Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 16:01

Par Dore Gold

Pour Israel Hayom

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=1106

30 Décembre, 2011

Adaptation Mordeh'aï © 2011 pour le blog malaassot

http://malaassot.over-blog.com/

 

Une des questions les plus difficiles à laquelle l'Occident doit répondre dans les années à venir c’est de savoir si le comportement iranien sera influencé principalement par des considérations rationnelles ou par des croyances idéologiques. Aucune question n'est plus importante pour les analystes de ce pays, surtout si l'Iran franchit le seuil nucléaire en 2012,comme le secrétaire à la Défense Américain, Leon Panetta, le prévoit.

 

Dans le Haaretz, du 20 décembre, Reuven Pedatzur s’est clairement positionné aux côtés de ceux qui disent qu'un Iran doté d'armes nucléaires agirait de façon rationnelle. Pedatzur prend ce pari pour une étape plus lointaine et suggère que la possession d'armes nucléaires pourrait encourager le régime à la modération.

Pedatzur est en bonne compagnie. Le commentateur principal des affaires internationales aux Etats-Unis, Fareed Zakaria, croit aussi qu'un Iran nucléaire agirait rationnellement et pourrait être dissuadé. Il note que la Garde Révolutionnaire est devenue le centre de pouvoir dans la prise de décisions iraniennes, migration du leadership religieux. Il indique que le Secrétaire D'État Hillary Clinton a tenu compte de ce développement et a averti que l'Iran se dirige vers "une dictature militaire." Elle est presque soulagée par ce développement, notant que puisque l'on peut s'attendre à ce que des régimes militaires agissent sur la base d'un instinct - "l'instinct de conservation," mais répondront-ils rationnellement à la force de dissuasion nucléaire.

 

Paul Pillar, qui était l'un des analystes en chef de la CIA pour le Moyen-Orient, a ajouté, en insistant que les Iraniens agissaient par "pragmatisme et même avec prudence". Ecrivant sur le site d'Intérêt National en Septembre dernier, il ajoute que pour répondre à cette question à propos du comportement iranien, il est nécessaire de regarder le dossier des activités iraniennes sur le terrain. Pillar a raison de regarder le bilan iranien, mais il ne mène pas nécessairement l'observateur objectif à conclure que les Iraniens se comportent rationnellement, comme il le propose.

 

Prenez la guerre d'Iran-Iraq comme un exemple. Saddam Hussein a envahi l'Iran en 1980 et a occupé de grandes étendues du territoire iranien. Il était logique pour l'Iran de riposter et de reprendre ses territoires, et l'Iran a réussi à le faire en 1982, après deux années de guerre. Mais il a décidé de ne pas mettre fin à la guerre ce moment-là; mais plutôt, de mener la guerre contre l'Irak encore six ans de plus, jusqu'à la mi-1988, et a perdu par conséquent des centaines de milliers de soldats iraniens pour résultat. Les Iraniens ont envoyé des enfants contre les positions irakiennes et les champs de mines armés de promesses de "clefs pour le Paradis". Ils ont embauché des acteurs habillés comme pour le retour de l'Imam Caché, ou Mahdi, pour mener les officiers de la Garde révolutionnaire sur champ de bataille.

Ray Takyeh, un des principaux experts américains sur l'Iran qui a travaillé au Département d'Etat, a observé que c'était la Garde Révolutionnaire qui avait voulu continuer la Guerre Iran-Irak même après que l'Ayatollah Khomeini ait décidé d'accepter un cessez-le-feu avec Saddam Hussein. En 1988, alors que les Irakiens lançaient des missiles Al-Hussein sur Téhéran, Plutôt que d'agir rationnellement, Mohsen Rezai, le commandant de la Garde Révolutionnaire, a recommandé à l'échelon politique de poursuivre le combat. Étant donné les circonstances, la Garde révolutionnaire a été le facteur le plus militant dans la décision iranienne, apparemment sans se soucier de protéger la vie de milliers d'Iraniens par un cessez-le-feu.

 

Mais la position de la Garde Révolutionnaire en 1988 pourrait avoir aussi été basé sur des considérations idéologiques.

 

Depuis 2005, avec l'élection de Président Mahmoud Ahmadinejad, il y a eu beaucoup de spéculation au sujet du facteur religieux dans la prise de décisions iraniennes. Ahmadinejad, qui est arrivé au pouvoir avec le soutien total de la Garde Révolutionnaire, a parlé régulièrement de l'arrivée imminente du Mahdi, qu’il a expliqué peut être rapidement par les conditions de chaos mondial. Ces vues devraient-elles être prises au sérieux? Quelles sont les points de vue des officiers supérieurs de la Garde Révolutionnaire qui contrôlent les forces balistiques de l'Iran et des programmes de recherche nucléaires?

 

Mehdi Khalaji, qui travaille maintenant pour l'Institut de Washington pour la politique au Proche-Orient, a étudié pendant 14 ans dans les séminaires chiites de Qom et a essayé de répondre à cette question. Il confirme qu'il y a des factions dans la Garde révolutionnaire qui ont des tendances apocalyptiques et se considèrent comme "des soldats du Mahdi". On connaît les Ecclésiastiques qui soutiennent ce messianisme chiite, comme l'ayatollah Mesbah-Yazdi, et sont connus pour être utilisés par la Garde révolutionnaire pour l'endoctrinement de leurs officiers. Mais personne n'a dressé la carte de ce phénomène avec une quelconque certitude sur le degré de pénétration de ces idéologies dans l'élite de l'armée iranienne.

 

Le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, a été critique de la causerie d'Ahmadinejad sur le Mahdi, mais il lui-même a été formé dans le séminaire Mashhad qui a la soutenu ce genre de spéculation de fin du monde. Ainsi, après l'étude de cette question, Khalaji ne peut pas dire avec certitude comment l'Iran se comportera avec des armes nucléaires: «Il est très difficile de répondre à la question de savoir si les dirigeants iraniens sont entraînés par des convictions religieuses, ou s'ils utilisent seulement les croyances religieuses pour justifier des postures non religieuses ».

 

La rationalité de leaders iraniens est toujours une question ouverte. Ce serait une erreur de simplement supposer qu'ils adopteront les doctrines de force de dissuasion de l'Occident - devraient ils franchir le seuil nucléaire......

Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 18:26

Par Gavriel Queenann

http://www.israelnationalnews.com/

29/12/2011,

Adaptation Mordeh'aï ©2011

http://malaassot.over-blog.com/

 

L'administration Obama veut qu’Israël libère le multi-terroriste Marwan Barghouti afin qu'il puisse se présenter aux élections. Elle veut en faire le "Roi de Ramallah" 

 

L'administration Obama tente de convaincre Israël de libérer archi-terroriste et meurtrier de masse, Marwan Barghouti.

 

Selon le Hamas cité par le quotidien Al Qods, Washington considère Barghouti comme son candidat préféré pour le Fatah contre le Hamas pour les élections de l'Autorité palestinienne (en mai 2012).

 

"Une délégation américaine de haut niveau a régulièrement discuté avec des responsables à Tel-Aviv la possibilité de libérer Al Barghouti du Fatah pour le conduire contre le Hamas aux prochaines élections", le quotidien n'a pas déterminé, les sources.

 

La Une d’Al-Quds de la correspondance intervient alors que les capitales arabes sont en effervescence avec les informayions que président de l'AP Mahmoud Abbas ne briguera pas un nouveau mandat, et quittera l'Autorité palestinienne. Washington et le Fatah qui sont concernés n'ont personne sur le terrain contre le Hamas.

 

Cependant, les services de sécurité sont largement opposés, à la libération de Barghouti, qui a été condamné à cinq peines à perpétuité pour de nombreux meurtres liés au terrorisme en Israël, car ils disent qu’il est responsable d'au moins 21 autres meurtres en Israël. En effet, même la suggestion que Barghouti pouvait être libéré dans le cadre de l’accord pour libérer 1027 terroristes en échange de Gilad Shalit avait créé une tempête d'indignation dans l'Etat juif.

 

Le Premier ministre Benyamin Netanyahou aurait refusé la requête de Washington de libérer Barghouti, âgé de 52 ans appelé le «Prince de la résistance» à Gaza, en Judée et en Samarie en raison de son rôle central dans les deux Intifadas.

 

Les sources disent que "Netanyahu estime que Barghouti est le ‘clone’ de feu le leader palestinien Yasser Arafat et que la paire était impliquée dans la mort de douzaines d’Israéliens pendant la Seconde Intifada,". Selon des sources sécuritaires, plusieurs responsables israéliens, y compris Binyamin Ben Eliezer, et l’ancien ministre de la défense Amir Peretz, ainsi que de hauts responsables de l'agence de sécurité ne s'opposent pas à libérer Barghouti, disant qu'il s’est «engagé pour la paix." Mais les observateurs notent que la pression de Washington à couronner Barghouti ‘roi de Ramallah’ est que l’administration américaine a la conviction que le Fatah est un parti "laïc modéré" désirant faire la paix et qu’il n’a plus de contact avec les durs de l’OLP.

 

Ces dernières semaines l'OLP a ouvertement proclamé une stratégie basée sur "des efforts continus avec la communauté internationale pour garantir la reconnaissance complète et l'adhésion pleine aux Nations unies, poursuivant ainsi la réconciliation interne et entretenant la résistance populaire."

 

L’OLP a également opté d'introniser le Hamas et ses alliés terroristes de Gaza dans ses rangs comme la hausse dans les sondages menant à la prédiction d’une victoire écrasante en mai, même avec Barghouti dans la course, le Hamas gagnera.

 

Pas plus les idéologies du Fatah que celles du Hamas divergent. La charte de l'OLP continue à clamer une «résistance armée» seul chemin à ' Palestinine indivisible ' ce qui ne laisse aucune place pour l'Etat juif.

Repost 0
mordeh'ai - dans Revue de presse
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 13:58

Leur « document de travail » est truffé de clichés et de préjugés sur la société israélienne. Il constitue un pamphlet qui caricature – de façon grossière et grotesque – le peuple juif israélien. Le « document de travail » est – en effet – un mélange de statistiques, partiales et partielles, sorties de leur contexte et d’allégations biscornues. Le « document de travail » passe sous silence les énormes sacrifices que le peuple juif israélien a choisi de consentir, afin que l’Etat hébreu et les Forces de Défense d’Israël puissent garantir la survie du pays.

Le « document de travail » passe également sous silence le fait que de nombreux chrétiens ont obtenu le droit de résider en Israël : des chrétiens coptes ; des chrétiens (et des animistes) du Soudan ; des chrétiens d’Ukraine et de Russie. Il faut croire que ces diplomates ne sortent jamais de leur ambassade ou alors uniquement pour dîner avec de hauts dignitaires arabo-musulmans titulaires d’un passeport israélien. Le « document de travail » n’a pas manqué de soulever l’indignation, et, très franchement, il y avait largement de quoi être « indigné » (pour une fois).

Ainsi, Clément Weill-Raynal, qui réagit avec clarté (extraits adaptés ; lien en bas de page) : « C'est un document secret qui a été rédigé par les ambassadeurs européens en poste en Israël. Dans ce document qualifié de "travail", les diplomates s'inquiètent du sort que l'Etat d’Israël réserve à sa minorité arabe et estiment que l'Europe doit désormais considérer ce problème des "arabes israéliens" comme une question – je cite – qui n'est pas moins importante que celle du conflit israélo-palestinien. Par le biais de cette question, les ambassadeurs s'interrogent également sur la légitimité du caractère juif de l'Etat d’Israël. Ce document constitue, de l'avis même du journal Haaretz qui a révélé l'affaire, une initiative sans précédent, car la question des arabes israéliens est à n'en pas douter une affaire interne à la société israélienne et de surcroît une question sensible. Or, la diplomatie internationale est régie par un principe de base selon lequel "on ne se mêle pas des affaires internes des autres pays, à plus forte raison lorsqu'il s'agit de pays amis et démocratiques" ».

Clément Weill-Raynal : « Pour comprendre l'incongruité de la démarche, imaginez seulement quel serait le tollé si l'ambassade d’Israël à Paris s'inquiétait du traitement que la société française réserve à ses minorités ethniques, aux noirs et aux arabes de banlieues. C'est pourtant ce qu'on fait les ambassadeurs Européens en poste à Tel Aviv. Ils ont même envisagé d'exercer des mesures de pression contre le gouvernement israélien pour qu'ils prennent mieux en compte les aspirations spécifiques des arabes israéliens. L'affaire est tellement énorme que le document circule en fait sous le manteau. Les ambassadeurs Européens l'ont envoyé à Bruxelles sans même en adresser une copie à leurs interlocuteurs israéliens. Il y a dans cette démarche beaucoup de ridicule mais aussi pas mal de mépris et quelques arrière-pensées. Ce document est de surcroit un signal très irresponsable envoyé aux citoyens arabes d’Israël, puisqu'il est en quelque sorte une invitation à la surenchère et à la contestation du caractère juif de l’État d’Israël ».

Clément Weill-Raynal : « Il révèle en tout cas et une nouvelle fois le parti pris anti-israélien des courants dominants de la diplomatie européenne. L'ingérence à ce niveau là est totalement interdite. Si les diplomates européens en place en Israël veulent jouer à ce jeu là, il serait souhaitable que le Ministère de l'intérieur et celui des affaires étrangères israéliens puissent prendre des mesures radicales à l'égard de ces agitateurs qui n'ont rien d'autre à faire sinon s'immiscer dans les affaires internes d'un pays souverain. Ce "document de travail" est indigne et le gouvernement israélien peut et doit en tenir compte. Si ces Messieurs s'ennuient et veulent créer de la discorde, il serait bon qu'ils aillent en poste dans d'autres pays où les droits de l'homme n'ont jamais eu droit de cité. Nous leur suggérons Damas, Téhéran, Le Caire, pour ne citer que ceux là. Que cette affaire très grave à mon sens soit éventée par le Haaretz démontre sans doute qu'il arrive à ces journalistes d'avoir certaines fulgurances sur la gravité de l'isolement de leur pays ».

Clément Weill-Raynal : « Il serait temps que Monsieur Libermann (honni de tous ces européens soucieux de la seule qualité de vie de leurs opprimés arabes), fasse son travail de façon plus scrupuleuse. Je lui suggère une sorte de grève de la diplomatie à l'envers. Ne plus convier ces gras ambassadeurs aux dîners et autres festivités afin qu'ils ressentent une sorte de maladie des langueurs pour leurs patries chéries. Une collaboration réduite au strict minimum. Les arabes israéliens ont une représentativité à la Knesset et jusque dans la Cour Suprême d’Israël. Ce qui peut irriter beaucoup d’Israéliens étant donné le peu de loyauté dont la plupart ont fait preuve durant certains conflits. Nous n'avons, à ce jour, pas remarqué de départs de ces "opprimés" arabes qui ont sans l'ombre d'un doute, un niveau de vie largement supérieur à tous leurs frères de la région. Messieurs les ambassadeurs, nous vous invitons à laisser vos places à une nouvelle génération de diplomates qui ne seront plus à la merci des minorités ethniques de vos pays d'origine et de vos partis de gauche. Faites donc le ménage chez vous avant de donner des leçons aussi méprisantes qu'infondées. De l'air ! Israël est un pays souverain et indépendant » conclut Clément Weill-Raynal (fin des extraits adaptés ; lien en bas de page).

Il faut dire que la dépêche d’agence reprise par divers médias francophones à propos du « document de travail » est effectivement, par les faits qu’elle relate, une dépêche proprement hallucinante (extraits adaptés ; lien en bas de page) : « L'Union européenne s'inquiète des discriminations qui touchent la minorité arabe vivant en Israël dans un document de travail confidentiel des ambassadeurs européens en poste à Tel-Aviv, le premier rapport du genre sur ce sujet sensible. "Nous devons considérer la façon dont Israël traite ses minorités comme un problème central, et pas secondaire, par rapport au conflit israélo-palestinien", souligne ce document de 27 pages ».

La dépêche d’agence : « L'UE n'avait jusqu'à présent pas rédigé de rapport spécifique sur la minorité arabe d'Israël (plus de 1,3 million de personnes), composée des descendants des 160’000 Palestiniens restés sur place en 1948, à l'issue de la guerre qui a accompagné la création de l'État d'Israël. L'UE publie en revanche régulièrement des rapports sur la situation des Palestiniens à Jérusalem-est et en Cisjordanie. Les ambassadeurs européens soulignent qu'il est de l'intérêt même d'Israël, afin de lutter contre ceux qui tentent de le "délégitimer", d'honorer la mission assignée par ses fondateurs d'"un État pluraliste, tolérant et d'une démocratie ouverte, d'un État juif dans lequel les droits des non-Juifs sont respectés" ».

La dépêche d’agence : « Le rapport souligne que les Arabes israéliens, qui représentent aujourd'hui 20% de la population israélienne, sont victimes d'inégalités, notamment dans le domaine économique. "La situation de la population arabe d'Israël est de façon quantifiable plus mauvaise que celle de sa majorité non arabe en termes de revenus, d'éducation, d'accès au logement et à la propriété", peut-on lire dans le rapport. Le document souligne que "les indicateurs économiques récents montrent que la situation économique des Arabes israéliens est statique ou se détériore. Les revenus moyens dans la communauté arabe israélienne en 2008 ne représentaient que 61% de ceux des foyers juifs, contre 69% en 2003" ».

La dépêche d’agence : « Le document s'inquiète de possibles discriminations politiques, via la multiplication de projets de lois, soutenus par le gouvernement de droite de Benyamin Netanyahou, visant à affaiblir le statut de la minorité arabe. Les ambassadeurs soulignent cependant que "jusqu'à présent le système de contrôle assuré par les lectures successives à la Knesset et les recommandations du conseiller juridique du Parlement israélien ont permis de bloquer les projets les plus discriminatoires". Dans ses recommandations, l'UE propose notamment de "surveiller et faire pression contre des projets de loi discriminatoires" proposés à la Knesset », conclut la dépêche d’agence (fin des extraits adaptés ; lien en bas de page).

Sources :

http://www.desinfos.com/spip.php?page=article&id_article=29128

http://www.lepoint.fr/monde/israel-bruxelles-s-inquiete-des-discriminations-contre-la-minorite-arabe-29-12-2011-1413443_24.php

Repost 0
mordeh'ai
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 16:28

Par David Lev

http://www.israelnationalnews.com/

29/12/2011,

Adaptation de Mordeh'aï ©2011 pour malaassot

http://malaassot.over-blog.com/

 

Moshe Feiglin, chef de la faction du Likoud Manhigut Yehudit , envisage de reprendre la direction du Likoud à Binyamin Netanyahou.

  

Dans une déclaration jeudi,Moshe Feiglin, chef de la faction Yehudit Manhigut du Likoud, a déclaré qu'il avait l'intention de se présenter contre - et, espérait battre Netanyahou pour lui reprendre la direction du Likoud .

Et si cela sonne comme une théorie fantastique, Feiglin dit considérer que la dernière fois que les deux se sont affrontés, il a obtenu aux primaires 24% des voix du Likoud. Pas mal pour un "vilain petit canard!"

 

Le Likoud organise le 31 Janvier son élection pour la présidence du parti. Le vainqueur de cette primaire sera le candidat du Likoud pour être le Premier ministre d'Israël à la prochaine élection générale - et tous les sondages indiquent que l'homme qui gagne la primaire sera le prochain Premier ministre d'Israël, que le Likoud est donné vainqueur des prochaines élections, actuellement prévues pour 2013. "En substance", a indiqué le communiqué, "ce vote est de déterminer qui sera le prochain Premier ministre de l'Etat d'Israël. "

 

"Feiglin affirme qu'il y a un choix clair - de lui - même ou de Netanyahu - lors de ces élections", dont les idées et points de vue sont très distincts; un fossé idéologique. Lors de sa déclaration Feiglin, dit: "le président de Manhigut Yehoudit - la plus grande faction du Likoud - souhaite créer un État juif fort, finissant avec le processus frauduleux d'Oslo, mettant fin à la mainmise de toute aide étrangère, et de rattacher les Israéliens à leurs racines juives."

"Contrairement à Netanyahu, qui n'a rien fait, mais qui cherche par tous les moyens d'améliorer et d'étendre le processus d'Oslo, et qui continue de transformer Israël en un Etat dépendant des Etats-Unis."

 

L'ancien président de la Knesset Avraham Burg a déclaré la semaine dernière que Feiglin est "l'homme le plus important aujourd'hui dans le paysage politique israélien", qui souhaite pour Israël d'être une lumière parmi les nations, par opposition au désir de Netanyahu qui lui déclare vouloir trouver la place d'Israël parmi les nations (le titre du livre de Netanyahu). Feiglin estime que les décisions d'Israël doivent être prises en " fonction des valeurs juives - au lieu d'être gérées selon les valeurs laïques, socialistes ou mondialistes - alors Israël prendra de meilleures décisions et sera sur la bonne voie d’un avenir meilleur ".

 

En outre, dit Feiglin, Netanyahou n'a pas seulement menti quand il a promis d'encourager la normalisation juive de Yesha lors des dernières élections - il est en train de faire le contraire. "Netanyahu cherche activement  créer un état de 'Palestine' sans Juifs à l'intérieur du cœur biblique d'Israël. Il poursuit cette politique, même si plus tôt dans sa carrière, il a déclaré que les «Palestiniens» avaient déjà un état appelé la Jordanie et qu'ils n'avaient pas le droit d'en avoir un autre aux dépens d'Israël.

"A cette époque, M. Netanyahu aurait également approuvé les récents commentaires de Newt Gingrich sur les «Palestiniens» comme étant une invention moderne créé uniquement pour s'opposer à l'Etat d'Israël", indique la déclaration, ajoutant que " La fausse paix d'Oslo n’a rien apporté, sinon la mort, la destruction et la perte d'espoir en notre propre cause en Israël et à celui des Juifs dans le monde entier. Les retraits israéliens et les déclarations comme celle, récente, de Netanyahu qu'il saura "être créatif quand il s'agira de [la division] Jérusalem" ne servent qu'à augmenter la présomption, des anti-sémites et des terroristes dans le monde entier.

 

Il est temps pour Israël d’inverser le cours des choses ou d'être condamné à disparaître."

Repost 0
mordeh'ai - dans Point de vue
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 15:00

par Meir Ben-Hayoun

http://www.israel7.com/

29/12/2011

 

Le député Michael Ben Ari (Ihoud Léoumi), Itamar Ben Gvir et le Mouvement Israël Shelanou ont fait appel à la Haute cour de justice contre la décision du Conseiller juridique du Gouvernement, Maitre Yéhouda Weinstein. Le Conseiller juridique a en effet décidé de ne pas poursuivre la députée Zouabi ainsi que le leader du Mouvement islamiste du Nord d’Israël, le Cheikh Raed Salah, pour leur participation à la "Flottille pour Gaza" de soutien actif au terrorisme du Hamas (Voir ici).

 

Selon ce recours, la décision du Conseiller juridique du Gouvernement est entachée de façon extrême et est diamétralement opposée aux principes d’Etat de droit que ce soit par rapport aux délits reprochés à Zouabi et Salah et par rapport à la clôture du dossier d’enquête.

 

Il est également argumenté : « prendre la décision ne pas inculper les intimés (Zouabi et Salah) qu’alors que des Juifs orthodoxes ou des jeunes des collines ayant étant présents lors de protestations violentes ont été inculpés alors qu’ils n’ont eux-mêmes pas fait usage de violence de facto et que cela a été reconnu, est une atteinte grave au principe d’équité devant la loi et requiert l’intervention de cette honorable Cour. »

 

L’expérience montre que ce type de recours a très peu de chance de passer. En effet, lorsque des politiciens et des dirigeants post sionistes ou arabes israéliens enfreignent la loi et que cela touche au nerf sensible du conflit israélo-arabe, la Cour suprême drainant derrière elle tout le système juridique est complaisante. L’Establishment juridique est réticent à appliquer la loi de façon équitable en invoquant toute sorte de détails juridiques et de procédure difficilement vérifiables, maintenant ainsi l’impunité structurelle et officieuse à ceux dont l’ordre du jour est de miner de l’intérieur la société israélienne.

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 23:17

Edito de Pinchas Michaeli* pour ynetnews

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4167585,00.html

Publié le: 27.12.11,

Adaptation de Mordeh'aï ©2011

http://malaassot.over-blog.com/

 

Les jeunes pionniers sont merveilleux,un groupe de personnes idéalistes - ne les appelons pas des terroristes

 

J'ai essayé d'identifier la chose particulière qui captive toute personne qui rencontre les jeunes de Samarie. Pourtant, au lieu de vous exposer ce sujet, vous devriez simplement venir voir. Voir avec vos propres yeux comment nos jeunes bénévoles offrent de l'aide; comment un garçon de 15 ans en vacances se réveille tôt le matin, prie, et va ensuite travailler la terre-les travaux agricoles épuisants sont effectués hors d'idéaux moraux.

 

Pourtant, soudainement, sans aucune préparation préalable, nous avons été exposé à d'énormes histoires de terrorisme. Terrorisme juif? Ne nous faites pas rire. Après tout, nous savons tous ce qu'est vraiment ce terrorisme. Alors que chaque politicien à la petite semaine se précipite pour faire un autre titre avec encore une autre condamnation, les hauts responsables de la sécurité doivent finir par se demander: Comment avons-nous fait pour arriver à la situation actuelle ?

 

Comment sommes-nous parvenus à une situation où des citoyens loyaux, le sel de la terre, voient l'armée israélienne comme étant directement responsable des injustices dont ils souffrent au quotidien? Comment avons-nous atteint un point où des citoyens estiment que l'armée est devenue le bras opérationnel de nos plus grands ennemis? Je sais que Tsahal n'est pas vraiment comme ça. Après tout,j'ai servi comme parachutiste, et je suis commandant de réserve, je me suis battu au Liban, en Judée et dans les zones les plus dangereuses de Samarie, Cependant, la chasse aux sorcières bat son plein.

Les médias ont fait la fête, au forum de huit premiers ministres convoqués; Binyamin Ben Eliezer a recommandé que l’on tire sur les pionniers, et les fonctionnaires ont même demandé de définir la jeunesse des collines comme un groupe terroriste. Mais nous savons tous qu’une telle organisation n'existe pas vraiment, alors pourquoi répandre le sang? Pourquoi l'incitation contre un tel grand et magnifique groupe des gens? Les adolescents qui vivent et construisent dans les collines de Samarie sont des individus exceptionnels, imprégnés de motivation et d’idéaux que nos ministres du gouvernement ne peuvent que leur envier.

 

Trahis maintes et maintes fois

 

Pourtant, certains responsables du ministère de la Défense Nationale (et cela ne dispense pas le Premier Ministre de sa responsabilité propre) s'assurent pour trahir ces jeunes idéalistes maintes et maintes fois.

 

En rasant Migron ils nous ont menti, et en démolissant des maisons dans Itamar ils ont violé leurs accords avec nous. Il est aisé de soulever un tollé sur la facilité avec laquelle un Juif peut nuire à l'armée qui le protège, mais qu'en est-il du Commandement central, qui ment aux chefs locaux de la sécurité de Judée-Samarie? Ceux qui sont tués avant même les soldats? Ne devrait–il pas y avoir un tollé à cela ?

En tant que coordinateur de la jeunesse, je suis stupéfié chaque fois par les merveilleux jeunes qui grandissent en Samarie. Il y a deux semaines, j'ai rencontré un tel adolescent à un poste faisant de l'auto-stop. " Vous sortez pour avoir du bon temps?" demandai-je avec un sourire. "Non", m’a-t-il répondu. "J'ai une entrevue. Je veux aider un enfant handicapé." Quand d'autres adolescents mettent à jour leur statut sur Facebook.

 

Ici,dans Itamar, un jour après le terrible attentat dans lequel des membres de la famille Fogel ont été massacrés, nous nous sommes réunis, nous nous sommes encouragés les uns les autres, et avons décidé de nous emparer de la douleur et de la colère d'un lieu de croissance et d'action. Les adolescents qui un jour plus tôt ont perdu un camarade et des voisins ont montré un grand tempérament en décidant que notre réponse sera sous forme de construction; entreprenant immédiatement la construction d'un nouveau quartier.

 

Pourtant il y a environ deux semaines,les troupes sont arrivées pour raser ce nouveau quartier. Des centaines de soldats, des agents de la police des Gardes Frontières et de la police anti-émeutes ont formé une chaîne humaine afin de s'assurer que nul ne perturbe les ouvriers arabes qui rasaient la synagogue et les maisons.

 

Un adolescent m'a demandé avec ironie: Où étaient ces troupes il y a quelques mois?

Pourquoi n'ont-ils pas formé une telle chaîne humaine pour empêcher les tueurs d'entrer?

Lorsque ce genre de questions sont posées, vous pouvez imaginer les sentiments qu'elles répandent.

En effet, nous n'approuvons pas de nuire à l'armée; tous ces actes sont incorrects. Pourtant avant d'aplanir les charges, on doit apprendre à connaître la jeunesse merveilleuse qui grandit ici. Nous organisons des ateliers pour les préparer avant de rejoindre l'armée israélienne, et aucun des garçons que je connaisse n’a pris part au raid sur le siège de la Division Ephraïm.

 

Alors dites-moi, qui a besoin de s'engager dans l'introspection, nous ou Tsahal? * L'écrivain est le coordinateur des jeunes dans Itamar et un étudiant en droit

Repost 0
mordeh'ai
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 17:18

27 Décembre, 2011

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=1085


Yeshiah Horowitz  *

Adaptation par Mordeh'aï ©2011 pour le blog malaassot

http://malaassot.over-blog.com/

 

Chers rédacteurs,

 

 Le pouvoir que vous possédez est malfaisant. Vous façonner l'agenda du jour public. Vous pouvez masquer certains événements et braquer les projecteurs sur ceux de votre choix. Les stations de radio et les programmes des journaux télévisés prennent leurs repères sur vous. Même Benyamin Netanyahou, Tzipi Livni et bien d'autres qui vivent dans la peur de l'agenda du jour des médias seront les perroquets de vos titres.

 

Vous les dirigeants des couronnés, mettez à bas les puissants, vous exaltez des politiciens et ternissez la réputation de communautés entières. Tout en une journée de travail. Aujourd'hui comme hier, vous minimiserez une fois de plus les procès verbaux des crimes, des meurtres, des violences, des ventes illicites des drogues, et des agressions qui arrivent dans votre salle de rédaction tous les soirs. Au lieu de cela vous mettrez en évidence comme nouvelle du jour - "les ultra-orthodoxes". Un homme ultra-orthodoxe a insulté quelqu'un, un ultra-orthodoxe a craché sur un homme, une personne ultra-orthodoxe a fait une remarque. Ce doit être le début de la Troisième Guerre mondiale!

 

Je ne suis pas au courant des motifs cachés derrière les décisions éditoriales. Peut-être que vous essayez d'attaquer Netanyahou (en attaquant ses partenaires de la coalition). Peut-être que vous souffrez de xénophobie - la haine de ceux qui sont différents de vous - Pour vous, comme pour beaucoup d'habitants de Tel-Aviv, tous les juifs ultra-orthodoxes sont les mêmes. Nous sommes tous coupables. Regardez, nous avons trouvé un homme ultra-orthodoxe qui a dit quelque chose de grossier à Tanya Rosenblit. Oh mon D.ieu! 

Nous avons trouvé une école religieuse nationale au cœur du quartier de l'extrême ultra-orthodoxie où les enfants souffrent de harcèlement. C'est une honte!

 

  C'est une chose pour les jornalistes de l'ultra-orthodoxie de s'abstenir de reportages sur toutes les ordures et la criminalité qui ont lieu en Israël quotidiennement. Ils veulent glorifier «l'exclusion de la criminalité» de leur conscience.

Mais comment pouvez-vous consacrer votre première page entière à une fillette Naama âgée de 8 ans [Margolese] et ignorer totalement la douzaine de meurtres qui sont arrivés le même jour?

 

Une jeune fille qui a peur d'aller à l'école (et ce n'est vraiment pas acceptable, même si il y a des centaines d'enfants qui ont peur d'aller à l'école parce qu'ils sont battus par leurs propres camarades de classe) – sa situation mérite-t-elle une première page entière ? Plus que des luttes au couteau dont les participants ont été grièvement blessés au cours du week-end? Plus qu'un double attentat en plein cœur de Damas ou que l'équipement d'espionnage vendu par une société israélienne à l'Iran? N'êtes-vous pas, les rédacteurs de nouvelles, d' un effondrement total du système ?

 

Chaque jour, la police ouvre plus de 170 affaires d’assassinats, de crimes violents, de crimes de drogue, vol, extorsion, menaces et harcèlement sexuel. L'année 2010 a vu 63 000 affaires pénales nouvelles, et dans la dernière décennie, le nombre de nouveaux cas impliquant des mineurs a augmenté de 40 pour cent. Mais un homme ultra-orthodoxe avec de mauvaises manières obtient toutes les manchettes et gros titres.

 

Les lumières de Hanouka nous enseignent que, dans une perspective historique, ces vagues de haine s’abimeront contre les écueils de la réalité. A Tel-Aviv, chaque seconde une femme sur deux est harcelée sexuellement dans les transports en commun (encore que les ‘croisés des droits des femmes’ gardent le silence). Dans la communauté ultra-orthodoxe, nous essayons de préserver la pureté de la fiole d'huile. Même dix tonnes de culture de la généralisation brute des préjugés envers un monde qui est principalement un parangon de la vie communautaire harmonieuse n’y feront rien. La diabolisation menée par les politiciens, les chefs d’organisations et les journalistes ne fera qu'accélérer le "retour" des Juifs à leurs racines.

 

Une bougie allumera une autre jusqu'à ce que la lumière de la sagesse, de la connaissance et de la Torah illuminent la terre du nord au sud . Comme le buisson qui brûle et n'est pas encore consommé.

Et enfin, voici une petite question:  je ne comprends pas pourquoi les médias, et dans leur sillage, les politiciens, font une si grosse affaire de "l'exclusion des femmes." Des études montrent en effet qu’une femme sur deux à Tel-Aviv a été harcelée sexuellement dans les transports en commun. Pour une femme à qui on a fait une remarque désagréable ou bien on a demandé de se déplacer, combien il y a de dizaines de milliers d'autres qui sont assaillies sexuellement sur les lignes de bus où les gens s’agglutinent les uns contre les autres et où les sexes se mêlent dans la plus pure tradition séculaire.

* L'écrivain est le porte-parole du Conseil rabbinique pour les transports.

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 10:43

Par Dore Gold

Source : Le CAPE de Jerusalem

Link : http://www.jcpa-lecape.org/

26/12/2011

 

Le retrait des derniers soldats américains d'Irak soulève la question sur le rôle que remplira Bagdad sur le front Est d'Israël. Historiquement parlant, l'Irak a été depuis toujours impliqué dans notre conflit. A plusieurs reprises et sous différents régimes, ce pays arabe a expédié un corps expéditionnaire composé d'un tiers de ses forces terrestres et a combattu acharnement contre Israël.

En 1948 et 1967, les soldats irakiens ont franchi le territoire jordanien, et en 1973, ils ont rejoint le front syrien sur le plateau du Golan. En 1991, Saddam Hussein a lancé sur l'Etat juif 39 missiles Scud. Sa défaite en 1991 et sa chute en 2003 ont écarté la menace irakienne des considérations stratégiques d'Israël pour de nombreuses années.

Comment faut-il donc considérer l'Irak après le retrait des forces américaines?

 Il est clair aujourd’hui que le rôle que remplira l'Irak au Moyen Orient sera largement déterminé par la position iranienne. Le renforcement et la montée des partis chiites fournissent à l'Iran de nouveaux atouts d'influence. Les huit partis shiites d’Irak ont de bonnes relations avec l'Iran, et la plupart d’entre eux ont reçu une aide financière de Téhéran durant de longues années. Le parti A-Dawa dont l’actuel Premier ministre Nourri el Maliki est l’un de ses dirigeants, a quitté l'Irak en 1979 et a vécu en Iran de 1982 à 1990. Les Iraniens ont mis à sa disposition un camp d'entraînement. Des membres du parti A-Dawa ont participé à des attentats terroristes au Koweït. Des activités commanditées par l'Iran en coopération avec le Hezbollah. De 1990 à 2003, Maliki a vécu à Damas et a entretenu des contacts avec le mouvement chiite libanais. Depuis qu'il est devenu Premier ministre il maintient un équilibre délicat entre ses contacts avec Téhéran et ses relations de travail avec Washington./ Juste après la chute de Saddam Hussein, l'Iran s’est immiscé profondément dans les affaires irakiennes. Téhéran a tiré toutes les ficelles et a agi dans les coulisses afin de former une coalition avec tous les partis chiites et élire Maliki comme le seul candidat au poste suprême de Premier ministre aux élections de 2006.

Le commandant des Forces Américaines en Irak, le général Ray Audierno a révélé dans une interview accordée en octobre 2008 au "Washington Post" qu'il possédait des rapports des services de renseignements indiquant que Téhéran a soudoyé des dirigeants chiites pour pouvoir contrer un nouvel accord entre Washington et Bagdad et permettant le maintien des forces américaines en territoire irakien. L'Iran a également exhorté ses partenaires chiites d'insister sur le fait que le retrait américain serait complet et achevé avant la fin du mois de décembre 2011.

L'Iran avait d'autres moyens d'influence sur les événements en Irak. Après l'invasion américaine en mars 2003, l'Iran a introduit des milliers de soldats de la Garde Révolutionnaire pour soutenir les milices chiites. L'offensive américaine dirigée par le général David Petraeus en 2007 a menacé directement les forces iraniennes. Craignant une escalade qui conduirait à un conflit avec les Etats Unis, les Iraniens ont par conséquent quitté la région. En outre, Téhéran a continué à financer, à former, et à équiper militairement différents groupes shiites d'Irak installés dans des bases iraniennes. Ils ont reçu assistance de la part des milices du Hezbollah libanais.

Il ne fait aucun doute que sans une présence américaine en Irak les Iraniens pourraient à nouveau s'infiltrer dans ce pays et influer sur la stabilité intérieur du régime. / Le 7 décembre dernier, Frank Hemlick, commandant adjoint des forces américaines, a fait savoir qu'il existe toujours "des écarts sécuritaires" au sein de la nouvelle armée irakienne. Ces propos alarmistes soulèvent des questions graves quant à la capacité de l'Irak de relever le défi iranien sans un support opérationnel américain.

L'Iran développe également des relations avec des institutions religieuses chiites en Irak, principalement dans les villes saintes telle que Najaf, où demeure la tombe d'Ali, le premier Imam shiite, et à Karbala celle de son fils Hussein, le deuxième Imam. Des milliers de pèlerins iraniens se rendent dans ces lieux sacrés au chiisme.

L'Iran a donc en Irak des intérêts stratégiques, économiques et religieux et a l'intention de les promouvoir après le retrait des forces américaines. Son objectif principal serait d'assurer que ce pays voisin ne redeviendrait jamais assez fort pour le menacer comme cela fut à l'époque de Saddam Hussein. Pour atteindre ce but, Téhéran tentera de minimiser la puissance irakienne et transformer ce pays en un Etat satellite qui soutiendrait les ambitions iraniennes au Moyen Orient.

Dores et déjà, l'Iran exige que Maliki soutienne le régime agonisant de Bechar al Assad en Syrie, et non pas l'opposition syrienne soutenue par la Turquie. Maliki a accepté la position iranienne.

Enfin, en ce qui nous concerne directement, le retrait des forces américaines d'Irak change sur le plan stratégique la situation d'Israël au Moyen Orient. De 1980à 1988, les tendances hégémoniques de l'Iran ont été stoppées en raison de sa guerre contre Irak. Seul au Liban, Téhéran a agi par l'intermédiaire du Hezbollah à créer un front contre Israël et l'Occident.

Dans les années 1991-2011, l'Irak a servi de zone tampon stratégique face à l'Iran, et a obtenu en 2003 un renfort substantiel de l'armée américaine. Aujourd'hui, il semble que cette zone tampon s'est déplacée vers une influence iranienne. Cette nouvelle donne provoquera de fortes pressions iraniennes sur la Jordanie afin de l'empêcher de devenir une nouvelle barrière devant l'extension de l'influence chiite. Cette tendance pourrait envelopper l'Arabie Saoudite au nord et ouvrir un nouveau front à l'Est d'Israël.

Face à cette nouvelle donne géopolitique, les Etats Unis ont le devoir de renforcer le régime Jordanien afin de lui permettre d'affronter ces nouveaux défis. Des mesures dans ce sens ont été déjà prises par les pays du Golfe qui ont accepté l'adhésion de la Jordanie comme membre du Comité de coopération du Golfe (CCG).

En conclusion, le retrait des forces américaines d'Irak renforce la logique stratégique pour le maintien de la vallée du Jourdain comme première ligne de défense d'Israël, et rejette le fondement de toute revendication internationale pour un retrait israélien de toute la Cisjordanie vers les lignes d'avant juin 1967.

Repost 0
mordeh'ai
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 00:03

«Si Jésus devait venir cette année, Bethléem lui serait fermée» The Guardian

 

«Et si Abraham venait visiter le Mont du Temple?»

Par Tzvi Ben Gedalyahu

http://www.israelnationalnews.com/

Publié: 26/12/2011,

Adapté par Mordeh'aï ©2011 pour le blog malaasot

http://malaassot.over-blog.com/

 

«Si Jésus devait venir cette année, Bethléem lui serait fermée», écrit le Guardian de Londres cette semaine.

Le Guardian, dépeint un sombre tableau sur "fond d'apartheid" et de points de contrôle militaires qui pourrissent la ville de Bethléem, située immédiatement au sud de Jérusalem. Cette idée a également été utilisé par des ONG anti-Israëliennes (voir NGO Monitor " qui a volé Noël " affiché sur Arutz Sheva pour plus de détails.) L'écrivain, Phoebe Greenwood, raconte également que les communautés juives voisines «asphyxient» la ville et cite un prêtre catholique déplorant l'exode des chrétiens de la ville antique. Il néglige seulement de mentionner que la raison est leur mauvais traitement par les musulmans de l’Autorité Palestinienne.

Beaucoup d'entreprises dans les communautés emploient des Arabes des voisinages, qui peuvent circuler librement tandis que l'on ne permet pas aux Juifs d’entrer dans Bethléem et d'autres zones d’"apartheid" contrôlées par l'Autorité palestinienne. Les médias étrangers titraient sur les problèmes présumés de Bethléem - jusqu'à la veille de Noël, quand soudain, il y a eu des indiscrétions que près de 100.000 visiteurs ont apparemment été en mesure de traverser le "mur de l'apartheid."

"Tous les rapports d'agences de presse étrangères, comme l'Associated Press, ont régulièrement caricaturés les problèmes des chrétiens en Israël. "Comme le reste de la Cisjordanie, la ville a eu des temps durs après le soulèvement palestinien contre l'occupation israélienne qui a éclaté à la fin de 2000," selon l’Autorité Palestinienne.

Justus Reid Weiner, un avocat d’une organisation internationale de droits de l'homme qui enseigne à l'Université hébraïque,(interviewé par le Dr Manfred Gerstenfeld, publié sur Arutz Sheva),a déclaré que les chrétiens avaient perdu leur statut majoritaire à Bethléem, peu après, que Yasser Arafat ait pris le contrôle de l'Autorité palestinienne.

Weiner a déclaré que "sous ces régimes, les résidents Arabes chrétiens ont été les victimes de fréquentes violations des droits de l’homme comprenant, des intimidations, des passages à tabac, des vols de terres, des bombes incendiaires dans des églises et autres institutions chrétiennes,du refus d'emploi,de boycott économique,de torture,d'enlèvements,de mariages forcés,d'harcèlement sexuel, et d'extorsion".

"Et les musulmans qui se sont convertis au christianisme sont ceux qui courent le plus grand danger".

Les années précédentes sous le contrôle juif, l'économie dans Bethelhem, comme dans toute la Judée,la Samarie et Gaza, a prospéré après avoir été étouffée sous l'administration jordanienne, jusqu'à l'Intifada sous Arafat.

Sous l'occupation jordanienne entre 1948 et 1967, tous les lieux saints étaient interdits à la fois aux chrétiens et aux juifs, sauf pour les dignitaires en visite, jusqu'à ce qu'Israël rouvre les sites après la Guerre des Six Jours en 1967.

 

Ni le Guardian ni les agences de presse étrangères ne se sont posés la question de ce qu'il adviendrait d’Abraham le Patriarche s'il revenait aujourd'hui pour une visite sur le Mont du Temple, là où il a sacrifié un bélier, après que D.ieu lui a dit de ne pas sacrifier son fils unique, Its'hak (Isaac).

 

Après la Guerre des Six Jours, Israël a reconnu les revendications musulmanes sur le Mont du Temple, site le plus sacré du Judaïsme, mais les autorités musulmanes ont utilisé ce contrôle de facto pour transporter des tonnes de terre contenant des artéfacts archéologiques datant des Premier et Deuxième Temple juif, dont l'existence a de plus en plus été niée par l'Autorité palestinienne en particulier et le monde arabe en général.  Les juifs sont interdits de prier sur le Mont du Temple et ne sont même pas autorisés à transporter des objets sacrés avec eux.

Avec des observateurs Musulmans surveillant les visites, la police a fréquemment arrêté ou  écarté des Juifs pour diverses violations, telles que le chant ou le récit d'une prière même dans un murmure.

L'Autorité palestinienne a été insistante dans la revendication de sa souveraineté tant sur le Mont du Temple, que sur toute la Vieille Ville, qu’ils étaient territoire Palestinien et seraient le siège d'un pays qu'elle veut établir.Le Président de l'AP Mahmoud Abbas a déclaré que dans le pays de l'Autorité palestinienne, aucun Juif ne serait autorisé à y vivre, ce qui écarterait une visite d’Abraham à l'endroit même qui est le fondement de la croyance en un D.ieu.

Repost 0
mordeh'ai
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 11:29

edito: Sur le front des menaces croissantes, Israël a besoin d'un allié plus fiable que le président Obama

 par Shoula Romano Hôring

Publié le: 26.12.11,

Ynet News http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4166837,00.html

Adapté par Mordeh'aï ©2011 pour le blog malaassot

http://malaassot.over-blog.com/

 

Israël fait de nouveau face à une période très dangereuse et instable. Le printemps arabe s'est métamorphosé en cauchemar d'extrémisme Musulman, avec des armes dangereuses qui sont tombées entre les mains de groupes terroristes.

 

Ainsi, Israël ne peut se permettre d'avoir un président des Etats-Unis hésitant, comme Barack Obama, qui ne sera pas là quand l'Etat juif aura besoin d’un soutien incontesté et immédiat. Seul un président qui apprécie vraiment l'alliance israélo-américaine et estime Israël comme l'allié le plus important du Moyen-Orient de l'Amérique et n'utilisera pas le danger à venir comme une monnaie d'échange pour affaiblir davantage Israël.

 

Le dossier montre que les deux principaux candidats présidentiels républicains Mitt Romney et Newt Gingrich, apprécient Israël comme un allié, et les deux seront mieux pour Israël que Barack Obama.

Israël a toujours vécu dans un environnement très hostile, mais à la suite des remaniements régionaux inédits de l'année dernière, l'Etat juif est confronté au plus grand danger et de risque pour sa survie depuis 1973.

 

En Egypte, les Frères musulmans et les salafistes les plus radicaux ont gagné environ 70% des voix dans les deux premiers tours des élections législatives. Le danger à long terme pour Israël est que le traité de paix avec l'Egypte soit révisé ou annulé et que la guerre éclate. Pendant ce temps, dans le sillage de la chute de Moubarak, l'armée égyptienne a été trop occupée pour s’occuper d’arrêter la contrebande d'armes et le flux de terroristes à Gaza et dans le Sinaï, augmentant encore la menace terroriste sur Israël.

 

Au Liban , le groupe terroriste du Hezbollah soutenu par l’Iran possède plus de 60.000 roquettes pouvant atteindre tous les grands centres de populations en Israël. Dans le chaos de la guerre civile syrienne, le Hezbollah aurait déplace des armes lourdes de la Syrie au Liban.

 

Dans éloge de Romney, Gingrich

 

Pendant ce temps, la Syrie possède le plus grand approvisionnement connu d’armes chimiques et biologiques de la région, et plus de 1000 missiles balistiques Scud. Dans le chaos qui suivra l’effondrement probable du régime Assad, nombre de ces armes peuvent peut se retrouver dans les mains de groupes terroristes.

 

Au Maroc et en Tunisie, les islamistes ont remporté les élections récentes, et de nombreux chefs rebelles libyens et yéménites se sont alignés sur Al-Qaïda. Ailleurs, les responsables américains avertissent que l'Iran aura l'arme nucléaire d'ici un an, tandis que la Turquie, qui est dirigée par un parti islamiste, a diminué ses relations militaires et diplomatiques à long terme avec Israël.

 

Enfin, le retrait récent des troupes américaines d'Irak et de leur départ prévu de l'Afghanistan laisseront Israël seul et isolé au Moyen-Orient, encerclé par ceux qui veulent le détruire. Compte tenu de ces circonstances, l'Etat juif ne peut pas se permettre d'avoir un président qui, pendant ces trois dernières années a essayé de créer une nouvelle alliance avec le monde musulman en prenant ses distances avec Israël, tout en n'hésitant pas à abandonner un allié proche, comme Moubarak.

 

En revanche, tant Romney que Newt Gingrich ont clairement fait savoir que les Etats-Unis doivent être prêts à défendre ses alliés et les deux ont critiqué l'ambivalence d'Obama envers Israël. Tous deux se sont à plusieurs reprises engagés à renforcer et à réparer l'alliance américano-israélienne.

 

Les déclarations, de Romney telles que "Nos amis, comme Israël, ne devraient jamais craindre que nous ne soyons pas à leurs côtés dans des heures difficiles" ou celle du courage politique, de Gingrich affirmant que les Palestiniens sont " un peuple inventé "; elles sont des réponses parfaites à l’action politique de sensibilité musulmane d’Obama.

 

Maintenant, les Républicains doivent s'assurer de nommer le candidat qui a la meilleure chance de battre Obama.

 

Shoula Romano Hôring est née et a grandi en Israël. Elle est avocate à Kansas City. et un orateur national.

Son blog: www.shoularomanohoring.com

Repost 0
mordeh'ai - dans Tribune libre