Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 22:57

L’ élection du maire de Jérusalem vue par la presse française

jeudi 13 novembre 2008, par Michel Remaud  link

Dans la presse française, l’unanimité des commentaires sur l’élection municipale de Jérusalem fait penser que les auteurs des articles se sont recopiés les uns les autres, ou qu’ils ont tous puisé à la même source, celle de l’AFP. Le Monde, Le Figaro, Le Parisien, Le Nouvel Observateur, Le Point, pour ne prendre que les principaux, s’accordent à dire que le nouveau maire, Nir Barkat, est favorable à l’augmentation des implantations juives dans le secteur oriental de la ville. À lire la plupart de ces titres, on pourrait même penser que c’était là l’essentiel du programme présenté aux électeurs. En quoi ils ont tout faux : à Jérusalem, tout ce qui touche aux questions de peuplement, d’extension ou de partition éventuelle de la ville relève exclusivement de l’autorité du gouvernement. Jérusalem est la ville d’Israël où la municipalité a le moins d’autonomie, et il n’est pas au pouvoir du maire et de son conseil de prendre des décisions aussi éminemment politiques.

Le ton et le vocabulaire de ces comptes-rendus de presse sont unanimement dénués de bienveillance vis-à-vis de Nir Barkat. Puisqu’il n’est pas « ultra-orthodoxe », il faut bien lui trouver d’autres défauts. C’est « un homme d’affaires fortuné » (Le Figaro), « un homme d’affaires fortuné de droite » (Le Parisien), « un riche homme d’affaires de droite » (Nouvel Observateur)… Selon Le Monde, il « profite de la division des religieux pour conquérir la mairie de Jérusalem » (oh le vilain !). À peine élu, « il a claironné sa victoire (a-t-on déjà vu ailleurs qu’en Israël un élu claironner sa victoire ?) en soufflant dans un shofar, la traditionnelle corne de bélier. » (Le Monde). Avec un bel ensemble, Le Figaro, Le Parisien et Le Point nous apprennent que le nouveau maire avait défendu « une ligne dure »… Tous ces recopiages laissent un peu rêveur, surtout quand ils sont signés « de notre correspondant ».

Pour nous détendre un peu, parcourons encore l’article du Figaro. On y apprend que « La mairie de Jérusalem a été disputée jusqu’à la dernière minute. Le candidat laïc, l’homme d’affaires Nir Barkat, était donné vainqueur hier soir selon les sondages de sortie des urnes avec 50% des voix, contre 42% pour le rabbin orthodoxe Meir Porush, son principal rival. Mais l’écart n’a cessé de se resserrer au cours de la soirée. » Or, le résultat final est de 52% à Nir Barkat contre 43% à Méir Porush, soit un écart d’un point de plus qu’à la fermeture des bureaux de vote. « Notre correspondant » a dû s’assoupir pendant la publication des estimations, ou mal lire ce qu’il a voulu recopier… L’auteur semble avoir un faible pour Arcadi Gaydamak, bien que ce dernier n’ait « pas réussi ces derniers jours à rattraper dans les sondages ses deux principaux opposants ». Effectivement, il n’a obtenu que 3,6% des suffrages. C’est pourtant sa photo, et non celle du vainqueur de l’élection, qui illustre l’article. Relevons enfin cette dernière perle à propos du candidat « ultra-orthodoxe » : « Meir Porush a cherché a atténuer son côté austère en se faisant présenter sur ses affiches par le dessin d’un personnage souriant et barbu. » Barbu, il l’était avant et après l’impression des affiches, et sa barbe n’avait rien de postiche ni d’électoral.

À quoi servent les écoles de journalisme ? À apprendre les défauts du métier, peut-être...

Repost 0
mordeh'ai - dans Point de vue
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 09:31
Olmert: la "grande braderie"!
par Shraga Blum d'A7
lundi 10 novembre 2008 -

Treize Premiers ministres se sont succédés depuis 40 ans, depuis qu'après une guerre imposée à Israël, le Peuple juif a renoué avec les hauts lieux de son histoire nationale et religieuse: la Judée-Samarie, le plateau du Golan, et Jérusalem.

Sur ces treize chefs de gouvernements, la moitié se déclaraient ouvertement pour des concession territoriales en échange d'une paix hypothéltique, mais sans toutefois en préciser l'étendue. Il aura fallu le dernier en date, Ehoud Olmert, qui quitte la scène par la petite porte pour corruption aggravée, pour déclarer publiquement qu'Israël devrait renoncer à la totalités de ces territoire, sans exception!

C'est à l'occasion de la cérémonie en souvenir de Premier ministre Itsh'ak Rabin, qu'Ehoud Olmert a fait les discours les plus politisés et les plus orientés parmi tous les intervenants, y compris ceux qui s'étaient exprimés lors du grand rassemblement de samedi soir sur la Place Rabin de Tel-Aviv.

N'ayant plus aucune légitimité politique ou morale pour prendre des décisions d'importance nationale, Olmert a voulu tout de même "imprimer sa marque" dans l'Histoire politique d'Israël, et montrer le chemin à ses successeurs..

