Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 15:41

Par Adam Eliyahu Berkowitz

http://www.breakingisraelnews.com/65272/obamas-hatred-for-israel-part-of-gog-and-magog-prophecy-jewish-world/#hIlgJPe5gBA96jok.99

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

(BreakingIsraelNews)

Le mois dernier, le président américain Barack Obama a rejeté le blâme de l'échec des initiatives de paix au Moyen-Orient sur le succès économique de l'Etat juif, en disant: " Parce que la société israélienne a eu un tel succès sur le plan économique, elle a été je pense  moins disposée à faire des concessions à partir de cette position de force."

 

En parlant à un des jeunes leaders de l'Initiative pour les Amériques lors d' une réunion de la mairie de Buenos Aires, Argentine, le mois dernier, Obama a expliqué pourquoi le phénomène de la prospérité d'Israël était le plus grand obstacle à des négociations entre les Palestiniens et Israël.

 

" Si [ le Premier ministre] Netanyahu veut la paix, il a à faire des concessions pour créer un Etat palestinien. Mais il doit être élu, et il pense à lui - même, si je fais cette concession, alors quelqu'un dans mon parti, le Likoud, peut me contester ", a-t-il dit.

 

L'Organisation sioniste d'Amérique (ZOA) a appelé cette déclaration " un canard antisémite absurde - qui dangereusement (et faussement) implique que la « paix » sera à craindre si les Etats - Unis affaiblissent Israël économiquement". ZOA a suggéré que ce fut la stratégie derrière plusieurs politiques récentes de l'administration Obama, en donnant comme exemples l'émission par les États - Unis d'une obligation anti-israelienne d'étiquetage dans son attaque de Janvier et celle d'Obama contre un projet de loi sur le commerce d'une section pro-Israëlienne bipartisanne en Février.

 

Contrer sa propre logique dans le même discours à Buenos Aires, Obama a affirmé que la faiblesse économique nécessaire aux Israéliens afin de faire des progrès dans les négociations était un obstacle pour les Palestiniens.

 

"Les Palestiniens , en raison de la faiblesse économique, n'ont pas la cohésion politique et de l' organisationpour entamer des négociations et se sentir comme s'ils peuvent obtenir ce dont ils ont besoin", a déclaré le président.

 

Les commentaires d'Obama étaient prévus par les sages de la Torah dans le cadre du processus Messianique.

 

Dans sa prophétie sur les jours qui ont précédé la guerre de Gog et Magog , Ezéchiel a prédit que les ennemis se soulèveraient contre Israël après leur retour de diaspora, l'attaqueraient pour sa réussite économique.

 

" J'irai prendre le butin et me livrerai au pillage, je porterai la main sur des ruines

qui sont maintenant habitées, sur un peuple rassemblé au milieu des nations,

Ayant du bétail et des propriétés, Et occupant les milieux élevés du pays."

Ezéchiel 38:12 

 

Le Malbim Meïr Leibush ben Yehiel Michel Wisser , est un rabbin russe un érudit de la Torah du 19ème siècle, qui a expliqué ce verset.

 

 

" Chacun (des habitants de la Terre d'Israël) deviendra un commerçant, en faisant du commerce là jusqu'à ce qu'il se multiplie considérablement, jusqu'à ce qu'ils s'assoient au centre (le cordon ombilical) de la terre et deviennent l'axe commercial de toutes les nations, jusqu'à ce que les autres nations viennent pour annuler ce commerce qu'ils prétendent être préjudiciable au monde"..

Dans une économie mondiale, le succès de chaque pays dépend du fort potentiel de ses partenaires. Le Malbim a noté à juste titre que les autres nations qui attaquent Israël pour ses prouesses financières ressemblent à un fœtus dans l'utérus attaquant le cordon ombilical qui le raccorde à la source de sa subsistance.

Repost 0
mordeh'ai
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 21:49

L'Iran provocateur obtient plus de la part d'Obama

 

Par Dr Majid Rafizadeh

http://www.frontpagemag.com/fpm/262415/mullahs-plan-hit-israel-dr-majid-rafizadeh

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Par son agression flagrante et ses attitudes provocatrices, l'Etat islamiste d'Iran a atteint un niveau sans précédent.

 

Après l'accord nucléaire, et les politiques d'apaisement d'Obama envers l'Iran, les islamistes au pouvoir du pays sont devenus très présents publiquement et tonitruant au sujet de leurs objectifs idéologiques.

 

Plus récemment, l'Agence de Nouvelles Fars, a sorti des nouvelles contrôlées par l'État de la République islamique, a cité le chef d'état-major adjoint, le général de brigade Maassoud Jazzayeri, avertissant les Etats-Unis de rester loin des lignes rouges-dont lune d'elles est celle des missiles balistiques de l'Iran.

 

En outre, le général de brigade Amir Ali Hajizadeh a également été cité par l'agence ISNA déclarant, «La raison pour laquelle nous avons conçu nos missiles d'une portée de 2000 km est d'être en mesure de frapper notre ennemi le régime sioniste à partir d'une distance de sécurité." L'Iran a accru ses missiles balistiques de courte et moyenne portée, et possède actuellement le plus grand stock de missiles balistiques du Moyen - Orient.

 

Mais quelle sera la réponse d'Obama à ces menaces? Très probablement de s'incliner un peu plus saluant les mollahs au pouvoir en Iran et en leur donnant plus de carottes. Les théocrates iraniens ont appris que l'intransigeance marche avec Obama.

 

Il y a une règle simple que si vous récompensez un étudiant ou votre enfant pour l'intimidation et briser les règles, vous encouragerez  son mauvais comportement, qui peut finalement devenir dangereux pour tout le monde. En outre, si vous montrez aux étudiants votre faiblesse comme être prêt à leur donner des points supplémentaires afin qu'ils vous octroient de bons commentaires en fin d'année, ils vont en profiter, ou comme le proverbes persan dit: "ils vont vous traire jusqu'à la fin ".

 

Et ceci est exactement ce que fait l'Iran et comment le président Obama encourage l'agression de la République islamique. Les dirigeants iraniens sont devenus conscients du fait que l'intransigeance fonctionne absolument avec la Maison Blanche, et sont menaçant avec Obama tirant sur l'accord nucléaire qui conduira Obama à offrir plus de concessions aux mollahs.

 

Il y a une règle de base dans la politique de l'Iran et dans la philosophie du chef suprême de l'Iran: les concessions signifient faiblesse. Une fois que quelqu'un vous montre sa faiblesse, il faut accélérer l'obtention de nouvelles concessions de sa part jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien à obtenir de sa part.

 

Voici une chaîne d'événements qui peuvent facilement nous aider à comprendre comment nous sommes arrivés là avec l'Iran. Elle contribue également à prédire comment le président Obama et la Maison Blanche vont réagir à l'agression et aux menaces récentes de l'Iran envers les Etats-Unis et Israël.

 

Lorsque les négociations nucléaires ont été introduites, Obama a annoncé ses termes. Le guide suprême de l'Iran, Khamenei, a donné un discours incendiaire, qui a bousculé les USA. La réponse d'Obama a été l'augmentation du nombre de centrifugeuses à l'Iran et donner à Téhéran plus de poids dans l'enrichissement d'uranium. Obama a également décidé de ne pas inclure des questions telles que les missiles balistiques de l'Iran, les droits de l'homme ou le sort des Américains emprisonnés en Iran au cours de ces négociations.

 

Maintenant Khamenei connaissait le jeu. Il a utilisé une autre tactique habile en délivrant un autre discours menaçant aux Etats-Unis qu'il allait se retirer des négociations si certaines conditions n'étaient pas réunies. La réponse d'Obama a été d'autoriser immédiatement la République islamique à recevoir les allégement des sanctions (y compris la suppression des sanctions du Conseil de sécurité des Nations Unies), avant même que l'Iran termine ses obligations de10 ans. Obama a également donné à l'Iran le feu vert pour devenir un Etat nucléaire en enrichissant l'uranium au niveau qu'il désire, faire tourner autant de centrifugeuses qu'il voulait, et acheter des armes sans limites, après la période des 10 ans.

 

Khamenei et les dirigeants du CGRI voulaient traire la vache avec plus de force, comme dit le proverbe persan. L' Iran a lancé ses missiles balistiques en violation de la JCPOA (CSNU 2231 Annexe II, paragraphe trois), qui stipule que l'Iran ne devrait pas entreprendre toute activité de missiles balistiques "jusqu'à la date de huit ans après le Jour JCPOA d'adoption ou jusqu'à la date à laquelle l'AIEA présentera un rapport confirmant la conclusion élargie, selon la première ".

 

Le président Obama l'a ignoré. L'Iran a lancé plus de missiles balistiques plusieurs fois . Le président Obama a publié une déclaration critiquant superficiellement l'Iran. Khamenei a immédiatement donné son discours de Nowruz envoyant de violentes critiques contre les États-Unis, le «Grand Satan», et ce qui impliquait qu'il allait se retirer de l'accord nucléaire.

 

Pour apaiser les mollahs au pouvoir en Iran, immediatement Obama recula dans ses déclarations en brisant les promesses qu'il avait faites au Congrès quand il essayait d'obtenir son accord nucléaire. En d' autres termes, il se préparait maintenant à donner à l'Iran l' accès à la banque des Etats - Unis et au système financier, et il avait déjà levé les sanctions contre l'Iran qui ne sont pas liées au programme nucléaire, mais à des missiles balistiques de l'Iran, les violations de terrorisme et des droits de l' homme. L' Iran a également été retiré de la liste des pays pour lesquels il existe une interdiction de Voyage, même si il est le sponsor important du terrorisme.

 

les mollahs, l'Iran s'est déjà attaqué publiquement à plusieurs pays de la région directement ou par ses mandataires du Hamas, du Hezbollah, Badr, Kataeb Imam Al Ali, Harakat Al Islam, etc. L'Iran n'a jamais osé être si intransigeant et agressif quand les sanctions du Conseil de sécurité lui étaient imposées. Toutefois, les sanctions sont complètement levées, grâce à Obama.

 

L'Iran a une histoire de plus de 2500 ans et il va sans dire que que les mollahs sont parmi les politiciens les plus rusés. Ils peuvent sentir la faiblesse à de milliers de miles de distance et ils savent comment l'exploiter. La faiblesse d'Obama qui craint sa soi-disant réalisation de la politique étrangère couronnée par l'accord nucléaire qui pourrait se désagréger-a conduit à l'intimidation de l'Iran, et a conduit à sa politique de carottes, mais-pas-de bâton envers Téhéran. Il semble que Obama est en effet porté sur les dossiers marquant superficiellement son nom, tel l'accord nucléaire ou sa visite à Cuba. Mais il ne fait aucun doute que ses soi-disant "réalisations" seront oubliées bientôt. Les choses qui sont importantes sont les vies qui ont été perdues, les violations des droits de l'homme, et l'escalade des conflits régionaux de la part des dirigeants iraniens grâce aux décisions d'Obama.

Repost 0
mordeh'ai
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 17:05

Par Isi Leibler

http://wordfromjerusalem.com/the-united-nations-sanctifies-evil/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

4818368705_d8f96c0518_o

L'Organisation des Nations Unies est un organisme mal dominé par les nations et les tyrannies islamiques.

 

La semaine dernière, le 24 Mars à Genève, le Conseil des droits de l'homme des Nations unies (UNHRC) a conclu sa session en adoptant cinq résolutions condamnant Israël. Ceci fait suite à une série de diffamations de sang accusant le seul pays démocratique, dans une région entourée par la barbarie, de se livrer à une politique d'assassinat délibéré d'enfants palestiniens.    

 

En effet, le Conseil des droits de l'homme a adopté plusieurs résolutions condamnant Israël au cours de la dernière décennie que toutes les résolutions critiquant les autres gouvernements réunis. Ceci, en dépit du fait que les pays menant des accusations portées contre Israël sont eux-mêmes engagés dans d'horribles violations des droits de l'homme. Et malgré le fait qu'en Syrie, voisine d'Israël, des centaines de milliers ont été tué et des millions essayent de fuir le pays devant l'armée du président Bachar Assad et le boucher ISIS  par communautés entières.

 

La réalité est que les Nations Unies, avec ses filiales, se sont transformées en un organisme dominé par les nations islamiques, les tyrannies et les États voyous dont il légitime les politiques.

 

'Freedom House', l'organisme de surveillance indépendant dédié à l'expansion de la liberté et de la démocratie, soutient que 80% des membres du CDH ne sont «pas libres» ou seulement «partiellement libres». Dans ce corps dégénéré, l'Arabie Saoudite a été élu l'année dernière pour présider un pannel des droits humains.

 

Le UNHRC a toujours nommé des rapporteurs anti-israéliens farouchement atermoyants et a commandé de nombreux rapports pour diaboliser Israël et accuser les Forces de défense israéliennes de se livrer à des crimes de guerre.

 

Le mois dernier, il a adopté une résolution boycottant les produits et compilant une liste d' entreprises sur la Ligne verte - clairement une première étape dans le sens de sanctions et une extension du mouvement BDS antisémite mondial.

 

Un point de vue scandaleux similaire est également répandu au sein du Conseil de l'Assemblée générale et de la sécurité des Nations Unies où diabolisant, délégitimant et attribuant tous les malheurs du monde à l'Etat juif rappelant la propagande nazie ou celle du Moyen Age, quand les Juifs ont été tenus responsables de tous les malheurs de l'humanité.

 

Les initiatives de ces efforts visant à diaboliser Israël émanent des États voyous qui dominent l'ONU

 

Quelques exemples:

  • Les représentants du Qatar et de la Libye et de Mouammar Kadhafi ont été présidents de l'Assemblée générale;
  • Un représentant de l'Iran a servi comme vice-président;
  • Le président iranien Hassan Rouhani, qui dirige l'état de terreur la plus virulente du monde, a utilisé l'Assemblée générale pour «condamner le terrorisme» tout en entremêlant ses déclarations avec des remarques antisémites;
  • L'Iran, qui lapide les femmes adultères, a été nommé à la Commission des Nations Unies sur la condition de la femme;
  • La Syrie d'Assad a été élu à une commission de l'UNESCO traitant des droits de l'homme et de la prolifération nucléaire;
  • Aussi récemment qu'en 2010, l'UNHRC a publié un rapport faisant l'éloge du dossier des droits de l'homme en Libye ;
  • Un représentant du Soudan, dont le président est recherché par la Cour pénale internationale pour crimes contre l'humanité, a été élu vice-président du Conseil économique et social, qui régit les droits de l'homme;
  • La Corée du Nord a été élu à la présidence de la Conférence du désarmement;
  • L'UNESCO condamne en permanence Israël et a une seule fois condamné la Syrie, et pourtant la Syrie élue à l'un de ses comités des droits de l'homme.
  • En 2015, l'Organisation mondiale de la santé a eu le culot d'adopter une résolution, présentée par la Syrie, par une majorité de 104 avec 4 contre et 6 abstentions, affirmant absurde qu'Israël " vise la santé des Syriens dans le Golan ... leur injectant des virus pathogènes . " L'OMS n'a jamais porté une seule résolution condamnant tout autre pays.
  •  

D'autres exemples de machinations hypocrites abondent, corrompues et mauvaises de l'ONU

 

Après la défaite du nazisme, les fondateurs de l'Organisation des Nations Unies ont adopté la Déclaration universelle des droits de l'homme. Ils ne prévoyaient pas que l'organisation, qu'ils avaient créé serait ensuite détourné par les dictatures et les tyrannies qui l'exploiteraient comme une plateforme pour promouvoir le mal, y compris l'approbation du génocide.

 

Israël est devenu le canari dans la mine. Deux décennies après avoir approuvé la création de l'Etat d'Israël, l'ONU a lancé un effort concerté vers sa délégitimation.

 

Nous avons assisté à une spirale descendante dramatique à l'ONU au cours des 30 dernières années. Dans les années 1990, le Conseil de sécurité a été déshonoré par son incapacité à annuler le génocide au Rwanda, en dépit du fait qu'il avait des forces de maintien de la paix dans la région. De même, l'erreur choquante à Srebrenica, en Bosnie, quand un bataillon de l'ONU - dans une «zone libre» ONU-déclarée - a remis 8.000 civils musulmans à l'armée serbe, qui les a tous abattus sans délai. L'ONU n'a pas été en mesure de faire face au génocide au Soudan ou plus récemment au carnage en Syrie.

 

Au lieu de cela, elle a intensifié ses campagnes anti-israéliennes. Ce qui est moralement méprisable c'est que les Européens, qui ont d'abord affiché une résistance symbolique à certaines des attaques les plus scandaleuses envers Israël, sont revenues au rôle qu'ils ont joué dans les années 1930 quand ils se sont tenus à l'écart alors que les forces des ténèbres enveloppaient le peuple juif.

 

Ils semblent avoir entièrement abandonné leur boussole morale et voter rarement contre les résolutions anti-israéliennes les plus extrêmes, préférant s'abstenir afin de ne pas contrarier les puissances qui cherchent à délégitimer et à détruire l'Etat juif. Ils rejoignent également les appels obscènes sur Israël à répondre "plus proportionnellement" aux Palestiniens engagés dans le meurtre de leurs civils.

 

Maintenant, ils ont franchi une étape supplémentaire. Dans un monde effréné avec les injustices des droits humains, ils ont précédé l'UNHRC à une demande de l'UE pour "l'étiquetage" des produits israéliens provenant en-deçà de la Ligne verte.

 

Ce doit être considéré comme une extension de la campagne en cours pour annuler la résolution 242 de l'ONU, qui appelle à des négociations fondées sur des frontières défendables et substituant à une demande pour revenir aux indéfendables frontières de 1949, sauf si un accord sur des échanges de terres avec les Palestiniens (actuellement inconcevables) peut être atteint. Dans ce contexte, les blocs de colonies, les quartiers juifs de Jérusalem-Est et même le quartier juif de la vieille ville sont considérés comme des territoires occupés.

 

Jusqu'à présent, le Conseil de sécurité a été empêché de passer une telle résolution parce que les États-Unis protégeaient Israël en employant leur droit de veto. Alors que le président américain Barack Obama a été à l'avant-garde de ceux qui exigent qu'Israël accepte les indéfendables lignes d'armistice de 1949 comme de futures frontières, jusqu'à présent, il a été empêché par le Congrès et son propre parti de se rallier à une résolution du Conseil de sécurité à cet effet.

 

Mais ces derniers mois, il y a eu de nombreux signaux et des menaces directes que si Israël ne fait pas de nouvelles concessions unilatérales, il ne devrait plus compter sur un droit de veto des États-Unis pour empêcher une résolution sévère du Conseil de sécurité, qui pourrait à son tour ouvrir la voie à des sanctions globales contre l'Etat juif.

 

Il est peu probable qu'Obama n'agisse avant les élections présidentielles. Mais il y a des préoccupations croissantes que dans le hiatus des deux mois entre les élections et sa retraite, il puisse bien le faire.

 

L'ONU intensifie sa campagne contre Israël. Les horribles attaques d'ISIS  en Europe ont en aucune façon un impact sur la politique de l'UE envers Israël.

 

Les mois jusqu'à ce que les élections présidentielles présentent le meilleur moment pour influencer la future politique américaine envers l'ONU et de veiller à ce qu'Israël ne soit pas jeté aux loups.

 

Cette année, en raison d'une rotation obligatoire, les États-Unis ne sont pas membre du CDH. Les candidats présidentiels devraient être sondés pour exprimer leur engagement à refuser de participer à l'UNHRC à moins qu'il arrête ses croisades anti-israéliennes obsessionnelles. Ils devraient également être invités à s'engager à réfuter tout effort visant à imposer une solution à Israël ou à annuler la résolution 242 des Nations Unies.

 

Donald Trump a déjà complètement invalidé l'ONU Mais le véritable défi c'est de persuader le probable vainqueur - Hillary Clinton - de traduire le discours qu'elle a tenu lors de la conférence du Comité-American Israel Public Affairs-exprimant son amour pour Israël dans un engagement clair de coupe qui, si elle était élue, elle veillerait à ce que les États-Unis imposent un minimum de morale à l'ONU - y compris face à la haine vile qui dépeint Israël comme l'incarnation du mal - ou prendre des mesures appropriées.

 

L'ONU aujourd'hui incube le mal et donne une légitimité aux tyrannies. Si cela ne change pas, les États-Unis et d'autres pays démocratiques auront l'obligation de condamner ces actions pathologiques et, le cas échéant, d'établir une association mondiale des Démocraties pour promouvoir les droits de l'homme et lutte contre le terrorisme.

 

Les dirigeants Démocrates feraient bien de se rappeler les paroles de Dietrich Bonhoeffer, théologien allemand exécuté par les nazis, qui a déclaré -- «Garder le silence en face du mal, c'est un mal en soi: Dieu ne nous tiendra pas pour innocent. Ne pas parler, c'est quand même exprimer quelque chose. Ne pas agir, c'est quand même faire quelque chose.» 

Repost 0
mordeh'ai
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 09:13

Par Dror Eydar

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=15721#:64

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

1. " Une énorme oeuvre, la campagne ultime qui embarrasse le gouvernement de Droite et donne aux adversaires de l'occupation 'une propulsion'."  Lundi soir, le journaliste Yishai Friedman a publié un article sur le site Mida qu'un groupe de leaders gauchistes des médias et du milieu universitaire qui avant Juin 2017 ( date du 50e anniversaire de la guerre des Six Jours) prévoit une "manifestation massive" contre la poursuite de notre possession de la Judée et de la Samarie. Des activistes d'extrême gauche, ont fondé encore une nouvelle organisation de plus, d'un millier de personnes qui existe déjà sous le nom pas-très-original "Sauver Israel - Arrêter l'occupation," ce sont ceux-là mêmes qui sont derrière la mise en oeuvre.

 

L'idée est d'enrôler des personnalités en vue en Israël et aux Etats-Unis pour salir Israël - ou plus exactement, salir le camp qui comprend la majorité israélienne et gâcher son défilé en clamant les mêmes vieilles revendications. À cette fin, ils cherheront à amasser des millions de dollars en Israël et à l'étranger par le biais de fondations de gauche bien connues.

 

Dans une interview à la radio, on entend le journaliste Akiva Eldar faire pression sur les lobbying juifs américains ("Nous sommes les Juifs libéraux") il faut nous unir pour l'objectif commun qui est de combattre le fascisme et les habituels spectateurs. Il a ajouté:« Nous avons notre propre [Donald] Trump, son nom est Bibi [Benjamin] Netanyahu. ... Maintenant, vous pouvez obtenir un avant-goût de ce que nous mangeons et buvons ici chaque jour ".

 

Les remarques de Eldar ont également révélé que la Gauche israélienne et américaine ont un objectif commun: "mettre Netanyahu dans une position très difficile, et qui est la question du Mur occidental et le statut du Mouvement réformateur." Les chefs du mouvement de la Réforme, disent de prendre note: Une partie de la Gauche laïque utilise vos désirs religieux à des fins politiques. Eldar a dit qu'ils essayeraient "de forcer l'alignement sur le Parti travailliste et aussi sur Yesh Atid, dont certains membres s'y sentent très mal à l'aise et refusent de nous rejoindre." Intéressant de savoir ce que Yair Lapid président de Yesh Atid pense à ce sujet.

 

Même sans cet exposé, nous pouvons supposer que c'est ce à quoi les choses vont ressembler au 50e anniversaire de la réunification de Jérusalem et notre retour à notre terre ancestrale en Samarie et Judée. Ce qui devient évident c'est le danger de la gauche radicale qui: plus elle perd son emprise sur l'opinion publique et sur le pouvoir, plus elle vise à enrôler toute personne dans le monde afin de nous contraindre à son plan de paix suicidaire. Aujourd'hui encore, certains d'entre eux coopèrent avec les différents groupes de BDS, et ils peuvent faire plus dans l'avenir.

 

2. Les conversations archivées de l'ancien chef du Mossad Meir Dagan ont été laissé après sa mort récente. De tout leur contenu, Yedioth Ahronoth - le journal qui avait autrefois une nation propre et est en train de la regarder filer - a choisi de mettre en évidence la calomnie contre le Premier ministre Netanyahu. De l'avis de Dagan, tous les premiers ministres ,savaient mettre les intérêts nationaux avant les personnels d'autres que Netanyahu et que l'ancien Premier ministre Ehud Barak. Dagan n'est plus parmi nous pour vérifier ses remarques, et Yedioth, pour sa part, est prêt à faire les manchettes de son journal d'un certain fakir indien de New Delhi, s'il se dit prêt à insulter Netanyahu. En tout cas, Dagan n'a jamais conduit une nation; son champ de vision s'est limité à certains angles. Les mêmes choses exactes qui ont été dites en son nom pourraient être appliquées au calomniateur, aussi: au moment où les intérêts personnels ont joué un trop grand rôle, le sens tranchant comme le fil du rasoir du jugement du guerrier courageux est parti en fumée et a été remplacé par la jalousie, la convoitise et [ la poursuite de] l'honneur, qui, comme nous le savons, " supprimer une personne du monde " (Maximes des Pères 4:28). C'est honteux.

 

3. Je ne regarde pas la série «l'Ombre d'un doute» des doutes quant à la condamnation de Roman Zadorov dans le cas de l'assassinat de Tair Rada. J'ai entendu la critique de la Présidente de la Cour suprême Justice, Miriam Naor, des dangers de ces émissions, qui créent "une réalité juridique alternative", et le Procureur de l'Etat sollicitait que «chacun de nous a l'obligation de s'unir autour de la décision de la Cour suprême."

 

Nous sommes conscients de l'importance du rôle critique des pouvoirs législatif et exécutif des jeux du gouvernement comme " l'âme de la démocratie." Pourquoi le pouvoir judiciaire devrait-elle être exempte de critiques? Précisément à cause de l'indépendance de la Cour suprême, il est extrêmement important de critiquer et de débattre de ses décisions. La tradition juridique, analytique et philosophique du peuple juif ne présente pas de situation dans laquelle une entité donnée - grande et vénérée comme elle pourrait l'être - revendique une compétence exclusive sur l'interprétation et la décision. Le Défi et le doute sont l'âme du Talmud. Même après la dernière codification majeure de la loi juive sous la forme du Choul'han Aroukh, de nombreux chercheurs halakhiques se sont levés et contestés les décisions du grand rabbin Joseph Karo.

 

La critique n'est pas une attaque.

Repost 0
mordeh'ai
5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 17:06

 

 

http://www.memri.fr/2016/04/05/un-organe-de-media-russe-revele-quel-armement-restera-en-place-en-syrie-suite-au-retrait/

 

russie4

Jets russes Su-30 atterrissent à la base aérienne de Hmeymim (Source : Sputniknews.com, 20 mars 2016).

 

Le 20 mars 2016, Sputnik, affilié à l’Etat russe, présente un article intitulé « Not Coming Home: What Russian Hardware Stays in Syria After Pullout and Why”. L’article recense le matériel militaire qui restera à la base aérienne de Hmeymim en Syrie, après le retrait ayant débuté le 15 mars 2016. Le rapport de MEMRI publié le 15 mars mentionne du matériel supplémentaire.

Le 14 mars, le jour de l’annonce du retrait, le président Vladimir Poutine a souligné que la base navale à Tartous ainsi que la base aérienne stratégique de Hmeymim continueraient de fonctionner. Le 17 mars, lors d’une cérémonie honorant les officiers russes ayant participé à la campagne syrienne, Poutine a déclaré que la Russie était en mesure d’activer sa campagne militaire en Syrie en « quelques heures ». [1]

Traduction d’extraits de la version en anglais de l’article de Sputnik [2] publiée sur le site sputniknews.com le 20 mars 2016 :

Poutine : La Russie peut renforcer sa présence militaire en Syrie en quelques heures seulement

Près de 20 avions de combat russes, un système de défense aérien et quelque 2 000 membres du personnel resteront à la base aérienne de Hmeymim en Syrie. Selon les experts, le groupe de travail a plusieurs objectifs : lutter contre le terrorisme, soutenir le président Bachar Al-Assad et contrôler la région. [...] Un escadron de bombardiers tactiques Su-24, dont des avions 9-12, sera maintenu en service en Syrie. Au cours de la phase principale de la campagne militaire, ces avions ont assuré la majeure partie des frappes aériennes.

Les nouveaux jets de combat Su-30 et Su-35 resteront également à la base aérienne de Hmeymim pour assurer la protection aérienne, a confié une source du ministère de la Défense au quotidien économique russe Vedomosti. Une source proche du commandement militaire a confirmé à RBK que les jets de la génération Su-35 4 ++ resteraient à la base. La Russie a déployé quatre Su-35 en Syrie le 31 janvier 2016. Le ministère de la Défense n’a pas signalé leur retrait.

Moscou laissera également en place son système de défense aérien en Syrie. « Les défenses aériennes russes seront en mission de combat en Syrie et seront utilisées contre toutes les cibles présentant un danger pour les forces russes », a déclaré Poutine [à la cérémonie le 17 mars 2016 honorant les équipes militaires et de la défense ayant participé à la campagne aérienne en Syrie]. [3] Il a ajouté qu’un complexe de moyenne et longue portée S-400 et un système de défense aérien Pantsir-S1 resteraient en service en Syrie. En outre, les hélicoptères d’attaque Ka-52 et Mi-28N ont été repérés à la base aérienne, leur nombre exact étant inconnu.

L’expert militaire Viktor Litovkine a mentionné plusieurs objectifs prioritaires : des frappes aériennes contre des cibles terroristes, en soutien à l’armée syrienne et ses alliés, et le contrôle de l’espace aérien dans la région. « Les trois avions [Su-24, Su-30 et Su-35] sont capables de mener des frappes aériennes contre des terroristes. Mais le Su-24 n’a pas été conçu pour le combat aérien, et requiert le soutien d’avions de combat », a-t-il confié à RBK. En plus des jets, l’espace aérien syrien et la base aérienne de Hmeymim seront également protégés par un système de défense aérien S-400 », a déclaré Ruslan Pukhov, directeur du Centre d’analyse des stratégies et des technologies. [...] Et d’ajouter qu’avec un S-400 déployé à la base, les Forces aérospatiales russes pourraient établir une zone d’exclusion aérienne, non seulement au-dessus de la base aérienne de Hmeymim, mais également sur toute la province de Lattaquié, où est concentrée la majeure partie de l’armée syrienne. Le système a une portée d’acquisition maximale de 600 km et une portée d’attaque maximale de 400 km. « Dans ce rayon, tout aéronef peut être suivi, puis escorté par des jets », a expliqué Pukhov.

 

Des bombardiers tactiques russes Su-24 à la base aérienne de Hmeymim dans le gouvernorat de Lattaquié en Syrie. (Sputniknews.com, le 20 mars 2016)

 

Selon Litovkin, des hélicoptères d’attaque peuvent être utilisés contre de petits groupes ennemis et des cibles blindées qui ne peuvent être touchés par des bombardiers. « Les Ka-52 et Mi-28N sont armés de missiles antitanks Vikhr et Ataka ainsi que d’un pistolet de 30 mm », précise l’expert. [...]

En outre, quelque 200 à 300 spécialistes civils resteront à la base de Hmeymim. Les militaires ne pourront maintenir les avions et les hélicoptères tout seuls. « Un total de 2 000 membres du personnel [russes] sont nécessaires pour faire fonctionner la base. Cependant, ils ne seront pas tous impliqués dans des missions de combat », conclut Pukhov. Les deux experts ont convenu que le reste des forces russes en Syrie suffirait à atteindre les objectifs actuels. « Dans le cadre des pourparlers de paix, l’intensité des combats a diminué. Voilà pourquoi la configuration actuelle des forces russes en Syrie est rationnelle », a déclaré Litovkin. Dans le même temps, lors de sa rencontre avec les troupes [militaires russes et le personnel de la défense ayant participé à la campagne aérienne russe en Syrie], Poutine a souligné que la Russie était en mesure de renforcer sa présence militaire en quelques heures. [...]

Il est évident qu’il n’est pas question d’effectuer un retrait total des forces russes de Syrie. La Russie maintiendra une petite force à la base de Hmeymim. Elle poursuivra également son assistance technique et militaire à Damas. […]

Repost 0
mordeh'ai
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 19:41

http://www.preoccupiedterritory.com/april-fools-over-but-zoabi-still-claiming-to-represent-israeli-arabs/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

Haneen Zoabi

Le 1er Avril a pris fin vendredi à minuit et est devenu samedi de la semaine dernière, mais les résidents locaux signalent que la Députée Haneen Zoabi de la délégation 'Liste arabe commune' du parlement n'a pas encore lâché le prétexte qu'elle représente ou dessert la intérêts des citoyens arabes d'Israël.

 

Les résidents de cette ville du nord, traditionnellement acceptée comme le lieu de naissance de Jésus, dépendent économiquement de bonnes relations entre les Arabes et les Juifs d'Israël, et ont uni leur dégoût pour divers membres de la liste commune - y compris son chef, le Député Ayman Odeh - pour exacerber les tensions ethniques et mettre en péril tant la coexistence et la prospérité qui ancre Nazareth. Le 1er Avril, Mme Zoabi, est connue pour enfiler la ligne ténue entre liberté d'expression et trahison, elle a prétendu être et servir en tant que représentant dûment élue de sa circonscription, une farce qui amusa des centaines de milliers d'Israéliens, conformément à la date du 1er Avril. Cependant, jusqu'à ce qu'il se transforme en 2 Avril, puis au 3 Avril, les Israéliens ont remarqué que Zoabi faisait encore la blague jusqu'à la fin.

 

"Je ne suis pas entièrement sûr combien de temps elle a l'intention de jouer, mais elle finira par vieillir et elle revenir pour porter atteinte à l'Etat qui paie son salaire", a prédit un résident de Nazareth Yousef Jabri, le propriétaire d'un établissement kitsch touristique . " Pour l'instant, c'est encore assez drôle."

 

Zoabi, 46, rejette Israël comme un Etat juif et considère que sa direction actuelle est fasciste. Cependant malgré la remise en question de la légitimité de l'Etat , et de défendre le terrorisme palestinien comme résistance légitime, peu importe la façon violente ou combien de civils il cible, elle tire son salaire des coffres de cet Etat et a tout au long de sa carrière participé dans les institutions et les processus  officiels de cet Etat. Les observateurs notent que sa préoccupation profèsse soudain pour l'exercice de ses fonctions en tant que fonctionnaire élue d'Israël et a contribué à rendre le bâillon beaucoup plus drôle.

 

«Ce serait une chose pour Zoabi d'aller encore plus à l'extrême et faire appel à des bombardements, des coups de couteau, et autres formes de violence contre Israël - qui aurait été éminemment crédible comme un gag du poisson d'avril», a expliqué le commentateur Hussein A-Sailem. "Mais la subtilité aurait été perdue pour la société, ce qui n'est pas si grand sur la nuance. Avec le sens comique exquis, Zoabi est allée dans l'autre sens et a fait semblant d'être investie dans le système auquel elle veut porter atteinte ".

 

A-sailem se demande également pourquoi Zoabi a continué avec la farce même au-delà du 1er Avril, mais il a supposé que peut-être elle pensait que les habitants de sa ville natale ont fait également semblant de s'entendre avec les juifs car ils ont continué à poursuivre la coexistence pacifique au-delà du premier Avril , et elle a donc décidé de poursuivre sa blague.

Repost 0
mordeh'ai
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 19:04

Les pronostics diffèrent de savoir si une conversion post-présidence aura des implications politiques réelles.

http://www.preoccupiedterritory.com/obama-to-delay-formal-conversion-to-islam-till-retirement/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Washington, DC, le 4 avril – Des sources de la Maison Blanche ont annoncé aujourd'hui que Barack Obama a décidé d'attendre jusqu'au terme de sa présidence pour se soumettre à une adoption formelle de l'Islam comme sa foi.

 

À la presse quotidienne d'information ce matin, le porte-parole Josh Earnest a déclaré aux journalistes que le Président évidemment maintient une affection profonde pour les adeptes de Mahomet et aspire à rejoindre leur communauté de foi bientôt, les considérations politiques rendent plus sage de ne pas se convertir jusqu'à ce qu'il quitte ses fonctions en janvier prochain.

 

« Le Président a à maintes reprises exprimé son affinité pour l'Islam et ses pratiquants » a noté Earnest. " Cela semble tout à fait approprié, surtout après son fameux discours au Caire qui a changé l'attitude de l'ensemble de la région vis-à-vis des États-Unis, que cela sera la prochaine étape de son cheminement spirituel. Toutefois, en le faisant officiellement dès maintenant, au milieu d'une campagne présidentielle avec beaucoup d'enjeux, détournerait le pays des enjeux importants à portée de main.»

 

Des commentateurs expliquent que Earnest faisait allusion à des retombées négatives pour les candidats Démocrates. " Si Obama se convertit à l'Islam maintenant, il remettrait des munitions rhétoriques aux semblables de [favori pour la candidature du GOP] Donald Trump, dont l'exploitation et l'exacerbation des tensions ethniques sont son pain quotidien," a déclaré Thomas Friedman, chroniqueur du New York Times. " Et c'est fondamentalement une formalité à ce stade. Compte tenu de l'accueil du Président, aux ambitions politiques  territoriales, militaires, économiques et diplomatiques, de l'Iran ce n'est même plus une question s'il ne favorise pas plus les chiites à l'islam sunnite."

 

Les pronostics se distinguent plus de savoir si une conversion après la présidence aura des implications politiques réelles. « Même si le prochain président est un Démocrate – susceptible d'être Hillary Clinton, mais pas nécessairement – les candidats Démocrates ont pris soin de se démarquer de leur prédécesseur jusqu'ici, donc je ne vois pas ce qui toucherait beaucoup de gens au-delà d'une frange de Droite du groupe qui soutient qu'Obama a toujours été un musulman » tel que Charles Krauthammer du Washington Post.

 

George Will n'est pas d'accord. "Le Parti Démocrate aura pour toujours un relent de puanteur de la présidence désastreuse d'Obama peu importe qui détient les fonctions à l'heure actuelle." a-t-il insisté.  "Une conversion à l'Islam, même si c'est seulement une formalité, après qu'il ait quitté ses fonctions sera simplement une validation de tout ce que mes collègues conservateurs et moi-même avons supporté comme invectives et injures depuis le premier jour: ses sympathies pour les musulmans ont compromis son intégrité et ont conduit notre pays dans une catastrophe stratégique, surtout en ce qui concerne un Iran doté d'une capacité nucléaire et la trahison d'Israël."

Repost 0
mordeh'ai
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 10:53

Nous allons exactement où nos ennemis veulent que nous allions.

 

Par Moshe Feiglin

http://www.israelnationalnews.com/Articles/Article.aspx/18659#.VwIAxpvVzDc

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Le soldat à Hébron n'aurait pas dû tirer et tuer le terroriste qui avait juste tenté d'assassiner son camarade. Les officiers dans la région auraient dû faire ainsi, l'ordre devait provenir du chef d'état-major, du ministre de la sécurité et du cabinet du premier ministre. Ainsi l'ordre aurait été aussi clair que de l'eau de roche et rendu publique. Je m'explique :

 

L'événement majeur qui a provoqué la création de l'Etat d'Israël a été l'Holocauste, dans lequel les vies juives étaient considérées comme sans valeur ou moins encore.

 

Cette opinion a été exprimé non seulement par les Nazis et leurs complices, mais dans le monde entier. Les américains et les britanniques ne se sont pas donnés la peine de perdre une ou deux bombes afin de mettre fin à l'industrie de la mort et sauver des vies juives. En d'autres termes, les discours de Hitler et la culture qu'il a créé, qui niait le droit à l'existence des juifs, a eu des retombées et a fortement influencé le monde – tant activement que passivement. L'existence tout entière de l'Etat d'Israël a été conçu – avant tout – pour inverser cette réalité.

 

Il est important de noter que l'Etat d'Israël a toujours fondé son droit d'exister sur ce point; la restauration du droit des Juifs à l'existence et à la légitimité naturelle des vies juives. Le Musée de l'Holocauste Yad Vashem, qui présente ce qui s'est passé pour les Juifs dépourvus d'un État, est devenu notre ultime Temple sacré, que chaque dignitaire étranger doit visiter pour solder ses hontes.

 

Assurant l'existence nationale, toutefois, n'y a rien de plus que la Fondation pour l'actualisation de notre destin national. Après deux générations d'évitement de notre destin, notre existence aussi perd tout son sens et perd sa légitimité. C'est ainsi, que lentement mais sûrement, la vie de l'ennemi devient plus importante que la vie de nos citoyens et de nos soldats.

 

Comme Alice au pays des merveilles, plus nous fuyons notre destin pour la sécurité imaginaire des avions de chasse, des sous-marins et des gilets pare-balles – plus on se retrouve dépourvu de légitimité existentielle, nous retournons à l'endroit d'où nous nous sommes enfuis – l'endroit où les vies juives deviennent les moins chères.

 

Pendant des années, j'ai tenté de convaincre Ya'alon et Netanyahu qu'Israël devait attaquer l'Iran. Tout d'abord, en raison de la publicité de Ahmadinijad sur la destruction d'Israël et la deuxième raison celle du problème de la sécurité technique que crée la bombe iranienne. J'ai expliqué à maintes reprises que l'Holocauste n'a pas commencé en 1939, lorsque la guerre éclata. Il a débuté en 1933, avec la montée des Nazis au pouvoir et les discours prononcés par le chef de la nation allemande, appelant à la destruction des Juifs. Ces discours ont été le début du processus de délégitimisation de l'existence juive.

 

La ligne rouge qui sape la légitimité de l'existence des Juifs a été franchie à nouveau par les négationnistes iraniens. Tout le monde aurait dû répondre avec fureur à ces négationnistes sur les dangers pour cet État qui était né sur les cendres d'Auschwitz. Pour souligner que sur ce point, Ahmadinijad a pris la peine de faire un discours ouvert appelant à la destruction d'Israël juste à notre frontière. "Je vais appeler à leur destruction, et ils ne me feront pas de mal, parce qu'ils se reconnaissent et coopèrent à la négation de leur propre légitimité; avec le processus de leur propre destruction ".

 

Mes tentatives pour convaincre les dirigeants israéliens ont échoué. Le résultat est que ces mots sont restés dans les airs et nous sentons leur effet. À l'instar de l'Allemagne dans les années 1930, l'Iran, qui appelle à la destruction des Juifs, est resté un membre légitime et courtisé des Nations Unies. Il est susceptible de gommer l'état d'Israël et la légitimité de l'existence juive. En fin de compte, l'Iran aura sa bombe (qui, comme ci-dessus, est le danger secondaire après la délégitimisation).

 

Brandir un couteau ou des ciseaux, a reçu de notre part avec hésitation morale, le même effet que les mots de Ahmadinijad. Ils sapent le droit de tous les Juifs à exister. C'est une fois de plus légitime d'abattre, un juif, tout simplement parce qu'il est un juif. Il est toujours permis de nuire aux terroristes, mais seulement sur la base de la valeur de la légitime défense parce que l'action du terroriste est "juste". Notre rigueur «éthique» sur " les droits" du terroriste confirme la condamnation du monde que nous comprenons également que cette terre appartienne à l'organisation terroriste et que lui est le bon gars dans cette histoire.

 

Le résultat est que très rapidement, le principe de la légitime défense s'arrête aussi d'oeuvrer pour nous. Il est également interdit de nuire à un terroriste. Tout ce que nous pouvons faire est d'essayer d'abattre le missile qu'il tire – et seulement s'il est toujours en l'air. Nous comprenons tous que c'est la meilleure façon de perdre. Et puis, même si nous nous retirions de tout le territoire et leur donnions des fleurs tout au long de la journée – personne ne viendra nous aider. Nos voisins et amis saurons toujours leur pardonné et aimé même après qu'ils nous aient massacré.

 

Ahmadinijad et le couteau en main du terroriste d'Hébron sont sur le même axe. Tous deux contestent le droit aux Juifs à une existence souveraine (essentiellement, le droit d'exister). Ne soyez pas confus. Ce n'est pas une dispute territoriale nationale. Nous n'avons pas de frontière commune avec l'Iran et la dernière chose que veulent les arabes d'Hébron est un État. (Avez-vous jamais entendu qu'un soldat jordanien ait été poignardé à Hébron avant 1967? Mais vous avez entendu que 67 Juifs ont été abattus à Hébron en 1929 – avant même que l'état d'Israël n'ait été mis en place.)

 

Nous traitons de la négation de la légitimité de la souveraineté juive de tout type sur la surface de la terre et en particulier, au Moyen Orient. À cet égard, les ciseaux dans les mains d'adolescents arabes sont plus dangereux que la bombe iranienne. Dans la culture occidentale, qui associe la morale à la faiblesse, les ciseaux sont beaucoup plus convaincants et donc peuvent réduire à néant notre légitimité plus que la bombe atomique.

 

Ce n'est pas une guerre territoriale nationale, une guerre d'intérêts entre les deux nations avec des cultures semblables ; une guerre dans laquelle les règles d'engagement, comme la Convention de Genève, peuvent exister. Ce n'est pas une guerre qui se termine par la victoire d'un des côtés ou par un compromis. Il s'agit d'une guerre de destruction totale, dépourvue de règles éthiques. C'est une guerre dans laquelle le massacre prémédité des femmes et des enfants est acceptable et souhaitable – et considéré comme légitime, tout en nous, qui lions nos propres mains et mettons en danger nos soldats dans notre quête de « la morale » et sommes toujours stigmatisés comme les méchants. Pourquoi?

 

Puisque c'est le mal le plus dangereux. C'est déroutant le mal, sans chars et sans avions de combats. C'est le mal qui ne frappe pas avec la force armée. C'est le mal qui a cherché et trouvé notre plus grande faiblesse : notre sens perdu de la justesse de notre cause. Lorsque vous faites juste la plus minuscule des ouvertures et lui donnez la légitimité – vous êtes sur la pente glissante et vous avez tout perdu.

 

Tout.

 

Nous avons essayé d'échapper à notre destin et d'échanger la justice pour l’éthique. Maintes et maintes fois, nous avons rendu les règles d'ouverture de feu plus strictes. Nous sacrifions des centaines de soldats dans notre tentative de gagner une légitimité dans le mérite de notre «éthique». Nous n'attaquons pas les civils. Nous ne tirons pas sur les mosquées. Nous envoyons nos fils dans les ruelles et les tunnels – nous ne bombardons pas depuis les airs et nous n'éteignons pas l'électricité et ne coupons pas l'eau. Nous essayons de maintenir toutes les règles du monde occidental – et nous sommes restés tout de même les « méchants » dans cette histoire.

 

Pourquoi ?

 

Parce qu'il est impossible d'échanger la justice pour l'éthique. Pire encore, lorsque vous abandonnez votre destin (et votre justice dans le processus) et basez votre existence entière sur « le code éthique », alors vous êtes testés là et seulement là – sur le terrain du jeu de l'éthique. Mais le terrain de jeu de l'éthique est vraiment un champ de meurtres. Pour y rester, nous payons avec le sang de nos soldats et de nos civils. La seule façon de descendre du domaine de la mise à mort c'est de se battre avec les mêmes armes. Au moment où Ahmadinijad a dit qu'Israël devait être éradiqué, sa vie devait devenir illégitime. Israël aurait dû le supprimer. Si un terroriste brandit un couteau et vient assassiner des Juifs, il doit être éliminé immédiatement. Sa vie est devenue illégitime. Il doit être éliminé sans aucune condition pour le domaine éthique de mise à mort (ce qui, dans son contexte actuel, c'est manifestement contraire à l'éthique) derrière lequel il se cache.

 

L'élimination doit être immédiate, sur place, sans aucune procédure de salle d'audience. L'élimination de l'organisation terroriste est essentielle car c'est l'échange du défi et du point d'interrogation sur la légitimité de l'existence juive. Toute autre procédure fournit une portion de légitimité et la pente glissante est à son seuil.

 

Un terroriste ne doit jamais vivre jusqu'au jour de son procès – même si au bout il devait recevoir la peine de mort. Une procédure judiciaire l'élève au niveau d'un partenaire au cours du débat, et par conséquent, sa demande doit être évaluée. Peut-être que nous n'avons vraiment pas le droit de vivre... Nous allons laisser les juges en décider.

 

Il y a des situations et des plans sur lesquels la Cour n'a pas sa place. La guerre est clairement une telle situation. La guerre dans laquelle nous nous trouvons actuellement est la plus difficile et la plus subtile de toutes les guerres d'Israël.

Repost 0
mordeh'ai
3 avril 2016 7 03 /04 /avril /2016 18:27

La fixation du sénateur du Vermont sur l'Etat juif tourne au vinaigre.

 

Par Ari Lieberman

http://www.frontpagemag.com/fpm/262370/pat-leahys-israel-obsession-ari-lieberman

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Le Vermont, l'État qui nous a donné l'impénitent socialiste, Bernie Sanders (I-VT) c'est la maison d'une autre race libérale radicale nommée Patrick Leahy (D-VT). Avec Sanders, le sénateur Leahy représente l'aile gauche du Parti Démocrate et se retrouve souvent en désaccord avec ses membres plus centristes.

 

Pas surprenant, que Leahy soit aussi viscéralement critique d'Israël, la seule démocratie du Moyen - Orient et le vigoureux allié américain. En 2011, citant des violations présumées des droits de l'homme, il a proposé un projet de loi qui aurait réduit le financement de trois unités israéliennes d'élite qui mènent des opérations de contre-terrorisme en Judée / Samarie et Gaza, provoquant l' intervention du ministre de la Défense d'Israël, Ehud Barak.

 

En 2012, Leahy employait une rhétorique antisémite à peine voilée pour s'opposer à un amendement proposé par lesénateur Mark Kirk (R-IL) qui a réclamé au Département d' Etat de fournir une comptabilité plus précise concernant les réfugiés palestiniens réels qui recevaient de l'argent des contribuables américains. En s'opposant à Kirk, Leahy a laissé entendre que ceux qui étaient favorables à l'amendement avait d'autres intérêts et non pas ceux des États - Unis à l'esprit invoquant ainsi le bobard ouvertement antisémite "Israël firster", ce qui met en cause la loyauté juive.

 

Leahy semble avoir jeté son dévolu sur l'obtention de la «justice» pour les terroristes arabes neutralisés par Israël menant des attaques terroristes contre des Israéliens. Il a récemment envoyé une lettre au secrétaire d'État John Kerry demandant au Département d' Etat d'enquêter sur les «violations flagrantes des droits de l' homme» qui auraient été commis par les forces de sécurité d'Israël. La lettre, qui cite également le nom de l'Egypte comme un délinquant, affirme qu'Israël peut s'être livré à des exécutions extrajudiciaires et à la torture.

 

Leahy a choisi de lancer son assaut contre Israël à un moment difficile pour l'Etat juif qui connaît une vague de terrorisme islamiste importante, stimulée par l'Autorité palestinienne et le Hamas. En outre, Leahy a choisi de regrouper Israël, la seule démocratie dans une mer de dépravation, avec l'Egypte, une nation gouvernée par un homme fort, militaire, sans institutions démocratiques. La lettre est évidemment dépourvue de toute référence au terrorisme palestinien et aux attaques génocidaires contre Israël.

 

Enfin, la lettre de Leahy cite quatre Arabes palestiniens qui auraient été tué de manière extrajudiciaire et deux autres qui auraient été torturé. Mais ce que Leahy ne parvient pas à noter dans sa lettre c'est que tous ceux qui sont énumérés ont été impliqués dans des attaques terroristes particulièrement odieux contre les Israéliens.

 

Fadi Alloun par exemple, a tenté d'assassiner un jeune garçon israélien de15 ans à Jérusalem avec un couteau. Après avoir poignardé et blessé modérément le jeune, Alloun a couru dans les rues de Jérusalem avec un grand couteau à la main essayant de poignarder et d'égorger quelqu'un qui se trouvait sur son chemin de massacre. Il a finalement été acculé et tué par les forces de sécurité après avoir refusé de se conformer aux injonctions de jeter à terre son arme.

 

Sur sa page Facebook, il a écrit: «le martyre ou la victoire» ce qui rend ses intentions néfastes tout à fait évidentes. Alloun n'a pas été une victime. C'était un terroriste islamiste qui a été victime des circonstances de sa propre réalisation.

 

La lettre de Leahy cite également le cas d' Ahmed Manasra. Le 12 Octobre 2015, Manasra et son cousin sont sortis armés de couteaux pour tuer des Juifs à Jérusalem. Ils ont d'abord attaqué un jeune homme qui a réussi à échapper aux lacérations graves. Ils se précipitèrent alors sur un garçon de 13 ans sur un vélo, le poignardant dans le cou avant d'être pistés.

 

La frénésie de coups de couteau a finalement été arrêté après que des agents de police ont tué le complice de Manasra et un civil a éperonné Manasra avec sa voiture. Manasra a été transporté dans un hôpital israélien où les médecins israéliens ont soigné le terroriste au comportement de sauvetage. Bien sûr, cela n'a pas empêché Mahmoud Abbas de l'Autorité palestinienne d'accuser Israël  "d'exécution".

 

La lettre de Leahy a eu une rapide et cinglante réaction de la part du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Netanyahu a rappelé au sénateur que les forces de sécurité israéliennes maintiennent les normes morales les plus élevées ,tout en défendant les citoyens israéliens contre les " terroristes sanguinaires qui viennent les tuer." Il a suggéré que Leahy dirige ses inquiétudes " sur ceux qui incitent les jeunes à commettre des actes cruels de terrorisme ", une référence évidente à l'Autorité palestinienne d'Abbas.

 

Les membres israéliens de l'opposition, qui ont rarement été d'accord avec Netanyahu, ont approuvés aussi. Le membre de l'opposition Yair Lapid a écrit à Harry Reid (D-NV) et a caractérisé la lettre de Leahy comme "bizarre" et a demandé à Reid de publier une déclaration indiquant que les vues de Leahy ne reflètent pas celles du Parti Démocrate.

 

Le Hamas bien entendu a été ravi de la lettre de Leahy. Un porte-parole du groupe terroriste a déclaré: «La demande ... pour ouvrir une enquête sur l'occupation israélienne reflète la perception globale du racisme israélien et la laideur des crimes commis contre le peuple palestinien.»

 

Patrick Leahy est un rappel continu qu'il y a ceux en Occident qui servent comme rien de plus que des idiots utiles au terrorisme palestinien. Leurs critiques répétées et exclusives d'Israël, la seule démocratie du Moyen-Orient, sert simplement à accroître l'intransigeance et la violence palestinienne réduisant ainsi toute perspective de règlement pacifique.

Repost 0
mordeh'ai
2 avril 2016 6 02 /04 /avril /2016 07:12

Par Eylon Aslan-Levy

http://www.thetower.org/3172-the-hebron-shooter-and-israels-global-predicament/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Quand les nouvelles du désormais et tristement célèbre tir d'un soldat israélien sur un Palestinien blessé a éclaté la semaine dernière, les dirigeants israéliens se sont précipités pour condamner l'incident. L'organisation des droits de l' homme B'tselem a filmé le moment à Hébron où un soldat de Tsahal a tué un terroriste palestinien désarmé, blessé gisant sur ​​le sol, d'une balle dans la tête.

 

" Ce qui est arrivé à Hébron ne représente pas les valeurs de l'armée israélienne," a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu, ajoutant: " L'armée israélienne prévoit que ses soldats se comportent équitablement et en conformité avec les règles d'engagement." Le ministre de la Défense Moshe Ya'alon et le chef d'état - major le lelieutenant-général. Gadi Eisenkot qui a émis une rapide et sévère réprimande aussi.

 

Ces personnalités ont émis beaucoup de critiques par la suite.

 

D'autres politiciens ont soutenu le soldat: l'ancien ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman a demandé à voir le soldat arrêté, "afin de clarifier avec lui que l'attaque contre lui est injustifiée et qu'il a aussi.le soutien des représentants du peuple" D' autres, tout en deçà de la défense explicite, néanmoins ont accusé les politiciens de soumettre le soldat à un "test sur le terrain" (il a été accusé d'homicide involontaire hier). " Le jugement n'est pas fait par ceux qui sont assis dans leur salon à regarder une vidéo YouTube de B'Tselem de quelques secondes après une attaque terroriste", a déclaré le ministre de l' Éducation Naftali Bennett, président du parti Bayit yehudi. " Le minimum de ce est que nous pouvons faire est d'attendre une enquête approfondie et juste avant de sceller le sort de quelqu'un."

 

Pourquoi, en effet, les dirigeants israéliens se précipitent-ils pour condamner le soldat avant qu'il ne soit même accusé?

La réponse est certainement pas le souci de l' opinion publique, qui se tient derrière le soldat: un sondage télévisé a montré que plus de la moitié du public s'opposait à l'arrestation, et les deux tiers sont opposés aux condamnations de la direction. «Ça a été une longue période,» a observé le correspondant politique Amit Segal, de Channel 2 «car il y avait un tel fossé marqué entre les représentants du peuple et le peuple.» En effet, Netanyahu a depuis exprimé sa sympathie personnelle à la famille du soldat, parlant au téléphone avec le père du soldat, dans ce qui peut être compris comme une tentative pour réduire la colère du public sur sa position sur le fond.

 

Trois raisons sont susceptibles d'appuyer à l'avant-garde des considérations des dirigeants israéliens.

 

D' abord, le tir a violé de façon flagrante les règles d'engagement et de la valeur de base de la «pureté des armes» de l'armée israélienne . Il suffit de sentir aucune compassion pour les morts palestiniens, neutralisés essayant de poignarder un soldat israélien, de sentir l'indignation face à la faute de discipline militaire ou l'affront à la règle du droit. Ya'alon, lui -même ancien chef d'état - major de Tsahal , en colère a demandé à la Knesset : «Voulez - vous une armée brutale qui est sans colonne vertébrale morale?». Certainement Eisenkot , le chef militaire actuel, a tout intérêt à garantir la pleine obéissance à des ordres permanents des soldats sous son commandement, et qui est la raison pour laquelle il a personnellement publié un message aux soldats clarifiant la position de l'armée.Les haut-gradés de l' armée prennent les allégations de l'armée israélienne à la rectitude morale et juridique très au sérieux, et investissent des ressources considérables dans le respect des normes les plus élevées.

 

Il y a aussi un intérêt stratégique pressant pour réduire au minimum le nombre de victimes palestiniennes. L'armée israélienne sait que tous les terroristes morts signifient un enterrement public (ou une controverse sur une décision de ne pas retourner le corps); ce risque de troubles publics, qui peuvent engager les forces de Tsahal et conduire à plus de victimes, menaçant de faire dégénérer la situation hors de tout contrôle. Les enjeux sont très douloureux.

 

Deuxièmement, les réactions des dirigeants d'Israël sont nécessaires pour anticiper les médias et tempête diplomatique sur la question. Ils ne pouvaient pas considérer le traitement de la question à la légère, en particulier dans le contexte des mois d'accusations internationales d'une mauvaise utilisation des armes par les forces israéliennes, qu'Israël nie violemment. Ainsi, lorsque des séquences se pose sur la documentation d'une exécution extrajudiciaire présumée, il est essentiel que les dirigeants israéliens précisent vigoureusement que ces aberrations sont contraires à la politique israélienne, et que Israël reste responsable de ses propres valeurs.

 

Enfin, Israël a également un intérêt stratégique urgent non seulement que justice soit faite, mais qu'il soit considéré à faire, de façon indépendante, sans pression internationale. Israël doit être vu à poursuivre de toute urgence les violations du droit international afin d'empêcher toute tentative de la Cour pénale internationale pour en revendiquer la compétence. En effet, le meurtre de quelqu'un hors de combat est considéré comme une infraction grave aux Conventions de Genève et donc un crime de guerre passible de poursuites aux yeux de la CPI.

 

Bien qu'Israël ne fasse pas parti au Statut de Rome, «l'État de Palestine» est - donnant la compétence prospective à la CPI sur les crimes commis sur son sol. Étant donné que la CPI est conçue comme un tribunal de dernier recours, en vertu du principe de «complémentarité» , il doit rejeter les cas où un État ayant compétence préalable fait déjà instruction ou des poursuites. Seulement là où un tel état ​​prouve " sa réticence ou son incapacité" peut faire jouer la CPI. Les Palestiniens ont déjà demandé une enquête de l' ONU. Afin d'empêcher toute tentative par les juges à La Haye pour supplanter le système judiciaire israélien, par conséquent, Israël peut se trouver appelé à l' avenir de prouver qu'il enquête sur les allégations de crimes internationaux rapidement et efficacement. Cette affaire devrait fournir une ample illustration de cet engagement à la suprématie de la loi.

 

Ceux qui protestent contre la poursuite de ce soldat par des juges à Jérusalem Israël aurait présenté avec sommation d'arrêt pour d'autres soldats soupçonnés de crimes de guerre, à comparaître devant des juges à La Haye. Ce calcul peut avoir été au plus complémentaire dans les considérations des dirigeants israéliens, mais il ne faut pas sous-estimer son importance dans le contexte stratégique plus large. Dans ce conflit complètement internationalisé, un seul coup peut souvent littéralement être entendu à travers le monde.

Repost 0
mordeh'ai