 dossiers ouverts de personnes soupçonnées de terrorisme intérieur sur le feu à la fois.

 

Et les efforts du countre-terrorisme des États-Unis a déjoué des dizaines de projets au cours des années.

 

Mais comme le souligne Jim Geraghty de cet examen National, le gouvernement fédéral « a consacré d'énormes ressources à la lutte contre le terrorisme, » bien au-delà du FBI y compris des milliers d’agences, de groupes privés et des commandements militaires.

 

Pourtant, ils fonctionnent tous y compris sous contraintes réelles  pas juste par respect des libertés civiles, mais aussi selon les commandes d’une maison blanche qui craint de manière obsessionnelle que ces craintes ressemblent à de l'islamophobie.
 

Voici un exemple remarquable : James Brennan, alors conseiller de sécurité nationale adjoint pour la sécurité intérieure et de lutte contre le terrorisme, à la fin 2011 a ordonné une purge de la police fédérale « support de formation qui comportent du contenu culturel ou religieux, y compris les informations relatives à l’Islam ou des musulmans. »

 

En d’autres termes, les responsables politiques du FBI ont ordonné l’expertise sur la Self radicalisation islamiste et les bureaucrates de la direction générale, de Comey s'y sont conformés. La même idiotie gouverne l’effort de Obama à « lutter contre l’extrémisme violent. »


Mauvais comme il est le président Obama refuse d'utiliser les mots “terreur islamiste”, c'est bien pire qu’il ait donné des oeillères à tout celui qui était censé protéger l'Amérique et la rendre sûre..

Repost 0
mordeh'ai
17 juin 2016 5 17 /06 /juin /2016 06:30

Israël fait un revirement historique - au Nord-Est

Par Giancarlo Elia Valori, RUSSIE INSIDER

http://www.israpundit.org/archives/63615626

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Il y a beaucoup de signes qui nous font penser qu'une nouvelle relation stratégique entre la Russie et Israël est en train de naître.

 

Dans l'ensemble, nous pouvons maintenant supposer que l'Etat juif a déjà évaluer le désengagement des États-Unis au Moyen-Orient - et tente donc de définir une politique de «remplacement» par l'amélioration des liens avec la Fédération de Russie.

 

Evidemment que les mauvaises relations personnelles entre le président Barack Obama et le Premier ministre Netanyahu pèsent un poids considérable, mais nous assistons à une véritable redéfinition de l'équilibre géopolitique de toute la région. En outre, les États-Unis et l'attitude apathique de l'UE envers le traité JCPOA sur le pouvoir de l'énergie nucléaire iranienne / tant civile que militaire, à juste titre critiqué par le Premier ministre Netanyahu et l'ensemble de l'établissement politique d'Israël, avait une influence notable.

 

La Russie, qui a déjà «gagné» la guerre en Syrie, et Israël, qui a tiré toutes les conséquences géopolitiques des «printemps arabes» et le soutien initial ambigu américain pour les anti-Assad les «rebelles» syriens, font presque à eux seuls la refonte de la carte du Grand Moyen-Orient. Quoi qu'il arrive en Syrie à partir de maintenant, les États-Unis sont destinés à être progressivement marginalisés à la fois dans les régions sunnites et chiites, ne plus avoir l'influence qu'ils avaient encore il y a quelques années dans une série d'alliances (avec la Russie, Israël, l'Arabie Saoudite et la Jordanie ).

 

Les signes d'un "nouveau départ" pour les relations russo-israéliennes sont multiples. Il suffit de penser à la Russie de rendre un char israélien M48 Patton capturé par les Syriens dans la guerre du Liban en 1982 au cours d'une embuscade près de Sultan Yaakov dans lequel les trois conducteurs de char ont été tués. Il avait été envoyé par Hafez el Assad à Moscou pour étude par les services techniques soviétiques du renseignement, et plus tard placés dans le Musée des Tanks de Kubinka.

 

Cependant, il n'y a aucunes nouvelles officielles sur le sort des trois soldats de Tsahal. Il est évident que le président Vladimir Poutine a informé à l'avance Bachar al-Assad de sa décision, et rien n'empêche la direction alaouite syrienne actuelle de décider à l'avenir de fournir au gouvernement israélien des informations sur le sort des trois conducteurs du char.

 

En outre, au cours de toutes les opérations russes en Syrie, des soldats russes et israéliens se sont réunis régulièrement pour échanger des informations évitant ainsi la répétition des efforts. Les Russes ont toléré quelques intrusions - qui ont été régulièrement signalées - des avions israéliens sur les hauteurs du Golan et dans le centre de la Syrie, tandis que l'Etat juif toléré (ayant eu avertissement préalable) certains avions russes survolant son territoire. Il est clair que la sortie des négociations entre la Russie et Israël se composent de trois éléments étroitement imbriqués.

 

Israël veut que la Fédération de Russie agisse en tant que médiateur et d'user de son pouvoir de courtier crédible entre Israël et la région palestinienne, car il est reconnu par les deux parties. En outre, l'Etat juif s'oppose à tout transfert de technologie militaire, de l'information et de la logistique de la Russie à ses alliés en Syrie: au Hezbollah, aux brigades iraniennes des Pasdaran Al Qods Force, et au gouvernement de Bachar al-Assad. Nous ne pouvons pas exclure que - dans les mois ou les années à venir - un axe russe / israélien pourrait remodeler le Moyen-Orient.Actuellement, les principales puissances ont ni père ni mère, et le remplacement des grandes puissances par l'Iran et l'Arabie Saoudite ne durera pas longtemps, car ils sont trop petits pour être en mesure de créer de profondes corrélations stratégiques. D'où le temps est venu pour le Moyen-Orient de s'ancrer à une puissance mondiale, l'axe russo-chinois, avec Israël agissant comme un contrepoids régional.

 

Il convient de rappeler que la Chine a déjà fait des vols militaires sur le territoire syrien. la politique «non interventionniste» de la Chine ne signifie pas un manque de connaissance ou de l'absence de pression et d'ingérence. Les négociations russo-israéliennes impliquent également une garantie de la Russie pour Israël concernant d'éventuelles opérations militaires iraniennes, la marginalisation du «Parti de Dieu» des chiites libanais, un nouveau gouvernement Assad qui ne vise pas à détruire «l'entité sioniste», ou la division de l'actuelle Syrie en trois parties, avec l'apaisement conséquente de ses factions internes.

 

C'est la ligne des États-Unis, et en partie aussi celle de certains décideurs israéliens. Toutefois, la Russie pense que tout le sud de la Syrie devrait revenir sous le régime d'Assad, Comme en Israël, ainsi que les Etats-Unis, l'Arabie Saoudite et la Jordanie, estime qu'un mini-État en Syrie du Sud est nécessaire pour qu'Assad et ses alliés iraniens envahissent les hauteurs du Golan.

 

L'offre du Président Poutine à l'Etat juif semble être la suivante: si Israël devait accepter une "Grande Syrie", les forces russes resteraient dans la région occidentale du pays pour protéger Israël contre toute action du gouvernement d'Iran ou d'Assad.

 

Voilà pourquoi la Russie veut rouvrir les relations politiques entre Assad et Israël, pour tirer le gouvernement baasiste loin de l'Iran et de la ligne géopolitique des chiites libanais, qui n'est même pas dans son intérêt. D'où la raison stratégique du geste symbolique de la restitution du char israélien.

 

Néanmoins, il y a plus dans le nouveau projet russe du Moyen-Orient et dans la réponse israélienne à la montée de la puissance russe au Moyen-Orient.

Au cours de la visite de Netanyahu en Russie le 21 Avril, 2016, par exemple, le Premier ministre israélien et le président russe ont souligné l'intérêt de la Russie dans le développement et l'exploitation du nouveau gisement de gaz naturel au large des côtes connu comme le Léviathan, qui sera le véritable "changeur de jeu" au Moyen-Orient dans un avenir proche. Si GazProm coopère dans l'exploitation et la commercialisation du champ gazier offshore entre Haïfa et la bande de Gaza, il sera vital pour la Fédération de Russie d'assurer - avec Israël - la sécurité des communications, en particulier en ce qui concerne les actions possibles du Hezbollah du Liban ou la pression de l'Iran sur le Golan.

 

Ce nouveau système d'énergie va enfin transformer les relations entre Israël et la Turquie, qui sera la plaque tournante du gaz naturel extrait du champ Leviathan, et permettra aux entreprises pétrolières et gazières russes d'entrer sur le marché du Moyen-Orient, à l'exclusion des entreprises américaines opérant en Turquie et dans la plupart du monde sunnite. Il convient de rappeler que l'Iran et le Qatar opèrent désormais principalement sur le marché du gaz naturel, et le grand champ gazier de Leviathan israélien pourrait donner des idées à beaucoup de musulmans féroces, chiites ou sunnites adversaires de la trêve avec l'Etat juif.

 

Par conséquent, trois visites de Netanyahu en Russie en plus d'une année sont essentielles à la fois pour la politique étrangère d'Israël et son avenir économique. Par ailleurs, Israël sait que l'administration Obama estime que certains territoires conquis par l'Etat juif ont été annexés illégalement et ce fait pourrait rapprocher la Russie et Israël plus étroitement dans l'avenir. La Russie doit maintenir sa présence en Ukraine et défendre l'annexion de la Crimée au niveau international. Si Israël soutient les demandes de la Russie, il est très probable qu'elle soutienne le droit d'Israël de garder les territoires palestiniens. En outre, en termes strictement militaires, les craintes de l'Etat juif que la présence d'armes de pointe de la Russie vendues à l'Iran - comme le missile Iskander ou les batteries de systèmes de défense aérienne S-400 - rendrait le territoire syrien très dangereux pour la sécurité d'Israël.

 

Par conséquent, les garanties opérationnelles très spécifiques et une idée claire des défenses russes vers l'est et le long de la route du futur gazoduc Leviathan seront nécessaires pour rassurer Israël des bonnes intentions de la Fédération de Russie. On dit, cependant, que le déploiement du Triumph S-400 et d'autres armes russes avancées sont essentiellement de l'artifice à des fins "d'image", et certains analystes britanniques ne croient même pas que ces rapports soient fondés.

 

Pourtant, depuis 2007, la Russie a déjà mis en place un poste d'écoute sur les hauteurs du Golan, qui contrôle le trafic téléphonique d'Israël (via Internet et par voie électronique) et, surtout, ses centres de prise de décision. L'Etat juif a également des postes d'écoute là-bas et dans d'autres zones de sécurité de la région du Moyen-Orient. En d'autres termes, à la fois le président Poutine et le Premier ministre Netanyahu mettent toutes leurs cartes sur la table, étant bien conscients des projets et de la «connaissance tacite» qu'ils ont les uns des autres.

 

Compte tenu de toutes ces conditions, dans le meilleur scénario possible, Israël pourrait:

a) remplacer –- à long terme –- les Etats-Unis par la Fédération de Russie comme un allié mondial et une présence de référence dans la région du Moyen-Orient.La classe dirigeante américaine est étroitement liée au lobby saoudien, tant en termes de subventions financières que politiques. Les deux guerres de la Coalition menée par les USA en Irak ont ​​perturbé l'ennemi principal de l'Arabie Saoudite, à savoir l'Iran. Ils ont placé un système militaire occidental avancé entre l'Arabie Saoudite et son ennemi iranien et créé un centre de gravité au nord de l'Arabie Saoudite, la stabilisation de toute la région sous les sunnites saoudiens.

En outre,

b) Israël peut compter sur la puissance du courtier russe en tant que médiateur plus stable et plus crédible, à la fois vis-à-vis des Palestiniens et, à long terme, en relation avec le monde chiite et alaouite. Les États-Unis ont placé tous ses paris dans le Grand Moyen-Orient sur la démocratisation et la sécularisation des populations et des régimes qui ne possèdent pas la même culture, l'histoire ou les liens entre la religion et la politique comme ceux de l'Ouest. Il est également intéressant de noter que leurs opérations psychologiques et les opérations de propagande étaient, et sont encore, souvent incompréhensibles pour les énormes masses islamiques du Grand Moyen-Orient.

 

La modernisation réussie dans l'islam, le cas échéant, c'est le djihad, ne s'adaptant pas à l'univers culturel occidental laïcisé. Pas tous les Arabes décident d'être "shahid", à savoir des martyrs pour Al Qaïda, mais les masses arabes ont célébré - dans les rues - la destruction des Twin Towers et l'attaque du Pentagone.

 

Ce sont les nouvelles images et le récit avec lesquels nous devons parvenir à un accord, selon « la métaphysique de l'imaginal en terre d'islam ».– un concept philosophique développé par l'orientaliste Henry Corbin, qui a cru que le terme “imaginaire” avait acquis un sens très restreint dans la philosophie de l'Occident – en raison du fait que la balance de grand pouvoir au Moyen-Orient a été remplacée par de plus petits pouvoirs régionaux qui ont radicalisé leur idéologie pour cacher leur insuffisance stratégique, militaire et géopolitique ou échec.

 

Depuis les deux guerres en Irak, les États-Unis ont vu la région de l'Est à travers les yeux d' occidentaux - pour reprendre le titre d'un grand roman de Joseph Conrad, (initialement fixé - soit dit en passant - à Saint-Pétersbourg), une stratégie globale de la démocratisation et de la sécularisation qui a clairement échoué, et à laquelle la classe dirigeante américaine ne peut que répondre par la formule de Jeffersonian: aucun enchevêtrement.

 

Mais peut-il y avoir une puissance mondiale, avec une monnaie mondiale, sans enchevêtrement? Ce paradoxe de la politique étrangère des États-Unis ne peut pas être résolu à court terme.

 

Finalement

 Israël, en collaboration avec la Fédération de Russie, sera en mesure de se projeter à l'échelle mondiale. À l'avenir, il y aura une place pour Israël dans le One-Belt chinois (nouvelle route de la Soie), l'Initiative d'une route en Asie centrale, en Inde, même en Amérique latine et dans certaines régions d'Afrique. Tous les domaines maintenant dans la région stratégique russe et chinoise, tandis que l'UE se retire même de la Méditerranée (tout en augmentant son taux déjà considérable d'antisémitisme) rêvant, en collaboration avec les États-Unis, d'une renaissance irrationnelle de la guerre froide, avec les opérations actuelles de l'OTAN en Pologne.

 

Il est intéressant de noter, cependant, que les deux Crimée et Ukraine sont aux mains des Russes, au moins de facto, et qu'une opération militaire contre les positions de l'OTAN le long de la frontière avec la Fédération de Russie peut être conduite à partir de ces zones - une opération difficile pour l'OTAN de s'opposer.

Repost 0
mordeh'ai
16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 06:30

Par Michael Freund

http://www.michaelfreund.org/18921/daily-palestinian-terrorism

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Lorsque deux terroristes palestiniens ont ouvert le feu la semaine dernière au marché Sarona de Tel-Aviv et assassiné quatre Israéliens, cet attentat a pris de court une grande partie de la population. Après plusieurs mois d'attaques apparemment sporadiques, beaucoup de gens ont commencé à penser que le tourbillon de la violence palestinienne avait largement disparu.

 

Mais rien ne pouvait être plus éloigné de la vérité.

 

La triste réalité est que le terrorisme palestinien est littéralement un quotidien – et parfois même un horaire – une circonstance. C'est juste que les médias ne se soucient pas de signaler la grande majorité des incidents, permettant ainsi au public une vision déformée de la réalité.

 

Il suffit de parler à quelques-uns des 700 bénévoles courageux de HatzalahJudée-Samarie (www.hatzalah.org.il), une organisation superbe d'urgence de première intervention composée de médecins formés professionnellement, d'ambulanciers et de médecins autorisés qui se retrouvent après le travail à faire le tour de l'horloge pour aider les victimes du terrorisme palestinien. L'organisation est indépendante de United Hatzalah d'Israël.

 

Selon un porte-parole du groupe, " il y a une moyenne de 10 à 15 blessés par jets de roche palestinienne et des attaques à la bombe incendiaire en Judée-Samarie sur une base quotidienne ", ou environ une attaque toutes les deux heures.

 

Et ce ne sont que ceux signalés aux autorités, que le porte-parole a noté, ajoutant que, " Il y a certainement d'autres incidents dans lesquels les terroristes ratent leur cible, ou heurté une voiture, mais ne parviennent pas à causer des dommages ou de blesser les occupants et l'automobiliste ne prennent pas la peine d'appeler."

 

En outre, même la méthode employée pour compter les incidents qui sont signalés est imprécise. Après tout, si les terroristes lancent des pierres et d'autres projectiles sur cinq ou 10 véhicules dans une zone à un moment donné, les forces de sécurité comptent cela comme une attaque plutôt que plusieurs.

 

Et pourtant, en dépit de l'assaut palestinien quotidien contre les Israéliens sur les routes de Judée et de Samarie, les grands médias en Israël et à l'étranger sont pratiquement silencieux, ne pas jeter un coup d'œil à la couverture pour trouver sa trace dans la presse.

 

Néanmoins, les jets de pierres ou d'autres objets sur une voiture pleine de gens innocents c'est du terrorisme, pas seulement du hooliganisme.

 

Mon ami Josh Hasten, un animateur de radio chevronné et un avocat pro-israélien de longue-date, ont pu par deux fois constaté l'expérience de première main ces derniers mois.

 

En Octobre, Hasten a été presque lynché quand un groupe d'Arabes palestiniens armés de pierres et de dalles de béton ont pris sa voiture pour cible alors qu'il conduisait près de Tekoa, au sud de Jérusalem. Et le mois dernier, son pare-brise a pris un coup direct à partir d'un lanceur de pierres palestinien près de la zone industrielle de Gush Etzion.

 

" Le danger permanent est simplement blanchie à la chaux," Hâtez-vous m'a-t-il dit. " Bien que statistiquement, le nombre de « grandes attaques » est en baisse, la réalité sur le terrain est inacceptable. Conduire sur les routes ces jours-ci c'est souvent comme jouer à la roulette russe ", a-t-il dit.

 

Il est temps pour Israël de cesser d'ignorer ou de minimiser des jets de pierres palestiniens et de commencer à prendre des mesures plus drastiques pour punir les auteurs et restreindre la violence.

 

Ne pas oublier: chaque fois qu'un Palestinien se baisse pour ramasser une pierre et la lancer sur un véhicule israélien, il fait un choix. Il est consciemment décidé de pousser un objet potentiellement mortel en l'air dans le but de causer un dommage physique.

 

Ce n'est pas une question d'adolescents palestiniens qui s'ennuyent exprimant leurs frustrations perçues. Pour cela, ils peuvent se tourner vers Facebook ou Twitter ou d'innombrables autres points de vente non-violents et de ventiler tout ce qu'ils souhaitent. Les lanceurs de pierres palestiniens sont des voyous, des lâches qui mettent intentionnellement en danger des Israéliens innocents et tentent de les effrayer en dehors des routes.

 

Ce ne devrait pas être répété, mais apparemment, on doit avoir besoin de le répéter: les pierres peuvent tuer.

 

En Septembre dernier,  Alexander Levlovitz 64 ans, a été assassiné la première nuit de Rosh Hashana par les Palestiniens jetant des pierres dans le quartier de Jérusalem sud de Armon Hanatziv. La police a déterminé que Levlovitz a perdu le contrôle de son véhicule après avoir été frappé par des pierres et a embouti un poteau électrique, provoquant sa mort.

 

Et il y a trois ans, en Mars 2013, Adele Biton agée de deux ans a été mortellement blessée quand un camion qui a été lapidé par les Palestiniens sur la route 5 a fait une embardée hors de contrôle et a frappé la voiture où elle était, l'écrasant en dessous.

 

La mère de la jeune fille et deux sœurs, âgés de six et quatre ans, ont toutes été modérément blessées, mais Adele a subi un coup grave à la tête. Elle s'est vaillamment accrochée à la vie pendant deux ans avant de succomber à ses blessures.

 

Alors que le gouvernement a pris un certain nombre d'étapes à l'automne dernier pour sévir contre les lanceurs de pierres palestiniens, et la présence de Tsahal sur les routes de Judée et Samarie a été renforcé, il y a encore un besoin de mesures de dissuasives plus fortes à prendre.

 

Et les médias ont besoin de commencer à nous dire la vérité, toute la vérité et rien que la vérité, et informer le public en ce qui concerne la fréquence et l'ampleur des attaques menées contre les Israéliens au quotidien.

 

Rappelez-vous: ce n'est pas parce que vous n'entendez plus parler de terrorisme que cela  signifie qu'il n'y a plus de terrorisme palestinien. Et nous ne devrions pas continuer à prétendre le contraire

Repost 0
mordeh'ai
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 22:00

 Par Abra Forman 

http://www.breakingisraelnews.com/69826/obama-opposes-increased-missile-defense-aid-israel/#Gfp1jsArCUrVcdjA.99

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

L'administration Obama a annoncé sa ferme opposition à un plan pour l'augmentation des fonds du programme de défense antimissiles d'Israël pour 455 millions $ dans l'année à venir. Mardi, la Maison Blanche a envoyé une lettre de six pages au corps législatif déclarant ses objections au projet de loi sur les crédits de défense.

 

"L'Administration oppose l'ajout de 455 millions $ au-dessus de l'Exercice 2017 demande de budget pour les marchés de défense antimissiles israéliens et des programmes de développement coopératif," lire la lettre, qui est venue après la recommandation du mois dernier par le Comité des finances du Sénat de quadrupler le montant de l'aide au programme de missiles au-dessus du paquet alloué de l'administration de 103 millions $.

 

La lettre a suggéré que si l'augmentation accrue du Congrès devait être adopté, Obama pourrait faire usage de son droit de veto présidentiel pour l'abattrla contrer.

 

Le lobby pro-israélien Israël Public Affairs Committee américain (AIPAC) a condamné la déclaration de la Maison Blanche, en disant qu'il était "profondément déçu" que l'administration avait "critiqué le Congrès pour le financement de la coopération de défense antimissile des États-Unis-Israël."

 

" Ces programmes de coopération - y compris la catégorie , Sling de David , et Iron Dome - sont critiques pour la défense d'Israël contre un nombre croissant de menaces de missiles et apportent une contribution importante aux programmes américains de défense antimissile ", a poursuivi la déclaration de l' AIPAC.

 

Le bras de fer se présente alors qu'Israël et les Etats-Unis continuent à négocier sur la taille du prochain paquet d'aide de défense à Israël, qui sera étalé sur une période de dix ans, en commençant à l'expiration du paquet actuel en 2018.

 

Le nouveau paquet alloué n'aurait seulement que 145,8 millions $ pour les programmes de défense antimissile, ce qui représente une baisse significative du soutien financier.

 

Alors que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a hésité d'accepter le paquet , prévoyant qu'Israël pourrait obtenir un meilleur accord avec la prochaine administration, les États-Unis lui ont fortement recommandé à le prendre.

 

La semaine dernière, le conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, Susan Rice, a déclaré que le programme d'aide à Israël en cours de négociation constituera " le plus grand programme d'assistance militaire unique - avec tout pays - dans l' histoire américaine."

Repost 0
mordeh'ai