Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 08:54

8 juin 2010

- source : drzz

Jean-Patrick Grumberg

 

Azzam al-Ahmed, un officiel du Fatah, vient de déclarer qu’il est totalement opposé à la levée du blocus de Gaza tant que le Hamas refuse la réconciliation. Il a insisté sur le fait qu’il n’y a pas de crise humanitaire à Gaza, car l’autorité palestinienne envoi de l’aide à Gaza par Israël.

Cette mise au point hallucinante mais fondamentale pour la bonne compréhension sera, n’en doutons pas, totalement occultée par les médias, car elle est non seulement très humiliante pour les journalistes et politiques qui décrivent le conflit proche oriental de façon binaire : israéliens = bourreaux, palestiniens = victimes, mais elle est surtout insoutenable à s’en étrangler pour les « défenseurs des droits de l’homme » qui réclament la levée immédiate et sans condition du blocus de Gaza par Israël. Sur quelle base réclamer la fin du blocus, si les palestiniens eux mêmes la refusent ?

La levée du blocus de Gaza par l’Egypte la semaine dernière (il était temps, car ce cruel blocus de Gaza par l'Egypte n'avait aucune raison d'exister, contrairement à celui imposé par Israël, suite à la prise violente du pouvoir par le Hamas, pour se protéger de nouvelles attaques terroristes), intervenue après l’attaque contre Israël par la mer, montée par une pseudo organisation humanitaire soutenue par le gouvernement turc, et qui s’occupe en fait de financer le terrorisme, représente un danger énorme et imminent, explique l’Autorité Palestinienne. La direction de l’autorité Palestinienne a déclaré être très mécontente que la Turquie ait apporté son soutien au Hamas, spécialement dans une tentative de levée du blocus de Gaza qu'elle ne veut pas. « Les choix de la Turquie renforcent le Hamas et minent l’Autorité Palestinienne » a déclaré un cadre du Fatah au journaliste palestinien KHALED ABU TOAMEH dans le Jérusalem Post1 du 8 juin 2010.

« Nous voulons rappeler aux gouvernements Turc et Egyptien qu’avant la prise de pouvoir par le coup du Hamas en 2007, la frontière était contrôlée par l’Autorité Palestinienne » indique l’officiel du Fatah. « Si le point de passage de Rafah (avec l’Egypte) doit rouvrir, cela doit se faire en coordination avec nous. Pas avec le Hamas »

Le président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, s’est rendu d’urgence hier lundi 8 juin à Istanbul pour rencontrer le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan. Il lui a fait par de son inquiétude du rapprochement entre la Turquie et le Hamas.

Je le dis et le répète, et je le martèlerai longtemps encore : si les médias européens n’étaient pas là pour cacher la réalité, masquer les bassesses et les crimes des Palestiniens contre Israël mais aussi et surtout contre leur propre peuple, mentir sur la situation, inverser les rôles en présentant les palestiniens comme les victimes des israéliens, ces derniers profiteraient depuis longtemps d’une paix confortable, d’une économie fleurissante, et d’une relation normale avec leur voisin juif. A qui profite le crime ? A qui profitent les mensonges des médias ?

1 http://www.jpost.com/MiddleEast/Article.aspx?id=177779

Repost 0
mordeh'ai - dans Scoop
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 20:13
 par Annick Azerhad

[Un article qui vient fort à propos, en ce qu’il décrit la climat anti-israélien qui règne, non seulement dans le monde, mais en France, et l’intoxication des médias et de l’opinion publique dont il est responsable, avec tout ce que ce phénomène comporte de menaces pour l’intégrité d’Israël. (Menahem Macina).]


En 1991, je dialoguais avec un Juif d'URSS récemment émigré en Israël. A une question relative à l'antisémitisme dans son pays d'origine, mon interlocuteur me fit, le plus naïvement du monde, la réponse suivante : « Non, il n'y a pas d'antisémitisme. Il y a simplement des débats télévisés au cours desquels les invités se demandent si les Juifs sont responsables des problèmes du pays »...

En 2010, quelle réponse obtiendrait-on si l'on interrogeait un citoyen français ?

Certes, l'antisémitisme d'Etat n'existe pas. Les Juifs s'intègrent d'une manière générale dans le paysage républicain sur le plan socio-économique, avec les hauts et les bas que nous connaissons tous en cette période de crise.   

Qu'en est-il, cependant, sur le plan psychologique ? Que vit, sur le plan psychique, un citoyen d'origine juive, attaché à Israël, qui écoute la radio, regarde la télévision, lit les journaux et dialogue avec ses voisins ou ses collègues de travail ?

Pas un jour, en effet, ne passe sans que les médias nationaux ne vitupèrent Israël au point que, pour un jeune abreuvé d'informations données à l'état brut et sans recul historique, cet Etat apparaît comme une entité obscure aux instincts sanguinaires, avide de persécuter des Palestiniens. Une bête féroce à abattre, en somme.

