Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 15:28

Attaque a eu lieu le long de la route 60 près de Hevron; le terroriste a été neutralisé par des soldats.

Par Ari Soffer

http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/215126

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Site d'attaque poignardé

Site de l'attaque 

 

Deux personnes ont été blessées lors d'une attaque au poignard à El-Aroub-Junction dans la région de Gush Etzion près de Hevron.

 

Les victimes sont des hommes israéliens dans la vingtaine, ils ont été légèrement blessés dans l'attaque.

 

Les paramédicaux du Magen David Adom sont sur la scène, tout comme les forces de sécurité.

 

Le terroriste a été grièvement blessé par balle par des soldats de Tsahal qui ont répondu à l'incident, qui marque la dernière attaque dans la vague de terrorisme arabe qui balaye Israël.

 

En dépit d'un reflux significatif au cours des derniers mois, ces dernières semaines ont vu plusieurs attaques aux couteaux, armes à feu et voiture-bélier .

 

Hier, une tentative par un terroriste arabe de faire exploser une bombe dans le Tram de Jérusalem a été déjoué par la vigilance des gardes de sécurité .

 

Jeudi dernier, un terroriste arabe a été abattu alors qu'il tentait de poignarder des officiers de police des frontières effectuant une opération d'arrestation.

 

Quelques jours plus tôt, un automobiliste juif a été blessé par des terroristes près de Tekoa à Gush Etzion.

Repost 0
mordeh'ai
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 06:15

https://firstonethrough.wordpress.com/2016/07/17/barack-obama-and-hillary-clintons-foreign-policy-on-israel-is-like-the-united-nations/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

obama-with-un-secretary-general-ban-ki-moon

Président Barack Obama et le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki Moon

 

Alors que Barack Obama termine sa présidence et son ancien secrétaire d'Etat Hillary Clinton cherche à devenir le prochain président, il convient de noter la similitude entre Obama / Clinton et les Nations Unies dans leurs positions envers Israël.

 

  • Ni Obama ni l' Organisation des Nations Unies ne se référeront au terrorisme comme venant de l' Islam radical
  • Les deux Obama et l'ONU pensent que la pauvreté, est une cause fondamentale du terrorisme est cela même si la recherche ne montre aucune corrélation
  • Les deux Obama et l'ONU se sont alignés avec certains des pires sponsors de l'Etat du terrorisme, y compris l'Iran et l'Arabie Saoudite
  • Les deux Obama et l' ONU sont très critiques d'Israël
  • Les deux Obama et l'ONU disent que les Arabes palestiniens " recourent " à laviolence parce qu'ils sont «frustrés» , même si les deux principaux partis politiques palestiniens, le Fatah et le Hamas, ontb tous les deux des chartes appelant à la destruction d'Israël
  • Ni Obama ni l' ONU indiquera qu'il se tient solidaire avec Israël dans sa lutte contre le terrorisme
  • Les deux Obama et l'ONU veulent qu'Israël cesse le blocus de Gaza qui vise à limiter les expéditions d'armes au Hamas, même si le blocus a été jugé légal par un rapport de l' ONU
  • Les deux Obama et l'ONU approuvent la plate-forme palestinienne antisémite d'un nouveau pays sans Juifs
  • L'ONU et Obama veulent voir le groupe terroriste Hamas faire partie d'un gouvernement palestinien d'unité
  • Les deux Obama et l' ONU se réfèrent au président par intérim de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas comme un " modéré " et cherchant la paix, même si il est beaucoup plus extrêmiste que le gouvernement actuel israélien de «droite» 
  • L'ONU et Obama préjugent du résultat des négociations entre les Israéliens et les Arabes palestiniens plaidant pour une solution à deux Etats, même si les accords d'Oslo II ne demandent pas cette conclusion
  • L'ONU et Obama préjugent du résultat des négociations entre les Israéliens et lesArabes palestiniens en faisant valoir que Jérusalem doit être divisée, même si les accords d' Oslo II ne demandent pas cette conclusion


L'Organisation des Nations Unies en vertu du Secrétaire Général des Nations Unies Ban Ki Moon a poursuivi sa longue et terrible histoire d'être très anti-Israëlien. Malheureusement, cette administration américaine, dirigée par Obama, lui-même s'est alignée sur ces mêmes positions honteuses.

Repost 0
mordeh'ai
16 juillet 2016 6 16 /07 /juillet /2016 13:53
  • Un responsable kurde dit: les Kurdes portent une relation étroite aux Juifs et à Israël 'C'est notre année 1948'
  • Commandant: «Nous nous battons contre ISIS pour le monde entier.»
  • Par Seth J. Frantzman

http://www.jpost.com/Middle-East/Kurds-in-Iraq-see-Israel-as-Middle-East-model-460467

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

PESHMERGA

Des combattantes Pershmergas de guarde à un check-point prés du barrage  Mosul Dam sur le fleuve Tigre au Kurdistan  (photo credit: SETH J. FRANTZMAN)

 

«Nous avons eu des obus de mortiers d'ISIS qui sont tombés ici la semaine dernière, dit le colonel Delshad Mawlud. En passant en voiture un poste de contrôle à 35 km. de Mossoul dans le Kurdistan irakien, les peshmergas kurdes vérifient les voitures avec soin. Les Peshmergas sont les forces armées du Gouvernement régional du Kurdistan dans le nord de l' Irak. Non loin de la la ligne de front qui est contre l'Etat islamique. « Dans certains endroits ,l'ennemi est à seulement 500 mètres de la ligne» , dit le colonel.

 

Les Kurdes combattent ISIS depuis pres de deux ans.

 

Les cicatrices de cette guerre ne sont pas guéries sur la plaine de Ninive.Il y a des points de contrôle peshmergas et des véhicules militaires. Des voitures brûlées sont encore présentes, repoussées sur le bord de la route. . La route de Duhok à Mossoul a été bloqué à un moment donné par un monticule de terre obligeant les véhicules à zig-zaguer.

 

Même si la ville a été occupée par les extrêmistes pendant deux ans. La vie a toujours cours ici. Des camions chargés de tomates sillonnent une route fraîchement goudronnée qui mène au sud vers la capitale kurde d'Erbil.

 

Certains panneaux routiers affirment même qu'il y a des radars électroniques pour les excès de vitesse.

 

Yazidi et chrétiens civils vivent dans des villages reconnaissables par leurs églises et leurs temples. A distance des feux des positions d'Isis brûlent, une tactique utilisée pour les masquer des frappes aériennes de la coalition.

 

Deux ans après leur guerre contre les extrêmistes, les Kurdes reçoivent un soutien plus important de la part des Etats Unis qui ont signé un accord pour fournir une aide militaire directe aux peshmergas et le Ministre Canadien de la Défense est arrivé mardi pour montrer son soutien à l'effort de guerre.

 

" La situation est meilleure maintenant en terme d'armement, mais ce n'est pas assez ", dit le colonel Mawlud. "Nous nous  battons contre ISIS pour le monde entier."

 

Pour les hommes comme Mawlud la guerre contre ISIS est venue comme une surprise, mais elle faisait également partie d'une histoire de la souffrance aux mains des ennemis extérieurs.Il a perdu son père et son grand-père sous le régime de Saddam Hussein. " Saddam et ISIS sont presque les mêmes, ils ont envahi notre terre et ont enterré vivant notre peuple. ISIS fait la même chose. Il a détruit nos villages et pris nos propriétés," se souvient Mawlud.

 

Chaque village dans ce domaine a ses peintures murales et statues commémorant les Kurdes qui sont tombés dans les conflits contre ISIS et avant.

 

La guerre contre ISIS et Saddam unit aussi les Kurdes avec les luttes d'Israël contre les mêmes ennemis.Saddam a gazé les Kurdes et a fait pleuvoir des missiles Scud sur Israël. "C'est un pays libre, optimiste et très positif pour vous-mêmes et je suis sûr qu'il peut faire beaucoup pour lutter contre le terrorisme, parce qu'Israël est le principal pays anti-terroristes. Il appelle à la paix, à la stabilité et à une vie sûre. Nous voyons Israël comme un grand pays et il est important pour nous", dit le colonel.

 

A trente neuf ans, il se souvient des vieux jours où beaucoup de juifs vivaient au Kurdistan.

 

Avant ce n'étaient pas des relations, nous avions des liens de sang. Nous avions une cause commune et partagions de nombreuses qualités. Aujourd'hui nous sommes confrontés aux mêmes problèmes. D'autres ont fait beaucoup de choses pour nous, mais grâce à D.ieu Israël est un pays fort et qui a vaincu ses ennemis, comme nous le ferons, je l'espère.

 

" Il y a une profonde admiration pour l'indépendance d'Israël parmi beaucoup de combattants Kurdes." Nous pensons qu'Israël est notre ami le plus proche dans cette lutte", a déclaré l'un des pershmergas que nous avons rencontré.

 

Que ce soit la lutte contre le terrorisme ou le soutien d'avoir des femmes qui servent aux côtés des hommes dans les forces armées, il y voit beaucoup de similitudes. Il y a une profonde affinité des Kurdes pour l'histoire juive et certains racontent des luttes entrelacées remontant à l'époque de l'empire Perse.

 

Aujourd'hui, la lutte est contre ISIS et les Kurdes sentent le poids du monde qui est sur leurs épaules. Les " Pershmergas se battent contre les terroristes pour le monde entier, partout où ils sont. Nous arrêterons la menace d'ISIS de se propager - nous les arrêterons ici, donc ils ne se propageront pas dans le monde." dit Mawlud.

 

Il souligne également qu'il est important que les gens ne confondent pas les crimes d'ISIS avec l'Islam. " Quoiqu'ils fassent aux Yézédis, aux chrétiens et aux musulmans, la chose la plus importante c'est l'être humain. Ce qu'ils font n'est pas l'Islam, ce qu'ils font donne une mauvaise image de l'Islam." Conduit vers l'arrière au barrage de Mossoul, vers la ligne de front contre les extrêmistes, on peut voir un petit village dont les habitants ont été contraint de fuir devant ISIS en Août 2014.

 

Sur la colline il y a une mosquée.Plus loin des points de contrôle et sur une route parallèle à la ligne de front se trouvent de petis villages Yazidis avec leurs petits temples coniques en béton et des sites religieux en maçonnerie qui parsèment le paysage.

 

ISIS a essayé d'exterminer toute cette diversité. Aujourd'hui, les peshmergas ont repoussé avec succès ISIS et repousseont les combattants-suicides et les tirs de mortiers. Cette guerre est loin d'être terminée, mais elle a façonné les Kurdes en une force de combat solide et efficace pour un pays cherchant son indépendance dans une région qui est plongée dans le chaos.

Repost 0
mordeh'ai
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 22:14

Par JNi.Media provides editors and publishers with high quality Jewish-focused.

http://www.jewishpress.com/news/breaking-news/finally-congress-asking-unrwa-for-real-number-of-palestinian-refugees/2016/07/15/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

© JNi.media

 

Les deux chambres du Congrès sont au travail pour modifier les projets de loi de financement de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA), dans le cadre d'un effort pour enquêter sur la légitimité même de l'agence vieille de plusieurs décennies, Michael Wilner a rapporté dans le Jerusalem Post vendredi. La Chambre et le Sénat veulent que le Département d'Etat, une fois pour toutes, définir le terme de «réfugié palestinien», et pendant qu'elles y sont, révéler combien l'UNRWA reçoit d'aide.

 

L'UNRWA a été créée en 1948 pour aider les 750.000 Palestiniens qui avaient quitté Israël. Depuis lors, l'UNRWA a été un promoteur de la cause palestinienne, le finançant près de 5 millions de «réfugiés», dont la majorité n'a jamais quitté les maisons où ils sont nés dans la bande de Gaza, la "Cisjordanie", Jérusalem-Est, ou autre pays arabes, à hauteur de 1,23 milliard de $ par an, soit $ 250, millions qui sont donnés par les contribuables américains.

 

Beaucoup au Congrès ont dit, que depuis environ 2012, la majorité des Palestiniens sont rétribués de façon permanente, et ne devraient pas être sous la juridiction d'une agence pour les réfugiés.

 

Inutile de dire que, Wilner souligne, «une telle constatation changerait fondamentalement le récit du conflit vieux de plusieurs décennies.»

 

Le premier recensement palestinien a été achevé il y a 15 ans, et le chef du Bureau central palestinien de statistique (PCBS) a admis alors que le recensement était, en effet, «une intifada civile» plutôt qu'une étude scientifique. En 2011, le Bureau a tenté de corriger cette déformation flagrante, affirmant que 2,6 millions d'Arabes palestiniens habitent la Judée et la Samarie.

 

Mais le démographe israélien Yoram Ettinger a contesté ces chiffres, affirmant qu'ils sont surestimés le nombre réel des Arabes là-bas ne représente pas plus que 66%. Il a expliqué que le compte total des PCBS est de 400.000 Palestiniens vivant à l'étranger, et prend en double-compte les 240.000 Arabes de Jérusalem. Le bureau a également sous-estimé l'émigration palestinienne.

 

En 2014, l'UNRWA est venue avec le chiffre de 5 millions de réfugiés palestiniens vivant à Gaza, en Judée - Samarie, en Jordanie, en Syrie et au Liban, et les États-Unis ont répondu en fournissant des centaines de millions de dollars pour les programmes de services sociaux de santé de l'UNRWA, et de l'éducation.

 

«L'UNRWA est en passe de devenir un programme de droit du Moyen-Orient, et le désir est d'accroître la transparence sur les personnes qui sont en fait des réfugiés pertinents à ce conflit, a déclaré un assistant du Sénat hautement familier avec la langue de Wilner, ce qui suggère le nouveau projet de loi qui est au coeur du débat sur le financement de l'UNRWA ».

 

Les Républicains dans les deux Chambres ont lancé des efforts parallèles pour obliger le Département d'Etat à aller au dossier de qui se qualifie d'être un «réfugié palestinien», et la version combinée de la loi, une fois adoptée, forcera le Secrétaire d'Etat à fournir " une justification pourquoi il est dans l'intérêt national des États-Unis de fournir des fonds à l'UNRWA ".

 

La langue du projet de loi poursuit: «Une telle justification doit inclure une analyse de la définition actuelle des réfugiés palestiniens qui est utilisé par l'UNRWA, comment cette définition correspond, ou diffère, de celui utilisé par le HCR, d'autres agences de l'ONU, et du Gouvernement des États-Unis, et si cette définition favorise les perspectives d'une paix durable dans la région ».

 

Et, naturellement, " le comité ordonne que ce rapport soit affiché sur le site Web du Département d'Etat."

 

Enfin, il convient de noter qu'il existe deux définitions distinctes du terme «réfugié» dans le droit international.

 

Un réfugié, conformément à la Convention des Nations Unies relative au statut des réfugiés, est une personne qui est en dehors de son pays de citoyenneté parce qu'elle a des raisons bien fondées de crainte de persécution en raison de sa race, sa religion, sa nationalité, son appartenance à un groupe social particulier ou de ses opinions politiques, et est incapable d'obtenir le sanctuaire de son pays d'origine ou, du fait de cette crainte, ne veut pas réclamer la protection de ce pays; ou dans le cas de ne pas avoir une nationalité et se trouve hors de son pays de résidence habituelle à la suite d'un tel événement, ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut y retourner dans ce pays de résidence habituelle.

 

Il est rare qu'un statut de réfugié soit prolongé au-delà de la durée de vie du réfugié d'origine, parce que normalement il est prévu que leur progéniture l'aura réglé ailleurs.

 

Pas si en ce qui concerne les réfugiés palestiniens, conformément à la définition de l'UNRWA le terme, comprend les descendants patrilinéaires des originaux "réfugiés palestiniens", limité aux personnes résidant dans les zones de fonctionnement de l'UNRWA, dans les territoires palestiniens, le Liban, la Jordanie et la Syrie.

Repost 0
mordeh'ai
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 17:24

David Lazarus

http://www.israeltoday.co.il/NewsItem/tabid/178/nid/29628/Default.aspx

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

La Knesset a adopté un projet de loi cette semaine visant à protéger les chrétiens arabes qui s'enrôleraient dans l'armée israélienne. La loi, qui comprend une peine de prison prolongée pour toute personne qui tente de dissuader un Arabe chrétien de servir dans l'armée israélienne, est devenu nécessaire face à une vive opposition et aux attaques violentes contre les soldats chrétiens.

 

Une grande partie de l'hostilité envers les soldats chrétiens vient des membres arabes de la Knesset israélienne. Membre de la Knesset Aida Touma-Suliman de la Liste arabe commune a attaqué le projet de loi au cours du débat. "Ils veulent faire glisser la population arabe chrétienne dans le bénévolat pour l'armée qui occupe leur peuple," dit - elle. " Nous allons essayer de proposer à notre jeunesse un chemin qui est la fierté totale et l' honneur, et de ne pas faire partie d'une machine (IDF) qui opprime notre peuple. "

 

Il y a plus de 130.000 citoyens arabes chrétiens en Israël, une source potentielle de recrutement importante pour l'IDF. Cependant, l'enrôlement arabe chrétien a été sévèrement limité principalement en raison des menaces et à l'incitation contre les jeunes chrétiens qui veulent se joindre à l'armée. Cela semble être le changement que le nombre sans précédent de chrétiens qui s'enrôlent.

 

Le Père Gabriel Naddaf, un prêtre grec orthodoxe qui a plaidé en faveur d'un lien fort avec Israël et le service militaire pour les Arabes chrétiens, a également été menacé de violence, et même de mort. Son fils agé de 17 ans a été attaqué à Nazareth. L'attaquant a été identifié comme un militant du parti arabe Hadash à la Knesset d'Israël. D'autres députés arabes ont également condamné Naddaf, en l'appelant " un agent du sionisme qui cherche à diviser les Arabes."

 

Les membres arabes de la Knesset présents lors des discussions sur un projet de loi finalement conçu pour mettre fin à l'intimidation contre les compatriotes arabes (quoique chrétiens) étaient extrêmement vocale dans leur opposition. MK Talab Abu Arar de la Liste arabe commune dit le plénum, ​​" comme un bédouin arabe, appelle tous les soldats bédouins arabes à jeter leurs uniformes ... et revenir à la lutte contre les politiques racistes ( de l'armée israélienne ) contre les Arabes en général et contre les Bédouins dans le Néguev en particulier ".

 

Ce fut une décision audacieuse et dangereuse pour le gouvernement israélien que d' encourager les chrétiens arabes à s'enrôler dans l'armée israélienne. Maintenant que le gouvernement a adopté un projet de loi mettant en place les protections juridiques pour les chrétiens arabes qui veulent servir dans l'armée, un message clair a été envoyé aux agitateurs qui attisent la violence entre Juifs et Arabes dans le pays - ils seront punis.

 

Notre prière est que ce message courageux contribuera à une plus grande intégration et coopération entre les nombreux Juifs et  Arabes qui veulent vivre ensemble, et servir ensemble, leur pays - Israël.

Repost 0
mordeh'ai
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 11:05

Par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/2016/07/some-people-just-cant-be-helped/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Lorsque les sionistes ont commencé à construire le Yishouv , l'entreprise qui allait devenir l'Etat juif, ils ont dû développer une économie, un système politique, une armée pour la défense, un système juridique, un système éducatif, un réseau de transport, un service postal, et d' innombrables autres choses. Ils ont obtenu de l'aide, d'abord par de riches bienfaiteurs comme Montefiore et Rothschild, et plus tard - quand ils ont eu besoin de réinstaller sur des centaines de milliers de réfugiés souvent sans le sou de l'Holocauste et, plus tard, venant du monde musulman - à partir des appels de dons organisés dans la Diaspora. Par une disposition très controversée, les survivants de l'Holocauste en Israël ont reçu des milliards au titre des réparations par l'Allemagne (l'Etat d'Israël a également reçu plusieurs centaines de millions).

 

Les Juifs ont créé des entreprises coopératives dans tous les domaines économiques qui leur ont permis de se tirer vers le haut améliorant leur sort, et ce en dépit d'une guerre d'indépendance dans laquelle ils ont perdu 1% de leur population, et de l'immigration massive. Plus tard, ils ont surpris le monde en battant à plusieurs reprises leurs plus nombreux ennemis, et peu à peu ont transformé leur économie en un modèle plus entrepreneurial. Aujourd'hui Israël, malgré les défis, est un succès remarquable, économiquement, socialement et culturellement. Pas parfait, mais toujours un succès remarquable.

 

Malgré ce que les gens pensent, Israël ne reçoit pas d'aide non-militaire des États-Unis, et que des quantités modestes d'argent provenant des organismes de bienfaisance de la diaspora. En effet, beaucoup d'Israéliens pensent que nous pouvons et devons mettre fin à l'aide militaire, qui liée à de nombreuses contraintes.

 

Maintenant, interressons nous à un autre groupe qui aspire apparemment à un état - les «Palestiniens».

 

Prenez la bande de Gaza, avec 1,8 millions d' habitants, 72% d'entre eux ont le statut de réfugié, les pupilles de l'aide internationale. Il n'y a pas d' économie à proprement parler, sauf celle créée par l'UNRWA qui alimente et éduque sa population avec des fonds fournis principalement par les États-Unis et l'Europe, le Hamas, qui fabrique des fusées, creuse des tunnels d'attaque et se prépare à la guerre.

 

Cette population croît rapidement; elle devrait atteindre 2,1 millions d'ici à 2020, avec un taux de fécondité de 4,2 enfants par femme (une estimation prudente). A titre de comparaison, le taux de fécondité parmi les Arabes en Judée-Samarie n'est seulement que de 2,8. 21% des habitants de Gaza ont entre 15 et 24 ans , et 64% moins de 25 ans.

 

Cette énorme " explosion de la jeunesse " combinée à un manque d'emploi, est une garantie de la poursuite de la violence . Elle est payée par l'Occident, au travers les politiques de protection de l' UNRWA, incitant les habitants de Gaza à avoir des enfants. Les coûts sociaux pour les Palestiniens augmentent chaque année, au rythme de la population.

 

L'Occident s'est le complice des exigences arabes pour empêcher toute réinstallation des «réfugiés palestiniens» et l'ONU a accordé le statut de réfugié à toute personne qui a vécu dans le pré-état palestinien au moins deux ans - et à tous leurs descendants en perpetuum , ce qui n'est fait pour aucune autre population réfugiée. 99% des employés de l'UNRWA sont des Palestiniens, et le programme d'études dans les écoles de l' UNRWA vise à maintenir en vie le récit de la dépossession arabe et le déshonneur qui alimente le conflit. L'UNRWA n'améliore pas le conflit, elle le nourrit.

 

Considérons également les Arabes de Judée et de Samarie, la grande majorité d'entre eux vivent sous le contrôle de l'Autorité palestinienne. L'Autorité, comme l'UNRWA, est totalement dépendante de l'argent américain et européen. L'Autorité consomme plus de 1 milliard $ par année , elle reçoit. La corruption de ses multiples « forces de sécurité » (qui parfois se livrent au terrorisme ). Elle a également décaissé de gros paiements aux familles des prisonniers dans les prisons israéliennes pour des infractions à la sécurité et aux familles des «martyrs», y compris les exécutants d'attentats-suicides. L'Autorité palestinienne et ses médias officiels continuent d'inciter à la violence et à l'assassinat des Juifs, et de traiter lesterroristes comme des héros.

 

Les grands monopoles, comme le ciment et les télécommunications sont entre les mains des initiés de l'Autorité. La criminalité est rampante et l'activité économique est paralysée.

 

Israël et les Palestiniens ont reçu des injections de capitaux de l'étranger. Israël les a utilisé pour aider à construire l'infrastructure d'un Etat, et à faire de ses réfugiés des citoyens productifs. Les dirigeants arabes palestiniens ont détourné une grande partie de l'argent, nourri la haine de leur peuple et ont créé une classe permanente de réfugiés apatrides comme une armée pour combattre Israël. En effet, même si un Etat palestinien est créé dans les territoires, les réfugiés ne seraient pas les bienvenus, parce que , selon le dogme palestinien, la seule façon d'arrêter d'être un réfugié c'est le «retour» à «votre maison» en Israël!

 

Lorsque la communauté internationale a donné de l'argent aux Palestiniens pour la construction d'infrastructures comme les usines de traitement des déchets ou de centrales électriques, au lieu de cela ils ont construit des maisons pour les responsables de l'AP et du Hamas. Le Hamas a pris le ciment pour la reconstruction des maisons après la dernière guerre et l'a utilisé à la ligne de dépense pour des tunnels d'attaque. Le seul domaine dans lequel il a montré toute initiative devient l'attention qu'il a à tuer des gens..

 

Voyez-vous la différence ici? Les Juifs voulaient vraiment un Etat. Ils étaient prêts à se sacrifier et lutter pour lui. Ils ont profité de l'aide qui était disponible et l'ont utilisé pour construire quelque chose. Les Arabes n'ont même pas essayer. Tout ce qu'ils veulent c'est détruire notre Etat.

 

Les «Palestiniens» n'ont contribué à rien au monde sauf au terrorisme violent, car il y a 60 ans ils se sont inventés pour s'opposer à la souveraineté juive. Il est temps de commencer le sevrage de l'aide sociale. Si ils peuvent changer les coups de couteau en construction de l'Etat, ce devrait aller. Dans tous les cas, le monde ne peut pas se permettre de continuer à les nourrir.

Repost 0
mordeh'ai
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 06:10

Par Adam Eliyahu Berkowitz 

http://www.breakingisraelnews.com/71880/unusual-activity-sparks-confusion-idf-tanks-bulldozers-roll-golan-syria-border/#7mxLOPSGQdKR0yPg.99

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

IDF soldiers from the Nahal Brigade operating in Gaza during Operation Protective Edge. (Photo: IDF)

Pour la première fois depuis la guerre civile syrienne qui a commencé il y a six ans, l'armée israélienne qui est censée oeuvrer avec des chars et de lourds bulldozers à l' intérieur de la zone démilitarisée (DMZ) séparant Israël de la Syrie sur les hauteurs du Golan indique une fin dangereuse à la longue période de calme relatif à la frontière nord du pays.

Sputnik Nouvelles , un site de nouvelles multi-langue, a rapporté que l'armée israélienne opérait dans la région entre Quneitra en Syrie et Ein Zivan en Israël. Cette zone a été désignée en 1974 comme une zone démilitarisée officiellement sous le contrôle de la Force des Nations Unies chargée d'observer le désarmement (FNUOD) et l'administration civile syrienne, selon l'accord de 1974 d'armistice. La zone est de 10 kilomètres de profondeur de chaque côté et aucun  missile sol-air ne peut être déployé à l'intérieur d' un rayon de la DMZ (zone démilitarisée) de25km.

L'équipement lourd vu approchant de la zone préparait une zone militarisée divisant les frontières du Golan israélien et syrien, selon Debka , un site de renseignement militaire israélien basé à JérusalemLa machine est là pour construire une ligne de fortifications et des tranchées antichars 300-500 mètres à l' intérieur de la zone démilitarisée. Aucune altercation n'a été signalée.

Debka a également signalé des «mouvements israéliens inhabituels de la Force aérienne sur la Syrie et sur le Liban, et la préparation était élevée».

Etant donné que cette semaine marque le 10e anniversaire de la Seconde Guerre du Liban où se sont battus le Hezbollah et Israël, le site en question rapporte une activité accrue du groupe terroriste.

"Le Hezbollah qui s'est abstenu de célébrer [l'anniversaire de la guerre] et qui n'a pas prononcé ses fanfaronnades habituelles pour une « grande victoire », intensifiant ainsi le sens dans les milieux militaires israéliens que le proxy libanais de l'Iran pouvait concocter une opération surprise", a noté Debka.

Le site a ajouté qu'il n'y a pas eu de plaintes ou de protestations de la part du président syrien Bachar al-Assad à propos de l'activité militaire israélienne sur sa frontière, ce lien peut aussi être un mauvais présage.

"Le silence de Damas sur les mesures militaires israéliennes sur le Golan peut-être pris comme un sursis de la part du dirigeant syrien attendant l'approbation commune de Téhéran et de l'alliance syrienne-iranienne-Hezbollah neutralisation," c'est une des conjectures du site Debka.

Bien que toujours considérés comme des ennemis, il n'y a pas eu de confrontations militaires entre Israël et la Syrie depuis la guerre de Kippour en 1974, ce qui en fait l'accord permanent techniquement le plus long entre l'Etat juif et un voisin arabe. Toutefois, l'accord mutuel a été sur un terrain glissant depuis Septembre 2014 lorsque Al-Nusra affilié à Al-Qaïda a envahi le site Quneitra sur la frontière israélienne occupé par les forces gouvernementales syriennes   dans le cadre de la guerre civile en Syrie brouillant les cartes depuis ce temps.

Israël a jusqu'ici surtout réussi à rester en dehors du conflit désordonné de l'autre côté de la frontière, depuis que la guerre qui a commencé en 2011. Il n'y a eu que quelques cas de projectiles qui ont "débordé" de la guerre inter-arabe en Syrie et sont tombés côté israelien, l'Armée de l' Air israélienne a mené occasionnellement des frappes aériennes sur des convois transportant des roquettes à partir de la Syrie au Hezbollah au Liban.

Repost 0
mordeh'ai
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 20:12

Par Herb Keinon

http://www.jpost.com/Arab-Israeli-Conflict/Palestinian-pre-conditions-for-Cairo-summit-a-non-starter-official-says-460316  

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est prêt à aller partout pour rencontrer le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à négocier, mais le cadre des conditions préalables à ces pourparlers sont vouées à un échec, une source gouvernementale l'a déclaré mercredi au milieu des spéculations d'un sommet à quatre voies au Caire. L'idée d'un sommet organisé par les Egyptiens qui inclurait Netanyahu, Abbas, le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi et leroi de Jordanie Abdullah a gagné en crédibilité après deux réunions surprise dimanche à Jérusalem entre Netanyahu et le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry. Shokry qui a visité Ramallah le 29 Juin, et selon un rapport fait à Walla, il définit une liste de demandes qui sont des conditions préalables à un tel sommet: un gel de la colonisation, un calendrier ferme pour les négociations et un pré-accord israélien que les lignes de 1967 serviront de base aux négociations.

 

Un responsable du gouvernement israélien a exprimé son scepticisme que les Palestiniens se joindraient à un sommet du Caire, et a dit que les conditions étaient un moyen d'éviter les négociations. "Je perçois le sentiment que les Palestiniens ne vont pas aller aux négociations", a-t-il dit. " Ils vont fuir comme ils l'ont dans le passé si elle devient réelle."  Abbas, selon une source de l'Autorité, devrait rencontrer un responsable égyptien en début de la semaine prochaine au sommet de l'Union africaine qui se tiendra au Rwanda et discutera de l'initiative. Sans élaborer, la source de l'Autorité a dit quelques "étapes" peuvent être prises après la réunion. Le fonctionnaire a laissé entendre que c'était aux Égyptiens, et non à Israël ou à l'Autorité palestinienne, de faire les préparatifs du sommet.

 

Pendant ce temps, l'envoyé de l' ONU Nickolay Mladenov a déclaré dans une interview à Reuters qu'une solution à deux Etats " est peut-être la plus éloignée, elle n'a jamais été aussi loin, et en fait , c'est vraiment pire que cela .elle s'est dérobait en ce moment même pendant que nous parlions".  Il a cité, comme l'a fait le rapport du Quatuor sur le processus de paix au Moyen-Orient publié le 1er Juillet, la construction de colonies et de la violence palestinienne et l' incitation que parmi les obstacles les plus troublants.  Mladenov a déclaré :" Il est temps pour la communauté internationale et les dirigeants des deux côtés de se réveiller " . " La seule alternative [à une solution à deux Etats] que je vois c'est de la violence perpétuelle ici , en Israël et en Palestine et emmêlant ce conflit avec ​​des problèmes plus larges de la région", a-t- il poursuivi.

 

Tout en affirmant qu'il était nécessaire de revenir à des négociations directes, Mladenov a déclaré qu'il serait «proche de l'utopie» que de dire qu'elles étaient immédiatement en perspective. " L'effondrement de la confiance a été vraiment dramatique" , a-t-il dit.

 

 Il a cité, aussi bien que le rapport de Quatuor sur le processus de paix du Moyen-Orient libéré le 1 juillet, la construction de règlement et la violence palestinienne et l'incitation comme parmi la plupart des obstacles s'inquiétant.

 

“Il est temps pour la communauté internationale et le leadership des deux côtés de se réveiller”, a dit Mladenov.

Repost 0
mordeh'ai
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 10:45

Par Alan Dershowitz

http://www.algemeiner.com/2016/07/13/alan-dershowitz-whom-do-bigots-blame-for-police-shootings-in-america-israel-of-course/#

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

Le logo pour les étudiants pour la justice en Palestine.  Dershowitz a fait valoir: «bigots SJP ne peuvent pas aider, mais exploiter les décès d'Américains innocents pour faire avancer leur propre agenda politique antisémite."  Photo: Capture d'écran.

Le logo pour les étudiants pour la justice en Palestine. Photo: Capture d'écran.

En réponse à la mort tragique de Philando Castille - et Alton Sterling aux mains des officiers de police dans le Minnesota et de la Louisiane, l'Université de New York chapitre des Étudiants pour laJustice en Palestine ( "SJP") a tweeté ce qui suit:

 

Au cours des dernières 48 heures deux autres hommes noirs ont été lynchés par la police .... Nous devons nous rappeler que de nombreux services de police américains s'entraînent avec #IsraeliDefenceForces. Les mêmes forces qui sont derrière le génocide des Noirs en Amérique sont derrière le génocide des Palestiniens. Ce que cela signifie c'est que les Palestiniens doivent se tenir avec nos camarades noirs. Nous devons lutter pour leur libération. elle est aussi importante que la nôtre. #AltonSterling Elle est aussi importante que #AliDawabsheh.la libération de la Palestine et la libération des Noirs vont de pair. Nous devons reconnaître cela et nous engager à la construire.

 

Même dans les moments de deuil national comme ceux-ci, les exaltés et les bigots des SJP ne peuvent pas aider, mais exploitent les décès d'Américains innocents pour faire avancer leur propre agenda politique antisémite, à savoir délégitimer et diaboliser l'Etat-nation du peuple juif.

 

En impliquant Israël dans ces meurtres, le SJP est engagé dans le vieux trope de blâmer les Juifs pour les problèmes sociaux systémiques, et de grande portée. Cette pratique antisémite a été utilisé par certaines communautés chrétiennes pour blâmer les Juifs pour les pestes, les empoisonnements et les meurtres; elle était antisémite quand les nazis l'ont utilisé pour blâmer les Juifs pour l'économie allemande; et elle est encore aujourd'hui antisémite. Il n'y a pas plus de preuves que l'un des policiers qui a tué M. Castille et M. Sterling a été, en fait, formé en Israël qu'il n'y avait que les Juifs qui étaient responsables de l'un ou des autres crimes qui ont formé la base de diffamations de sang traditionnelles.

 

L'oppression des Noirs américains est antérieure à la fondation de l'Etat d'Israël; contrairement aux allégations du SJP et des groupes aux vues similaires, le sionisme n'a pas engendré le racisme, ni le sionisme n'est le reflet du racisme. Il est le mouvement de libération nationale du peuple juif. Mais la logique tordue de la part de la SJP ne devrait donc pas être surprenante, étant donné que la même organisation a blâmé le sionisme pour lahausse des frais de scolarité à l'Université de New York du système collégial. L'essence de l' antisémitisme est la revendication bigote que s'il y a un problème, alors ce sont les Juifs - et maintenant ce sont les sionistes - qui doivent en être sa cause.

 

Pour traiter les causes structurelles du racisme aux États-Unis cela prendra plus de boucs émissaires qu'Israël - il faudra une action législative de grande envergure dont notre Congrès actuel semble incapable. En morphing la discussion sur la réforme de la justice pénale et le racisme systémique aux États-Unis dans une polémique contre Israël, le SJP fait des progrès encore plus difficile.

 

Cela dit, la réaction du SJP est le reflet d'une tendance plus large dans la politique de la gauche radicale. De plus en plus, des groupes tels que Black Lives Matter, MoveOn, Code Pink et Occupy Wall Street ont embrassé l'intersectionnalité - une théorie académique radicale, qui soutient que toutes les formes d'oppression sociale sont inexorablement liées.

 

Ce concept radical a conduit à l'enchaînement des causes de gauche disparates, peu importe comment tiennent leurs connexions. Certains militants féministes intersectionnels, par exemple, insistent pour que les féministes doivent s'opposer aux frappes de drones (et par extension, à Hilary Clinton), car ils ont un impact négatif sur les femmes dans le monde en développement. Encore plus absurde, Jill Stein - le candidat du Parti Vert pour la présidentielle - est sorti en faveur du Boycott Désinvestissement Sanctions mouvement qui s'acharne contre Israël, en partie parce que le soutien à Israël de promouvoir les intérêts du complexe militaro-industriel et, par extension, l'industrie des combustibles fossiles.

 

Ces militants qui n'embrassent pas suffisamment la nouvelle orthodoxie intersectionnelle, en attendant, ils ont été ciblé par des manifestations: le défilé 2016 Gay Pride à Toronto, par exemple, a été brisé par Black Lives Matter pour inclure un déchainement contre la police , et pour ne pas suffisamment donner la priorité aux préoccupations des femmes trans-noirs. De même, un événement des droits des homosexuels à Chicago a été brisé par des activistes qui ont insisté sur l'exclusion d'une organisation israélienne qui, selon eux a coopté l'ordre du jour des droits des homosexuels et du "pinkwashing" aux crimes israéliens contre les Palestiniens.

 

L'Intersectionnalité semble être la conduite des militants d'extrême gauche, vers une vision du monde " Aucun vrai Scotsman": (Aucun vrai Scotsman est une erreur informelle , une ad hoc pour tenter de conserver une assertion irraisonnée.de plus en plus, ils insistent sur un ensemble de causes de gauche sans rapport qui doit être adopté par toute personne qui prétend avoir l'étiquette progressiste - y compris la diabolisation d'Israël en tant que raciste, Etat d'apartheid.

 

Peut-être, plus inquiétant, l'intersectionnalité tend vers la conclusion que le système social, politique et économique actuel est vicié par tant de manières profondes, que toute tentative de le refaire par des moyens démocratiques est inacceptable. Les militants sont devenus de plus en plus obsédé par "Shut it Down" tactiques de protestation, et un fier politique de "d'irrespectabilité," qui privilégie la résistance à un "corrompu", système socio-économique  "truqué" sur le discours respectueux et un compromis politique.

 

Ceci aide à expliquer l'attitude sympathique des militants noirs Lives Matter vers des groupes tels que le Hamas, qui embrasse la terreur comme mode de résistance contre Israël. En effet, les militants noirs Lives Matter ont visité Gaza pour exprimer leur solidarité avec les Palestiniens opprimés par les soi-disant mesures d'auto-défense israéliennes racistes. Alors que Blacks Lives Matter prétend désavouer la violence dans la sécurisation de ses objectifs politiques, beaucoup de ses plus éminents membres sont beaucoup plus désireux de critiquer le « génocide des Palestiniens par les israéliens » que de critiquer le Hamas pour l'utilisation de fusées pour cibler les civils israéliens. Blacks Lives Matter et d' autres groupes de la gauche radicale ont été remarquablement silencieux sur les autres groupes ethniques opprimés, comme les Tibétains, les Tchétchènes et les Kurdes. Les seuls «oppresseurs» présumés qu'ils singularisent d'une condamnation sont les Juifs. Ce double standard soulève des questions légitimes sur leurs véritables motivations.

 

En outre, la confusion des actions de police dans les villes américaines avec des actions militaires israéliennes à Gaza soulève une question troublante: si la soi-disant oppression des Palestiniens à Gaza et l'oppression des gens de couleur aux États-Unis sont les deux faces d'une même médaille - comme SJP l'implicite dans son bip - ce sont les tactiques de résistance violentes employées par le Hamas, et paradoxalement soutenues par beaucoup sur la-gauche, un modèle approprié pour feindre aux États-Unis? On espère que la réponse est non , et que les radicaux intersectionalistes vont le dire clairement à leurs disciples.

Repost 0
mordeh'ai
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 07:09

Par Isi Leibler                                                                                   hebrew_buttonredo

http://wordfromjerusalem.com/no-permanent-allies-or-enemies-only-permanent-interests/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Dans de nombreux cas, l'ennemi de notre ennemi a des intérêts communs avec nous. Mais cela ne signifie pas que l'ennemi de notre ennemi est nécessairement un ami permanent.

 

Netanyahu and Putin

 

Conscient que le président Erdogan reste un islamiste agressif et recèle sans doute autant d'amour pour les Israéliens comme nous le faisons pour lui, le gouvernement a été vivement critiqué pour les concessions désagréables qu'il accordait afin de rétablir les relations économiques et diplomatiques avec la Turquie.

 

La réalité est que nous sommes devenus de plus en plus conscients que les alliances ne sont pas fondées exclusivement sur des valeurs ou des sentiments d'amitié partagés. De toute évidence, un patrimoine Judéo-chrétien partagé est un atout majeur, comme en témoigne l'amour pour Israël partagé par les chrétiens évangéliques aux Etats-Unis qui est devenu un facteur important empêchant l'administration Obama d'abandonner Israël afin de s'attirer les faveurs des États islamiques.

 

En revanche, l'absence d'un élément fort pro-israélien en Europe, a facilité les approches de plus en plus hostiles de l'Union européenne envers Israël.

 

Le sol européen est imprégné du sang juif de la période nazie, aidés et encouragés dans la plupart des cas par des collaborateurs locaux. Aujourd'hui, l'Europe fait face à une attaque à la fois interne et externe de l'intégrisme islamique qui met en difficulté son ordre social. À la ligne de front de la bataille contre le terrorisme islamique il y a Israël, une oasis de démocratie et de stabilité dans une région dominée par la barbarie qui rappelle l'âge des ténèbres.

 

Pourtant, malgré les appels hypocrites à la paix, l'Europe reste passive comme les campagnes de la communauté mondiale à majorité musulmane à délégitimer et diaboliser l'Etat juif. L'UE a appliqué une équivalence morale à l'auto-défense d'Israël et du régime palestinien criminel qui incite et sanctifie les tueurs. Elle a cherché à faire pression sur Israël d'accepter les frontières indéfendables et d'orchestrer les efforts pour forcer Israël à fournir unilatéralement de nouvelles concessions qui pourraient mettre en péril son existence.

 

Dans ce contexte Brexit peut remédier à la situation en affaiblissant le contrôle des bureaucrates post-modernistes de l'UE, dont beaucoup considèrent tout État-nation et en particulier Israël, comme des vestiges d'une époque révolue du nationalisme et de l'impérialisme. Ils sont également sans aucun doute maintenant face à leurs propres problèmes nationalistes.

 

Le gouvernement Netanyahu se déplace loin de ce qui était jusque-là la dépendance presque totale aux États-Unis et cherche à renforcer les relations avec d'autres pays. Ces efforts ont été accéléré par des tentatives non déguisées de l'administration Obama pour créer la lumière du jour dans sa relation avec Israël afin d'apaiser les Etats musulmans hostiles à Israël, en particulier l'état terroriste iranien.

 

Aujourd'hui, Israël se félicite des alliances fondées sur des intérêts économiques, politiques ou de défense pragmatiques mutuels. La Turquie entre dans cette catégorie comme un certain nombre de pays arabes menacés d'ISIS et ou par l'hégémonie iranienne. L'Arabie Saoudite (et les Etats du Golfe), actuellement au moins, sont prêts à bénéficier secrètement d'une présence militaire israélienne dans la région. Mais nous devons nous faire aucune illusion.Depuis des générations, les Saoudiens, comme les habitants de la plupart des Etats arabes, ont été exposé à l'endoctrinement antisémite intensif - à la fois religieux et politique. Les enseignements religieux wahhabites continuent de promouvoir d'obscènes stéréotypes des Juifs de style nazi et les mollahs disent à leurs disciples que nous sommes les descendants directs de singes et de porcs.

 

Pourtant, étonnamment, dans le sillage d'un gouvernement des Frères musulmans qui a échoué, aujourd'hui, nous trouvons le partage d'intérêts communs avec l'Egypte dans la lutte contre ISIS et de l'extrémisme dans la péninsule du Sinaï, qui comprend également le Hamas. Compte tenu de l'anti-sémitisme amer qui imprégnait la société égyptienne, il est une situation remarquable pour le président égyptien Sissi à appeler pour l'éradication du fondamentalisme islamique et l'extrémisme dans le dialogue religieux et cette semaine son ministre des Affaires étrangères a rencontré Netanyahu à Jérusalem. Mais il ne faut pas se leurrer que Sissi est devenu un Sissi un amant de Sion.

 

Ces développements nécessitent un jonglage constant. Par exemple, Israël a créé des relations mutuelles fondées sur les intérêts avec les Grecs et les Chypriotes qui s'étaient précédemment amèrement opposées à nous et nous devons essayer de conserver ces liens malgré notre nouvelle relation avec la Turquie.

 

Notre plus extraordinaire relation, éblouissante celle avec les Russes. Qui aurait pu imaginer qu'un ancien officier du KGB, aujourd'hui président de la Russie tiendrait davantage de réunions annuelles avec le Premier ministre israélien que le président américain? Et que ce président russe parlerait en termes attachants au sujet des Juifs dans son pays et son admiration pour Israël? L'arrangement entre la Russie et Israël depuis leur implication dans le bain de sang au Moyen-Orient aux frontières d'Israël, est sans précédent et extraordinaire. Mais en dépit de ce qui semble être une véritable affinité entre le président Poutine et Israël, si ce ne sont les intérêts mutuels des conflits actuels, nous ne devrions nous faire aucune illusion.

 

Nous avons également fait des progrès importants dans nos relations avec les deux superpuissances émergentes l'Inde et la Chine ainsi que d'autres pays d'Asie du Sud-Est et la visite de Netanyahu en Afrique la semaine dernière a été un grand succès. Nous devons maintenant nous concentrer pour persuader ces pays d'étendre la coopération économique à la politique et les convaincre de cesser de voter contre nous sur les sites internationaux biaisés telles que l'ONU actuellement partiale et hostile.

 

Pour résumer, voici un nouveau jeu de balle et nous devons avancer avec prudence et aucune illusion.

 

Nos regards sont toujours tournés vers les Etats-Unis comme notre principal allié, mais on ne peut pas éviter de partager nos préoccupations profondes avec les deux candidats à la présidence. Hillary Clinton sera redevable à un Parti Démocrate radicalisé qui appelle à un Etat palestinien sans qualification malgré le fait que l'Autorité palestinienne loue et sanctifie les plus cruels attentats terroristes.

 

Donald Trump reste un peu une énigme et, si il est élu, qui peut prédire quelle direction il proposera. Netanyahu peut être dit avoir fait sienne la philosophie de Lord Palmerstone "Nous n'avons pas d'alliés éternels et nous n'avons pas d'ennemis perpétuels. Nos intérêts sont éternels et perpétuels, et ces intérêts, il est de notre devoir de les suivre ".

 

Notre relation est basée sur le fait que dans de nombreux cas, l'ennemi de notre ennemi a des intérêts communs avec nous. Mais cela ne signifie pas que l'ennemi de notre ennemi est nécessairement un ami permanent.

 

Dans ce contexte Netanyahu a employé la diplomatie sophistiquée, en conservant les restes de l'érosion des alliances traditionnelles, mais cherche vigoureusement à étendre les relations diplomatiques d'Israël à des niveaux plus larges.Pour maximiser cela, il doit également renforcer notre Ministère des Affaires étrangères malade  et de veiller à ce que seuls les diplomates de qualité supérieure servent y soient envoyés. Aujourd'hui, nous avons un certain nombre de diplomates en circulation servant simultanément avec le personnel le plus effroyablement mal adapté pour nous représenter dans des endroits critiques.

 

Pour l'avenir proche de nombreux Etats arabes vont probablement rester nos ennemis acharnés. Mais il y a eu des occasions historiques lorsque des alliances fondées sur la Realpolitik ont conduit à surmonter depuis longtemps des tensions ethniques comme ce fut le cas entre l'Allemagne et la France. Je reste un éternel optimiste et pense que le jour viendra où nos voisins vont se réconcilier avec notre existence et nos petits-enfants vont vivre en harmonie avec eux.

 

La réalité est que Israël aujourd'hui est indépendamment fort et capable de résister à des pressions mondiales. Les États-Unis demeurent nos alliés les plus importants et le seul pays où sont partagées les traditions et l'impact des relations n'influent pas sur la politique étrangère et ont empêché des éléments anti-israéliens de nous abandonner. Ironie du sort, si nous réussissons dans notre politique actuelle de l'élargissement des relations et de devenons encore plus indépendant, il va vraiment falloir renforcer nos relations avec les Américains.

Repost 0
mordeh'ai