Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 18:40
Gracié par Israël, il reprend ses activités terroristes
Date: mardi 02 décembre 2008 http://www.israelmagazine.co.il/
Les forces de Tsahal ont éliminé, à Naplouse, Mohammed Abou Deri, un membre de la branche militaire du Fatah qui avait fait l’objet d’une grace et avait été libéré des prisons israéliennes.

Tsahal affirme que ce dernier, qui faisait partie des policiers palestiniens mis en place par l’Autorité palestinienne à Naplouse, avait repris ses activités terroristes, en dépit de l’accord passé lors de la grace. Lors d’une patrouille de Tsahal dans le secteur, le jeune homme, recherché par les services de sécurité, a été identifié et les soldats ont tenté de l’interpeller. Abou Deri a ignoré les sommations des soldats de Tsahal et a tenté de s’enfuir. Ces derniers ont ouvert le feu. Le terroriste est décédé des suites de ses blessures à l’hôpital où il avait été conduit. Par ailleurs, six autres Palestiniens, recherchés par les services de sécurité, ont été arrêtés cette nuit à Naplouse, et ont été transférés aux services de police pour être soumis à un interrogatoire. Pour rappel, il y a environ un an, 300 policiers palestiniens du Fatah, le mouvement du chef de l’AP Abou Mazen, ont été déployés à Naplouse, suite à un accord avec l’Etat hébreu. En raison de la réussite de ces policiers à maintenir l’ordre dans la ville, des forces de police palestiniennes ont été déployées à Hébron, à Jénine et Bethlehem.

Repost 0
mordeh'ai - dans Dépêche
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 10:07
Signalé par un lecteur d' israel-infos.net , le "lancement" d'un réseau international JUIF antisioniste IJAN (International Jewish Anti Zionist Network) à San Francisco, à Londres, et à Paris.
France - 25-11-2008

Suite au lancement du réseau international juif antisioniste IJAN (International Jewish Anti Zionist Network) à San Francisco et à Londres, nous vous annonçons sa formation à Paris.
Une table ronde a eu lieu à cette occasion le mercredi 26 novembre à 19H
Au CICP, Centre International de Culture Populaire
21 ter rue Voltaire 75011 Paris (M° Boulets Montreuil)
Défions le sionisme - Isolons l'Etat d'Israël
Nous souhaitons que les intervenants s'expriment sur notre Charte , qu'ils donnent leur point de vue sur le sionsime et sur la manière dont ils intègrent la problématique du sionisme dans leurs activités militantes.
(....)

Daniel Levyne, d'IJAN et de l’UJFP, apportera un éclairage sur l'opposition de Juifs religieux au sionisme.
Charte du réseau international juif anti-sioniste
IJAN - International Jewish Anti-Zionist Network

Nous formons un réseau international de Juifs et de Juives qui s'engagent de façon inconditionnelle en faveur de la lutte pour l'émancipation des êtres humains. Nous considérons que la libération du peuple palestinien et de sa terre forme un volet essentiel de cette émancipation. Notre engagement porte sur le démantèlement du régime d'apartheid israélien, le retour des réfugiés palestiniens et la fin de la colonisation israélienne sur la Palestine historique...............
lire la chartre IJAN en français sur le site : ISM
Repost 0
mordeh'ai - dans Société
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 09:35

Pétition pour Jérusalem JPOST du 27/11/2008

Une délégation de l'Union orthodoxe, basée à New York, a présenté une pétition au nouveau maire de la capitale israélienne, Nir Barkat, mercredi. Le document a été signé par un million de Juifs américains et appelle le maire à refuser toute forme de division de Jérusalem dans le cadre d'un futur accord de paix avec les Palestiniens.

Le président de l'Union, Stephen Savitsky, a ajouté que la préservation de l'actuel statut de Jérusalem relève de l'un des sujets les plus inquiétants pour la diaspora juive. "Le cœur des Juif est à Jérusalem, peu importe où ils se trouvent." La délégation est actuellement en Israël dans le cadre du congrès annuel de l'Union orthodoxe, qui a débuté mercredi soir.

