Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 06:27

Par Michael Freund 

http://www.michaelfreund.org/18887/liberate-jerusalem

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Même si Israël se prépare à célébrer le 49e anniversaire de la réunification de Jérusalem la semaine prochaine, un incident honteux a eu lieu qui devrait servir de rappel douloureux qu'il reste encore beaucoup à faire pour renforcer notre emprise sur toutes les parties de notre capitale bien-aimée. 

 

Selon un rapport publié dans Yediot Aharonot de mercredi, un bus de recrue de l'IDF Paratroopers Brigade était sur leur chemin pour la cérémonie d'intronisation militaire traditionnelle au Mur occidental lorsque la police leur a ordonné de fermer les rideaux sur les fenêtres, de peur que les spectateurs arabes les attaquent comme c'est arrivé à la porte de Damas de la vieille ville.

 

Oui, vous avez bien lu. On a conseillé à des soldats israéliens de se cacher derrière les rideaux de leur bus au cœur de Jérusalem.

 

Le document note que les soldats se sont opposés avec véhémence, mais ont été contraints par leur commandant d'adhérer à l'ordre reçu, mais pas avant qu'ils n'aient commencé à chanter, " La nation éternelle ne craint pas une longue route."

 

L'ironie de cet incident est si profond et si amer, qu'il défie tout simplement la compréhension.

 

Après tout, ce n'était nul autre qu'un groupe héroïque de parachutistes - la 55e Brigade de Parachutistes commandée par le colonel Mordechai "Motta" Gur - qui avait libéré la vieille ville pendant la Guerre des Six Jours en 1967.

 

Et maintenant, à peine cinq décades plus tard, la lâcheté est à l'ordre du jour.plutôt que le courage.

 

Nous pouvons prendre un certain réconfort dans le fait que les soldats eux-mêmes se sont opposés à la directive mortifiante, ce qui démontre un bon sens de la fierté nationale et de la ferveur patriotique, malgré l'échec de leurs supérieurs pour faire de même.

 

.Mais quel genre de message faut-il envoyer à nos jeunes hommes en uniforme, ou aux Juifs en général, quand nous avons atteint un tel triste état de choses? Les soldats israéliens qui visitent Jérusalem aujourd'hui doivent-ils imiter les Juifs d'Europe, dont beaucoup ont peur de porter une kippa en public par crainte de l'antisémitisme? Cet épisode prend une plus grande importance quand on le regarde dans le contexte plus large de ce qui se passe ailleurs dans Jérusalem, où il semble souvent qu'Israël a oublié le vrai sens de l'exercice de sa souveraineté.

 

Prenons, par exemple, la construction arabe illégale rampante qui dure depuis des années dans différents quartiers de Jérusalem-Est.

 

Selon Jérusalem le conseiller Arieh King, les Arabes palestiniens ont construit illégalement plus de 41.000 unités de logements à Jérusalem, avec près d'un millier de nouveaux ajoutés chaque année.

 

Néanmoins, au cours des 12 dernières années, seulement 580 maisons arabes illégales ont été démolies par les autorités israéliennes, soit une moyenne de seulement 48 ans. Au rythme actuel, il faudrait bien plus encore 1000 ans pour éliminer tous les édifices palestiniens construits  illegalement - à Jérusalem.

 

Les Arabes palestiniens ont érigé des structures à Jérusalem sur des terres appartenant à l'Etat et même dans des parcs nationaux, et ont mis en place des mosquées adjacentes aux quartiers juifs malgré l'absence d'autorisations nécessaires.

 

Autrement dit, la construction arabe illégale a longtemps été hors de contrôle, mais très peu est fait par Israël pour faire appliquer la loi et freiner cet état de choses.

 

Et puis, bien sûr, il y a là, atteinte persistante et quotidienne à la liberté de culte juif sur le Mont du Temple, où le gouvernement israélien se soumet régulièrement aux exigences du Wakf musulman qui supervise le site et empêche les juifs de prier là-bas.

 

La police continue d'imposer des restrictions aux Juifs visitant le Mont du Temple, les empêchant d'avoir une Bible, d'agiter un drapeau israélien ou même de réciter une bénédiction sur une bouteille d'eau.

 

Et le Wakf dit maintenant qu'il veut planifier une fois encore un autre projet de construction adjacent au Mont du Temple sur un site archéologique datant de l'époque du Second Temple.

 

Comme la Chaine 10 de la télé d'Israël, a rapporté la semaine dernière le Wakf veut la construction d'un grand complexe de salles de bains sur un site connu comme le Palais Antonia, de l'époque des Hasmonéens. Il le fait sans permis, et envisage même de percer les murs autour de la vieille ville pour ouvrir une autre porte, le tout sans même prendre la peine de consulter les autorités israéliennes ad-hoc.

 

De toute évidence, l'Etat juif est en échec sur plusieurs fronts pour faire respecter la primauté du droit dans la capitale, ce qui enhardit davantage les Arabes palestiniens dans leurs efforts de rediviser la ville.

 

Il est temps de mettre un terme à cet échouage politique et pour Israël de réaffirmer sa domination et son contrôle de la ville dont nous avons attendu notre retour pendant 1900 ans.

 

La première étape vers une Jérusalem véritablement libérée est de nous libérer de la peur. Nous devons cesser de nous soucier de la façon dont la communauté internationale va réagir chaque fois qu'un projet de construction juive est approuvé dans notre capitale, et nous devrions commencer à rétablir l'ordre dans les zones où les Arabes palestiniens ont systématiquement enfreint la loi et d'agir à leur guise. Arrêtons la discrimination contre les Juifs sur le Mont du Temple, où ils sont traités comme des citoyens de deuxième classe et harcelés pour avoir voulu communier avec leur Créateur.

 

Gagner la guerre des Six Jours était une première étape miraculeuse dans la libération de Jérusalem-Est et de la restauration pour le contrôle juif.

 

C'était un cadeau de Dieu aux Juifs. Mais une bataille quotidienne a lieu maintenant et si Israël ne se montre pas à la hauteur de l'occasion, nous mettons en danger le rêve de générations en nous esquivant lentement et délibérément.

Repost 0
mordeh'ai
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 22:44

faisant 3 morts, et  6 blessés dans cette attaque. Les deux terroristes ont été neutralisé.

Par David Rosenberg

http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/213449#.V1h6-PmLTDe

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Les terroristes ont ouvert le feu au Marché Sarona à Tel Aviv mercredi soir, tuant trois personnes et en blessant 6.

 

Maggen David Adom a rapporté qu'une victime est dans un état critique, tandis que deux sont dans un état grave .

 

Le lieu de l'attaque, Sarona, un ancien village des Templiers incorporé dans Tel Aviv, est une destination touristique populaire.

 

Les employés MDA signalent que les tirs ont eu lieu autour de Kaplan, HaArba, et les rues Carlebach.

 

Les témoins disent que les coups de feu ont été tiré à deux endroits différents au sein du marché.

 

Un terroriste impliqué dans l'attaque a été neutralisé peu après l'attaque. Un deuxième terroriste a été retrouvé et neutralisé.

 

Les forces de sécurité sur les lieux sont à la recherche de la zone pour trouver de possible terroristes supplémentaires.

 

La police a fermé les routes à proximité et a demandé au public d'éviter Sarona et la zone environnante.

 

Les victimes de l'attaque sont évacuées à l'hôpital Ichilov à Tel Aviv.

 

Yechiel Miller,  bénévole de United Hatzalah décrit la scène peu de temps après l'attaque:

 

" Quand je suis arrivé sur la scène je vis une femme qui était inconsciente et ne respirait pas elle était dans un état critique. Nous avons commencé les efforts de réanimation. Nous avons également traité de nombreuses autres personnes qui avaient subi des blessures par balle et des blessures d'éclats de grenade. "

 

Un deuxième médecin d'United Hatzalah, Davidi Dahan a déclaré les intervenants d'urgence étaient à la recherche de victimes supplémentaires qui pouvaient avoir fui la scène de la fusillade.

 

" Quand je suis arrivé sur les lieux, j'ai vu deux jeunes gens qui souffraient de blessures par balles à l'extérieur d'un restaurant au centre de Sarona. Nous les avons traité ainsi que de nombreuses autres personnes qui étaient en état de choc. Pendant que nous les traitions, d'autres bénévoles de l'unité United Hatzalah ont indiqué qu'ils traitaient une femme inconsciente derrière le centre Sarona et qu'elle était dans un état critique ". 

 

Regardez: Agent de sécurité prend à Tel Aviv tire sur le terroriste:

Repost 0
mordeh'ai
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 10:54

Une réflexion sur ce «qui aurait pu être».

Afficher l'image d'origine

Par Joseph Puder

http://www.frontpagemag.com/fpm/263102/six-day-war-remembered-joseph-puder

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Ce mois de mai, Israël a célébré son 68ème année d'État indépendant. Ce 5 Juin, Israël a commémoré le 49ème anniversaire de la guerre des Six Jours, dans laquelle il a libéré le quartier juif de la vieille ville de Jérusalem, y compris le Mur occidental. Le Bloc Etzion, les biens juifs saisis par la Légion arabe de Jordanie et détenus pendant 19 ans ont également été libéré.

 

Le proverbiale "David" israélien des années antérieures à 1967 a été transformé par la presse internationale et les universités occidentales du post-1967 en "Goliath". Dans le processus, Israël a été étiqueté comme «occupant». En tant que témoin de ce chapitre de l'histoire (la guerre des Six jours et ses conséquences), ce journaliste peut clairement témoigner que de Juin 1967, le peuple d'Israël craignait un autre Holocauste de toutes sortes. Entouré par des ennemis arabes violents, et trahi par le président de la France-Charles De Gaulle, qui a imposé un embargo sur les ventes d'armes à l'Etat juif assiégé, Israël était anxieux. Les autorités en Israël avaient préparé d'importants sites mortuaires s'attendant à une guerre génocidaire menée par les arabes comme promise par le dictateur égyptien Gamal Abdul Nasser.

 

Nasser a annoncé dans un discours au monde le 8 Mars 1965, " Nous ne sommes pas entrer en Palestine avec son sol couvert de sable, nous entrerons sur son sol saturé de sang". Le 17 mai 1967, la radio du Caire a déclaré, " Toute l' Egypte est maintenant prête à plonger dans la guerre totale qui mettra fin à Israël . " Le président syrien Nureddin al-Attasi a parlé aux troupes syriennes le 22 mai 1967, déclarant:« Nous voulons une guerre populaire de libération à grande échelle pour détruire l'ennemi sioniste. "

 

Pendant l'Independence Day d'Israël le 15 mai 1967, les troupes égyptiennes ont emménagé dans le Sinaï, en se concentrant le long de la frontière avec Israël. Nasser ordonna à la Force d'urgence des Nations Unies, stationnée dans le Sinaï depuis 1957, de se retirer le 16 mai, sans porter la question devant l'Assemblée générale de l'ONU.le Secrétaire général de l'ONU U-THANT a immédiatement obtempéré à la demande de Nasser. Deux jours plus tard, les Syriens ont amené et mis en état d'alerte leurs troupes sur le Golan, prêtes pour la bataille.

 

La voix de la radio Arabe (Sawt al-Arab) au Caire a proclamé le 18 mai 1967: " A partir d'aujourd'hui, il n'existe plus de force internationale d'urgence pour protéger Israël. Nous ne ferons pas plus preuve de patience. Nous ne nous plaindrons pas plus à l'ONU au sujet d' Israël. La seule méthode que nous appliquerons contre Israël c'est une guerre totale, ce qui se traduira par l' extermination de l'existence sioniste " En même temps, le ministre de la Défense de Syrie Hafez Assad a déclaré:". Nos forces sont maintenant tout à fait prêtes, non seulement à repousser l'agression, mais d'initier l'acte de libération lui-même, et d'exploser la présence sioniste dans la patrie arabe. L'armée syrienne, avec son doigt sur ​​la gâchette, est unie ... en tant que militaire, je pense que le moment est venu d'entrer dans une bataille d'anéantissement ".

 

Nasser a annoncé le 23 mai 1967, la fermeture du détroit de Tiran à la navigation israélienne, le blocus portuaire d'Eilat au sud d'Israël, son seul débouché sur la mer Rouge. Le Premier Ministre d'Israël Levy Eshkol a appelé ceci "un acte d'agression contre Israël", et a appelé l'ONU et les grandes puissances maritimes de rétablir la liberté de navigation dans le détroit comme promis par les Etats-Unis et les puissances maritimes et comme condition du retrait d'Israël du Sinaï avant 1957.

 

Le 30 mai 1967, Nasser a prononcé un discours dans lequel il a dit: « Les armées d'Egypte, de Jordanie, de Syrie et du Liban sont prêtes aux frontières d'Israël ... (le terme utilisé par Nasser  pour identifier Israël était« l'entité sioniste ».) Pour relever le défi, tout en se tenant derrière nous - les armées de l'Irak, de l'Algérie, du Koweït, du Soudan et de l'ensemble de la nation arabe. Cet acte étonnera le monde. Aujourd'hui, ils sauront que les Arabes sont disposés au combat, l'heure critique est arrivée. Nous avons atteint le stade de l'action sérieuse et non de déclarations.»

 

Avant Juin 1967, Israël n'a pas occupé toute la terre arabe et n'a pas cherché à étendre son territoire par la guerre, pourtant, il a enduré le terrorisme palestinien tout au long des années 1950 et 1960 à partir du territoire égyptien, l'Egypte qui a formé les fedayins palestiniens basés à Gaza. L'OLP et la chartre palestinienne était de «libérer» la Palestine en éliminant les Juifs d'Israël. En d'autres termes, l'ensemble d'Israël à l'intérieur de la Ligne verte c'était la «Palestine occupée». En outre, les Palestiniens d'avant Juin 1967, n'avait pas appelé à la création d'un Etat palestinien en Cisjordanie occupée par la Jordanie ou de Gaza occupée par l'Egypte .

 

Si Israël avait perdu la guerre en 1967, ni l'Egypte, ni la Jordanie ou la Syrie ne se serait porté volontaire pour établir un Etat palestinien. On peut en outre dire que les Palestiniens seraient restés seulement des Arabes appartenant à la nation arabe, adorant le grand prêtre pan-arabe et prophète, Gamal Abdul Nasser.

 

Alors que des émissaires israéliens ont fait appel au roi Hussein de Jordanie de rester en dehors de la guerre, le roi Hussein a décidé de signer un pacte de défense avec l'Egypte le 30 mai 1967. Le lundi 5 Juin 1967, le roi Hussein a ignoré la demande du Premier ministre  d'Israël Levi Eshkol que la Jordanie reste en dehors de la guerre qui avait ce matin éclaté entre Israël et la RAU (République arabe unie qui combinait l' Egypte et la Syrie). Le Professeur Uriel Dann, dans son livre " le roi Hussein et le défi de Arab Radical ," a souligné que « Deux jours plus tard , il (Hussein) a accepté l'appel au cessez- le feu par l'ONU. Entre-temps, la Cisjordanie avait perdu son armée sur le terrain. »

 

Il est intéressant de considérer que si le roi Hussein avait accepté la demande de Eshkol "de rester en dehors de la guerre," la Cisjordanie serait restée entre les mains jordaniennes, et il n'y aurait pas eu de soi-disant «occupation». Au lieu de cela, cet écrivain rappelle que l'artillerie jordanienne a bombardé la base aérienne en Israël le 5 Juin 1967.

 

Avant la guerre des Six Jours, la Syrie avait le contrôle des hauteurs du Golan, qui domine la Galilée. Les Syriens ont utilisé leur avantage de taille pour bombarder les fermes et les villages des kibboutzim israéliens. Le bombardement a augmenté quotidiennement entre 1965-1966. Le 7 Avril 1967, Israël a riposté, et lors de combat dans les airs, des Mirages français de l'aviation israélienne ont abattu six Mig de fabrication soviétique équipant les combattants syriens. L'Union soviétique, qui était le fournisseur de l'aide militaire et économique à la fois de la Syrie et de l'Egypte, a délibérément mal informé Damas, alléguant que l'accumulation militaire massive israélienne était en cours, en préparation d'une attaque israélienne. Israël a rejeté explicitement les revendications soviétiques, mais la Syrie néanmoins se précipita pour invoquer son traité de défense avec l'Egypte.

