Copyrights Nanojv

Le site américano-qatari The Majlis, proche

d’Al Jazeera, livre un point de vue intéressant sur l’affaire du débarquement israélien à Tabuk en Arabie Saoudite. 

The Majlis précise en préambule qu’il est  impossible de vérifier cette information mais propose cependant de considérer les éléments de contexte suivants, en substance :

 

1) Tabuk, située à 200 km d’Eilat,  est le siège de la base aérienne King Faisal qui, dont acte, partage deux pistes avec l’aéroport civil.

 

2)  Si des avions militaires israéliens se sont posés, il n’est donc pas inconcevable que les autorités aéroportuaires aient du suspendre le trafic civil.

 

3) La longueur des pistes permet sans problème l’atterrissage d’avions cargos.

 

4) Tabuk est également le siège du commandement régional nord-ouest, comprenant plusieurs brigades d’infanteries et de blindés, ainsi qu’un détachement d’instructeurs militaires américains du United States Military Training Mission (USMTM).

 

5)  C’est une zone très isolée, à forte présence militaire, donc un endroit idéal pour stocker du matériel de guerre.

 

6) Cela étant, poursuit The Majlis, quel pourrait être l’intérêt de Tabuk pour Israël ?  Cet aéroport saoudien est beaucoup trop proche des frontières israéliennes pour en faire une escale de ravitaillement pour des bombardiers en route vers Ispahan ou Natanz. 

 

7) Par ailleurs une base “avancée” à cet endroit ne supprimerait pas la nécessité de ravitaillements aériens ultérieurs selon le Center for Strategic and International Studies.

 

8 ) Enfin si il s’agit de la planification d’une opération commando… on ne voit pas très bien la raison de s’arrêter en Arabie Saoudite. 

 

9) Ainsi, conclut the Majlis,  même si il est impossible de confirmer ou d’infirmer l’article de Fars News, on voit mal l’intérêt militaire d’une base avancée israélienne à Tabuk.

 

10) Par contre, on peut trouver des tas de raisons plus prosaïques pour expliquer les retards aériens sur des aéroports régionaux comme Tabuk.  

 

Bien vu donc, de la part de The Majlis qui fait preuve d’une saine clairvoyance. Cependant l’analyse s’arrête en chemin et le site américano-qatari qui se réfère à Haaretz et Yediot Aharonot pour sourcer l’info de départ, ne s’interroge pas -et pour cause-  sur la raison de la publication de l’article original de Fars News en arabe (et à priori ni en anglais ni en farsi) . Un simple détail qui – sous réserves – accréditerait l’hypothèse d’une petite opération d’info-guerre iranienne en direction du Royaume saoudien, en pointant les instructeurs militaires américains de l’USMTM. Et donnerait une partie de sa saveur à la (non) affaire de Tabuk. A suivre…

DB.