Au Mont Herzl et depuis la tribune de la Knesset, il a déclaré d'une manière on ne peut plus claire: "La Vérité va obliger Israël à arracher des pans de sa patrie, se séparer de la Judée-Samarie, du Golan et des quartiers arabes de Jérusalem, pour revenir aux lignes qui prévalaient avant la Guerre des Six jours"! Il s'est même permis de faire pénitence pour avoir une fois cru en la légitimité de la possession d'Erets Israël: "Il y a eu des moment où nous étions avec eux (les habitants de Judée-Samarie), des moments où nous aussi avons voulons mettre le sceau de notre présence sur la moindre parcelle de terre. J'y étais aussi. Nous nous sommes trompés. Nous n'avons pas vu ce qui venait au loin....mais cela nous a demandé un prix que nous n'avons pas le droit moral d'assumer, et cela risque encore d'être pire..."

Après ces paroles prononcées à la Knesset, des députés de droite ont quitté la salle en signe de protestation. Certaines réactions ont été virulentes, pour trois  raisons: d'une part à cause du contenu des propos, jamais prononcés par aucun Premier ministre, d'autre part pour avoir été tenus lors d'une cérémonie de souvenir qui devait transcender les clivages politiques, et enfin parce qu'ils émanaient d'un Premier ministre en fin de mandat, d'un homme politique dont l'Histoire se souviendra comme ayant été l'un des plus arrogants, corrompus et retors que la classe politique israélienne ait connu.

Zevouloun Orlev (Ihoud Leoumi-Mafdal), s'est exclamé: "Rabin doit se retourner dans sa tombe de rage d'avoir été doublé sur sa gauche par Olmert!" Et de rajouter: "Le silence des responsables de Kadima sur ce discours, les rend entièrement complices des idées émises par Olmert!" Ouri Ariel, du même Parti, accusait Olmert "d'avoir fait un usage cynique et dégoûtant de la cérémonie de souvenir". Pour Aryeh Eldad, "c'est un homme qui avoue s'être trompé durant toute sa vie politique, et qui maintenant adopte les thèses de la gauche la plus extrême. Il est insupportable de voir que ce personnage, poursuivi pour plusieurs affaires de corruption, profite de ses derniers instants au pouvoir pour appeler à la destruction de l'entreprise glorieuse de Judée-Samarie et brader ce qui appartient au Peuple juif entier!"

Elie Ishaï, Président de Shass, regrettait "qu'Olmert ait utilisé le souvenir de Rabin pour promouvoir une politique illusoire. Lorsque Bill Clinton est venu à la Knesset, un certain Itsh'ak Rabin lui avait dit que Jérusalem n'était pas à négocier!"

Gilad Erdan (Likoud), a appelé "à renoncer définitivement...mais à Ehoud Olmert, avant qu'il ne porte atteinte à l'intégrité de la Capitale d'Israël. C'est au contraire la politique qu'il préconise, de renoncements continuels, qui amène plus de violence et plus de victimes".

A l'opposé, "Shalom Akhshav" a qualifié ce discours d''historique", regrettant toutefois "que le repentir d'Olmert ne vienne qu'à la fin de son mandat".

Tout comme Sharon il y a trois ans, Olmert, empétré dans des affaires judiciaires, a choisi d'effectuer un virage "à gauche toutes" comme tentative désespérée de se rallier les médias et la communauté internationale.

Il reste maintenant à imaginer la posture et la marge de manoeuvre qu'auront les prochains dirigeants de ce pays, lors de pourparlers avec les Palestiniens ou les Syriens!

Réactions à ce discours

Shneller...et Beilin en colère contre Olmert!

Le député Otniel Scheller (Kadima) a tenu à faire une mise au point très ferme: "Les propos d'Ehoud Olmert hier dans le cadre des cérémonies en souvenir d'Itsh'ak Rabin n'engagent que lui-même et pas le Parti Kadima. Kadima n'est pas un Parti de gauche (!) et il se situe entre les Travaillistes et le Likoud". Schneller est inquiet de l'effet électoral qu'auront les propos irresponsables du futur ex- Premier ministre. Quant à Yossi Beilin (Meretz), s'il s'est dit "heureux d'entendre qu'Olmert, pur produit du Likoud, a opéré un virage à 180°", il est quand même en colère contre le Premier ministre "qui aurait eu le temps de réaliser ce qu'il a déclaré hier". "Je n'ai pas eu la chance comme lui d'être aux commandes du pays", a rajouté Beilin, "sinon j'aurais réussi à amener la paix dans cette région"!!!

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 09:35

La vague francophone dans les municipales

Par HELENE JAFFIOL
11.07.08






Les membres de la liste " A nous Netanya".
Photo: Helene Jaffiol , JPost

(...)    Un répondeur municipal, des panneaux directionnels et des formulaires administratifs écrits dans la langue de Molière. La liste "100% francophone" de Netanya, menée par Sivan Slama, ambitionne de révolutionner les pratiques linguistiques de la municipalité.

