Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 15:40

Alex Fishman – Yediot Aharonot

19 août 2011

Source : Revue de presse de l’Ambassade de France

 

On peut parfois critiquer le Shabak. Dans d’autres cas, il fait son travail de manière admirable, comme hier.

Pour preuve, le fait que, quelques heures à peine après la série d’attentats commis par les Comités de résistance populaire, le Shabak ait mené une opération dans laquelle ont été éliminés d’un seul coup tous les dirigeants de cette organisation à Gaza. D’ailleurs, si ces dirigeants n’ont pas été éliminés plus tôt, c’est uniquement parce que le gouvernement israélien a décidé, pour des raisons politiques, de ne pas éliminer les dirigeants d’organisations terroristes dans la bande de Gaza.

Pourquoi alors les préparatifs face à la possibilité d’un attentat étaient-il si mauvais et pourquoi un bilan aussi lourd ?

 

La réponse à ces questions se trouve probablement dans le processus de décision du commandement militaire de la région sud. Il s’agit en effet d’évaluer les risques que l’on est prêt à prendre face aux menaces.

La route numéro 12 est une route importante qui mène à Eilat. On ne peut pas la fermer à la va-vite, surtout pas en pleine saison touristique.

On est donc face à une mauvaise évaluation de la situation de la part du commandement sud de l’armée où on devait penser que les terroristes, cherchant à enlever un soldat, agiraient la nuit et ne passeraient pas à proximité du poste des forces égyptiennes. Le mode opératoire des terroristes a surpris les responsables militaires.

Cet attentat en plusieurs phases porte clairement la marque du Hezbollah ou des Gardiens de la Révolution qui ont probablement entraîné ses auteurs. Si, en fin de compte, ont été tués six terroristes, nul n’est capable de dire avec précision combien de membres comptait la cellule.

Le résultat des événements d’hier est mauvais. On avait déjà vu des opérations de ce type le long de la clôture frontalière avec la bande de Gaza. On peut supposer à présent que de telles opérations seront commises à la frontière égyptienne. La leçon que l’on peut tirer des ces événements c’est qu’au niveau stratégique, il nous faut changer complètement d’approche vis-à-vis de ce qui se passe dans le Sinaï et y investir beaucoup plus dans les renseignements. Dans ce domaine, on ne peut compter sur la coopération avec l’Egypte. Il faut aussi réclamer des Egyptiens qu’ils affirment leur souveraineté dans le Sinaï et reprennent leurs efforts pour empêcher la circulation de terroristes de la bande de Gaza vers le Sinaï.

Il ne faut pas non plus oublier la dissuasion dans la bande de Gaza. Cette cellule aurait probablement pu être arrêtée avant son départ pour le Sinaï. Le cabinet restreint de sécurité devra décider de la suite des opérations dans la bande de Gaza : Israël se contentera-t-il de raids aériens « de routine » ou la réaction sera-t-elle plus sévère ?

Sur un plan tactique : Il faut rapidement finir de construire la clôture frontalière avec l’Egypte. En attendant, il faudra traiter la frontière avec l’Egypte de manière un peu plus professionnelle. Israël ne peut se permettre de négliger plus longtemps sa frontière avec l’Egypte./.

Repost 0
mordeh'ai - dans Sécurité
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 09:20

Par Jacques Benillouche Chroniqueur au site d'Informations françaises SLATE.fr, à la chaine de télévision GUYSEN.TV, à la Radio nationale KOL-ISRAEL et à plusieurs autres médias francophones d'Israël

 source:  http://israel-chronique-en-ligne.over-blog.com/

 

Le cycle attentat répression est enclenché. Il devient l’antienne d’une région qui n’arrive pas à sortir du déferlement de haine et de sang. Aussitôt qu’un petit répit s’instaure, la mort rôde à nouveau pour apporter son cortège de larmes et d’impuissance.