 

Le 4 Juin 1967, l'Irak a rejoint l'alliance militaire avec l'Egypte, la Syrie et la Jordanie. Le président de l'Irak, Abdul Rahman Aref, a ajouté au chœur des menaces arabes en avertissant que, «L'existence d'Israël est une erreur qui doit être corrigée. Cette occasion d'effacer l'ignominie qui a été avec nous depuis 1948. Notre objectif est clair - de rayer Israël de la carte»

 

Pour Israël, la guerre qui a éclaté le 5 Juin 1967 a été une guerre existentielle, Israel s'est battu avec des estimations désastreuses. Les Arabes avaient amassé 309 000 hommes contre 210.000 (près de 10% de sa population) d'Israëliens.Les Arabes possédaient 2.337 chars de combat contre seulement 1000 Israëliens.  682 Avions de combat arabes contre 286  pour Israël. Israël avait 203 pièces d' artillerie contre 962 aux Arabes. Selon le Los Angeles Times, dans la guerre des Six Jours, l' Egypte a perdu environ 11.500 tués et a eu 10.000 prisonniers, dont neuf généraux. Les Blessés et tuésyriens se sont élevés à 1000, et la Jordanie a perdu 6.094 tués et blessés. Les victimes d'Israël étaient de 777 tués et de 2.811 blessés.

 

Quand ce fut fini, le 10 Juin 1967, la guerre des Six Jours a été non seulement considérée comme une victoire glorieuse, mais comme un miracle qui a restauré et unifié Jérusalem, comme capitale éternelle d'Israël. Les Arabes ont subi une défaite humiliante aussi bien que l'attrait du panarabisme, et Israël a prévalu contre toute attente.

Repost 0
mordeh'ai
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 06:17

Par Jonathan Benedek

http://www.breakingisraelnews.com/69242/customs-authorities-stop-apparent-attempt-smuggle-antiquities-country/#ZsdB68OI3VfI7hQ4.99

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Le conducteur d'une voiture Ambassade de Norvège a été surpris en train de faire passer de 22 livres d'antiquités d'Israël.  (Administration fiscale d'Israël)

Le conducteur d'une voiture Ambassade de Norvège a été surpris en train de faire passer de 22 livres d'antiquités d'Israël. (Administration fiscale d'Israël)

 

Des agents de l'Autorité fiscale d'Israël ont contrecarrés une apparente tentative de faire passer dix kilogrammes d'antiquités en Jordanie au pont Allenby le 31 mai.

 

Les antiquités, composées de statuettes et pièces de monnaie, étaient cachés dans un véhicule Mercedes appartenant à l'ambassade de Norvège. les enquêteurs des douanes ont fouillé le véhicule et ont trouvé les antiquités stockées dans des cartons emballés cachés dans les compartiments latéraux du véhicule

 

Le conducteur du véhicule de l'ambassade de Norvège, Issa Nagam, du quartier arabe de Beit Hanina de Jérusalem nord a été arrêté sur des soupçons de contrebande d'antiquités du pays. Nagam a été pris pour interrogatoire à la suite par l'Unité des enquêtes douanières à Jérusalem.

 

Le suspect a ensuite été libéré sous caution par le tribunal de première instance de Jérusalem. Les autorités douanières avaient arrêté plus tôt cette année une tentative de contrebande de marchandises d'une valeur d'environ 2,6 millions de dollars (10 millions de NIS) hors du pays dans un véhicule de l' Union européenne .

Repost 0
mordeh'ai
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 06:15

Par Dror Eydar

 http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=16315

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

En fin de compte, tout se résume à Jérusalem. Nous pouvons parler de «deux Etats» et de la «plongée du pays» et «une fin de l'occupation» (bien sûr, bien sûr) - mais finalement Jérusalem resurgira. Le même vieux regroupement, qui depuis 49 ans nous a tenté de nous faire dire adieu à la terre de notre vie, doit donner une réponse à ce qu'il suggère que nous fassions à propos de Jérusalem. Pas d'Issawiya ou de Beit Safafa ou tout le reste, mais les quatre quarts de la Vieille Ville, y compris la Ville de David, qui se trouve au sud du Mont du Temple et à l'extérieur du mur actuel.

 

«Priez pour la paix à Jérusalem», le poète l'a commandé dans les Psaumes (122: 6). Demandez aux partisans de la division ce qu'ils pensent de ce qui devrait être fait à propos de la ville dont la mémoire nous a amenés ici. Toute personne qui ne veut pas partager avec des étrangers la réalité renonce à toutes fins qu'il pourrait y avoir lors des négociations diplomatiques. Aucun Arabe n'acceptera aucun plan de paix sans le plein contrôle musulman de Jérusalem-Est. L'idée d'internationaliser la ville; la divisant en quartiers; le partage du contrôle, avec les Juifs en charge ci-dessous et les musulmans en charge du dessus de la montagne, n'est que simple bavardage - poussière de fée et de rêveries des pays occidentaux et de quelques rares Juifs israéliens.

 

Ne laissez pas ceux d'entre nous qui veulent embobiner les citoyens qui parlent de "diviser le pays" - d'obtenir tout tout de suite: la Vieille Ville de Jérusalem. Même si les Romains ont pu changer le nom de la terre d'Israël et que la Judée disparaîsse de la mémoire du monde à partir du deuxième siècle en l'appelant "Palestina" après que le peuple philistins de marins qui avaient disparu auparavant d'ici depuis des centaines d'années, leur complot pour effacer Jérusalem et la renommer "Aelia Capitolina" n'a pas réussi. Au regret de nos ennemis et de ceux d'entre nous qui refusons le rachat, de plus de 1.900 ans du passé, et que le monde appelle encore le cœur de notre nation "Jérusalem". Même les musulmans, qui luttent pour réécrire l'histoire de la ville et veulent nier nos liens avec elle, sont obligés de se référer à elle comme «Al-Qods», comme un acronyme pour "Beit al-Maqdis" (la Maison du Temple) et, ce faisant révéler le mensonge qu'ils cherchent à répandre.

 

En l'honneur de la 49e Journée qui marque la libération de la ville de Jérusalem,  et de son unification avec ses fils et filles juridiques, encore une autre des mille « conférences de paix » qui s'est réunie à Paris pour "jeter le sort" sur Jérusalem (Abdias 1:10). Cela fait près de 100 ans que l'accord Sykes-Picot, qui a cartographié le Moyen-Orient et qui maintenant s'effondre sous nos yeux, et que les nations comme la France et d'autres tentent de revenir sur cette marche historique de folie.

 

Le président français François Hollande a prononcé une phrase qui a attiré mon attention: "Nous devons travailler pour nous rendre compte que dans le contexte régional et le vide diplomatique sera rempli par l'extrémisme et la terreur." Je me suis dit que ce fut une merveilleuse explication du manque de compréhension historique exprimée au sommet.Parce que cela est ce qui pourrait arriver si un Etat palestinien est établi dans des conditions géopolitiques actuelles: ce sera un «vide diplomatique» à la lumière (ou à l'obscurité) de notre mauvaise expérience pourrait en effet "être rempli par l'extrémisme et le terrorisme." Il suffit de regarder le chaos autour de nous.

 

Aussi longtemps que Jérusalem n'était juste qu'un rêve ou un désir, nous nous satisfaisions du manque, même au cours des 19 premières années de l'Etat, lorsque son coeur a été muré. Mais à partir du moment ou nous avons eu le privilège de libérer la ville et de lui appliquer notre souveraineté, nous ne devons plus la laisser filer entre nos mains. Renoncer à Jérusalem, à D.ieu ne plaise, nuirait à l'ensemble du processus historique du retour à Sion. Parce qu'il n'y a pas de sionisme sans Sion, et comme il n'y a pas de sionisme sans la terre d'Israël, il n'y a certainement pas de sens pour nous de retourner à la terre d'Israël hors de la ville qui nous a tenu dans le désert des nations grâce à notre serment de se le rappeler et dont le nom nous a ramené à la maison.

Repost 0
mordeh'ai
5 juin 2016 7 05 /06 /juin /2016 18:35

Par Adam Eliyahu Berkowitz

http://www.breakingisraelnews.com/69114/divine-retribution-paris-middle-east-conference-gets-flooded/#Hl4Aii7mthOI5Viv.99

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Tour Eiffel (Photo par Pisaphotography via Shutterstock)

Tour Eiffel (Photo par Pisaphotography via Shutterstock)

La Punition divine a frappé jeudi soir alors que les puissances mondiales s'étaient réunies à Paris pour des entretiens qui pourraient finir sur des tentatives de faire pression sur Israël pour accepter un Etat palestinien.

 

La conférence a pris fin et une réaction divine a été presque immédiate la Seine est montée de 20 pieds du jour au lendemain. Certaines parties du métro sont fermées, tout comme les principaux monuments. Le musée du Louvre a également été fermé le personnel a travaillé désespérément pour déplacer et mettre en sécurité 250.000 œuvres d'art inestimables. Le musée d'Orsay a également fermé pour sauver ses collections. Quatre personnes sont mortes et 4 ont été blessés en France dans la pire inondation que le pays ait vu depuis 30 ans. Plus de 20.000 personnes ont été évacuées en France depuis le week-end et 19.000 maisons dans et autour de Paris restent sans électricité. La capitale reste sous la deuxième plus grosse alerte, qui met en garde contre un "impact significatif". Les experts disent que cela prendra au moins dix jours pour que les niveaux reviennent à la normale.

