Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 09:30

Editorial de  Richard Darmon,

Pour Hamodia No 129 07 juillet 2010,

Au lieu de " marchander " d'une manière ou d'une autre l'aménagement de l'exigence américaine de poursuivre coûte que coûte le gel de la construction juive en Judée-Samarie afin d'entamer des négociations directes avec l'Autorité palestinienne (AP) qui n'en veut pas, le Premier ministre israélien devrait expliquer clairement et simplement à l'hôte actuel de la Maison Blanche que la principale préoccupation de son pays est essentiellement le terrible danger que représente la toute prochaine accession des mollahs iraniens à la bombe nucléaire… et quelles mesures le gouvernement israélien compte prendre pour empêcher ce cauchemar de devenir sous peu réalité !

Comble de l'absurde : alors que tout le monde sait parfaitement que les nouvelles sanctions décidées après des mois de délai et en grande fanfare par l'administration américaine n'empêcheront en rien le régime islamiste, fanatique et expansionniste de Téhéran de se doter d'ici quelques mois de la bombe nucléaire, l'un des sujets - annoncé en ce début de ce semaine à la " une " de plusieurs titres de la presse israélienne - à l'ordre du jour de l'entrevue bilatérale de ce 6 juillet entre Obama et Nétanyaou, c'est le dossier du nucléaire… israélien ! C'est que continuant sur sa sinistre lancée de mai dernier visant à mettre fin à la " couverture " de Washington - datant pourtant de plus de quatre décennies ! - concernant " l'arme suprême ", clé de voûte de la sécurité d'Israël, en faisant contrôler d'ici 2012 par l'ONU et les pays signataires du Traité de Non Prolifération (TNP) les activités nucléaires de l'État hébreu, le président américain aura choisi de saper ainsi toute initiative du Premier ministre israélien. Et ce, justement pour tenter d'éviter que ce dernier ne puisse mettre enfin " les pieds dans le plat " en parlant du danger existentiel que constitue pour Israël un Iran nucléarisé !

Alors que l'administration Obama s'est employée depuis dix huit mois à faire un " link " très contestable entre le dossier du nucléaire iranien et l'avancée, tout à fait nécessaire à ses yeux, du " processus de paix " israélo-palestinien en conditionnant une politique éventuellement plus dure contre Téhéran aux ouvertures qu'Obama attend d'Israël face aux Palestiniens, voilà à présent que Washington a entrepris une autre manœuvre de diversion en initiant à sa manière arrogante et agressive un nouveau " link " : le dossier du nucléaire israélien. Et ce, avec le soutien ardent de l'Égypte, de l'Arabie Saoudite et des autres pays arabes dits " modérés " de la région !

Un dossier palestinien totalement " bloqué " et donc fort peu prioritaire pour Israël

Alors que - comme à son habitude et conformément à celle de tous les pays arabes de la région -, la direction de l'AP exige d'emblée d'Israël d'énormes concessions préalables (territoriales et autres) avant toute reprise des pourparlers bilatéraux directs autour de la même table de négociations, les diverses " idées " concoctées par Jérusalem par la présidence du Conseil ne sont guère de mise dans le contexte d'aujourd'hui… Notamment cette sorte de " marchandage " envisagé par Nétanyaou qui a promis à Washington de reconduire le moratoire du gel de la construction dans certaines zones de Judée-Samarie en dehors des " grands blocs d'implantations ". Et ce, afin d'obtenir justement d'Obama la reconnaissance de la fameuse lettre de George Bush à Ariel Sharon écrite en 2004 qui déclarait que les États-Unis envisageaient des rectifications de frontières " tenant compte des réalités démographiques actuelles par rapport à la ligne d'armistice de 1949 " (la Ligne verte d'avant la guerre de Juin 1967) en acceptant l'idée de " blocs d'implantation " qui seraient annexés par Israël le long de cette ligne dans le cadre des discussions sur le statut final des territoires. Ce qui permettrait à l'État hébreu de conserver les grandes cités juives de ces régions, comme Ariel, Maalé Adoumim et tout le Goush Etsion (au sud de Jérusalem), tout en maintenant sur place sous sa propre souveraineté plus de la moitié des 300 000 résidents juifs actuels en Judée-Samarie. Or, pas un jour ne passe sans que l'AP, qui se sent décidément le vent très en poupe à Washington, ne fasse encore monter les enchères en excluant cette perspective des " blocs d'implantations " et en allant même jusqu'à dénier tout droit de contrôle israélien ou juif sur le Mur occidental de la Vieille Ville de Jérusalem - comme l'a tout récemment déclaré Saëb Erekat, le chef négociateur palestinien…

