Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 15:07

Le journal italien Corriere Della Sera tord le cou à la propagande du Hamas, conteste le bilan à Gaza. Par tnr le 23 janvier 2009
Nous avons traduit l’article de Lorenzo Cremonesi dont le rapport est basé sur des visites dans les hôpitaux de et sur des interviews avec des familles de blessés.  

«C’est ainsi que les hommes du faisaient en sorte que nous, nous soyons les cibles»

- « Allez-vous-en, allez-vous-en d’ici ! Vous voulez que les Israéliens nous tuent tous ? Vous voulez voir nos enfants mourir sous les bombes ? Emportez vos armes et vos missiles ! » C’est ce que criaient aux miliciens du et à leurs alliés du Djihad Islamique bon nombre des habitants de . Les plus courageux d’entre eux avaient fermé les portes d’accès aux cours intérieures et avaient cloué des planches aux portes des immeubles et bloqué en toute hâte les escaliers menant aux toits les plus hauts.

 Mais à tout le moins, les membres de la guerrilla n’écoutaient personne. « Traîtres! Collabos d’ ! Espions du ! Lâches! Les soldats de la Guerre Sainte vous puniront et vous crèverez comme nous de toute façon. En combattant les juifs sionistes nous sommes tous destinés à aller au Paradis, vous n’êtes pas contents de mourir avec nous ? »


Et en hurlant ainsi, furieux, ils abbattaient les portes et cassaient les fenêtres pour aller se cacher aux derniers étages ou dans les jardins et qu’ils utilisaient les ambulances ou se baricadaient près des hôpitaux, des écoles ou des édifices de l’Onu.Dans les cas extrêmes ils tiraient contre ceux qui cherchaient à leur bloquer le chemin afin de mettre à l’abri leur famille et ils allaient même jusqu’à les battre sauvagement.


« Les miliciens du , le plus souvent de jeunes garçons de 16 ou 17 ans armés de mitraillettes, cherchaient expressément à provoquer les Israéliens. Ils ne pouvaient rien faire contre les tanks et les avions, ils savaient qu’ils étaient beaucoup plus faibles qu’eux mais ils voulaient que nos maisons soient prises comme cibles pour pouvoir ensuite accuser l’ennemi de crimes de guerre. »
C’est ce que soutient Abu Issa, 42 ans, habitant du quartier Tel Awa.

« Pratiquement tous les immeubles les plus élevés de comme le Dogmoush, l’Andalou, le Jawarah, le Siussi et beaucoup d’autres avaient sur leur toit des rampes de lancement de missiles ou des postes d’observation du . Ils en avaient installés aussi tout près du grand dépôt de l’Onu, celui qui a été détruit par les flammes. Et c’est la même chose en ce qui concerne les villages sur la ligne de frontière qui furent ensuite dévastés par la furie punitive insensée des sionistes » lui répond en écho sa cousine, Um Abdallah, âgée de 48 ans. Ils n’utilisent que leur surnoms de famille mais ils fournissent des détails bien circonstanciés. Il a été d’ailleurs difficile d’obtenir ces témoignages, généralement, ici, c’est la peur du qui triomphe et ce sont les tabous idéologiques, alimentés par un siècle de guerre contre l’ennemi sioniste, qui dominent.
Celui qui raconte une version différente de la fable imposée par la “muhamawa” ( la résistance ) est automatiquement un “amil”, un collabo et risque sa vie. Mais la récente lutte fratricide entre le et l’Olp vient à notre aide. Si et l’Égypte avaient permis plus tôt l’entrée aux journalistes étrangers tout aurait été plus facile. Les journalistes locaux sont en effet souvent menacés par le .

« Ce n’est pas un fait nouveau, au Moyen Orient, dans les sociétés arabes, il n’y a jamais eu de tradition culturelle des Droits de l’Homme. Sous le régime d’Arafat il était fréquent que la presse soit persécutée et censurée. Avec le la situation est pire» affirme Eyad Sarraj, psychiatre renommé de City.