 

Le président français François Hollande a déclaré que le temps était un grave phénomène climatique et que c'est un défi mondial.

 

La conférence de Paris a réuni plus de 20 diplomates de haut rang de l'Occident et du monde arabe pour travailler à l'organisation d'une conférence de la paix d'ici la fin de l'année qui lancerait les négociations israélo-palestiniennes. Le Secrétaire d'Etat américain, John Kerry, et le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, étaient à la conférence de Paris, ainsi que des représentants de la Ligue arabe, l'Union européenne et les Etats arabes clés. Par contre les représentants israéliens et palestiniens étaient absents.

 

Laurent Fabius, l'ancien ministre français des Affaires étrangères qui a d' abord proposé l'initiative de paix, à l'origine a suggéré que la communauté internationale devrait reconnaître unilatéralement l'Etat palestinien si les pourparlers directs ne parvenaient pas à produire ou à apporter des résultats. Jean-Marc Ayrault, le présent ministre des Affaires étrangères, a choisi de ne pas poursuivre cette condition dans les négociations. On pensait que cette condition serait efficace pour forcer le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à participer à la négociation. Le Premier ministre Netanyahu a critiqué l'initiative française, en disant que des pourparlers directs entre Israéliens et Palestiniens sont la meilleure voie à un accord de paix.

 

Les Palestiniens étaient enthousiastes à propos de l'initiative, qui repose sur un plan de paix Saoudien de 2002. La conférence a souligné la nécessité de la création d'un Etat palestinien contigu à l'intérieur du territoire israélien. Il a blâmé l'échec des tentatives de paix antérieures sur les colonies israéliennes en Judée-Samarie. Il n'a pas mentionné la violence arabe ni l'incitation, pas plus que les actions du Hamas, ou la nécessité pour les Palestiniens de reconnaître un Etat juif ou son droit d'exister.

 

La conférence a conclu jeudi soir, en même temps que les eaux de la Seine ont commencé à monter. Ceci est seulement un des nombreux cas dans la longue lignée des tentatives de forcer Israël à des accords désastreux qui ont provoqué des catastrophes naturelles comme des signes évidents du mécontentement divin.

Repost 0
mordeh'ai
5 juin 2016 7 05 /06 /juin /2016 17:58

Par JNI Media

http://www.breakingisraelnews.com/69149/jerusalem-truly-israels-capital/#DbQDX702sLSbEvlu.97

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

A panorama view of Jerusalem. (Shutterstock)

Un panorama de Jérusalem. (Shutterstock)

Depuis 2006, aucune ambassade étrangère ne s'est installée à Jérusalem. Cela reflète la réticence du monde entier de reconnaître son droit de propriété sur Jérusalem à l’Etat juif . C’est un phénomène unique dans les affaires mondiales. Non seulement les nations du monde n' acceptent pas le statut de Jérusalem comme capitale d’Israël, mais la communauté internationale considère également environ que la moitié de celui-ci, la partie Est de Jérusalem, y compris la toute la vieille ville, fait partie du cadre « des territoires palestiniens, occupés » et personne ne reconnaît officiellement Jérusalem-Ouest dans le cadre du territoire d’Israël non plus.

 

Sous le Plan des Nations Unies la partition de la Palestine adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1947, Jérusalem devait être un territoire international administré par l’ONU. A la guerre de 1948, la partie occidentale de la ville fut occupée par Israël, la partie orientale de la Jordanie. Et étant donné que la communauté internationale s’appuie sur le plan de partition 1947 des Nations Unies concernant le statut juridique de Jérusalem, il refuse de reconnaître la souveraineté israélienne sur n’importe quelle partie de la ville.

 

Israël, évidemment, s'estime autrement sur ce sujet : le 5 décembre 1949, premier ministre David Ben Gourion, a proclamé Jérusalem comme capitale d’Israël, et en juillet 1980 Israël a adopté la Loi de Jérusalem, dans le cadre de ses lois constitutionnelles fondamentales, déclarant Jérusalem capitale d’Israël "complète et unie".

 

Jérusalem, qui fut une télécommande, dangereuse (tireurs d’élite jordaniens), pendant les 19 premières années du petit État sans joie, s’est transformé après la libération de 1967 de la vieille ville et de ses lieux saints, il y a exactement 49 ans dimanche. Aujourd'hui 10 % des Israéliens vivent à Jérusalem — 850 000, deux fois plus que ceux qui vivent à Tel Aviv, trois fois plus qu'à Haïfa.

 

Lorsque le roi David conquit la ville et acheté le haut du Mont du Temple, il y a un peu moins de 3 000 ans, le secteur de la ville entière était probablement d'environ 60 hectares. Aujourd'hui, c’est environ 2 000 fois plus grand, avec 125 156 hectares inclus dans la municipalité de Jérusalem.

 

La première université de la terre d’Israël, l'Université hébraïque, a été établi à Jérusalem, en 1925. Aujourd'hui, 17% des étudiants Israéliens étudient à l'Université et 26% sont des candidats au doctorat.

 

Plusieurs institutions nationales israéliennes sont situées dans le quartier du gouvernement à Givat Ram de Jérusalem, dans le cadre du District National. Certains édifices gouvernementaux sont situés dans le District de Menachem Begin. La ville ville abrite la Cour suprême, la Banque d’Israël, la Knesset, le siège National de la Police israélienne, les résidences officielles du Président et du premier ministre, le Cabinet et tous les ministères à l’exception du ministère de la défense (Tel Aviv) et le ministère de l’Agriculture et du développement Rural (Rishon LeZion).

 

Et il est donc clair qu’aucune autre question ne sépare Israël du reste du monde aussi radicalement que celui du statut de Jérusalem. La plupart des Israéliens nés après 1967 découvrent naturellement que Jérusalem est leur capitale incontestable. Les Israéliens de Gauche qui accepteraient de céder tout ou partie de Jérusalem-est à une future entité palestinienne indépendante, ne sont probablement pas conscient du fait que le monde ne différencie pas l'est et l'ouest de Jérusalem et qu’il ne considère ni l'une ni l'autre comme naturellement appartenant à Israël, peu importe qu'on les reconnaîsse comme capitale.

Repost 0
mordeh'ai
5 juin 2016 7 05 /06 /juin /2016 12:11

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

www.israelhayom.com/site/newsletter_article.php?id=34129
 

La place du Mur occidental a été dégagé après la libération de Jérusalem il y a près de 50 ans, ce qui nous permet de visualiser le site sacré librement. Mais même maintenant une grande partie du mur est caché sous les maisons dans le quartier musulman.Les choses auraient pu être faites autrement.

 

Le Premier ministre David Ben-Gourion et le maire de Jérusalem, Teddy Kollek, au Mur occidental en 1967

 

Le 8 Juin 1967, alors que les parachutistes de Tsahal nettoyaient les dernières poches de résistance dans les ruelles de la vieille ville, le premier Premier ministre d'Israël, David Ben-Gurion, est venu au passage du Mur occidental, accompagné du maire de Jérusalem, Teddy Kollek, et le responsable des parcs et jardins d'Israël Yaakov Yanai. Le vieux chef, qui avait alors été hors du mandat de quatre ans, posa sa tête sur le Mur occidental et pleura amèrement. Après s'être calmé, il ordonna à un de ses gardes du corps d'enlever la pancarte "Al-Buraq", le nom musulman du Mur occidental, puis se tourna vers Yanai: " N'avez-vous pas honte? - regardez - des toilettes à côté du mur occidental. "

 

Yanai se défendit, en disant: " Nous ne sommes arrivés ici qu'hier." Mais Ben Gourion insista,    "Néanmoins, c'est intolérable." Yanai est allé jusqu'à Kollek et lui a parlé de son échange avec Ben-Gurion. " Nous avons besoin de nettoyer la place et remettre le mur en réagencement " . Kollek a promis qu'il prendrait soin de lui. Il a dit «Je vais en parler à l'armée».

 

Ben-Gurion, et des centaines de milliers d'Israéliens qui visitent le Mur occidental seulement quelques jours plus tard, le jour férié de Chavouot, se tenaient devant le plus important site historique de leur peuple pour la première fois en deux décennies.

 

Pendant 19 ans, jusqu'à ce que Jérusalem soit libéré, le Mur a été "emprisonné". Lorsque la guerre d'indépendance a pris fin en 1949., la Jordanie contrôlait la partie orientale de Jérusalem, y compris le Mont du Temple et le Mur occidental. Dans le cadre de l'accord du cessez-le-feu, le royaume hachémite a promis de permettre aux Juifs de visiter le mur, mais ne l'a jamais permis dans la pratique. Elle n'a pas traité les eaux usées et malodorantes des résidents du quartier Mughrabi à gauche au mur. Des années plus tôt, pendant le mandat britannique et l'Empire ottoman, les habitants musulmans de ce quartier avaient rendu la vie amère aux Juifs qui étaient venus prier au Mur, le souillant intentionnellement avec les matières fécales humaines et animales. Souvent, ils ont exigé même que les Juifs paient un impôt (en utilisant la menace de la violence) pour avoir le droit de prier au Mur occidental.

 

Le «statu quo» déclaré par les Britanniques sur le site a ajouté plus de problèmes. Les Juifs se sont vus interdire le droit de mettre en place des bancs ou une barrière divisant en sections des hommes et des femmes; le nombre de rouleaux de la Torah autorisés sur le site a été limité; et souffler dans le shofar au Mur pour marquer la fin du Yom Kippour a été interdit. Le «statu quo» concernait même la permission de parquer des animaux devant le Mur.

 

La libération de Jérusalem lors de la guerre des Six Jours de 1967 a fourni une occasion unique de changer la réalité. Si jamais l'expression «justice historique» signifiait quelque chose, elle était parfaitement distillé en ce moment précis au pied du Mur occidental et le Mont du Temple. Israël se jeta énergiquement dans le redressement des torts et s'est déterminé à transformer l'étroite allée du Mur occidental en un site approprié pour la prière publique. Un groupe d'entrepreneurs chevronnés enthousiastes enrôlé pour terminer la mission. Le journaliste Uzi Benziman a informé sur l'atmosphère dans ces jours. Eitan Ben Moshe, le directeur de l'ingénierie pour le commandement central de l'armée israélienne, a demandé aux entrepreneurs de «nettoyer cette saleté de là.» Ils ont demandé des ordres par écrit. Ben Moshe a griffonné ses instructions, et les entrepreneurs ont commencé à travailler. Dans un premier temps, ils ont utilisé des pelles et des marteaux pour abattre les installations sanitaires, mais quelques heures plus tard, des bulldozers et des camions sont arrivés et ont commencé à raser la région.

 

«Avec un bruit assourdissant, les bulldozers se déplaçaient lentement vers le quartier Mughrabi devant le Mur occidental, leurs mâchoires ouvertes leurs dents en acier large et mâcher les petites maisons qui se pressaient les unes contre les autres. ... Ils se retirèrent un peu et puis frappèrent à nouveau » c'est ainsi que l'écrivain Yehuda Haezrachi a décrit ce qui est arrivé.

 

Les "Ruelles ont été éradiquées ... des nuages ​​de poussière se levèrent autour, et en face d'elles s'est découverte une large place aussi large que la vallée et le Mur occidental a été également mis en vue dans les nuages ​​de poussière, pas de près, comme si il était mis en vue maintenant, de loin, de partout, de toutes les parties de la nouvelle place géante.

 

Pendant la nuit, le 10 Juin 1967, le travail a été achevé. Les 108 familles qui avaient vécu dans le quartier Mughrabi ont été évacuées. Au lever du soleil, le petit quartier qui avait été collé sur le mur occidental était en ruines. Maintenant, au lieu d'une petite place de prière qui a mesuré 28m par 3,4 mètres et pouvait à peine accueillir quelques centaines de personnes, une nouvelle place avait été préparée pour des milliers. La longueur de la section du Mur occidental désignée pour la prière avait été prolongée de 60 mètres. La plupart de la nouvelle zone de prière prolongée de 40 mètres à l'ouest et une autre place énorme plus haut a été désigné comme un site pour des démonstrations et cérémonies d'assermentation pour les soldats de Tsahal.

 

On avait l'impression que le soulagement et la lumière étaient finalement arrivés au mur, comme une époque a pris fin et une nouvelle dans l'histoire du Mur a commencé, mais pas tout le monde croyait que le travail était fini. Maintenant, 49 ans après la réunification de Jérusalem, que toute la longueur du mur occidental a été exposé, y compris ses tunnels souterrains, un différend massif émerge à partir des pages de l'histoire: Il y avait ceux qui croyaient alors que le retrait du quartier Mughrabi a la fin de celui-ci. Qu'il suffisait. Mais il y en avait d'autres qui avaient prévu d'adopter des évacuations du style Mughrabi pour d'autres, moins connus, afin d'exposer ainsi des parties du mur.

 

«Seulement par crainte des nations du monde»

 

Avec le bénéfice de près de 50 ans de la perspective, ce débat dont nous savons si peu nous enseigne que nous avons dû manquer quelque chose. Nous pensions que nous savions presque tout sur le Mur occidental, ce lieu célèbre, l'endroit le plus étudié et visité en Israël. Mais il se trouve que nous savons très peu. Aussi surprenant que cela puisse paraître, le mur visible est pas complet. Des centaines de mètres de celui-ci sont portés disparus. Le souterrain, des tunnels du Mur occidental, toute la longueur de 488 mètres du mur est exposé. Mais au dessus du sol, sur des centaines de mètres au nord de la place de la prière, le Mur occidental disparaît.

 

Mais cette prise de conscience a commencé à faire surface seulement après la complète destruction du quartier Mughrabi. Seulement après que la ruelle étroite du mur ait été transformée en une grande place, des questions intrigantes sont venues, à voix basse au début, puis à haute voix: Qu'est-ce qui est advenu aux couches de pierres anciennes qui étaient autrefois visibles par tout le monde, même de l'endroit où le mur traverse le quartier musulman? Pourquoi ne pouvaient-elles être vues, comme les couches de pierres géantes qui dominent la place de la prière? Où était le Mur occidental au nord de la place disparue? Existe-t-il encore? Une partie de celui-ci? Ou tout entier?

 

Les premiers à soulever ces questions aux ministres du gouvernement étaient les deux grands rabbins de l'époque, le rabbin Yitzhak Nissim et le rabbin Yehuda Isser Unterman. Des représentants du ministère des Affaires religieuses ont répondu aux questions et se sont mis au travail. Dans les coulisses, l'échelon professionnel au ministère a commencé à se pencher sérieusement sur la question de l'exposition des sections du mur qui se trouvaient plus au nord par la démolition d'autres maisons et l'expulsion de plusieurs résidents.

 

Les gens du ministère ont tracés le contour du mur et ont élaboré une note secrète intitulée «autres lieux pour la prière autres que la Place de prières lorsque le Mur occidental sera mis en évidence.»

 

Le mémo indiquait: " des cartes détaillées établies par des chercheurs et des archéologues, à partir de photographies aériennes et de témoignages de personnes âgées de Jérusalem, ont montré que le mur peut être suivi plus ou moins en permanence, que ce soit en surface du sol, au travers de cours d'habitations, et de rues, ou sous terre, " .

 

Le personnel professionnel du ministère a recommandé la réalisation d'une enquête auprès de tous ces endroits, et même présenté le ministre des Affaires religieuses Dr Zerah Warhaftig avec le document écrit « Les résultats positifs attendus de l'exposition du Mur occidental vers le Nord », qui a dit: " le mouvement juif dans un une partie supplémentaire de la vieille Ville renforcera notre emprise sur elle. La fouille a une importance historique et archéologique qui remplace celle des autres découvertes archéologiques en Israël. le mur occidental sera exposé dans toute sa splendeur. L'exposition de toute la longueur du mur occidental , ce qui signifierait toute la longueur du Mont du Temple, et va montrer au monde nos droits au sein et avec le Mont du Temple lui-même, quelque chose qui n'est pas actuellement ressenti.

 

" Le mur de la vieille ville a été fouillé en vertu d'un plan anglais, pour des raisons de beauté et d'impression historique. Ces raisons sont applicables au Mont du Temple, c'est ainsi, que la paroi est déjà visible dans l'est et le sud, mais en partie seulement à l'Ouest."

 

Le ministère a préparé une carte et a marqué les maisons dans le quartier musulman qui auraient dû être évacuées et démolies pour fouiller les parties nord du Mur occidental. En 1969, certains de ces plans sont allés au Ministre de la Défense Moshe Dayan et ont été arrêtés une première fois. Le personnel des affaires religieuses du ministère et leurs associés ont suggéré que « avant la discussion sur la possibilité de creuser toute la longueur du mur occidental, [nous devions] prendre le contrôle des endroits le long du mur qui ne sont pas peuplés, des structures abandonnées et des parcelles ouvertes - par exemple, le bâtiment entre la Porte de la chaîne et de la Porte des ablutions, ou les magasins à côté de la Porte des Marchands de cotopn au nord de la Porte de Fer.»

 

Les Rabbins, en particulier le Grand Rabbinat, qui, dans ces années a eu une grande influence sur la formation de la zone du Mur occidental, ont appliqué une forte pression. Le Grand Rabbin Unterman a écrit une lettre aux ministres dans laquelle il disait: « La longueur du mur occidental continue sans aucun doute du point le plus au nord à la pointe sud, et nous ne devons pas donner l'idée que nous abandonnons au sujet de la possibilité de faire la prière sous domination étrangère. Parce que le mur occidental a été sanctifié à cette fin seulement. ... Nous avons l'obligation d'assurer qu'il n'y aura aucune perturbation de la prière au sein de cette limite.»

 

Rabbi Eliezer Yehuda Waldenberg, l'une des autorités rabbiniques les plus importantes du 20e siècle, à qui on decernera plus tard le Prix d'Israël, a dit: « Par crainte des nations du monde sommes-nous obligés de ne pas déblayer toute la saleté et la pollution ... qui sont à l'intérieur de la zone sacrée, et tout le long du mur occidental ».

 

Toute cette activité, qui a été cachée aux yeux du public et enveloppée dans un grand secret, ce n'était juste qu'un aperçu sur le point qu'allait  prendre le débat autour du sort des parties cachées du Mur occidental. C'est en hiver 1972, que le public a appris l'existence du "petit" Mur occidental.

 

Quelle est la signification du mur de soutènement?

 

Le "petit" Mur occidental a été et est toujours la seule section du Mur occidental au nord de la place de la prière qui n'a pas été couverte par la construction musulmane et reste visible. Environ 175 mètres (574 pieds) au nord de la place, à côté de la Porte de Fer (une des portes du Mont du Temple), dans un passage étroit entouré de maisons arabes, se trouvent deux anciennes couches de pierres du Mur occidental. En plus d'entre eux se trouvent les pierres du mur de périodes ultérieures, dans l'ordre chronologique exact que nous savons de la célèbre partie du mur. Le "petit" mur est de taille modeste. Il se déroule en deux sections (un bâtiment abandonné se trouve au milieu) d'une longueur de 16,4 mètres. L'endroit est accessible depuis Iron Gate Street, perpendiculaire à Hagai Street, à côté du linteau nord de la Porte de Fer, en descendant quelques marches à une voie d'entrée couverte qui mène à la "petite" esplanade du Mur. Les Arabes, qui ont appelé le Mur occidental traditionnel "Hayout al-Mabkha" - le "Mur des Lamentations" - appelé le petit mur "A-Mabkha al-Zair" (la "Petite Place des Pleurs ").

 

Le public israélien en général a découvert le "petit" mur en Février 1972, lorsque les travailleurs de la société Development Company du quartier juif ont à tort utilisés pour consolider une maison adjacente dont la fondation était devenue fragile et dont les habitants avaient été évacués. Les travailleurs ont percé des trous dans la façade du mur à utiliser pour ancrer la maison instable en utilisant des poutres en acier.

 

Les ingénieurs de la société, comme la plupart du public, ne connaissaient pas la signification du «mur de soutènement» dans lequel ils avaient percé leurs trous. Ils n-avaient jamais imaginé qu'il pouvait être la prolongation du Mur occidental. Seulement quand les trous dans le petit mur ont été découverts le pays a été pris par la tempête, et les Juifs sont arrivés en masse au "petit" mur pour la première fois. Puis- le Premier ministre Golda Meir a nommé une commission d'enquête. La Knesset a tenu une réunion d'urgence.Les gens étaient furieux contre Kollek pour essayer de sauver la maison fragile plutôt que de la détruire, comme ses consultants professionnels l'avaient recommandé.

 

L'incident de forage, qui est survenu environ cinq ans après la guerre des Six Jours, a donné un nouveau souffle à l'ancien plan d'excaver la partie nord du Mur occidental, d'évacuer et de raser plusieurs des maisons qui ont été construites contre lui, comme cela avait été fait dans le quartier Mughrabi immédiatement après la guerre. Nissim, le grand rabbin, et le ministre des Affaires religieuses Warhaftig ont appelé publiquement pour exposer toute la longueur du mur. L'idée a fait face à une forte opposition de l'Autorité des Antiquités d'Israël et du ministère des Affaires étrangères, tous deux ont averti que «la destruction de la maison instable» à côté du petit mur et d'autres maisons adjacentes pourrait être " juste le début de démolir tous les bâtiments des mamelouks et des grande medrassas de l'islam  ".

 

Des feeders d'égoûts sur le Mur Occidental

 

L'un des partisans les plus en vue de l'exposition de toute la longueur du mur était Menachem Begin le chef du Parti Herut, qui allait plus tard devenir premier ministre. Begin s'est également opposé de laisser les résidents de la maison branlante à revenir à leur domicile. Deux mois et demi après le scandale du forage, Begin est apparu pour un débat sur la question avec Kollek, maire de Jérusalem. Chacun avait des vues très différentes sur la question. Begin croyait que si toute la longueur du Mur occidental n'était pas excavée, ce serait une grande occasion manquée. Kollek pensait que l'excavation détruirait plus de maisons et serait une erreur fatale, en particulier compte tenu de la population arabe de Jérusalem-Est, et que d'autres travaux d'excavation et de démolition serait un coup sérieux pour une tentative continue pour garantir à Israël la légitimité internationale pour l'unification de Jérusalem.

 

Begin et Kollek échangent des remarques grinçantes.

 

Begin:... " Nous avons commencé l'excavation du Mur occidental, sans aucune décision officielle Un certain nombre de maisons sont se trouvent sur notre chemin, je ne suggérerais jamais à quelque institution gouvernementale de commettre un crime contre les personnes. Ce que je défends c'est que le mur ne peut pas rester couvert de la sorte;  qu'on ne puisse pas y accéder. Les lieux saints des autres religions se tiennent debout dans leur gloire à Jérusalem et en Israël, mais le mur occidental, maintenant que nous sommes revenus à Jérusalem, ne devrait-il pas être découvert? Devrons-nous ramper pour voir une autre pierre? Où est-ce écrit? Quel genre de moralité est-ce? Nous avons attendu cela depuis 1800 ans. Nous ne voulons pas porter atteinte à la sainteté de quiconque, mais nous avons notre propre lieu saint et nous devons le protéger, même si cela signifie l'évacuation de quelques maisons arabes, qui sont des taudis horribles de toute façon, et en fournissant alternative de beaucoup mieux loger leurs résidents. Ces maisons ont été construites contre le mur occidental il y a quelques centaines d'années avec l'intention expresse de le cacher. .. . des drains d'égouts directement posés sur les pierres du mur occidental. Quelles autres personnes permettraient une telle chose? "

 

Kollek fit référence à d'autres périodes: « On a parlé ici de la période dans laquelle j'eu le privilège de faire des choses, quand on n'a pas besoin des décisions, du gouvernement et ni de la Knesset [Kollek faisait référence à l'évacuation du quartier Mughrabi ], mais que le temps a pris fin après quelques jours. ce fut un temps où les yeux du monde étaient fixés sur d'autres choses. à l'époque, il y avait des batailles toujours en cours sur les hauteurs du Golan et nous avons pu faire avancer les choses alors.»

 

Un autre participant au débat était Issa Harel, ancien chef du Mossad. Harel suggèra d'honorer l'engagement pris envers les résidents de la maison "fragile" et de les laisser revenir, mais observa: « En ce qui concerne le Mur occidental et des lieux saints juifs, je pense que nous ne gardons pas les choses équilibrées pour nous-mêmes, c'est à notre détriment. Nous prendrons soin que les lieux saints des autres ne seront pas lésés, mais au mépris de nos propres droits ... Il est souhaitable et important d'exposer l'ensemble du mur occidental, et le problème est d'ordre pratique: comment pouvons-nous le faire sans nous heurter à des complications ».

 

La personne qui a finalement mis fin au différend a été Yigal Allon, qui a soutenu qu'il fallait permettret aux résidents évacués de la zone à retourner dans leurs foyers.