Dans ces conditions, on est en droit de se demander pourquoi Nétanyaou s'est cru obligé de discuter sans cesse sur le même terrain d'Obama, qui lui a fait quant à lui la " faveur " de lui proposer la reprise de pourparlers directs avec l'AP contre le maintien du gel de la construction en Judée-Samarie et à Jérusalem-Est ?!

Car comme le disait l'éditorialiste du "Los Angeles Times", Burt Prelutsky, dans une récente analyse, "il y a sûrement quelque chose qui ne tourne pas rond chez un homme qui semble être bien plus inquiet de la construction de maisons en Israël que par le fait que des Musulmans préparent une bombe atomique en Iran"…

Ce que Nétanyaou devrait décider et faire d'urgence !

Au lieu de discuter aussi directement et frontalement avec un président américain " idéologique " qui s'est mis dogmatiquement dans la tête de régler ce conflit plus que centenaire " d'ici deux ans " en adoptant tous les poncifs et préjugés du " consensus " prévalant dans la communauté internationale sur la " responsabilité d'Israël " dans le blocage actuel du " processus de paix ", et à l'heure où, de surcroît, le mouvement palestinien est aussi radicalement divisé entre le Hamas de Gaza et le Fatah de Ramallah, Nétanyaou devrait changer son fusil d'épaule !

Ainsi, devrait-il nommer à son retour de Washington - comme l'avait fait Obama lui-même dès son arrivée aux affaires avec George Mitchell - un haut diplomate " négociateur " chargé de le représenter auprès de l'administration américaine et de poursuivre toutes ces discussions, devenues en fait tout à fait oiseuses, parce que sans réel répondant du côté de l'AP. Surtout quand on vient d'apprendre que Washington a entrepris - de manière si politiquement " correcte " - d'entamer discrètement des pourparlers officieux avec le Hamas, voire avec le Hezbollah : deux mouvements islamistes terroristes préconisant pourtant l'éradication physique d'Israël…

Parallèlement, à la lumière des enseignements à tirer sur le véritable hallali diplomatique et médiatique anti-israélien qui a suivi l'affaire de la flottille prétendument " humanitaire " interceptée au large de Gaza quand Israël s'est senti soudain totalement seul et largué par ses prétendus " alliés " et alors que d'autres flottilles provocatrices du même genre sont déjà prévues par les islamistes " dès après la finale de la Coupe du monde de football ", Nétanyaou devrait annoncer que la " priorité nationale " de l'État hébreu et de son gouvernement est désormais tout autre : à savoir préparer d'urgence le pays - militairement, techniquement, logistiquement et moralement, avec l'aide notamment des experts en stratégie du Conseil national de sécurité - aux durs affrontements, voire à la guerre régionale ouverte qui se profile avec l'Iran irrédentiste et ses alliés extrémistes de l'axe Hamas-Hezbollah-Damas.

Une question bien plus vitale pour la survie d'Israël que la relance d'un " processus de paix " moribond depuis près de dix ans en raison de l'intransigeance arabe !

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 22:40

Alain-Shraga Blum

www.Israël7.com (Arutz7)

Remarque préliminaire Le journaliste de la chaîne « Aroutz 10 » Shlomi Eldar, spécialisé dans la Bande de Gaza a réalisé un film documentaire d’une rare intensité, qui retrace un événement auquel il a été personnellement et intiment lié : « Haïm Yekarim »

(« Précieuse Vie »).