En clair : faire en sorte que Netanya reflète davantage ses dizaines de milliers d'habitants francophones. Malgré le poids incontestable des olims en provenance de l'hexagone, la liste "A nous Netanya" a failli ne jamais voir le jour : "Elle a été créée en catastrophe entre Rosh Hashana et Yom Kippour", explique la tête de liste, Sivan Slama. Pour ce directeur marketing de 32 ans, "Yech" (lettre atrtibuée à la liste) est la seule réalisation totalement francophone à avoir abouti : "Il y a trois mois, trois projets de listes ont été déposés à la mairie. Tous ont jeté l'éponge. Cela nous a forcé à sauter le pas. Il est temps d'avoir un véritable représentant à la mairie.»

Cible : les personnes âgées

L'électorat de "A nous Netanya" est clairement identifié. Contrairement à d'autres listes comprenant des Francophones, l'équipe de Sivan Slama ne prétend pas viser l'électeur israélien. Aucun tract n'a d'ailleurs été traduit en hébreu. Le QG de campagne est lui-aussi connu de tous : la place de l'Indépendance, la "petite France" de Netanya. Là, le français domine totalement l'hébreu. Les jeunes serveuses israéliennes se doivent même de connaitre les basiques de la langue de Molière. C'est ici que la liste francophone concentre toutes ses activités chaque vendredi matin : distribution de tracts, poignés de main. En fond sonore, le slogan de "Yech" raisonne dans un haut-parleur : "Francophones de Netanya, venez voter en masse."

L'objectif principal de cette liste inédite consiste à réparer une "aberration". Les Français représentent 10% de la population mais ne compte aucun fonctionnaire à la marie ni dans les autres administrations de la ville. Une situation que Miriam Fierberg-Ikar, maire de Netanya depuis 10 ans, promet de corriger à chaque échéance électorale. Il est vrai que tous les cinq ans les "Frenchis" sont très sollicités.

La maire, elle-même, apparait sur ses tracts aux côtés des deux candidats francophones de sa liste. Comme un appel du pied aux membres de la communauté. Seul petit oubli, leurs rangs ne sont pas indiqués sur le prospectus, soit 7e et 13e . Ils n'ont donc aucune chance d'être élus.

L'argument de campagne de "Yesh" est essentiellement axé sur les problèmes de langue. Netanya est en effet une des destinations favorites des retraités pour qui assimiler l'hébreu relève du parcours du combattant. Les têtes de listes sont plutôt issues de la seconde génération d'immigrants. Parfaitement intégrés et totalement bilingues, leur objectif est de faciliter le quotidien de la génération de leurs parents.

"Yesh" n'est-elle finalement qu'une liste déguisée de retraités ? : "Notre ambition est aussi d'aider les jeunes couples qui s'installent", explique Sivan avant d'avancer un chiffre : d'après le décompte des paniers-repas distribués par les associations, la communauté compte environ 1800 familles en grandes difficultés.

Dans les faits, la liste "A nous Netanya" surfe néanmoins sur l'effet de générations. Assis à la terrasse El Ad, un groupe de retraité emmené par Albert avoue ouvertement leur intention de voter "Yesh" par "chauvinisme" : " Il est grand temps d'avoir quelqu'un à nous à la mairie."

Le son de cloche est totalement différent à une autre table composée de jeunes Franco-Israéliens, âgés entre 21 et 24 ans : "Cette liste, je n'y fais même pas attention. C'est une bêtise. Elle se destine seulement à ceux qui ne s'intègrent pas ", explique Benjamin. Avec Dan, Sara, Cédric, Rivka, ils ont leur aliya, il y a trois ans, à la fin de leurs études secondaires. Dix jours avant l'échéance, ils ont déjà fait leur choix : une liste totalement israélienne, celle du Shas. Le 11 novembre prochain, l'objectif de "Yesh" est d'obtenir un ou deux sièges. "Trois mandats seraient une révolution," se plaît à penser Sivan Slama. Alors la liste "100 % francophone" : feu de paille ou réelle chance de victoire?



Les raisons de l'existence de la liste de NETANYA aux élections Municipales
(en complément de l'article ; avec l'accord et l'autorisation d'une candidate de la liste "YESH" pour le blog Malaassot)

Il y a différentes façons d'accéder à un petit peu de " pouvoir " afin d'aider nos concitoyens c'est en écoutant et en apprenant, sans avoir d'étiquette politique au préalable, donc considéré comme non-agressif, puis agir en faisant coalition (terme bien connu en Israël) le moment venu sur des sujets qui nous tiennent a cœur. Ce que nous voulions c'est avoir un pied a la Mairie.

Nous sommes tous sur cette liste des SIONISTES convaincus, et il y a de nombreux vétérans plus de 20 à 40 ans en Israël, un oleh d'un an, moi (16ans et demi..)et notre tête de liste, qui est né ici de parent francophones, il a 32 ans, il est avocat,  au courant  des lois, avec une forte personnalité , et 'houspan'…

Nous avons un Comité de soutien de plus de 30 personnes de tous horizons.. 
 
Par ailleurs, les autres listes (Mafdal, Shass, etc) ont toutes un " Francophone de Service " pour obtenir les voix francophones, mais il est en 5eme, 8eme voire 10eme position, donc aucune chance d'accéder au Conseil municipal.

En Israël,  si tu t'en rappelles, nous votons avec 2 bulletins : pour le Maire un bulletin Jaune, puis pour les conseillers municipaux (27 au total) sur des listes différentes, avec un bulletin blanc avec des lettres (nous avons les lettres youd-Shin YESH !). Il faut environ, suivant le nombre de votant, 2000 voix pour que le premier candidat d'une liste passe, puis 1800 pour le second, puis 1700 pour le troisième, etc, etc.

Pour qu'un candidat francophone dans une liste a couleur politique il lui faut atteindre lorsqu'il est en 5e, 7e, ou 8e position : 10.000 à 14.000 voix pour être élu, ce qui n'est absolument pas réaliste. Car même le maire élu n'a en général que 3 à 4 conseillers de sa liste,.

Dans notre liste 100% francophone, dès les premières 2000 voix nous avons un candidat a la Mairie, avec 6000 voix ce sont  3 à 4 candidats, et nous obtenons le poste de Maire Adjoint. 

Pour que nous retirions notre liste du paysage électoral… des listes de partis politiques  nous font la cour , font des promesses et des avances. Édifiant non ?

Elles ont  peur que nous fassions un bon score et essaient  de nous acheter par avance, bien entendu nous avons décliné les offres.

Donc tu vois les Tsarfatim commencent a être pris au sérieux et représentent à présent une force, du moins à Netanya.

Et nous savons que cela ne s'arrêtera pas là, dans trois mois ce sont les élections nationales et si après notre victoire les autres francophones du pays s'allient à nous, nous pourrions ainsi briguer des sièges à la Knessett (B''H) qui sait ?

Les Russes, Les retraités y sont arrivés….Pourquoi pas nous ?

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 22:25
Pugilat entre religieux grecs orthodoxes et arméniens Jérusalem

Des popes grecs orthodoxes et des prêtres arméniens en sont venus aux mains dans la basilique du Saint-Sépulcre de la vieille ville de Jérusalem. La police israélienne est intervenue pour séparer les deux camps.

Les célébrations au Saint-Sépulcre sont réglées comme du papier à musique, pour tenter d'éviter des frictions entre les différentes églises qui se partagent chaque pouce de ce site sacré.

Les règles de la cohabitation ont été établies en 1852 par les Ottomans et régissent depuis très strictement le Saint-Sépulcre. Toute modification du statu quo est impossible, telles les heures des messes et des processions.

Pour éviter tout conflit, les clés de l'église sont depuis sept siècles entre les mains de deux familles musulmanes.

Certains des prêtres ont utilisé des cierges comme gourdins tandis que d'autres tentaient d'arracher les soutanes de leurs rivaux. Les raisons de ce pugilat dans ce haut lieu de la chrétienté n'ont pas été précisées. De très anciennes rivalités opposent les représentants des différentes églises qui se partagent le contrôle du Saint-Sépulcre, où selon la tradition chrétienne Jésus-Christ a été crucifié et enterré.
pugilat

DA-ATS News Service

Repost 0
mordeh'ai
9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 22:07

 

 

LES ARABES S'INQUIÈTENT DE L'INFLUENCE GRANDISSANTE DE L'IRAN AU MOYEN-ORIENT

 Arshad Mohammed et Alaa Chahine

 

 Les pays arabes modérés se sont ouverts aux Etats-Unis et à l'Union européenne de leurs inquiétudes concernant l'influence croissante de l'Iran au Moyen-Orient. Lire la suite l'article

Cet échange a eu lieu à Charm el Cheikh en marge d'une réunion du "quartet" des médiateurs internationaux pour le Proche-Orient visant à faire le point du processus de paix israélo-palestinien un an après la conférence d'Annapolis.

Ont participé à la discussion sur l'Iran les ministres des Affaires étrangères d'Egypte, des Emirats arabes unis, de Bahreïn, du Maroc et de Jordanie ainsi que la secrétaire d'Etat américaine Condoleeza Rice, l'émissaire diplomatique européen Javier Solana et Bernard Kouchner, ministre français des Affaires étrangères, dont le pays préside l'UE.

Solana a déclaré aux participants que les négociations des grandes puissances avec l'Iran sur son programme nucléaire étaient "dans une impasse" et qu'il attendait une réponse de son interlocuteur iranien Saeed Jalili à sa proposition de le rencontrer à nouveau, pour la première fois depuis juillet.

Selon un participant à cet échange de vues qui souhaite garder l'anonymat, le chef de la diplomatie jordanienne a surpris par sa vigueur en soulignant que, si le dossier du nucléaire iranien était devenu un problème pour les Occidentaux, "la quête hégémonique de l'Iran" dans la région constituait depuis longtemps aux yeux des Arabes la véritable "crise".

Il a notamment dénoncé l'accroissement de l'influence du régime théocratique de Téhéran en Irak, au Liban, en Syrie et auprès de groupes radicaux palestiniens comme le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza.

LE MINISTRE RUSSE ABSENT

Selon le même participant, Solana et Kouchner ont semblé surpris de la franchise et de la véhémence des ministres arabes dans la formulation de leurs griefs.

Un responsable américain a pour sa part déclaré que Rice avait pris note de la crainte de la part des pays arabes modérés que l'Occident, et particulièrement les Européens, négligent leurs préoccupations face aux appétits régionaux prêtés à l'Iran chiite.

Selon Solana, cette réunion avec les ministres arabes s'est tenue à leur propre demande à la faveur de la présence dans la station balnéaire égyptienne de la mer Rouge des membres occidentaux du "quartet" de médiateurs pour le Proche-Orient.

Celui-ci est composé des Etats-Unis, de l'Union européenne, de la Russie et des Nations unies. Mais le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, qui participé à la réunion du "quartet" n'a pas pris part à celle avec les ministres arabes.

Face à Téhéran, Solana représente six puissances - France, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Allemagne, Chine et Russie - qui pressent l'Iran de cesser ses activités nucléaires sensibles sous peine de nouvelles sanctions, auxquelles Pékin et Moscou se montrent toutefois réticents.

Lors de sa première conférence de presse depuis son élection à la présidence américaine, Barack Obama a jugé vendredi "inacceptable" la mise au point éventuelle par l'Iran de l'arme nucléaire et exhorté la communauté internationale à l'empêcher.

Le président du parlement iranien, Ali Larijani, lui a répondu en l'invitant à "un changement changement fondamental" d'attitude, soulignant que "réitérer les objections au programme nucléaire iranien serait accomplir un pas dans la mauvaise direction".

Lors de sa campagne électorale Obama n'a pas exclu de discuter directement avec les dirigeants iraniens, y compris du dossier nucléaire.

Version française Marc Delteil

Repost 0
mordeh'ai - dans Revue de presse
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 12:51
Avec l'autorisation du blog drzz

Les Juifs américains ont voté à 77% pour Obama et lui ont versé des sommes colossales. En retour, Obama a nommé comme chef de cabinet , Rahm Israel Emmanuel élu de la chambre des représentants de l'Illnois, ancien conseiller de Bill Clinton et leveur de fonds du parti démocrate.

Emmanuel est un grand ami d'Israël, son père était membre de l'Irgoun, et Emmanuel lui-même a servi comme volontaire civil pour Tsahal pendant la Guerre du Golfe, en 1991. On le dit Juif orthodoxe, proche de l'AIPAC, des comité des affaires juives des USA. Mais Emmanuel est aussi l'un des cerveaux derrière les désastreux accords d'Oslo qui débouchèrent sur la seconde Intifada.

Emmanuel a une réputation atroce au sein du monde politique américain. On lui reproche son manque d'ouverture d'esprit et son sens partisan proche du fanatisme. En 1996, il a qualifié les Démocrates qui n'avaient pas voté pour Bill Clinton de "traîtres". Puis, fou de rage, il a surgi dans un dîner mondain, crié les noms des personnes qui n'avaient pas soutenu Clinton et ajouté "à mort, à mort, à mort !" en frappant les tables avec un couteau à viande, ce qui lui a valu le surnom de "Rahm-bo".

 

Repost 0
mordeh'ai - dans Point de vue
6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 09:52
L’État d’Israël revu et corrigé par Moché rabbénou !
Par Jonat pour  de Juif.org  (03.11.08)

Voici un texte extraordinaire du Zohar haKadoch rédigé d’inspiration divine par rabbi Chimon bar Voici

 

Ce long passage du Zohar (Parachat Nasso 124a), parfois hermétique, appelé « Ra’ya Meheimna » -  le Fidèle Pasteur – qui traite de différents sujets de Torah dont l’époque messianique, se termine sur une prière de Moché rabbénou pour la délivrance finale.

En effet, le texte nous explique que, leur étude achevée, Eliahou s’apprête à monter au ciel pour intercéder auprès d’Hachem pour libérer le peuple juif de son exil et demande à Moché de lui transmettre des arguments de taille qui permettront sa délivrance immédiate.

S’exécutant, Moché lui présente un tableau sévère de la situation pré-messianique mais extraordinaire de clairvoyance ! Tout y est : État et dirigeants laïcs et antireligieux, capitalistes et corrompus, où l’écart entre les riches et les pauvres est sidéral, les subventions pour le social et les institutions religieuses pratiquement inexistantes,  et où les étudiants de Torah sont inlassablement dénigrés et mis au ban d’une société qui est régulièrement incitée à s’émanciper et à s’assimiler de gré ou de force…

 

Leur dernière étude traite de l’époque messianique et du Èrev rav membres du peuple juif qui se battent pour l’assimilation de celui-ci :

 

A propos du Èrev rav il est écrit : « et le peuple à cette vue, trembla et se tint à distance » (Chémot 20:14). Ils seront loin de la rédemption et ils observeront les étudiants de la Torah et la sainte nation dans toute sa splendeur, mais ils se tiendront loin d'eux. S'ils souhaitent se joindre à eux, il est écrit : « On ne doit pas porter la main sur lui, mais le lapider ou le percer de flèches » (ibid. 19:13). A cette époque, il s’accomplira pour Israël : « Seul, Hachem le dirige, et nulle puissance étrangère ne le seconde » (Devarim 32:12). Il a déjà été expliqué qu’il ne sera pas accepté de nouveaux convertis à l’époque du Messie. « Et les impies périssent dans les ténèbres » (Chemouel II 2:9): c’est le Èrev rav. Par conséquent, le prophète a proclamé à leur sujet : « et ils ne viendront pas sur le territoire d'Israël » (Yéhezkel 13:9).