Que les habitants de Sdérot, une ville israélienne proche de celle de Gaza – évacuée par l’Etat hébreu et prise par un coup d’état par le Hamas –, reçoivent une pluie de roquettes de la part de ses voisins est un fait négligeable pour les Européens : les Israéliens n'ont qu'à s'y faire. En France, une ville bombardée par une entité voisine impliquerait immédiatement une réponse de l'Etat à la grande satisfaction des citoyens mais en Israël, ce n'est pas pareil. Le Juif serait-il, par essence, celui qui doit recevoir les coups sans mot dire ?

Un inconscient issu de traditions millénaires revient au galop....

Aucune condamnation n’est portée contre ceux qui, au lieu de faire fructifier le territoire dont ils se sont emparés, préfèrent acheter des armes perfectionnées pour anéantir l’entité juive. Les chefs du Hamas, qui terrorisent leur propre population, oppriment les femmes, mutilent leurs opposants, sont absous par essence : serait-ce parce qu’ils sont face à des Juifs ? Curieux inconscient que celui qui anime l'esprit des commentateurs – on n'osera pas employer le terme de journaliste.

Lire la suite
Repost 0
mordeh'ai - dans Société
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 15:21

07/06/2010

Par M. Steinberg est professeur de sciences politiques à l'Université Bar-Ilan

et les chefs des ONG Monitor.

Pour lire l'article original, cliquez ici.

Terreur, mensonge et calomnie sont les principaux outils de l'Alliance de gauche-islamiste contre l'Etat juif.

 

L'effacement des terroristes les activistes et les civils qui caractérise 21ème siècle, la guerre a pris une nouvelle dimension dans la confrontation violente entre la flottille de "Free Gaza" et la marine israélienne la semaine dernière. En apparence, les centaines de passagers sur un navire transportant un grand drapeau turc étaient des militants de la paix »sur un« humanitaire »pour mission de venir en aide aux Palestiniens" pris au piège derrière le blocus israélien. " Mais cette façade cache une morale stratégie d'incitation à Israël dans une confrontation sanglante à exploiter l'effet de «halo» (automatiquement accordée à des groupes revendiquant des missions morale) et de renforcer l'image des Israéliens comme des «criminels de guerre."

Malgré toutes les déclarations erronées, Gaza n'est pas mourir de faim comme Israël permet tonnes de nourriture, de médicaments et l'aide humanitaire d'atteindre Gaza tous les jours. Le blocus naval entièrement légal est conçu pour empêcher que des armes, principalement en provenance d'Iran, d'atteindre les terroristes dans la bande de Gaza, dont Israël s'est retiré en 2005. L'objectif de la flottille a été de ne pas nourrir les Palestiniens ordinaires, mais d'aider à briser l'embargo Hamas afin qu'il puisse porter des armes.

Le "Free Gaza" groupe est un exemple convaincant de la façon dont la nouvelle alliance entre la gauche radicale, des groupes djihadistes de l'Ouest et mène cette nouvelle guerre. En 2001, 1.500 organisations, à la fois islamique et occidentale, ont participé au Forum des ONG de la Conférence des Nations Unies de Durban sur le racisme. Ils ont déclaré qu'Israël devait être «un raciste, Etat d'apartheid» et «un crime contre l'humanité», tout en demandant à la «communauté internationale d'imposer une politique d'isolement complet et total." Pour faire avancer ce programme de haine, les ennemis d'Israël serait l'utilisation des attaques terroristes pour provoquer une réponse inévitable, et puis dépouiller le contexte de mettre en lumière des allégations de «crimes de guerre."

L'approche a été mis en œuvre dans le mythe 2002 massacre de Djénine, où palestinienne est tiré atrocités israéliennes ont été signalés par les médias et les ONG comme des faits. Cette stratégie a également été perfectionné au Liban de 2006 à 2009 les guerres de Gaza, où le Hezbollah et le Hamas, respectivement attaqué des civils israéliens en se cachant derrière leurs propres populations civiles. Israël était alors tenu pour responsable de la mort inévitable de civils dans la cause de sa légitime défense. Dans chaque cas, de fausses allégations de «crimes de guerre" ont été publiés par des ONG et a ensuite adopté par les enquêtes des Nations Unies, tels que le rapport Goldstone profondément vicié.

Le "Free Gaza" tour de la provocation et les marques de la condamnation à une escalade majeure. La Turquie Insani Yardim Vakfi (IHH d'aide humanitaire de la Fondation) aurait acheté des bateaux et fourni à l'équipage, ainsi que les forces paramilitaires qui ont attaqué l'équipe d'arraisonnement israélienne. Comme les vidéos des caméras de bord propre sécurité et le spectacle des FDI (http://www.youtube.com/user/idfnadesk), les soldats ont agi en légitime défense car ils ont été agressés par un lynchage armés de frondes, de l'acier bars, les bouteilles de verre brisé, des chaises, des chaînes et des couteaux. Avant le lancement flottille, les militants scandaient des cris de combat islamique "[souvenir] Khaibar, Khaibar, ô Juifs! L'armée de Mahomet reviendra! "Khaibar était le dernier village juif battu par l'armée de Mahomet en 628. La bataille a marqué la fin de la présence juive en Arabie.