 

"Je soutiens l'excavation de la totalité de la longueur et de la profondeur du mur occidental de tout mon être. En tant que président du Comité ministériel des affaires de Jérusalem, nous avons fait de grandes réalisations. Par conséquent, je suggère que nous ne passions pas notre temps ici à prêcher un l'autre. nous sommes tous unis dans notre opinion sur la nécessité de creuser le mur occidental. Bien sûr, cela est une condition pour nous de le faire à bon escient, et  utiliser la force inutile n'est pas l'héroïsme, c'est de la folie ", a dit Allon.

 

Après qu'Allon ait parlé, il a été décidé de renvoyer les résidents arabes évacués vers la maison branlante près du "petit" Mur. Begin fit remarqué qu'en laissant «retourner les résidents et rénover la maison, nous sommes sur le point de nous couper de la possibilité de creuser pour retrouver le mur, et ce pour au moins cette génération."

 

" Aussi loin que les familles iront, on ne pourra toujours pas corriger la situation. Mais si nous décidons du contraire [de les laisser revenir], nous ne pourrons jamais résoudre la situation du mur," a-t-il ajouté.

 

Mais la position de Begin a été rejetée et celle d'Allon a été adoptée. Les maisons à côté du petit mur ont été rénovées et renforcées. Les résidents ont été autorisés à se déplacer comme avant. Eux et leurs descendants y vivent encore aujourd'hui. L'évaluation de Begin que le mouvement empêcherait le mur occidental d'être affouillé pendant au moins une génération s'est avéré être correct. Même quand il est devenu premier ministre lui-même, il n'a pas abordé la question.

Repost 0
mordeh'ai
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 09:31

Par Yoram Ettinger

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=16307

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

Contrairement à la classique «croyance», la plupart des Arabes sous - le Mandat Britanique - pour la Palestine - la plupart des 320.000 réfugiés arabes 1948 - étaient des travailleurs migrants et descendants des immigrants musulmans à travers le monde arabe de 1831-1947. À l'époque, la Grande-Bretagne attirait l'immigration arabe et avait bloqué celle des juifs.

 

Ainsi, entre 1880 et 1919, la population arabe de Haïfa avait fait un bond de 6.000 à 80.000, principalement en raison de travailleurs migrants. La Seconde Guerre mondiale avait accéléré la demande de main-d'œuvre arabe par l'armée du mandat britannique et de ses autorités civiles.

En outre, les travailleurs migrants arabes avaient été importés par l'Empire ottoman, puis par le mandat britannique, pour travailler sur des grands projets d'infrastructures civiles et militaires. Les migrants arabes légaux et illégaux avaient également été attirés par la croissance économique générée par la communauté juive à partir de 1882.

 

Selon un rapport de 1937 de la Commission britannique Peel (présenté dans le livre révolutionnaire "Palestine Betrayed" par le professeur Efraim Karsh), " au cours de 1922 à 1931, l'augmentation de la population arabe dans les villes mixtes de Haïfa, Jaffa et Jérusalem était de 86%, 62% et 37% respectivement, tandis que dans les villes purement arabes tels que Naplouse et Hébron, il était seulement de 7% et en diminution de 2% dans la bande de Gaza ".

 

Indépendamment de l'émigration arabe occasionnelle en Palestine sous mandat britannique - à cause du terrorisme intra-arabe, qui a été une caractéristique endémique au Moyen-Orient - la vague importante de l'immigration arabe entre 1831 et 1947 a déclenché une croissance spectaculaire des populations arabes à Jaffa (17 fois), Haifa (12 fois) et Ramla (5 fois).

 

Selon le livre mémorable de Joan Peters «Des temps immémoriaux»: «Le recensement de 1931 [documenté] de 23 langues différentes utilisées par les musulmans, plus un supplément de 28 en cours d'utilisation par les Arabes chrétiens - un total de 51 langues. Les non-Juifs. en Palestine répertoriés comme leur lieu de naissance étaient au moins de 24 pays différents ".

 

En 1917, la population «arabe» de Jaffa comprenait au moins 25 nationalités, principalement des Egyptiens, mais aussi des Syriens, des Yéménites, des Perses, des Afghanis, les Indiens et les Baloutches. Le Fonds Exploration de la Palestine britannique a documenté une prolifération des quartiers égyptiens dans la région de Jaffa: Abu Kabir, Sumeil, Sheikh Munis, Salame, Fejja, etc. Des centaines de familles égyptiennes se sont également installées à l'intérieur des terres, à Arara, Kafr Qasim, Tayibe et Qalansawe .

 

La conquête de 1831-1840 de la terre d'Israël par Mohammed Ali d'Egypte a été solidifié par un flux de migrants égyptiens et soudanais s'installant entre Gaza dans le sud, et Tulkarem dans le centre et la vallée de la Hula dans le nord. Ils ont suivi les traces de milliers d'égyptiens insoumis qui avaient fui l'Egypte avant 1831 et s'étaient installés à Acre.

 

En 1865, le voyageur britannique HB Tristram, dans " Terre d'Israël: Journal de Voyages en Palestine," a noté l'installation de migrants égyptiens dans la vallée de Beit Shean, Acre, Hadera, Netanya et Jaffa.

 

Selon le numéro du 12 Août 1934 du quotidien syrien La Syrie,  " 30,000-36,000 migrants syriens, de la région de Hauran, sont entrés en Palestine au cours des derniers mois seulement." Le modèle du terrorisme du Hamas, Izzedine al-Qassam, qui terrorisait les Juifs dans la Palestine sous mandat britannique, était syrien, comme cela a été le cas de Fawzi al-Qawuqji, le terroriste arabe en chef en Palestine sous mandat britannique au cours des années 1930 et 1940.

 

Des migrants libyens installés à Gedera, au sud de Tel-Aviv.des réfugiés algériens qui avaient échappé à la conquête française de 1830 et s'étaient installés à Safed aux côtés de Syriens et des bédouins Jordaniens à Tibériade. Des réfugiés circassiens, fuyant l'oppression russe (1878) et des musulmans de Bosnie, de Turkménistan et du Yémen (1908) plus loin une démographie arabe diversifiée à l'ouest de la rivière du Jourdain.

 

Cette diversité démographique inhabituelle d'arabe / musulmane est attestée par les noms de famille d'arabes israéliens, qui sont des dérivés de leur pays d'origine: Al-Masri (Egypte), Al-Obeidi (Soudan), Al-lubnani (Liban), Halabi (Syrie ), Al-Mughrabi (Maroc), Al-Djazair (Algérie), Al-Yamani (Yémen), Al-Afghani (Afghanistan), Al-Hindi (Inde), Al-Hijazi (Arabie Saoudite), Al-Baghdadi (Irak ), Bushnak (Bosnie), Khamis (Bahreïn), Turki (Turquie), etc.

 

Aryeh Avneri, historien pionnier de la migration arabe et juive, a estimé qu'il y avait en 1554 205.000 musulmans, chrétiens et juifs en Palestine, puis 275.000 en 1800 et une poussée inhabituelle à 532.000 en 1890, résultant d'une immigration arabe accélérée.

 

En fait, Mark Twain a écrit en 1869:... " De toutes les terres il y a des paysages lamentables, la Palestine doit être le prince ... Les collines sont stériles ... Les vallées sont désertes disgracieuses ... La Palestine est désolée et disgracieuse. "

 

Ainsi, contrairement au mythe des réfugiés arabes de 1948 - visant à délégitimer Israël - Les Arabes ont pas été dans la terre d'Israël depuis des temps immémoriaux; aucun peuple palestinien n'a jamais été spolié de ses terres; il n'y a aucune base pour une «revendication du retour» arabe; et la plupart des 320.000 réfugiés arabes - qui ont été créés par  l'invasion arabe d'Israël de 1948 et leur collaboration avec l'invasion - étaient des immigrants récents et les travailleurs étrangers dans le pays d'Israël.(en provenance de pays arabes voisins) 

Repost 0
mordeh'ai
3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 08:27

Par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/2016/06/the-case-for-paranoia/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Je suis à mon bureau par un jour calme. Il n'y a pas sirènes hurlantes. Le Hezbollah ne nous bombarde pas avec ses dizaines de milliers de missiles, et les tunnels du Hamas ne déversent pas de terroristes près de salles à manger du kibboutz. Personne n'a été poignardé encore aujourd'hui (pour autant que je sache) par un adolescent arabe. le projet nucléaire de l'Iran est pas encore terminé et l'État islamique est occupé à concevoir des moyens plus ingénieux pour tuer de gens. Bachar al-Assad bombarde des hôpitaux, mais ils sont en Syrie, pas ici.

 

Néanmoins, nous sommes en guerre.

 

Israël est tout de même sous un bombardement sévère et durable de ses ennemis dans le monde musulman et aussi en Europe, au Royaume-Uni et aux États-Unis, dans deux principales sphères non-physiques de combat.