La bande de Gaza est pourtant indépendante depuis que l’armée a décidé de l’évacuer. L’ouverture de la frontière avec l’Egypte aurait dû justifier que les armes se taisent dans l’intérêt des populations arabes qui souffrent de la chape de plomb imposée par des dirigeants islamistes imperméables à l’appel de la démocratie et de la raison.

 

Sanctuaire du Sinaï
Mais le côté prosélyte des islamistes domine tandis que des sommes considérables sont sacrifiées en armement et en fumée pour le désespoir du peuple palestinien. Ils ne vivent que par le désordre, la guerre et le sacrifice humain. Alors que la révolution d’Egypte aurait pu ouvrir des perspectives de démocratie et de développement économique, ils abusent de la faiblesse du régime de transition pour jouer de la provocation. Ayant compris que leur salut ne viendrait pas d’un affrontement direct avec l’armée israélienne aux frontières de Gaza, ils ont choisi le sanctuaire du Sinaï pour lancer des attaques sanglantes contre des autobus et des voitures civiles.

 

Ils souhaitent en fait la guerre car elle représente pour eux le terreau où pousse la haine du juif et de l'occident. Israël ne craint pas cette extrémité et, s’ils persistent dans la provocation, ils obtiendront satisfaction. L’Etat juif risque d’être contraint, un jour, de nettoyer cette poche du Sinaï où prolifère la gangrène qui s’est installée pour s’étendre jusqu’au Canal de Suez. Israël a évacué cette grande étendue égyptienne en échange d’une paix sincère et durable. Les égyptiens ont joué le jeu et le jouent encore mais des éléments venus de Gaza, d’Afghanistan et de toutes les terres des barbus veulent transformer la région en un champ de bataille

 

La guerre inévitable

La FMO est une mission de paix non onusienne déployée dans le Sinaï depuis le retrait israélien de la péninsule, en 1982. Onze pays y participent, sous une direction américaine. Elle est chargée de surveiller l'application des accords égypto-israéliens limitant les effectifs militaires, les armements et les bases dans le Sinaï égyptien, ainsi qu'en Israël. Elle est systématiquement attaquée par des terroristes qui tiennent à déloger cette présence américaine, très impuissante en fait.

 

Israël pourrait de ne pas avoir le choix car il estime que toute faiblesse affichée signerait son arrêt de mort. Si les égyptiens et leurs alliés américains ne soignent pas le cancer du Sinaï alors, les israéliens interviendront en force, avec l’aviation, les drones, les missiles et peut-être les tanks et l’infanterie. L’opinion internationale sera certes révoltée et les pays de l’ONU, toujours prompts à user de la voix et non de l’action, seront exaspérés mais ils s’en prendront à eux-mêmes puisqu’ils montrent déjà leur impuissance à mater des dictateurs qui assassinent leur peuple. Des civils innocents ne peuvent pas payer de leur vie l’inconséquence de terroristes insatiables de sang et de rancœur. La guerre sera alors inévitable.

 

Repost 0
mordeh'ai
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 08:59

Par Marc Brzustowski

Pour © 2011 lessakele et © 2011 aschkel.info

19/08/2011

 

Il est déconcertant de soupçonner, durant des mois, les pièces d’un puzzle en train de se mettre en place et de découvrir, trop tard, la survenue d’une tragédie parfaitement planifiée : comme celle d’hier 18 août, au nord d’Eilat, à la frontière du Sinaï égyptien.

A cette heure, on dénombre au moins 7 morts et 31 blessés israéliens, 7 terroristes interceptés et neutralisés, au cours d’une opération qui en comportait une vingtaine, les autres s’étant évaporés dans la nature. Et six autres terroristes, dont les 2 chefs du groupe incriminé, les Comités populaires de la Résistance, dans une frappe de la force aérienne à Gaza, moins de 6h après le drame. D’autres représailles suivront, suivies de départs de missiles et roquettes depuis Gaza. Mais, sur le plan stratégique, en quoi est-ce que Gaza, comme pont avancé du terrorisme est-il sur le point d’être démantelé ?