Un participant a déclaré à Al Jazeera, "soit les Israéliens nous rejoindre Gaza, ou ils peuvent nous arrêter. . . . Nous pouvons également mourir en martyrs et ne reviennent jamais, ce qui est sûr avec nous. "

Pour l'IHH, comme dans le cas des autres organismes de bienfaisance islamistes, le soulagement "humanitaire" dimension est une reprise, ou au mieux, un spectacle de côté. IHH est un membre éminent de l'Union "du bien", qui a été désigné par le gouvernement américain comme «une organisation créée par les dirigeants du Hamas pour transférer des fonds à l'organisation terroriste." En 1997, avant l'AKP islamiste arrivé au pouvoir en Turquie, une descente de police sur un bâtiment IHH à Istanbul trouvé des armes, des explosifs, et des instructions pour la fabrication d'engins explosifs improvisés largement utilisé par les insurgés et les groupes terroristes.

Lors d'un procès 2001 US Federal émanant de l'intrigue du Millénaire pour bombarder l'aéroport de Los Angeles, Jean-Louis Bruguière, le leader français de lutte contre le terrorisme magistrat instructeur, a témoigné à l'IHH de «rôle important» à obtenir des armes, des documents et des combattants d'expédition en diverses opérations d'al-Qaida. Un rapport de 2006 publié par l'Institut danois d'études internationales de citations de dépositions juridiques de M. Bruguière, y compris les révélations que les autorités turques avaient découvert IHH des liens avec Al-Qaïda à Milan et à des terroristes algériens en Europe, ainsi que d'avoir eu un rôle majeur dans militants de recrutement envoyés en Bosnie, en Tchétchénie et en Afghanistan.

Ainsi, l'IHH a été le vecteur logique pour le gouvernement dirigé par les islamistes turcs, dirigé par le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, à se retourner contre son ancien allié d'Israël. Tout en embrassant la Syrie et l'Iran, M. Erdogan alimente la haine anti-israélienne dans son pays et dans toute la région.

Le second partenaire dans cette violente «humanitaire» a été la confrontation International Solidarity Movement (ISM) qui favorise palestinienne «résistance» et alimente la violence. Le 30 avril 2003, un terroriste suicide s'est fait exploser à l'entrée de Mike's Place, un bar populaire sur la promenade de Tel Aviv plage. Trois Israéliens ont été assassinés et plus de 50 blessés. Juste quelques jours avant l'attaque, les terroristes (citoyens britanniques) avait passé du temps avec un groupe de membres de l'ISM.

En effet, ISM déclare sur son site que sa mission est de «soutenir et renforcer la résistance populaire palestinienne" par la confrontation directe avec les FDI. En 2002, ISM co-fondateur Adam Shapiro et son épouse d'origine palestinienne promu à la fois "non-violente et violente" tactiques à l'appui de la résistance palestinienne. "Oui, les gens seront tués et blessés, mais ces décès sont" pas moins noble que de mener une opération suicide »et« serait considéré comme chahid, "en utilisant le mot arabe pour« martyr », généralement appliquée à des kamikazes.

Caoimhe Butterly de l'ISM - un participant de premier plan dans la campagne irlandaise Free Gaza - a eu de nombreux démêlés avec les FDI. En avril 2002, suite à une série d'attentats terroristes palestiniens qui ont conduit à l'opération de l'armée israélienne «Rempart», elle a passé 16 jours comme un «bouclier humain» dans l'enceinte de Yasser Arafat.

L'hystérie, la haine extrême pour l'Occident, et pour Israël, en particulier, est une marque déposée de nombreux membres de l'ISM. Selon les médias ISM coordonnateur Flo Rosovski »,« Israël »est une entité illégale qui ne devrait pas exister." Pour l'ISM, comme IHH, des labels comme militants pour la paix "et" les travailleurs humanitaires "sont des masques pratique de cette haine.

En outre, cette alliance de gauche-islamiste est soutenue et légitimée par les ONG grand public, telles que Human Rights Watch et Amnesty International. Nonobstant expose embarrassantes sur la manière dont, en mai 2009, HRW a sollicité des fonds de la Saoudiens en vantant la nécessité de contrer juive et "groupes de pression pro-israélien», et la documentation de son parti pris anti-israélien systématique, cette organisation s'est immédiatement joint à la condamnation d'Israël. Ces chiens de garde une fois respecté sont devenus une partie intégrante des efforts visant à criminaliser des réponses légitimes à la terreur par le biais de fausses allégations de violations des droits de l'homme.

Pour les militants de la paix "à bord de la flottille de Free Gaza, la mort et les images de la violence de leur excursion sont considérés comme un grand succès. En tant que fonctionnaire IHH à Istanbul a déclaré: «Nous sommes très reconnaissants aux autorités israéliennes." Une fois encore, Israël est en première ligne de cette stratégie, mais l'OTAN et l'Occident sont à côté de la ligne en Afghanistan, Iraq, Pakistan, Yémen et ailleurs.