 

La vision de rabbi Chimon traverse le temps et l’étude du « Ra’ya Meheimna » se clôture à notre époque. Quand arrive le moment de partir, Moché partage la souffrance causée par la situation financière, morale et spirituelle critique du peuple d’Israël à la fin des temps :

 

Eliahou dit au Fidèle Pasteur (Moché) : il est temps pour moi de partir en haut [pour amener la délivrance finale]. Fais-moi jurer solennellement [d’accélérer la Rédemption], car pour toi je veux monter là-haut. Car le Saint béni soit-Il, m'a donné l'autorisation de me révéler à toi dans ta prison, dans ton lieu de sépulture, et pour te remplir de bienfait parce que tu t’es profané par les péchés du peuple [car parmi eux il est comme en prison]. Tel est le sens de : « Et c'est pour nos péchés qu'il a été meurtri » (Yéchaïa 53:5).

 

 

Le Fidèle Pasteur (Moché) lui dit :

Fais-moi le serment solennel au nom de Hachem, que tu feras tout ton possible pour ne pas retarder la rédemption, car je me trouve dans une grande détresse. [A mon sujet il est écrit :]
« Il se tourna de côté et d'autre et ne voyait paraître personne » (Chémot 2:12). Aide moi, sors moi de cette détresse, de cette tombe sur laquelle il a été dit de moi : « On a mis sa sépulture avec celle des impies » (Yéchaïa 53:9). Ils ne me reconnaissent pas, et je suis aux yeux de l’Èrev rav, ces  mécréants, considéré comme un chien mort répugnant parmi eux, car « la sagesse des scribes (Sages) répugnera »  parmi eux, dans chaque ville, et dans tous les lieux où les enfants d'Israël seront disséminés parmi eux dans leur royaume. Et le Èrev rav s’ordonnera berger sur Israël, le troupeau du Saint béni soit-Il, comme il est dit à leur sujet : « Et vous, mes brebis, brebis que je fais paître, vous êtes des hommes » (Yéhezkel 34:31 ). Et ils n'ont aucune possibilité de faire du bien aux étudiants de la Torah.

 

Et les hommes vaillants, craignant la faute, tourneront de ville en ville sans trouver grâce, et le Èrev rav les excommuniera d’entre eux. Dans de nombreux endroits, on ne leur donnera qu’une faible subvention,  de sorte qu'ils ne peuvent se relever de leur chute, et ce, même le minimum vital. Et tous les sages, les hommes vaillants et ceux qui craignent la faute seront souffrants tourmentés et affligés, traités comme des chiens. Mes enfants « qui valaient leur pesant d'or fin, hélas! Les voilà estimés à l'égal de vases de terre » (Eikha 4:2) à tous les coins de rues. Car ils ne peuvent trouver domicile parmi eux.

 

Et qu’en est-il de tous ces hauts fonctionnaires à la tête de l’État ?

 

Pendant ce temps, le Èrev rav sera riche, vivra dans le bonheur et la joie, sans souffrance, sans aucune peine – ils sont voleurs, ils prennent des pots-de-vin, ce sont les juges, les dirigeants, « parce que la terre, à cause d'elles (les créatures), est remplie d'iniquité » (Bérechit 6:13). A leur propos, il est écrit : « Ses ennemis seront à leur tête » (Eikha 1:5). Fais moi le serment solennel, pour la deuxième fois, sur la vie d’Hashem Tzva-ot, D-ieu d'Israël, qui est sur le trône des anges, que tous ces mots ne manqueront de ta bouche, que de toutes tes forces tu transmettes au Saint béni soit-Il ces paroles, afin de montrer leur détresse.

 

Fin du « Fidèle Pasteur ».


Celà ressemble étrangement à ce qui se passe  aujourd'hui en Eretz Israël ! et par la même voudrait dire que nous nous rapprochons de plus en plus de la guéoula ?
( lire Nassi Kouchi )
Mordeh'aï

.

Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 23:05

 Les élections américaines font irruption dans la campagne électorale israélienne

par Shraga Blum d'A7   mercredi 5 novembre 2008

Il n'a pas fallu attendre longtemps pour que l'élection de Barack Obama ne soit déjà utilisée comme argument de campagne électorale. Le départ prochain de l'administration Bush signifie également la fin d'une alliance objective entre la droite israélienne et une conception biblique de la politique étrangère américaine. Tsipi Livni l'a bien senti, et s'est empressée de battre le fer tant qu'il est chaud: "Dans trois mois, nous devrons choisir entre deux voies. L'une qui favorisera le processus de paix, et ira en harmonie avec la nouvelle administration américaine, et l'autre, qui nous promet le gel des négociations, et qui entraînera des pressions américaines sur Israël".

Ce faisant, elle veut porter le thème de la campagne électorale sur la question d'un alignement de la politique israélienne sur les souhaits et les intérêts de Washington de la région, ou au contraire, sur l'hypothèse d'une confrontation entre Jérusalem et Washington. Le "changement" promis par Barack Obama dans la politique extérieure américaine passera par une volonté d'amélioration des relations entre les Etats-Unis et le monde musulman, le monde arabe en particulier. Inutile de préciser qui en en fera les frais!

Avec une phraséologie qui fera plaisir à ceux qui souhaitent un Etat Juif docile, Livni rajoutait: "Si les Etats-Unis et le monde voient qu'Israël est prêt à négocier et trouver une solution, ils nous aideront à préserver nos intérêts nationaux, mais s'ils voient qu'Israël se montre réticent, et dit non à tout, alors ils nous imposeront des solutions".

Il est donc clair que durant cette campagne électorale qui débute, Livni et Kadima von tout faire pour surfer sur la vague Obama, et présenter leur "programme" comme la seule alternative pour préserver l'alliance stratégique et politique avec les Etats-Unis. Le message sera "Obama et le centre-gauche israélien sont sur la même ligne et du bon côté de la barrière, alors que le Likoud est une voie de garage qui mènera à l'isolement d'Israël".

Dans le sens inverse, il est également plus que probable que la nouvelle administration américaine va clairement montrer sa préférence pour un gouvernement Kadima-Avoda plutôt que Likoud-Religieux.

Un journaliste de Haaretz a décrit de manière simpliste et sordide l'enjeu des prochaines élections: "Les deux événements majeurs de la nuit dernière, l'élection d'Obama et la pluie de Kassam sur Israël, montrent ce qui va se jouer lors des législatives: la victoire d'Obama profite à Livni, et les tirs de Kassam profitent à Netanyahou"!!

Alors que Livni et la gauche tenteront de montrer que "seules des négociations en accord avec l'allié américain, même au prix de certaines concessions, permettront à Israël de survivre comme Etat juif au Proche-Orient", du côté du Likoud et ses alliés naturels, on montrera que l'expérience montre que "jusqu'à présent la stratégie de la retenue et des concessions n'a apporté que violence, terrorisme et hégémonie de l'Islamisme".

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 09:31
Obama Président : bon pour eux, moins bon pour nous ?
par Shraga Blum d'A7
mercredi 5 novembre 2008

Nul ne niera que la campagne présidentielle qui s’est achevée hier aura été l'une des plus palpitantes qu'ait connues la démocratie américaine, avec à la clé, l'événement historique d'un premier Président de couleur…à la Maison Blanche!

Quelles que soient les sympathies politiques que l'on ait, il est indéniable que l'ascension fulgurante de Barack Obama, et sa victoire sur l'expérimenté John McCain, représentent un séisme historique et une nouvelle donne, non seulement sur la scène politique américaine mais aussi dans l'échiquier politique international.

Sur le plan intérieur américain, l'élection d'Obama est une bonne chose sur deux points au moins. Démocratiquement et psychologiquement, il est bon que ce ne soit pas toujours les mêmes couches de la population à être représentées au plus haut niveau. Après huit ans d'administration républicaine, l'alternance est l’une des choses des plus naturelles, et toutes celles et ceux qui furent déçus ou frustrés les années 2000 et 2008 par les élections de George W. Bush peuvent maintenant avoir la satisfaction « d’être du bon côté » ! Les visages et les larmes de l’assistance lors de son discours de victoire en attestent. En pleine crise financière, la population inquiète de ses conséquences sociales ne verra pas d’un mauvais œil l’arrivée aux affaires d’un adversaire du néo-libéralisme sauvage.

Mais surtout, la victoire d'un politicien issu d'une minorité ethnique, de surcroît afro-américaine, permet aux immigrés, aux petites gens, aux "cols-bleus", aux laissés pour compte de la globalisation mondiale impitoyable d'espérer en un monde meilleur, et d’avoir le sentiment d’être désormais entendus à Washington. L’arrivée au sommet de la pyramide d’un homme de couleur nous ramène directement au discours historique de Martin Luther King au Lincoln Memorial de Washington en 1963, et sa fameuse phrase « I have a dream », « Je fais un rêve ». Ce rêve s’est accompli pour des millions de noirs américains qui ont galéré, non seulement pour arriver sur les côtes américaines, mais pour y acquérir leur liberté et tenter de trouver leur place dans la société. A partir d’aujourd’hui, le slogan « Tout le monde peut devenir Président des Etats-Unis » prend son véritable sens.

Et là de nous poser la traditionnelle question: "Mais est-ce bon pour nous?" (lire la suite)

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 22:39

Découverte de l'inscription hébraïque la plus ancienne!
 par Shraga Blum d'A7  vendredi 31 octobre 2008 -


U
ne équipe d'archéologues israéliens sous la direction des Professeurs Yossi Gurfinkel et Saar Ganor, de l'Université Hébraïque de Jérusalem, a mis à jour des fragments d'objets portant des inscriptions en hébreu ancien, datant probablement de l'époque de la Royauté de David !


Cette surprenante découverte a eu lieu dans un endroit mentionné par le texte biblique, une ville fortifiée appelée "Mivtzar Haela", (Forteresse des Térébinthes) qui se trouve dans la Vallée du même nom.       Cette ville, datant de l'époque du Schisme, était frontalière entre le Royaume de Juda, à l'est, et le territoire philistin, à l'ouest. Cette région était d'une importance stratégique centrale, car elle commandait la route qui menait du territoire Philistin aux  Monts de Hébron et de Jérusalem. D'un périmètre de 23 dounam (23.000 m2), elle est entourée d'une muraille de 700 mètres de long, et dont certaines pierres pèsent de 4 à 5 tonnes chacune! Selon les archéologues, pour construire ce lieu, il a fallu aux ouvriers de l'époque détacher plus de 200.000 tonnes de rocs !


C'est dans cette région qui se situe à mi-chemin entre Jérusalem et Kiryat Gat, que selon le texte, s'est notamment déroulé le fameux combat entre David et Goliath. Des parties de cette forteresse ont été trouvées auparavant, et il s'agit là du plus ancienne localité judéenne de l'époque du 1er Temple découverte à ce jour. L'équipe d'archéologues n'hésite pas à qualifier cette trouvaille "d'historique", et "la plus importante depuis la découverte des Manuscrits de la Mer Morte dans les années 1960"!!


Parmi les ruines, des fragments de jarres portant des inscriptions en hébreu proto-cananéen, en vigueur dans le pays au 2e millénaire avant l'ère actuelle, et qui est à l'origine des alphabets actuels. Sur le fragment en terre cuite, cinq lignes écrites avec une encre spéciale, qui représentent probablement un message envoyé par quelqu'un. D'après les premiers examens, l'ont peut déjà dire qu'il a été écrit par un scribe expérimenté, et on y trouve les prénoms de "Elimelekh" et "Abdaël".

L'examen au Carbone 14, qui permet de définir l'âge de matériaux antiques, a certifié que ces fragments proviennent de l'époque de la Royauté de David, donc quelque mille ans avant ceux des Manuscrits de la Mer Morte!

Selon Yossi Gurfinkel, "ces découvertes prouvent définitivement la véracité historique de l'existence du Royaume de Juda, avec un pouvoir royal fort à Jérusalem, car une école archéologique en Israël soutient la thèse qu'un tel royaume n'a jamais existé, et que les personnages dont parle la Bible étaient tout au plus des seigneurs locaux régnant sur une population rurale!
Les textes du Livre de Samuel et des Chroniques seraient ainsi confirmés !"

"D'ailleurs" selon le Professeur, "cet endroit est le seul en Israël qui permette pour le moment d'authentifier l'époque de la Royauté de David. Il y a ici une saisissante rencontre entre le mythe, l'historiographie, le texte biblique et l'archéologie"

David Melekh' Israël.....

 =========================================================================================
Pour  le Jerusaleem Post :  
Selon Yossi Garfinkel, archéologue à l'Université Hébraïque de Jérusalem, responsable des fouilles du site Hirbeit Qeiyafa  les cinq lignes de caractères, écrites il y a 3 000 ans ainsi que les ruines de la fortification où elles ont été trouvées indiquent l'existence d'un royaume israélite puissant à l'époque du roi David,.

D’autres chercheurs hésitent à accepter son interprétation sur les découvertes, rendues publiques mardi, arguant qu'il ne faut pas prendre les événements et la géographie décrits dans la Bible au pied de la lettre.

Et  d'autres encore  jugent qu'il est prématuré de qualifier ce langage d'hébreu, jugeant qu'il s'agit vraisemblablement d'une écriture protocanaanite, précurseur de l'alphabet hébreu.


===============================================================================
 Pour Associated Press  repris par notre journal préféré de gôche Haaretz :
“Have Israeli archaeologists found world's oldest Hebrew inscription?” (Est-ce que les archéologues Israéliens ont bien découverts la plus ancienne inscription hébraïque ?)

====================================================================== 
Pour conclure par l'anecdote :

The finds have not yet established who the residents were, says Aren Maier, a Bar Ilan University
archaeologist who is digging at nearby Gath. It will become more clear if, for example, evidence of the 
local diet is found, he said: "Excavations have shown that Philistines ate dogs and pigs, while Israelites
did not."
 

( Pour Aren Maier archéologue de l’Université Bar Ilan qui dirige les fouilles près de Gat. 
Les découvertes n'ont pas encore établies qui en étaient les occupants.
Cela deviendra  incontestable lorsque les fouilles révéleront le mode alimentaire des locaux. 
D’après lui des fouilles ont révélées que les Philistins mangeaient du chien et du  porc contrairement
 
aux Israélites
.)
 


Qu'en pensent nos chers Palestiniens eux qui se disent descendants des Philistins ??.?
Mordeh'aï
 
                        

 

Repost 0
mordeh'ai - dans Histoire