L’histoire se déroule durant l’Opération « Plomb Durci », en janvier 2009. Ne pouvant plus entrer dans la Bande de Gaza, le journaliste est en panne de travail, lorsqu’il reçoit soudain un appel téléphonique d’un médecin de l’hôpital « Tel Hashomer », Dr. Raz Somekh’, qui lui propose de venir faire un reportage sur un fait dramatique : un couple de palestiniens de Gaza, ayant déjà perdu deux filles des suites d’une maladie génétique, ont obtenu le droit de faire transférer leur troisième enfant également atteint, Muhamad Abou Mustapha, quatre mois et demi, dans le Département Hémato-Oncologique de l’Hôpital israélien. L’enfant est à l’article de la mort, et ses parents sont désespérés

Après avoir hésité, le journaliste accepte, se rend au chevet de l’enfant et décide de réaliser un documentaire sur le combat pour sauver la vie de ce bébé et sur le tissu de relations qui se crée entre lui, les parents et l’équipe médicale. Raïda, la mère, qui s’adresse à un Israélien pour la première fois, explique au journaliste qu’il faut penser au financement des soins et de la greffe de moelle osseuse, et que la famille n’a pas les 55.000 dollars nécessaires. Shlomo Eldar tente alors de trouver de l’argent chez des connaissances, mais en vain. Il décide alors, en dernier ressort, de parler de ce cas lors d’un journal télévisé. Il explique la situation désespérée de l’enfant, et lance un appel de fonds pour le sauver, tout en se disant en son for-intérieur « que c’est peine perdue, car quel Israélien accepterait, en pleine guerre contre le Hamas, de mettre la main à la poche pour sauver un Palestinien, fusse-t-il un enfant !!» Dans les minutes qui suivent, le standard est assailli par des coups de téléphone, et un donateur anonyme fait savoir qu’il prendra en charge toute la somme, mais à condition de rester anonyme. Après des recherches, le journaliste apprendra qu’il s’agissait d’un juif, qui a perdu un fils au combat.

En apprenant la nouvelle, la mère de l’enfant dit au journaliste : « Vous, les Juifs, vous vous comportez vraiment de manière très étrange ! »

Le documentaire retrace alors de manière très émouvante, le travail, l’acharnement de l’équipe médicale pour sauver cet enfant, les espoirs, les doutes, la peur, puis la victoire. Il retrace aussi les pensées contradictoires, qui traversent le Dr. Somekh’ qui soigne cet enfant, et qui en même temps part comme volontaire au front dans la Bande de Gaza. Il décrit les craintes de la maman, qui est persuadée au début que les médecins veulent tuer leur enfant, ou que le journaliste veut tourner un film de propagande et que les soins cesseront dès qu’il aura le dos tourné. Et ses discussions avec le père, Fawzi, qui voit ces Juifs qu’il maudit à longueur d’année, en train de tout faire pour sauver son enfant comme si c’était l’un des leurs. Et qui y réussiront. La partie la plus tragique et la plus édifiante de documentaire, et celle qui a poussé Shlomi Eldar à interrompre momentanément le tournage. Un soir, alors que le père était retourné chez lui, laissant sa femme dans la chambre d’hôpital en compagnie du journaliste, une discussion à bâtons rompus commence entre eux sur le sujet des fêtes religieuses. Et soudain, la femme regarde le journaliste avec des yeux coléreux, et elle commence un long monologue sur la « culture terroriste » en lui assénant : « Je voudrais que mon fils soit un jour un Shahid (Martyr), et j’aimerais qu’il se fasse sauter à Jérusalem, car cette ville est à nous ! Vous comprenez cela ??!». Le journaliste avouait qu’il avait reçu cela

« comme un coup de poing dans le ventre ». Et la femme renchérissait : « Nous n’avons pas peur de la mort, depuis le berceau, même les bébés encore plus petits que notre Muhamad n’on pas peur, et nous allons tous nous sacrifier pour Jérusalem. » Et voyant la colère du journaliste, elle lui dit : « Tu es en colère ?? Et bien sois en colère !!! Nous n’avons pas la même culture que vous. Chez nous, c’est comme ça. Nous chantons et dansons quand l’un des nôtres meurt en Shahid. C’est une chose extraordinaire ! » Et au moment où elle vantait la mort de ceux qui assassinent des Juifs, deux femmes juives entraient dans la chambre pour apporter des jouets pour le petit Muhamad désormais hors de danger.