 

 

Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 14:33

lundi, juin 07, 2010

Par Victor Perez

victor-perez.blogspot

 

Cette semaine, mais d’autres aussi dès que le besoin s’en fait sentir, Marianne a laissé carte blanche à Eli Barnavi, historien, ex-ambassadeur d’Israël et collaborateur du journal. La carte du jour s’intitule, tout simplement  :                     « Netanyahou, le nul ! ». Connaissant toute ‘’l’objectivité’’ qui marque cet hebdomadaire ainsi que l’auteur de ce texte, il est logique -en conséquence- d’y trouver des contresens, lorsque ce n’est pas tout simplement des inepties.

Le texte ayant comme sujet « La flottille de la liberté » Eli Barnavi y affirme d’emblée que cette dernière qui « s’apprête à apporter quelque secours aux Gazaouis enfermés dans leur bande de misère par un siège conjoint israélo-égyptien » est « évidemment, une opération de propagande montée par des organisations pro-palestiniennes qui n’imaginent pas un seul instant qu’Israël les laissera débarquer ».

Cette petite chose essentielle écrite mais vite expédiée, Eli Barnavi passe au fond qui le préoccupe principalement. Démontrer que Benjamin Netanyahou « est simplement le dirigeant le plus faible, irrésolu et incapable de l’histoire d’Israël » et envisager quasiment une destitution légale voire internationale.

Pour ce faire il échafaude les trois scénarios possibles ayant pu se dérouler, sans pour autant indiquer à ses lecteurs toutes les conséquences résultantes de ces différentes solutions. Attitude de sa part bien compréhensible, car les envisager réduirait à pas grand-chose, voire à rien, sa ‘’démonstration’’ écrite.

Le premier des scénarios nous dit-il, est « politiquement habile et humainement acceptable : Israël laisse passer la flottille. Le porte-parole des Affaires étrangères explique à la presse internationale que l’armée, placée devant un choix pénible – laisser bafouer leur ordre à Gaza ou risquer de faire couler le sang –, a choisi des deux maux le moindre ».

Le seul hic de ce ‘’plan’’ est de savoir comment se conduira alors l’état d’Israël, lorsqu’un deuxième convoi, puis un troisième, puis encore un autre, se présenteront ! Faudra t-il, alors, les laisser, là encore, passer avec le risque d’inciter toutes les ‘’organisations humanitaires’’ à convoyer les armes réclamées par la bande criminelle du Hamas, ou faudra t-il envisager un autre scénario pour éviter que les Israéliens ne se retrouvent face à un danger accru ?

A cette question, l’ancien ambassadeur d’Israël ne répond pas. Peut-être pour la simple raison qu’il vit en Belgique.

Le deuxième scénario envisagé par notre ‘’intellectuel’’ « est politiquement neutre et humainement acceptable : Israël bloque la flottille avec des navires de guerre. Le porte-parole des Affaires étrangères explique que l’armée n’entend pas laisser bafouer leur ordre à Gaza, ni risquer de faire couler le sang. Le convoi finit par faire demi-tour »

Là encore, nul questionnement quant à la possibilité qu’ont les cargos de forcer le blocus maritime et qu’Israël ne se retrouve dans le cas du scénario précédent avec toutes les conséquences néfastes pour le pays s’y rattachant. Ceci, sans omettre toutefois que le refus des bateaux d’obtempérer aux ordres israéliens peut conduire à des scénarios catastrophes, pires que ceux imaginés. Comme, par exemple, un télescopage volontaire, menaçant la vie des véritables humanitaires pris en otage par les membres de l’organisation islamiste turc I.H.H. Ou encore le refus obtus de faire demi-tour afin d’obliger ''l’éntité sioniste'', sous la pression internationale, à se dédire et laisser passer le convoi./ Le troisième scénario « est politiquement stupide, humainement épouvantable : Israël envoie ses commandos marins arraisonner la flottille de vive force. Il y a des morts et des blessés. Le porte-parole des Affaires étrangères dit n’importe quoi ».

C’est effectivement la solution choisie par le gouvernement israélien. A ceci près, que sur six bateaux composant le convoi maritime, cinq arraisonnements se sont très bien passés. Ce qui indique, pour le moins, qu’avec une intention militaire claire, nette et affichée de maitriser tout navire désireux de violer le blocus de la bande de Gaza, et non pas une intention idéologique et politiquement correcte comme ce fut le cas pour le Mavi Marmara, l’abordage militaire de tout bateau est sans danger. Quand bien même, certains individus attendraient les soldats pour en découdre.

Ce qui confirme que seul ce scénario est politiquement payant, car dissuadant toute ‘’organisation humanitaire’ de croire réalisable d’aller à l’encontre de la sécurité d’Israël en contribuant à ce que le port de Gaza devienne un port iranien./ Ces trois scénarios échafaudés par Eli Barnavi ont pour seul objectif de démontrer l’inaptitude du gouvernement de Benjamin Netanyahou à faire le ‘’bon choix’’. Un pouvoir jugé illégitime par l’auteur dans une précédente interview. Un gouvernement, nous assure t-il, « Flanqué sur sa gauche d’un ministre de la Défense modéré mais égocentrique et privé de troupes et, sur sa droite, d’une kyrielle de ministres extrémistes et intellectuellement défectueux ». (Sic). Une affirmation haineuse qui pose immédiatement la question de connaître quels sont les partis restant pour diriger le pays ? Kadima ayant soutenu l’opération maritime, seuls restent donc l’extrême gauche Meretz et les trois partis arabo-israéliens antisionistes !

Un objectif qui confirme qu’Eli Barnavi est en campagne au nom de JCall. Une association composée ‘’d’intellectuels juifs’’ européens se situant, selon son propre manifeste, « au-dessus des clivages partisans » mais, sans aucun doute, résolument à gauche, voire à son extrême. Une sympathie politique ne pouvant évidemment pas supporter le choix démocratiquement exprimé des électeurs israéliens et prenant pour prétexte de ne pas avoir « le temps d’attendre une hypothétique relève. »

Une sympathie politique qui le conduira encore longtemps à faire du vent dans des journaux de complaisance. Une complaisance qui déplaît à la très très grande majorité du peuple juif et à sa composante israélienne.

Repost 0
mordeh'ai - dans Point de vue
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 14:15
Et de deux, (après Abou Tir) ce n'est qu'un début concernant la députée arabe Hanin Zouabi (Balad), la commission de la Knesset ne lui pas retiré sa citoyenneté, pas encore, mais elle lui a entre autre supprimé le passeport diplomatique....... -- Mordeh'aï --
 
jpost.com
07.06.10
 

La commission interne de la Knesset a décidé, à la majorité, de retirer à la député Haneen Zuabi trois privilèges spéciaux accordés aux parlementaires. A savoir : des privilèges liés à leurs déplacements à l'étranger, la détention d'un passeport diplomatique et la couverture d'éventuels frais de justice durant leur mandat au parlement.

                                                                                                       

Le député Dov Henin (Hadash) a violemment fustigé cette initiative, affirmant que la commission pénalisait les parlementaires arabes. Et d'ajouter que, même lors d'un procès, les fonctions de juge et d'avocat sont séparées. "Ici, en revanche, Yariv Levin endosse les deux rôles à lui tout seul. Il s'identifie pleinement au rôle de procureur mais ne renonce pas à la présidence de la commission."

La séance s'est révélée particulièrement orageuse. Levin a renvoyé successivement Ilan Ghilon (Meretz) et Henin qui troublaient les débats. Les députés arabes, quant à eux, ont boycotté les discussions.

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 13:57
Le Caire refuse le passage d’une équipe médicale vers Gaza et le Hamas refuse une visite de la Croix-Rouge à Gilad


Source : CRIF  (jpost.comCairo refuses to let aid into Gaza)

 Photo : D.R.

 Les autorités égyptiennes ont rejeté, au cours du week-end qui vient de s’achever, une demande de médecins arabes d’envoi d’une équipe d’aide médicale à Gaza, rapporte le Jerusalem Post du lundi 7 juin 2010. Le Hamas, quant à lui, a annoncé qu'ilne permettrait pas que le Comité international de la Croix-Rouge puisse rendre visite à Gilad Shalit, comme condition de la levée du blocus sur la bande de Gaza.

Khalil al-Hayyah, un haut responsable du Hamas dans la bande de Gaza, a déclaré que cette demande israélienne avait été conçue pour «détourner l'attention du « crime » perpétré contre les navires de la flottille la semaine dernière. »

Repost 0
mordeh'ai - dans Dépêche
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 08:35

Une flottille de gauchistes juifs ?

 

 

par Shraga Blum 

 

06/06/2010

 

 

Après « J-Street », J-Call, y aura-t-il bientôt

« J-Boat » ??? Selon certaines informations diffusées par le site de « Goush Shalom », des organisations gauchistes et « pacifistes » juives européennes prépareraient une expédition prochaine pour tenter de forcer le blocus israélien.
Les bateaux seraient déjà amarrés dans un port de la Méditerranée, et les organisateurs ont fait savoir qu’ils informeraient au dernier moment du départ de l’expédition afin d’empêcher, selon leur propres dires « l’armée israélienne de tenter de saboter les bateaux ».

 

A la différence des autres « missions humanitaires », cette flottille sera composée exclusivement de Juifs, qui sont membres d’organisations telles que « La Voix Juive pour la Paix au Proche-Orient », d’Allemagne, « Juifs pour la Justice envers les Palestiniens », de Grande-Bretagne, ainsi que la Coordination européenne des organisations pacifistes juives.
Sur le même mode que « J-Call », les responsables de ces organisations, sans scrupules, lancent un appel au monde « pour qu’il ‘aide’ Israël à retrouver le droit chemin et à renouer avec le sens de l’humain ».

 

« Notre but est de mettre fin au blocus de Gaza, qui est une punition collective illégale sur une population civile », disent les dirigeants de « La Voix Juive pour la Paix au Proche-Orient ». « Nous voulons emporter du matériel scolaire, des instruments de musique et de dessin, des médicaments et du matériel de pêche », précisent-ils.

 

Ils se livrent également à une sévère critique de l’assaut israélien de la semaine dernière : « En prenant le bateau d’assaut, Israël a montré son visage violent et monstrueux, mais nous savons qu’il y a beaucoup d’Israéliens qui font preuve de miséricorde, et qui oeuvrent courageusement en faveur d’une paix juste ».

 

L’expédition juive sera accompagnée d’une importante quantité de journalistes. Edith Lutz, l’une des organisatrices, « espère qu’Israël saisira cette occasion pour montrer au monde qu’il existe d’autres voies que celles de la haine et de la peur » (sic) !!!!

 

Tous ces organismes juifs agissent de concert avec les organisations gauchistes israéliennes sous le slogan déclaré : « Il est temps de retrouver le bon sens et de sauver la société israélienne. Il faut une solution de deux Etats et que Jérusalem soit divisée en deux capitales, sans quoi il n’y aura aucun avenir à la région ».

 

Solution catégoriquement rejetée d’ailleurs par le Hamas, pour lequel « roulent » ou voguent pourtant ces belles âmes juives…

 

 

 

Repost 0
mordeh'ai - dans Dépêche
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 22:41

Je n'avais pas voulu il y a quelques jours faire paraitre cet article de J-M DESANTI qui m'avait paru ubuesque par l'implication supposée ou réelle des Etats Unis d'Amérique dans ce piège tendu à Israel, mais au vu de certaines sources dévoilées par Israel 7, je me décide à vous soumettre les 2 textes !!! - Mordeh'aï

 

Gaza : Les mercenaires d’Obama

source LDJ ILPM101_a.jpg

31 mai 2010

de Jean-Marc DESANTI

L’arraisonnement de la flottille d’activistes pro-palestiniens aura fait au moins 10 morts dans les rangs de ces derniers et blessé au moins six soldats israéliens dont deux gravement. Il semble bien que l‘action menée par les Commandos Marines israéliens a rapidement dérapé dans une série d’erreurs techniques … On indique à la tête de l’État Major de Tsahal qu’on ignore qui a donné les ordres de feu tout en précisant que défendre sa vie est aussi valable dans les eaux internationales. Les informations, on peut s’en douter seront, de toute façon, d’un côté comme de l’autre totalement contradictoires et le sympathisant de telle ou telle cause  prendra évidemment, pour argent comptant, les informations de son camp. Il n’en reste pas moins qu’en dehors des scènes macabres médiatisées et des conséquences désastreuses pour l’image d’Israël et sur le terrain à Gaza, la résolution nécessairement politique de la question palestinienne n’avancera pas d’un pouce.

Nous avons, plus que jamais, un gouvernement bicéphale déchiré, une diarchie où s’opposent dans la plus grande cruauté deux pouvoirs inconciliables le Fatah laïque et le Hamas islamique. On semble oublier dans cette pitoyable et tragique affaire, comme l’indiquait Mark Regev , que les activistes pro Hamas « prétendent militer en faveur des droits de l’Homme mais restent silencieux dès lors qu’il s’agit d’attaques du Hamas délibérément ciblées contre des civils israéliens ou des brutalités de ce régime envers ses propres citoyens en vue d’anéantir toute opposition politique, de supprimer tout média indépendant, ce qui a entraîné l’arrestation ou l’exécution de centaines d’opposants politiques.

S’ils s’intéressaient sincèrement et surtout honnêtement au bien-être de la population de Gaza, ils souligneraient les 15 000 tonnes d’aide humanitaire expédiées chaque semaine y compris par l‘État d‘Israël. » On pourrait se contenter de se nourrir des tragédies de ce matériel humain, juifs ou musulmans, jeté en pâture aux politiques débordés des deux camps.

Cependant, ne convient-il pas de poser, une fois encore, les questions qui dérangent ?

Pourrions-nous prendre connaissance des télex secrets, génialement cryptés, entre Ankara et Jérusalem via Washington ?

Quels sont les derniers ordres de mission donnés à la confrérie religieuse turque " Nurcus " par la CIA qui a permis à celle -ci et aux fonctionnaires du Département d’État, grâce à leurs madrasas, d’opérer clandestinement dans les nouvelles républiques turcophones d’Asie Centrale, dont l’Azerbaïdjan, le Turkménistan, l’Ouzbékistan, le Kazakhstan, le Kirghizistan et la Russie ?

La Turquie a armé, approvisionné,entraîné, dirigé la flottille et couvert la coque du navire de tête - au cas où nous n’aurions pas compris- d’un gigantesque drapeau turc.

Invraisemblable retournement de situation ?

Quoi ? L’allié turc, indéfectible ami de Sion prenant le commandement d’un convoi voulant forcer le blocus de Gaza territoire ennemi d’Israël ?

Oui mais dira-t-on de deux choses l’une : Ou la Turquie n’avait pas totalement l’aval des USA pour mener une telle opération aventureuse et ceci indique, à n’en plus douter, qu’elle est devenue une véritable république islamique autonome ou bien la Turquie avait bien le feu vert US et elle joue le rôle de puissance régionale faisant pression sur Israël pour le compte des USA qui ne digèrent plus le turbulent, incontrôlable et imprévisible Ex allié.

Compte tenu de l’histoire et de la méfiance envers les dirigeants sionistes, les USA ont réalisé qu’ils ne pourraient pas obtenir le contrôle direct de la région, et auraient par conséquent besoin d’utiliser un mandataire pour faire passer cette zone «  sous contrôle », rapidement et effectivement. La Turquie est ce parfait mandataire  : membre de l’OTAN, candidat à l’entrée dans l’UE … De parfaits mercenaires pour l’Oncle Sam.

Les deux hypothèses se confondent donc. Un pays islamique sert les intérêts US pour écraser un résistant au Nouvel Ordre Mondial qui ne peut s’imposer qu’après l’écrasement de tous les nationalismes.

Oui ! On nous refait le coup du Kosovo pour écraser l’identité nationale serbe !

Dites-vous bien, humanistes bien intentionnés pour les misérables populations Gaza ouis que vous aurez bientôt, d’une manière ou d’une autre, directement ou indirectement, le plaisir de voir l’Air Force bombarder, faire bombarder ou laisser bombarder Tel Aviv, Herzlia, Netanya, Ashdod ou Haïfa ...

Mais si, aujourd’hui, nous, nous pleurons tous les morts, c’est ne prendre aucun risque que d’affirmer que les morts israéliens n’obtiendront de votre part qu’un rictus malsain de dégoût satisfait.

Satisfait que les youpins s’en prennent encore plein la gueule !

Alors nous n’aurons plus rien à nous dire et plus rien à faire que de plaindre votre logorrhée antisioniste pauvre paravent hypocrite de l’antisémitisme qui vous colle à la peau comme une lèpre.

Vous aurez définitivement choisi votre camp. Celui des mercenaires d’Obama, des mercenaires de l’Empire, des idiots utiles et couards. Il n’y aura plus d’Israël pour vous protéger pauvres crétins et vous vous gorgerez, obligatoirement, la peur au ventre, de Mac Do Hallal entourés de Hidjab.

A moins que l’Odyssée manipulée de la petite armada vers Gaza ne marque le début d’une prise de conscience de chacun : arabes, juifs, chrétiens et que de cette misère naisse une nouvelle Ligue, cette fois trois fois sainte qui infligera à l’Empire et à ses épigones une nouvelle Bataille de Lépante.

 

________________________________________________________________________________________________

 

Un lien américain avec les organisateurs de l’expédition ?

par Shraga Blum pour Israel7

06/06/2010

Le site Internet WND (WorldNetDaily) croit savoir qu’un proche conseiller du Président Barack Obama serait le lien entre l’Administration US et le mouvement « Free Gaza », qui a été l’un des organisateurs de l’expédition de la flottille. Il s’agit de John Brennan qui est l’une des personnalités en vue dans le domaine de la Sécurité Nationale et du domaine du terrorisme. Selon la source, ceci démontrerait que l’expédition de la flottille vers Gaza se serait faite en coordination avec le Président Obama, dans le cadre de sa « nouvelle politique au Proche-Orient ». Le Président lui-même serait un ami de longue date d’activistes radicaux, William Ayers, Bernardine Dohrn, ou encore Jodie Evans, qui soutiennent le terrorisme et sont parmi les organisateurs de l’expédition vers Gaza. Selon la source d’information, John Brennan s’est déjà exprimé à plusieurs reprises sur le sujet du Moyen-Orient, en manifestant pas mal d’empathie pour l’Islam, par exemple en disant ceci : « Utiliser le terme de ‘Jihad’ – qui signifie lutte intérieure de l’individu pour s’améliorer – afin de désigner le terrorisme, est dangereux, car il laisse à croire que les Etats-Unis sont en guerre contre la religion musulmane ». Une autre fois, il avait suggéré « que les Etats-Unis étudient la possibilité de soutenir le Hezbollah, afin de mieux l’implanter dans la politique intérieure libanaise ». Mike Hammer, porte-parole du Conseil de la Sécurité Nationale, a cependant nié un quelconque lien entre Brennan et les organisateurs de l’expédition pro-Hamas, indiquant de manière laconique « qu’il y avait au sein de l’Administration US des personnes chargées es-qualité de la fixation de la politique américaine au Proche-Orient ».

Repost 0
mordeh'ai - dans Scoop
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 15:59

Pourquoi Tsahal a donc été envoyé au “casse-pipe” ?

 Par Marc. Robin, adapté par Bellar

pour JSS le 6, Juin 2010

 

Tous ceux qui connaissent Israël le savent. C’est un pays bouillonnant  d’activités et le moindre livreur, avocat ou médecin raffole de politique. Les débats sont souvent houleux et les avis très partagés.

“Israël est une grande et réelle  démocratie » qui dispose d’une Cour suprême qui n’existe ni aux USA, ni en France” (Claude Goasgen, sur LCP, le 3 juin 2010). Et s’il y a bien un pays, où tous les dérapages journalistiques sont permis  c’est Israël!

Les journalistes se servent souvent de leur tribune pour influencer et/ou faire passer leurs messages partisans. Concernant l’organisation et la politique notre pays est très découpé. Le moindre de nos gouvernements depuis des décennies, est constitué d’alliances et de coalitions parfois improbables. Ainsi dans le gouvernement actuel, se côtoient Ehud Barak  Ministre de la défense issu du parti très gauchiste Avoda et Avigdor Liebermann le russophone, Ministre des Affaires étrangères, très à droite ! Les passe d’armes et les critiques sont sans concession aucune et les tensions sont parfois excessivement fortes.

Même au sein de l’armée les avis sont très partagés, et des règlements de comptes se font sur la place médiatique sans aucune retenue. Notre pays, vous l’aurez compris, est une véritable démocratie et la loi du silence n’existe pas quel que soit le sujet.

Ainsi, en ce qui concerne la Flottille, les médias s’en sont donné à cœur joie et aucun d’entre eux n’a hésité un instant à sévèrement critiquer la méthode employée par nos commandos pour l’arraisonnement du Marmara. Alors la question qui énerve, qui surprend, qui étonne, c’est pourquoi. ?

Alors que nos forces armées sont parmi les meilleures du monde et reconnues comme telles, pourquoi les avoirs envoyées au casse-pipe. Pourquoi n’avons nous pas été plus prudents ? Voici donc la réponse que vous ne trouverez bien sûr dans aucun media autre que JSS :  Gaby Ashkénazi a reçu de la bouche même du Chef de l’état- major turc, que ce dernier avait placé une équipe « d’agents spéciaux » dont le but était d’éviter tout débordement et de contrôler ainsi la situation. Les évènements ont surpris l’armée trompée par l’état-major turc.

Donc la question de fond est la suivante : l’armée turque a–t-elle été trompée elle aussi ou bien nous a-t-elle trahis ?

Cette interrogation est essentielle, non seulement pour Israël mais aussi pour le monde entier qui lui a confié le rôle de garant de la démocratie en Turquie ! Si Israël a vu son image encore plus contestée à travers le monde, toute la « diplomatie » s’interroge désormais dans l’intimité des salons , sur la Turquie. Est elle encore un pays libre ou a-t-elle sombré en rejoignant la liste noire des pays qui soutiennent le terrorisme ?

Qui a le plus perdu ? Israël que plus personne n’hésite à défier ou bien la Turquie  qui vient de perdre sa légitimité dans les couloirs diplomatiques ? En Israël cette semaine il y a eu un défilé de hauts responsables militaires turcs. En off, on parle d’une manœuvre directement dictée par Erdogan en personne, qui aurait manipulé et piégé sa propre armée !

Si cette information se confirmait, il ne fait plus de doute que la Turquie vient de signer son arrêt de mort sur la scène internationale.

Elle risque bien plus vite que prévu, de passer sous contrôle militaire très rapidement. En revanche, si  c’est l’armée qui a sombré, le monde libre dans son entier, et non pas seulement Israël, vient de se trouver un nouvel Iran…

Repost 0
mordeh'ai - dans Sécurité
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 11:58

Aux donneurs de leçon ,aux sceptiques et aux malintentionnés qui répétent dans toutes les émissions télévisuelles que toutes les preuves ne sont fournies que par TSAHAL et de ce fait ne sont pas crédibles et donc ne peuvent être utilisées par les Me(r)dia européens pour informer correctement leurs lecteurs. A ceux-là je leur dis suivez ce lien http://www.cnnturk.com/2010/dunya/06/06/israilin.sildigi.fotograflar.aglayan.komando/579048.0/index.html , et vous verrez l'humanité et le pacifisme à la ' turque '.

Par respect pour l'image de ses soldats, Tsahal qui a découvert ces photos dans la carte mémoire d'un appareil  détenu par un 'membre pacifiste' de la flotille (http://www.israel7.com/2010/06/photos-edifiantes-dun-journal-turc/)  les a interdits de diffusion .

Apparement d'autres existaient .... elles servent aujourd'hui à un  journal turc Hürriyet qui en fait sa 'Une' .

 

Cela me conforte pour dire à notre gouvernement  que pour une fois " de ne pas se la jouer   politiquement correct ", et d'exiger des instances internationales ou de  l'ONU la création d'une commission d'enquête sur le rôle de la Turquie dans l'organisation et  la coordination de l'opération qui voulait briser le bocus de Gaza; afin de connaître ce qui s'est réellement passé à bord du Marmara lors de l'arraisonnement.

 

Mordeh'aï

Repost 0
mordeh'ai - dans Scoop