Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 09:04

Editorial de la semaine du 17/09/2011 reçu par mail.

Par Marc Femsohn

pour Guysen International News http://www.guysen.com/

16 septembre 2011

 

Lundi 31 mai 2010 : 9 "militants pacifiques " turcs tués lors d'affrontements avec les commandos israéliens accueillis sur le Mavi Marmara par des poignards et des barres de fer. Manifestations monstres contre Israël dans le monde entier, condamnations émanant de toutes les démocraties occidentales.

Conclusions de la commission d'enquête de l'Onu : blocus de Gaza légal, mais utilisation disproportionnée de la force par Israël. Rappel : 9 morts. Israël a tué 9 Musulmans, c'est l'horreur, un crime contre l'humanité, que dis-je, un génocide.

 

Bilan humain de la "Révolution du jasmin" en Tunisie, selon la presse locale : 243 "martyrs" et 1.300 blessés. Pas de manifestations arabo-musulmanes. Normal, pas de quoi fouetter un chat, c'est le prix à payer pour la "liberté".

Bilan humain de la guerre en Libye, selon le CNT : plus de 30.000 morts, 4.000 disparus et 50.000 blessés. Pas de manifestation. Pas de réaction disproportionnée des Occidentaux. Un prix acceptable pour se débarrasser du dictateur Kadhafi, pourtant accueilli, il y a peu, en grandes pompes à Paris, où il installa sa tente. Mais maintenant on est tranquille, on a le CNT, bon d'accord, ce sont des islamistes, certains furent membres d'Al Qaïda et passèrent par l'Afghanistan. Ce que vous pouvez être suspicieux !!!

 

Bilan humain provisoire du soulèvement du peuple égyptien contre Moubarak, selon le ministère égyptien de la Santé : 864 manifestants morts, plus 26 policiers tués, et 6.460 blessés, pour la seule période allant du 25 janvier au 16 février. Des manifestations…de 100 à 300 personnes à Berne, Zürich et Genève. Quelques centaines de personnes protestent contre les violences du pouvoir égyptien à Paris, place du Châtelet. La chancelière fédérale allemande Merkel déclare : "nous devons tout faire pour que la violence cesse, sinon il y aura des victimes innocentes"…

 

Bilan humain provisoire au 13 septembre 2011 de la répression du pouvoir de Bachar el Assad en Syrie, selon l'Onu : 2.600 morts, pas de précisions sur le nombre de blessés, sur les disparus, les tortures et autres exactions. Où sont les manifestations arabo-musulmanes ? Où sont donc les humanitaires, les Ong, les rouges-roses-verts-bruns, toujours si prompts à manifester contre Israël ?

Je vous demande de vous arrêter !!! Un Arabe, un musulman qui tue un autre arabe, un autre musulman, c'est une affaire intérieure qui ne regarde pas les Occidentaux. On a le droit, que dis-je, le devoir de s'indigner seulement lorsqu'un Juif, un Israélien, tue un Arabe ou un Musulman. Cela s'appelle un crime contre l'humanité, un crime de guerre, un génocide, combien de fois faudra-t-il encore vous le répéter !!!

 

Les démocraties occidentales sont "préoccupées", elles décident de sanctions contre les dirigeants syriens, Bachar el Assad se plaint de maux de ventre, normal, il est plié de rire. La Turquie n'envisage pas d'intervenir, Erdogan ne saurait plus où donner de la tête, il est trop occupé à préparer une armada pour forcer le blocus inhumain des agresseurs israéliens contre les pauvres Palestiniens de Gaza et leur gouvernement du Hamas.

 

A propos de la Turquie…le 20 août : 85 cibles kurdes bombardées. Le 21 août, 7 Kurdes tués dans un raid turc. Le 23 août, 100 Kurdes tués par l'aviation turque. 30 août : l'armée turque dit avoir tué entre 145 et 160 "terroristes" kurdes (attention, ce sont des "terroristes", pas comme les frères militants du Hamas).

J'abrège et je passe au 13 septembre : la Turquie envisage une offensive en Irak contre les Kurdes.

Pas de manifestations, pas d'indignations, que dis-je, pas de réactions. Aucune demande de retenue, aucune commission d'enquête, aucune sanction, pas d'usage disproportionné de la force.

Pas de boycott ou de campagne de délégitimation.

On ne va quand même pas s'émouvoir pour quelques Kurdes. Et puis la Turquie, c'est quand même un pays civilisé, il fait partie de l'Otan, on en a besoin, contre l'Iran. En plus, on va l'accueillir au sein de l'Union européenne, dans quelques années. Ce que vous pouvez être mauvaise langue…

D'ailleurs les Kurdes, ils doivent bien être responsables de ce qui leur arrive. Personne ne les aime, que ce soit les Turcs, les Irakiens, les Iraniens ou les Syriens. C'est un peu comme les Juifs. Il doit bien y avoir une raison…Vous savez bien, ma bonne dame, il n'y a pas de fumée sans feu.

 

Jeudi 18 août, le sud d'Israël frappé par un triple attentat. Des terroristes palestiniens, dont certains déguisés en soldats égyptiens, pénètrent en territoire israélien à partir du Sinaï, tuent 8 personnes et en blessent une trentaine. Tous, sauf deux, sont des civils, des vacanciers.

Lors des échanges de tirs et de la confusion, 5 policiers égyptiens sont tués, pris par erreur pour des terroristes. Israël fait part de ses regrets au gouvernement égyptien. Colère et émotion au Caire./ L'ambassade d'Israël est attaquée une première fois, l'ambassadeur d'Egypte rappelé. Plus d'une centaine de missiles s'abattent sur les villes du sud d'Israël faisant de nouvelles victimes.

Tsahal élimine les responsables des attentats. La communauté internationale demande à Israël de faire preuve de retenue, craignant que ces éliminations ne déstabilisent la région. L'ambassade d'Israël au Caire est une nouvelle fois attaquée par des hooligans égyptiens. Les 6 agents de sécurité sont sauvés in extremis d'un lynch,après intervention des Américains, car le Maréchal Tantaoui, chef de la junte militaire ne répond pas aux appels du sioniste Netanyahou. Les démocraties occidentales sont inquiètes, les Egyptiens à peine gênés, les Turcs pas du tout, et Israël ne condamne pas pour cause de profil bas, paralysé par le complexe de la retenue. La preuve : un Israélien a lancé un caillou, un seul, contre le consulat égyptien à Eilat et tenté d'arracher le drapeau égyptien, cela fait 5 jours qu'il est en prison.