La campagne électorale de Nir Barkat avait accordé une importance particulière à l'unité de la capitale. Il s'était même opposé aux membres du gouvernement qui envisageait le contraire.

Les Palestiniens revendiquent l'autorité sur Jérusalem-Est, en tant que capitale de leur futur Etat. Un Hiérosolomytain sur trois - sur un total de 750 000 - est Arabe. Fondée en 1898, l'Union orthodoxe est constituée d'un réseau de synagogues orthodoxes à travers les Etats-Unis.

Repost 0
mordeh'ai - dans Point de vue
23 novembre 2008 7 23 /11 /novembre /2008 09:53
Israël face au plan de paix arabe
20/11/2008 Freddy Eytan
http://jcpa-lecape.org/
   

L'Autorité palestinienne a publié des encarts publicitaires dans la presse israélienne pour influer l'opinion  publique à accepter l'initiative du roi Abdallah d'Arabie Saoudite adoptée à Beyrouth le 28 mars 2002. Cette "intervention médiatique" est une grande première. C'est la première fois qu'un plan de paix est pris au sérieux par 57 pays musulmans et arabes. Depuis 1948, les Palestiniens ont toujours raté les rendez-vous de l'Histoire.
Depuis le sommet de Beyrouth, plus de six ans se sont écoulés. Yasser Arafat n'est plus de ce monde, la ligue arabe est déchirée, le Hezbollah dicte la loi à Beyrouth, les Palestiniens sont divisés et forment deux entités séparées. Le Hamas est au pouvoir dans la bande de Gaza et refuse de reconnaître l'existence de l'Etat juif. Quant à Mahmoud Abbas, il est toujours en difficulté pour maitriser ses troupes, mais négocie avec Ehoud Olmert et brigue un nouveau mandat présidentiel.
Il y a sans doute des éléments positifs dans l'initiative saoudienne, comme la reconnaissance de l'Etat d'Israël par le monde arabe et musulman et l'établissement de relations diplomatiques. Shimon Pérès a salué à plusieurs occasions le plan  de paix arabe et a même déclaré que le nouveau président américain Barack Obama  est "très impressionné" par cette initiative.  Vraiment?!
Quand on analyse sérieusement certaines clauses de ce plan, on constate qu'elles sont  inadmissibles même pour un gouvernement israélien de gauche. L'exemple le plus éloquent est le retour des réfugiés palestiniens selon la résolution 194 de l'ONU. L'acceptation de cette clause serait un suicide et mettrait fin à l'Etat juif.
Après la guerre des Six Jours,  Yigal Allon, vice-Premier ministre, a élaboré un plan de paix réaliste et pratique qui est fondé sur le droit historique du peuple juif sur sa terre, sur un Etat à majorité juive et des frontières défendables. Depuis, nous nous sommes retirés de toute la péninsule du Sinaï et de la bande de Gaza et nous avons signé des traités de paix avec l'Egypte et la Jordanie. Quant aux accords d'Oslo signés avec les Palestiniens, ils demeurent un fiasco en dépit de la bonne volonté israélienne d'aboutir à une paix sincère. Dans cette aventure, Rabin a été entrainé par l'optimisme romantique de Shimon Pérès. Il a été réticent et a qualifié ces accords de "compliqués et confus" et les a comparé à un "fromage de gruyère"...
Voilà plus de 40 ans que des plans de paix sont élaborés mais pas un seul n'a été réalisé concrètement avec les Palestiniens. Rappelons, le  plan Fahd (octobre 81), le plan Reagan (septembre 82), le document de Londres (avril 87) et le plan Clinton-Barak en septembre 2000.  Soyons pragmatiques et regardons la réalité en face. Le peuple palestinien n'est toujours pas adulte pour créer un Etat viable avec une véritable constitution démocratique. Le terrorisme, la mauvaise gouvernance et la corruption l'emportent toujours. Ce peuple demeure sans leadership et sans aucune volonté de réconciliation entre les frères ennemis, le Hamas religieux et islamiste et le Fatah laïc. 
Dans ce contexte, le plan saoudien est un grand pas en avant mais n'est pas réalisable. Israël qui a gagné la guerre et a conquis des territoires se trouve en position de force pour négocier un retrait éventuel des territoires. Jérusalem  doit prendre l'initiative pour pouvoir dicter le processus enfin qu'il soit un gage de fidélité à la paix. 
Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 20:08

par JSS publié dans : Israel/Territoires Disputés Mercredi 19 novembre 2008
Ceux qui soutiennent le partage de la capitale d’Israël et argumente sur la nécessité d’améliorer la balance démographique de la ville entre Juifs et  Arabes affirment que cela s’accomplirait en «déplaçant »  les quartiers arabes et les résidents en dehors des limites municipales de la ville.

Toutefois, un  taux de natalité arabe élevé n’est pas la principale cause de la diminution de la majorité juive à Jérusalem. Au contraire, la raison principale est qu’un grand nombre de Juifs quittent la ville par manque  de logement et des difficultés d’obtenir un emploi. Chaque année quelques 16,000 Juifs quittent la ville ; le total au cours des vingt dernières années est de 300,000 !!!

Pour stopper le départ de Jérusalem, l’intervention du gouvernement est nécessaire dans les domaines de l'habitat et de  l’emploi. La ville doit être déclarée zone de priorité nationale. En outre, la séparation à l'intérieur de la ville impliquerait de nombreux risques. La réalité actuelle à Jérusalem est une continuité urbaine des plus denses et sans solution, avec des zones mixtes de Juifs et Arabes. Jérusalem devrait être partagée physiquement en fonction de  ses quartiers arabes, la ligne de séparation serait-elle la frontière entre l’Etat d’Israël et l’Autorité palestinienne?, ou entre un futur Etat palestinien? Contrairement à la situation actuelle où la frontière est plus lointaine que la plupart des quartiers résidentiels juifs de la ville.
Les distances entre les nombreux quartiers juifs dans la ville et les quartiers arabes prévus  pour « une séparation » se situent dans le cadre de la portée des armes légères, soit  des dizaines à de centaines de mètres seulement.  Rappelons que lors du déclenchement de la Deuxième Intifada, les tirs ont débuté à partir  du village de Beit Jalla situé sous le contrôle de l’Autorité palestinienne et destinés contre les maisons des résidents juifs du quartier de Guilo, au Nord-est du centre ville. Les tirs ont commencé en septembre 2000 et ont continué par intermittence jusqu’en 2005.

Un rapport publié en 2003, par le département des Communications du Bureau du Premier ministre a conclu, entre autres, que les Arabes de Jérusalem Est continuent d’être un facteur non négligeable dans l’exécution d’attentats et de bombe suicidaire contre les Israéliens, et en particulier contre les résidents juifs de Jérusalem. Le rapport a également conclu que le Hamas était le principal organisme au sein du recrutement et des activités des arabes de Jérusalem Est.

Aujourd’hui, en perspective d’une éventuelle « séparation » des quartiers et villages arabes, les milieux de sécurité avertissent qu'un assouplissement des mesures ou la perte de contrôle dans ces zones pourraient provoquer  de nouvelles attaques terroristes. Le précédent retrait des forces israéliennes des villes et des villages de Cisjordanie a augmenté les risques d'attaques contre des cibles israéliennes.

Suite à un partage  et à un changement de statut et de rectifications de frontières municipales, des dizaines de milliers de Juifs pourraient quitter la ville. C’est ce qui s’est passé après le partage de 1948, quand un quart de la population juive de Jérusalem (quelques 25,000 personnes à l'époque) se sont déplacées de la ville.  De nombreux résidents menacés ont similairement pris le chemin du départ  suite au sommet de Camp David de l'an 2000 car le partage semblait probable.

« Les Juifs » et les « arabes » de Jérusalem bénéficient actuellement d’une infrastructure et d'un système unique et il est difficile et peut être impossible de les séparer. Des routes importantes, de grandes artères et des rues connectent tous les quartiers et les sections. L'eau, l'électricité, les égouts, et le téléphone sont communs et dépendent d'un seul organisme. Les systèmes de santé et les hôpitaux servent également les deux populations, comme les différents organismes bancaires et les réseaux commerciaux. Même la ligne ferroviaire de Jérusalem traverse  actuellement le quartier arabe de Chuaffat, l’un des objectifs d’un partage possible.

Juste après la guerre des Six jours, la construction massive du gouvernement israélien à l’Est de Jérusalem était de contrôler les zones stratégiques et empêcher toute possibilité ultérieure de partage de différentes sections de la ville. Israël a construit pour « guérir » les fractures municipales, pour faire élargir Jérusalem et l'agrandir par des zones peuplées, afin de s'assurer que le partage à nouveau la ville ne serait plus possible.
Depuis plus de trois décennies, les Israéliens estiment que tout doit être fait pour unifier Jérusalem et éviter de diviser la ville à nouveau. Dans cet esprit, de nouveaux quartiers à Jérusalem Est qui abritent aujourd’hui quelques 190.000 Juifs, et comprennent des institutions officielles de l’Etat, sont construites sur le terrain annexé à la ville en 1967. Ils comprennent également la zone gouvernementale et le siège de la police à Sheikh Jarrah, le campus de l’Université hébraïque et l’hôpital Hadassah au Mont Scopus ainsi que des hôtels longeant l'artère principale. Les terres et les biens immobiliers ont été achetés par le gouvernement, par des personnes privées et par des ONG, tous, dans le but de « racheter » Jérusalem.

Dr. Robbie Sabel, ancien conseiller juridique  du ministère des Affaires étrangères, a examiné l’aspect juridique du partage éventuel de Jérusalem pour les quartiers arabes. Une étude qui a été publiée par l’Institut des Etudes israéliennes avant la conférence d’Annapolis. Il a estimé qu'il serait très difficile de forcer les résidents de Jérusalem Est à capituler et a renoncer au statut de résident qui a été accordé par Israël, ainsi que les droits inhérents. La problématique est difficile à résoudre. En outre, Selon Sabel, les résidents de l’Est de Jérusalem (arabes en majorité) auront la possibilité de passer à une autre partie de l'Etat d’Israël et ainsi retenir le statut de résidents israéliens. La construction du Mur de sécurité qui sépare le long des limites nord de Jérusalem, a déjà provoqué le passage de milliers de Palestiniens  à la partie israélienne du Mur. Ceci met évidement en doute  le gain démographique que les partisans de la séparation espèrent obtenir.

La même étude révèle le non réalisme du partage par le fait que le gouvernement israélien ne pourra être libéré de la charge des divers paiements à l’Est de Jérusalem, en raison des restrictions, à la fois morales et juridiques.

Les Arabes de Jérusalem Est ont sans doute,  un sens d’affinité nationale avec l’Autorité palestinienne et avec leur frères en Cisjordanie. Pourtant, beaucoup auront du mal à renoncer à leur liberté de mouvement et d’expression, aux possibilités d’emploi, et à la vaste gamme d’avantages  auxquels ils ont actuellement droit en vertu de leur statut de résident. Ils ont exprimé ces sentiments dans de nombreuses séries de pourparlers officieux. Le ministre chargé des  Affaires de Jérusalem, Rafi Eytan, a souligné  en février 2008  que la majorité des résidents de Jérusalem Est ne souhaitent pas quitter la tutelle du gouvernement israélien.

Enfin, le partage de Jérusalem mettrait en péril  les droits millénaires, des Juifs et des Chrétiens à  leur attachement fidèle et profond à l'histoire de la ville, à sa Sainteté et aux Lieux Saints. 

(En photo : La carte de Jérusalem selon le Centre d'étues francais (d'ou une pareille légende), le logo de la ville et une photo d'ensemble de Jérusalem)
Repost 0
mordeh'ai - dans Société
18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 20:30
Shalom Akhshav contre un député Shass

Le secrétaire général du mouvement d'extrême gauche Shalom Akhshav (La Paix Maintenant), Yariv Oppenheimer, a demandé au conseiller juridique du gouvernement Menny Mazouz d'ouvrir une enquête contre le député Shass Nissim Zeev. Pour quel motif ? Parce que ce dernier a décidé d'installer son bureau dans la Maison de la Paix, Bet HaShalom, située entre Kiriat Arba et Hébron. Oppenheimer a déclaré qu'il n'était "pas normal qu'un élu du public fasse ainsi fi d'une décision de la Cour suprême en utilisant "cyniquement" son immunité parlementaire". Rappelons que le gouvernement compte évacuer les résidents de cette maison alors que les propriétaires ont prouvé qu'ils l'avaient acquise légalement.


Ce brave homme devrait de temps à autre retirer ses oeillères et regarder tout autour de lui ainsi il s'apercevrait qu'il n'y a pas que les haredim qui devraient être sanctionnés mais également les hilonim de shalom ahshav qui prennent fait et cause pour les palistiniens "cyniquement" au détriment de leurs concitoyen juifs,  les députés arabes "israeliens" qui ne profitent de la démocratie de l'Etat d'Israel que pour mieux bafouer "cyniquement" les règles qui régissent la fonction de membre de la Knesset.
Le Président de l'Etat qui se permet "cyniquement" de se mêler des affaires politiques du pays alors que son statut n'est qu'honorifique mais qui le lui rappelera ?
Certainement pas Oppenheimer
ni Le Bagatz.

 Mordeh'aï

Le Bagatz cet outil que nous, la minorité éclairée, intelligente et progressiste utilisons pour imposer nos voies aux forces obscures en général et aux ennemis de la paix en particulier. (sic ! c'est un jok mais tellement vrai )

 

  http://members.tripod.com/~Church-of-Rabin/bagatz.htm

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 11:31

Ils osent appeler ca une trêve…

17 Novembre 2008 - Atlass Shrugs

On nage toujours autant dans l’absurde en Israël. Les journaux titrent de jours en jours « qu’Israël veut maintenir la trêve » (avec le Hamas). Mais est-ce que le fait de se faire bombarder jours après jours, que nos postes frontières soient attaqués constamment, est une trêve ? Qui impose ce langage erroné à nos dirigeants ? Il n’y a pas de trêve mais une guerre, et tant qu’Israël ne voudra pas se l’avouer, on ne pourra rien faire pour l’arrêter… En attendant, évidement, les terroristes du Hamas jubilent !
Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 08:55

La mosquée d'Al-Aqsa construite sur une église byzantine ?


Mosquée Al-Aqsa.
Photo: Wikipedia , JPost
Par ETGAR LEFKOVITS


D'après les photos d'archives détenues par un archéologue britannique, le sol de mosaïque sur lequel la mosquée al-Aqsa a été construite serait celui d'une église ou d'un monastère.

Cet archéologue, R.W. Hamilton, est le seul à avoir pu entreprendre des fouilles archéologiques sous la mosquée d'al-Aqsa, située sur le mont du Temple à Jérusalem, en coordination avec le Wakf musulman dans les années 1930. Deux tremblements de terre avaient alors endommagé la mosquée au toit d'or en 1927 et en 1937.


Ces photographies d'archives ont été découvertes par l'archéologue israélien Zachi Zweig. Elles montrent également l'existence d'un mikvé (bain rituel) de l'époque du deuxième Temple sous le sol.

Le parterre byzantin en mosaïque fait partie des restes d'un bâtiment public, probablement une église, présente avant la mosquée. Il date du Ve au VIIe siècle avant l'ère chrétienne.

Cette découverte contredit le témoignage des pèlerins qui avaient certifié que le site était désert à la période byzantine.

Des spécialistes ont jugé cette découverte de sensationnelle. Elle changerait l'histoire du mont du Temple pendant la période byzantine telle qu'ils la connaissent.

Depuis la création de l'Etat d'Israël, aucune fouille archéologique n'a eu lieu sur le mont du Temple, dans le but de respecter les sensibilités juives et musulmanes.
Repost 0
mordeh'ai - dans Scoop
14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 23:15

Trois ans de prison ferme pour Ofer Hougi
Par JPOST.FR 11.14.08

L'ancien député du parti orthodoxe Shas, Ofer Hougui, a été condamné jeudi à trois ans de prison ferme pour fraude et détournement de fonds publics.

Il avait été reconnu coupable en février 2007 d'avoir obtenu des millions de shekels du budget de l'Etat, à la fin des années 90, en faisant de fausses déclarations sur des établissements appartenant au réseau éducatif de Shas.

Il avait alors été condamné à deux ansde prsion ferme et une amende de 12 000 shekels.
Suite à son appel déposé devant la cour suprême, sa punition a été aggravée d'un an de prison ferme et assortie d'une amende de 200 000 shekels.

L'avocat de Hougui s'est déclaré surpris de la décision de la justice, rappelant que l'argent détourné l'avait été au profit d'institutions éducatives et pas pour son client.


La même punition sera-t-elle appliquée également à d'autres politiciens impliqués dans des affaires en cours ?
Mordeh'aï


Repost 0
mordeh'ai - dans Société
14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 23:07

Peine de mort pour avoir aidé Israël

Par JPOST.FR 11.14.08
Un membre des services des Renseignements palestiniens a été condamné à mort mercredi par le tribunal militaire de Bethlehem, qui l'a reconnu coupable d'intelligence avec les services de renseignements israéliens.
Ayman Ghamaghma, 24 ans, qui avait été arrêté en avril dernier a été condamné à être fusillé, pour avoir fourni aux services israéliens des informations ayant conduit à l'élimination de deux terroristes à Bethléem en 2002.

Ce verdict, susceptible d'appel, doit encore être entériné par le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas pour être appliqué.

Depuis le début de l'Intifada en septembre 2000, des dizaines de Palestiniens, accusés de "collaboration", ont été condamnés et parfois tués sans procès par des Palestiniens.

Les dernières exécutions de Palestiniens condamnés par un tribunal pour ce type de faits ont été appliquées en 2001. 


                                                                            ************************


 "Jérusalem, ville sainte de l'islam et du christianisme"
   

Lors de la conférence interreligieuse organisée par l'ONU, le Premier ministre de l'Autorité palestinienne Salaam Fayad a déclaré que Jérusalem était sacrée pour deux religions, l'islam et le christianisme, sans faire mention de l'importance de la capitale d'Israël pour le peuple juif.

"Jérusalem est le troisième lieu le plus saint de l'islam, l'endroit où Mahomet est monté au ciel, et celui où Jésus, le chrétien, a ressuscité", a proclamé le leader palestinien.

Il a ajouté que Jérusalem avait été occupée en 1967 et a revendiqué d'y situer la capitale du futur Etat palestinien.

De son côté, le président libanais Michel Suleiman, s'est adressé indirectement au président Shimon Peres - bien qu'il se trouvait à la conférence - et l'a exhorté à "redresser" les "torts historiques" commis contre les Palestiniens.

"Comment le dialogue peut-il être possible quand l'occupation israélienne persiste ?", a ajouté Suleiman, citant plusieurs résolutions de l'ONU opposées aux actions israéliennes. Pendant la présentation israélienne, la délégation s'était délibérément absentée.


Repost 0
mordeh'ai - dans Politique