 Et une autre donnée devient de plus en plus évidente en visitant les cliniques, les hôpitaux et les familles qui furent victimes des tirs israéliens : en vérité, leur nombre semble beaucoup plus réduit  que les 1 300 morts et les plus de 5 000 blessés rapportés par les hommes du et diffusés par le personnel officiel de l’Onu et de la Croix-Rouge locale. « Le nombre des morts pourrait ne pas dépasser 500 ou 600, et pour la plupart des jeunes garçons entre 17 et 23 ans, recrutés dans les rangs du et qu’on a envoyé littéralement se faire massacrer. » c’est ce que nous dit un médecin de l’hôpital de Shifah qui ne veut absolument pas être identifié, il en va de sa vie.

 Mais ces chiffres sont aussi confirmés par les journalistes locaux : « Nous l’avons déjà fait remarquer aux chefs du . Pourquoi insistent-ils à gonfler le nombre des victimes? Il est tout aussi étrange, d’autre part, que les organisations non gouvernementales, même celles des pays occidentaux, les rapportent sans les vérifier. À la fin la vérité pourrait se savoir et ce pourrait être comme à Djénine en 2002 : au début on avait parlé de 1500 victimes et finalement on a su qu’il n’y avait eu que 54 morts dont au moins 45 terroristes morts au combat. »
Comment en est-on arrivé à ces chiffres? « Prenons le cas du massacre de la famille Al Samoun du quartier Zeitun. Quand les bombes ont frappé leur habitation, on a rapporté qu’il y avait eu 31 morts. Et c’est ainsi qu’ils ont été enregistrés par les fonctionnaires du Ministère de la Santé, contrôlé par le . Mais par la suite quand les corps ont été effectivement récupérés, leur nombre total a doublé et est passé à 62, c’est ce chiffre qui s’est retrouvé sur le bilan total des victimes » comme nous explique Masoda Al Samoun, âgée de 24 ans et elle ajoute un détail intéressant : « A brouiller les cartes, il y avait aussi les unités spéciales israéliennes. Leurs hommes étaient déguisés en miliciens du avec le traditionnel bandeau vert sur le front où l’on pouvait lire la phrase habituelle ” il n’y a pas d’autre Dieu qu’Allah et Mahomet est son prophète “. Ils se faufilaient dans les ruelles pour créer la confusion et il nous arrivait de leur crier de s’en aller parce qu’on craignait les représailles. Plus tard on a compris que c’était des Israéliens.»

Il suffit de visiter quelques hôpitaux pour comprendre que les chiffres ne sont pas exacts. Beaucoup de lits sont libres à l’Hôpital Européen de Rafah, celui qui devrait être le plus impliqué dans la prise en charge des victimes de la “guerre des tunnels” israélienne. On peut dire la même chose dans le cas de l’hôpital “Nasser” de Khan Yunis. Quant à l’hôpital privé Al-Amal, seulement 5 lits sur les 150 disponibles sont occupés.
A City on a évacué l’hôpital Wafa, construit grâce aux “donnations caritatives islamiques” de l’Arabie Saoudite, du Qatar et d’autres pays du Golfe. Bombardé par à la fin décembre, cet institut médical était plutôt reconnu comme étant une place forte du et ses combattants blessés y furent hospitalisés lors de la guerre civile de 2007 contre le . Les autres par contre étant soignés à l’hôpital Al Quds, bombardé à son tour au milieu de la deuxième semaine de janvier.

Magah al Rachmah, 25 ans, qui habite à quelques dizaines de mètres des quatre grands édifices de ce complexe des Services de Santé, maintenant gravement endommagé, nous renseigne: « Les hommes du s’étaient réfugiés principalement dans l’immeuble qui abrite les bureaux administratifs du “Al Qods”. Ils utilisaient les ambulances et avaient contraint les ambulanciers et les infirmiers à enlever leurs uniformes des personnels paramédicaux de façon à pouvoir se confondre mieux avec eux et à pouvoir ainsi échapper au tir des snipers israéliens. » Et tout ceci a aussi réduit de façon significative le nombre de lits disponibles dans les institutions sanitaires de .

Même le Shifah, le plus grand hôpital de la ville, est bien loin d’afficher le “tout complet”, par contre, en terme de densité, le taux d’occupation de ses souterrains semble avoir été très élevé. « Le y avait installé sa prison secrète avec cellules d’urgence et salle d’interrogatoire, pour y détenir les prisonniers du et ceux du Front de la Gauche Laïque qu’on avait évacué de la prison de Saraja. » selon ce que nous disent les militants du Front Démocratique pour la Libération de la Palestine. On a assisté à une guerre dans la guerre, le contre le . Les organisations humanitaires locales, la plupart contrôlées par l’OLP, nous parlent de dizaines d’exécutions, de cas de torture, d’enlèvements perpétrés par le au cours des trois dernières semaines. Un des cas les plus connu est celui de Achmad Shakhura, 47 ans, de Khan Yunis, son frère Khaled est le bras droit de Mohammed Dahlan, ex-chef des services de sécurité de Yasser Arafat et maintenant en exil. Après avoir été kidnappé, sur ordre du chef de la police secrète locale du , Abu Abdallah al Kidra, Achmad Shakhura a été torturé et il aurait eu l’oeil gauche arraché pour être finalement assassiné le 15 janvier.


Source : Corriere della Sera traduction Bivouac-id.

Pour le moment, l’Administration de coordination de l’IDF à réfute les chiffres du journal italien et s’en tient au chiffre de 1300 morts. Elle dit avoir déjà établie une liste de 900 noms de palestiniens tués pendant l’opération dans dont au moins 750 sont des hommes du .

Repost 0
mordeh'ai - dans Sécurité
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 12:27
Error in
Judgment 

Photo: Vardi Kahane
Arik Sinai  Photo: Vardi Kahane
 
 

 
 

 

 

 

 

High Court’s lenient attitude to Arab parties will encourage radicals, marginalize moderates

 

 

The military campaign in the Gaza Strip helped us better understand the reality we’re living within. The emerging trends of disloyalty among growing sectors of Israel’s Arab community are indeed frightening, and we must not repress them. The opposite is true. We should do everything in order to change them. A democracy must stand up for itself, and in this context the High Court’s ruling in respect to the Arab parties is a mistake we shall be paying a price for.

 

 

Every day we witness the growing radicalization of Arab community leaders wishing to undermine the pillars of the State of Israel, where they live and are granted rights. During a time of war against a cruel terror organization, whose declared objective is the State of Israel’s extermination, many citizens displayed blatant solidarity with the enemy. We are talking about acts bordering on offering assistance to the enemy during wartime, and as of now nothing has been done to address a problem that threatens to bring us down from within.

 

 

It will be wrong to think that all Israeli Arabs are traitors. There are loyal citizens out there who fully understand the immense advantages inherent in being an Israeli citizen, rather than a resident of Ramallah or Gaza. With these people we have a basis for the establishment of stable relations, yet the radicalization led by the likes of the Supreme Arab Monitoring Committee and the northern branch of the Islamic Movement jeopardize the delicate fabric of ties between us and the entire Arab community.

 

 

Today, more than ever, we must not ignore this severe problem. The State of Israel must reinforce those who wish to see coexistence, yet at the same time adopt an iron fist against those who call for its physical and spiritual destruction. For the time being, we see an absurd situation: Those who are not loyal to the State enjoy great confidence, while those representing the sane voice feel threatened. The kind of leniency shown by the court the other day will continue to encourage the radicals and marginalize the moderates, who for the time being are the majority.

 

 

Our supreme goal is to change this direction immediately. Those who are interested in coexistence must feel safe and be granted full rights, while those who do not sympathize with Israel as a Jewish and democratic state apparently do not belong with us here as citizens of the State.

 

 

Nobody’s forcing you to be Israeli

 

Members of the Arab Monitoring Committee complain that they are “forced to bear with their Israeli citizenship.” Well, nobody is forcing them to do so. Those who do not bear their Israeli citizenship wholeheartedly would do well to renounce it. Those who sympathize with the Hamas regime can try to live under its rule in Gaza. Those who danced on rooftops when Hizbullah fired missiles at northern Israel can try to live under Hizbullah rule. Israeli democracy does not need to respect those who wish to see it eliminated.

 

 

Loyalty is both a right and a duty. Every citizen must respect the Declaration of Independence and the State of Israel’s Jewish and democratic character. This must be the message conveyed to every citizen, irrespective of religion, ethnicity, or gender. The State of Israel must also make sure that loyalty pays off.
This means that those who show absolute loyalty will be granted full equality, yet those who do not do it would not be able to enjoy full citizenship rights. The rule of thumb here is simple: Those who are less loyal would get less, and those who are more loyal would get more.

 

 When we see rallies of solidarity with Hamas during war, when we hear mayors and Knesset members who are paid by the State congratulating Palestinian martyrs, and when we see Palestinian flags proudly hoisted in central Tel Aviv, we know the time has come to act. The time has come to convey a clear message to the next government: Without loyalty, one shall not be granted citizenship.

 

 

Singer Arik Sinai is contributing to Israel Beiteinu’s public relations effort

Arik Sinai

Published:  01.22.09, 23:57 / Israel Opinion
      http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3660729,00.html 
Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 11:22

Vendredi 01/23/2009 

Même les palestiniens du Fatah auraient préféré que TSAHAL termine son "travail"(note de mordeh'aï)

Alors que du monde entier pleuvent les critiques et les condamnations d’Israël, un haut responsable du Fatah a déclaré “qu’Israël avait commis une grossière erreur en ne poursuivant pas son Opération jusqu’à son terme, et en ne renversant pas le régime du Hamas”!! Il a aussi indiqué “qu’Abou Mazen faisait beaucoup d’efforts pour éviter que le Hamas n’embrase la Judée-Samarie”. Il a évidemment exigé de rester dans l’anonymat.

par Shraga Blum d'A7

Autorité palestinienne
«Erreur tragique d’Israël» 23.01.09
Un haut dirigeant du Fatah à Ramallah a déclaré qu’Israël avait fait une «erreur tragique en n’ayant pas éradiqué le pouvoir des islamistes», et déploré que l’opération «Plomb durci» n’ait «pas été menée à son terme».
«Le fait que le Hamas détienne encore le pouvoir dans la bande de Gaza» a-t-il encore affirmé, «est un problème pour nous tous».

Le responsable palestinien a assuré par ailleurs que le président Mahmoud Abbas prenait des mesures pour empêcher les islamistes «d’enflammer» les territoires de Cisjordanie «que nous ne laisserons pas se transformer en une autre république islamique».
Rappelons que la ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni, avait effectivement déclaré au début de l’opération défensive de Tsahal dans la bande de Gaza, ne pas chercher à déloger le Hamas du pouvoir, mais à «porter atteinte à ses infrastructures terroristes».
http://www.israel-infos.net/
Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 22:56

22/01/2009 .
Le lieutenant-colonel de réserve Amos a combattu pendant la guerre à Gaza. De retour chez lui, cet architecte israélien de profession raconte sa frustration "de ne pas avoir pu finir le travail".

"Cette opération n'a pas été menée jusqu'au bout. Elle aurait pu être plus efficace. Nous étions très proches de l'endroit où nous savions que la direction du Hamas se cachait, sous l'hôpital Chifa à Gaza-ville".

"Ils se trouvaient à peine à quelques rues de nous, dans un très grand bunker. Et ils utilisaient cet hôpital, parce que là-bas, il y avait des civils".

"Ils (les combattants du Hamas) vont se réarmer en moins de deux mois. Ils reconstruisent déjà les tunnels (de contrebande d'armes entre la bande de Gaza et l'Egypte)".

"Nous nous attendions à une confrontation sérieuse, à des corps à corps. Et nous savions que tout ce qu'ils voulaient, c'était capturer des soldats (israéliens)".

"J'ai eu honte qu'on ne laisse pas l'armée résoudre les problèmes (à Gaza). Au lieu de ça, la population a été obligée de se terrer dans des abris (à Sderot").

"Nous attaquerons à nouveau, pas demain, mais dans un an. C'est dommage que les dirigeants israéliens tiennent toujours compte de l'Amérique, et maintenant de Barack Obama".
vu sur http://www.lefigaro.fr/flash-actu/

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 14:03
Jeudi 22 janvier 2009
Gaza - Massacre : le Hamas exécute les membres du Fatah. Des écoles et des hôpitaux transformés en centres de torture

Réponse « disproportionnée » du Hamas. Mais n’attendez aucune mobilisation des ONG, de l’ONU, des syndicats, des médias
...

Le Hamas torture des membres du Fatah dans la Bande de Gaza

Des centaines de membres du Fatah, suspectés de "collaboration" avec les Israéliens, ont été arrêtés par la milice du Hamas au cours de l’opération "Plomb durci".
 Les descentes du Hamas sur le Fatah se sont intensifiées après le cessez-le-feu qui a pris effet dimanche matin.
Les détenus sont retenus dans des écoles et des hôpitaux que le Hamas a transformés en centre d’interrogatoire et de torture, d’après plusieurs témoins et membres du Fatah.Une centaine d’hommes du Fatah auraient été tués ou blessés, d’autres ayant été torturés, d’après un responsable du Fatah à Ramallah. Au moins trois détenus se seraient fait arracher les yeux par leurs bourreaux. Ils les accusaient d’avoir dévoilé des informations sur l’emplacement des militants du Hamas et de ses responsables en temps de guerre, notamment d’avoir révélé où se trouvait Saïd Siam, le ministre de l’Intérieur du Hamas tué lors d’une frappe de l’armée israélienne la semaine dernière.Les responsables de ces crimes font partie de la branche armée du Hamas.Un activiste du Fatah affirme que 80 membres de sa faction se sont fait tirer sur les jambes ou ont eu les mains brisées pour avoir prétendument défié les ordres du Hamas dans les maisons d’arrêt. "Un nouveau massacre est en train de se dérouler dans la bande de Gaza", dit-il. Abed al-Gharabli, un officier de sécurité du Fatah - qui a passé 12 ans dans les prisons israéliennes -, aurait été kidnappé par un groupe du Hamas qui a tiré sur ses deux jambes après l’avoir torturé, d’après sa famille. Ziad Abou Hayeh, commandant de la branche armée du Fatah, les Brigades des martyrs d’al-Aksa, se serait fait arracher les yeux. Selon des activistes du Fatah, il aurait été enlevé par la milice du Hamas depuis son domicile de Khan Younès.Les hommes du Fatah expliquent qu’un grand nombre d’activistes se sont fait kidnapper par le Hamas alors qu’ils assistaient aux funérailles de personnes tuées pendant la guerre. En début de semaine, le Hamas a tué par balle Hisham Tawkif Najjar, âgé de 80 ans. Ses quatre fils, tous affiliés au Fatah, ont été battus. D’après Fahmi Zaareer, un porte-parole du Fatah en Cisjordanie, 16 membres du Fatah ont été exécutés par le Hamas ces derniers jours.
Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 12:39

La Cour suprême permet aux partis arabes de se présenter  par Yael Ancri

Mercredi 01/21/2009 

La Cour suprême a cassé mercredi la décision du Comité central des élections, qui a interdit à deux listes arabes, Bal’ad et Ra’am-Ta’al, de se présenter aux élections générales de février. 


La sentence a été adoptée à l’unanimité par un collège de neuf juges pour Ra’am-Ta’al et avec une opposition, celle du juge Edmond Levi, pour Bal’ad. Le panel était dirigé par la présidente de la Cour suprême Dorit Beinish. 

Notons que l’ancien président du parti Bal’ad, Azmi Bishara, était député jusqu’à ce qu’une enquête du Shin Bet (l’agence de renseignements intérieurs) ait prouvé qu’il avait espionné en faveur du Hezbollah pendant la Deuxième guerre du Liban. Bishara a réussi à quitter le pays et n’est jamais revenu. 


Le président du parti Ihoud Léoumi, Yaakov ‘Ketzaleh’ Katz, a déclaré au sujet de la décision de la Cour suprême : “La Cour suprême est corrompue. Le public israélien devrait pouvoir élire les juges comme en Amérique. Les juges qui permettent aux ennemis d’Israël de siéger à la Knesset ne sont pas aptes à juger le peuple juif.” 

Avigdor Lieberman, leader du parti russophone Israël Beiténou, a fait appel et a demandé que la décision du Comité des élections soit maintenue. “La décision de la Cour suprême est regrettable. Les parlementaires arabes ont dépassé les limites. Il est impossible de leur faire confiance.” Et d’ajouter : “Le Tribunal a offert aux partis arabes un permis de tuer l’Etat d’Israël en tant qu’Etat juif et démocratique. Mais nous ne renoncerons pas ! Dans la prochaine Knesset, nous rétablirons la loi sur la citoyenneté, qui permettra de fixer des limites au manque de loyauté d’une partie de la population arabe à l’égard de notre pays !” 