 

L'une est la guerre de propagande, par laquelle le monde est saturé du bombardement de mensonges sur la manière dont nous sommes les plus viles créatures imaginables qui constamment commettent les atrocités les plus sadiques, en particulier contre les angéliques enfants palestiniens  qui ne veulent que devenir des adultes palestiniens pacifiques.

 

Le monde dit que nous sommes entrés sur cette terre qui n'était pas la nôtre et avons brutalement dépossédé ces amoureux de la paix mentionnés plus haut, nous les avons punis pour les péchés d'Hitler, qui n'étaient pas en fait des péchés puisque nous, nous sommes pires qu'Hitler et méritions tout ce que nous avons subi. La Justice, voudrait et, exigerait que 11 millions de «Palestiniens» soient autorisés à revenir «retour à la terre» qu'ils n'ont jamais vu et prendre nos voitures, nos habitations et violer nos femmes, parce que tout leur appartient.

 

Les gens entendent que nos communautés sont illégales (selon les lois et les interprétations qu'ils inventent au fur et à mesure) et nous sommes les exploiteurs blancs ashkénazes,  colonialistes et racistes à qui il est acceptable - obligatoire - de «résister» violemment. Non seulement cela, mais nous avons aussi le nez crochu et nous descendons des singes et des porcs.

 

Tout moyen de résistance est légitime, mais tout ce que nous faisons pour nous défendre est illégal, parce que nous sommes "le colonialisme blanc européen". Même si certaines de nos peaux sont noires et la plupart d'entre nous ne sont pas Européens.

 

Il y a aussi le mouvement BDS, qui tente d'affaiblir l'état économiquement tout en argant à la maison la leçon que nous sommes si dépravés, donc inhumains, que les gens civilisés ne doivent pas se avoir de rapports avec nous d'aucune sorte , non pas seulement dans le commerce, le sport, les universitaires, les arts mais toutes les autres choses. BDS est présenté comme un mouvement de base, mais il est organisé avec le soutien des suspects habituels, principalement les européens.

 

Un peu plus subtilement, la quasi-totalité des médias américains le «mainstream» pousse une ligne selon laquelle Israël est intransigeant, son gouvernement est d'extrême droite et il n'a aucun intérêt à la paix. Il est suggéré que notre PM a peur de prendre des risques pour la paix et doit être évincé. Ceci en dépit du fait que le gouvernement est précisément dans le centre du spectre politique israélien, et a fait des concessions aux Arabes plus ou moins continues depuis que les accords d'Oslo ont été signés, y compris un retrait total de la bande de Gaza. Dans le même temps, les Palestiniens ont à peine modifié leurs positions - à certains égards, ils les ont durcies - et à présent refusent de discuter avec nous.

 

Tous ces thèmes de propagande qui peuvent être montrés sont faux, irrationnels, ou les deux. Mais cela n'a pas d'importance. D'autres «occupations» à travers le monde, ainsi que les génocides réels, sièges et guerres horriblement sanglantes obtiennent peu ou pas d'attention. Seul Israël est ignoble. Les accusations contre Israël sont souvent admises sans preuve, mais quand Israël établit qu'elles sont fausses, alors on n'en tient pas compte.

 

La fonction de cet assaut de mensonges est de préparer les gens du monde entier à la destruction finale violente du peuple juif et de leur Etat, pour la rendre compréhensible, même bienvenue.

 

L'autre «guerre» non physique emploie une stratégie à multiples facettes de la subversion à l'intérieur d'Israël lui-même. Israël a une société ouverte avec une presse libre et un engagement à la gouvernance démocratique et à la liberté personnelle. Donc, nos ennemis consacrent d'énormes quantités d'argent et de main-d'oeuvre pour exploiter ces caractéristiques afin de perturber et déstabiliser notre pays.

 

L'argent est fourni aux extrémistes anti-étatiques pour soutenir et nourrir leurs organisations et leur permettre de mener des opérations pour alimenter la campagne de propagande, de promouvoir les conflits entre les citoyens juifs et arabes et de fournir des matières premières pour la guerre diplomatique et juridique contre Israël dans les forums internationaux . L'activité anti-Israëlienne par les Palestiniens en Judée-Samarie et Jérusalem-Est est financée et encouragée, y compris la construction illégale dans les zones prétendument sous contrôle israélien. Des manifestations sont organisées dans le but de provoquer les forces de sécurité; militants internationaux sont heureux de fournir des caméras vidéo pour enregistrer les confrontations.

 

Des tentatives sont faites pour influencer nos élections et déstabiliser les gouvernements que l'administration des États-Unis et les Européens considèrent comme insuffisamment conformes . La dernière élection a vu un effort majeur contre Netanyahu, le "V15", dirigé par un ancien conseiller du président Obama. Le financement du projet était trouble, mais un prédécesseur de V15 a obtenu une subvention du Département d'Etat américain, " pour promouvoir la coexistence."

 

Ce que nous envisageons est si important pour l'administration qu'en 2013 la CIA a dit qu'Israël est un de ses principaux objectifs de surveillance - avec la Chine, la Russie, l'Iran, le Pakistan et Cuba! Nous devrions être flatté d'être dans une telle entreprise.

 

Surtout aux États - Unis où il reste encore un certain soutien pour Israël, une tactique plus subtile est populaire: nous aimer à mort. Des groupes comme J-Street, l'Israel Policy Forum , l'Union pour le judaïsme réformé et maintenant même l'ADL insistent qu'ils ne peuvent - être plus pro-Israël, mais ensuite attaquent le gouvernement démocratiquement élu d'Israël et font valoir qu'ils ont le droit de pression sur Israël pour faire changer ses politiques. Naturellement , les changements qu'ils veulent sont des concessions territoriales qui feront que notre état ​​sera indéfendable. Ces groupes sont tous proches de l'administration Obama et suivent son exemple. Il était possible de supposer que les organisations juives étaient pro-Israëliennes. Plus maintenant.

 

Nous ne devons pas oublier le soutien international pour les Palestiniens eux-mêmes: les milliards donnés à l'UNRWA, dont la tâche est de maintenir et d'élargir la population des Arabes revendiquant le statut de réfugié (ils sont le seul groupe dans l'histoire pour lesquels ce statut est héréditaire). écoles de l'UNRWA sont utilisées pour enseigner l'idéologie du Hamas, et parfois pour stocker des roquettes qui seront tirées sur Israël. Plus de milliards sont fournis à l'Autorité palestinienne, qui les utilisent en partie pour payer les salaires des terroristes condamnés dans les prisons d'Israël et pour la propagande contre Israël (une grande partie du reste est simplement détournée vers les comptes bancaires de l'élite dirigeante).

 

Enfin, l'administration Obama vient de conclure un processus visant à renforcer l'Iran, l'ennemi souvent déclaré à la fois d'Israël et des Etats-Unis, qui se glorifie dans son intention de nous détruire yous deux. Bien que l'arrangement est censé servir les intérêts américains, il semble très peu probable qu'il bénéficiera aux États-Unis pour l'Iran, où «mort à l'Amérique" est chanté par la foule sur une base quotidienne, être une puissance de l'arme nucléaire dans le contrôle de l'ensemble Moyen-Orient. Ce qui est absolument certain que la survie d'Israël a été rendu plus difficile.

 

La semaine prochaine, il y aura une conférence internationale à Paris, où plusieurs grandes nations décideront de «paramètres» qu'ils voudraient imposer à Israël. Les paramètres impliquent les concessions habituelles pour rendre Israël vulnérable.

 

Oui, c'est de la paranoïa. Mais pas de la folie. Une grande partie du monde conspire contre mon pays. Pour être précis, il existe un réseau décentralisé de conspirations, avec des centres situés à la Maison Blanche, Téhéran, Riyad, Paris, Londres, Ramallah et d' autres endroits. Certains des participants sont des ennemis les uns des autres, mais ils semblent être en mesure de coopérer: la gauche anti-sioniste, le droit des Juifs de la haine de soi et les musulmans tous d' accord que nous devons partir.

 

Est-ce que le monde a jamais travaillé si bien uni pour une cause? Un tel effort commun, massif consacré à essayer d'accomplir une chose? (dans ce cas, notre destruction) Saurait-il coopérer si un astéroïde se dirigeait vers la terre? Pensez à ce que ces ressources qui nous sont consacrées pourraient faire si elles étaient appliquées à des problèmes comme la faim, le changement climatique, l'alphabétisation ou la maladie!

Repost 0
mordeh'ai