Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 08:09
TEL AVIV, 20/05/2010i - RIA Novosti
© RIA Novosti. Nazar Alian
 L'armée israélienne se prépare à intercepter en Méditerranée huit navires avec plusieurs centaines de défenseurs des droits de l'homme et une cargaison humanitaire se dirigeant vers la bande de Gaza bloquée par Israël depuis 2007, a annoncé jeudi la radio Kol Israel ("La voix d'Israël").

 

"Le ministre israélien de la Défense Ehud Barak a ordonné à la Marine de se préparer à l'opération qui se tiendra avec la participation de forces importantes en raison du grand nombre de navires (à intercepter)", a rapporté la radio.

La "Flottille de la liberté" est la plus importante opération d'octroi d'une aide humanitaire internationale à l'enclave palestinienne qui subit le blocus économique égypto-israélien depuis que le mouvement Hamas a arraché le pouvoir à Gaza au Fatah de Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, en été 2007.

 

Des parlementaires européens, des ecclésiastiques, des lords britanniques et même des prix Nobels se sont rendus sans encombres dans la bande de Gaza lors des actions humanitaires précédentes. Mais les autorités israéliennes ont commencé à intercepter les navires humanitaires au large de la bande de Gaza en 2009.

 

Selon Israël, il existe assez de possibilités légales d'acheminer des cargaisons humanitaires aux 1,5 million de Palestiniens de Gaza qui ont reçu 14.000 tonnes d'aide la semaine dernière.

Repost 0
mordeh'ai - dans Sécurité
20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 14:50

Par ARIE

Pour Geopolitique biblique

20 Mai 2010

 

C’est à dessein que je n’ai pas mis de guillemets autour de on a merdé; non que je me complaise dans la vulgarité, mais parce que je n’ai fait que traduire les termes exacts employés par le sieur Rahm Emanuel devant une assemblée de 15 Rabbins.

« The Obama administration has “screwed up the messaging” about its support for Israel over the past 14 months, and it will take “more than one month to make up for 14 months »,” By the way, comme on dit en américain, drôle de langage devant un tel parterre.

Histoire surréaliste. Une quinzaine de rabbins, triés sur le volet, donc en mesure de répercuter la bonne parole obamienne à leurs Communautés respectives, sont invités à deux reprises par l’Administration américaine à la Maison Blanche: La première fois, pour s’entendre dire que l’on a merdé la communication avec Israël, et la seconde pour leur faire dire : « vous voyez, n’est ce pas, tous les efforts que nous avons accompli depuis notre dernière réunion, pour améliorer na ni , na, na, avec Israël.

En anglais il existe un proverbe: don’t explain, don’t complain, ne te justifies pas, ne te plains pas. Autrement dit, t’as merdé… t’as merdé, essayes de réparer mais sans pleurnicher et sans justifier tes erreurs. Obama ne doit pas connaître ce proverbe, pourtant bien utile dans la bonne marche des relations internationales, où avouer une erreur est impardonnable: il fait venir des rabbins et leur dit ‘Hatati, Pashati, J’ai fauté envers Israël, je demande Mehila, pardon. Et le tout sur un fond d’hypocrisie lamentable, car, que dit Emanuel en substance ? Nous avons foiré la communication, mais nous sommes droits dans nos bottes sur le fond, car Israël a toujours été notre allié, notre ami et nous sommes soucieux de son bien être et de sa sécurité. Faux, archi faux !

Cet épisode appelle plusieurs commentaires

 Pourquoi inviter des rabbins pour faire entendre ce genre de discours; convoquer la presse eut été bien plus approprié. Ou alors, l’Ambassadeur d’Israël qui aurait transmis la bonne parole à qui de droit.

La première réponse qui vient à l’esprit est qu’Obama, par Rahm Emanuel et quelques feuj de service interposés, veut se réconcilier les bonnes grâces de la Communauté juive américaine, celle qui n’est pas empoisonnée par J Street, afin de limiter les dégâts aux prochaines élections au Congrès. Exact, mais insuffisant comme explication.

Une seconde hypothèse qui circule est, qu’Obama, lâché de toutes parts, par ceux qu’il croyait pouvoir séduire par son verbe, superbe – à commencer par le Monde arabe – se rend compte, qu’en définitive, son seul allié dans ce Moyen-Orient hystérique, contre l’extrémisme sunnite et la folie iranienne, reste et demeure Israël. D’où son mea culpa.

Mais, manifestement Obama considère que les lâchages et les affronts, en cascade, faits à Israël, en général, et à Netanyahou, en particulier, relèvent davantage du théologique que du politique, donc, qui mieux que des Rabbins pour entendre son mea culpa. On se croirait au Vatican. J’aime assez cette explication car elle cadre bien avec le vécu obamien. Voilà un homme qui a partagé son existence entre deux religions : l’Islam de son père et de son éducation en Indonésie, et ses choix d’adulte, à savoir intégrer l’Eglise baptiste du pasteur Jéremy Wright. Ainsi que je l’ai rappelé à plusieurs reprises, la frontière entre le Christianisme de Wright et l’Islam soft, professé par Farrakhan et consorts, est bien mince, dans la mesure où les deux cultes s’adressent en définitive à une seule et même communauté: celle des Afro-Américains, qui, depuis quelques décennies, naviguent avec aisance de l’un à l’autre; quitte à revenir en arrière.

La religion professée par ces deux branches de l’Abrahamisme, repose sur une certaine détestation des Blancs, quand ce n’est pas des juifs, qui non seulement, sont Blancs, mais en plus, échappent, et pour cause, au Christianisme. Détestation pas totalement injustifiée d’ailleurs, de par l’oppression morale et économique dont ont pâti les Noirs américains. De plus, Obama né d’un père Kenyan, ajoute un volet tiers-mondiste à sa double appartenance religieuse. Rien, ni personne, ne saurait justifier de sa part un amour quelconque pour Israël et les Juifs. Tout, au contraire, l’a préparé à la détestation de ce peuple. Or, quand on raisonne en termes de Pasteur, d’Imam et de Curé, le seul interlocuteur qui vient à l’esprit, c’est le Rabbin. Ce sont donc eux qu’il faut convaincre, pour qu’à leur tour, ils persuadent leurs ouailles.

Ce ne sont pas Rahm Emmanuel, Directeur de la Maison Blanche, Denis Ross, Conseiller du Président sur le Dossier iranien et Dan Shapiro, Directeur du « Desk Proche-Orient », tous juifs, mais bien ignorants des choses de la religion et des connexions singulières qui existent entre le Rabbin et la Communauté, qui le dissuaderaient d’organiser ces réunions, ridiculement inutiles.

Ils n’ont pas su expliquer à Obama que le temps où les Rabbins étaient les faiseurs d’opinion de la communauté juive – même aux Etats-Unis – avait bel et bien disparu, à part dans certaines communautés hassidiques; les Neturey Karta, par exemple. On peut le déplorer ou s’en réjouir, mais c’est comme ça.

Ils n’ont pas su expliquer à Obama que la fonction d’un Rabbin ne pouvait se comparer à celle d’un Pasteur, d’un Curé ou d’un Imam, parce que, pour le Judaïsme, tout juif est un rabbin potentiel, pour peu qu’il ait étudié et réfléchi, et que le judaïsme n’accorde pas de pouvoir particulier à la fonction. La distinction entre laïc et religieux dans le judaïsme est absente, contrairement au Christianisme et à une large frange de l’Islam; donc le Rabbin n’est certainement pas l’interlocuteur ad hoc quand il s’agit de reconnaître que la communication envers Israël a été nulle.

« La forme du message est nulle mais le contenu reste valable », dit Emanuel. Avancer un tel argument c’est ajouter l’hypocrisie à la sottise. Avant même son éléction, Obama s’est montré partial, hostile, et préjudiciable envers Israël. J’ai dû consacrer une soixantaine d’articles à ce sujet – de quoi construire un bouquin -, je ne vais donc pas rabâcher. J’irais même plus loin: la forme du message a été plus adroite que le fond. Par ailleurs, depuis quand le fond est indissociable de la forme, surtout en politique.

Enfin, récompense suprême promise par Obama: il aurait expressément demandé à Georges Mitchell de ne plus mettre la pression sur Israël. N’ayez plus peur du méchant Mitchell; je lui a demandé d’être gentil avec vous, à l’avenir. De l’infantilisme à l’état pur. A moins qu’il ne s’agisse d’une nouvelle manoeuvre vicieuse, ce qui n’a rien d’incompatible avec l’infantilisme politique.

Je ne peux m’empêcher de rappeler que cet aveu de foirage de la part Rahm Emanuel conforte mes prises de position sur le comportement de l’Administration d’Obama vis à vis d’Israël depuis bien avant son élection. C’est dur, mais aussi encourageant, d’avoir raison.

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 20:00

Par CAROLINE B. GLICK

Jerusalem Post 17/05/20

http://www.jpost.com/Opinion/Columnists/Article.aspx?id=175821

Adaptation française de Sentinelle 5770 ©

 

Depuis la Deuxième Guerre du Liban nombre d’Arabes israéliens ont été arrêtés et condamnés pour espionnage au profit du Hezbollah.

La semaine dernière, le commentateur libanais Tony Badran a publié un article sur le site lnternet ‘Now Lebanon’ pour discuter de la méthode iranienne de faire la guerre. Dans « La forme des choses à venir », il discuta de la signification du démembrement d’une cellule du Hezbollah au Koweït et de l’expulsion d’agents du Hezbollah de Bahreïn. Badran expliquait que comme le cercle du Hezbollah arrêté l’an dernier en Egypte, les cellules du Hezbollah dans les Etats du Golfe persique montrent la manière dont l’Iran utilise celui-ci pour étendre son pouvoir régional.

Badran remarquait que le développement de membres d’une cinquième colonne dans des pays cibles à travers le Hezbollah tordra le cou à l’idée qu’il sera possible de maîtriser un Iran nucléaire. Doté à la fois d’armes nucléaires et d’agents armés dans des Etats à travers la région, l’Iran sera en bonne position pour faire plier à sa volonté tous ces Etats. Les garanties de sécurité des USA seront sans valeur. Vivant sous la menace de la bombe iranienne, les Etats voisins seront incapables de prendre les mesures pour réfréner les agents iraniens contre la subversion de leurs gouvernements au sein de leur territoire souverain. Pour Israël, la menace est évidemment plus aiguë. Alors que des Etats comme le Koweït et Bahreïn seront en mesure d’endurer une hégémonie iranienne au Moyen-Orient, Israël n’aura pas ce luxe. L’Iran a fait savoir clairement que dans un Moyen-Orient qu’il régira, il n’y aura aucune place pour Israël. Aussi Israël doit agir bientôt pour empêcher l’Iran d’acquérir des armes nucléaires. Mais voilà : il y a le front intérieur.

Chaque jour qui passe, il devient plus évident que comme c’est le cas au Koweït, à Bahreïn et en Egypte, via le Hezbollah, l’Iran a établi des cellules de sympathisants parmi les Arabes israéliens. Cela signifie que, alors qu’Israël s’apprête à frapper l’Iran, il doit minimiser la capacité de l’Iran de répliquer via les bases d’une cinquième colonne dans le pays.

Selon Badran, parmi les agents du Hezbollah raflés au Koweït, il y avait plusieurs officiers de l’armée koweitienne. Cela signifie que le couple Iran / Hezbollah n’opère pas à la marge de la société koweitienne. Il fait partie de la majorité koweitienne./ Israël est confronté à une situation similaire. En fait, c’est même pire de plusieurs manières. Ici, des agents du Hezbollah se retrouvent aux échelons supérieurs de la société arabe israélienne. L’annonce la semaine dernière que Ameer Makhoul et Omar Said Abdo sont en état d’arrestation pour suspicion de servir d’agents du Hezbollah en est un exemple.

Jusqu’à son arrestation, Makhoul était le chef de ‘Ittijah’, l’organisation ‘feuille de vigne’ des ONG arabes israéliennes. Son frère Issam Makloul est un ancien membre de la Knesset. Abdo est un organisateur professionnel du Parti politique Balad. Ces hommes ne sont pas seulement des membres dirigeants de la hiérarchie arabe locale. Ils sont étroitement liés à la Gauche israélienne et internationale aussi.

Makhoul et Abdo ne sont pas isolés. L’ancien membre de la Knesset et chef du Parti Balad Azmi Bishara s’est enfui du pays en 2007 pour éviter une arrestation pour espionnage en faveur du Hezbollah pendant la guerre de 2006. Bishara est soupçonné d’avoir transmis des informations sur des cibles à des officiers de Hezbollah.

Le mois dernier Rawi Sultani, le fils d’un important avocat israélien, a été condamné pour transferts de renseignements au Hezbollah concernant le Chef d’Etat Major Général Gabi Ashkenazi. Sultani était un membre du club de sport d’Ashkenazi à Kfar Saba. Sultani a été attiré au service du Hezbollah alors qu’il participait à une conférence de la jeunesse panarabe au Maroc, organisée par le Parti Balad.

Au début de ce mois, le membre de la Knesset Massoud Ghanem du Parti Ta’al Arabe Uni a accordé un entretien au journal du Nazareth ‘Kul el-Arab’, dans lequel il exprimait son espoir de voir un jour Israël détruit et remplacé par un califat islamique.

Ghanem déclara aussi que dans le cas d’une guerre entre Israël et l’axe Iran-Syrie-Hezbollah-Hamas, il se mettrait du côté de l’axe. Comme il le dit : « l’axe Iran-Syrie-Hezbollah représente la ligne de résistance et le refus de capituler, et naturellement, je soutiens cet axe ».

Depuis la Deuxième Guerre du Liban, nombre d’Arabes israéliens ont été arrêtés et condamnés pour espionnage au profit du Hezbollah. Tous étaient des individus accomplis issus de familles respectées. Khaled Kashkoush était un étudiant en Allemagne qui promit à son officier traitant du Hezbollah qu’il obtiendrait un travail au Centre Médical Rambam de Haïfa. Le plan de Kashkoush était de développer des relations avec des soldats blessés hospitalisés et de transférer l’information obtenue au Hezbollah.

 En 2008, le sergent chef Louai Balut, le premier pisteur arabe chrétien à servir dans Tsahal, a été condamné à 11 ans de prison pour avoir transféré au Hezbollah de l’information sur le déploiement des troupes dans le Nord.

La popularité du Hezbollah parmi les Arabes israéliens a grandi énormément depuis la Seconde Guerre du Liban. Alors qu’avant la guerre, on n’avait guère de manifestation publique de soutien, depuis la guerre, des drapeaux du Hezbollah sont couramment déployés lors d’évènements politiques et de contestations d’Arabes israéliens. La popularité croissante du Hezbollah va de pair avec une profonde radicalisation qui a été largement négligée par les autorités de l’Etat. Pendant la fin de semaine, des milliers d’Arabes israéliens ont participé à des manifestations pour la soi-disant Nakba. La Nakba ou « catastrophe », est la façon dont le monde arabe caractérise la naissance d’Israël le 15 mai 1948.

Jusqu’à la mise en place du processus de paix d’Oslo avec l’OLP en 1993, le 15 mai était généralement ignoré par les Arabes israéliens. Mais depuis lors, chaque année, des commémorations de la soi-disant Nakba ont constamment augmenté en portée et radicalité. Cette année, la manifestation centrale se tenait à Kfar Kanna, la ville même de Galilée qu’Abdo appelle foyer. L’orateur principal de cette manifestation était le chef du Mouvement islamique Raed Salah. Son discours aurait pu aisément être tenu par le président iranien Mahmoud Ahmadinejad ou par le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah.

S’adressant à une foule de milliers d’auditeurs, Salah menaça Israël de guerre s’il osait prendre des mesures contre des Arabes comme Abdo et Makloul. Selon ses termes : « Si vous croyez qu’avec cette arrestation vous prendrez votre revanche contre des groupes politiques dans notre société comme le Parti Balad, vous vous trompez. Balad, le Mouvement islamique, Hadash et le Comité Supérieur de Surveillance Arabe – partagent tous un espoir, une douleur, un avenir, et un présent. Ceux qui s’opposent à l’un de nous s’opposent à tous. Nous sommes tous Omar Saïd, nous sommes tous Ameer Makhoul”.

Il poursuivit en promettant que tous les descendants des Arabes qui partirent en 1948 reviendraient. Il qualifia les communautés israéliennes de « cancers » qui seront retirés. Enfin, Salah appela le Fatah et le Hamas à s’unir en guerre contre Israël : « D’ici, depuis la Galilée, nous vous appelons à vous unir contre l’occupation jusqu’à ce que l’Etat de Palestine soit établi avec Jérusalem pour capitale ». Avant sa diatribe le jour de la Nakba, Salah fut acquitté la semaine dernière d’accusations pour émeutes. La mise en examen a été instruite contre lui en 2007 après un discours qu’il fit lors d’une manifestation à Jérusalem dans lequel il accusait Israël de chercher à détruire la Mosquée al Aqsa sur le Mont du Temple.

Alors qu’il agitait un drapeau syrien, Salah proclama dans ce discours « c’est désormais le devoir de tout Arabe et musulman de lancer une intifada d’une extrémité à l’autre pour sauver Jérusalem et la Mosquée al Aqsa. Nous ne sommes pas de ceux qui nous autorisons à manger un repas de pain et de fromage trempé dans le sang d’enfants ». Il fut acquitté en vertu de ce que la Cour de District de Jérusalem déclara être des contradictions dans la déposition de l’accusation.

Les déclarations de Salah, comme celles de ses collègues dans les échelons de direction arabes israéliens, provoquent invariablement des réponses furieuses des politiciens. En fait, en réponse au discours de Salah sur la Nakba, dimanche, le ministre des finances Yuval Steinitz demanda la déchéance de sa citoyenneté israélienne.

Mais en dehors de déclarations à l’origine de titres de presse, les politiciens et le reste de la direction du pays – y compris la police et les Cours de justice – ont refusé de faire vraiment quelque chose. Nos dirigeants ont échoué à prendre des mesures vraiment cohérentes pour s’opposer au fait qu’aujourd’hui, il n’y ait pas de chefs arabes israéliens qui ne fassent pas régulièrement des déclarations qui ou bien rejettent le droit à l’existence du pays, ou bien incitent à la trahison de l’Etat, ou les deux. De même, ils n’ont pris aucune mesure efficace contre des rapports sur des caches massives d’armes dans des villages arabes./ En mars, le site à sensation ‘Debkafile’ a publié un rapport à dresser les cheveux sur la tête déclarant que le Hezbollah avait levé cinq brigades – toutes entraînées par les Gardes Iraniens de la Révolution – dont la mission est d’envahir le Nord d’Israël lors de la prochaine guerre. Selon ce rapport, l’une des brigades a pour mission d’envahir trois villages arabes le long de l’autoroute Saint-Jean d’Acre – Safed, et de les utiliser comme tête de pont pour allumer une insurrection armée dans des villes arabes à travers le Nord.

Le rapport de Debkafile n’était pas référencé et par conséquent, il a été largement ignoré. Mais au cours des semaines récentes, plusieurs sources de Tsahal ont confirmé l’essentiel de l’affaire. / En fin de semaine, le correspondant militaire de la ‘Chaîne 1’ Yoav Limor rapporta qu’une préoccupation importante sur la guerre a atteint une quasi unanimité dans les cercles de la Défense : Israël devrait faire un dernier effort d’abandon pour négocier la cession des Hauteurs du Golan à la Syrie dans l’espoir de la cajoler pour la sortir de l’axe iranien. Si c’est vrai, cette position indique que les échelons supérieurs de l’Establishment de sécurité sont en état de panique.

Si le rapport de Limor est exact, nos dirigeants doivent se ressaisir. Les temps sont affreux, mais ils ne sont pas désespérés. Il n’y a pas de raison que quiconque perde la tête. Pour prévaloir, nos dirigeants et les autorités de sécurité doivent cesser de parler et commencer d’agir. Ils doivent commencer maintenant à briser les organisations ennemies comme le Parti Balad et le Mouvement islamique, arrêter leurs chefs et saisir leurs biens. Il y a des lois dans nos codes pour mettre en œuvre de telles politiques.

De même, la police, avec l’aide de Tsahal si besoin, doit découvrir et saisir les caches d’armes illégales. Les villages hostiles comme Kfar Kanna et Umm el-Fahm, et les villes frontières comme Deir el-Asad et Majd el-Kurum doivent être rigoureusement surveillées.

Il y a très peu de bonnes nouvelles en provenance des Etats voisins ces jours-ci. Le président russe Dmitry Medvedev en visite en Syrie la semaine dernière a seulement levé le niveau de menace contre Israël à des niveaux croissants au sein de rapports d’agrément de vente de quantités massives d’armes sophistiquées à cet Etat arabe vassal de l’Iran.

Mais Israël peut faire face à cette situation. Nous devons seulement commencer d’agir et arrêter de gloser.

 

( Lorsque le gouvernement et surtout la Cour Supême prendront les décisions adéquates c'est à dire lourdement punitives vis à vis de ces traitres et surtout vis à vis des donneurs d'ordres tels que des MK des partis arabes et l'imam d'Oum el Fahem . A ce moment seulement  les mouvements arabes israeliens pro-Hezbolah commenceront à réfléchir ; sinon si rien de concret n'est fait concernant cette 5ème colonne ce sera le tour  du Neguev et de ses bédouins d' être contaminés. - Mordeh'aï - )

Repost 0
mordeh'ai - dans Sécurité
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 15:37

par Shraga Blum

Pour Israel 7

 

Le journal « Makor Rishon » révèle le scandale d’un certain nombre d’officiers de Tsahal qui ont préféré renoncer à un idéal en contrepartie de l’attrait de l’argent.

Afin d’augmenter la population juive en Galilée, le gouvernement Ben-Gourion avait en 1956 ordonné la création d’une ville juive aux abords de Nazareth : Nazareth-Illit.

Des années plus tard, un nouveau quartier fut créé dans la ville, « Guivat Barak », destiné à des officiers de Tsahal, qui purent acquérir des maisons à des prix attrayants grâce à une aide l’Etat qui y voyait un objectif sioniste de première importance.

Depuis, sur une cinquantaine de maisons, 39 ont au fur et à mesure été vendues par leurs propriétaires à des acquéreurs arabes, à des prix très élevés, allant parfois jusqu’à trois fois le prix initial.

Outre le scandale de la trahison de l’idéal sioniste, par ces officiers de Tsahal, qui ont vendu à des Arabes des maisons qu’ils ont acquises grâce à des subsides de l’Etat dans un but bien précis, ce phénomène est en train de faire boule de neige puisque l’arrivée de familles arabes, parfois ouvertement hostiles à leurs voisins juifs, provoque un départ progressif d’autres familles juives du quartier « Guivat Barak », mais aussi des quartiers environnants de Nazareth-Illit.

Ce phénomène n’est hélas pas spécifique à cette ville. Dans des endroits comme Karkour ou Rosh-Haayin, des officiers de Tsahal ont réalisé des opérations identiques, troquant l’idéal sioniste contre des espèces sonnantes et… trébuchantes.

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 14:01

Accord Olmert-Abou Mazen : révélations de Ramon

Par Shraga Blum

Pour Israel 7 

18/05/2010

 

L’on savait déjà que l’ancien Premier ministre Ehoud Olmert avait fait de propositions de concessions plus que généreuses à Abou Mazen, surtout vers la fin de son mandat, comme l’avait fait Ehoud Barak à Camp David en été 2000, alors qu’il savait que de nouvelles élections auraient lieu bientôt.

 

De récentes révélations de Haïm Ramon donnent la mesure des réelles "intentions de paix" palestiniennes, surtout lorsque l’on sait que l’une des exigences récurrentes des négociateurs palestiniens est de recommencer à chaque pourparlers de partir du point où ils se sont arrêtés au round précédent, et même si entre-temps la majorité et le gouvernement en Israël ont changé de camp.

 

Haïm Ramon, ancien Premier ministre adjoint, a révélé lors d’une intervention à l’Institut de Recherches en Sécurité Nationale de l’Université de Tel-Aviv, que les discussions entre Ehoud Olmert et Abou Mazen avaient capoté à propos de deux points : le nombre de "réfugiés" qui seraient autorisés à venir s’installer en Israël, et l’étendue territoriale du passage prévu entre la Bande de Gaza et la Judée-Samarie ! Selon Ramon, "les discussions étaient allé très loin, même sur la question de Jérusalem, où les Palestiniens avaient accepté que les quartiers Juifs construits après 1967, comme Gilo et Pisgat Zeev, pourraient rester sous souveraineté israélienne ".

 

 " Soudain ", précise Ramon, "les Palestiniens ont émis de nouvelles exigences sur le pourcentage des terres cédées par Israël en compensation des blocs d’implantations qui resteraient sous souveraineté israélienne, et également, sur le nombre de"réfugiés" qui seraient autorisés à s’installer en Israël, soit pour raisons humanitaires, soit dans le cadre du regroupement familial ".

 

Le ministre Benny Begin, qui assistait à cette conférence, a réagi en déclarant " qu’il y avait un point commun évident entre le refus palestinien des généreuses propositions d’Olmert, et celles d’Ehoud Barak en 2000 : le refus qu’il y ait un tout simplement un Etat du peuple juif ". " Leur stratégie est à chaque fois la même : obtenir des promesses de concessions, faire échouer les négociations au dernier moment sur un point précis, et exiger la fois suivante de redémarrer les pourparlers là où ils s’étaient arrêtés à la fois précédente ".

 

Selon les concessions proposées par Ehoud Olmert de son propre chef, deux sujets tabous en Israël ont été rompus : l’indivisibilité de la capitale d’Israël et le refus du Droit de " retour " pour les Palestiniens qui furent parqués dans des camps de misère par les pays arabes dès 1948.

Repost 0
mordeh'ai
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 13:04

Par Shraga Blum

Pour Israel 7

17/05/2010

 

Le ministre israélien des Affaires Etrangères, Avigdor Lieberman, a ordonné aux services de son ministère de ne pas procurer pour l’instant de passeport diplomatique au député arabe Taleb A-Sana (Raam-Taal).

La raison en est la suivante : le député a « égaré » son passeport diplomatique pour la cinquième fois en cinq ans,

ce qui inquiète les responsables des Affaires Etrangères. « Tant que le député n’aura pas fourni d’explication satisfaisante à ces disparitions successives son passeport ne sera pas renouvelé », indique-t-on au ministère.

Le passeport diplomatique est en principe réservé au personnel…diplomatique, mais il est également accordé aux ministres et députés qui désirent pouvoir bénéficier de l’immunité diplomatique lors de leurs déplacements à l’étranger.

Au ministère, on précise « que cette décision est due aux craintes quant au sort de ces passeports », qui ont très bien pu être donnés ou vendus à des organisations terroristes que le député arabe ne se cache pas de soutenir. Quant à ce dernier, il a réagi dans l’excès comme de coutume : « Pour le moment je n’ai pas encore de réponse du ministre. Mais si elle est négative, qu’il sache qu’avec ou sans lui, j’obtiendrai au passeport diplomatique. Nous ne sommes pas dans un régime bolchévique où un ministre peut décider ce qu’il veut dans ce domaine. »

 

 

 

 

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 09:45
 Des civils Israéliens "appelés" à lutter contre le Pro-activistes de Gaza en mer
 
Par Maayana Miskin
Publié le: 17/05/10
Pour IsraelNationalNews.com

Pendant que les débats au sein du gouvernement posent la question : "comment faire face aux tentatives des militants étrangers d'entrer à Gaza par la mer", des civils israéliens ont mis au point leur propre plan. Une campagne populaire demandant de naviguer et de faire face aux activistes étrangers en mer a gagné de nombreux adeptes - et 15 navires.

Arouts-7  service de nouvelles en hébreu a interviewer Matan Freiman,  l'un des organisateurs de la contre - manifestation . «Notre objectif est, d'abord et avant tout, d' envoyer un message à la Turquie", a -t-il déclaré

Les navires étrangers se rendant à Gaza sont parrainés en grande partie par la Turquie. Les navires ont pour but de défier le contrôle par Israël des eaux au large de la côte de Gaza , pour entrer dans la région contrôlée par le Hamas, sans le feu vert israélien. Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan espère gagner le soutien dans le monde arabe aux dépens d'Israël, a déclaré Freiman, et les navires israéliens attireront  l'attention sur ce fait.

Freiman a déclaré  que les activistes israéliens sauront également rappeler à l'approche des navires étrangers que le Hamas porte la responsabilité sur le fait que ceux-ci ne peuvent pas entrer et sortir librement de Gaza; car le  Hamas refuse toujours de libérer  prisonnier Israëlien  Gilad Shalit, .

Le but est d'obtenir le point de vue d'Israël dans les médias, tant en Israël qu'à l'étranger, a-t-il expliqué.

Freiman a également déclaré qu'il ne pouvait pas donner  plus de détails précis de la confrontation prévue en mer, mais de plus amples détails seraient livrés à l'approche de la date de l'expédition . Actuellement, les militants tenteront des choses dans le but de répondre aux bateaux étrangers en mer avant qu'ils n'atteignent les eaux de Gaza.

La campagne populaire pour faire face aux militants de "Free Gaza"  gagne en popularité rapidement,

Merci en grande partie aux sites de "réseautage social", a déclaré Freiman. Il a exprimé son optimisme concernant l'avenir de la campagne, en disant: «Beaucoup de succès a commencé avec les luttes des citoyens privés, et ne passent pas par les canaux officiels." (IsraelNationalNews.com)

Repost 0
mordeh'ai - dans Scoop
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 09:30

Source : Primo Info

Le Hamas a expulsé, en quelques heures, plusieurs dizaines de familles de Gaza, avant de démolir une quarantaine de maisons.

Ce fut assez expéditif. Les démolitions ont eu lieu ce dimanche dans la ville de Rafah.

Les dirigeants du Hamas ont affirmé que les maisons avaient été construites illégalement sur une zone appartenant au gouvernement.

Les mouvements pro-palestiniens en France, en Europe, les médias, les chancelleries n’ont eu aucune réaction pour condamner ce qui est, à l’évidence, un crime intolérable. Régis Debray n'a pas réagi et les signataires de J CALL non plus.

Quand à Hervé de Charette, il faisait la sieste en Vendée.

C’est certainement à cause de ce long WE de l’Ascension.

Repost 0
mordeh'ai - dans Scoop
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 09:09

Par Laly Deray

No 122 d'Hamodia

12 mai 2010, Chavuot

Selon la tradition, le roi David est né à Chavouot et a aussi quitté ce monde le jour de Chavouot. La Jérusalem où David a régné n'est bien entendu pas la nouvelle ville des quartiers ouest, ni même ce qu'on appelle la Vieille Ville et qui est sertie de remparts, mais plutôt la Cité de David située au sud du mont du Temple, à l'extérieur des remparts. Or, à cinq minutes du Kotel, Ir David est en train de livrer ses secrets. C'est en effet à partir de là que Jérusalem s'est autrefois développée pour devenir la capitale du peuple d'Israël, c'est aussi là que le roi David a régné pendant 33 ans, et c'est peut-être là qu'il est enterré. Enquête sur un site où la plus petite pierre a une si longue histoire...

 


« Jérusalem, des montagnes l'entourent », écrit David dans ses Psaumes. Or, le seul endroit bordé de montagnes est précisément la Cité de David, entourée par le mont Moriah au nord, le mont des Oliviers à l'est, le mont Sion à l'ouest et les plateaux d'Abou Tor et d'Armon Hanatsiv au sud.
En fait, les premières fouilles dans ce qui est devenu aujourd'hui le " Parc national de Ir David " datent du 19e siècle mais ces dernières années, la Cité de David est devenue une véritable mine de découvertes archéologiques qui nous font remonter quelque 3 000 ans en arrière, au temps du roi David.

« David était âgé de 30 ans lorsqu'il devint roi. Il régna à Hébron, en Judée, durant 7 ans et 6 mois et à Jérusalem, il régna 33 ans sur les royaumes d'Israël et de Juda », (Samuel II, 5, 4-5).
C'est donc bien dans la Cité de David, à quelques dizaines de mètres du Kotel, que tout a commencé…

 

Lire la suite.......

Mais plus que tout, c'est ce que la Cité de David n'a pas encore révélé qui passionne les archéologues. En effet, ils ont tous compris l'ampleur et l'importance de tous les trésors que ce site renferme : rares en effet sont les endroits où, Bible à la main, on peut entendre les échos de l'Histoire d'Israël venue des temps antiques résonner si clairement à nos oreilles...

Repost 0
mordeh'ai - dans Monde juif (halakha-min'hag)
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 08:58

Par Yéochoua Sultan

Pour Israel 7

16/05/2010

 

 

Lund doiit se tenir l’inauguration d’une nouvelle usine de dessalement de l’eau de mer à Hadera. Elle devrait pouvoir fournir 10% des besoins nationaux, en produisant 127 millions de mètres cube d’eau douce par an.

C’est le plus grand centre de traitement de l’eau de mer en son genre au niveau mondial. Il rejoindra la liste des usines qui fonctionnent déjà à Ashkelon et à Palma’him.

Le principe de fonctionnement est fondé sur ce que l’on appelle «l’osmose inversée». Le centre de dessalement a été créé par la société H2ID et il devrait aider à solutionner les graves problèmes de pénurie d’eau qui sévissent depuis la fondation de l’Etat d’Israël. Le climat désertique, à ajouter à l’accroissement de la population et à l’appauvrissement des réserves naturelles d’eau, a rendu la crise encore plus critique.

Récemment encore, des solutions ont été proposées comme l’importation d’eau potable en provenance de Turquie, voire le remorquage d’icebergs depuis le Groenland, qui a été évoqué lors de réunions de fonctionnaires haut-placés. Cependant, la seule solution à avoir été considérée sérieusement reste le dessalage de l’eau de mer, qui prend une place de plus en plus prépondérante en ce qui concerne l’aquifère d’Israël.

Shimon Pérès devrait être le premier citoyen qui ouvrira le robinet pour boire l’eau potable produite par l’usine de Hadera.

Repost 0
mordeh'ai - dans Société