Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 18:34

Elles légitimeraient et renforceraient le boycott, le désinvestissement et les sanctions (BDS) contre l'Etat juif.

Par JOEL B. POLLAK

http://www.breitbart.com/big-government/2016/12/19/anti-israel-efforts-sources-lame-duck-obama-plans-un/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

Obama-UN-AP-640x480

Les Palestiniens font circuler un projet de résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies qui, entre autres choses, déclare les colonies israéliennes illégales et lance une campagne BDS en exigeant que les Etats membres de l'ONU s'abstiennent d'offrir toute aide à Israël qui pourrait se connecter aux "colonies". La Nouvelle - Zélande faisant circuler une autre résolution séparée anti-Israël. Et la Suède, qui assumera la présidence du Conseil de sécurité de l'ONU en Janvier, a l' intention d'apporter sa propre résolution accablant les "colonies israéliennes".

Israël dit que parce qu'il n'y avait aucun souverain juridique préalable sur le territoire, que la plupart des implantations, construites là sont permises - sauf pour les implantations sauvages érigées contre les propres lois d'Israël - à moins que et jusqu'à ce qu'un accord de paix négocié en décide autrement. Les Palestiniens prétendent que tout ce qu'Israël a construit au delà de la ligne d'armistice de 1949   ("frontière de 1967") - y compris plusieurs quartiers de Jérusalem - est illégal.

Les dirigeants palestiniens auraient parlé avec le secrétaire d'État John Kerry la semaine dernière dans un effort pour le décourager de mettre un veto américain de toute résolution anti-israélienne qui émergerait dans les prochaines semaines.

Les sources de Breitbart News indiquent que l'administration Obama peut refuser d'utiliser son droit de veto contre une résolution du Conseil de sécurité contre Israël.

Permettre aux colonies d'être déclarées illégales serait un énorme coup de pouce au mouvement BDS, qui cherche à isoler Israël. Une telle résolution pourrait également encourager de nouveaux efforts pour poursuivre les responsables politiques de l'armée israélienne à la Cour pénale internationale.

Par ailleurs, l'Assemblée générale de l' ONU a prévu de voter cette semaine une consolidation d'un effort de financement par le Conseil des droits de l'homme (CDH) des Nations unies pour compiler une liste noire de toute entreprise qui fera des affaires directement ou indirectement avec des "colonies" - qui, compte tenu de l'intégration des colonies dans l'économie israélienne, aurait pour effet de signifier une liste noire des entreprises qui font des affaires avec Israël. Le projet de liste noire a été approuvé en Mars, mais l'argent pour l' accomplir devait encore être alloué.

Cependant, cet argent apparaît dans une large mesure déjà avoir été passé - à savoir l'établissement de la liste noire est déjà en bonne voie. La proposition de budget UNHRC ....

La 34e session est de Février à Mars 2017, ce qui signifie que le projet est en cours depuis plusieurs mois avant d'affronter un vote officiel de crédits.

L'administration Obama, qui a récemment couru pour la réélection à l'UNHRC et soutient fermement l'institution, n'a pas indiqué si elle va voter contre la disposition BDS. Si elle passe, l'ONU aura réussi à créer une base de données internationale qui sera utilisée pour des boycotts anti-israéliens et les contribuables des États-Unis participeront pour 22% au projet de loi - à moins que des mesures soient prises sur le plan intérieur pour éviter les dépenses.

 

L'UNHRC, comme une grande partie du reste de l'ONU, est concentré sur Israël. cette disproportion, le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, a reconnu le parti pris anti-Israël de l'ONU dans son ensemble: Il a déclaré au Conseil de sécurité de l' ONU la semaine dernière " Pendant des décennies de manœuvres politiques ont créé un volume disproportionné de résolutions, de rapports et de conférences critiquant Israël," (Alors que, ironiquement, le Conseil de sécurité de l' ONU encourageait une autre résolution du parti pris).  

 

Et pourtant ce foyer disproportionné continue avec l'administration Obama sortante il est répandu qu'elle serait sur le point de porter un coup d'adieu.

Repost 0
mordeh'ai
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 09:52

Par Le Personnel de Jewish News Service.org

 https://www.breakingisraelnews.com/80470/largest-ever-terror-weapon-factory-uncovered-hebron/#HKyuwWdxY8D3r8Ao.99
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

Les forces de sécurité israéliennes ont découvert ce qu'ils appellent la plus grande usine illégale d'armes jamais découvert sous une maison palestinienne à Hébron dans la nuit de dimanche.

 

Selon l'armée de défense d'Israël (IDF), les forces de sécurité ont découvert plus de 100 Carl Gustav m / 45 barils, des fusils russes de sniper 7,62 et des pièces de fusil M16 avec des instructions d'assemblage. Les Forces de sécurité ont également saisi 15 tours (une machine pour façonner le métal) et d'autres matériaux de production utilisés pour la fabrication d'armes artisanales illégales.

 

L'armée israélienne a jugé la découverte «la plus grande usine d'armes jamais découverte en Cisjordanie,» Yedioth Ahronoth a rapporté.

 

Le raid, qui a impliqué des centaines de soldats de plusieurs unités de Tsahal et la police des frontières israélienne, fait partie d'une campagne par les forces de sécurité pour découvrir et détruire en Cisjordanie des installations de production d'armes illégales qui ont été utilisées dans des attaques terroristes contre Israël.

 

Les forces de sécurité ont saisi les armes de l'installation et ont arrêté deux propriétaires de l'usine, un père et son fils, qui ont été donné au Shin Bet l'agence de sécurité pour interrogatoire. Lors d'un premier interrogatoire, selon le père l'installation, qui se trouvait sous la maison, servait pour la production d'équipements agricoles.

Repost 0
mordeh'ai
17 décembre 2016 6 17 /12 /décembre /2016 10:22

Prenant la parole à Jérusalem mercredi, le professeur de droit a ouvertement dit qu'il voterait pour faire abolir l'ONU s'il le pouvait.

Par le personnel d'Arutz Shevahttp://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/221781

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

 

M. Alan Dershowitz contre les Nations Unies: Il parlait à Jérusalem mercredi soi: «Si je devais voter, je devrais serrer les dents et voter pour abolir l'Organisation des Nations Unies, car je pense qu'elle a fait plus mal que de bien ".

 

Dershowitz et l'ancien ambassadeur d'Israël à l'ONU Dore Gold ont mené un «dialogue» au Centre de Jérusalem pour les Affaires publiques (JCPA), où Gold est le président. L'occasion était la conférence commémorative annuelle en l'honneur du président fondateur du JCPA, le Prof. Daniel J. Elazar. Près de 250 personnes étaient présentes.

 

Le sujet de la discussion tournait en particulier autour des récentes élections américaines et de l'élection de Donald Trump comme elles se rapportent à Israël, mais comme il était prévisible a viré aussi sur d'autres sujets. Dershowitz a dit qu'en aucune façon l'élection de Trump pouvait être considérée comme un «mandat» pour ses politiques, les Etats-Unis "étant divisés de moitié. Trump ayant remporté le vote électoral, alors que Clinton a remporté le vote populaire. Ce vote aurait pu pencher d'un côté comme de l'autre! Voilà pourquoi nous ne pouvons pas permettre à Israël de devenir une question partisane - parce que nous aurions pu perdre "

 

Il a ajouté qu'il espèrait que Trump va réussir, "mais mes attentes pour cela sont plus faibles." Dershowitz a noté que les rendez-vous de Trump jusqu'à présent n'indiquent pas une politique cohérente à l'égard d'Israël. Il a souligné que, en général, «la xénophobie n'est pas bonne pour Israël. Les Juifs devraient se méfier de se laisser séduire par ceux qui sont pro-Israël si ils sont en fait racistes, xénophobes, etc. Nous étions la proie à des communistes dans les années 30 et en général, les Juifs prospèrent dans une politique du Centre ".

 

En contestation l'utilisation du terme «populisme» par Gold concernant Trump, Dershowitz a dit, "Trump n'est pas un vrai populiste, parce qu'il n'est pas un idéologue."

 

Gold a cherché à donner une impression positive au sujet de la présidence de Trump vis-à-vis d'Israël: «Je crois que son équipe a d'excellentes relations avec l'équipe de Netanyahu, et il n'y a pas de danger de toute hostilité envers Israël»." Il a reconnu que la situation est dangereuse , comme l'ordre mondial s'effondre, et que l'Administration Trump et son nouveau secrétaire d'Etat devront restaurer."

 

Dershowitz est sincèrement d'accord: «J'ai soutenu Obama deux fois, mais je lui reproche la rupture de l'ordre mondial, je crois qu'il va entrer dans l'histoire comme l'un des plus grands présidents à l'intérieur de l'Amérique, mais comme l'un des pires en termes de politique étrangère.. Je l'ai averti personnellement qu'il pourrait entrer dans l'histoire comme Chamberlain il a réussi à s'aliéner chaque pays du Moyen-Orient, sauf une:. l'Iran ... »

 

Les deux Gold et Dershowitz, en fait, ont déploré la déstabilisation et la nature imprévisible de divers pays, citant spécifiquement des exemples du monde arabe. Voilà pourquoi certains dans le public ont exprimé la surprise au commentaire de Dershowitz que "c'est maintenant le meilleur moment pour Israël de venir à un arrangement avec les Palestiniens - sans sacrifier un iota de sa sécurité - afin d'assurer la poursuite de nos bonnes relations avec l'Arabie Saoudite et les États-Unis. "

 

En ce qui concerne l'initiative française en faveur d'une solution à deux Etats, le Pr Dershowitz a dit: «Ce serait une catastrophe que de montrer aux Arabes qu'ils peuvent atteindre leurs objectifs via, BDS, la Cour pénale internationale de l'ONU -. que par des négociations directes.»

 

«Je suis en faveur du déplacement de l'ambassade américaine à Jérusalem» , dit le professeur Dershowitz, "mais il doit être fait en trois étapes."  Il a dit que l'Administration devrait d'abord rectifier une anomalie historique en déclarant sa reconnaissance de Jérusalem-Ouest dans le cadre d'Israël, puis elle devrait déclarer qu'elle veut et prévoit de déplacer son ambassade à Jérusalem " en consultation avec nos alliés." Et seulement plus tard , l'ambassade devra effectivement être déplacée.

 

Dershowitz a déclaré qu'il avait parlé avec trois premiers ministres israéliens ce jour-là, y compris Binyamin Netanyahu, Ehud Barak, et même l'incarcéré Ehud Olmert.

 

Selon l'ancien l'ambassadeur Gold, «Benyamin Netanyahou a fait des efforts herculéens pour la paix», par opposition à Mahmoud Abbas, qui dit-il "continue à décrocher. Notre défi en ce moment est de continuer à établir de bonnes relations avec les pays arabes alors que les Palestiniens continuent à s'embourber."

Repost 0
mordeh'ai
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 15:00

Un analyste du Moyen-Orient dit que la chute d'Alep est un signal d'exclusion par l'Iran du régime de Assad en Syrie.  Mauvaise nouvelle pour Israël.

 
Par Ruthie Blum
 
https://www.algemeiner.com/2016/12/14/mideast-analyst-fall-of-aleppo-signals-entrenchment-of-assad-regime-iran-in-syria-bad-news-for-israel/
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif 
 
 

 

Israël devrait être extrêmement préoccupé par la chute d'Alep, car cela signifie que l'Iran et son proxy Hezbollah ont atteint libre cours en Syrie pour tenter d'établir un pied sur le plateau du Golan, un expert du Moyen-Orient a écrit le mercredi.

 

Dans une  analyse pour Israël Channel 2 News , Ehud Yaari a dit qu'en dehors du «déchirant carnage et destruction» dont le monde est témoin en Syrie, «il est maintenant clair que [ le président] Bashar Assad restera installé dans son palais ... tant que président américain élu Donald Trump ne propose pas au président russe Vladimir Poutine le juste prix pour l'abandonner».

 

Faisant allusion à la coordination du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avec Poutine - en ce qui concerne les opérations de Tsahal visant à empêcher le transfert d'armes au Hezbollah et des frappes aériennes russes trop près de la frontière nord d'Israël - Ya'ari a dit que si le président russe décide d'ignorer le contrat tacite , il pourrait simplement ordonner à son armée de l'air d'écraser les rebelles dans le sud de la Syrie.  

 

Cependant, Ya'ari a poursuivi: «Heureusement, dans l'intervalle, ce scénario ne se concrétisera pas parce que Poutine a ses propres priorités: la recherche d'ententes avec Trump sur Europe et le Moyen-Orient, et - si cela ne porte pas de fruit - il écrasera les rebelles de la province de Idlib, la dernière zone syrienne importante sous leur contrôle. 

 

Pourtant, Ya'ari a affirmé: «Il est important de se rappeler que Trump et son équipe n'ont aucun intérêt à éliminer Assad. Le cas échéant, ils veulent garder Téhéran à distance et conclure un accord avec la Russie, qui ne veut pas voir l'Iran devenir hégémonique dans le Croissant Fertile».

 

Le résultat final, selon la façon dont on le regarde, Ya'ari dit, «qu'il n'y a plus de menace réelle pour le régime qui est devenu un protégé de Téhéran à tout égard».

 

Il a noté, que cela est d'autant de mauvaises nouvelles pour Israël, qui "a été laissé sans la capacité d'influencer les événements au-delà de la bande de villages le long des hauteurs du Golan" - une situation qui aurait pu être évitée, dit-il, si Israël avait aidé les rebelles en plaçant une menace pour Assad. " Mais depuis qu'Israël a hésité à le faire, et que le président américain Barack Obama a retiré sa mainmise de la Syrie, les Russes y sont entrés." 

 

En conséquence, Ya'ari fait valoir, plutôt que de perdre la Syrie et créer une brèche dans ses autres objectifs régionaux expansionnistes, l'Iran dispose désormais un «tremplin» à partir duquel il peut se catapulter. Il a souligné que "dans une dizaine d'années, lorsque l'Iran aura terminé la modernisation de son armée, tout cela aura une grande signification," .

 

Dans un entretien avec The Algemeiner jeudi dernier - après une semaine qu'il a été rapporté dans médias arabes qu'Israël avait frappé les convois du Hezbollah en Syrie - un ancien analyste du renseignement militaire de Tsahal a déclaré que la possibilité que l'organisation terroriste chiite basée au Liban soit équipée par le régime syrien ou par l'Iran d'armes chimiques et biologiques ne pouvait pas être exclue.

Repost 0
mordeh'ai
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 11:30
Par Dror Eydar
http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=17867
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif 
 

Voici un vrai test de la liberté d'expression: Si, au lieu du premier ministre Benjamin Netanyahu, c'était un membre arabe de la Knesset qui était représenté devant le nœud coulant, est-ce que l'affiche serait toujours exposée à l'Académie Bezalel des arts et du design?

 

La réponse est claire. En dépit de la déclaration du porte-parole de l'Académie, selon laquelle cela tombe sous un «espace protégé pour la liberté d'expression en Israël» qui permet aux étudiants d'avoir «une discussion critique et créative libre», il n'y a pas de réelle liberté d'expression dans le monde de l'art israélien, parce que certains artistes sont autorisés à afficher leurs œuvres, même si elles ne sont pas nécessairement mieux. En revanche, les bons artistes ont été réduits au silence et exclus des musées, des galeries et de la recherche universitaire depuis des décennies.

 

Je ne veux pas affaiblir la liberté d'expression. Dans ce journal, j'ai défendu ce droit pour la Membre de la Knesset Hanine Zoab de la Liste arabe commune à s'opposer à nous. La démocratie israélienne est assez forte pour inclure même son extrémisme. J'ai aussi défendu Ayman Odeh coprésident de la Liste arabe quand il a été attaqué dans une émission électorale.

 

Par ailleurs, je maintiens ma liberté d'attaquer fortement leurs positions.

 

Mais tout a une limite. Et cette limite c'est l'incitation à la violence ou préparant un acte violent. L'affiche en question à Bezalel copie maladroitement l'affiche de l'artiste américain Shepard Fairey montrant le président américain Barack Obama lors de sa première campagne électorale en tant que leader innovateur. Obama est dépeint regardant au-delà du banal, avec les mots «espoir», «progrès» et «changement» alternativement imprimés au-dessous. L'incitation l'affiche de Bezalel , Netanyahu est représenté à la recherche désespérée, les yeux fixés sur un nœud coulant. Il n'y a pas de raffinement ou de sophistication dans cette affiche; même le mot «espoir» a été remplacé par le mot «corde», de sorte que nous ne nous méprenons pas, sur l'intention de l'auteur à D.ieu ne plaise.

 

Fairey a dit qu'il a tiré son inspiration à partir d'images plus anciennes d'anciens présidents américains John F. Kennedy et Abraham Lincoln. En contraste, l'affiche de Bezalel rappelle des images de dictateurs brutaux dont la fin est connue.

 

«L'exercice», comme Bezalel a appelé l'affiche, " fait partie d'une discussion professionnelle." Dans cette «discussion professionnelle», ont-ils discuté également d'autres méthodes appropriées d'exécution d'imposer à une personne choisie dans une élection démocratique pour diriger la nation?

 

Est-ce que Bezalel est un lieu sans jugements de valeur et qui n'a seulement que des «discussions professionnelles?» Cela dépend de quand et où? Le jugement standard de valeur à cette institution est presque exclusivement appliquée contre "l'occupation" et contre l'Etat comme un «mécanisme d'oppression», et tous les autres surnoms terribles qui sont exposés à profusion dans le cadre du discours politique fou de Gauche .

 

L'affiche n'est pas apparue par magie. Elle est le fruit de la dégénérescence idéologique et de la décadence morale dont ses adeptes sont affligés. La plupart du temps, c'est le fruit pourri de l'incitation sans précédent, des goûts de ce qui n'a jamais été vu, contre Netanyahu. La folie a commencé dans les années 1990 avec les affiches de l'artiste David Tartakover, qui a dépeint Netanyahu comme feu le dictateur italien Benito Mussolini et pire. Depuis lors, la peste s'est répandue. Selon le récit émergeant de milliers de messages, tweets, articles et programmes, le coupable de la chute de la Gauche ce n'est pas sa propre vision du monde ou ses prédictions brisées sur les rochers de la réalité, mais Netanyahu.

 

La statue dorée de Netanyahu  récemment installée place Rabin à Tel Aviv par un artiste était seulement une partie de la prestation, qui a culminé avec le renversement de la statue et le piétinement de sa tête. Ce groupe se penche sur la réalité et voit le fascisme, le nazisme, et le mal, le mal, et encore le mal. Nos sages ont dit que les souhaits d'une personne sont le plus révélateurs de son caractère. Les mauvaises choses dont ils accusent leurs adversaires font essentiellement partie de ce qu'ils sont. Ces performances reflètent des fantasmes violents réprimés de la Gauche, qui , dans son grande désespoir, a décidé de brûler le camp avec tout le monde à l'intérieur. Le dernier artiste israélien Raffi Lavie a dit: « Une grande partie de ce qui est connu pour moi comme l'art de gauche ce n'est pas l'art, mais des affiches».

 

J'ai enseigné la poésie à Bezalel pendant trois ans, j'étais la seule personne dans la salle des professeurs avec une vision du monde conservateur de droite déclarée. Lors d'une réunion du personnel, le chef du département a parlé de pluralisme et du devoir d'écouter les autres opinions. En réponse, l'un des conférenciers a dit qu'il se rapporte à Israël comme une planète d'occupation à la manière de l'auteur Primo Levi auteur de " Planète Auschwitz." Et puis il demanda: Sur la planète Auschwitz, aurait-on permis à un officier SS d'enseigner la poésie?

 

À mon avis, la plus grande honte a été qu'aucun des n'a demandé que l'idiot ferme son clapet. Deux ans plus tard, ils se sont débarrassés de moi. Ce professeur enseigne toujours là à Bezalel, pour la gloire des affiches qui pendent aux murs de cette institution.

Repost 0
mordeh'ai
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 14:27
Par Deborah Danan
http://www.breitbart.com/jerusalem/2016/12/12/dershowitz-trump-likely-succeed-peace-process-obama-failed/
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif 

Alan Dershowitz in conversation with Reuters Jerusalem bureau chief Luke Baker at Tel Aviv  Internationals event Israel Business Conference, Tel Aviv Dec 11 2016. Photo: Deborah Danan

TEL AVIV – L'autoproclamé des libéraux, des démocrates et professeur émérite de droit à l’Université de Harvard, Alan Dershowitz, dit qu'il craint que les médias libéraux aux États-Unis vont lancer une campagne de « diabolisation » contre le Président élu Donald Trump à l’aide de sa vie personnelle, disant que les attaques sur la femme et la famille Trump ne servent qu’à saper la démocratie.

 

S’adressant à un auditoire de 1000 personnes lundi lors d’une manifestation organisée conjointement par le journal Globes et Tel Aviv Internationals, Dershowitz critiqué la presse israélienne pour « l'attaque sans relâche et sans pitié » du premier ministre Benjamin Netanyahu et sa famille sur un plan personnel, la qualifiant « d'intolérable ».

 

« Je crains que la presse libérale, dont je fais parti, va commencer à diaboliser Trump à la manière de la presse d'Israël  », a déclaré l’avocat, ajoutant qu’un tel comportement de la part d'une presse libre sape les fondements de la Démocratie et c'est « scandaleux ».

 

« Vous pouvez vous opposer à [ses] politiques, principes et actions politiques, mais laisser tranquille sa vie personnelle, sa femme et sa famille. »

 

Dershowitz a également critiqué le président Barack Obama pour avoir été le seul Président qui a réussi à s’aliéner tant de dirigeants de la région, remarquant : « Obama s’aliène les Israéliens, Palestiniens, Jordaniens, Egyptiens et Saoudiens. Le seul pays qu’il n’a pas aliéner C'est l’Iran. »

 

Dershowitz a déclaré qu’au cours de l’administration Obama, il est devenu « évident » qu’il ne reprendrait que le processus de paix qu'au point mort entre Israël et les Palestiniens.

 

« Mais je crois que, pendant l’administration de Trump il pourrait certainement le faire».

 

Dershowitz a ajouté qu’il a beaucoup de doutes sur le Président élu, mais il espère que « en 2020 il votera avec enthousiasme pour Donald Trump. »

 

Il a ajouté : « J’ai fait savoir que je serai disponible 24/24 heures et 7/7 jours pour le Président-élu sur toute question relative à Israël. »

 

Au milieu de la spéculation que Obama peut renoncer au veto américain sur une résolution anti-israélienne au Conseil de sécurité de l’ONU, le professeur de Harvard a dit que faire ainsi serait « détruire » l’héritage de Obama plutôt que de le « protéger ».

 

Il a dit « La voie de la paix vient à travers les routes de Jérusalem et Ramallah et pas des Nations Unies .

 

Il a ajouté que, bien qu’il ne soit pas en faveur des implantations, elles ne sont pas « un obstacle majeur à la paix ». C’est plutôt « l’échec des Palestiniens de reconnaître Israël comme Etat-nation du peuple juif.»

 

Dershowitz discute de la radicalisation de la gauche et de la droite en Europe et aux Etats-Unis Il a également noté que, en Israël, le peuple est allé plus loin vers la droite.

 

« Mais c’est une fonction de la Démocratie », dit-il.

 

Sur une note plus personnelle, l’avocat et l’auteur dit en plaisantant que son prochain livre sera intitulé, « Pourquoi j’ai laissé la Gauche, mais n’ai pas pu rejoindre la Droite. »

Repost 0
mordeh'ai
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 08:17

Par Mitchell Bard 

https://www.algemeiner.com/2016/12/12/john-kerry-rants-while-heading-towards-oblivion/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com. reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif 

Secrétaire d'Etat américain John Kerry.  Photo: Wikimedia Commons.

Secrétaire d'Etat américain John Kerry. Photo: Wikimedia Commons.

 

John Kerry peut être considérer comme l'un des pires Secrétaires d'Etat de l'Amérique, peut-être dépassé seulement par son prédécesseur, Hilary Clinton.  Ensemble, ils ont réalisé la stratégie du président Obama — de saper nos  alliés les plus fervents, comme Israël; faire des affaires catastrophiques avec des ennemis tels que l'Iran; et, dans un clin d'œil à Néron, jouer du violon alors que l'Irak, la Syrie, le Liban, la Libye et le Yémen brûlent.

 

Ni Kerry, ni Clinton ont eu en politique étrangère une réalisation importante, bien que certains prétendent encore que la négociation de Kerry de l'accord nucléaire iranien représente le seul succès de la politique étrangère d'Obama.

 

Ceux qui ne sont ni partisans, ni flagorneurs d'Obama voient l'affaire nucléaire comme une catastrophe à plusieurs niveaux. Les Iraniens ont déjà bafouer l'accord, alors que l'administration de l'AIEA et les États-Unis ignorent les violations ou les cachent au public. Le délai de l'accord est un clin d'œil dans le contexte de l'histoire du Moyen-Orient; le régime de vérification est truffé de lacunes; et même Obama admet que rien n'empêchera l'Iran d'obtenir une bombe lorsque l'accord expirera. La grande réussite de l'opération a été de prolonger le seuil d'évasion de trois mois à peut-être un an. C'est déconcertant de trouver que cela est réconfortant.

 

L'un des pires aspects de l'affaire c'est que les Iraniens l'ont utilisé pour faire chanter Obama avec succès.Toute action qui est inacceptable pour l'Iran provoque immédiatement une menace de Téhéran qu'il va revenir sur l'affaire. Kerry et Obama sont tellement pétrifiés de perdre leur réussite de la signature qu'ils sont paralysés de prendre toutes mesures contre les violations de l'Iran ou les menaces plus larges posées par son développement de missiles balistiques, le parrainage du terrorisme, les interventions en Irak, la Syrie, le Liban, le Yémen et la Libye, et l'intimidation de ses voisins du Golfe.
 

Contrairement à la notion naïve d'Obama que l'Iran va modérer son point de vue après la signature de l'accord nucléaire, le contraire est arrivé. L'Iran n'a pas abandonné ses attaques constantes sur le «Grand Satan». Les dirigeants iraniens menacent toujours de détruire Israël, tout en se vantant de leur victoire sur les Etats-Unis. L'Iran se sent maintenant en sécurité en arrêtant des citoyens américains, capturant du personnel de la marine américaine et utilisant son armée pour harceler les troupes américaines dans le Golfe. L'Iran a également été autorisé à intervenir en Syrie, en Irak et au Yémen en toute impunité. Il le fait en sachant que Obama ne réagira pas de peur de détruire l'affaire nucléaire.

 

Obama a perdu toute crédibilité dans la région quand il n'a pas réussi à bombarder la Syrie après qu'Assad ait ignoré sa ligne rouge et utilisé des armes chimiques. Au lieu de cela, Obama a été piégé par Poutine, qui l'a convaincu de laisser la Syrie disposer des armes. Les armes ne sont pas toutes détruites, cependant, et elles continuent d'être utilisées dans l'apocalypse de la Syrie. Pendant ce temps, Kerry a futilement essayé de négocier un cessez-le feu avec les Russes, alors qu'ils bombardent tout aussi bien des rebelles que des civils.

 

La priorité supérieure de la politique étrangère américaine au Moyen-Orient depuis plus de 40 ans était d'empêcher les Soviétiques / Russes de prendre pied dans la région. Le but a finalement été réalisé au début des années 1970, lorsque l'Egypte a rejeté les Soviétiques. Sur ce point jusqu'à l'arrivée d'Obama, les Russes ont été maintenu à distance, tenant seulement une base navale en Syrie. Mais regardez les Russes maintenant. Soudain, ils semblent être partout. Ils sont engagés dans des opérations militaires à grande échelle en Syrie pour effacer non seulement ISIS, mais toute opposition à Bachar el-Assad.

 

Vladimir Poutine a compris que si Assad tombe, la Russie perdrait probablement son dernier pied dans la région. Aujourd'hui, la Russie est en pleine expansion – des relations avec l'Egypte, l'Arabie Saoudite et d'autres pays du Moyen-Orient. Kerry ne comprend toujours pas les conséquences de son échec catastrophique pour freiner les Russes.

 

Compte tenu de tous ces problèmes, Kerry utilise-t-il son dernier discours de politique étrangère pour établir un plan pour sauver le peuple abattu de Syrie?

 

Non, il ne le fait pas

.

A-t-il parlé au sujet du rôle de la Russie dans le meurtre de civils sans défense?

 

Non.

 

Est-ce que Kerry exprime ses préoccupations pour les dizaines de milliers de chiites et sunnites qui s'entretuent?

 

Non - ce ne serait pas adapter à sa devise de l'islam, une religion de paix.

 

Alors de quoi va parler Kerry au Forum Saban à Washington?

 

Des mauvais Israéliens.

 

Ressemblant beaucoup plus aux Iraniens et autres ennemis d'Israël, Kerry ressasse les vieux arguments fatigués, qui ont montré à quel point hors de contact, est devenu le Secrétaire. Plus précisément, Kerry a accusé le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu de souffrir d'un manque de leadership, et explicitement cité les récents commentaires du ministre de l'Éducation Naftali Bennett prônant la disparition de la solution à deux Etats comme «profondément inquiétante».

 

Kerry a également contesté la revendication de Netanyahu que le refus de reconnaître Israël comme un Etat juif est au cœur de l'impossibilité de parvenir à un accord.

 

Vraiment?

 

Si les Palestiniens ne sont pas disposés à accepter la réalité qu'Israël est un Etat juif, alors quelle raison croire qu'ils sont prêts à coexister, peu importe les concessions qu'Israël leur fait?

 

Quelques heures après Netanyahu a souligné dans son discours vidéo devant le même forum que les implantations ne sont pas la cause du conflit israélo-palestinien, Kerry a dit, «Je ne peux pas accepter l'idée que [les implantations] ne modifient pas le processus de paix, qu'elles sont un obstacle à la possibilité de créer la paix».

 

Comme beaucoup de ses prédécesseurs, Kerry est inculte de l'histoire. Même si leur demande à la terre est beaucoup plus justifiable que celle des Arabes, les Juifs ont accepté une solution à deux Etats depuis la proposition de Lord Peel du partage de la Palestine en deux Etats en 1937. Les Palestiniens ont rejeté cette solution depuis ce moment-là et jusqu'à présent.

 

Kerry a également critiqué les propositions exprimées par les législateurs israéliens d'abord négocier un accord avec les Etats arabes voisins, et seulement alors s'asseoir à la table des négociations avec les Palestiniens. Auparavant, l'administration Obama avait été très enthousiaste à l'Initiative de paix arabe, mais au lieu d'essayer de capitaliser sur les nouveaux liens entre Israël, la Jordanie, l'Egypte, l'Arabie Saoudite et les Etats du Golfe, Kerry a avalé la ligne d'arabisant  que la question palestinienne est la question centrale dans la région. Il ignore que la question palestinienne est sans importance à chaque problème majeur auquel nous sommes confrontés dans la région, de l'Iran, de la Syrie et de l'Irak à ISIS, Al-Qaïda et le Hezbollah.

 

L'expérience historique ne peut pas dérouter les arabisants. Les États arabes ont démontré depuis des décennies maintenant qu'ils ne se soucient pas des Palestiniens (ils ne vont pas à la guerre pour eux, ne fournissent pas les montants de l'aide qu'ils promettent ou les soutiennent partout, mais pas à l'ONU). Si c'est dans leurs intérêts, les Etats arabes feront un accord avec ou sans les Palestiniens, comme l'ont fait à la fois l'Egypte et la Jordanie.

 

En outre, la réticence de Kerry à reconnaître la guerre religieuse sous son nez l'a empêché de comprendre la cause des tueries dans la région. Son incapacité à comprendre la manière dont le conflit israélo-arabe a changé de politique à religieuse cela lui permet de poursuivre le fantasme d'une solution à deux Etats, tout en ignorant que la domination de la pensée islamique radicale parmi les Palestiniens assure qu'ils continueront à poursuivre la destruction d'Israël.

 

Lors du Forum, Kerry a répété ses avertissements que si une solution à deux Etats n'est pas atteinte, Israël sera ingérable en tant qu'Etat juif et démocratique.Il a demandé rhétoriquement: «Comment avez-vous un état qui est juif et démocratique et comporte des dispositions en place pour la sécurité d'Israël aussi?» En outre, il a dit: «Quelle est votre vision d'un Etat unitaire?» "Si les Palestiniens deviennent majoritaires, y aura-t-il un premier ministre palestinien en Israël?"

 

Les questions qu'il devrait se poser sont:

  • Pourquoi les Palestiniens ne négocient-ils pas? 
  • Pourquoi n'ont-ils pas accepter les compromis qu'Israël leur a fait en 1937, 1948, 1979, 1993, 2000 et 2008? 
  • Quelle preuve y a-t-il que les Palestiniens ont abandonné leur désir de détruire Israël? 
  • Qui empêchera un Etat palestinien de devenir un autre Hamastan? 
  • Qui garantira la sécurité d'Israël, une fois ses troupes quitteront la Cisjordanie? 
  • Le statu quo a duré depuis 1967, pourquoi ne peut-il continuer pendant encore 50 ans? 
  • Les Palestiniens n'ont jamais eu un état dans l'histoire - ni la Jordanie ni l'Egypte ne leur ont permis d'en établir un quand ils contrôlaient la Cisjordanie et Gaza - donc sur quelle base sont-ils en droit d'exiger un Etat dans le pays d'Israël?

 

Au lieu de cela, Kerry recourt à la tradition séculaire de blâmer les Juifs pour les maux du Moyen-Orient. Abbas ne pouvait pas négocier, et encore moins accepter quoi que ce soit. Était-ce la faute, ou une preuve de l'incompétence de Netanyahu ou de celle de Kerry en tant que diplomate et de son incapacité à apprendre quoi que ce soit de l'histoire ou des événements contemporains sur la région?

 

 

On peut seulement espérer que Donald Trump trouvera quelqu'un qui connaisse l'histoire du Moyen-Orient; pour prendre la place de Kerry, qui comprendra le côté religieux de la guerre là (et au-delà); qui reconnaîtra le rôle d'Israël comme allié et assurera qu'il reste en sécurité avec Jérusalem unifiée comme capitale; et qu'il sera capable de distinguer les amis et les ennemis de l'Amérique

Repost 0
mordeh'ai
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 23:31
 
 
 
 
 
 
 
https://pjmedia.com/trending/2016/12/11/bolton-dnc-hack-may-have-been-a-false-flag-operation/?singlepage=true
 
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com. reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif 
 
 
Ancien ambassadeur américain aux Nations Unies John Bolton suite à une réunion avec le président élu Donald Trump  (Rex Features via AP Images)

Bolton était sur Fox Nouvelles pour faire face au piratage russe présumé des ordinateurs DNC pour influencer l'élection.

 

L'ancien ambassadeur de l'ONU, John Bolton, a suggéré dimanche après-midi que le piratage contre les deux principaux partis politiques d'Amérique au cours des élections pet être le résultat d'une "opération sous couvert" menée par l'administration Obama, plutôt que d'une tentative par les Russes d'influencer l'élection présidentielle 2016, car les pirates russes hautement qualifiés n'auraient pas laisser d'empreintes.

 

"Beaucoup disent l'influence russe et l'invasion de notre système électoral, au nom de Donald Trump ... comme il a été allégué, serait une invasion scandaleuse de notre pays, de notre souveraineté, une menace profondément offensante pour notre sécurité nationale, et des principes de cette république ", a déclaré l'hôte Eric Shawn. "Alors, que devrions-nous faire?"

 

Bolton, qui est sur la courte liste de Trump pour le poste de secrétaire d'Etat, a d'abord souligné que « les faits de l'affaire semblent être litigieux ». Selon les médias, ce matin, le FBI a un point de vue, la CIA  a un point de vue différent, et bien évidemment, ici , dans le public, nous avons aucune idée de ce que sont les faits sous -jacents "

 

"Quelqu'un pense-t-il sérieusement que la Russie peut influencer le choix du peuple américain?", A demandé Poutine en octobre. - L'Amérique est-elle une sorte de république bananière?
 

Interrogé par Shawn de savoir ce que les États-Unis devraient faire, Bolton a dit: «Nous devons connaître les faits, et ce n'est pas du tout clair pour moi - juste regardons de l'extérieur - si ce piratage des ordinateurs de la DNC et du RNC n'a pas été une opération montée sous une fausse couverture». rappelons-nous ce que le directeur du FBI James Comey a dit en traitant le serveur personnel d'Hillary. Il a dit nous n'avons trouvé aucune preuve directe de la pénétration d'un service de renseignement étranger. Mais étant donné la nature de cela, nous ne nous attendions pas à en trouver. Signification si c'est vraiment l'oeuvre d'un service de renseignement étranger sophistiqué il ne laisserait pas d'empreintes cyber-digitales. Et pourtant, les gens disent qu'ils ont laisser de signatures cyber-digitales dans les piratages concernant notre élection. Donc, la question qui doit être posée est: «pourquoi les Russes gèrent leurs services de renseignements d'une manière évoluée contre le serveur d'Hillary , mais avec des services de renseignement idiots contre les serveurs de l'élection? »

 

Shawn a été surpris. «Votre dites une fausse couverture - un faux pavillon c'est une accusation très grave». "Est-ce que vous accusez que quelqu'un l'a fait d'ici dans cette administration - ou dans les services du renseignement - afin d'essayer de lancer quelque chose pour nuire?"

 

Il a souligné la nécessité de mener une enquête qui pourrait déterminer «qui d'autre pourrait vouloir influencer l'élection et pourquoi il laisserait des empreintes digitales qui pointent vers les Russes». Bolton a réitéré "Si vous pensez que les Russes ont fait cela, alors pourquoi ont-ils laisser des empreintes digitales?".

 

«Nous ne le savons pas,» a répondu Bolton. «Mais je crois que les services de renseignements ont été politisé dans l'administration Obama à un degré très important.»

Repost 0
mordeh'ai
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 12:05

Bolton à Obama: Ne pas soutenir les résolutions anti-Israël.                     Il prévient le public que la politique d'Obama concernant Israël peut virer à l'anti-Israël avant qu'il ne quitte ses fonctions.

Par Chana Roberts 

http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/221598

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif 

 

 

Dans une interview avec le Dr Joseph Frager, de l'Organisation Sioniste d'Amérique (ZOA) et de l'OJC, l'ancien ambassadeur de l'ONU John Bolton a expliqué sa politique concernant Israël, aussi bien que son opinion sur la politique du président américain Barack Obama sur le sujet.

 

Bolton a décrit la politique américaine de «la paix au Moyen-Orient» comme étant «bipartisane» et exige que les deux côtés discutent directement d'une solution acceptable pour tous les deux. Il a également déclaré que toute tentative de la part d'étrangers aux deux pays d'imposer un accord aux deux parties auraient probablement l'effet inverse, ce qui rendrait la paix moins probable et plus difficile à réaliser.

 

Bolton a déclaré: Nous avons ici un président qui a malheureusement les pires politiques et relations gouvernementales avec l'Etat d'Israël depuis sa création en 1948. «Actuellement, nous avons un président dans la période post-électorale et avant le terme de sa présidence il ne fait face à aucune répercussion politique et il pourrait de ce fait prendre des mesures qui violeraient cet accord bipartisan vieux de 50 ans qui ne nous autorise pas ni nous ni quiconque d'imposer des conditions finales de paix entre Israël et les autres parties du Moyen-Orient»

 

Il a également encouragé Obama à voter contre les nouvelles résolutions anti-israéliennes en cours de rédaction à l'ONU, et ne pas tomber dans le piège de l'abstention ou le vote en faveur.

 

Il a poursuivi, «le vote de ces résolutions ... c'est quelque chose que nous demandons vivement au président de ne pas entreprendre. Il y a ceux de là-bas qui veulent détruire l'Etat d'Israël et nuire à l'intérêt américain dans la région ... Je prends cela pour un danger réel et palpable, qui n'a pas obtenu la couverture des médias qu'il mérite» . «Nous voulons souligner ici aujourd'hui ... au peuple divers points de vue et perspectives qui font craindre ce résultat. Nous voulons alerter les gens de la menace à laquelle nous faisons face, et nous exhortons tout le monde qui valorise la seule Démocratie qui fonctionne au Moyen-Orient, qui estime les valeurs de la relation US-Israël, qui valorise l'importance de la paix et de la sécurité dans cette région critique du monde, de permettre au président de savoir que nous voulons lui faire respecter cinquante ans de politique étrangère bipartite et ne pas en dévier dans les derniers jours de sa présidence »

Repost 0
mordeh'ai
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 21:40

A TEL AVIV - Yair Lapid chef du parti Yesh Atid a appelé samedi Israël à faire que les Palestiniens «disparaissent» la construction d'un «haut mur» , et a ajouté que c'est la seule alternative viable pour Premier ministre Benjamin Netanyahu.

http://www.breitbart.com/jerusalem/2016/12/11/lapid-need-build-high-wall-make-palestinians-disappear/
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif 

 

«Nous avons besoin d'obtenir que les Palestiniens sortent de nos vies. Ce que nous devons faire c'est de construire un haut mur et les amener hors de notre vue»,Lapid l'a dit à Meet the Press " Le programme de Channel 2 ". «Il n'y aura pas de paix. Nous ne voulons pas deux nations dans un emballage d'un seul Etat».

 
VIDÉO Charlie Brown Censored
 
 
 
Muet
Current Time0:14
/
Duration Time1:10
Loaded: 0%
 
Progress: 0%

Lapid a également cité le récent sondage de Channel 2, qui a montré que son parti gagnerait 25 sièges à la Knesset - de même que le Likoud de Netanyahu - si les élections avaient lieu aujourd'hui.

Il a dit «Nous maintenons notre point de vue et de l'humilité, [mais] nous avons vu ce que les sondages disent». «Pendant de nombreux mois, Yesh Atid a été le seul parti de gouvernement alternatif, et, finalement, si vous regardez les chiffres personne ne peut rivaliser avec le gouvernement Netanyahu, autre que moi.»

Il a poursuivi «Nous devons aller de l'avant»,  critiquant le gouvernement actuel pour négliger la périphérie du pays. «Je suis allé à Kiryat Shmona [sur la frontière avec le Liban] et ils ont été oubliés. Le système politique ne s'est pas intéressé à eux. Nous prenons l'engagement réel pour l'avenir, de cinq années d'effort de planification».

«Je ne joue pas à un jeu dans lequel je fais des offres aux résidents de l'État d'Israël et puis je jette ensuite tout cela aux orties pour former une coalition», a dit le chef de Yesh Atid. «Le système politique a trompé les citoyens et je ne suis pas prêt à jouer à ce jeu. Je crois que l'État d'Israël devrait s'unir, [mais] ils nous divisent et nous tirent vers la mort. Nous devons vivre ensemble et donc si je gagne les élections la première chose que je ferais c'est essayer de former la plus grande coalition nationale».

Quelques jours après les résultats du sondage, le parti Yesh Atid a appelé à des élections anticipées, en disant "les citoyens d'Israël méritent plus."
 

«Le gouvernement d'Israël s'est entièrement auto-impliqué avec ses propres clivages politiques et avec autre chose que ce qui est important pour tous les citoyens d'Israël, c'est ce que l'on peut lire dans la déclaration». "Il n'y a eu aucune discussion de fond dans aucun organisme gouvernemental où le pays se dirige: Pas dans les domaines économiques, sociaux, diplomatiques ou de sécurité."

Le parti Yesh Atid, formé par l'ancien journaliste et personnalité de la télévision -Lapid en 2012, a surpris le pays en devenant le deuxième plus grand parti avec 19 sièges dans les élections de 2013. Lors des élections de 2015, Yesh Atid a chuté à 11 sièges et a quitté la coalition pour l'opposition.

Après l'interview de Lapid à Channel 2, le parti de Likud au pouvoir répondu en attaquant Lapid de faire semblant d'être de droite.

«Aucune interview fantaisiste va tromper le public. Tout le monde connaît la vérité: Yair Lapid est un gauchiste», le site de nouvelles israélienne l'ardent Arutz 7 a cité un représentant du Likoud disant, et ajoutant que les choix de Lapid pour des hauts postes ministériels  sont à gauche.

"Lapid pense que le public israélien a oublié les faits, mais le public sait très bien que Lapid est un gauchiste et que tout mandat qu'il recevra sera remis à la gauche dans une tentative de renverser un gouvernement nationaliste dirigé par le Likoud."

Le mois dernier, Lapid a dit à la conférence diplomatique du Jerusalem Post qu'il n'y a pas «d'occupation» des Palestiniens.

Il a en outre attaqué les manifestants anti-israéliens d'Europe qui scandent «Free Palestine!» il leur a demandé "Quelle est leur version de la liberté?"

Lapid a déclaré, «Libérez des gens qui pendent des gays à des poteaux téléphoniques». «Libérez des gens qui battent leurs femmes. Libérez des gens qui veulent tuer des Juifs. Libérez des gens qui brûlent des églises. Libérez-les. Ne demandez pas ce qui se tient derrière eux, ne demandez pas ce qu'ils veulent vraiment».

Il a ajouté que depuis 1995, l'Autorité palestinienne a « construit un système de gouvernement corrompu sans système judiciaire efficace ou d'industrie moderne » et est effectivement un «corrompu, dictature brutale ».

Il a dit que « le système éducatif palestinien empoisonne l'esprit des jeunes de six et sept ans chaque jour avec de la propagande antisémite de la pire espèce ». « Cela n'est pas la liberté, quand ils disent à leurs enfants que les Juifs sont des singes et des porcs, ils ne sont pas en marche vers la libération de la Palestine, ils mettent de nouvelles chaînes à leurs propres chevilles ».

Repost 0
mordeh'ai