Le journaliste écoeuré décidait alors de stopper pour un temps le tournage du documentaire, s’estimant trahi et avouant « ne pas comprendre comment une femme, une mère, ait pu rester des jours et de nuits à pleurer pour que vive son bébé, et souhaitant en même temps qu’il meurt un jour en martyr. Est-ce la même femme ? »

Le documentaire n’a qu’un seul défaut, typique de la plupart des journalistes israéliens : il évoque un (faux) paradoxe entre un médecin juif sauvant un bébé palestinien, pendant que des soldats tuent des civils à Gaza.

Mais il vaut la peine d’être vu car il provoque un profond malaise, voire une révolte, qui traduisent bien les dilemmes moraux qui agitent les Israéliens. Il sera projeté lors du Festival du Cinéma de Jérusalem le 10 juillet.

Il est à espérer qu’il soit présenté sur les écrans à l’étranger, afin que le grand public sache dans quel environnement civilisationnel et moral se trouve l’Etat juif.

 

Le contenu de cet article est à diffuser sur un maximum de sites et à un maximum de personnes, car il met en évidence le fossé abyssal qui existe entre nous, les Juifs, et les ennemis qui nous entourent, quant à la valeur de la vie humaine. En ces jours où Israël est Sali et calomnié, il faut que le monde sache.

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 22:16
Source : www.drzz.info 
7 juillet 2010 kid7.jpg

 Ce soir, la vérité sur la mascarade al Dura sera dévoilée à la Suisse.

Ainsi, après l’Allemagne et Israël, la télévision publique suisse diffusera ce soir à 22h50 le reportage que l’ARD avait diffusé en mars 2009, et qui démontre que le reportage de France 2 sur la « mort » de Mohamed al Dura était une mise en scène de Charles Enderlin.

  

Voici deux liens vous permettant de connaître les détails de la diffusion du reportage ce soir : Kulturplatz & SF TV.

 

Le reportage sera suivi (ou précédé) d’un entretien avec le journaliste André Marty qui est, selon toutes les sources consultées, plutôt défavorable à la révélation de la vérité dans l’Affaire al Dura. (JPG )


Repost 0
mordeh'ai - dans Revue de presse
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 13:13
Par Gil HOFFMAN
JPost.com
07.07.10
La coalition risque de se fragmenter si le Premier ministre choisit de prolonger le gel des constructions dans les implantations. C'est ce qu'a déclaré, lundi, Zevoulun Orlev, président du groupe parlementaire du parti Habayit Hayehoudi.
Plusieurs ministres travaillistes avaient déjà menacé Netanyahou, quant à eux, de se retirer de la coalition si le moratoire n'était pas prolongé. Orlev a toutefois appelé Binyamin Netanyahou à ne pas tenir compte des menaces et plutôt de satisfaire la majorité de la coalition, à droite de l'échiquier politique. "Si certains pensent que nous ne protesterons pas en cas de poursuite du gel, ils se trompent", a déclaré le député.

Par ailleurs, les dirigeants des factions du Likoud, de Habayit Hayehoudi, d'Israël Beiteinou, de Shas, et de Yahadout HaTorah ont signé une lettre destinée à Netanyahou. Ils ont déclaré être prêts à utiliser n'importe qu'elle manœuvre parlementaire pour le forcer à respecter ses engagements. Le Premier ministre a promis de mettre fin au gel le 26 septembre.

Alliance Katz-Herschkowitz

Daniel Herschkowitz, à la tête de Habayit Hayehoudi, a tenu une conférence de presse avec le chef d'Union nationale, Yaacov Katz. Il n'a pas précisé si son parti quitterait la coalition ou non en cas de poursuite du gel. Katz, lui, a affirmé que si les Travaillistes quittaient la coalition, son parti prendrait sa relève.

Lors de la conférence de presse, les deux dirigeants ont dit avoir abouti à un accord. Leurs partis se présenteraient ensemble à la prochaine Knesset, après des mois de négociations secrètes. Une annonce, par ailleurs, peu surprenante, d'après Herschkowitz et Katz. "Il y a moins de disputes parmi nous qu'au sein du Likoud", estime Herschkowitz. "J'ai quitté le rabbinat pour unir le sionisme religieux... Quiconque veut nous rejoindre est le bienvenu."