 

Le Premier ministre turc Erdogan, oubliant qu'il n'est pas arabe, se prend pour Nasser et se lance dans une croisade anti israélienne, nous réservant chaque jour son lot de nouvelles provocations, cherchant sans doute à savoir jusqu'où il peut aller trop loin. Il a encore de la marge, beaucoup de marge. Israël est un bon fond de commerce, une valeur sure, l'islamisme, le fondamentalisme, les dictatures aiment le simplisme, les raccourcis, les caricatures : avec Israël et les Juifs, on gagne à tous les coups.

Puisqu'on m'a dit que je dois faire preuve de retenue, je ne vais pas vous embêter avec les Iraniens et les Palestiniens et les antisémites et les…

Moi je suis israélien, c'est-à-dire bête et discipliné. Profil bas. Excusez-moi de vous avoir dérangé.

 

Allo la conscience mondiale : le numéro que vous avez demandé n'est plus en service.

Allo les démocraties occidentales : le numéro que vous avez demandé n'est plus accessible.

Allo Israël : il n'y a plus d'abonné au numéro que vous avez composé. Bip, bip, bip.....

Repost 0
mordeh'ai - dans Point de vue
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 08:48

ETAT DES LIEUX 1

par Arnold Lagémi

15/9/2011 & 16 /9/2011

 http://www.arnoldlagemi.com/

 

Le Grand Rabbin de France condamne le Front National et reste, me semble-t-il, silencieux sur le risque d’anéantissement d’Israël que constituerait la naissance « imposée » de l’Etat Palestinien. Les rabbins ont souvent raté le train de l’histoire, mais à ce point, ça en devient obsessionnel.

Ce qui se passe (et s’est passé) en Egypte confirme qu’il n’y a jamais eu de paix authentique avec l’Egypte. La paix, c’est d’abord la paix des peuples.

L’Islam est le grand fédérateur de la guerre antisioniste. Le Premier Ministre turc vient d’assurer que les pays musulmans s’uniraient contre Israël.

Les « bruits de bottes » sont partout. Et c’est le moment choisi par Mr Juppé pour contester « le caractère Juif de l’Etat d’Israël. » C’est quoi une collusion ?

Quant au spirituel (ou affirmé tel) l’Eglise nous assure « qu’elle nous aime »… depuis Vatican II. L’Eglise n’a jamais été et ne sera jamais l’alliée d’Israël

Après le feu, le mépris. Maintenant nous sommes dans la moquerie. Les amis d’Israël existent mais certainement pas là où ils affirment être…

Etranger, voire allergique à toute forme de consolation, je crois néanmoins, qu’un des moyens souverains pour se préparer, affronter et surmonter les épreuves, c’est de se confronter aux grands textes d’Israël.

Chalom

 

ETAT DES LIEUX (2) LA GUERRE ?

La dénonciation des accords indique t-elle qu’on se prépare à la guerre ?

 J’ai le sentiment que, dans la nouvelle, burlesque et tragique mise en scène qui se prépare, on laisse Israël seul sur scène pour l’obliger à réciter un monologue défensif qui, interprété comme une intention belliqueuse, signera son exclusion de la scène internationale. Le véto prévisible des USA pourrait, cependant, en atténuer la portée.

Si d’aventure, cet Etat voyait le jour, sans que l’ONU n’exigeât, tant du Hamas que du Fatah (qui, rappelons-le, n’a aucune légitimité) que disparaissent définitivement de leur Charte respective, les articles relatifs à l’anéantissement de l’Etat d’Israël, cela voudrait dire que l’ONU permettrait la création d’un Etat, dont la raison d’être serait la destruction de son voisin. L’organisation internationale se fourvoierait dans le reniement à sa vocation et reconnaîtrait une impuissance pas très éloignée de celle de la SDN à la veille du second conflit mondial.

Si l’Etat de Palestine est donc imposé à la 66 ème session de l’Assemblée Générale des Nations Unies, cela signifiera, en premier, que la morale des Nations a vécu, si tant est qu’elle ait jamais vu le jour. Oui, cette morale aurait vécu, car elle se comporterait en légitimant la Palestine, comme si elle ignorait que c’est là, une des plus grandes supercheries du monde moderne. Comme si elle ne savait pas que le peuple Palestinien recouvre un état qui n’a jamais eu de réalité que dans l’imagination de ceux qui surent l’exploiter pour en imposer l’illusion.

Cela voudra dire aussi que les éléments juridiques sur lesquels l’ONU se fonde pour reconnaître et accepter une réalité nationale sont bafoués de concert avec son accord et sa bienveillance. Par exemple, la Conférence de Montévidéo qui, en 1933 fixe les quatre conditions à la création d’un Etat, est oubliée dans le tiroir des reniements, notamment le premier et le deuxième.

Une population permanente

Un territoire défini

Un gouvernement

Une armée, une police, des forces spéciales

A ces éléments juridiques se superpose la violation des accords d’Oslo de 1993 qui prévoyaient : « Toute solution au conflit israélo palestinien devra être le fruit de négociations entre Palestiniens et Israéliens.

Alliances avec les pays Arabes dénoncés, pactes et accords qui volent en éclats. Ne sont-ce pas là,les conditions qui annoncent les guerres ?

Mon « état des lieux » aujourd’hui serait incomplet si je ne mentionnais pas cette déclaration du Ministre Français de l’Intérieur : « A partir du 15 septembre à zéro heure, les prières musulmanes seront interdites dans les rues. Cette pratique cessera à la date prévue. Nous pourrions aller jusqu’à l’emploi de la force si nécessaire. »

Cette décision du Ministre Français confirme donc que la France reste attachée à l’ordre public, tel qu‘énoncé dès 1789 afin d’autoriser la liberté et l’exercice des cultes. A ce fondement constitutionnel, elle entend confirmer un autre principe auquel elle ne souhaite pas déroger : la sacro-sainte laïcité.