Moshé Feiglin (Likoud) a affirmé que la décision de la Cour suprême n’était pas surprenante. Il a ajouté qu’il était inutile de voter des lois pour renforcer l’allégeance envers l’Etat d’Israël tant que la méthode de nomination des juges n’était pas modifiée. 


Le député Aryeh Eldad (Parti National Religieux) a affirmé que le tribunal était “arrogant et déconnecté du peuple”. 


Le député arabe Ahmed Tibi (Ra’am-Ta’al) a pour sa part salué la décision de la Cour suprême : “Nous avons vaincu le fascisme”, a-t-il exulté.

 

Repost 0
mordeh'ai - dans Tribune libre
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 19:50
 

21.01.09

 

 

La Haute cour de justice a accepté, à l’unanimité des neuf juges, le recours en appel intenté par le parti Raam-Taal contre la décision de la Commission électorale de la Knesset d’invalider la formation arabe pour les prochaines législatives. Le même recours, intenté par le parti Balad, a également été reçu par 8 voix contre une. Cette dernière formation avait déjà fait appel en 2003 auprès de la Cour suprême qui était également intervenue pour rétablir sa possibilité de présenter une liste aux élections.

Rappelons que la Commission parlementaire avait décidé d’invalider ces deux partis, par 26 voix pour et trois contre, pour manque de «loyauté» envers l’Etat d’Israël.
Réagissant à ce verdict, le leader du parti nationaliste Israël Beitenou, Avigdor Lieberman, a déclaré que le tribunal «vient de donner effectivement le droit aux partis arabes d’attenter à Israël en tant qu’Etat juif et démocratique».
Il a promis de ne pas «abandonner» et de faire voter par la prochaine Knesset une loi «qui limitera les possibilités de manque de loyauté d’une partie des arabes israéliens».
Repost 0
mordeh'ai
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 19:36

Raphael Aouate Mercredi 01/21/2009
Le Premier ministre israélien, Ehoud Olmert, s’est également entretenu par téléphone avec le nouveau président américain, Barack Obama, ce mercredi 21 janvier. Ehoud Olmert s’est chargé d’informer Obama de la situation actuelle dans la bande de Gaza, depuis le retrait des troupes israéliennes. Il lui a rappelé son espoir de voir les trafics d’armes par tunnels interposés s’arrêter, grâce au concours des Etats-Unis et de l’Europe.

Repost 0
mordeh'ai
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 19:09

Le trafic clandestin depuis l'Egypte vers la bande de Gaza reprend, quelques jours seulement après l'arrêt de l'opération israélienne contre le Hamas.
Des images de l'AP montraient mercredi des contrebandiers palestiniens remplissant un camion d'essence en provenance d'Egypte. Les images montraient également des travailleurs déblayant des tunnels obstrués ainsi que des bulldozers effectuant d'autres réparations.L'un des buts de l'opération de l'armée israélienne à Gaza était de mettre un terme à la contrebande s'opérant depuis des centaines de tunnels près de la frontière égyptienne. Les produits de contrebande incluaient le passage de roquettes et autres armes.Israël a affirmé que 80% des tunnels ont été détruits lors des bombardements aériens des forces aériennes. En accord avec la communauté internationale, le gouvernement israélien essaie de mettre en  place  un  arrangement durable pour mettre fin au traffic clandestin entre l'Egypte et Gaza.

  Entrée d'un tunnel de contrebande à Rafah.
Photo: AP , JPost                                                                                                  
Repost 0
mordeh'ai - dans Dépêche
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 18:54
Miguel Garroté,  mercredi 21 janvier 2009  
                                                                                                                                                     Obama a promis aujourd’hui mercredi 21 janvier 2009 d'oeuvrer en vue d'une paix durable
au Proche-Orient lors d'un entretien téléphonique avec Abbas.  Obama,  qui a pris l'initiative d'appeler Abbas,  lui a assuré qu'il entendait oeuvrer avec lui en tant que partenaire pour instaurer une paix durable dans la région (ah oui).  Obama a fait savoir à Abbas qu'il était le premier dirigeant avec lequel il s'entretient au téléphone depuis son investiture hier mardi.Tiens ?  L’Autorité palestinienne,  c’est le plus important gouvernement de la planète ?  Cela commence bien….
Repost 0
mordeh'ai - dans Politique