Depuis le 6 mars, donc, nous avons évoqué les pourparlers de tout ce que le Moyen-Orient compte de cerveaux jihadistes prêts à activer leurs adeptes : Youssouf Al Qaradawi, Khaled Meshaal, des envoyés du Hezbollah, du Jihad islamique égyptien, les services secrets iraniens, invités d’Omar el Béchir à Kartoum, avec pour objectif, le lancement de la IIIè Intifada. Il y a quelques semaines à peine, un groupe d'al Qaeda parfaitement structuré prenait la ville

d’El Arish en otage durant plusieurs heures, en prônant l’établissement du Califat islamique dans la Péninsule. Le gazoduc vers Israël et l’Egypte était, cinq fois détruit.

Mardi 16 août, nous relations le lancement d’une offensive anti-terroriste de grande envergure par l’Etat-Major Egyptien. Le danger de ce qui se trame dans ces montagnes est comparable à l’équivalent d’une nouvelle guerre afghane, avons-nous alors fait remarquer.

Mais, il a encore fallu attendre 48 h pour se prendre la confirmation cinglante à travers les informations filtrant de la région d’Eilat. Le type d’attentat multifocal, orchestré relève d’un partage de connaissance et de logistique millimétrée pour enclencher une succession d’évènements létaux, au moment même où les forces se mettent sur le qui-vive pour y faire face et riposter. Un seul groupe isolé n’a pu prendre cela sous son chapeau sans bénéficier d’appuis et d’expériences, telles qu’elles sont mises à jour en Afghanistan et en Irak. Comme si ces guerres n’étaient qu’une répétition générale avant transfert de compétences mortifères contre une cible gardée en réserve durant toutes ces années de conflit.

Le moment politique choisi ne relève pas seulement de la cogitation de quelques fanatiques des montagnes, ni même de Gaza. Nous approchons de septembre, où Mahmoud Abbas doit occuper la scène de l’ONU, par une déclaration unilatérale. Le Hezbollah se trouve enfoncé dans une crise sans précédent, pris, apparemment, en tenaille entre le Tribunal international et l’isolement diplomatique de son fournisseur Assad. Celui-ci a plus que besoin d'une voie de délestage, desserrant l'étau dans lequel il s'est, lui-même enfermé. Dès février, des maîtres es-terrorisme de ce groupe et d’autres s’enfuyaient des prisons de Moubarak à travers le Sinaï, à la faveur de la « révolution » soutenue par l’Administration américaine. Certains ont rejoint Beyrouth. Mais, pour y apporter quel message de voie ouverte dans ces régions escarpées, auprès d’autres groupes prêts à passer à l’action ? L'un d'eux, Massaad Abdelrahim Charif, vient juste d'être repris, dans le Sinaï, le 17 août.

Les armes n’ont jamais cessé de passer par les tunnels sous le gruyère égyptien, avant que son armée ne commence à réagir, sans savoir précisément ce que serait l’étape suivante.

Le leadership israélien est face à un dilemme et des constats dont il n’a pas encore mesuré toute la profondeur. Khaled Meshaal souhaite transférer ses quartiers généraux de Damas au Caire. Autant dire qu’il s’agit d’ouvrir un centre de commandement d’une guerre anti-israélienne sans fin, appuyée par le poids politique des Frères Musulmans. La junte militaire est-elle disposée à faire front, face à des foules qui risquent de se retourner contre elle, par soupçon de collaboration avec « l’ennemi sioniste » ?

Repost 0
mordeh'ai - dans Point de vue
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 20:52

par Shraga Blum

http://www.israel7.com/

18/08/2011

 

Le double langage institué par la tradition arabo-musulmane dans l’intention de tromper les « ennemis d’Allah » porte un nom officiel : « Takiya ». Dans le cadre de la Sharia, il est ainsi permis voire recommandé de mentir en tant que tactique dans le cadre du Jihad contre les Infidèles. Et lorsque l’on se pose la question de savoir où est la vérité et où est le mensonge, il suffit de regarder à qui s’adressent les paroles prononcées ou écrites. La propagande arabe palestinienne est passée maître dans l’art de mystifier les esprits occidentaux crédules et diffuse depuis des décennies un double langage qui frappe pas sa limpidité. Aux pays occidentaux ainsi qu’aux « idiots utiles » en Israël un langage de paix et de conciliation, et à destination de leur propre population, notamment la jeunesse, ses intentions réelles.

Nos amis du site www.palwach.org effectuent depuis des années un travail de fourmi en scrutant et relevant tout ce qui se dit, s’écrit ou s’organise dans la sphère palestinienne concernant Israël et les Juifs. De manière professionnelle, ils recensent les scripts et les faits de manière brute, intégrale, sans commentaire aucun et avec les références précises afin de ne pas prêter le flanc à d’éventuelles accusations de parti-pris ou interprétations tendancieuse. Un survol de ce festival de haine antisémite, de falsification de l’Histoire et de viol intellectuel de la jeunesse fait frémir, d’autant plus qu’il s’agit de la plupart du temps non pas de la propagande diffusée par le Hamas, qui est pour l’instant encore considéré comme une organisation terroriste, mais par l’Autorité Palestinienne adoubée par la communauté internationale et par Israël, baptisée « modérée » et décrétée « partenaire de la paix ».

Le sentiment qui ressort à la lecture de certains écrits ou déclarations est exactement le même qu’à la lecture des passages les plus anthologiques de la propagande nazie ou du florilège de l’antisémitisme chrétien médiéval. Et l’on se dit : « Qui pourrait encore croire à ce genre de mensonges aujourd’hui? ». Que l’on se détrompe. Chaque nouvelle génération d’Arabes palestiniens nourrie de cette propagande nocive et grandit dans ce conditionnement diabolique. Et il est important de préciser que la propagande palestinienne ne fait pas de différence entre « Israël » et « Juifs » et ignore la distinction artificielle établie par des intellectuels malhonnêtes entre « antisionisme » et « antisémitisme ».

L’un des plus récents exemples hallucinants date du 10 août 2011, où un documentaire diffusé à la télévision officielle de l’AP, contrôlée par Abou Mazen, contenait le texte suivant : « Les Israéliens savent très bien que les racines du peuple palestinien sur cette terre sont beaucoup plus profondes que leur Histoire tronquée. Depuis les balcons de nos maisons, nous voyons nos lieux saints musulmans mais aussi le péché et cette obscénité des Juifs qui prient devant ce Mur, dans cette zone qui devrait normalement être habitée par des Arabes. Nous sommes en train d’établir de nouvelles cartes. Lorsque les Israéliens disparaîtront du paysage, comme un chapitre oublié de l’Histoire de notre Ville Sainte, nous construirons-là un nouveau quartier résidentiel. Le quartier Mughrabi sera construit ici, à la place de l’esplanade du Mur ». (TV du Fatah – 10.11.2011).

Et lorsqu’Abou Mazen, Saeb Arekat ou Nabil Shaat auront des caméras occidentales devant eux, ils prendront un air excédé, se disant « désespérés de l’attitude d’Israël et de son refus d’avancer vers la paix que l’Autorité Palestinienne appelle tant de ses vœux »…

 

par Itamar Marcus et Nan Jacques Zilberdik

 

 

 

 

la télévision Officielle  de l'Autorité palestinienne a diffusé un documentaire qui  déclare que l'Autorité palestinienne envisage de construire une zone résidentielle arabe  au lieu de la place du Mur occidental à Jérusalem, «quand ils [les Israéliens] disparaîtront du paysage, comme un chapitre oublié dans les pages d'histoire de notre ville .

" Le Mur occidental, vestige du Mont du Temple, est le site du judaïsme et de prière le plus saint et le plus important. Le documentaire de la télévision palestinienne a en outre rejeté la connexion juive à Jérusalem, se référant à l'histoire juive comme "leur fausse histoire", les Juifs " qui prient  au Mur occidental ont été appelé «le péché et la saleté."  Le texte ci-dessus est la transcription de l'extrait du documentaire TV de l'AP: Cliquez pour voir

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 20:42

par Yéochoua Sultan

http://www.israel7.com/

18/08/2011

 

Les informations sont à présent plus claires: des terroristes ont ouvert le feu à midi sur le bus 392 qui est parti de Béer-Cheva pour Eilat sur la route 12. 7 personnes ont été blessées, et elles sont dans un état moyen à léger. Un peu plus tard, un détachement de Tsahal qui était en route vers ce secteur a été blessé par une charge explosive actionnée à son passage. Ensuite, un autre véhicule civil a essuyé le tir d’un missile antitank. 5 personnes ont été tuées. Des soldats de Tsahal, dirigés par le commandant Tamir Ydi, ont mené un combat contre les terroristes. 25 blessés ont été transférés à l’hôpital Yosseftal d’Eilat, dont deux enfants. Le blessé touché aux deux jambes a été héliporté à Béer-Cheva.

 

Les premiers éléments d’enquête corroborent les premiers flashes infos: des terroristes en bleu de travail, qui se sont introduits en Israël depuis le Sinaï, ont ouvert le feu sur le bus de la compagnie Egged. Deux ou trois terroristes ont contourné le véhicule et ont tiré sur lui. Le chauffeur n’a pas perdu ses moyens et a poursuivi sa route. Sa clairvoyance semble avoir sauvé l’ensemble des passagers d’un véritable carnage. Les terroristes ont continué à tirer sur d’autres véhicules, dont des voitures particulières. Les forces de l’ordre ont fermé la route en amont et en aval, des barrages routiers ont été placés, et des hélicoptères ont ratissé le secteur afin de localiser le commando terroriste. Des échanges de tirs entre le Yamam (forces spéciales) et les terroristes ont suivi. Les terroristes ont été abattus.

Repost 0
mordeh'ai - dans Sécurité
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 16:31

( Nous nous déjudaïsons sans l'aide de quiconque pour faire plaisir à une soi-disant majorité laïque, gauchiste qui crache sur tout ce  qui est ou représente l'Etat juif! ....Mordeh'aï )

 

14 août 2011 

http://www.israelmagazine.co.il/

 

Israël : l’éloge funèbre des soldats morts au combat ne mentionnera plus Dieu ! Après un débat animé qui a duré plusieurs semaines, l’armée israélienne a décidé jeudi de ne plus faire référence à D'ieu dans l’éloge funèbre des soldats tombés au front.  

 

Israël : l’éloge funèbre des soldats morts au combatLa controverse, qui maniait la question sensible de la séparation du laïc et du religieux dans l’Etat hébreu, portait sur la première phrase du Yizkor («souvenance» en hébreu), la prière du souvenir.

La politique de Tsahal voulait qu’elle commence par «Que D'ieu se souvienne» mais la règle n’était pas toujours appliquée. Certains entament la prière du Yizkor par les mots «Que le peuple d’Israël se souvienne» pour tenir compte de la majorité laïque du pays. Une commission de gradés et de rabbins nommée par le chef

d’état-major des armées, le général Benny Ganz, a décidé de

consacrer la seconde formule. Le service militaire est obligatoire en Israël pour la quasi-totalité des hommes et des femmes, enrôlés à 18 ans.

 

 

 

 

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 15:53
Par Victor Perez
14 08 2011
 
L’article du Figaro intitulé « La bande de Gaza confrontée à un manque d'eau potable » n’a nul besoin d’explications de textes pour que le lecteur lambda comprenne le sujet. Ni, de surcroît, pour qu’il manque d’en attribuer quasi systématiquement et de façon subliminale la responsabilité à Israël. Ce que Charles Gauthier, l’auteur de l’article, incite à sous-entendre : « Selon la Palestinian Water Authority (PWA), citée par l'AFD, un Palestinien consomme 70 litres en moyenne en Cisjordanie, un Israélien 250 litres, et un Occidental de 150 à 200 litres ».
Ce lecteur, fondamentalement abusé car ne possédant pas les mesures réalisées par l’administration israélienne, confirmera l’Israélien au mieux  gaspilleur, au pire voleur d’eau forcément ‘’palestinienne’’.
Il ne sera pas amené, non plus, à réfléchir aux implications des ‘’Palestiniens’’, et principalement du Hamas, dans cette pénurie. Comme par exemple, la non construction d’usines de dessalement d’eau de mer qui auraient contribué à un meilleur confort des Gazaouis. Voire d’usines de retraitement des eaux usées qui seraient réservées à l’agriculture. Réalisations qui ont permis à l’état d’Israël de ne plus dépendre, ou presque, du bon vouloir de la météo. Un pays que beaucoup accusent, malgré tout, de « voler » l’eau de ses voisins.
Une accusation qui, à contrario, démontre bien l’existence de cet état. Ce que bon nombre de gouvernements ou de grands trusts ont de plus en plus de mal à admettre.
 
Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 15:24

Le slogan galvaudé par la gauche, qui prône le renoncement aux droits historiques du peuple juif sur ses principaux lieux saints, pourvu que la paix puisse être définitivement instaurée, ne semble pas correspondre à un quelconque compromis admis auprès de la partie adverse, qui ne l’entend pas de cette oreille. Nabil Shaath, l’un des principaux personnages de l’entité terroriste basée à Ramallah, explique en bref ce qu’il en pense: «L’initiative française, explique-t-il sur Anb-TV, chaîne libanaise, n’est pas non plus admissible en ce qui nous concerne, quand elle cherche à définir deux pays pour deux peuples. Ils peuvent décrire Israël en tant que tel, comme un Etat pour deux peuples, mais nous serons un pays pour un seul peuple.

Le sens de « deux pays pour deux peuples » est qu’il y a là un peuple juif, et ici eu peuple ‘palestinien’. Mais nous ne l’admettrons jamais, ni comme faisant partie d’une initiative française, ni comme faisant partie d’une initiative américaine. Nous ne « sacrifierons » pas près d’un million et demi de « Palestiniens » détenteurs de la nationalité israélienne, et qui habitent à l’intérieur des frontières de 48. Nous n’accepterons jamais un alinéa qui stipule que les « réfugiés palestiniens » ne puissent pas retourner dans leur pays. Nous ne l’accepterons pas, que la proposition soit française, américaine, ou tchécoslovaque.» L’interview du terroriste Shaath a été retransmise par la chaîne Memri TV, où l’équipe d’Israël Shelly l’a visionné et traduite pour les médias israéliens. 

 

fatahserpentinediplox 

 

  le titre: « Le secret de l’AP ».

 

 

 

Repost 0
mordeh'ai - dans Revue de presse
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 15:04

 par Meir Ben-Hayoun

http://www.israel7.com/

14/08/2011

 

« L’Arabe n’est pas le fils du désert, il est le père du désert ». Cette citation du premier Haut commissionnaire britannique dans le Sinaï, apparue dans un de mes articles il y a quelques années, c’est cela qui avait motivé le Gouvernement de Sa Majesté à m’envoyer une missive officielle m’interdisant l’entrée dans les Iles britanniques. J’ai répondu alors à la Ministre de l’Intérieur de la Grande Bretagne soussignée, que je n’avais aucunement l’intention de me rendre à Londres. « Il me semble » avais-je ajouté, « qu’au rythme où vont les chose chez vous, si dans l’avenir, je désire visiter votre pays, je devrais déposer ma demande en arabe. »

 

 Je le reconnais et je n’en ai pas honte. J’ai n’a pas versé de larmes à la vue des émeutes à Londres. Effectivement, les Arabes et les Musulmans qui ont envahi cette ville la transforment en désert. Ce pays, où même Tsippi Livni hésite de s’y rendre de crainte d’être arrêtée pour crimes contre l’humanité, a largement ouvert ses portes à tout prêcheur de poison musulman. Maintenant, peut-être qu’Israël doit inscrire les noms des policiers britanniques qui exercent une force disproportionnée et utilisent des balles en caoutchouc et d’autres moyens de répressions illégaux. Qui sait ? Peut-être seront émis des ordres d’arrestation contre les ministres britanniques ? En effet, les Arabes de Londres opprimés ne revendiquent que leurs droits, c’est-à-dire leur souveraineté dans la partie Est de la ville. Comment Israël peut rester silencieux devant cette violation des droits de l’Homme dans le Royaume de Sa Majesté ?

 

La vérité est que nous avons des relations complexes avec l’Angleterre. C’est le premier pays européen où l’étoile jaune fut employée pour en expulser les Juifs, deux siècles et demi avant l’Expulsion des Juifs d’Espagne. L’Angleterre, ce n’est pas seulement l’antisémitisme de Houston Stewart Chamberlain, le visionnaire du IIIème Reich (d’après Hitler). C’est aussi le sionisme de Lord Balfour et l’amitié du Général Orde Wingate.

Le Mandat britannique détesté a mis en place ici les fondements physiques pour l’Etat à venir- les voies de chemin de fer, les raffineries de pétrole, les aérodromes, etc. L’Angleterre est l’exemple typique des rapports amour/haine des peuples civilisés envers tout ce qui touche aux Juifs. C’est l’Angleterre qui a mené l’édification du Foyer national juif il y a cent ans et c’est elle aujourd’hui qui mène la campagne de déligimisation d’Israël pour notre anéantissement. D’un côté, un romantisme biblique et d’autre part, un antisémitisme âpre. Comment ces deux éléments contradictoires cohabitent dans le même espace culturel, et qu’est ce qui fait que l’un des deux prend le dessus ?

 

« Nous avons rêvé d’un endroit dans lequel, le Livre des livres serait écrit pour la Rédemption de l’Humanité, parce qu’en fait, vous êtes le peuple élu….. On a misé sur vous de grands espoirs et regardez ce que vous en avez faits ». C’est ainsi que des intellectuels britanniques ont décrit au doyen du centre universitaire Sapir leur profonde déception envers nous (Interview par Méir Ouziel, Makor Rishon, Février 2008)

 

Comment nous sommes arrivés sur cette Terre, ça ne les préoccupe pas. Vers où nous nous dirigeons et ce que nous allons faire, c’est cela qui les préoccupent. Selon eux, notre droit sur la Terre d’Israël, ne procède pas du passé, mais du futur. Notre destinée, c’est elle qui injecte des énergies et fait vivre l’Univers. Quand la destinée s’estompe, l’existence perd sa légitimité et est remise en cause.

 

Les peuples dont la civilisation est fondée sur la Bible ont de grandes attentes du peuple du Livre. Ils désirent voir une eschatologie nouvelle et enthousiasmante qui surgit de Sion. Quand une telle vision pointe à l’horizon, cela rétablit la stature de l’Humanité et les entraine à nos côtés. Par contre, quand il n’y a pas de vision venant de Sion, la partie la plus basse de la civilisation prend le dessus et s’allie aux barbares du désert.

 

Leur punition, ils sont en train de la savourer. Il n’y a pas lieu d’avoir trop de compassion envers eux. Toutefois, en fin de compte, leur rêve de rédemption du monde, ils n’y renonceront pas. Tant que nous n’assumerons pas notre destinée, ils ne cesseront pas de nous haïr, dans une certaine mesure, avec raison.

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 14:51

 Loin des manifestations sociales israéliennes telles que celles de cette soirée ayant réuni plusieurs dizaines de milliers d'israéliens mécontents d'une politique ressentie comme par trop injuste, une question  ne préoccupe pas moins bon nombre de ces manifestants : Que sera-t-il de ce mois de septembre ?

A quoi ressemblera-t-il ?  Que deviendra la région d'Israël et de ses voisins arabes ?

 

 

Certes et alors que Netanyahou vient encore d'en appeler Mahmoud Abbas à des discussiimagesCAVMF01Xons directes à Jérusalem comme à Ramallah, voilà de quoi apporter matière à réflexions, à supputations, à analyses, et ce lendemain déjà bien proche aura-t-il tout d'un visage régional nouveau ou restera-t-il dans ces situations qui perdurent, changent sans le faire réellement, continuent ce qui a déjà été ?

 

Prenons le Liban qui se trouve de facto entièrement aux mains de l'extrémisme Hezbollah + Iran, aura-t-il d'ici là entraîné Israël dans une nouvelle guerre histoire de vider les stocks d'armes par trop pleins ? Jouera-t-il à fond la carte de la provocation autour des gisements de gaz et de pétrole de la Méditerranée, qui bien évidemment ne peuvent qu'être partie intégrante de la frontière maritime libanaise ? Profitera-t-il d'une déclaration d'un état palestinien internationalement reconnu ou pas, accepté ou pas, comme membre à part entière ou pas..pour lancer de concert avec les palestiniens une attaque généralisée sur Israël ?

 

Les gouvernants syriens pour leur part auront-ils massacré d'ici là une partie « suffisante » de la population syrienne pour parvenir à étouffer dans le sang et définitivement cette révolte intestine ? A moins que ce gouvernement ne tomba et que l'on ne se retrouve dans une situation identique à l'Égypte : Une démocratie sans démocratie … Assad en ce mois de septembre et si l'on se place dans une situation quasi identique à celle d'aujourd'hui, sera-t-il prêt à joindre ses forces militaires (aidé en cela par la voisine iranienne …) à celles du Liban, des palestiniens afin d'attaquer Israël sur le front du Nord-Est ? Ne serait-ce pas la solution miraculeuse et idéale afin d'en appeler au peuple syrien vers un ennemi d'autant plus inacceptable et à massacrer à tout prix, afin de lui jurer que le Golan sera à nouveau syrien sous peu ?

 

Du côté jordanien, le mois de septembre sera-t-il plus empreint de paix et de concrétisation de sérénité alors que les palestiniens (largement majoritaires en Jordanie) seraient à même de rejoindre leurs « frères » libanais (mais n'ayant jamais obtenu la nationalité libanaise …), syriens ( n'ayant pas plus de pièces d'identité de cet état …), arabes de Judée Samarie, arabes israéliens, palestiniens de Gaza dans une confrontation armée du front Est contre Israël ?

 

Quant aux « frères » égyptiens qui ne semblent définitivement pas prêts à voir une démocratie s'installer sur leur sol, qui se déplaceraient lentement mais sûrement vers une direction anti-israélienne d'évidence, vers des désirs de ne plus fournir de pétrole, de ne plus reconnaître les traités de paix signés … coupure nette des relations anciennes avec Israël, où se positionneraient-ils demain, en ce mois de septembre si l'appel des « frères palestiniens » se faisait entendre ?

 

A moins que l'on ne rallie le point de vue de Hamed Abd el Samad (chercheur et professeur d'université d'origine égyptienne) tel qu'il le décrit dans son livre : « La chute du monde islamique » où celui-ci laisse entendre qu'il y a un effondrement du monde musulman qui est en cours : Incapacité du monde musulman de suivre une direction de modernité, montée des forces islamistes … qui va entraîner une immigration massive vers l'Occident …

 

Ce mois de septembre verra-t-il la reconnaissance internationale d'un nouvel état sans état comme certains semblent l'espérer et le souhaiter ?

 

Oui, loin des manifestations actuelles de la population israélienne aussi justes soient-elles, la face régionale peut changer définitivement d'ici un petit mois et force nous est de ne pas oublier la chose !

Mais ce changement serait-il ce que le monde occidental recherche, ce dont il a besoin en termes d'intérêts ?

La concrétisation d'un nouveau conflit moyen-oriental apporterait-il des solutions à l'U.E, à l'ONU, à l'International ?

 

Septembre approche à grands pas (apparemment la décision de Abbas serait datée au 20 septembre) et il est encore temps de pouvoir stopper une décision unilatérale qui n'apportera au final que conflits et guerres en lieu d'un état recherché.

 

J'ose espérer ne pas être le seul à ressentir ainsi ce futur proche, trop proche …

Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions