Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 17:35

par Shraga Blum

http://www.israel7.com/

06/02/2012

 

 Une semaine après le vote sur l’exclusion des localités de Judée-Samarie des zones prioritaires à la demande du Premier ministre, le député Ouri Ariel (Ihoud Leoumi) a réuni d’urgence des députés de divers partis de droite, des responsables du Conseil des localités de Judée-Samarie ainsi que des dirigeants de conseils régionaux.

Ouri Ariel a introduit la séance en insistant sur la nécessité « de faire pression sur le gouvernement qui lance actuellement des ballons d’essai en vue de décisions gravissimes futures et afin de tester la résistance des juifs de Judée-Samarie ». Pour le député « la décision de dimanche dernier est la résultante directe du discours du Premier ministre à Bar-Ilan, lors duquel il avait officiellement entériné l’idée d’un Etat palestinien et la fin de la présence juive en Judée-Samarie ».

Prenant la parole après lui, Dany Dayan, président du Conseil de Yesha, a indiqué que le ministre de l’Education Gidon Saar lui avait confirmé que le vote furtif de la semaine dernière « n’était pas conforme aux statuts du gouvernement ». Il a demandé aux députés du camp national de voir comment il serait possible d’annuler ce vote par des moyens techniques ou juridiques.

Le président du Conseil local de Karnei Shomron, Herzl Ben-Ari, a attaqué le gouvernement en qualifiant cette décision « de honte pour un gouvernement qui se dit national » et en rappelant « que le gel de la construction était encore en vigueur ». Avi Roeh, président du Conseil régional de Binyamin, a résumé le sentiment général en déclarant « que le statut de la Judée-Samarie subissait une érosion constante depuis une longue période, et que c’était particulièrement grave lorsque cela provenait d’un gouvernement élu avec les voix des juifs de Judée-Samarie ».

L’un des plus virulents fut Benny Cashriel, le maire de Maale Adoumim. Il a appelé « à agir immédiatement contre cette décision qui délégitime la population juive de Yesha et contre ces gestes hostiles décidés sous la table». « Ce que fait Netanyahou aujourd’hui, c’est appliquer la plateforme d’autres partis politiques » a-t-il clamé sans cacher sa colère. Déclarations qui ne sont pas sans rappeler les griefs – justifiés – contre Ariel Sharon au moment du désengagement de Gaza.

Mais Cashriel n’a pas réservé ses flèches uniquement pour le Premier ministre, et a aussi critiqué les députés Likoud : « Vous vous contentez d’être assis lors de vos réunions et de parloter. Mais sur le terrain la situation se détériore de jour en jour ».

Ayant entendu ces critiques, Tsipi Hotoveli (Likoud) a promis « de soulever le sujet lors de la prochaine réunion du groupe Likoud à la Knesset ». Sa collègue de parti Miri Regev a voulu relativiser les choses en estimant « que selon sa compréhension des choses, cette exclusion était un acte purement technique, et que les budgets nécessaires à ces localités leur seraient affectés par d’autres canaux ».

Mais l’ambiance était visiblement morose. Plusieurs participants ont exprimé leurs craintes « que le Premier ministre ne planifie actuellement des décisions cruciales et désastreuses, principalement sous pression américaine, et qu’il mettrait en œuvre après des élections anticipées d’où il sortirait grand vainqueur et créerait une coalition à cet effet ».

A l’issue de la séance, tout le monde a été d’accord pour se préparer à entamer un combat plus agressif, à la Knesset, dans les Commissions, auprès des ministres mais aussi sur le terrain.

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 12:25

Par Elad Benari

pour Arutz7

http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/152445

06/02/2012,

Adaptation française Mordeh'aï © 2012 pour le blog malaassot

http://malaassot.over-blog.com/

 

Obama: Je ne pense pas qu'Israël ait décidé d'attaquer l'Iran. Il est à juste titre, préoccupé par sa sécurité. 

 

  Le Président américain Barack Obama a déclaré dimanche qu'il ne croit pas qu'Israël ait décidé d'attaquer l'Iran sur son programme nucléaire controversé.

  Dans une interview à NBC , cité par l'Associated Press , a déclaré " je ne pense pas qu'Israël a pris une décision sur ce qu'il doit faire."

  Obama a réitéré que les Etats-Unis n'ont pas supprimé toutes les options pour l'examen de traiter avec l'Iran, mais il a souligné que les États-Unis veulent une solution diplomatique construite autour d'une coalition mondiale.

  Il dit que l'Iran ressent les effets des sanctions, mais qu'Israël est à juste titre, préoccupé par sa sécurité.

  Il a refusé de dire si les Etats-Unis recevraient un préalable de la part d'Israël avant toute frappe potentielle sur l'Iran. Il a été spéculé qu'Israël ne donnerait  à l'administration Obama qu'un préavis de quelques heures avant de lancer une attaque contre la République islamique.

 "Je dirai que nous avons une coopération militaire plus étroite et une consultation des renseignements entre nos deux pays les meilleures que nous ayons jamais eu ", a déclaré M. Obama et il a rajouté," Nous sommes sûrs que nous travaillerons main dans la main et que nous résoudrons ce problème - espérons diplomatiquement ".

  Il a ajouté que " tout type d'activité militaire supplémentaire à l'intérieur du Golfe est perturbatrice et a un grand effet sur nous. Il pourrait avoir un effet sur les prix du pétrole. Nous avons encore des troupes en Afghanistan, pays frontalier de l'Iran ". Présentant le risque de représailles de l'Iran contre les Etats-Unis, M. Obama a déclaré:" Nous ne voyons aucune preuve qu'ils en ont les intentions ou les capacités pour le moment."

  Le Chef suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a déclaré vendredi que les Etats-Unis subiraient une défaite et perdraient pied dans la région s'ils décidaient d'utiliser la force militaire pour arrêter le programme nucléaire du pays. Khamenei a également menacé Israël, affirmant que la République islamique aidera toutes nations ou groupes qui affronteraient l'Etat juif, qui selon lui, était un "cancer qui devra être éradiqué et il le sera."

  Vendredi, un topo sur NBC a révélé à quoi une attaque israélienne sur l'Iran ressemblerait. Le rapport, était basé sur des conversations du 'réseau américain' tenu par des responsables actuels et anciens des États-Unis en Israël, il suggérait qu'une attaque sur l'Iran combinerait les forces aériennes et l'armée de terre, mais ne comprendra pas de forces navales. Les fonctionnaires interrogés ont déclaré que l'attaque serait dirigée par l'artillerie israélienne, qui utilisera les missiles "Jericho2" qui ont une portée de 2.500 kilomètres. Le rapport indique également que l'artillerie sera assistée par des F-15i avions israéliens et des UAV  (véhicules aériens sans pilote. Les responsables ont également dit à NBC que l'opération comprendrait des unités terrestres, mais qu'elles ne seront pas impliquées dans les attaques réelles, se concentrant plutôt sur ​​le marquage des cibles ou la collecte de renseignements. 

Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 11:41

 par Yéochoua Sultan

http://www.israel7.com/

06 Fevrier 2012

 

 Le ministre Youli Edelstein proteste. Il affirme avoir voté contre les mesures discriminatoires voulues par le Premier ministre et qui défavorisent les localités de Judée-Samarie répondant pourtant aux critères permettant de bénéficier d’avantages en matière de logement et de développement.

Or, le bureau de Netanyahou, qui a téléphoné individuellement à tous les ministres, a fait comme s’il s’était abstenu.

 

Selon le site d’Aroutz7, ce ne serait pas la seule irrégularité. Par conséquent, les résultats seraient mensongers(http://malaassot.over-blog.com/article-a-qui-faire-confiance-si-meme-des-ministres-likoud-et-shass-votent-contre-l-habitat-en-judee-samarie-98610176.html). Ce site s’est livré à son tour à un sondage téléphonique. Il a appelé les ministres, et il s’est avéré que certains d’entre eux, qui refusaient de collaborer et contestait la méthode suivie par Netanyahou, ont exigé que la question soit posée au conseil des ministres.

Le bureau les a donc considérés comme abstentionnistes. D’autres n’auraient pas été contactés.

Le bureau du Premier ministre a réagi aux déclarations d’Aroutz7. Tout d’abord, il soutient qu’il n’a pas été contacté par des ministres qui contesteraient les résultats, mais qu’il étudierait la question dès qu’elle serait posée. Un argument intéressant a été présenté de sa part: « Selon la règlementation du vote téléphonique, du moment qu’il y a la majorité dans un sens ou dans l’autre, il n’est pas obligatoire de continuer à appeler les ministres. Ce qui signifie qu’après avoir interrogé 15 ministres sur les 29, la réponse est validée. De ce fait, il y a quatre ministres auxquels nous n’avons pas posé la question pour leur demander leur opinion

Quant à la plainte du ministre Edelstein, le bureau du Premier ministre serait en train de vérifier comment son opposition a pu être retenue comme une abstention.

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 11:11

Par Albert Soued

pour www.nuitdorient.com

05/02/2012 

lien: http://www.israel-flash.com/

 

Khamenei (khaf/mem/noun/yod) connote l'embuscade en hébreu. Sa valeur numérique 120 donne un équivalent "kessil", ou cinglé.

 

Le "cinglé embusqué" dans son programme nucléaire (1) vient de déclarer que "les menaces des Etats-Unis les desservaient, car toute guerre serait 10 fois supérieure à leurs intérêts… ", ajoutant sans désemparer qu'"il soutiendrait et aiderait tout groupe ou nation qui confrontera et combattra le régime sioniste, un cancer dans la région".

Devant la pression des sanctions, le Guide Suprême menace de fermer le détroit d'Ormouz, par où passe 20% du pétrole mondial, puis cherche à rameuter ses alliés, la Syrie, le Hezbollah, le Hamas, le Jihad islamique… Allié majeur de l'Iran, la Syrie, en pleine guerre civile, serait sans doute soulagée par l'élargissement du conflit local en conflit régional, ce qui lui permettrait de se débarrasser de ses opposants avec des moyens encore plus expéditifs et sanglants, en dépit des protestations.

Aux préparatifs de grande envergure des Américains dans le Golfe (2), et après un exercice militaire de 10 jours, l'Iran déclenche un exercice de 3 semaines, en situation réelle de guerre, qui ne serait qu'une couverture pour un approvisionnement massif en armes (3). Par ailleurs, l'Iran vient de lancer un 3ème satellite d'observation à 260/350 km d'altitude./ Trois groupes d'influence luttent pour le pouvoir, -- notamment pour l'élection des députés à l'Assemblée (majlis) de mars prochain – Les chefs de ces groupes sont le Guide Suprême Ali Khamenei, le président Ahmedinejad et l'ayatollah Rafsandjani. Ils sont tous d'accord sur deux objectifs, la suprématie régionale, par le biais d'une bombe de destruction massive et l'élimination d'Israël en tant que puissance régionale.

Profitant de la rébellion d'un religieux modéré, Mohamed Khatami, le peuple perse et citadin, épris de liberté et pro-américain a tenté "une révolution verte" sans succès en août 2009. Devant une menace étrangère, le peuple ne peut que se rallier au nationalisme d'état. Par conséquent un renversement du pouvoir religieux est exclu en cas de conflit. Par les annonces successives de préparatifs guerriers et d'exercices dans le Golfe depuis quelques mois, les Etats-Unis cherchent à accompagner les sanctions économiques par un verbe menaçant, pour faire plier la clique des ayatollahs.

Mais la politique américaine au Moyen Orient a été un échec patent surtout depuis l'arrivée au pouvoir de B H Obama, considéré au mieux comme un apostat par les Musulmans, et il n'est pas pris au sérieux par leurs dirigeants.

Après avoir reporté d'année en année, depuis 5 ans, toute action pour dissuader l'Iran de poursuivre son programme nucléaire offensif, après s'être opposé à toute intervention unilatérale d'Israël -- "le jeu n'en valant pas la chandelle" et que cela ne ferait que retarder le programme iranien pour quelque temps, avec le risque de ruiner l'économie mondiale --, aujourd'hui le secrétaire à la Défense, Léon Panetta annonce que les Etats-Unis ne permettront pas à l'Iran de devenir une puissance nucléaire, qu'une ligne rouge était tracée et que l'option militaire était sur la table.

De son côté, le général Aviv Kokhavi, chef des Renseignements militaires d'Israël annonce que 200 000 missiles et roquettes sont pointées sur Israël, précisant qu'aucun pays au monde n'est autant menacé. Sans que l'on sache pour quelle raison, un exercice commun israélo-américain d'envergure "Austere Challenge 12" qui devait avoir lieu le 5/1/12 a été annulé et vaguement reporté en octobre prochain. Par ailleurs les consultations s'intensifient, sans que l'on soit sûr que les intérêts des 2 pays convergent (4).

Dans cette "partie à 3" de jeu d'échecs où les Perses sont passés maîtres, il faut savoir aussi que la doctrine religieuse adoptée par ce pays est la "shiah", basée sur un messianisme apocalyptique. Le mahdi rédempteur sortira du "puits" où il est cloîtré, lorsque le monde pervers sera anéanti. Par conséquent, ce ne sera pas forcément la raison et la logique qui présideront aux décisions. Khamenei est prêt à sacrifier une partie de sa population dans une apocalypse, pourvu qu'Israël disparaisse. Il faut le prendre au sérieux et aller à l'essentiel, il y a un pays minuscule luttant pour sa survie face à "un cinglé embusqué".

 

Notes

(1)  Les nouvelles centrifugeuses plus rapides IR2 et IR4 seront transférées dans l'usine souterraine de Fordo, près de Qom. Là elles pourront enrichir l'uranium de 20% à 60%, dernière étape avant l'assemblage d'une arme nucléaire. Les quantités accumulées sont suffisantes pour construire 4 ou 5 bombes. Selon le directeur de l'Information, le général Aviv Kochavi, l'assemblage de la 1ère bombe peut prendre un an, et deux ans pour 4 autres bombes. Selon le "think tank" américain "The Enterprise Institute", une 1ère bombe de 15 kilotonnes sera prête en août 1012.

Ces estimations ne tiennent pas compte de retards dus à d'éventuels sabotages. Toujours est-il qu'à partir du mois de juin, l'Iran aura enfoui sous terre assez de matière fissile pour que toute intervention soit devenue inutile. Il semble que cela soit le point de non retour.

Les cibles nucléaires officielles ou secrètes ont été disséminées sur tout le territoire, afin de dissuader tout attaquant. Le réacteur de Natanz est au coeur du programme, de même que celui de Fordo taillé dans la montagne, et celui d'Ispahan où se cuit le fameux "gâteau jaune", puis la centrale de Bouchehr récemment mise en service. Autres cibles potentielles: le réacteur de Téhéran censé contribuer à la recherche médicale, la centrale d'Arak où, d'ici à 2013,

2 bombes atomiques pourront être fabriquées chaque année; Gachin qui recèle des mines d'uranium de Bandar Abbas et les mines de Saghand dans la province de Yazd ainsi que d'autres sites qui ne sont pas spécifiée à Khorassan, à Sistan au Baluchestan et à Hormozgan.

(2) Information reçue début janvier:"de sourcesextrêmement fiables", selon des spécialistes et acteurs majeurs de la région,plusieurs milliers de soldats américains sont en train d’arriver discrètement en Israël. Ils seraientrépartis sur plusieurs bases dans la région de Be’er Sheva et de Tel Aviv … plus de 12.000 marines américains sont en cours de déploiement dans le Golfe arabo-persique. Des centaines de soldats seraient en train de sécuriser l’Arabie Saoudite….Un poste de commandement conjoint israélo-américain est en cours de mise en place sur la base américaine de Patch Barracks à Stuttgart en Allemagne.Une base bien connue des états-majors mondiaux puisque c’est l’État-Major des troupes américaines en Europe. Une de nos sources ajoutera même que c’est la première fois que des soldats israéliens sont basés en Allemagne. …. Des dizaines d’ingénieurs français et américains sont arrivés en Israël ces dernières semaines.Il semble que leur mission discrète prenne place principalement dans la base de lancement de missile de Palmahim. Ces ingénieurs ont été envoyés par les sociétés Boeing, Lockheed Martin Space Systems, BAE Systems, Dassault, Caterpillar Inc., Thales et EADS.Nos trois sources, qui ne se connaissent pas, sont basées aux États-Unis et en Israël. Toutes pensent que des préparations majeuressont en cours dans tout le Proche-Orient.  Ayant clos ses opérations près des côtes libyennes, le porte-hélicoptère USS Ponce a été détourné pour se déployer dans le Golfe Persique comme base des commandos SEAL, 100 000 hommes installés sur les îles stratégiques de Socotra et de Masirah. Cette base élargirait leur rayon d'action, pour neutraliser, en cas de conflit, la multitude de canots automobiles iraniens chargés d'explosifs et les mines qui seraient plantées dans le détroit d'Ormouz.

L'Arabie vient de répartir plusieurs bataillons autour de ses puits, ports, le long des pipelines et de mettre en place des batteries Patriot Pac-3.

L'armée de l'Air israélienne dispose d'appareils tactiques qui peuvent porter certaines bombes, mais pas les plus lourdes, nécessaires aux frappes stratégiques pour atteindre les sites enfouis, comme les MOB (Massive Ordinance Bomb) de 13 tonnes qui peuvent pénétrer 60 mètres de béton armé ou 40 mètres de roches moyennement dures. Or le site à proximité de la ville sainte de Qom, qui comprend les centrifugeuses d'enrichissement de l'uranium, serait à 60 mètres, voire à 100 mètres sous terre…

Tsahal a procédé à divers exercices de défense passive et de défense des sites stratégiques à l'échelle d'une division et à des exercices de parachutage à l'échelle de mille combattants.

(3) La Russie a fourni à l'Iran des équipements sophistiqués sur camion "Avtobaza", capables de brouiller les radars d'avion et les instruments de guidage électronique. La Russie prétend ne pas violer l'embargo décrété par les Nations Unies, arguant que le matériel est défensif./ Israël soupçonne une volonté russe de fournir à l'Iran l'ensemble du système de renseignement "Elint" qui permettra à l'Iran d'identifier tout missile ou aéronef entrant dans la Caspienne et dans le Golfe Persique et de réagir./ Grâce à l'aide nord-coréenne, l'Iran est en mesure de produire l'équivalent du système de défense anti-missile russe, le fameux S-300, que la Russie refuse de lui livrer. Selon le commandant de la base aérienne de défense Khatamal al Anbiya, le brigadier général Farzad Ismaili, le Bavar 373 est même supérieur au S-300, car il détecte 100 missiles entrant simultanément et en détruit 12.

(4) Le chef du Mossad, Tamir Pardo, s'est rendu cette semaine à Langley au siège de la CIA où il a rencontré son homologue David Petraeus. Il a également eu des entretiens avec la présidente démocrate de la Commission du Renseignement du Sénat, Dianne Feinstein. Cette visite intervient après de nombreux autres allers retours de responsables israéliens et américains depuis le mois de septembre 2010.

Repost 0
mordeh'ai - dans Sécurité
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 22:06

Par Charles Krauthammer,

03 février 2012

http://www.washingtonpost.com/opinions/charles-krauthammer-syria--its-not-just-about-freedom/2012/02/02/gIQAYVhVlQ_story.html

Adaptation française de Sentinelle 5772 ©

 

Les régimes impériaux peuvent s’effondrer quand ils sont conduits hors de leurs principaux avant-postes. La chute du Mur de Berlin n’a pas seulement signalé la libération de l’Europe de l’Est de Moscou. Elle a préfiguré l’effondrement de l’Union Soviétique elle-même deux ans plus tard.

La chute de la Syrie de Bashar al Assad pourrait bien être aussi menaçante pour l’Iran. L’alliance avec la Syrie est la pièce centrale de la sphère d’influence en expansion de l’Iran, mini-Komintern qui inclut des vassaux tels que le Hezbollah armé et dirigé par l’Iran, devenu désormais le pouvoir dominant au Liban ; et le Hamas, qui contrôle Gaza et menace de prendre le reste de la Palestine (la Rive Occidentale) au faible Fatah.

De plus, l’Iran exerce une pression croissante en Afghanistan à l’Est et une influence grandissante en Irak à l’Ouest. Téhéran a même étendu son horizon à l’Amérique Latine, comme l’a symbolisé la tournée de solidarité du président Mahmoud Ahmadinejad à travers le Venezuela, l’Equateur, le Nicaragua et Cuba.

Entre tous ces clients, la Syrie est le plus important. C’est le seul pays arabe ouvertement allié à l’Iran non arabe. Cela est significatif parce que les Arabes considèrent les Perses comme ayant eu depuis des siècles des desseins de domination au Moyen-Orient. En effet, les armes et les formateurs iraniens, transférés du Hezbollah à travers la Syrie, ont conféré aux Perses leur premier avant-poste sur la Méditerranée en 2300 ans.

Mais la division arabo-iranienne n’est pas seulement nationale/ethnique. Elle est sectaire. Les Arabes sont majoritairement sunnites. L’Iran est shiite. Les Etats arabes craignent que l’Iran shiite n’inflitre la patrie Sunnite à travers (sauf en Irak) le Hezbollah au Liban, et en Syrie, dirigée par les alaouites d’Assad, surgeon hétérodoxe de l’islam shiite.

Voilà Pourquoi le destin du régime d’Assad est crucial au plan géopolitique. Il est bien sûr hautement significatif pour des raisons de démocratie et de droits de l’homme également. Le Baathisme syrien, qui n’est pas aussi capricieux et dément que la variante de Saddam Hussein, gouverne un Etat policier impitoyable qui a tué autrefois 20.000 personnes à Hama et en a tué aujourd’hui plus de 5400 au cours du soulèvement actuel. Les droits de l’homme – la décence – sont une raison suffisante pour faire tout ce que nous pouvons pour entraîner la chute d’Assad.

Mais l’opportunité stratégique ajoute à l’urgence. Avec son chapelet de clients ancrés à la Syrie, l’Iran est aujourd’hui la plus grande menace régionale – pour l’Arabie saoudite et les Etats su Golfe terrifiés par l’hégémonie nucléaire iranienne ; pour les régimes traditionnels menacés par la subversion jihadiste iranienne ; pour Israël, que l’Iran a promis d’annihiler ; pour l’Amérique et l’Occident que les Mollahs ont juré de chasser de la région.

C’est sans surprise que la Ligue Arabe, dont beaucoup de membres ne sont pas des humanitaires au cœur tendre, mettent une forte pression pour le départ d’Assad. Sa chute priverait l’Iran d’une place au milieu de la scène arabe et couperait son corridor vers la Méditerranée. La Syrie retournerait vers le camp sunnite. Le Hezbollah, agent de Téhéran au Liban, pourrait être le suivant de la liste, en se flétrissant sans le soutien syrien et le matériel iranien. Et le Hamas reviendrait à son parrainage égyptien.

Au bout de cette chaîne causale, l’Iran, dépouillée de ses alliés clés et titubant déjà sous les sanctions économiques contre son programme nucléaire, serait rejeté à terre. Les mollahs sont déjà assez chancelants pour leurs menaces presque suicidaires de blocage du Détroit d’Ormuz. La population qu’ils ont écrasée pendant la Révolution Verte de 2009 est toujours bouillonnante. Le régime est particulièrement vilipendé par la jeunesse. Et leurs tentatives croissantes de soutenir Assad financièrement et militairement n’ont fait qu’aggraver le sentiment anti-iranien dans la région.

Ce ne sont pas seulement les Arabes Sunnites qui s’unissent contre Assad. La Turquie, après un flirt récent pour une entente syro-irano-turque, s’est retournée fermement contre Assad, entrevoyant une opportunité pour étendre son influence, comme à l’époque ottomane, en tant que maître/protecteur des Arabes sunnites. L’alignement des forces suggère une opportunité unique pour que l’Occident contribue à achever le travail.

Comment ? D’abord par un boycott total de la Syrie, au-delà du seul pétrole, mais comprenant un embargo total sur les armes. Ensuite un flot d’aide à la résistance (à travers la Turquie, qui héberge à la fois des milices rebelles et l’opposition politique, ou directement et clandestinement en Syrie). Troisièmement, une résolution au Conseil de Sécurité appelant au départ du régime d’Assad. La Russie, dernier allié extérieur majeur d’Assad, devra être forcée soit à y adhérer, soit à encourir la rage des Etats arabes par son veto.

Faire passer la question par la force. Dessiner des lignes éclatantes. Montrer clairement la solidarité américaine avec la Ligue Arabe contre un Iran hégémonique et son vassal syrien chancelant. En diplomatie, il faut souvent choisir entre les droits de l’homme et un avantage stratégique. Voilà une rare occasion où nous pouvons faire progresser les deux – dans la mesure où nous ne nous compromettons pas avec la Russie ou ne nous relâchons pas jusqu’à la chute d’Assad.

Repost 0
mordeh'ai - dans Politique
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 18:03

Par Dudi Cohen

05.02.12,

pour Israël News

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4185497,00.html

Adaptation française par Mordeh'aï ©2012 pour le blog malaassot

 

Un blogueur iranien recommande vivement à Téhéran d'exploiter l'inaction de l'Occident pour 'anéantir Israël' avant 2014; Il dit disposer d'une stratégie.

 

Samedi,un blogueur iranien a recommandé vivement à Téhéran de ne pas retarder une attaque sur Israël, prétendant que la République islamique pourrait détruire l'état juif en " moins de neuf minutes."

Alireza Forghani, ingénieur en informatique, a écrit dans son analyse que Téhéran devrait exploiter le dilettantisme de l'Occident à prendre une décision d'une frappe sur l'Iran, pour "anéantir Israël" avant 2014 - c'est-à-dire avant la fin du mandat du Président Mahmoud Ahmadinejad. Cela a été largement repris par les médias iraniens Samedi.

Forghani dispose de justifications religieuses pour l'attaque et présente des stratégies pour une offensive qui ciblerait des sites israéliens clés en utilisant des missiles sol-sol. Au début de sa stratégie, Forghani suggére, delancer les missiles balistiques'Sijil' sur Tel Aviv, Jérusalem et Haifa, ainsi que sur les centrales électriques et autres sources d'énergie, les installations d'eaux usées, les aéroports, les centrales nucléaires, les centres médiatiques et l'infrastructure des transports. Dans un deuxième temps, les 'Shahab3' et des missiles 'Ghader' devraient cibler(le reste des centres de population du pays. Il affirme, que l'anéantissement total, pourrait être réalisé en neuf minutes.

מפות של ישראל שהופיעו בבלוג

 Cartes représentées sur le blog du post

 

 ' Le meurtre des civils est justifié '

Forghani a posé qu'en principe le ciblage des civils ne pourrait être justifié qu'avec l'accord de l'Ayatollah Ruhollah Khomeini leader révolutionnaire que les Musulmans doivent mener un Jihad contre l'ennemi qui attaque une nation Islamique.

 "Ainsi puisqu'Israël a attaqué la Palestine et a occupé cette partie de l'entité Islamique, le fait de défendre les musulmans palestiniens opprimés est obligatoire," a écrit Forghani. Le blogueur semble citer l'analyste en sécurité d'Ynet  Ron Ben-Yishai en disant qu'il n'y a aucun endroit en Israël qui ne soit  vulnérable à une attaque de missile iranien, alors qu'Yishai n'ait fait allusion dans la tribune qu'aux capacités de la Syrie, du Hamas et du Hezbollah, mais pas de la République islamique.

Forghani, qui se décrit comme un partisan enthousiaste du gouvernement iranien et  ancien membre de la milice Basij de la Garde Révolutionnaire, a souligné que les opinions présentées dans son blog lui sont propres et ne représentent pas la position du régime.

Docteur Raz Zimt, un chercheur attaché à l'Université de Tel Aviv  pour les Études iraniennes, a prétendu que l'agitation que ces écrits ont causé dans les médias iraniens pourraient indiquer le début d'un discours public  pour une frappe préventive sur Israël. L'article pourrait aussi signifier l'effet que la discussion mondiale d'une opération militaire possible a sur la République islamique d'Iran.

L'écrit est paru le même jour que la Garde Révolutionnaire d'Iran a commencé des manoeuvres navales dans une ultime démonstration de force près du Détroit stratégique d'Ormuz, la route critique du pétrole du Golfe que le guide de Téhéran a menacé de fermer pour se venger de sanctions Occidentales plus drastiques.

Les plans pour de nouveaux jeux de guerre iraniens dans le Golfe ont été mis en œuvre  pendant des semaines. Mais ils ont redémarré suite aux avertissements sévères du Chef Suprême de l'Iran, l'Ayatollah Ali Khamenei, au sujet de quelque attaque que ce soit par les Américains ou Israéliens contre les installations nucléaires de Tehran.

 "Le régime de Sioniste est une tumeur cancéreuse et il sera éradiqué", a-t-il dit vendredi.

Repost 0
mordeh'ai - dans Revue de presse
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 08:52

Par J. Robert Smith

pour American Thinker

http://www.americanthinker.com/blog/2012/02/obama_or_the_israelis_who_do_you_believe.html

4 février 2012

Adaptation de Mordeh'aï © 2012 pour le blog malaassot.com

 

Une exagération, dites-vous? Anéantissement? C'est seulement une exagération pour des Américains obstinément naïfs ou bornés qui refusent de prendre les Iraniens au mot: tuez les Juifs et tuez ensuite les Américains.

 

  Bloomberg, entre autres médias, rapporte que les États-Unis et Israël sont divisés sur le moment d'attaquer les installations nucléaires d'Iran. Peut-être pour les États-Unis, en la personne de Barack Obama,  encore plus si les États-Unis devraient attaquer l'Iran.

 

Aaron David Miller - ancien expert officiel de l'administration Clinton pour le Moyen-Orient -  est cité par Bloomberg en disant qu'il y a une "différence significative analytique" entre les États-Unis et Israël quant à la façon étroite dont les Iraniens ont su protéger leur programme d'armement nucléaire d' un bouclier efficace. Miller poursuit:

   "Il ya une préoccupation croissante - plus qu'une préoccupation - que les Israéliens, afin de se protéger, pourrait lancer une frappe sans approbation, ni même d'avertissement."

 

Imaginez que. Les Israéliens aient le sentiment d'urgence, en fonction des estimations de leurs services de renseignements, de leur proximité géographique avec l'Iran, et le fait non négligeable que les Iraniens sont des anti-Juifs de renommée mondiale qui ont juré de rayer Israël de la face de la terre.

Et bon sang eh bien!, pour l'enjeu de leur survie nationale, les Israéliens ne peuvent pas venir demander au président Obama l'approbation d'agir contre l'Iran. Impensable.

 

Comment empêcher les Iraniens à posséder la capacité du nucléaire avant que M. Obama décide de lâcher ses chiens de guerre? M. Obama joue-t-il au jeu du chat et de la souris? Et pourquoi? Pas avec la vie de nos familles, dites-le par exemple aux Israéliens (et donc les Américains devraient le savoir aussi).

 

Voici ce que les Américains obtiennent du Département d'État d'Obama, rapporté par Bloomberg:

Mark Toner le porte-parole du Département d'Etat l'a déclaré aujourd'hui à Washington, les Etats-Unis estiment qu' " il y a encore du temps et de la place  pour poursuivre la diplomatie " avec l'Iran sur son programme nucléaire. Il a ajouté que les Etats-Unis " sont absolument déterminés à empêcher que l'Iran se dote de l'arme nucléaire."

 

 Vrai. Les États-Unis et leurs alliés ne doivent-ils pas poursuivre la diplomatie avec les Iraniens - depuis des années maintenant? Ce qui a prévalu de cette approche, n'est rien d'autre que du gain de temps pour les Iraniens pour continuer à développer une capacité nucléaire militaire? Plus de diplomatie et de sanctions vont-elles enfin dissuader les vrais croyants Khamenei et Ahmadinejad de posséder des armes nucléaires?

 

On peut se demander si il y a un Neville Chamberlin au Département d'Etat - vous connaissez, "chapeau melon et parapluie"? Vous vous souvenez de Neville Chamberlin? -" Continuons à dialoguer avec Adolph " - L'insistance de la diplomatie de Chamberlin a permis à l' époque, à l'Allemagne de continuer à se préparer pour la guerre, et  a encouragé Hitler d'agir quand il aurait pensé que le moment était venu. On imagine que Khamenei et Ahmadinejad ont des photos d'Hitler et les ont collé sur les miroirs de courtoisie de la salle de bains pour une petite inspiration du matin.

 

Les Etats-Unis et les Israéliens peuvent avoir des opérations clandestines très actives en cours de réalisation pour contrecarrer les ambitions nucléaires de l'Iran. L'assassinat d'un scientifique nucléaire iranien a pu être le résultat d'actions israéliennes - actions sanctionnées par les États-Unis. Mais si les Israéliens jugent que les opérations clandestines à elles seules sont insuffisantes pour arrêter les Iraniens, il y a fort à parier qu'ils ont raison.

 

Les Israéliens évaluent activement le coût des opérations militaires conventionnelles contre l'Iran, encore plus en termes de l'augmentation de l'opprobre international, intensifié par des attaques terroristes contre eux (et les Etats-Unis, en vertu de l'association) et aussi des représailles militaires totales des Iraniens. Mais ne rien faire - ou donner encore trop de délai - ne peut aboutir qu'à l'anéantissement.

 

Une exagération, dites-vous? Anéantissement? C'est seulement une exagération pour des Américains obstinément naïfs ou bornés qui refusent de prendre les Iraniens au mot: tuez les Juifs et tuez ensuite les Américains.

Repost 0
mordeh'ai - dans Sécurité
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 07:59

 © Alain René Arbez

pour www.Dreuz.info

4/02/2012

 

Judaïser Jérusalem

Mais où va-t-on ? Des Juifs veulent judaïser Jérusalem !

 

Imaginez que des Français de souche veuillent maintenant franciser le 9.3 et coloniser de leur francité toute la ceinture de Paris, ou les quartiers nord de Marseille, les communes lyonnaises ou la ville de Roubaix, territoires historiques de la République, certes, mais en pleine mutation non européenne… Est-ce que ces impies s’imaginent encore imposer la loi française à des banlieues où règne, avant toute autre loi, celle des caïds ?

 

2nd_century_Rome_gold_goblet_shows_Jewish_ritual_objectsJudaïser Jérusalem ? Pourquoi ne pas laisser les Allemands germaniser les quartiers de Berlin où depuis des décennies on ne parle que turc, où toutes les paraboles aux balcons sont sans exception tournées vers Istamboul… Pourquoi ne pas laisser les Anglais angliciser l’East End de Londres, avec ses zones entièrement indo-pakistanaises, et finir par leur permettre de substituer à la charia leurs lois infidèles ?

 

Judaïser Jérusalem ? Comme a été catholicisée la cathédrale de Cordoue, si longtemps devenue mosquée, ce qui dès lors contrarie la prééminence d’Allah sur le culte blasphématoire des associateurs ! 

 

Judaïser Jérusalem ? Vont-ils bientôt revendiquer le mur qui soutient l’esplanade du Dôme du Rocher et Al Aqsa, allant jusqu’à se réclamer de prophètes comme Moussa, Daoud, Souleïmane, qui, comme chacun sait, appartiennent à l’islam ?

 

Judaïser Jérusalem… Quel scandale ! Jérusalem est le nom d’emprunt d’une ville arabe appelée Al Qods !

 

Et si les Européens se remettent à européaniser l’Europe, où ira-t-on ? Ce sera une insulte aux dizaines de millions de vrais croyants venus vivre chez ces mécréants grâce à la démocratie et malgré les insupportables déviances du Vieux Continent !

 

Raviver les racines judéo-chrétiennes de l’Europe, ce serait humilier ces millions de musulmans, originaires d’Afrique du Nord, d’Afrique de l’Ouest, de Turquie ou du Proche Orient, tous venus donner aux Européens vieillissants cette opportunité, unique au monde, d’obtenir enfin un repeuplement par une natalité fulgurante, et par là même, de devenir de plus en plus multiculturels grâce à l’omniprésence du croissant parmi les croix et les étoiles de David en voie de disparition…

Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 23:28

Par David Lev

http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/152416

04/02/2012

Adaptation française Mordeh'aï © 2012 pour le blog malaassot.com

 

Enquête qui montre quels ministres ont pris partie pour les résidents de Yesha !

Une enquête d'Aroutz Sheva révèle les noms des ministres qui ont pris partie pour les résidents de la Judée-Samarie - et ceux qui ne l'ont pas fait ...

 

 Ainsi des ministres dans le gouvernement du Premier ministre Binyamin Netanyahou ont voté pour refuser aux résidents juifs des prestations au logement en Judée-Samarie étendues à des centaines de milliers d'Israéliens? Il a fallu beaucoup d'efforts pour les découvrir -. Mais une enquête menée par Arouts Sheva a donné l'information quant à savoir qui au sein du gouvernement de Netanyahou a pris parti pour les résidents de Judée et de Samarie, et qui ne l'a pas fait.

 

L'enquête a cerné "un sondage d'opinion" informel que Netanyahou a dit avoir conduit la semaine dernière. Dimanche dernier,le gouvernement a approuvé l'intégration de plusieurs centaines de communautés à la liste des villes dont les habitants peuvent percevoir des prestations spéciales lors de l'achat d'une maison. La liste mise à jour est venue après la critique de l'an dernier par la juge Dorit Beinisch de la Cour Suprême que la liste précédente ne comprenait pas de villes ou de villages arabes. Avec la liste mise à jour, les résidents de 91 villes et villages, ainsi que 55 kibboutzim,des moshavim,les petites villes et les villages arabes, sont maintenant admissibles aux prestations.

 

Les Ayant-droit résidents de villes et de collectivités locales peuvent percevoir jusqu'à 75.000NIS d'allocation, à des taux d'intérêt bas, subventionnés par le gouvernement pour l'achat d'une maison, tandis que les résidents de kibboutzim, de moshavim, de petites villes et de villages arabes peuvent recevoir jusqu'à NIS 150.000 en prêts bonifiés. À l'origine, quelque 70 villes de Judée et de Samarie, y compris de Kiryat Arba, Efrat, Ariel, Beit El, Beitar Illit, et bien d'autres - avaient été inclus dans la liste, mais après la critique par des groupes gauchistes, le Premier ministre Binyamin Netanayahu a conduit un sondage téléphonique de ses ministres, cherchant leur permission de modifier la décision gouvernementale.

 

En conséquence, les résidents ne seront en mesure d'obtenir ces avantages, que si "des responsables politiques" signent leurs demandes. Le candidat le plus probable pour ce poste est le ministre de la Défense Ehud Barak, dont la Judée-Samarie et ses résidents l'ont longtemps accusé de faire tout son possible pour ralentir la croissance démographique juive en Judée et en Samarie, avec son refus constant de permettre la construction de nouveaux logements, et délivrer les permis de construire, etc...

 

Arouts Sheva a cherché à savoir quels ministres avaient décidé lors du sondage téléphonique que les résidents de la Judée et de la Samarie ne méritaient pas ces avantages. Selon les informations découvertes, les ministres suivants ont répondu à Netanyahu téléphoniquement que les avantages doivent s'appliquer à la Judée Samarie et les résidents: Gideon Saar, Limor Livnat, Gilad Erdan, Daniel Hershkowitz, Silvan Shalom, Avigdor Lieberman, Stas Mesheznekov, Its'hak Aharonovich, Sofa Landver, et Uzi Landau. Les quatre premiers sont membres du Likoud et les cinq derniers sont de Yisrael Beiteinu, tandis que Hershkowitz est du parti Bayit Yehudi. Ceux qui ont voté pour refuser à la Judée-Samarie et à leurs résidents des allocations de logement tous les membres du Shas au sein du gouvernement - inclus Eli Yishai, Ariel Atias, Yaacov Margi, et Meshlam Nahari -; ainsi que Ehud Barak et d'autres ministres travaillistes, anciens et actuels; le ministre Yossi Peled du Likoud a déclaré qu'on ne lui avait pas demandé son avis. Yisrael Katz, Youval Steinitz, Benny Begin, Yaacov Neeman, et Moshe Kachlon n'ont pas répondu à la demande d'Arouts Sheva qui leur demandait plus d'informations sur la façon dont ils avaient voté. Le ministre Yuli Edelstein s'est abstenu. Sa'ar, qui a voté contre la suppression des avantages, a appelé Netanyahou à mener un vote ouvert sur ​​une question aussi importante. S'exprimant samedi soir, Hershkowitz a déclaré qu' "avec tout le respect dû aux États-Unis, Israël n'est pas la 51ème étoile du drapeau américain. C'est le droit d'un pays indépendant de mettre en place ses propres zones préférentielles sans ingérence extérieure."

Repost 0
mordeh'ai - dans Société
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 14:18

Par Elad Benari, Canada

http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/152410

03/02/2012,

Adapté par Mordeh'aï pour le blog malaassot

 

La Députée Tzipi Hotovely : on doit donner de vastes pouvoirs à l'équipe de Netanyahu pour mener la bataille des avant-postes et je la mènerai cette bataille si nécessaire.

 

Tzipi Hotovely a donné une interview à l'hebdomadaire en hébreu du magazine Besheva, dans lequel elle dit avoir discuté avec le Premier ministre Binyamin Netanyahou de sa victoire à la primaire pour la direction du Likoud la semaine dernière, ainsi que la lutte pour la légalisation de certaines communautés de jeunes (plus connues sous le nom d' "avant-postes») en Judée et Samarie qui sont confrontées à une menace de démolition.

 

Votre parti, le Likoud, a donné à Netanyahu plus de 75 pour cent de voix d'approbation cette semaine. Cela signifie apparemment que le parti soutient la solution de deux Etats, il en fait la promotion.

 "Il y a une signification à l'appui à Netanyahu, en ce qu'il n'y a aucun autre dirigeant en Israël aujourd'hui qui présente l'ensemble des compétences requises pour briguer le poste de premier ministre,- mais il y a Netanyahu. Les membres du Likoud ne choisissent pas quelqu'un qu'ils pensent représenter toutes les valeurs pures de la terre d'Israël, mais plutôt un Premier ministre. Donc ce n'était pas un vote de confiance sur la solution à deux Etats. Le Premier ministre peut être approprié pour le poste, mais notre rôle en tant que députés et ministres est de fixer et de maintenir ses limites. C'est très clair au Likoud aujourd'hui, juste à cause des 25% que Moshe Feiglin a recueilli, C'est qu'il y a une nouvelle confirmation de cette idée. Pour moi, Feiglin les 25%  sont le chiffre intéressant de cette élection, parce qu'ils sont révélateurs des forces occultes qui font fonctionner et affectent députés et ministres du Likoud."

 

Comment expliquez-vous le fait qu'aucun des ministres du Likoud n'ait jugé bon de se présenter contre Netanyahou?

 "Je pense qu'il y a un côté accorte à cela. Le Likoud à ce jour a eu quatre chefs de file, et la plupart des ministres aujourdh'ui sont relativement jeunes, c'est leur deuxième mandat comme ministres, et ils regardent autour d'eux et ne voient qu'une personne avec l'expérience de la scène internationale, avec l'approbation de la sphère économique, qui a appris et retenu de ses erreurs passées comme Premier ministre, et ils se disent avec une certaine modestie, si c'est ce que l'on lui permet en politique, alors ils ne peuvent pas se présenter contre lui. On peut dire au crédit du Likoud qu'il n'y a pas de luttes personnelles horribles comme ce qui se passe entre Livni et Mofaz [à Kadima]. "

 

L'équipe étant formée pour trouver des moyens visant à légaliser les avant-postes ne pourra pas probablement aider Migron ou Givat Assaf, parce que le Procureur Général s'oppose à l'idée de donner à l'équipe le pouvoir de traiter avec des implantations sur lesquelles la Cour Suprême a déjà statué.

 "Il faut se rappeler que la décision de la Cour suprême a été fondée sur des réponses problématiques de l'Etat. Il y a maintenant quatre points de conflit sur lesquels la menace de démolition est maintenue: Migron, Amona, Givat Assaf et Givat Ulpana dans Beit El. Chaque poste a une histoire et c'est une histoire juridique différente et les gens les confondent. Le Premier ministre a nommé l'équipe et la prochaine campagne publique sera de leur donner des pouvoirs étendus, et je peux dire que, si nécessaire, je mènerai cette lutte contre le Premier ministre. Même avant que l'équipe ne commence à travailler, nous devons prendre soin de Migron, parce que la date de la démolition décidée par la Cour suprême approche rapidement. "

 

Cela signifie que le projet de loi "avant-poste" proposé par le député Orlev devra être approuvé. Mais le premier ministre a menacé de licencier tout ministre qui votera en faveur de ce projet de loi.

 "La seule raison pour laquelle la législation sur Migron n'a pas été mise en œuvre c'est parce que d'intenses négociations sont en cours avec les résidents, qui comprennent la réglementation juridique et la construction d'une nouvelle communauté. La loi Orlev est une proposition acceptable, mais pas pratique, parce que le temps nous manque pour faire passer cette loi et l'inscrire dans les livres juridiques. Cette loi est juste sur le plan moral, mais elle n'aidera pas Migron."

 

Pouvez-vous comprendre l'opposition du Premier ministre de ne pas laisser les ministres voter librement?

 "D'un niveau de valeur, je pense que c'est inapproprié de ne pas permettre aux membres de voter librement. Les ministres doivent se battre pour cette liberté et lui rappeler que l'histoire d'Amona ne peut pas être répété sous un gouvernement du Likoud, et ils ne peuvent pas n' être qu'un "tampon oblitérateur". Ce n'est pas le "pour quoi" ils ont été élus. Quant à la position de Netanyahu, j'ai eu une conversation sérieuse avec lui et il voit vraiment la légalisation des implantations de peuplement à termes, trouver du terrain qui ne soit pas problématique aux yeux de la Cour suprême. C'est sa façon de développer l'entreprise du réglement des implantations. Après tout, sous ce gouvernement, il y a eu plus de construction en Judée et Samarie que sous les gouvernements précédents, même si cela n'est pas suffisant pour ma part, et je pense que nous devrions appliquer la souveraineté israélienne sur toute la Judée et la Samarie. "

Repost 0
mordeh'ai - dans Société