Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 16:23

  
Miguel Garroté     Le Premier ministre israélien Ehud Olmert serait-il à Israël,  ce que Michel Aoun est au Liban,  ce que Jimmy Carter fut aux USA et ce que Pétain fut à la France ?  Comment le politicien le plus lamentable de toute l’histoire d’Israël peut-il oser taxer le Likoud de « parti extrémiste » ?  Il peut et il veut oser cela pour une seule et unique raison :  s’attirer la sympathie de la classe politico-médiatique gauchisante,  en Israël et à l’étranger,  avec le fol espoir que cela permettra de ralentir - ou d’enterrer - les procédures judiciaires instruites à son endroit aux motifs de multiples corruptions.  Il y a - cependant - des différences entre Aoun,  Carter,  Pétain et Olmert.  Certes,  les quatre sont des traîtres.  Mais pas pour les mêmes raisons.  Aoun est un opportuniste imbécile et il est fort probable qu’il finisse avec une balle dans la tête,  une balle made in Hezbollah,  son allié.  Carter fut - et reste - un naïf et un idiot voulant réussir - en l’occurrence c’est loupé - son entrée dans l’histoire.  Pétain avait une case en moins et représentait la caricature du franchouillard capitulard,  faisant passer la déchéance de la collaboration pour une forme de sursaut national.  Or donc,  Olmert qualifie un parti de droite,  le Likoud,  de « parti extrémiste ».

-

En effet,  divers médias,  dont  NOUVELOBS.COM,  se sont empressés de reprendre les délires verbaux du Premier ministre israélien de transition sous inculpations Ehud Olmert,  délires verbaux selon lesquels,  je cite Olmert,  le Likoud (droite) de Benjamin Netanyahu apparaît comme « un parti extrémiste » au vu des résultats de ses élections primaires tenues lundi.  « Si Bibi (surnom de Benjamin Netanyahu, ndlr),  Benny Begin,  Moshé Feiglin  et  Moshé Yaalon sont les candidats les plus en vue du Likoud aux législatives,  alors ce parti est une formation extrémiste qui risque d'acculer Israël à l'isolement »,  a ânonné devant des journalistes l’ineffable Ehud Olmert,  ancien dirigeant du Likoud passé au Kadima (centre).

-

« Le Likoud était jadis un parti de paix sous la direction de Menahem Begin,  et j'étais fier d'être l'un de ses membres »,  a encore rajouté le Ministre de la Corruption,  Ehud Olmert,  en allusion au traité de paix signé en 1979 entre Israël et l'Egypte alors que Begin était Premier ministre.  A l'issue de ses primaires,  le Likoud a établi une liste de candidats pour les législatives du 10 février « phagocytée par l'extrême-droite », alors que Benjamin Netanyahu « espérait donner une coloration de centre-droit » à sa formation.

La déclaration de Olmert sur le Likoud est un mensonge de « a » à « z ». 
Primo,  Olmert la girouette est mal placé pour « moraliser » (tu parles d’une morale !) sur les résultats démocratiques des élections primaires démocratiques du Likoud.  Ce n’est tout simplement pas son affaire et il ferait mieux de méditer les résultats des élections primaires de son propre parti,  Kadima.  Quand on s’est fait jeter,  on ferme sa gueule.

 

Secundo,  Olmert n’a aucune autorité morale pour décréter que Benny Begin,  Moshé Feiglin  et  Moshé Yaalon sont des extrémistes,  autrement dit des hommes d’extrême-droite.  Cette allégation mensongère - jetée en pâture aux journalistes - est inadmissible et calomnieuse.  Le terroriste Arafat n’aurait pas dit autre chose.

 

Tertio,  Olmert est un fieffé tordu lorsqu’il encense le Likoud du temps de Menahem Begin dans le seul but de mieux critiquer le Likoud actuel.  « Le Likoud était jadis un parti de paix sous la direction de Menahem Begin,  et j'étais fier d'être l'un de ses membres »,  ose baver Olmert.  Quel orgueil !  Quelle hypocrisie !  Olmert le corrompu capitulard,  avec cette phrase abjecte (« j’étais fier »,  mon œil !),  a le toupet de s’approprier l’héritage politique de Menahem Begin,  un comble !

 

Oui, Menahem Begin était un homme de paix,  sauf que nos médias arafatisés l’on toujours présenté comme un soi-disant extrémiste de droite, ultra-nationaliste et ultra-religieux (formule politiquement correcte pour qualifier les hommes de droite, patriotes,  croyants,  et rien de plus).  Oui,  Begin a cédé le Sinaï à l’Egypte et conclut la paix avec ce pays.  Mais il n’a pas cédé la Judée-Samarie et il a bouté l’assassin Arafat hors du Liban.  Du reste,  à l’époque,  les médias ont occultés tous les massacres anti-chrétiens pour mieux amplifier les événements de Sabra et Chatila (lire L'HISTOIRE SECRETE DE SABRA ET CHATILA). 

Est-il nécessaire d’ajouter que Olmert accomplit exactement le contraire et que de ce fait,  il n’a moralement pas le droit de diaboliser le Likoud tout en s’autoproclamant l’héritier de Menahem Begin ?


Copyright 2008 Miguel Garroté http://monde-info.blogspot.com

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 20:27
Par Yonit MOZES | 8 Décembre 2008 http://www.juif.org/le-mag/32,obama-netanyahou


Contrairement à la propagande mise en place par le parti de Livni-Olmert, Kadima, je doute fort que l’éventuelle élection de Benyamin Netanyahou au poste de premier ministre d’Israël soit un danger pour les rapports israélo-américains, tenant compte de l’élection de Barack Obama.

Qu’on se le dise, je ne pense pas que Bibi soit la meilleure solution pour Israël, mais, au vu du paysage politique actuel, je suis persuadée qu’il est la moins pire. Je pense plausible que Bibi puisse apporter un plus dans cette « route vers la paix » qui semble encore tellement utopique.
Bibi nous a parle de changement dans l’approche de la résolution du conflit, déclarant qu’avant de vraiment s’asseoir à la table des négociations, il faudra travailleur à relever le niveau économique et social des palestiniens. L’idée est bonne, le ventre plein laissant curieusement moins de place aux idées extrémistes, donc islamo-fascistes.
 
De son côté Obama nous recasse sans cesse, outre son fameux « Yes we can » repris en cœur par la classe politique israélienne en manque d’imagination, le mot « changement ».
Est-ce que le changement est un tord pour Israël ? Est-ce que les années Bush, bien que grand ami d’Israël, nous ont apportés quelque chose de concret dans cette guerre de plus de 60 ans ? Il est difficile de répondre que oui.
 
Vous me direz que certains proches d’Obama semblent endosser le plan de paix arabe, mis en place par l’Arabie Saoudite, plan de paix qui n’en a que le nom, et qui ne tient absolument pas compte des besoins d’Israël.
C’est possible, mais ce plan est de toute manière impossible à mettre en pratique en l’état. Et il faut souligner le fait que les grands changements catastrophiques pour Israël, comme les accords d’Oslo ou le désengagement de Gaza, se sont toujours faits sans même que les américains aient été au mis courant.
 
Tout le monde a compris que les palestiniens, divisés entre un état islamiste à Gaza et une république bananière en Judée-Samarie, sont incapable d’apporter quoi que ce soit de concret sur une table de négociation. Un accord, signé de manière inconsidérée comme le voudrait Olmert, et tout simplement inimaginable dans les prochaines années.
 
Bibi peut ici faire la différence. Travailler comme nous l’avons vu, avec la communauté internationale, à développer l’économie palestinienne, je l’en crois capable, même si ca sera un travail de longue haleine. Travailler en parallèle à éradiquer la menace terroriste, à éduquer la population palestinienne à autre chose que la haine, c’est tout à fait possible aussi.
 
La seule chose qui me fait un peu peur, mais c’est probablement à cause d’un trop plein de la politique ‘Olmerdienne’, c’est : aura-t-il le courage de définir des zones rouges qu’Israël ne sera jamais prêt à franchir ? Je pense évidement à l’intégrité de notre capitale Jérusalem. Je pense aux grands blocs de peuplement en Judée-Samarie, à la stratégique vallée du Jourdain, etc.
 
Parce que ce n’est que de cela qu’Israël a besoin aujourd’hui en politique, un homme intelligent, et fort. Intelligent, Bibi l’est, mais sera-t-il assez fort pour dire à Obama et au monde qu’Israël a des limites qu’elle ne pourra jamais dépasser ?
Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 20:08

 Par MICHAEL FREUND 12.04.08     http://fr.jpost.com/servlet/


Pour une nation qui s'est longuement enorgueillie de sa culture de l'amour et de la romance, il paraît pour le moins étrange que la France déclare la guerre au droit de se reproduire.
C'est pourtant ce qu'elle est en train de faire en condamnant la procréation juive dans certaines parties d'Israël.

Lundi, le Haaretz a publié un document de l'Union européenne sur le conflit israélo-palestinien. Le mémoire a été rédigé par le ministère français des Affaires étrangères à la période où la France dirige la présidence de l'Union européenne.


Le document indique qu'Israël doit cesser l'expansion des communautés juives en Judée-Samarie en ces termes : l'Europe "réclame le gel total de toutes les activités des blocs d'implantations, y compris de sa croissance naturelle".

Que veut dire la France par "croissance naturelle" ? D'après les démographes, trois facteurs entrent en compte dans la croissance naturelle d'une population : la fertilité, la mortalité et la migration.


En d'autres termes, il s'agit du nombre de naissances moins le nombre de décès, plus celui des flux de population.


Les communautés juives de Judée-Samarie sont des entités vivantes et dynamiques. Des enfants naissent, des adultes meurent, des nouveaux arrivent affluent, d'autres partent, les familles croissent et s'élargissent.

Par conséquent, la demande de la France et l'Union européenne est tout simplement impossible et absurde.

D'abord, Israël ne peut pas décider du moment auquel les gens meurent.

Concernant la migration, le seul moyen d'empêcher les gens de s'installer en Judée-Samarie serait d'adopter des interdictions sur la liberté de mouvement à la mode soviétique, ce qui serait totalement antidémocratique.


Ce qui laisse deviner que seule la fertilité doit être stoppée et que les relations maritales doivent être interdites au-delà de la Ligne verte.


Comment la France compte-t-elle s'y prendre pour arrêter un tel processus ? L'ambassade de France à Tel-Aviv va-t-elle distribuer des pilules contraceptives aux habitants de Maalé Adoumim ou de Shiloh ? L'Union européenne surveillera-t-elle l'ovulation des femmes d'Ariel et d'Efrat ?


Il est bon de rappeler que la Judée-Samarie est le coeur du peuple juif, le berceau de notre civilisation. En suivant les traces de nos ancêtres, il faut revenir et réclamer notre patrimoine national.

En outre, les Juifs ont le droit "naturel" de vivre où il leur plaît. Affirmer le contraire n'est rien de moins que de la discrimination.


Dire que les Juifs n'ont pas le droit de vivre librement dans certaines régions nous ramène aux sombres temps de l'époque de Vichy. Ces propos n'ont plus de place dans le monde d'aujourd'hui. Paris devrait mieux le savoir.

Cela fait plus de deux siècles qu'en France, la Déclaration des droits de l'homme affirmait dans son tout premier article que "les hommes naissent libres et égaux en droit".


Ces nobles sentiments ne s'appliquent pas moins aux Juifs qu'à n'importe qui d'autre, y compris aux habitants de Judée-Samarie.

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 20:56

Obama ne perd pas de temps

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 19:53



Le petit et stupide état d'Israël (sans majuscule) a évacué dans la force la maison beit hashalom, achetée régulièrement.
Si j'étais arabe, je décréterais ce jour « jour de grande fête »,
Si j'étais arabe, je sentirais la victoire finale très proche et j'irais choisir ma prochaine maison au cœur de JERUSALEM,
Si j'étais arabe, je mépriserais profondément mes adversaires si faibles et traitres à leur propre cause,
Si j'étais arabe  je serais content et fier d'être arabe.
(un correspondant de Mordeh'aï)
Evacuation brutale de la Maison de la Paix
par Claire Dana Picard d'A7
jeudi 4 décembre 2008 - 15:07

 Ehoud Barak n'a pas tenu parole. Alors que des pourparlers étaient en cours et que certains espéraient encore que cette affaire puisse être réglée sans violence, le ministre de la Défense a lancé ses hommes contre la Maison de la Paix, située entre Kiriat Arba et Hébron, quelques heures à peine après une rencontre de conciliation avec les responsables du conseil de Yésha. Rappelons que cette bâtisse de trois étages, se trouvant sur la route empruntée par les fidèles juifs se rendant au Caveau des Patriarches, Maarat Hamahpela, a été achetée par des Juifs à un Arabe de façon tout à fait légale.

Des centaines de policiers et de gardes-frontières ont encerclé la Maison de la Paix et ont fait irruption par surprise dans la bâtisse pour évacuer avec brutalité les militants qui s'y étaient installés. Les forces de sécurité ont pris le contrôle du toit et plusieurs jeunes ont été arrêtés. On déplore une dizaine de blessés. Des ambulances du Maguen David Adom ont été dépêchées sur les lieux pour les évacuer.

L'ancienne maire de Kedoumim Daniéla Weiss qui se trouvait sur place, a été interviewée sur les ondes de Reshet Bet. Elle a indiqué que les policiers avaient investi la maison "comme pour une opération destinée à libérer le soldat Shalit". Très choquée par l'attitude des forces de sécurité, elle a ajouté: "La situation est très difficile mais nous ne renoncerons pas". Elle a précisé que les policiers utilisaient des grenades et des gaz lacrymogènes contre les résidents. Les Arabes, de leur côté, ont lancé des pierres.

Les forces de sécurité ont rapidement pris le contrôle du bâtiment. Le porte-parole de Tsahal a prétendu que l'opération avait été menée conformément à une décision de la Cour suprême. Toutefois, on se souvient que les juges avaient décrété que la maison "pouvait être évacuée" mais n'avait ordonné à aucun moment de le faire.

Le porte-parole du quartier juif de Hébron, Noam Arnon, a indiqué sur les ondes de Reshet Bet que les Arabes avaient profité de l'évacuation de la Maison de la Paix pour lancer des blocs de pierres sur les Juifs, à partir des toits. "Mais, a-t-il souligné, les forces de sécurité ne font rien, étant donné qu'elles sont occupées à évacuer les Juifs". Il a précisé en outre que les Arabes ne laissaient pas passer les ambulances devant transporter les blessés dont certains étaient grièvement atteints à la tête. Il a ajouté qu'un hélicoptère devait arriver sur les lieux pour les évacuer. Il y aurait selon lui cinq personnes sérieusement touchées après cette opération brutale.

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 12:26
 

Les victimes du Beit Habad ont été torturées, Rivka Holtzberg était enceinte de cinq mois.
 
Les noms des victimes tuées lors de la prise d’otages du Beit Habad de Bombay ont été publiés par l’Etat israélien. Il s’agit de : Aryeh Leib Teitelbaum, Yocheved Orpaz, Ben Zion Krauman, Norma Shwartzbalt Rabinovitz, Gabriel et Rivka Holtzberg.
 
D’après le témoignage du médecin légiste, diffusé depuis mardi 2 décembre dernier sur le site d’information indien www.rediff.com, « Il est évident que la plupart des victimes ont été torturées. Ce qui m’a bouleversé, c’était les signes montrant clairement la façon dont les otages ont été exécutés de sang-froid », dit un médecin. Un autre médecin légiste a déclaré : « De tous les corps que j’ai examinés, ce sont les victimes israéliennes qui portent le maximum de marques de torture. C’est évident qu’ils ont été ligotés et torturés avant d’être tués. C’était tellement affreux que je ne veux pas rentrer dans les détails, même dans ma tête.»
 
Plusieurs milliers d’israéliens ont assisté, mardi après-midi 2 décembre 2008, aux funérailles de Gabriel et Rivka Holtzberg, sauvagement assassinés lors de l’attaque du Beit Habad de Bombay, rapporte Yédioth Aharonot, mercredi 3 décembre 2008.
 
Le président israélien Shimon Pérès a assisté à la cérémonie, ainsi que plusieurs ministres de son gouvernement - dont le ministre de la Défense Ehud Barak -, plusieurs membres de la Knesset, des émissaires du Habad venus du monde entier et plusieurs représentants du gouvernement indien.
 
Les parents de Rivka Holtzberg ont annoncé leur intention de repartir à Bombay pour remplacer temporairement leur gendre et leur fille à la direction du Beit Habad, jusqu’à l’arrivée d’un nouveau responsable.
 
Shimon Rosenberg, le père de Rivka, a révélé à la foule venue assister aux funérailles que sa fille était enceinte de cinq mois au moment de sa mort.
 
Le président israélien, visiblement ému, a déclaré : « Depuis plusieurs jours, déjà, le monde entier et le monde juif doivent une explication à un petit garçon âgé de deux ans qui s’appelle Moishi (le fils orphelin de Gavriel et Rivka Holtzberg) … Moishi ne porte pas seulement en lui une question. Il est aussi porteur d’une consolation. Il grandira détenteur de cette mission… Une nation entière pleure en ce jour … le peuple juif est comme une famille dont le deuil et la peine ne connaissent pas de limites … Le terrorisme est une menace pour le monde. Il doit être détruit à la racine. »
 
Rabbi Moshe Kotlarsky, vice-président de la branche éducative du Habad-Loubavitch, s’est adressé au petit Moshe Tsvi : « Que puis-je dire pour te consoler, Moishi ? Tu n’as plus de mère ni de père pour te prendre dans leurs bras … Tu es le fils de tout le peuple d’Israël à présent… Il est temps aujourd’hui pour nous d’être forts et d’agir … On ne peut pas vaincre la terreur avec des tanks et des grenades. Une telle cruauté ne peut être combattue qu’en répandant la lumière divine. »
 
 
Masses gather for Chabad emissaries' funeral(Yedioth Aharonot)
Repost 0
mordeh'ai - dans Dépêche
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 09:01

Par- Albert Soued 1 Décembre 2008

Les étrangetés de la loi électorale israélienne font que lorsqu'un ministre démissionne, il peut se passer plus de six mois avant que le suivant ne le remplace. Et pendant ce laps de temps, le 1er ministre démissionnaire a tous les pouvoirs et peut en abuser. C'est ce que fait l'actuel 1er ministre.

Après des discours tonitruants sur la nécessité de revenir aux frontières d'avant 1967, après avoir libéré des centaines de terroristes ayant du sang sur les mains, voilà qu'il conseille à ses ennemis Palestiniens de faire paraître dans les quotidiens du pays des encarts publicitaires d'une page entière, vantant les mérites du plan de paix saoudien de 2002.

Depuis l'élection de Barack Obama à la présidence des Etats-Unis, ce plan qui était moribond semble retrouver des couleurs. Considéré comme peu sérieux et refusé par le précédent gouvernement Israélien, ce plan fait miroiter une paix totale avec les 57 pays arabo-musulmans contre une véritable reddition des revendications israéliennes. En effet il préconise le retour aux frontières de l'armistice de 1949, le retour au partage de Jérusalem, le retour en Israël des 0,65 million de réfugiés arabes devenus plus de 4 millions en 60 ans, l'abandon du plateau stratégique du Golan à la Syrie (1)…

Or Israël est déjà en paix avec la plupart des pays arabo-musulmans. Sur le plan stratégique ce plan fait fi des diverses guerres, intifada et boycott imposés à Israël depuis 1948 par les Arabes. Il fait fi des 0,9 million de réfugiés juifs chassés des pays arabes et qui, pour une grande partie d'entre eux, ont perdu tous leurs biens et leur avenir dans le pays natal. Le plan saoudien ne tient pas compte des souffrances imposées à tout un peuple par les Arabes, parce que ce peuple est juif. Il ne tient pas compte des pertes subies de leur fait et qui méritent de substantielles compensations de leur part.

Conseillée par un 1er ministre démissionnaire, la propagande arabe dans les journaux Israéliens est une gifle au bon sens du citoyen et une manœuvre mesquine pour saper toute autre proposition de paix possible (2). Elle complète l'image que le citoyen s'est fait de son 1er dirigeant, le plus honni de l'histoire du pays (3) et qui ne semble pas avoir compris qu'en 3 ans de pouvoir il a largement démontré son arrogance, ses insuffisances et sa rouerie. Il est grand temps qu'on puisse retrouver dans les médias du pays des images positives de réalisations bénéfiques, de projets de dirigeants honnêtes, dévoués et compétents, plutôt que la saga des exploits des diverses familles mafieuses qui se sont engraissées avec le pouvoir, lors de cette dernière décennie, ou la recrudescence conséquente de la violence domestique, de la violence sur les routes (4), et maintenant … on nous assène de la propagande arabe.
 
 
Notes
(1) Dans les mêmes conditions, la Syrie a renoncé à revendiquer la province turque d'Iskenderoun. Rappelons que le Golan n'a été administré par la Syrie que pendant 20 ans et il a été transformé en camp militaire. Il est rattaché à Israël depuis 41 ans et il a été transformé sur le plan agricole (vignobles notamment), industriel et touristique.
(2) Notamment celui de B Natanyahou qui préconise de renverser les données du problème: d'abord développement économique de la zone palestinienne, ensuite indépendance, si cela est réalisable sans péril.
(3) 3% d'avis favorables
(4) en 2008, le nombre de piétons écrasés par rapport aux accidents de la route est un des plus élevés dans le monde

Par Albert Soued, écrivain www.chez.com/soued , pour le site www.nuitdorient.com

Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 23:50

Olmert inquiet pour la démocratie
Par JPOST.COM 12.03.08

S'exprimant lors de la cérémonie annuelle à la mémoire de David Ben Gourion, le Premier ministre de transition, Ehud Olmert a attaqué les "habitants de Hébron qui menacent l'avenir de la démocratie".
"Le gouvernement ne pourra pas accepter ce genre de phénomène", a-t-il affirmé, ajoutant "qu'il est légitime de se disputer sur l'avenir du pays, mais ce désir de vivre dans la ville sainte de Hébron ne peut pas être plus fort qu'une décision de la Cour suprême".

Le Premier ministre a ensuite déclaré qu'il "adorait" Hébron et "avait un respect immense pour ceux qui aimaient, habitaient et gardaient la ville", mais il a ajouté que "maintenant que la Cour suprême a décidé que l'une des maisons de la ville devait être évacuée, il fallait qu'elle le soit. Je ne laisserai personne s'élever contre la démocratie en Israël."

Olmert a promis d'essayer d'éviter les confrontations, concluant : "il y a des juges à Jérusalem, il y a de la discipline, de l'ordre et de la mesure."


Le Premier ministre Olmerd est trop occupé pour rencontrer le Procureur général avant que ce dernier n'émette un acte d'accusation contre lui dans l'affaire Rishon Tours. En effet il est suspecté d'avoir produit des fausses factures à l'agence de voyage en échange desquelles il aurait reçu des billets d'avion.

Et il voudrait donner des leçons de Démocratie , et de justice  on croit révêr !!!
Mordeh'aï

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 20:40

Par Masri Feki



 

Paru dans Hürriyet (quotidien turc libéral) du 2 décembre 2008

Traduction de Lyn Julius

 

Dans un article intitulé « Les droits des minorités ? Non merci ! » paru dans le Guardian du 19 septembre, Brian Whitaker a commenté une conférence que j’ai donné la veille au London Middle East Institute. M. Whitaker a réduit le problème minoritaire au Moyen-Orient à la question de l’autoritarisme des régimes en place sous prétexte que tout le monde est opprimé dans cette partie du monde, et pas une communauté plus qu’une autre. Il a pris pour exemples des régimes autoritaires soit-disant issus de minorités (alaouites en Syrie, sunnites Bahreïn). Je suis en désaccord total avec cet argument.


 

D’abord les exemples avancés sont inexacts, puisque les régimes évoqués sont à la fois arabes et musulmans et se revendiquent comme tels. Ils n’incarnent par conséquent pas les angoisses et les difficultés que ressentent les minorités dont il a été question lors de notre conférence.  Les clivages qui les distinguent du reste de leurs sociétés sont plutôt d’ordre clanique et tribal que national ou religieux. Enfin, nous constatons qu’outre le problème de gouvernance dont souffre l’ensemble des sociétés de la région, il existe des problèmes spécifiques aux minorités, c’est-à-dire à ceux qui ne se retrouvent pas dans le schéma « arabo-musulman » qui nous a été imposé au lendemain de la chute de l’Empire ottoman et dont les deux pôles (l’islamisme et l’arabisme) sont décrits dans les lignes qui suivent.


 

L’islam politique est incompatible avec la citoyenneté
 L’islamisme est une idéologie exclusiviste par définition. En rejetant la conception moderne de la citoyenneté, il écarte l’hypothèse d’une participation civique non-musulmane. Sa constitution est immuable (droit divin), son programme ne peut être remis en cause puisqu’il émane du Créateur du monde. Absolutiste par nature, son discours exclut les incroyants et par conséquent les non-musulmans. En contradiction apparente avec les principes constitutionnels des gouvernements en place, ces derniers ont beaucoup cédé pour éviter de s’attirer les foudres de l’opposition islamiste alors qu’ils manquent d’assise populaire et de légitimité.

 

Même les régimes arabes se revendiquant du socialisme progressiste (Egypte, Syrie, ancien Irak) ont contribué, par leur passivité, à l’essor de l’islam politique. En Egypte par exemple, c'est avec Sadate que l'islam investit la sphère publique dans les années 70.


lire la suite sur : http://leblogdrzz.over-blog.com/

 

Repost 0
mordeh'ai - dans Tribune libre
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 19:23


HEBRON : MAISON DE LA PAIX

2 décembre, par Admin http://www.liguededefensejuive.net/

Nachman Holtzberg, le père du rabbin tué lors des attentats de Bombay, a demandé dans une lettre au Premier ministre Ehud Olmert de ne pas ordonner l’évacuation de la maison durant le deuil pour "préserver l’unité d’Israël", rapporte mardi la presse israélienne
Le porte-parole du Yishouv juif de Hevron, Noam Arnon, a publié un communiqué du Rav Mordekhaï Eliyahou soutenant les résidents juifs de la Maison de la Paix : "Celui qui touche à cette maison c’est comme s’il touchait à la prunelle de  mes yeux".


Violences à Hébron : un adolescent juif grièvement blessé

par Claire Dana Picard d’A7

mardi 2 décembre 2008 - 17:07

  La situation est extrêmement tendue à Hébron où les forces de sécurité envisagent toujours d'évacuer la Maison de la Paix, située entre la localité juive de Kiriat Arba et le Caveau des Patriarches, Mearat Hamah’pela. Des affrontements violents ont eu lieu dans l'après-midi entre Juifs et Arabes et l'armée a déclaré que les lieux seraient désormais déclarés "zone militaire interdite".

Un peu plus tard, un adolescent juif de seize ans a été grièvement blessé à la tête par un bloc de pierre lancé par des Palestiniens à partir d'une maison voisine. Il a dû être transporté d'urgence à l'hôpital Hadassah Ein Kerem de Jérusalem.

Les responsables du quartier juif de la Cité des Patriarches ont déclaré que l'armée et la police étaient responsables de cette attaque contre le jeune homme. Ils ont estimé que les forces de sécurité s'en prenaient essentiellement aux militants de droite qui se trouvaient sur place alors qu'elles faisaient preuve d'inertie face à la brutalité des Arabes. Ils ont ajouté : "C'est incroyable, pas un seul Arabe n'a été arrêté parmi les dizaines qui lancent des blocs de pierre".

Les affrontements ont commencé en début de matinée lorsque des centaines d'Arabes ont lancé des pierres sur un groupe important de Juifs. Ces derniers se sont défendus et ont riposté en jetant à leur tour des pierres. Les gardes-frontières, chargés de rétablir l'ordre, ont utilisé des gaz lacrymogènes et ont réprimé avec violence les manifestants.

Depuis mardi matin, les secouristes du Maguen David Adom ont dû soigner 18 blessés juifs. Trois d'entre eux ont été évacués vers les hôpitaux de Jérusalem et les autres ont été soignés sur place. De leur côté, les Palestiniens affirment qu'ils ont une vingtaine de blessés.

Rappelons que près de 1 500 jeunes se trouvent près de la Maison de la Paix depuis lundi après-midi pour empêcher l'évacuation de la bâtisse. Ils ont indiqué qu'ils étaient prêts à s'opposer à toute tentative d'expulsion mais en même temps, ils ont déclaré qu'ils espéraient que les autorités tiendraient compte de la demande du Rav Nahman Holtzberg, le père du Rav Habad assassiné par des terroristes à Bombay avec son épouse et quatre autres Israéliens. Le Rav Nahman Holtzberg a adressé mardi soir un appel au Premier ministre, lui demandant de ne pas évacuer le Beth Hashalom pendant la semaine de deuil.

   

 

Hébron : un adolescent dans un état critique

  http://www.israel-infos.net/

02.12.08 (14:03)

 

Un jeune garçon, âgé de quinze ans, a été grièvement blessé à la tête, mardi après-midi, à proximité de la «maison de la discorde», à Hébron, par plusieurs «grosses pierres» jetés par des manifestants palestiniens.
Il a immédiatement été transporté à l’hôpital Hadassa-Ein Kerem, par une équipe du Maguen David Adom, dont un des responsables, Zahi Yahav, a ensuite déclaré aux journalistes arrivés sur les lieux : «J’ai reçu un message faisant état d’un jeune homme gravement atteint ; lorsque je suis arrivé, il était déjà sur une civière, prêt à être
évacué, mais l’abondance de ses saignements ne m’a pas permis de localiser tout de suite sa blessure, et lui-même était inconscient ; après l’avoir nettoyé, nous avons découvert une ouverture longue d’au moins dix centimètres, que seul un projectile très lourd, généralement envoyé d’un toit, est capable de provoquer».
Le porte-parole du Maguen David Adom à Jérusalem, Dani Rothenberg, a pour sa part indiqué que «depuis la matinée de mardi», ses services ont soigné dix-huit manifestants blessés, à des degrés divers, au cours des affrontements qui ont eu lieu dans la zone de la «maison de la discorde». Quinze personnes ont refusé d’être transporté à l’hôpital, et ont donc été traitées sur place.
Des activistes ont ensuite déclaré au site Internet Ynet : «L’apathie et le laxisme des gardes-frontière, de la police et de l’armée, sont inexplicables, et risquent de provoquer des pertes en vie humaines».
Ils ont affirmé que «les arabes se déchaînent et pas un seul d’entre eux n’a été arrêté ; en revanche, Tsahal utilise des gaz lacrymogènes contre les juifs, et il semble bien que dans ce conflit, l’armée a définitivement choisi son camp».
Ils ont enfin ajouté que «dans une telle atmosphère, personne ne s’étonnera de constater que notre réaction sera douloureuse».
De leur côté, les palestiniens ont indiqué que les jets de pierres se poursuivaient contre eux, et que vingt personnes ont été blessées au cours de «bagarres avec des juifs».

 

 

 

 Regain de violence à Hébron

Par JPOST.FR 12.02.08

 Des affrontements ont eu lieu mardi à Hébron entre plusieurs dizaines de résidents de l'implantation et des Palestiniens.




Des affrontements ont eu lieu à Hébron, mardi.
Photo: AP , JPost


Environ 1 500 activistes israéliens de droite sont arrivés lundi soir sur les lieux après avoir eu vent de la rumeur selon laquelle la police préparait l'évacuation de l'immeuble Beit Hashalom, près de Kiryat Arba.

Tsahal a tenté de disperser les émeutiers, adolescents pour la plupart, à l'aide de gaz lacrymogène. Deux habitants de l'implantation ont été arrêtés pour avoir lancé des pierres sur des Palestiniens.

Lundi soir, la rumeur que des forces de sécurité israéliennes étaient sur le point d'évacuer sous ordre du gouvernement neuf familles et leurs sympathisants de l'immeuble de Beit Hashalom s'est répandue.

Les Juifs qui occupent l'immeuble depuis mars 2007 affirment l'avoir acheté, fait contesté par le Palestinien connu pour être le vendeur. Jusqu'à ce qu'une issue soit trouvée à ce litige, la Cour suprême a donné l'autorisation à l'Etat d'évacuer les habitants.

Dans le même temps, dans deux villages de Samarie, des Palestiniens ont déclaré que des groupes d'habitants des implantations ont brûlé de la nourriture pour animaux et crever des pneus afin de dissuader les autorités israéliennes de démanteler des avant-postes illégaux.

Repost 0
mordeh'ai - dans Dépêche