Repost 0
mordeh'ai - dans Point de vue
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 23:54

Par Zvi Tenney

http://zvitenney.blogspot.com/

13 septembre 2011

 

On se souvient du livre ”From Time Immemorial ” (Depuis la nuit des temps) , un ouvrage de Joan Peters paru en 1984, réédité une dizaine de fois et traduit récemment en hébreu. La thèse centrale de Joan Peters, dans cet ouvrage, est que la population arabe en Palestine est essentiellement le fruit d’une immigration arabe vers ce pays durant la première moitié du 19eme siècle et par la même qu'il n'y a jamais eu de ” peuple palestinien ”. Les arabes en Palestine ne sont en fait que des immigrés venus de différents pays de la région attirés par le besoin en main d’œuvre qu’avait engendré le projet sioniste de reconstruction du pays.

 

Joan Peters étaie cet argument de statistiques démographiques et de comptes-rendus contemporains, qui, pour l'essentiel, n'ont été remis en cause par aucun chercheur ou historien (s'il y a eu des critiques cela a été seulement sur le plan politique par certains milieux de gauche). Ces analyses démographiques, ont d’ailleurs été authentifiées par Philip M.Hauser, un grand professeur de l'Université de Chicago.

 Cet état de faits est d’ailleurs confirmé par bien d’autres témoignages d’historiens connus. Voir entre autres celui d'Hadriani Relandi, géographe et philologue hollandais dans son livre “Palestina ex monumentis veteribus illustrata” publié en 1714 où il relate sa visite d'étude en Palestine en 1695.

 

La réalité qu'il y a rencontré était à ses dires la suivante :”Un pays quasiment dépeuplé où la population, en majorité juive avec une minorité chrétienne, habitait les villes de Jérusalem, Akko, Safed, Jaffa, Tibériade et Gaza., les Musulmans constituant une infime minorité pour la plupart des bédouins nomades”.

D’autres historiens après lui ont tous mentionné que l’immigration massive dans ce pays d’arabes en provenance des autres provinces de l'Empire ottoman a été causée par l'attraction de l'essor économique sans précédent engendrée par l'immigration juive sioniste-pionnière en Terre d'Israël, qui à partir de 1881, commençait à s'intensifier. Montesquieu pour sa part, dans ”Les Lettres persanes” le confirmait en mentionnant : ”..Depuis la destruction des Juifs sous Adrien, la Palestine est sans habitants." Il faisait ainsi écho à ce qu'ont dit chacun à son époque, des auteurs voyageurs comme Lamartine, Pierre Loti, Mark Twain, et bien d'autres.

Mais ces faits historiques n’ont pas résisté au mythe actuel ”d’un peuple palestinien” qui revendique son propre Etat de Palestine…. Et cela au lieu et place du Foyer National Juif décidé en avril 1920 par la Société des Nations (source de la légitimité internationale avant la création de l’ONU), “compte tenu des liens historiques du peuple juif avec la Palestine”.

 

Depuis cette décision la propagande arabe a été portée par la doctrine selon laquelle il était impensable pour le monde arabo-musulman que “les Juifs puissent être souverains en Terre d’Islam” , et qui plus est, en référence à ”leurs liens historiques à la Palestine “, liens que ce monde dénie purement et simplement…

Cette propagande a été reprise avec une vigueur accrue quand après la guerre des six jours, on commença à parler d'un "peuple palestinien" comme "fer de lance" de la lutte du monde arabe contre Israël.

 

Voici d'ailleurs ce que dit à ce propos Zouheir Mohsen, leader de la Saïka, composante pro syrienne de l’OLP, dans une déclaration au journal néerlandais Trouw en mars 1977 : " Le peuple palestinien n’existe pas. La création d’un état palestinien n’est qu’un moyen de poursuivre notre lutte contre l’état d’Israël pour notre unité arabe. En réalité, aujourd’hui, il n’y a pas de différence entre Jordaniens, Palestiniens, Syriens et Libanais. C’est uniquement pour des raisons tactiques et politiciennes que nous parlons d’un peuple palestinien, puisque les intérêts nationaux arabes sont mieux servis par l’existence d’un peuple palestinien distinct opposable au Sionisme. Pour des raisons tactiques, la Jordanie, qui est un état souverain avec des frontières délimitées, ne peut pas avoir des prétentions sur Haïfa et Jaffa, Beersheva, ou Jérusalem alors qu’en tant qu’arabe palestinien, j’ai indubitablement le droit de l'affirmer. Mais au moment même où nous recouvrerons nos droits sur l’ensemble de la Palestine, nous n’attendrons pas une minute pour réunir la Palestine à la Jordanie ".

Finalement cette tactique qui a créé le mythe d'un "Peuple palestinien" a eu un succès incontestable ....

Le Monde occidental, bien que porteur de la "tradition judéo-chrétienne* ", a dans son ensemble ”avalé” cette énorme falsification de l’histoire. On se demande évidemment si la raison en est l’incapacité de déceler la cause fondamentale du conflit arabo-israélien, un complexe colonialiste qui pousse à s’aligner automatiquement sur des soit disant ”opprimés” qui mènent une ”lutte de libération nationale” ou tout simplement un certain antisémitisme viscérale.

 Z.T.

*Soulignons que ceux parmi les Protestants qui sont proches de la Bible comprennent et soutiennent Israël et son projet sioniste. Publié par Tenney à l'adresse

Repost 0
mordeh'ai - dans Histoire
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 15:16

Rédigé par

Gally – JSSNews

le 14 Sep, 2011

http://jssnews.com/

 

Oui, vous avez bien lu, c’est bien, selon le réputé site web Globes.co.il, 127 milliards de mètres cubes de gaz (4.54 trillions de ft³) qui viennent d’être découverts devant les côtes israéliennes, dans 2 gisements dénommés Gabriella (270 km²) et Itzhak (127.7 km²) (1). Ceux-ci, situés à 10 kilomètres des côtes, entre Ashdod et Netanya, se trouvent donc sans la moindre contestation dans la zone économique exclusive israélienne.

 

Ces 2 gisements contiendraient de plus, selon les résultats des prospections sismiques pratiquées par les 2 compagnies qui en possèdent la licence d’exploitation (Adira Energy Corporation, canadienne, et Modiin Energy, israélienne), plus de 300 millions de barils de pétrole. Ces gisements sont de plus situés dans une zone où la profondeur maritime n’est que de 60 à 250 mètres.