Selon Katz, les députés du Likoud et d'Israël Beiteinou laisseront sans doute leurs partis rejoindre le sien. Surtout si Netanyahou prolonge le gel. "Beaucoup de choses peuvent arriver le 26 septembre", prédit le député. "Les idéalistes d'autres partis pourront très bien décider de nous rejoindre."

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 08:59

Shmuel Trigano, - 7 juillet 2010

On ne peut mieux exprimer le refus palestinien de la paix. L’apparent paradoxe qui rend l’opinion occidentale aveugle au bellicisme fondamental de l’Autorité Palestinienne tient toute dans l’image qu’elle cultive d’un peuple victime et faible face à la puissance militaire israélienne.
Cependant, le fait que les Palestiniens ont récusé systématiquement les offres successives d’Israël, témoigne de ce qu’ils ne s’appréhendent pas eux-mêmes dans ce profil misérabiliste caressé par les Occidentaux mais au contraire comme une puissance : la face émergée de la Oumma mondiale qui a le temps et les moyens de louvoyer, de jouer un double jeu diplomatique pour atteindre son but, la disparition de l’Etat d’Israël.
Repost 0
mordeh'ai - dans Point de vue
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 20:19

CAROLINE B. GLICK

Pour JPOST

05/07/2010

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com

Comme nous voyons aujourd'hui schématiquement, la perversion de la loi est au service de la destruction d'Israël dans des pays Occidentaux, e droit n'est pas qu'un outil. C’est peut être une force d’injustice.

En Grande-Bretagne aujourd'hui, la détestation d’Israël est devenue une défense pénale valable. La semaine dernière cinq personnes ont comparu pour avoir détruit la propriété estimée à environ 225,000 $ d'MPC EDO la fabrique d'armes à Brighton pendant un cambriolage en janvier 2009 elles ont été déclaré non coupables de toutes les charges contre elles. Elles ont été reconnu innocentes bien que toutes les cinq avaient reconnus commis ce crime.

Comme le « Gardian »l’a annoncé, les prévenus se sont vantés dans des forums en ligne au moment de l'incident, que leur crime était prémédité. Il a eu lieu lors de la campagne de l’armée israélienne à Gaza contre le Hamas. Leur objectif déclaré était "de briser en amont" l'usine d’armement. Et ils ont atteint leur but

Le jury les a déclaré innocents tous les cinq parce les jurés agissaient conformément aux conseils qu'ils avaient reçus du juge présidant l’audience ; et. qu'ils voulaient empêcher Israël de commettre des crimes de guerre à Gaza . EDO MBM fait des affaires avec l'armée israélienne, par conséquent, les défendeurs ont réclamé et le jury a accordé, que l’usine a mérité d'être attaqué.

En concluant comme ils le faisaient, les jurés ont agi en conformité avec les orientations qu'ils ont reçu du juge qui préside . Comme le « Gardian » signalé , le juge George Bathurst - Norman au jury : «Vous pouvez bien penser que l'enfer sur terre ne serait pas un euphémisme en comparaison de ce que les habitants de Gaza ont subi."

Que démontre ce verdict des tribunaux britanniques, que la haine d'Israël est devenue un permis d'enfreindre la loi. Cette tournure des événements est le corollaire logique de refus abject du Parlement de modifier la loi scandaleuse la compétence universelle de la Grande-Bretagne. Des parlementaires britanniques , des représentants du gouvernement et de tous les juristes sont d’accord sur le fond que la loi , qui permet aux magistrats de délivrer des mandats d' arrêt à l'encontre des étrangers fondée sur des allégations déposées par des sujets britanniques , est une parodie juridique. Elle subvertit la capacité du gouvernement britannique de conduire une politique étrangère qui place tous les étrangers à la merci de militants politiques .

L'Espagne et la Belgique ont modifié leurs lois de compétence universelle pour cette raison.

Mais en Grande-Bretagne aucun amendement n'est en perspective parce que la demande de modification est liée à Israël. Depuis militants ont commencé par haine d’Israel à détourner des tribunaux de première instance pour forcer l'émission de mandats d'arrêt contre le personnel militaire israélien et des politiciens il ya cinq ans, Israël a demandé à plusieurs reprises que la loi soit modifiée. Et parce qu'Israël regrette qu'elle n'ait pas changé, elle restera en application . (.lire la suite. 

 

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 08:40

par Claire Dana-Picard

pour Israel 7

05/07/2010

Le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman n’a pas été choisi la semaine dernière par fr_pbox_090211.jpgNetanyahou pour aller s’entretenir avec le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu en Europe. En revanche, il a effectué ce lundi une visite à Riga au cours de laquelle il a déclaré qu’il était hors de question qu’Israël présente ses excuses à Ankara pour les événements violents survenus lors de l’arraisonnement de la Flottille pour Gaza.

Lieberman a fait cette déclaration lors d’une rencontre avec son homologue letton Aivis Ronis. Il a ensuite souligné que la Turquie avait modifié de façon radicale sa politique, attestant d’un profond changement interne au sein du régime d’Ankara. Il a ajouté qu’on pouvait aussi le constater dans le vote récent de la Turquie au Conseil de sécurité de l’Onu lorsqu’elle a refusé d’approuver les nouvelles sanctions décrétées contre l’Iran.

Et puis, il ne faut pas oublier, dans ce contexte, que le ministre turc des Affaires étrangères se montre de plus en plus intransigeant. Il a en effet indiqué que si Israël ne s’excusait pas et continuait à refuser l’ouverture d’une enquête internationale, Ankara romprait ses relations avec Jérusalem.

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 08:24

par Shraga Blum

Pour Israel 7

05/07/2010

Remarque préliminaire : le contenu de cet article est à diffuser sur un maximum de sites et à un maximum de personnes, car il met en évidence le fossé abyssal qui existe entre nous, les Juifs, et les ennemis qui nous entourent, quant à la valeur de la vie humaine. En ces jours où Israël est sali et calomnié, il faut que le monde sache.

Le journaliste de la chaîne « Aroutz 10 » Shlomi Eldar, spécialisé dans la Bande de Gaza, a réalisé un film documentaire d’une rare intensité, qui retrace un événement auquel il a été personnellement et intiment lié : « Haïm Yekarim » (« Précieuse Vie »).

L’histoire se déroule durant l’Opération « Plomb Durci », en janvier 2009. Ne pouvant plus entrer dans la Bande de Gaza, le journaliste est en panne de travail lorsqu’il reçoit soudain un appel téléphonique d’un médecin de l’hôpital « Tel Hashomer », le Dr. Raz Somekh’, qui lui propose de venir faire un reportage sur un fait dramatique : un couple de Palestiniens de Gaza, ayant déjà perdu deux filles des suites d’une maladie génétique, ont obtenu le droit de faire transférer leur troisième enfant également atteint, Muhamad Abou Mustapha, quatre mois et demi, dans le Département Hémato-Oncologique de l’Hôpital israélien. L’enfant est à l’article de la mort et ses parents sont désespérés. (suite)

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 19:48

La mise en garde à l’attention du grand public a été diffusée hier par les principales agences de presse iraniennes  et s’est répandue comme une traînée de poudre.  D’après le patron de la défense passive iranienne, les Etats-Unis s’achemineraient vers une guerre non conventionnelle en direction de l’Iran. Une guerre du cyberespace.  Press TV parle d’un nouveau modèle de guerre, différent des guerres classiques.  L’agence cite le terme de “guerre irrégulière”. Fars News de son côté parle de “guerre sans foi ni loi”.  Il est question de menaces de quatrième génération basées sur les technologies de l’information.

 

Deux craintes principales sont exprimées face à ce nouveau type d’agression. D’une part le ciblage d’objectifs civils, d’autre part la sape du contrôle gouvernemental notamment en cas de crise majeure.  Fars News indique que tous les secteurs critiques seraient ainsi visés : eau, électricité, alimentation, communication, santé, sécurité.  Selon le patron de la défense passive, Israël aurait utilisé cette tactique pendant la guerre du Liban de l’été 2006. Citant la même source,  Press TV, souligne que dans ce type de guerre les soldats ne peuvent pas défendre la nation. Seuls les scientifiques et les experts techniques seraient en mesure d’assurer une protection efficace. Press TV conclut en affirmant que selon ce modèle, une superpuissance technologique aurait la capacité d’influer sur d’autres gouvernements.  Pour Fars News, le cyberespace est devenu le nouveau champ de guerre.Commentaire: il est intéressant de constater que l’Iran, superpuissance technologique au Moyen-Orient, partage exactement les mêmes craintes que les nations occidentales quant à la vulnérabilité des infrastructures critiques.  Cela étant Téhéran n’est pas totalement démunie face aux cybermenaces

et serait même au contraire bien équipée,  y compris pour mener des cyberoffensives. Les experts militaires et civils internationaux situent en effet  l’Iran dans le peloton de tête des cyberpuissances.  Virus digitaux, chevaux de troie, bombes logiques, vers, spywares n’ont pas de secrets pour les unités spécialisées iraniennes. En 2009, les troupes d’élites de l’IRGC (pasdarans) ont d’ailleurs formé un commandement de la  Cyberdéfense.  La task force digitale iranienne comprendrait plusieurs milliers d’experts et cybercommandos affectés aux classiques opérations de guerre informatique intérieure et extérieure. 

 

DB.

Repost 0
mordeh'ai - dans Sécurité
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 19:12

Freddy Eytan

Pour Le CAPE de Jérusalem

05/07/2010

C'est la troisième fois que Benjamin Netanyahou rencontre le président Obama à la Maison Blanche et cette fois-ci il est reçu en grande pompe et avec tous les égards. Le président américain a gommé la récente crise et a tiré les leçons du passé. Il réalise que l'Etat juif demeure l'allié le plus fidèle des Américains. Rien ne sert donc de palabrer et de mettre au pied du mur un Premier ministre élu démocratiquement au suffrage universel. Obama devrait comprendre que la politique du gouvernement Netanyahou applique la volonté de la majorité du peuple israélien. Elle représente une coalition majoritaire de droite dirigée par le Likoud. Obama et tous les chefs d'Etat occidentaux doivent respecter toutes les décisions du gouvernement Netanyahou en dépit du fait qu'ils désapprouvent et critiquent certaines.

Cependant, ce nouvel entretien à la Maison Blanche est crucial pour l'avenir d'Israël et du Proche-Orient et l'avenir des relations avec Washington. Deux sujets sont à l'ordre du jour, la reprise de négociations directes avec les Palestiniens et la menace omniprésente de l'Iran.

Obama n'est pas George Bush ni Bill Clinton et ses relations avec l'Etat juif ne sont pas affectives ni passionnelles. La renaissance de l'Etat d'Israël ne l'a guère bouleversé. Son comportement demeure glacial, celui d'un technocrate qui agira avant tout dans l'intérêt des Etats-Unis et surtout pour montrer aux yeux du monde que c'est bien lui qui dirige la planète et dicte son ordre du jour. Obama, lauréat du prix Nobel pour la paix, est assoiffé d'un succès spectaculaire au Proche-Orient.

Netanyahou est un sabra qui a vécu longtemps aux Etats-Unis. C'est un ancien commando d'une unité d'élite mais aussi un diplomate qui fut ambassadeur aux Nations-Unies. Le deuxième mandat qu'il exerce est le plus compliqué, le plus difficile, et le plus ingrat qu'a connu un Premier ministre israélien depuis la guerre de Kippour. Le fardeau est lourd et les responsabilités sont immenses. Devant les défis et les menaces, il doit se doter de nerfs d'acier et se conduire en chef d'Etat responsable mais pragmatique.

Le 27 septembre prochain mettra fin au moratoire du gel des implantations. C'est une décision gouvernementale que tous doivent en principe respecter y compris Netanyahou lui-même. Va-t-il céder à Obama et poursuivre le gel et notamment à Jérusalem Est ? Va-t-il lever définitivement le blocus sur la bande de Gaza ? Va-t-il reprendre les pourparlers directs avec les Palestiniens et accepter le dictat imposé pour poursuivre les négociations entamées par son prédécesseur Ehoud Olmert ? Pour le moment, seuls Obama et Netanyahou sont capables d'apporter des réponses précises et claires.

 Le peuple israélien a le devoir de savoir vers quelle destination se dirige ce gouvernement. Sans une initiative de paix propre à lui, sa crédibilité est mise en jeu et sa survie aussi.

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique