Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 20:32

Par le  personnel de TheTower.

http://www.thetower.org/3039-how-israel-developed-the-worlds-most-advanced-missile-defense-system/

 Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Fronde

 

Israël mène des tests finaux avant de déployer ce que les experts militaires appellent un des systèmes de défense antimissiles les plus avancés dans le monde, qui à bien des égards surpasse les capacités des États-Unis.

 

Le système multi-plate-formes comprend le Dôme de fer, qui arrête des roquettes à faible précision comme celles tirées par le Hamas de la bande de Gaza; l'Arrow-3, qui pourrait être utilisé pour arrêter des missiles, balistiques nucléaires de longue portée iraniens, dans les mots du Washington Post , en «frappant les cibles ennemies dans l'espace» en déployant des  «satellites kamikazes», ou «détruire des véhicules», en pistant leurs objectifs »; et la Fronde de David, qui intercepte les missiles à moyenne portée comme celles qui sont contrôlées par le Hezbollah au Liban. Le ministère israélien de la Défense, qui l'a appelé Fronde de David a dit qu'elle est «l' innovation la plus révolutionnaire au monde dans la famille des systèmes d'intercepteurs», il a annoncé mardi que les principaux composants du système seront livrés à l'Armée de l' Air israélienne «au cours des semaines à venir» et sera mis en œuvre aux côtés de l'Arrow-3 et de l'Iron Dome au plus tard cette année.

 

En outre, le nouveau système de radar X-Band d'Israël permettra de détecter les missiles jusqu'à 600 miles, par rapport à la capacité du suivi du radar actuel qui est de 100 miles. Le système peut également calculer les trajectoires des roquettes et des missiles, en arrêtant les projectiles si elles sont destinées pour les villes, les bases militaires ou des infrastructures importantes, tout en maintenant son feu si les projectiles finissent par atterrir dans des zones inhabitées.

 

Uzi Rubin, l'ancien directeur du programme de défense antimissile d'Israël, a déclaré au Post: «Je définis le système comme pionnier» . " Même les Etats-Unis n'a pas quelque chose d' aussi complexe, aussi sophistiqué."

 

L'insistance d'Israël sur plusieurs types de défense antimissiles reflète les menaces qui pèsent sur ​​les fronts simultanés. À l'été 2014, selon l'armée israélienne, le Hamas a tiré plus de 4.000 roquettes sur Israël, dont 90% ont été interceptés par Iron Dome.L'armée israélienne estime également que le Hezbollah pourrait avoir jusqu'à 100.000 roquettes positionnés au Liban. Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a menacé de frapper les usines d'ammoniac israéliennes il y a deux semaines, en disant que cela conduirait à des dizaines de milliers de morts et à une dévastation équivalente à celle d'une bombe nucléaire.

 

Le système a été développé des 3 milliards $ par an dans le cadre de subvention de l'aide militaire des États-Unis à Israël, 75% de ce qui doit être consacré à l'équipement et de la technologie américaine. Les entreprises américaines qui ont contribué à construire et à développer les systèmes comprennent Raytheon, Boeing et Lockheed Martin.

Repost 0
mordeh'ai
3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 19:29

 

hebrew_buttonredo

Par Isi Leibler

 

http://wordfromjerusalem.com/rivlins-regrettable-cancellation-of-australian-state-visit/

 Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

Australian Soldier Park, in Beersheba, Israel, dedicated to the memory of the Australian Light Horse regiments. Wikimedia Commons

Parc de Soldat australien, dans Beersheba, Israël, consacré à la mémoire des régiments de Cheval Légers australiens.

 

Israël aujourd'hui a peu d'amis véritables prêts à se lever, défendre l'Etat juif et contrer les nombreux pays qui appliquent des préjugés et des doubles normes dans le harcèlement continu.

 

L'Australie, une puissance moyenne de l'occident, a une feuille de route de l'amitié qui remonte à la naissance de l'État d'Israël qui,à l'exception de quelques désaccords mineurs, se placerait parmi les amis les plus cohérents et fidèles de l'Etat juif.

 

Les gouvernements australiens se sont non seulement liés d'amitié avec Israël, mais ont joué des rôles importants et, dans une large mesure, dans d'autres questions juives. Ceux-ci comprenaient la lutte pour les juifs soviétiques, la campagne d'annulation de l'infâme "le sionisme est un racisme" de la résolution ONU et des initiatives discrètes qui ont contribué à ouvrir la voie à des relations diplomatiques entre Israël et l'Inde et la Chine.

 

Le gouvernement actuel, dirigé par le Premier ministre Malcolm Turnbull, occupe une position similaire-d'une véritable amitié envers Israël comme celle détenue par le Canada jusqu'à récemment, par l'ancien Premier ministre Stephen Harper.

 

Le mois dernier, le président Reuven Rivlin a annoncé une visite d'Etat de cinq jours à Canberra, Melbourne et Sydney qui aurait dû débuter le 13 Mars 2016. Ce devait être la première visite en Australie d'un président israélien depuis plus d'une décennie.

 

Malgré le court délai et le fait que les demandes d'autres dirigeants étrangers avaient été reporté, les Australiens ont fait à leur façon des pieds et des mains afin de dérouler le tapis rouge pour la visite. Peter Cosgrove, le Gouverneur

 

général Australien a annulé un voyage à l'étranger dans le but d'accueillir Rivlin, et Turnbull non seulement s'est engagé à accueillir le président lors d'un dîner d'État, mais avait également organisé un déjeuner à Canberra auquel plusieurs centaines de personnes ont été invitées, y compris tous les parlementaires fédéraux.

 

Deux semaines avant l'événement, Rivlin a informé les Australiens qu'il était obligé d'annuler le voyage afin de se rendre à Moscou pour voir le président Vladimir Poutine.

 

L'Australian Broadcasting Corporation a rapporté que, les responsables du gouvernement australien ont été offensés et furieux de l'annulation qu'une grande quantité d'efforts avait été investie dans l'organisation d'événements et que les dates avaient été reportées pour accueillir le président, seulement pour Rivlin annuler "pour une meilleure offre . ... Les gens se sentent en colère et que ce soit pris comme allant de soi. ... L'ABC comprend des responsables australiens qui se sont demandés si leurs efforts comme l'un des plus proches alliés d'Israël avaient été appréciés par Tel Aviv ".

 

Rivlin a tenté d'amadouer la plupart des critiques en évoquant que la décision a été prise seulement après des consultations avec le Ministère des Affaires étrangères et le bureau du premier ministre. Ces bureaux du gouvernement ont prétendument décidé que, compte tenu des évolutions sensibles dans la région, la réunion de Rivlin/Poutine aurait des conséquences importantes pour la défense qui et a exigé la priorité sur ce qui devait être principalement une visite cérémonielle en Australie.

 

Je ne suis pas au courant du fond de la visite prévue de Rivlin à Moscou et le temps pourrait bien démontrer que la rencontre avec Poutine était sérieuse. Mais j'en doute. Certes, la réunion aurait pu être reportée d'une semaine. Si le voyage avait été celui du Premier ministre Benjamin Netanyahu, l'annulation éut été logique. Mais Rivlin n'est qu'une figure d'apparat, un chef d'Etat sans pouvoir exécutif. Et je ne rabaisse pas notre président quand je suggère que son affect politique n'aura certainement peu ou probablement pas de grand impact sur un leader dur comme Poutine.

 

Israël a sans aucun doute offensé l'un de ses alliés les plus proches. Rivlin a annoncé que sa visite a été "reportée" mais pas annulée, mais avec les élections imminentes, il est hautement improbable que les Australiens pourront ou seront enclins à reporter une visite au cours de l'année civile à venir.

 

L'Australie ne doit pas être prise pour acquis. Sa longue amitié avec Israël remonte aux troupes servant en Palestine dans les deux guerres mondiales. Depuis 1948, lorsque le leader du Parti travailliste australien Dr HV Evatt a officié comme président de l'Assemblée générale de l'ONU au moment où l'Etat juif a été créé, avec seulement deux brèves exceptions, une politique bipartisane de l'amitié a été appliqué envers Israël quel que soit le gouvernement qui a été au pouvoir.

 

Le calendrier de cette légèreté ne pouvait pas être pire. Au cours de l'année écoulée, l'ancien ministre des Affaires étrangères du Parti travailliste Bob Carr, qui est devenu du jour au lendemain un fervent anti-israélien dans le gouvernement précédent, il a mené une campagne concertée pour persuader son parti à inverser sa politique impartiale concernant Israël. Lors de la conférence de travail annuel le mois dernier, ses efforts ont été massivement rejetés.

 

Pourquoi est-ce qu'un pays aussi éloigné géographiquement a maintenu une relation chaleureuse de longue date avec Israël?

 

.../...

La genèse de la communauté juive date de la fin du 18 ème siècle, quand les Juifs étaient parmi les premiers condamnés déportés de l' Angleterre en Australie.C'était une communauté en déclin et assimilée rapidement jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, quand elle a été revigoré par des Juifs fuyant les persécutions et des survivants des camps de concentration nazis. En effet, la communauté juive d'Australie a absorbé proportionnellement plus de survivants de l'Holocauste que toute autre communauté juive mis à par Israël.

 

La vie culturelle et religieuse juive s'est développée de façon spectaculaire. Les immigrés ont créé un impressionnant réseau d'écoles juives, allant du sionisme laïque au Chabad, de la réforme de orthodoxe moderne et même une école bundiste, qui répondait pour la plupart aux jeunes juifs.

 

Depuis les années 1980, la communauté juive a été augmentée par les Russes et un grand nombre de Sud-Africains,  ces derniers ont pris un rôles financièrement indépendants et assumant rapidement d'importantes charges de dirigeants communautaires.

 

Depuis la fin les années 1940, les dirigeants juifs ont investi d'énormes efforts vers la promotion du cas Israël au niveau politique, n'hésitant pas à affronter les gouvernements qu'ils considéraient affichant un parti pris ou des double standards. Cette passion juive qui englobe tout pour Israël a été le facteur critique conduisant à l'orientation pro-Israël bipartisan actuel des partis politiques traditionnels.

 

Aujourd'hui, il y a malheureusement un changement perceptible au-delà du cadre parlementaire. Les syndicats australiens, traditionnellement des bastions de soutien à Israël, approuvent maintenant boycotts anti-israéliens.L'activité antiisraélienne dans les universités est en hausse et encouragé par le mouvement vert et un certain nombre d'universitaires juifs. Les groupes dissidents juifs antisionistes  ont émergé, bien que contrairement aux États-Unis, ils sont marginalisés du courant dominant.

 

 

En dépit de ces défis émergeant, s'il y avait plus de communautés juives comme l'Australie, l'avenir des Juifs de la Diaspora serait beaucoup plus sûr.

 

La communauté juive est unie sous l'égide du Conseil Exécutif de Juifs australiens. L'Australie-Israël et le Conseil des affaires juif, l'organisation de défense d'Israël de la communauté, l'homologue du Comité d'Affaires publiques d'Israël américain, opèrent à un haut niveau professionnel extraordinaire et pourraient exercer les fonctions de modèle pour d'autres communautés juives. La Chambre de commerce d'Australie-Israël est la chambre la plus populaire et la plus efficace dans le pays.

 

Mais Israël ne peut pas se permettre de prendre ses quelques vrais amis pour acquis quelques soient les circonstances, l'annulation de dernière minute de Rivlin de sa visite d'Etat jette une tache sur les relations d'Israël avec l'Australie. Notre gouvernement doit faire des pieds et des mains pour compenser l'insulte. Malgré les pressions massives auxquelles fait face Netanyahu, il ferait bien de se consacrer à une visite aux Antipodes après les élections australiennes.

Repost 0
mordeh'ai
3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 11:24

Par Ahuva Balofsky

http://www.breakingisraelnews.com/62763/netanyahu-pushes-bill-to-expel-terrorists-families-to-gaza-jerusalem/#p1p2h4sJG7I8PDwd.97

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

The Times of Israel a rapporté, que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré mercredi qu'il continuait à chercher des moyens juridiques pour expulser les familles des terroristes de Cisjordanie à Gaza. Ce malgré une décision la semaine dernière du procureur général Avichai Mandelblit indiquant que ces expulsions seraient contraire aux lois israélienne et internationale.

 

La récente vague d'attentats terroristes qui ont coûté la vie à 29 Israéliens et à trois ressortissants étrangers depuis Octobre 2015 a été principalement réalisée par des «loups solitaires» des agresseurs ou des individus autonomes, mais n'agissant pas sous la direction de grandes organisations terroristes. En tant que tel, c'est un phénomène difficile à combattre. Netanyahu et d' autres politiquement à Droite croient que la dissuasion soit la meilleure arme , que l'Etat puisse employer contre ces terroristes.

 

Dans une lettre de Netanyahu au procureur Mandelblit, cherchant un avis juridique de ce dernier, le premier ministre a écrit: " De nombreuses attaques terroristes au cours des derniers mois ont été menées par des terroristes qui entrent dans le profil d'attaquants isolés. Ces assaillants viennent de familles qui soutiennent et aident leurs actions."

 

"Je demande votre avis juridique concernant la possibilité d'expulser les membres de la famille, à Gaza, qui soutiennent le terrorisme ", a poursuivi M.Netanyahu. " Je suis convaincu que cette mesure conduira à une diminution significative du nombre d'attaques terroristes contre l'Etat d'Israël, ses citoyens et ses résidents."

 

Le Procureur Mandelblit, qui a pris ses fonctions le mois dernier, avait été sollicité la semaine dernière par des membres du Likoud de Netanyahu, y compris par les principaux ministres, de permettre les expulsions, mais il a rejeté la demande. C'est une question qui a été soulevé à plusieurs reprises dans les réunions du cabinet au cours des dernières semaines, selon la radio de l' armée. Une source présente lors de ces réunions a dit que Mandelblit a soulevé des objections que ont empêché que la mesure soit adoptée.

 

Prenant la parole lors d'une réunion de la faction du Likoud, jeudi dernier, Netanyahou a souligné les obstacles qui empêchent la mise en œuvre. " Nous n'avons pas réussi à provoquer l'expulsion des familles des agresseurs. Nous ne pouvons pas faire cela parce que les tribunaux définissent cela comme un crime de guerre. Voilà comment cela est défini dans les Conventions de Genève, etc.

 

La population palestinienne en Cisjordanie est sous le contrôle de l'Autorité palestinienne (AP), alors que le Hamas gouverne Gaza. Outre les difficultés attendu d'être forcé de partir de son domicile, la liberté de mouvement entre les deux territoires, ainsi qu'en Israël, est sévèrement restreinte, ce qui rend la menace d'expulsion, comme un puissant moyen de dissuasion. D' autres moyens de dissuasion sont actuellement utilisées tels que les démolitions de maisons, la fermeture des villes d'origine des agresseurs et la révocation des permis de travail.

 

Comme l'enseigne la Bible, il est imprudent de garder une population dangereuse en son sein.

Repost 0
mordeh'ai
2 mars 2016 3 02 /03 /mars /2016 23:00

Par Adam Eliyahu Berkowitz

http://www.breakingisraelnews.com/62709/michele-bachmann-reveals-prophetic-fulfillment-in-current-events-russia-middle-east-biblical-zionism/#dBmTQqLZlv4pQFVZ.97

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Dans une récente interview, Michele Bachmann , un ancien membre de quatre termes de la Chambre des représentants, a réaffirmé sa conviction que la fin des temps est proche et a révélé comment les événements actuels au Moyen-Orient reflètent la prophétie biblique.

 

Bachmann a déclaré à plusieurs reprises que le monde évolue vers Armageddon, avec de graves conséquences pour l'avenir d'Israël. Ses adversaires lui reprochent d'encadrer les questions politiques en termes bibliques, mais son point de vue biblique lui permet de voir une catastrophe imminente dans une lumière positive, en l'acceptant comme faisant partie du plan de D.ieu.

 

Fervente chrétienne évangélique, Bachmann considère les événements du monde à travers un prisme Messianique, une perspective qu'elle décrit comme "une Bible dans une main et un journal dans l'autre". Comme de nombreux rabbins, elle voit la participation de la Russie en Syrie comme le précurseur de la guerre prophétisée de Gog et Magog. Dans une interview à la radio du site internet Olive Tree Ministries site sur lequel plus tôt ce mois-ci, elle a parlé avec passion de la situation en Syrie dans le cadre des prophéties bibliques de la fin des jours.

 

Bachmann a interprété l'intervention russe en Syrie comme précurseur des aspirations régionales plus complexes de Poutine, en expliquant, "Ils la partitionneraient de telle sorte que l'on considère effectivement la Syrie orientale comme le territoire occupé contesté par l'Etat islamique (ISIS). Le monde est sur ​​le point d'accorder une légitimité à l'Etat islamique, qui aura le contrôle sur la Syrie orientale et l'Irak."

 

Notant la récente découverte d'énormes réserves de gaz naturel en Méditerranée et du pétrole de schiste dans le Golan, elle a spéculé que Poutine a l' intention de contrôler la Syrie occidentale. " Si [ la Russie] peut contrôler que la rive orientale de la mer Méditerranée, de sorte qu'elle puisse avoir ce port, qui à quoi elle est vraiment intéressée - c'est par:. l'énergie potentielle qui se trouve au large."

 

Michele Bachmann a également prédit que Poutine allait envahir Israël en partenariat avec l'Iran et soutenu par la Chine. Ce mouvement va donner à la Russie une base de pouvoir au Moyen-Orient pour contrôler l'approvisionnement mondial du pétrole et du gaz naturel, créant ainsi ce que Bachmann appelle "un ordre mondial".

 

 Bachmann a dit, ceci, est i'accomplissement d'Ezéchiel quand il décrit les batailles apocalyptiques de Gog et Magog dans les chapitres 38 et 39. Elle identifie la Russie comme Magog, décrite dans Ezéchiel comme étant "Rosh" de "l'extrême nord". En tant que chrétienne, Bachmann fonde ses croyances sur la Bible, en disant que sa théorie sur la Syrie "s'aligne sur les saintes écritures."

 

Sa plate-forme sur les questions sociales est solidement ancrée dans la Bible et la conviction que " la base biblique pour la société est la clé du bonheur."

 

Bachmann a mentionné un verset biblique clé Esaïe 12: 3, qui est la base de beaucoup de soutien à Israël. " Toute nation qui accepte D.ieu et ses principes est bénie, et celles qui les repoussent sont maudites. Voilà ce que nous voyons arriver aux Etats-Unis ", a-t-elle dit dans l'interview. "Nous allons en subir les conséquences par la suite."

 

Ses critiques les plus fortes ont été enregistrées contre l'accord d'Obama négocié avec l'Iran sur son programme nucléaire . Elle a vu l'unanimité du vote du conseil Sécurité de l' ONU à l'appui de l'accord comme l'accomplissement du verset de Zacharie 12: 3, qui prophétisait que les nations du monde s'uniront contre Israël. Elle a cité le vote de l' ONU comme l' accomplissement de cette prophétie, étant la première fois que le monde entier est allé contre Israël.

 

Bachmann a fait valoir que l'agenda d'Obama menace le monde et entraînera la fin des jours qui a été prophétisé . Le plan d'Obama, selon Bachmann, est de devenir secrétaire général de l'ONU, en élargissant son pouvoir pour amener activement les Etats-Unis sous son autorité. Pour Bachmann, cela est "prédit", elle cite Actes I et II  du Nouveau Testament.

 

"Si nous comprenions mieux notre Bible, nous saurions" dit-elle avec une certitude absolue. "Que c'est le Seigneur qui parle au monde", en lui disant:«Je viens bientôt».

 

Obama a répondu en se moquant d'elle. A la Maison Blanche à un Dîner des correspondants en Mars dernier, le Président se moquait de la prédiction de la Bible faite par Bachmann comme quoi il allait «amener The End of the Days»

 

“Maintenant c'est un héritage”, a-t-il plaisanté. “C'est géant. Je veux dire Lincoln, Washington, eux ne l'ont pas fait.”

 

Malgré l' affichage des événements actuels dans un cadre apocalyptique, elle reste optimiste. Selon Bachmann, de sinistres événements mondiaux annoncent l'ère messianique. Dans une interview à One Place en Avril dernier, elle s'est exprimée dans des termes sans équivoque.

 

"Nous voyons la destruction, mais ce fut une destruction qui a été prédite,"  dit-elle. " Les prophètes de l'Ancien Testament, aspiraient à se pencher sur les jours que nous vivons, ils aspiraient à faire partie de ces jours. Voilà pourquoi ce ne sont pas les temps terribles. Ce sont les jours les plus excitants de l'histoire "

Repost 0
mordeh'ai
2 mars 2016 3 02 /03 /mars /2016 08:56

Par Jacques Kupfer

https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=1670355583226925&id=1451298125132673

malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

Les événements récents nous donnent cette pénible impression d’une coalition mondiale ou mondialiste dirigée contre nous. Les trois quart des résolutions de l’ONU sont consacrées à la condamnation d’Israël. Le Quai d’Orsay s’évertue à étiqueter nos produits, à mener des initiatives diplomatiques hostiles à Israël et à instruire son consulat à Jérusalem pour mener des opérations favorisant les terroristes arabes. Cameron, héritier de cette Grande Bretagne qui a déjà arraché les trois quarts de notre territoire au profit d’un émir du Hedjaz, se permet de protester contre les constructions dans notre capitale. Il semble avoir oublié que Jérusalem était le cœur du royaume de Salomon et son éclat brillait de tous les feux de notre thora, quand Londres n’était qu’un marécage où les sangliers disputaient leur place aux hommes comme l’avait signalé Disraeli. L’Union Européenne multiplie les démarches en faveur des squatters arabes de notre terre et Hussein Obama continue son entreprise de nuisance.


Tout cela est exact mais nous ne manquons pas d’amis sincères ou intéressés qui commencent à comprendre que notre combat est également celui de leur sécurité, de leur existence et de leur intérêt.


Bien entendu l’antisémitisme sous toutes ses formes est la base de cette hostilité mais notre attitude est également responsable de cet état de fait.


Jabotinsky nous enseignât qu’un propriétaire doit se comporter en propriétaire. Si le propriétaire légal se comporte comme un locataire démuni, on ne peut demander aux voisins de le considérer comme l’occupant légitime des lieux.


Nos concessions ont semé le doute parmi les nations du monde et les accords d’Oslo suivis par la malheureuse déclaration de Bar Ilan sur deux Etats a miné notre position morale.


Nous sommes en Judée Samarie, disait Menahem Begin, « non par le droit de la force mais par la force du droit » !


Cet élément essentiel de notre présence sur la Terre d’Israël a été occulté par une politique mièvre, indécise et incompatible avec la réalité.


Erets Israël, cette terre promise et accordée par l’Eternel, travaillée et fleurie par nos pionniers, irriguée par le sang de nos victimes et de nos soldats nous appartient.
Nous ne sommes pas des « colonisateurs » devant céder la place comme ces européens expulsés des pays arabes et pétris d’un sentiment de culpabilité que nous leur laissons volontiers.


Aucune personne sensée n’autoriserait un squatter à s’établir dans l’entrée de sa maison. Tolérer sa présence à s’établir dans l’entrée signifie lui céder le salon puis la chambre à coucher.


Nos dirigeants ont la pénible impression de devoir démontrer en permanence notre bonne foi et céder au profit des ennemis. Commissions d’enquête, excuses publiques, arrêtés de la Cour Suprême, conseillers juridiques et autres formes parfois excessives de démocratie confinent au masochisme politique. Le débat sur la présence des députés arabes à la Knesseth est indigne d’un état souverain. Ce n’est pas seulement de la Knesseth qu’ils doivent être expulsés mais du pays. Et leurs électeurs peuvent les suivre!


Qu’eut fait la France si des imams et responsables arabes étaient allés présenter leurs condoléances aux familles des terroristes du Bataclan?


Comment acceptons nous que les « jordaniens » viennent installer des caméras sur notre Mont du Temple ? Pourquoi acceptons-nous que les européens construisent illégalement en Judée et en Samarie pour tenter de créer une continuité territoriale arabe ?


Nous n’osons plus affirmer que les « palestiniens » n’existent pas en tant que nation, qu’ils n’ont jamais existé et que la « Palestine » n’est que et uniquement que la Terre d’Israël.


Après la Transjordanie, l’Autorité Palestinienne et Gaza nous devrons faire face à la volonté arabe de conquérir le Néguev, puis la Galilée et ainsi réussir leur plan d’éradication du seul Etat Juif. Les squatters pourraient ainsi prendre possession de toute la maison d’Israël.


Il n’y a pas de meilleure propagande que la vérité. La vérité historique, la logique politique nous amènent à mettre un terme à ce bluff du « palestinisme » que nous avons laissé se développer. Nui n’ignore que ce conflit centenaire n’a rien de territorial.


Il n’est que temps de déclarer clairement qu’il n’y aura pas d’état arabe supplémentaire sur la Terre d’Israël en plus de la Jordanie et du Hamastan. Il est urgent d’annexer ces terres libérées depuis 1967 de la mer au Jourdain.


Si les populations arabes ne veulent pas de loi juive et préfèrent la charia, c’est leur droit et nous devons leur permettre de quitter notre terre. Ils auront le choix entre les pays « frères » arabes et une Europe en voie d’islamisation galopante. Je n’avais pas entendu la moindre condamnation ou compassion lors du transfert des Juifs du Gouch Katif qui avaient fait refleurir une région désertique. Pas un mot de l’Union Européenne pour déplorer le saccage des synagogues et le transfert des dépouilles juives hors des cimetières de la bande de Gaza. Si le transfert des populations juives et européennes est légitime hors des territoires arabes, pourquoi n’en serait-il pas de même pour le transfert des arabes de territoires juifs.


Nous n’avons nul besoin de l’amour des européens mais ainsi nous imposerions le respect dû à un peuple fier, sûr de lui et dominant son propre avenir.
C’est la mission que s’est fixée l’association « Israël is forever » que nous vous proposons de rejoindre. Nous expliquerons à nos propres parlementaires et à nos amis de l’étranger qu’il n’y a aucune gêne à réclamer l’intégrité de l’héritage national du peuple juif, le Terre d’Israël.

Repost 0
mordeh'ai
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 22:39

Par Aussie Dave 

http://www.israellycool.com/2016/02/29/iran-accuses-pa-of-corruption-pa-accuses-iran-of-interference/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

L'Autorité palestinienne a critiqué l'Iran samedi pour les observations faites par son conseiller international du Parlement, qui a déclaré que l'Iran enverrait des fonds aux familles palestiniennes par le biais de ses propres canaux plutôt que par l'Autorité.

 

Plus tôt samedi, Hussein Sheikh al-Islam a été cité par le site al-Resalah comme disant que " l'expérience a prouvé que l'Autorité [palestinienne] n'est pas fiable, de sorte que Téhéran envoie l'argent à sa manière."

 

" Malheureusement, les dons qui ont été envoyé à l'Autorité n'ont pas atteint les bonnes personnes ", a déclaré al-Islam.

 

Nabil Abou Rudeineh porte-parole de la Présidence palestinienne a dit qu'il aurait été préférable pour l'Iran de transférer officiellement les fonds aux organismes de l'Autorité palestinienne, au lieu de les envoyer par des " moyens tordus et illégitimes."

 

Abu Rudeineh a déclaré que les commentaires de l'agent iranien étaient "inacceptables" et qu'ils ne contribuent pas à la lutte palestinienne contre l'occupation israélienne ou sa capacité à préserver les lieux saints.

 

Abu Rudeineh a ajouté qu'il a vu le contournement éventuel de l'Autorité palestinienne comme une ingérence dans les questions palestiniennes et arabes internes, et qu'une telle mesure constituerait une violation des lois internationales en matière de relations entre les pays.

 

Donc, ies responsables de l'AP utiliseraient l'aide des fonds iraniens pour s'enrichir c'est un non-catégorique. Les responsables du Hamas utiliseraient les fonds pour financer des opérations terroristes? Maintenant que les Iraniens peuvent prendre la responsabilité financière - et le font - elle prend du retard.

Repost 0
mordeh'ai
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 22:09

 Par Khaled Abu Toameh

http://www.gatestoneinstitute.org/7532/palestinians-knesset

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

  • Apparemment, Najat Abu Bakr a oublié qu'elle est membre du parlement palestinien et non de celui d'Israël. Elle et ses collègues ont pas le droit de critiquer le Président Abbas ou tout autre haut fonctionnaire à Ramallah. Cette critique est considérée comme une «insulte» aux hauts fonctionnaires et même un acte de trahison.

  • Najat Abu Bakr et de nombreux Palestiniens rêvent du jour où ils auront eux aussi une Knesset, un vrai parlement, où les dirigeants sont tenus responsables.

 

Haneen Zoabi et Najat Abu Bakr qu'ont-elles en commun?

 

Les deux femmes sont membres déclarées du Parlement - Zoabi en Israël et Abu Bakr dans les territoires palestiniens. Voilà à peu près les seules similitudes.

 

Zoabi, qui est originaire de Nazareth, est une citoyenne d'Israël. Abu Bakr, de la ville de Naplouse en Cisjordanie, est un membre élu du Conseil législatif palestinien (CLP), le Parlement qui a été effectivement paralysé depuis 2007, lorsque le Hamas a expulsé l'Autorité palestinienne (AP) de la bande de Gaza.

 

Mais la participation franche dans les parlements est à peu près où les similitudes.

 

Zoabi, qui réside à l'intérieur d'Israël, vit une vie assez différente de sa collègue, Abu Bakr, qui est une citoyenne palestinienne.

 

Zoabi, membre israélien du parlement, est une provocatrice de longue date qui exaspère régulièrement le public juif israélien. Elle a rejoint une flottille d'un convoi "d'aide" à la bande de Gaza - un mouvement qui a laissé de nombreux Israéliens furieux.

 

En d' autres occasions, ses déclarations ont également été interprété comme une démonstration de solidarité avec les ennemis d'Israël. Plus récemment, elle a reçu une peine légère pour avoir signé un plaidoyer de négocier admettant qu'elle avait insulté un  Arabe travailjant pour la police israélienne.

 

Zoabi était de retour dans les manchettes des journeaux à nouveau le mois dernier - ainsi que deux autres membres arabes de la Knesset israélienne, Jamal Zahalka et Bâle Ghattas - pour avoir rencontrer les familles de Palestiniens qui avaient mené des attaques terroristes contre les Israéliens.

 

Selon l'opinion génerale, pour cette prestation elle et les deux autres membres de la Knesset auraient reçu une simple "tape sur la main" - ils ont été suspendus de participation aux réunions des commissions parlementaires pour quelques mois.

 

Même si le comportement et la rhétorique de Zoabi sont parfaitement odieux pour beaucoup d'Israéliens, y compris certains des citoyens arabes d'Israël, le président israélien, Reuven Rivlin, ainsi que d'autres Israéliens, se sont prononcés contre sorti contre son exclusion de la Knesset ainsi que celle d'autres de ses collègues de la Liste arabe unie.

 

" Nous ne pouvons pas permettre à la Knesset, dont les représentants sont choisis par le peuple, d'inverser le choix du peuple ", a déclaré Rivlin, se référant à un projet de loi qui excluerait leurs collègues membres de la Knesset qui expriment le soutien au terrorisme.

 

Mais revenons à la question: comment sont Haneen Zoabi et Najat Abu Bakr, nos deux femmes parlementaires, quelles sont les actions de chacune?

 

Alors que Zoabi, citoyenne arabe musulmane d'Israël, exerce ses fonctions - et vit sa vie - librement, Abu Bakr a été contraint de se réfugier dans le bâtiment du Conseil législatif palestinien à Ramallah.

 

En bref, les deux femmes vivent dans des mondes différents.

 

Depuis la semaine dernière, lorsque le président Mahmoud Abbas a ordonné son arrestation, Abu Bakr s'est cachée à l'intérieur du bâtiment du Parlement de l'Autorité palestinienne. Son crime: avoir hué un ministre qui est étroitement lié au président Abbas pour la corruption financière.

 

Sa réclamation est que le ministre en question a vendu  de l'eau en privé aux Palestiniens et a pris illégalement au passage plus de 200 000 $ du budget palestinien.

 

Mais ce n'est pas son seul crime allégué. Un autre concerne son soutien public à la grève d'un enseignant en Cisjordanie. La grève a sérieusement gêné le Président Abbas et la direction de l'Autorité palestinienne. Abbas a ordonné l'arrestation de beaucoup d'enseignants de les arrêter et a déployé des centaines de policiers aux postes de contrôle pour déjouer une manifestation organisée par les enseignants, qui exigent des salaires plus élevés et de meilleures conditions.

 

Apparemment, Abu Bakr a oublié qu'elle est membre du parlement palestinien et non de celui d'Israël. Elle et ses collègues n'ont pas le droit de critiquer le Président Abbas ou tout autre haut fonctionnaire de Ramallah. Cette critique est considérée comme une «insulte» aux hauts fonctionnaires et même un acte de trahison.

 

Les membres du Parlement de l'Autorité palestinienne ne bénéficient d'aucun des droits dont jouissent les membres arabes du parlement israélien, la Knesset.

 

L'immunité parlementaire, par exemple, signifie que Zoabi et ses collègues ne peuvent pas être détenus ou convoqués pour interrogatoire par les autorités.

 

En vérité, il n'y a pas de vie dans le parlement palestinien. Il a été paralysé, grâce à l'Autorité et les conflits avec le Hamas, et la plupart des fonctions sont la cible de plaisanteries palestiniennes.

 

Mais l'absence d'un parlement efficace convient au Président Abbas et très bien à son gouvernement. Pas de  Parlement signifie que personne ne les tient pour responsables.

 

Pendant ce temps, Abu Bakr, la député qui ose ouvrir la bouche contre le président ou un haut fonctionnaire de l'Autorité palestinienne, est saisi par le long bras des forces de sécurité palestiniennes.

 

Abu Bakr est maintenant une fugitive. Lundi était le sixième jour, où elle s'est cachée dans le bâtiment du parlement. Elle a refusé de quitter le bâtiment pour un interrogatoire, et exige que Abbas annule le mandat d'arrêt délivré contre elle.

 

Où est la camarade Zoabi maintenant? La liste commune arabe en Israël a été manifestement silencieuse au sujet du harcèlement de leur collègue du parlement de Ramallah.

 

Quel autre image aurions-nous vu avons vu si Abu Bakr avait été retardé à un point de contrôle de Tsahal pendant quinze minutes. En moins de temps que cela, Zoabi aurait soutenu qu'Israël avait violé les droits d'un membre du Parlement dans les territoires palestiniens.

 

Et nous avons donc deux législateurs. L'un est forcé de chercher refuge au sein de son propre parlement, de peur d'être arrêté par les forces de sécurité palestiniennes. L'autre reçoit tous les droits et privilèges dont jouissent ses compatriotes arabes en Israël - en dépit de son comportement extrêmement provocateur.

 

Telle est la différence entre un pays respectueux de la loi et l'Autorité palestinienne, qui fonctionne depuis de nombreuses années comme une mafia.

 

Najat Abu Bakr et de nombreux Palestiniens rêvent du jour où ils auront eux aussi une Knesset, un vrai parlement, où les dirigeants sont tenus responsables. Pour l'instant - et pour l'avenir prévisible - ce jour-là n'est juste qu'une chimère.

 

Cependant, Zoabi et ses concitoyens arabes d'Israël ne feront pas leurs valises et ne se dirigeront pas vers Ramallah de sitôt. Il semble qu'une autre dictature arabe ne soit pas leur idée primordiale.

Repost 0
mordeh'ai
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 12:45

Par la Rédaction

http://www.breakingisraelnews.com/62601/israel-escaping-turbulence-middle-east-prophetic-fulfillment-jewish-world/#3boWw7JL75H3VyKW.97

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Résultat de recherche d'images pour "photos de bombardements en syrie"

 

Le Hezbollah, la Russie et la Syrie coopèrent pour maintenir Assad au pouvoir. Les États - Unis tente de soutenir les rebelles qui travaillent pour chasser Assad. La Turquie bombarde la plus grande ville de la Syrie d'Alep. Le mois dernier, les Frères musulmans ont appelé à " un longue djihad sans compromis " pour faire tomber le président Abdel Fattah al-Sisi d'Egypte. ISIS se répand à travers l'Irak et la Syrie dans leur marche pour la domination du monde .

 

La semaine dernière, Rabbi Nachman Kahana l'érudit rabbinique basé à Jérusalem et auteur prolifique a ouvert son commentaire biblique hebdomadaire avec ces mots: On a besoin d'un tableau de bord pour suivre les perspectives et les initiatives de ce qui maintenant émane du monde arabe Gehennom (Enfer) du Moyen-orient.

 

Partout où vous regardez, le désordre règne au Moyen-Orient.

 

Sauf en Israël.

 

Bien qu'Israël connaisse les attaques terroristes à la voiture-bélier et aux coups de couteau, la différence est significative. La lutte à l'intérieur d'Israël est  le fait de terroristes individuels. Le pays n'est pas la cible de gros efforts militaires des pays arabes voisins. En fait, dans l'ensemble, le peuple israélien est résolu, pas intimidé par le terrorisme, et le pays dans son ensemble continue de prospérer."

 

Rabbi Kahana dresse un tableau d'ensemble de ce qui se passe à l'extérieur d'Israël. " La Syrie, les rebelles, les États-Unis, la Russie, les Etats du Golfe, la Turquie, l'Egypte, l'Iran, le Hezbollah, les Kurdes - tous contre tous dans une mêlée générale d'assassinats d'intérêts religieux, politiques et économiques, mais au mépris total de l'intérêt des autres. Cependant, il y a un accord complet sur un seul article - Israël. Ironie du sort et miraculeusement, et malgré tout le sang versé, aucun d'entre eux n'a levé la main ou tiré une balle contre l'Etat juif. "

 

Réminiscence de la protection de Dieu prévue pour les enfants d'Israël, comme ils ont erré pendant 40 ans dans le désert, le rabbin Nir Ben Artzi, un rabbin mystique du sud d'Israël qui est connu pour ses messages prophétiques, a également écrit la semaine dernière à propos de la façon dont Israël demeure largement indemne , malgré le chaos qui l'entoure.

 

" En Israël, tout va bien! L'économie est la meilleure au monde, l'immobilier est le meilleur au  monde, les gens sont les meilleurs du monde, D.ieu a béni Israël! Un nuage entoure les frontières comme il a entouré le peuple d'Israël dans le désert et les Juifs ont besoin de veiller sur eux-mêmes ".

 

Parlant au Breaking Israël News, le rabbin Kahana a suggéré de regarder le chapitre 32 du livre d'Ezéchiel, afin de trouver un moyen de comprendre la paix relative en Israël alors que les pays qui l'entourent sont en flammes. Dans son livre 'Avec toute votre force', Kahana a illuminé les passages obscurs du Ezéchiel 32 avec l'aide du Malbim, un commentateur biblique bien connu du 19ème siècle.

 

Le Malbim-(מלבי"ם acronyme Meïr Leibush ben Yehiel Michel Wisser) explique que la prophétie d'Ezéchiel est pertinente à notre époque. " Il arrivera à la fin des jours, après que le peuple juif sera de retour sur la terre d'Israël." Il continue de nommer toutes les nations bibliques qui viendront dans la région " pour tenter de reprendre la Terre d'Israël aux Juifs."

 

Le Malbim connecte alors la prophétie d'Ezéchiel à ce que nous lisons dans les titres d'aujourd'hui.

 

" Mais quand ils arriveront, ils créeront le chaos entre eux et feront la guerre les uns contre les autres ... parce que leurs croyances sont différentes. Et là D.ieu les jugera par l'épée et le sang comme indiqué par le prophète Zacharie, chapitre 14. Et ici, le prophète relate la façon dont ils seront tous perdus ... Et entre eux ce sera une guerre. Le premier à être entièrement détruit ce sera l'Egypte, qui est la plus proche de la Terre d'Israël et sera la première et à chuter. Ensuite, les Assyriens et Perses viendront pour venger leur allié et ils seront tous détruits ".

 

Kahana partagé avec Breaking Israël News que les Assyriens dont parle le Malbim parle sont les Syriens d'aujourd'hui et les Perses sont les Iraniens d'aujourd'hui. Kahana a conclu ses commentaires pour Breaking Israël News par un message très positif pour Israël et ceux qui l'aiment.

 

"Voilà ce à quoi le Talmud fait référence quand il prédit que les miracles de l'avenir éclipseront les miracles incroyables de l'exode d'Egypte. Nous pourrions être inquiets et surpris par le déroulement des événements en cours, mais pour le Prophète Yechezkel (Ezéchiel) et le Malbim c'est juste une question de temps avant que ces événements ne deviennent réalité.

 

" Cependant, c'est un postulat dans les événements mondiaux - ceux de notre temps et des temps passés - Hashem (D.ieu) les a tous devolus à la rédemption ultime de la nation juive. Il n'y a donc aucune raison de les craindre, peu importe ce qui pourrait sembler être des périls - parce Hakol be'ye'dei shamayim-tout est dans les mains de D.ieu ".

Repost 0
mordeh'ai
29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 17:01

 

Par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/2016/02/bring-back-the-iron-wall/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

A frame from the security video of the terror attack in Ma'ale Adumim

photo prise par la caméra de sécurité de l'attaque terroriste  dans Ma’ale Adumim

 

L' attaque crapuleuse à la hache sur un garde de sécurité non armé dans un centre commercial jeudi soir dernier se démarque parmi les centaines d'incidents similaires au cours des derniers mois en raison de son extrême brutalité, parce que le terroriste et la victime ont travaillé au même endroit et avait même pris un café ensemble , et parce qu'elle a été capté sur vidéo pour que toute la nation la voie.

 

Saadi Ali Abu Hammad, 21 ans, a été autorisé à dormir dans le centre commercial où il travaillait dans un magasin d'alimentation afin qu'il puisse commencer tôt les préparatifs pour le rush du Vendredi. Il guettait le garde, Tzvika Cohen, 47 ans, et l'a battu sans pitié avec une hache. Cohen est toujours dans un état critique, luttant pour sa vie.

 

Du point de vue des victimes, tout le terrorisme est le même. Il est impossible de dire que cette attaque était «pire» que d' autres. Mais, comme l'assassinat de Dafna Meir devant la porte de sa maison il y a cinq semaines, ou le massacre atroce de cinq membres de la famille Fogel en 2011, il met en lumière la force de la haine brûlante dans les cœurs des palestiniens.

 

Naturellement les Israéliens voudraient faire quelque chose pour mettre fin au terrorisme, qui ne montre aucun signe de ralentissement et semble plutôt empirer. La réaction de l'Autorité palestinienne est-de-dire qu'elle n'a aucun contrôle sur les actions des individus, alors que dans le même temps elle les traite comme des héros et des modèles pour la jeunesse arabe. Le Hamas, bien sûr, appelle à plus de violence.

 

Les suggestions sont nombreuses et couvrent toute la gamme: essayer de soulager le «désespoir» palestinien en fournissant un «horizon» sur lequel, sans doute, ils pourraient avoir un Etat indépendant, qu'Israël prenne la souveraineté sur toute la Judée et la Samarie, et expulse les Arabes. Entre il y a toutes sortes d'idées pour améliorer la sécurité de la population juive en augmentant la présence des forces de sécurité, la construction de murs, et ainsi de suite.

 

Yitzhak Herzog du Parti travailliste admet qu'un accord à deux Etats est impossible à ce stade , pour diverses raisons, mais il veut «se séparer» des Palestiniens en se retirant de certaines parties de la Judée et la Samarie , et construire des murs. Ceci est censé améliorer la sécurité mais toujours garder la " vision de deux Etats."

 

Il y a plusieurs problèmes avec cette idée. Le principal c'est que le retrait de toute partie des territoires sera vu par les Arabes comme une victoire pour leur stratégie d'assassiner les Juifs jusqu'à ce que nous donnions tout et partions. Elle leur fera redoubler leurs efforts. Elle pourrait même encourager plus de citoyens arabes d'Israël - qui jusqu'à présent n'ont pris seulement une petite part à "l'Intifada du couteau" - en s'y joignant, dans l'espoir que la victoire finale soit enfin réalisable.

 

On pouvait penser que ce qui est arrivé après le retrait israélien de Gaza, avait été clair et qu'il serait stupide de refaire la même erreur en Judée et Samarie. Mais la croyance que le conflit peut se terminer par l'apaisement semble être tenace.

 

L'idée que la cause de la violence d'aujourd'hui est le désespoir sur l'incapacité des Arabes à obtenir un état ​​fait partie du fantasme que ce qu'ils veulent c'est un état. La cause est pas de désespoir du tout, mais plutôt l'espoir - l'espoir qu'avec leurs alliés partout dans le monde, ils peuvent nous forcer à concéder suffisamment de terres et de sécurité afin qu'un jour ils réussiront à se débarrasser de nous.

 

Cela a été compris avant la fondation de l'Etat par Ze'ev Jabotinsky, qui a vu le désir des Arabes de se débarrasser des sionistes comme tout à fait naturel, et a fait valoir que la seule solution était d'assurer, au moyen d'un " mur de fer " de volonté (et de la puissance militaire), qu'ils n'auraient aucun espoir de succès. Jabotinsky n'avait pas envie d'expulser les Arabes; mais il a compris très bien que la coexistence ne pourrait être garantie que par la force.Ben-Gourion, qui au contraire ne l' admettra jamais et ne sera pas d'accord avec Jabotinsky à propos de quoi que ce soit, néanmoins il a entendu cela et a agi en conséquence.

 

Plus récemment Meir Kahane pensait que la coexistence était impossible dans tous les cas avec les Arabes (il ne faisait pas de distinction entre les citoyens arabes d'Israël et les résidents de Judée et Samarie) qui doivent être encouragés à partir, et si ils ne quittent pas volontairement avec compensation, ils doivent être expulsés.

 

A vigil for 23-year old Shlomit Krigman, murdered last month. The sticker on the guitar reads "Rabbi Kahane was right!"

Une veillée pour  Shlomit Krigman, 23 ans, assassiné le mois dernier. On lit sur l'autocollant collé sur la guitare "Rabbi Kahane avait raison!"

 

La récente série de meurtres et l'inhumanité qui les caractérise ont conduit de nombreux juifs israéliens à venir à la conclusion que le programme de Kahane est la bonne. Mais tout en se débarrassant de tous les Arabes permettrait de résoudre le problème du terrorisme arabe dans nos rues, il serait difficile, voire impossible à mettre en œuvre.

 

Le calme relatif de la population arabe au sein de la ligne verte indique que la solution de Jabotinsky peut être réalisable. Quelque chose que beaucoup de gens ne sont pas conscients c'est qu'entre 1948 et 1966, les Israéliens arabes vivaient sous le régime militaire. En 1966, ils ont reçu tous les droits civils, y compris le vote et le droit de siéger à la Knesset. Cette évolution a été possible parce qu'Israël, en dépit de son orientation de gauche à cette époque, a maintenu le mur de fer de Jabotinsky.

 

Qu'est-ce que cela signifierait en termes de politique réelle? Voici quelques idées:

  • renonciation explicite du processus d'Oslo
  • Annexion de tous les territoires et un engagement à les garder
  • Elimination de l'OLP
  • Une ligne dure contre le terrorisme, y compris une peine de mort pour assassinat et expulsion des familles de terroristes
  • Une politique de construction de colonies en réponse au terrorisme

 

En 1948, les Arabes avaient été sérieusement vaincus. Beaucoup ont fui pendant la guerre, y compris leur leadership. Dans les années suivantes, ils sont revenus pour voir que l'Etat juif ne partait pas, et ont réalisé que la coopération était plus pratique que la confrontation. Une des raisons pour que cette évolution soit possible c'était que les Arabes n'étaient pas soumis à l'incitation continue des grandes puissances. Un processus similaire aurait pu se produire en Judée-Samarie après 1967, si Israël avait été laissé seul.

 

Mais surtout après le choc pétrolier de 1973, le renversement de l'issue de la guerre de 1967 est devenu un objectif majeur de la politique étrangère occidentale. Une grande pression a été mise sur Israël pour se retirer des territoires plutôt que d'intégrer leurs populations arabes. En 1993, cela a culminé avec les accords d'Oslo, qui - en mettant la rejectionniste 'OLP' de retour à l'image (et dans notre pays) - a rendu possible pour les Arabes des territoires d'imaginer un monde sans Israël.

 

L'OLP a également établi son système éducation sur la haine complète, qui a depuis porté les mauvais fruits sous la forme de créatures comme Saadi Ali Abu Hammad.

 

Un retour à la politique de mur de fer de Jabotinsky signifierait probablement une rupture avec les Etats-Unis et l'UE, qui s'opposeraient avec véhémence à chaque partie du programme.

 

Le parti au pouvoir d'Israël en vertu de Netanyahu est pas préparé aujourd'hui à prendre cette mesure, et l'opposition l'est encore moins. Mais les conséquences de ne pas le faire, seront la création d'un Etat terroriste arabe à notre porte, ainsi que la radicalisation des Israéliens arabes avec lesquels nous avons jusqu'à présent coexistés. Cela signifiera la poursuite et même l'exacerbation du terrorisme.

 

Ceux qui disent que la solution au terrorisme est essentiellement politique et non militaire sont presque raison. Ils ont juste la mauvaise politique.

Repost 0
mordeh'ai
28 février 2016 7 28 /02 /février /2016 14:13

Dans un article pour Israël National News d'Elad Benari, nous lisons:

 

Prenant la parole dimanche à CNN, Clinton a promis de soutenir Israël, mais elle a aussi dit qu'elle allait persister sur la "solution à deux Etats," qui est la formation d'un Etat palestinien, afin de mettre un terme au conflit.

 

Je crois que nous avons déjà vu ce film et il finit mal.

 

En fait, je suis assez sûr que nous l'avons vu maintes, maintes et maintes fois depuis qu'Itzhak Rabin qui se trouvait sur la pelouse de la Maison Blanche a serré la main de notre ami Yasser Arafat avec à proximité le président des États-Unis, Bill Clinton, tout sourire .

 

  Par Michael Lumish

http://www.jewishpress.com/indepth/opinions/obamas-potential-third-term-undermining-of-israel/2016/02/28/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

        

Hillary Clinton va probablement continuer la contre-productive et anti-juive / anti-Israël de la politique d'Oslo de Barack Obama et qui, en tant que Secrétaire d'Etat d'Obama, a menacé et rudoyé les Juifs d'Israël au nom de leurs ennemis israélo-arabes. Ils l'ont fait, et ils le font, tout en prétendant être des «amis» du peuple juif et de l'Etat juif d'Israël.

 

Cela, malheureusement, est faux.

 

Ceux d'entre nous qui se soucient du bien-être d'Israël, et du bien-être du peuple juif, comprendront que Barack Obama a été le président des États-Unis le moins amical envers Israël, surpassant même le record de Jimmy Carter, à la fois pendant la période de sa présidece et post-présidentielle.

 

Carter a accueilli les ayatollahs d'importance et, à ce jour, et aime visiter ses amis au sein du Hamas. Obama a simplement déplacé les Etats-Unis de ce côté, ce qui permet un Iran musclé, avec un afflux récent de 100 milliards de dollars, pour développer son programme nucléaire non perturbé car il étend sa présence à travers le Moyen-Orient et poursuit ses opérations violentes contre les Juifs et sa proxi-guerre contre les Arabes sunnites dans cette partie du monde.

 

Cela a, sans surprise, fomentée une relation de plus en plus stratégique - sinon une alliance - entre Israël et certains des Etats arabes sunnites tels que la Jordanie, l'Egypte et l'Arabie Saoudite, en opposition à la fois à un Iran nucléaire et au partenariat stratégique et économique États-Unis-UE-Iran.

 

Il convient également de rappeler que ce fut Hillary Clinton qui a volé au Caire pour assurer une transition harmonieuse au pouvoir des Frères musulmans, alors même que cette organisation - la mère du Hamas et d'Al-Qaïda - a appelé à la conquête de Jérusalem. C'est également Hillary Clinton, à la demande de l'administration Obama, qui a volé à Jérusalem au début de l'opération Bordure de protection pour protéger les Arabes palestiniens contre les conséquences prévisibles de leurs tentatives de tuer les Juifs, par l'intermédiaire de tirs de roquettes, à partir de la bande de Gaza.

 

Je crois aussi que les Palestiniens méritent d'avoir leur propre état . Voilà pourquoi je soutiens une solution à deux états.

 

Ceci est un argument étrange et c'est celui que nous avons entendu de nombreuses fois auparavant.

 

Les Arabes palestiniens antisémites génocidaires méritent un état, alors que les Tibétains bouddhistes pacifiques et civilisés ne  le méritent apparemment pas. Les Kurdes sont des combattants et une minorité opprimée dans toute cette partie du monde, mais apparemment , ils ne méritent pas un état, que ce soit. Seuls les Arabes-palestiniens qui méritent un Etat, bien que l'on puisse se demander quelle contribution à l'humanité ont-ils apporté pour qu'ils "méritent" de contrôler un Etat arabe Judenrein parmi les 22 autres Etats arabes au Moyen-Orient largement-vides de tout Juif et toujours hostiles?

 

Les "Palestiniens" ont une identité nationale consciente que depuis peu de temps, un peu avant que les Beatles ne se séparent.

 

Il m'arrive de croire que la translation vers une solution à deux Etats, en essayant de fournir plus de soutien aux aspirations du peuple palestinien c'est dans le meilleur intérêt à long terme d'Israël, ainsi que pour la région, et, bien sûr pour les gens eux-mêmes .

 

Ne devrait-il pas être douloureusement évident maintenant que les aspirations des Arabes palestiniens ne sont pas celles pour deux Etats vivant côte à côte dans la paix à côté de l'autre? Ils ont refusé toute offre unique depuis la Commission Peel de 1937, ils nomment les stades et les boulevards d'après les assassins de Juifs innocents, et ils ont formé toute une génération de leurs enfants à croire que couper les têtes des tout-petits juifs, ou de poignarder de vieux hommes dans les rues avec des ciseaux, c'est apprécié aux yeux d'Allah.

 

Hillary est ou trompée ou tout simplement ne se préoccupe pas ... de la même manière que Obama a feint ou tout simplement ne s'en est pas tracassé.

 

La seule question que j'ai, dans le cas assez probable d'une présidence Hillary, peut-elle être plus, ou moins, hostile envers Israël que Barack Obama? Je ne connais pas la réponse à cette question, mais compte enu de ses conseillers je ne mettrais pas beaucoup de foi dans une présidence Hillary.

 

C'est une créature d'Oslo.

 

Elle s'acharne, et ce seront les Israéliens - juifs et arabes, entre la rivière et la mer - qui vont payer le prix.

Repost 0
mordeh'ai