 

Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, nous apprenons ce jour que, suite aux difficultés israéliennes pour se faire approvisionner en gaz par l’Égypte (et après que l’Égypte ait réclamé une hausse du prix du gaz a la livraison), le gouvernement de Jérusalem a finalement accéléré les travaux d’acheminement du gaz découvert a 90 km de Haïfa, dans les eaux territoriales israéliennes. Il y aurait dans le puits de Tamar au moins 180 milliard de mètres cube de gaz naturel, soit pour 30 milliard de dollars d’exploitation.

Ainsi, le ministère de l’Intérieur a finalement émis une licence pour la pose d’une canalisation sous-marine, un gazoduc dernière génération, qui reliera la plateforme de forage au port d’Ashdod. La livraison était prévue à Hadera, mais la licence n’a pu être donnée a la ville pour plusieurs raisons non dévoilées par le gouvernement.

 

Le début des travaux du gazoduc, prévu le 15 septembre, impliquera 14 navires et pas moins de 2.509 ouvriers et ingénieurs. Les premiers mètres cubes devraient circuler des février 2013.

A ce rythme là, en ajoutant les gisements terrestres de pétroles présents sur ses terres, il est permis de se demander si Israël ne va pas devenir le premier producteur mondial d’hydrocarbures planétaire du siècle à venir !

 

(1) D’autres sources parlent quant à elles, le lendemain de l’article de Globes, de 1318 (!!) milliards de mètres cubes.

 

 

Repost 0
mordeh'ai - dans Revue de presse
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 14:50
15-09-2011

 

 

Une petite vidéo sous-titrée en français, dite par le vice-ministre des Affaires étrangères israélien Danny Ayalon, pour bien comprendre la réelle raison du conflit proche-oriental.

Merci à Aschkel.info pour la traduction française.

Repost 0
mordeh'ai - dans video
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 14:07

par Meir Ben-Hayoun

http://www.israel7.com/

15/09/2011

 

Des citoyens arabes d’Israël de Dabouriyeh dans le Nord du pays ont planifié un attentat. Ils n’ont pas eu le loisir de le mettre à exécution. Cette information a été autorisée à la diffusion ce matin, mardi 15 septembre.

Arrêtés au cours de ces deux dernières semaines, Les suspects planifiaient, entre autres, de tuer un militaire et un policier résidents de Dabouriyeh, afin de s’emparer de leurs armes et ainsi, perpétuer d’autres attentats dans l’avenir.

 

 

Cellule terroriste de citoyens arabes d’Israël

 

Les membres de cette cellule sont Aslam Abd Al Kader Halil Atrash, 24 ans, étudiant qui habitait jusqu’à récemment à la cité universitaire de l’Université de Haïfa, Mahdi Khaled Saadi Massalha, 21 ans d’Abou Ghosh, Ali Fouad Ibrahim, 20 ans étudiant au Technion, le prestigieux Institut technologique de Haïfa, Ibrahim Souhil Mahmoud Akhtilath, 21 ans, Ismaïl Ibrahim Amin Akhtilath, 23 ans.

Interrogés par les Services de Sécurité générale (Shabak), les suspects ont reconnu appartenir à Al Salafiyah Al Ddjihadiyah, un des courants de l’islamisme délirant qui prêche le retour aux sources les plus primitives, la lutte violente contre Israël, contre l’Occident et contre les régimes arabes qui n’appliquent pas à la lettre la Chariyah.

Repost 0
mordeh'ai - dans Sécurité
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 12:22

Par Isi Leibler                                                                                                                                          

ileibler@netvision.net.il

 http://wordfromjerusalem.com/?p=3095

8 Septembre 2011 

Adaptation française de Sentinelle 5771 ©                                                        

 

Le 20 septembre, la vaste majorité des 193 pays membres des Nations Unies vont probablement « reconnaître » un Etat palestinien.

 La “reconnaissance” ne sera pas accompagnée de mises en garde sur le démantèlement des organisations terroristes de l’AP comme les ‘Brigades des Martyrs d’Al-Aksa’ ou la fin de l’incitation à la haine et au meurtre de Juifs et d’Israéliens qui envahit tous les niveaux de la société palestinienne. Il n’y aura aucune demande de démilitarisation. Pas plus que les négociations de l’AP pour s’unir avec le Hamas génocidaire ne seront entravées. Les Palestiniens ne seront pas obligés de reconnaître Israël comme un Etat juif et continueront d’exiger le droit des Arabes d’y retourner.

 La reprise de négociations avec Israël est improbable parce que les Palestiniens réalisent que leurs objectifs peuvent être plus efficacement atteints en faisant monter la pression internationale sur nous pour que nous fassions davantage de concessions unilatérales – et nous démanteler par étapes.

 Cet épisode sera suivi par Durban III, un festival de haine soutenu par l’ONU conçu pour délégitimer et diaboliser l’Etat juif. Le principal participant sera le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, qui a prédit récemment que la reconnaissance par l’ONU d’un Etat palestinien représentera la première étape vers l’élimination inévitable de l’Etat juif. Comme les précédentes réunions en 2001 et 2009, cette soi-disant « conférence antiraciste » se concentrera essentiellement sur le crachat de venin sur Israël.

 Les fondateurs des Nations Unies, qui après la défaite du nazisme, ont adopté la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, n’auraient jamais pu entrevoir que l’organisation qu’ils ont créée deviendrait contrôlée par des dictatures et des tyrannies et serait transformée en une plateforme de promotion du génocide.

 Cela a été illustré par le représentant libyen servant de président de l’assemblée Générale de l’ONU en 2009, suivi en juillet de la même année par le Qatar avec l’Iran comme vice-président ; le président génocidaire iranien Mahmoud Ahmadinejad s’est adressé de façon répétée à l’Assemblée Générale comme un hôte honorable ; la Corée du Nord, proliférateur connue d’armes nucléaires, a été élue pour présider la Conférence sur le Désarmement ; et l’Iran, trop fameuse pour la lapidation de femmes pour adultère, a été nommée à la Commission de l’ONU sur le Statut des Femmes.

 Mais rien ne surpasse l’étrange Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, dont 80 % des membres, selon l’index de ‘Freedom House’ de 2010, est composé de pays « non libres » ou partiellement libres. Sans surprise, des canailles sont nommées à des positions d’autorité. Ainsi nous avons Richard Falk, le rapporteur spécial de l’ONU sur les droits de l’homme dans les territoires palestiniens, qui a déclaré que les USA ont soutenu et exécuté les attaques du 11 septembre 2001, et qui a aussi récemment mis en ligne un dessin animé antisémite sur son site Internet. Son Comité consultatif est présidé par la marocaine Halima Warzawi, qui avait auparavant bloqué une tentative de condamnation de Saddam Hussein pour avoir gazé 30.000 Kurdes. Il comprend aussi le suisse Jean Ziegler, qui a fait l’éloge de Fidel Castro et du dictateur du Zimbabwe Robert Mugabe ; il est le cofondateur du « Prix Khaddafi International pour les Droits de l’Homme – dont les récipiendaires comprennent le négationniste de l’Holocauste Roger Garaudy, Louis Farrakhan et Hugo Chavez.

 Le bavardage sur les droits de l’homme initié par des Etats tyranniques qui infligent de monstrueuses injustices à leur propre peuple représente l’hypocrisie ultime. Les exemples abondent : la Libye a mis en avant une motion « pour mettre fin à toutes formes de discrimination raciale » ; l’Iran a appelé les USA à assurer l’application de la loi humanitaire internationale ; La Chine a exigé de mettre fin à la « force excessive par des organes d’application de la loi » ; et la Corée du Nord a appelé à l’interdiction de la torture./ Dans ce Conseil des Droits de l’Homme dégénéré de l’ONU, un environnement de pogrom domine, avec 70 % de toutes les résolutions dirigées contre Israël./ Cela s’applique aussi à l’Assemblée Générale, où la diabolisation, la délégitimation et l’attribution de tous les malheurs du monde à l’Etat juif sont une réminiscence du Moyen Age, où l’on reprochait aux Juifs d’être la source principale de tous les maux auxquels l’humanité était confrontée.

 Daniel Pipes estime que le nombre total de morts dans les conflits mondiaux depuis 1950 dépasse 85 millions./ Les 50.000 morts du conflit arabo-israélien comptent ainsi pour moins de 0.05 % du total. A ce jour, alors que des centaines de milliers de gens à travers le monde sont massacrés ou se voient refuser les droits humains élémentaires, l’ONU hypocrite n’a pas commandé de rapport d’une quelconque Commission Goldstone pour enquêter sur de tels massacres, mais elle consacre sans vergogne la plus grande part de son énergie à condamner les implantations israéliennes ou les constructions dans la Jerusalem juive.

 Hélas, d’abord du fait de la ‘Real Politik’, les pays de l’Europe des « lumières » - dont le sol est gorgé de sang juif depuis 2.000 ans, avec la culmination de l’Holocauste – sont au mieux, enclins à s’abstenir, mais plus récemment, ils ont adopté des résolutions anti-israéliennes primaires.

 Aussi comment devons-nous répondre au vote à venir sur l’Etat palestinien ? Nous devons nous mettre d’accord ensemble sur le fait que nous ne parviendrons jamais à la justice aux Nations Unies. La combinaison de pays islamiques, d’Etats voyous et de dictatures garantit que les résolutions les plus extrémistes contre Israël seront toujours largement soutenues.

 Reprocher au Premier ministre Benyamin Netanyahou l’état de affaires publiques parce qu’il n’est pas parvenu à un « plan » est tout simplement de la démagogie politique primitive. Quel « plan » au-delà de concessions unilatérales suicidaires pourrait être conçu pour satisfaire les Palestiniens ? Mais nous ne devons pas paniquer. Malgré la politique actuelle du président Barack Obama de négociation et de conciliation avec les extrémistes et les Etats islamiques, les USA empêcheront presque certainement le conseil de Sécurité de l’ONU d’imposer des sanctions et des boycotts contre Israël.

 Contrairement aux remarques hystériques récentes du ministre de la défense Ehud Barak, cela n’est pas un “tsunami diplomatique”, et nous devons prendre avantage de la plateforme de l’ONU pour porter le dossier d’Israël à nos amis et alliés.

 Nous devons garder à l’esprit que l’Assemblée Générale de l’ONU peut faire des proclamations, mais elle ne peut pas « créer » un Etat ou changer le statut sur place. A côté de cela, en l’absence de la protection de Tsahal à l’AP corrompue - un Hamastan génocidaire la chasserait – situation que même la plupart des pays européens ne souhaitent pas imposer à la région.

 Aujourd’hui, la plupart des Israéliens accepteraient un Etat palestinien – à condition que les Palestiniens répondent aux questions mentionnées dans le paragraphe liminaire de cet article. Jusqu’à ce qu’Abbas veuille bien reconnaître l’Etat juif et renoncer au « droit de retour », même Obama sera obligé d’exercer le veto américain au Conseil de Sécurité. Et si les Palestiniens recourent à la violence – Abbas a appelé à une « résistance populaire du type du Printemps Arabe » - nous devons nous préparer à vaincre nos adversaires comme nous l’avons fait dans le passé.

 Du côté positif, il y a des grondements au Congrès des Etats Unis reflétant une frustration fondamentale pour les 7.7 milliards de $ de fonds prélevés sur les contribuables américains et fournis à l’ONU, en dépit du fait que les objectifs originaux et nobles de l’Organisme mondial ont été inversés et qu’il a été transformé en une organisation dépravée.

 Ileana Ros-Lehtinen, présidente de la puissante Commission des Affaires Etrangères du Parlement au Congrès, maintient que l’ONU n’a plus aucune crédibilité comme force de paix au Moyen-Orient. Elle s’oppose « au paiement par les USA d’un cinquième des factures de l’ONU pour ses activités anti-israéliennes comprenant le Conseil des Droits de l’Homme, une galerie de voyous dominée par des transgresseurs des droits de l’homme qui en use pour ignorer les véritables abus et s’attaquer à la place de façon incessante à Israël ».

 Elle remarque que « à l’ONU, l’argent parle et la rétention [d’information] fonctionne », remarquant qu’en 1989 Yasser Arafat pressa pour être membre à l’ONU en tant qu’ « Etat palestinien », mais son initiative fut stoppée aussitôt quand l’administration de George H.W. Bush (le père) menaça de couper le financement des USA à toute entité de l’ONU qui augmenterait le niveau du statut de la mission palestinienne.

 Elle a conclu qu’avec l’administration Obama refusant d’augmenter le financement américain pour défendre les intérêts des USA, le Congrès doit combler le fossé. Ainsi le 30 août, avec 57 co-signataires, elle a soumis le projet de loi de Réforme, de Responsabilité et de Transparence des Nations Unies, qui mettra fin aux contributions des USA à toute entité de l’ONU élevant le statut de la mission palestinienne.

 La loi demandera aussi que les USA se dissocient et cessent de financer le Conseil des Droits de l’Homme jusqu’à ce qu’il abroge sa résolution anti-israélienne permanente. La loi gèlera les contributions aux activités de l’ONU liées au rapport diffamatoire Goldstone et au festival de haine de Durban, et elle suspendra le soutien à l’UNWRA jusqu’à ce qu’elle ait cessé d’employer des terroristes.

 Ros-Lehtinen a déclaré qu’elle promouvait cette résolution « au nom de notre allié Israël et de toutes les démocraties libres, au nom de la paix et de la sécurité. Et afin de parvenir à une ONU qui respecte ses principes fondateurs »./ Le Sénat bloquera probablement cette résolution avec une marge étroite, et l’administration Obama amèrement condamné le projet de loi, auquel elle opposerait sans doute un veto.

 Mais le fait qu’une telle résolution puisse être soumis par la présidente de la Commission des affaires étrangères du congrès démontre une frustration croissante par rapport à l’ONU, qui pourrait plus tôt que prévu conduire à une confrontation avec cette odieuse organisation.

 Le Congrès est le phare brillant dans la difficulté actuelle à laquelle nous nous faisons face. A long terme, alors que le public américain perd de plus en plus ses illusions au sujet de l’attitude obséquieuse de l’administration Obama envers l’ONU décadente et partiale, il y a l’espoir que l’intervention du congrès réussira en définitive dans l’usage d el’influence des USA pour mettre fin à un comportement aussi scandaleux.

 Pendant ce temps, nous devons rester résolus et tenir fermes.

 

Repost 0
mordeh'ai - dans Point de vue
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 08:51

14 septembre 2011

par Guy Millière

Reproduction vivement encouragée, avec les mentions et le lien suivant : © Guy Millière pour www.Drzz.fr/

 

A peine le onze septembre est-il passé qu’il importe de se confronter à la réalité du lendemain, que dis-je : à la réalité des jours qui ont précédé.

 Le dix septembre, des islamistes excités (pléonasme) ont tenté de prendre d’assaut l’ambassade d’Israël au Caire.  Au cours des jours qui ont précédé, le premier ministre turc s’est livré à des déclarations incendiaires qui équivalaient à une déclaration de guerre tiède avec Israël, et il a continué dans la même veine le onze, puis le douze septembre. 

 Le douze a été le jour où l’Iran a annoncé la mise en marche de la centrale nucléaire de Bushehr. Une agression anti-israélienne s’est produite encore sur la frontière avec le Sinaï.

 Les tirs émanant de Gaza ont cessé. Pour le moment.

 Mais le 20 septembre approche rapidement, et chacun sait ce qui se passera le vingt septembre : plus de cent quarante pays voteront aux abomi-nations unies pour la reconnaissance d’un Etat palestinien sans frontières définies, ayant pour capitale Jerusalem Est, et il y aura parmi ceux qui émettront un vote favorable plusieurs pays européens. Au Conseil de Sécurité, un seul pays émettra son veto : les Etats-Unis, et ce sera à contrecoeur ; ni la France ni la Grande-Bretagne n’auront la dignité minimale de faire ce geste. Il est vrai que dès lors qu’on porte des islamistes au pouvoir en Libye, il n’y a pas de raison de ne pas être cohérent lorsqu’on passe au Proche-Orient. L’anomalie est la présence de troupes françaises et britanniques en Afghanistan : c’est une incohérence qui sera corrigée pour ce qui concerne la France si un Président socialiste entre à l’Elysée.

 Au lendemain du vingt septembre, les abomi-nations unies verront se tenir, au nom usurpé de la lutte contre le racisme, la conférence de Durban III. Je ne sais quel jour Mahmoud Ahmadinejad parlera, mais ce qui est certain est qu’il parlera, et qu’il recevra une ovation chaleureuse.

 Dans les jours qui suivront, je m’attends à des émeutes anti-israéliennes en de multiples endroits, à des manifestations en plusieurs capitales d’Europe, à une montée en puissance des organisations appelant au boycott d’Israël, à l’organisation de petites nuits de cristal dans diverses villes.

 Puis viendront les élections en Tunisie et en Egypte, et les résultats sont très prévisibles. Le parti En-nahda aura, en Tunisie, vingt, peut-être trente pour cent des voix, et pourra continuer à disséminer son venin. En Egypte, les Frères musulmans feront quelques pas supplémentaires vers le pouvoir absolu. Dans les médias français, on parlera de victoires de la démocratie. En Syrie, la situation semble se stabiliser, et Bachar Al Assad restera sans doute au pouvoir. Quelques mois encore, et on le trouvera à nouveau fréquentable. Un allié de l’Iran ne peut qu’être fréquentable, non ?

 Jamais Israël, depuis sa (re)naissance n’a été à ce point isolé. Jamais l’islam radical n’avait remporté autant de batailles successives. Jamais, depuis que l’islam radical a déclaré la guerre à la civilisation occidentale, celle-ci n’a paru aussi désarmée.

 Quand Oussama Ben Laden a décidé des attentats du onze septembre, il pensait, et il l’a dit, que le monde occidental n’aurait pas l’endurance et la constance dans le courage qui lui permettrait de l’emporter. Il ne s’était pas trompé pour ce qui concerne l’Europe : les derniers dirigeants européens debout, Tony Blair et Jose Maria Aznar, ont quitté leurs fonctions. Et il ne reste que des serpillières.

 Il s’était trompé concernant les Etats-Unis : George Walker Bush incarnait encore une Amérique digne. Il savait pouvoir compter sur la gauche américaine, et la gauche américaine a exaucé ses vœux : la campagne pour porter Barack Obama au pouvoir a commencé dès 2001. Nous sommes dans les années Obama, et dans les effets de la doctrine Obama. J’ai énoncé plusieurs fois cette doctrine. Je le fais à nouveau : placer les Etats-Unis en retrait sur la surface du monde et laisser le monde être gouverné par les abomi-nations unies et par un cartel de dictatures. Pour ce qui concerne le Proche-Orient : rendre la région plus sûre pour l’islam radical et avancer vers l’effacement d’Israël. La région est désormais plus sûre pour l’islam radical. Israël a un gouvernement qui ne se fait, fort heureusement, aucune illusion, et qui ne courbe pas l’échine de manière suicidaire. Mais Israël est seul, isolé, oui.

 Comme je l’ai dit ce dimanche à Lyon, pour une journée de formation organisée par le Crif, en compagnie de Richard Prasquier, Jacques Tarnero et Clément Weil-Raynal, c’est un orage, et Israël doit tenir. Mais cela me semble honteux qu’Israël doive tenir seul, entouré par les fruits infects et purulents de la doctrine Obama.

 Les jours d’Obama à la Maison Blanche me semblent comptés.

 J’ai, cela dit, regardé le débat républicain organisé par CNN et les Tea Parties lundi 12 septembre, et ma confiance en une victoire républicaine a été légèrement ébranlée. Les sept autres candidats s’en sont pris à Rick Perry, ce à quoi on pouvait s’attendre. Mais Rick Perry m’est apparu comme n’étant pas excellent dans un débat : c’est effroyable, car face à Obama le charlatan, il faut être excellent.

 Mitt Romney m’est apparu plus à même de tenir le choc d’une confrontation. Et c’est effroyable aussi, car Mitt Romney est un candidat aux idées moins cohérentes et moins conservatrices.

 La campagne est en cours et je ne l’oublie pas ; ce qui est en jeu est bien davantage que les Etats-Unis. Si Obama devait être réélu, c’en serait fini de bien davantage que les Etats-Unis, et, pour le coup, Israël aurait beaucoup à craindre. Cela pourrait devenir plus qu’un simple orage.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PS : On m’a demandé si je pensais que la Turquie pouvait entrer en guerre avec Israël. Ma réponse a été : non. La Turquie aurait trop à y perdre. Car elle dépend économiquement de ses échanges internationaux.

La Turquie essaie de se placer en chef de file du monde sunnite, et cela implique pour Erdogan de s’en prendre verbalement à Israël. Au delà de 2012, si Obama restait à la Maison Blanche, ma réponse pourrait être différente.

 ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Repost 0
mordeh'ai - dans Revue de presse
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 13:17

par Jacques Kupfer

http://www.israel7.com/

13/09/2011

  

Après plus de trois décennies de présence au Caire, l’Ambassade israélienne a été attaquée par la foule arabe. Après plus de trente ans de paix, certes froide, les hordes arabes hurlent leur haine d’Israël dans les rues égyptiennes. Il a suffi de la chute d’un Moubarak et de la sortie de l’ombre des Frères Musulmans pour que se déchaîne à nouveau la haine et que les cris de guerre se fassent entendre. La génération qui n’a pas encore combattu Israël, qui n’a pas encore connu de défaite sort dans la rue contre le Juif et son état. C’est ce que Sarkozy salue sous la dénomination de « Printemps arabe ». Dans une allocution commémorative de l’attentat du 11 septembre à New York, Sarkozy a estimé que les récentes émeutes dans les pays arabes étaient une réponse à l’attentat terroriste contre les « Twin Towers ». Lamentable erreur. Le « printemps arabe » n’est pas la réponse à l’attentat mais il en sera la prolongation. La révolution de la place Tahrir est terminée et le régime qui était plutôt enclin au rapprochement avec l’Occident s’est écroulé sous les appels des muezzin et la lâcheté européenne. On attend toujours les excuses que doit présenter le régime égyptien et que devrait exiger le gouvernement israélien!

 La glorieuse révolution « démocratique » de Tunisie a laissé la place aux manifestations pogromistes contre la synagogue de Tunis et au saccage ce celle de Sfax. Les hurlements anti-juifs qui restaient dans les gosiers arabes sont sortis et ne seront tempérés que par le reflux des touristes. C’est certainement ce que Sarkozy appelle la démocratisation arabe

 

Islamiste « modéré »…

 La Turquie qui avait le bonheur de bénéficier de l’héritage laïc d’Ata Turc a désormais hérité d’un Erdogan. « Islamiste modéré », nous avait-on assuré pour calmer les appréhensions occidentales. Comme si islamiste et modéré pouvaient coexister dans la même expression! Le statut de musulman « modéré » permet à Erdogan de massacrer sa population kurde, de maintenir l’occupation illégale de Chypre, de limoger les cadres supérieurs de l’armée turque qui empêchait la dérive du système vers une société musulmane radicale. Le monde se tait et cela permet au nazillon d’Ankara de menacer Israël et de briser les relations bilatérales florissantes avant l’arrivée au pouvoir de son parti obscurantiste. Erdogan signe d’ailleurs un traité de sécurité militaire avec l’Egypte.

 En fait, outre toutes les bonnes raisons internes pour détourner l’opinion des vrais problèmes de la Turquie, subsiste la volonté islamique de considérer l’Etat Juif comme le Juif, c’est-à-dire un « dhimmi ». C’est la raison pour laquelle Israël devrait présenter des excuses pour avoir osé se défendre contre l’agression de la flottille turque! Sur les murs de Bethlehem, quasiment vidé de sa population chrétienne, apparaissent les slogans : « D’abord ceux du Samedi, ensuite ceux du dimanche ». Les « croisés » n’ont pas encore compris que nous sommes le seul et dernier rempart face à la barbarie musulmane.

 Inutile de rappeler les élans vers la démocratie qui ont poussé les Etats-Unis et la France à aider au renversement du Shah d’Iran pour libérer le peuple iranien et lui permettre d’accéder à la démocratie. De Nauphle-le- Château où la France lui avait donné asile et soutien, Khomeiny a établi un régime islamique et son successeur Ahmedinjad défie le monde et surtout Israël avec sa vocation atomique.

 

Le glorieux OTAN…

 La glorieuse aventure militaire de l’Otan (qui sous l’impulsion de Sarkozy et de son philosophe de service n’a pas encore réussi à faire tomber le dictateur Kadhafi après plus de cinq mois d’intenses bombardements et de soutien à une junte nouvelle libyenne) a porté ses fruits. Des missiles de l’arsenal libyen ont été vendus par les nouveaux maîtres de Tripoli aux terroristes du Hamas et les missiles russes perfectionnés sont actuellement pointés sur nos villes israéliennes. Encore une puissante démonstration de ce que Sarkozy appelle le « Printemps arabe ». Le nouveau gouverneur de Tripoli est un membre influent d’Al Quaïda et les services de l’Otan reconnaissent que des bataillons d’Al Quaïda ont combattu contre Mouammar Kadhafi. Les responsables des insurgés amis de Sarkozy viennent de déclarer que la nouvelle constitution libyenne serait fondée sur l’Islam. Tout un programme de démocratie et de progressisme!

 Il ne s’agit bien entendu pas de pleurer sur le sort des dictateurs arabes déchus ni de les regretter. Toutefois pour ceux qui ne cherchent pas à ramasser des voix arabes dans les banlieues françaises et qui ne veulent pas pactiser avec la « racaille » interne ou externe, il serait temps de faire quelques constatations.

 Ce qui est mauvais dans un pays musulman ne peut qu’empirer. L’islam, dans les pays de la Ligue arabe ou dans les territoires conquis du 93 ou de Tottenham, n’est pas soluble dans la démocratie.

 Le soutien financier de plus de 80 milliards d’Euros que les pays de la vieille et décadente Europe s’apprêtent à verser aux pays arabes ayant réalisé « la révolution » ne sont que le prix du racket payé par des pays pleutres qui n’ont même plus le courage de regarder la réalité en face. Les pays arabes ont obtenu l’indépendance il y a des décennies et bénéficient de considérables ressources financières dues au pétrole et au gaz. A quoi ont servi ces ressources financières et dans quel état vit la population? Où sont ces mesures sociales en faveur de la population qui croupit dans son ignorance, sa misère et son endoctrinement de haine religieuse?

 

Corruption…

 Des montants supplémentaires venus d’occident ne serviront qu’à permettre aux nouveaux dirigeants de se constituer un pécule identique à celui des anciens dictateurs et à bénéficier de la corruption à leur avantage exclusif.

 L’argent alloué aux régimes « nouveaux » alimentera bien entendu les caisses des groupes terroristes.

 On peut se demander si les mesures de soutien aux futurs nouveaux dictateurs arabes et le méprisable lâchage de ceux qui hier encore pavoisaient sur le perron de l’Elysée et dans les salons de la diplomatie mondiale, sont la conséquence d’un mercantilisme à court terme, d’une débilité politique profonde, d’un aveuglement d’autruche peureuse ou d’un antisémitisme forcené. Poser la question c’est y répondre et la réponse peut être une accumulation de plusieurs de ces hypothèses.

 L’islam est redevenu une idéologie politique de conquêtes, de guerre, de djihad et non une religion. Là où passe l’islam, trépassent la liberté et la civilisation.

 La France avait toujours une politique arabe et le Quai d’Orsay a toujours été un vivier pro arabe et antisémite. Ce n’est plus la politique arabe de la France mais la politique de la France arabe. C’est ce que confirmera le vote à l’ONU pour la création fictive d’un pays virtuel mais d’une réelle entité antisémite et terroriste.

 L’Europe sarkozienne a une capitale: Munich.

Repost 0
mordeh'ai - dans Tribune libre
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 10:21

14 Septembre 2011

http://danilette.over-blog.com/

petit rappel pour les "ignorants de bonne foi"

    

    Voici le drapeau palestinien proposé                                  Voici le drapeau jordanien

 

Quelqu'un peut-il m'expliquer pourquoi ces deux drapeaux sont presque identiques ?

 

Quand les gens disent que la Jordanie (d'abord appelée Trans-Jordanie) est un état arabe palestinien, ils ont raison ! Les 3/4 du territoire de la Jordanie actuelle sont formés du territoire de la "Palestine" antérieure. Bien qu'ils s'appellent Jordaniens, les habitants de Jordanie ne sont pas globalement différents culturellement, ethniquement, historiquement et religieusement des Arabes palestiniens de "Cisjordanie".

Même le drapeau jordanien et le drapeau proposé pour le 2ème état arabo-palestinien de Cisjordanie et Gaza sont presque identiques ! Si donc eux-mêmes se sentent appartenir au même peuple, pourquoi nous, devrions-nous tomber dans le mensonge différenciant les Arabes palestiniens de la rive occidentale du Jourdain de ceux de la rive orientale ?

Jamais dans l'histoire les Arabes n'ont utilisé le terme latin "Palaestina" ou Palestine. Les Arabes ne peuvent pas prononcer ce nom car le son "P" n'existe pas en arabe. En 1920, quand la Société des Nations a crée ce territoire et l'a nommé "Palestine", les Arabes ont commencé à appeler cette terre "Falestin" mais ce territoire ne s'est jamais appelé Palestine dans la langue arabe des habitants arabes !

Les Arabes locaux ne se sont jamais appelés "Palestiniens", même pas pendant le mandat britannique. Les dirigeants arabes et britanniques se réferraient à eux comme des "Arabes" ! Les habitants arabes ont toujours été appelés "Arabes". Une recherche informatisée du rapport Hope-Simpson publié en 1930 montre que le terme "Palestinien" ne figure nulle part dans ce rapport comme substantif. Les termes utilisés sont «Arabes palestiniens», «Juifs palestiniens", et "Chrétiens palestiniens".

 

Autres exemples :

 a) "The Jerusalem Post", un journal juif, a été appelé «Palestine Post» depuis sa fondation en 1932 jusqu'en 1950.

 b) En 1923, Pinhas Rutenberg (juif) a fondé la Société Palestine Electric, qui deviendra plus tard l'Israel Electric  Corporation. 

 c) Il y avait l'orchestre juif le "Palestine Symphony Orchestra".

 d) Durant la deuxième guerre mondiale, les Britanniques ont formé une Brigade juive, pour combattre les puissances de l'Axe, elle est connu par les Anglais comme la Brigade palestinienne

 

Les Israéliens d'un certain âge se souviennent tous que eux, les Juifs, étaient appelés "Palestiniens" avant 1948

et que les Arabes refusaient en bloc cette appellation pour eux-mêmes, ils se nommaient alors tout simplement "Arabes",  le terme Palestinien était péjoratif puisque porté par les Juifs...

 

La propagande arabe a été tellement efficace que plus personne ne se penche sur les sources historiques, voyons un peu : lire la suite

Repost 0
mordeh'ai - dans Histoire